Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

loiret

  • Méchant coup de blues

    Revoilà Sylvain Gillet dans un polar dont il a le secret. Avec Venenum (éditions Ramsay), l’auteur montargois mène tambour battant un récit sombre à souhait.

    Le héros de ce polar est familier des lecteurs de Sylvain Gillet puisqu’il s’agit du guitariste de blues Abel Diaz. Lorsque commence le récit, le musicien, aussi usé qu’un animateur télé sorti de l’ORTF et blasé qu’un fils à papa obligé de diriger la boîte familiale avec des biftons plein les poches, se trouve embarqué dans une croisière au long cours qui tourne court, justement.

    Notre musicien de blues a été recruté avec trois autres confrères pour des représentations sur flot. Leur public ? Des salariés d’une multinationale biomédicale qui a offert à ses salariés – pour la plupart, des visiteurs médicaux – un voyage corporate. Voilà donc notre gratteux embarqué dans une drôle de galère, car son confrère et vieil ami Orville Montgomery est retrouvé mort. L’accident semble évident, mais pas pour Abel. Son pote amerloque vaut bien une petite enquête. 

    On peut remercier d’emblée Sylvain Gillet d’avoir pensé à faire un sort au monde des visiteurs médicaux

    On peut remercier d’emblée Sylvain Gillet d’avoir pensé à faire un sort au délicieux et très éthique monde des visiteurs médicaux et de ses labos à l'éthique aussi large qu'un string de Brésilienne dans un tripot de Copacabana. L’auteur ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il épingle ces léviathans et autres avortons du néolibéralisme. Le CEO Léon Tusk est croqué avec férocité et un plaisir certain, faisant aussi de ce PDG à mi-chemin entre Bernard Tapie et Donald Trump un suspect idéal autant qu’une victime collatérale.

    Pour pimenter ce polar, une intrigue parallèle est tricotée aux petits oignons autour de meurtres de prostituées entre Bourges et Montargis. Les deux histoires vont bien entendu se rejoindre.

    Venenum se veut un polar décomplexé, avec un héros solitaire que l’écrivain avait mis en scène dans une précédente enquête (Ludivine comme Édith). Sa guitare Linda – douée de paroles – s’avère une compagne très "attachiante". Un autre personnage, humain et – court – sur pattes fait une réapparition : l’agent artistique Max Malakian, déjà présent dans Commedia Nostra.

    Abel Diaz parviendra bien entendu à résoudre (presque) seul cette énigme retors. Le bluesman finira vengé mais finalement pas si indemne que ça. Sale temps pour les artistes sur le retour. 

    Sylvain Gillet, Venenum, éd. Ramsay, coll. Polar, 2020, 308 p.
    https://sylvain-gillet.fr
    https://www.facebook.com/sylvain.gillet.372

    Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"
    "Du talent à mort !"
    "Décollement de la routine"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Gâtinais gratiné

    Dans la grande famille des cabarets, Bla Bla Blog ne pouvait pas ne pas parler du Diamant Bleu, un lieu de fête sexy qui a ouvert ses portes il y a déjà vingt ans en plein cœur du Gâtinais, à Barville-en-Gâtinais. C'est le cabaret du Loiret par excellence, à une heure de Paris et quelques kilomètres de Montargis et qui n’entend pas se laisser impressionner par les Moulin Rouge, Crazy Horse et autres Paradis Latin.

    Non sans raison, Le Diamant Bleu peut se targuer de porter l’étiquette de "plus grand cabaret de Province".

    "Plus grand cabaret de Province"

    Le rire, le burlesque, la dérision, l’émotion, la créativité, le glamour, les strass et paillettes sont les ingrédients d’une programmation locale autant qu’internationale. Douze artistes internationaux d’Ukraine, de Russie ou d’Italie se produisent sur scène pour des numéros mêlant la danse, le chant ou le transformisme.

    Parmi les vedettes de ces spectacles, il faut citer le metteur en scène Patrick Meyer, la meneuse de revue Bégonia, mais aussi Adrien, Amandine, Lady Bain Marie, Yoan, Alison, Caroline, Chloé, Elise, Julien, Céline, Ivan et tou·t·e·s les autres.

    Pas de doute : la magie du B’go Cabaret by Le Diamant Bleu entend montrer que le Gâtinais est capable de gratiner nos soirées. 

