Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

montargis

  • Voyages autour du monde en France

    On le sait depuis le début de la crise sanitaire : voyager à l’étranger est devenu sinon impossible, du moins fort risqué. Autant dire que l’idée de faire un tour du monde s’avère des plus périlleux. C’est sur cette idée que le journaliste et écrivain Philibert Humm, après son Tour de France de deux enfants d’aujourd’hui, a décidé de parcourir notre pays , dans l’optique de faire un tour du monde sans franchir les frontières. Il vient d'en sortir un livre au titre vernien : Les Tribulations d’un Français en France (éd. Du Rocher).

    Cette idée n’est pas si étrange qu’il n’y paraît : "En cherchant un peu, j’ai appris que nous avions en France un Sahara, une Irlande, une petite Belgique et trois Monaco." Notre pays regorge en effet une "variété de paysages" mais aussi de "cent [noms de] pays" apposés à des villes ou des régions bien de chez nous.

    Voilà donc Philibert Humm parti sur les routes de la Tolède du Contentin (Coutances), de la Toscane-sur-Loire (Clisson), de la Venise du Gâtinais (Montargis), de la petite Russie (Nice, bien entendu) ou encore du (petit) Colorado du Luberon (Rustrel).

    Grâce à des chroniques courtes et qui se lisent avec plaisir, le journaliste raconte la visite de cités bien souvent discrètes et oubliées (Coutances), parfois magiques ("Saleccia, les Caraïbes corses") en tentant de saisir la ressemblance ou non de l’obscure commune alsacienne de Truchtersheim avec Monaco. De ce point de vue, Philibert Humm se montre parfois dubitatif, lorsque par exemple il s’intéresse à cette Amazonie auvergnate qu’il présente à un témoin, tout aussi perplexe : "Tu sais, mon p’tit gars, ton Amazonie, elle ressemble bougrement à l’Auvergne…"

    "Tu sais, mon p’tit gars, ton Amazonie, elle ressemble bougrement à l’Auvergne"

    L’auteur se montre par contre plus laudateur lorsqu’il parle de Clisson, cette ville proche de Nantes, réputée aujourd’hui pour son festival de heavy metal, le Hellfest. Mais ce qui intéresse l’auteur c’est bien la manière dont la ville a été reconstruite après les Guerres de Vendée sur le modèle de paysages italiens : "Le chianti local est le muscadet." On devine le journaliste s’attardant sur les routes sinueuses, entre les coteaux ligériens, tout en savourant un expresso à l’ombre des campaniles. "Et on voudrait nous faire croire que nous sommes en Loire-Atlantique", conclue-t-il.

    Le blogueur sait bien entendu arrêté sur une des nombreuses Venise de France (il y en a 13 en France, apprend-on) : celle du Gâtinais, Montargis. Sa promenade dans cette sous-préfecture du Loiret est le moyen de discuter, comme souvent, avec quelques habitants : les dames de l’office de tourisme, une bouquiniste ("Le Monde à l’envers") ou cette habitante qui parle de la crue centennale de 2016.

    Les  Tribulations d’un Français en France est complété par un voyage en auto-stop un peu particulier. Grâce à une pancarte où est inscrit "N’importe où" en guise de destination, Philippe Humm, accompagné d’Hélène, une photographe, a traversé le pays de Paris à Toulon, en passant par Auxerre, Limoges et La Rochelle. Cette façon inédite de voyager lui permet de croquer des habitants "ordinaires", du routier au couple de jeunes retraités, en passant par Claire, la nomade solitaire, en passant par Catherine, qui semble aller nulle part.

    Mais aller nulle part, n’est-ce pas aller quelque part ? 

    Philibert Humm, Les Tribulations d’un Français en France, éd. Du Rocher, 2021, 148 p.
    https://www.editionsdurocher.fr

    Voir aussi : "Montargis la Chinoise"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Du talent à mort !

    Le monde du cinéma est familier à Sylvain Gillet, comme il le montrait dans son précédent roman Ludivine comme Édith. Le comédien, réalisateur, scénariste et maintenant écrivain, le prouve une fois de plus avec son dernier opus Commedia Nostra (éd. Ramsay).

    Après l’histoire d’une jeune comédienne pleine d’espoir mais massacrée et détruite en plein vol, voilà celle d’un comédien raté, sûr de son talent mais sur une voie de garage depuis des décennies jusqu'au jour où on lui propose un rôle des plus dangereux.

    Il s’appelle Antoine Aria, véritable portrait craché du fameux comédien d’Aznavour aux "succès faciles", aux "filles à soldats" , aux "petits meublés" et aux "maigres repas". Au moment où commence le récit de  Sylvain Gillet, Antoine a même réussi à foirer une publicité pour des légumes en conserve, si bien que son agent Max Malakian décide de mettre fin à leur collaboration infructueuse : "Vingt ans d’une relation que l’honnête intermédiaire ne voit plus que comme une longue galère faite d’engueulades et de déceptions…"

    Le calice déborde, et le monsieur "75 %" entend bien se concentrer sur un autre artiste, Clarence Charvel, un prénom qui fleure bon le théâtreux british période fifties. Pas un jeune premier, ça non, mais un concurrent qui fait de l’ombre à Aria depuis trop longtemps : "Antoine et lui se connaissent depuis des lustres [et] depuis le début ces deux Cro-Magnon du théâtre français se détestent".

    Or, le soir où Max Malakian se décide à congédier Aria, un homme d’affaires, François de Marziol, propose à l’agent un marché qu’il ne peut pas refuser : demander à l’un de ses comédiens de jouer le rôle de son père, un ancien mafioso décédé quelques années plus tôt.

    Max pense aussitôt à Antoine pour se grimer en Pepe di Marzio, mais ce n'est ni pour la gloriole, ni pour un public à conquérir, et encore moins pour un hypothétique Molière. Notre homme devra reprendre l’identité de ce minable malfrat italien obligé de quitter son village de Megalla cinquante ans plus tôt, la queue entre les jambes, à cause d’un braquage foiré dans toutes les largesses, mais aussi des beaux yeux de la fiancée de son propre frère Maurizio. Les Caïn et Abel italiens sont restés fâchés à mort mais l’heure de la réconciliation doit avoir lieu, sous la bénédiction de moines près de la frontière franco-italienne. 

    Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente

    Le "vrai" Pepe mort, c'est notre Louis Jouvet de pacotille qui doit jouer l'aîné des di Marzio et rencontrer après 50 ans le petit dernier, en faisant illusion. Un acte de contrition sincère et désintéressé ? Pas du tout : un coffret hors de prix - qui a été la cause de la débandade - est en jeu. Antoine Aria se lance dans ce qu’il considère comme son plus grand rôle, mais aussi le plus dangereux. En endossant le rôle d’un vieux maffioso, il lui faudra tous les talents du monde pour déjouer les pièges de cette pièce plus vraie que nature, et qui ne va évidemment pas se passer comme prévu. 

    Avec Commedia Nostra, l’enquête policière de  Ludivine comme Édith a laissé place à un polar à la fois sombre, sanglant, cynique et bourré d’humour noir. Sylvain Gillet fonce à toute berzingue sur la trace de comédiens minables mais sûrs de leur talent, de surcroît largement ratiboisés par un agent, pas plus au fait qu'eux des us et coutumes de la corporation mafieuse. En croisant des criminels en col blanc, Max et Antoine sont au cœur d'un vrai choc des cultures, avec gros calibres en option.

    Voilà donc la smala reconstituée : le vieux Maurizio parti se mettre au vert aux States, le faux Pepe,  François, propre sur lui et fils du mafioso qui a mangé les pissenlits par la racine, la sémillante cousine Jenny Mc Marthiaw, Max devenu l’obscur conseiller personnel, sans oublier les hommes de main, à commencer par Miguel "Dernière Image" Ibanez, une sorte de Joe Pesci ibère.

    Dans cette intrigue ayant plus à voir avec du Tarantino qu’avec Le Parrain, Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente où l’humour noir est le seul gagnant.

    L’auteur a indéniablement le sens de la formule, y compris lorsqu’il pastiche Flaubert à bon escient ("C’était à Megalla, faux bourg en partage, dans les bassins d’Icare"). Sylvain Gillet donne tout son sel au polar, à l’instar de cette présentation des retrouvailles entre les deux vieux frères :"Avant tout rapprochement, il y a des coutumes à respecter. Certes, l’on pourra objecter que dans l’enfilade aussi, il y a des traditions : lubrification, présentation à la famille et limage des ongles ne sont que quelques exemples d’une bonne pratique sodomite à la fois courtoise et altruiste."  

    Voilà qui a le mérite d'être dit et bien dit. Car Sylvain Gillet a du talent, lui.

    Sylvain Gillet, Commedia Nostra, éd. Ramsay, 2020, 308 p.
    