    "Mascarade 3", nouveau spectacle proposé par le B’go Cabaret,
    Le Diamant Bleu
     60 Grande Rue – 45340 Barville-en-Gâtinais
    https://www.le-diamant-bleu.com
    https://www.facebook.com/cabaretlediamantbleu
    https://www.instagram.com/lediamantbleuofficiel

    Voir aussi : "À quoi bon voyager ?"
    "Une danseuse bionique au Crazy Horse"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • À quoi bon voyager ?

    Une séance spéciale est proposée par le café philosophique de Montargis qui organisera son prochain rendez-vous le vendredi 28 octobre prochain à 19 heures à la Médiathèque de Montargis. Cet automne, la Médiathèque organise un cycle consacré à l’aéronautique et intitulé "Carnet de vol". L’occasion est trop bonne pour l’équipe du café philo qui organisera un débat portant sur cette question : "À quoi bon voyager ?"

    "Les voyages forment la jeunesse", dit l’adage, Et il semble en effet que l’éducation des élites européennes a accordé une grande place à l’importance de découvrir des pays et des cultures à travers des voyages. Le voyage n’aurait-il que des vertus ? Et d’abord, qu’entend-on par "voyager" ? Que cherche-t-on dans le voyage ? Le dépaysement ? L’extraordinaire loin de chez soi ? Sortir de la routine d’un quotidien pesant ? Voyager est-ce forcément partir à l’aventure ? Les participants du café philo pourront tout aussi débattre du nomadisme, du tourisme et de la recherche de l’inattendu, source de questionnements et d’étonnements – qui sont au cœur de la philosophie !

    Rendez-vous donc à l’Atrium de la Médiathèque de Montargis pour cette 93e séance du café philo, le vendredi 28 octobre 2022 à 19 heures.

    La participation sera libre et gratuite.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com
    https://agorame-pom.c3rb.org/rendez-vous

    Photo : Pexels - Jackson Toev

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les Simonet aux Tanneries d'Amilly

    "Les registres du jeu" : le cycle d'expositions organisées par le centre d'art contemporain des Tanneries d'Amilly (Loiret) commence ce 8 octobre avec le couple de sculpteurs Marthe et Jean-Marie Simonnet.

    Nous avions parlé sur ce blog de ce couple d'artistes immensément doués, mais aussi novateurs lorsqu'ils ont jeté leur dévolu sur des matériaux synthétiques, utilisant des modules basiques aux formes douces, harmonieuses, mathématiquement et techniquement maîtrisées.

    Les reliefs infinis ou illimités, engagés il y a plus de 30 ans – et dont les toutes dernières formes ont été réalisées pour l’exposition – en sont une élégante expression. Marthe Simonnet dirait qu’au terme de cette mise en jeu, le féminin se fait le prolongement du masculin devenu lui-même prolongement du féminin : si les formes modulaires produites s’emboitent et s’épousent – clin d’œil au couple d’artistes, riches de 50 ans de créations artistiques menées à 4 mains – pour former un hexaèdre régulier.

    Il reste au public à découvrir les créations exceptionnelles de ces joueurs facétieux que sont Marthe et Jean-Marie Simonnet. Cela se passera aux Tanneries d'Amilly, du 8 octobre au 18 décembre 2022.

    Exposition "Les Simonnet", Les Tanneries, Amilly (45)
    Du 8 octobre au 18 décembre 2022
    https://www.lestanneries.fr/exposition/les-simonnet

    Voir aussi : "Les Simonnet, en pleine(s) forme(s)"

    Photo : Marthe et Jean-Marie Simonnet, Vue de l’exposition "Les Simonnet"
    Galerie Haute - Les Tanneries – CAC, Amilly, 2022

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Vite, les chats

    Pendant quelques jours encore, Andreea Gherghinesco, dont nous avions parlé sur Bla Bla Blog il y a plusieurs mois, expose à Gien (Loiret) à la Galerie Éphémère jusqu’au 15 mai prochain.  

    C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir cette artiste à l’univers singulier. Son style figuratif, immédiatement attachant et reconnaissable, frappe par sa fausse naïveté. Outre ces personnages d’enfants ou encore l’artiste elle-même, ce sont les chats qui peuplent principalement son œuvre.

    Dans une incroyable série animalière, des félins anthropomorphes, vêtus de leurs plus beaux atours, pensifs, fumant, interpelant le spectateur, seuls et souvent nimbés d’une mélancolie à la Edward Hopper, prennent possession de la galerie giennoise.

    Le passant ne devra pas hésiter à passer les portes de la Galerie Éphémère pour découvrir les toiles colorées, fauvistes et comme frappées par l’influence d’un certain Vincent Van Gogh.

    Et puis, il y a aussi ces chats, attachants, mystérieux et libres. Ils nous regardent, nous invitant à un instant comme suspendu du temps. Un espace pour eux leur ait même réservé à l'entrée... Mais je ne vous en dis pas plus.

    Vite, c'est à découvrir à Gien jusqu'au 15 mai prochain !

    Andreea Gherghinesco à la Galerie Éphémère
    Du 2 au 15 mai 2022
    21, rue Gambetta, 45500 Gien
    Tél. 06 79 05 07 41
    https://www.facebook.com/andreea.gherghinescu.1

    Voir aussi : "Des émaux, des choses et des chats"

    © Andreea Gherghinesco

    andreea gherghinesco,galerie éphémère,loiret,gien,chats,peinture,galerie,contemporain

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

     

  • Des émaux, des choses et des chats

    L’exposition qui se tient cette semaine à Ouzouer-Sur-Trezée s'intitule : "Quelque part sur la Trézée". Voilà un nom qui sonne bon l’aventure, les grands espaces et les contes fantastiques.

    On peut, du reste, dire que le conte fantastique n’est pas absent dans cette passionnante exposition rassemblant des œuvres de Frédéric Gardinier, Andreea Gherghinesco, Mifamosa, Thomas et Alex Popovici et Jean-Marie Neveu. Ces artistes de la région de Gien (Loiret), dont le plus jeune a seulement 13 ans, proposent des créations à la fois hétéroclites et d’une singulière cohérence : peintures à l’huile, collages, mosaïques en émaux de Briare, techniques mixtes et street art se répondent et traduisent à leur manière l’esprit bouillonnant de ces créateurs dans leurs "narrations graphiques".

    Jean-Marie Neveu propose plusieurs séries, dont la première, "Les arbres", capte à coup sûr le spectateur. Ces végétaux anthropomorphes, que l’on croirait sortis d’un conte fantastique ou d’un récit de Fantasy, évoquent, dans des scènes mi-naïves mi-drolatiques, les sept péchés capitaux… mais aussi le Covid. À côté d’autres tableaux représentant le pont-canal de Briare, Jean-Marie Neveu présente une série chaleureuse et colorée consacrée aux gitanes.

    Une peinture de Frédéric Gardinier domine la première salle et hypnotise le regard du visiteur : le majestueux nu ("Nue assise") fait figure d’envoûtante passerelle entre classicisme et abstraction lyrique.

    L’ambition d’une exposition ne se donnant aucune limite

    Cette œuvre, tout comme ceux d’Alex Noe Popovici et MifaMosa traduisent l’ambition d’une exposition ne se donnant aucune limite. Là où le premier propose des reproductions et des photographies de ces créations de street art en émaux de Briare (l’artiste a "sévi" à Lyon, à Orléans, à Blois… mais aussi à Ouzouer-sur-Trézée), le second propose des mosaïques, toujours en émaux de Briare, parlant aussi bien de choses vues ("Yesterday we saw our future", "Giuseppe ou la noblesse à vol d’oiseau") que de réflexions existentielles et poétiques ("Le ciel par-dessus le toit" , d’après le poème de Verlaine). Impossible de ne pas parler non plus des formidables collages de Thomas Walter Popovici : bon sang ne saurait mentir.

    La seconde salle est, pour l’essentiel, consacrée aux créations d’Andreea Gherghinesco. Les séries de cette artiste convoquent tour à tour le figuratif influencé aussi bien par Van Gogh ou Gauguin, l’expressionnisme, le symbolisme ou le surréalisme. Bien dans son époque, Andreea Gherghinesco parle de choses vues, vécues ou rêvées dans des tableaux aux techniques mixtes. Elle y parle de l’enfance, de douleurs indicibles (la poignante série "In my solitude"), de visions étranges, telle cette enfant au divan mauve et au chat, tout en proposant de passionnants portraits figurant dans son panthéon (Gaston Bachelard, Albert Camus, Georges Brassens, Kurt Cobain, Fujita, Nina Simone mais aussi Nick Cave).

    Le spectateur s’arrêtera sans doute sur ces étonnants, touchants et passionnants portraits de chats. L’artiste les représente anthropomorphisés, fiers, dédaigneux, drôles, rêveurs ou séducteurs, parfois fumant ou posant en robe XIXe siècle, en tenue de marin ou en gentlemen portant beau.

    Dans les peintures d’Andrea Gherghinesco, l’onirisme le dispute au réalisme et au symbolisme. Les couleurs tourbillonnent. Les personnages – pour certains, des chats, encore et toujours – surgissent derrière des feuillages foisonnants. Quant aux paysages, ils sont aussi menaçants que les soleils et les cieux étoilés.

    Cette seconde édition de  "Quelque part sur la Trézée" est visible à la Salle des Fêtes d’Ouzouer-sur-Trézée jusqu’au 7 novembre. Il faut s'y précipiter, sans attendre.

    Exposition "Quelque part sur la Trézée #2", du 1er au 7 novembre  2021
    Salle des Fêtes, Place De La Libération, Ouzouer-Sur-Trezée (45)
    https://www.facebook.com/groups/668517513215796
    https://openagenda.com/loiret-tourinsoft

    Voir aussi : "Stars cheap troopers d’Adrien Vinet"
    "Concerts en poche"

    Illustrations :  Andrea Gherghinesco

    expositon,ouzouer,trezée,loiret,gien,briare,pont-canal,peintures,collages,émaux,émail,andreea  gherghinesco,frédéric gardinier,mifamosa,alex popovici,jean-marie neveu

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Concerts en poche

    Les Concerts de Poche, créés par  la pianiste Gisèle Magnan, débarquent aujourd’hui dans le Loiret, à Bonny-sur-Loire. L’association est reconnue d’utilité publique et labellisée "La France s’engage".

    Après la longue période de crise sanitaire et de contraintes, les Concerts de Poche mettent les bouchées doubles cet automne. Les Concerts de Poche viennent de lancer leur toute nouvelle saison sous le signe du renouveau et de la jeunesse.

    En région Centre-Val de Loire, c’est à Bonny-sur-Loire qu’aura lieu ce vendredi 15 octobre un premier concert consacré à Schubert et Mozart. Ce sont de jeunes talents qui sont mis à l’honneur : le harpiste Sylvain Blassel sera accompagné par le Quatuor Mirages, la violoniste Laetitia Amblard, le violoniste Constant Clermont, l’altiste Pierre-Pascal Jean, la violoncelliste Clémence Mesbout et le contrebassiste Yann Dubost.

    C’est une formation inédite qui se formera à l’occasion de ce concert, avec un répertoire consacré à Mozart et Schubert.

    Concerts de Poche
    Vendredi 15 octobre prochain à 20H30 à Bonny-sur-Loire (45)
    https://www.concertsdepoche.com

    Voir aussi : "C’est notre patrimoine"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Il n’y a pas de requins dans la Loire

    Le bloggeur parle de l’auteur.

    Il y a 9 ans, sortait mon premier roman, Il n'y a pas de Requins dans la Loire (éd. La Plume noire). J’ai choisi de faire aujourd’hui un zoom sur ce polar, situé dans un petit coin du Loiret.

    Venu tout droit de Paris, Daniel Mouret, modeste clerc de notaire, s’installe avec sa femme Sonia à Gien. Il est bien décidé à faire carrière dans cette petite ville du Loiret. Le tragique naufrage d’un chaland donne inopportunément un coup de pouce à son ambition. Le couple caresse un autre rêve : s’installer dans une maison à la campagne. Une occasion en or se présente : un notable charismatique propose aux Mouret l’achat de "Belle Rive", une grande propriété sur les bords de Loire. Seul hic à cette "affaire du siècle" : une vieille dame y vit toujours et n’est pas décidée à partir. Le vendeur promet cependant aux Mouret de remédier à cette difficulté. Quelques mois plus tard, la locataire gênante n’est plus un problème…

    Roman noir autant que portrait d’une petite société avide de réussite sociale, Il n’y a pas de requins dans la Loire tisse autour de personnages aux lourds secrets une intrigue hitchcockienne qui se révèle dans les toutes dernières pages.

    Pour découvrir et commander ce roman, ça se passe ici.

    Bruno Chiron, Il n'y a pas de Requins dans la Loire, éd. La Plume noire, 2012, 164 p.
    https://editionlaplumenoire.123.fr/a_lire_066.html
    https://www.amazon.fr/pas-requins-dans-Loire/dp/1445796791

    Voir aussi : "« Rock'n'Love » d'Arsène K., toujours disponible"
    "Les publications du bloggeur"

    Photos : Bruno Chiron

    roman,polar,gien,loiret,nevoy,mes publications mes créations

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook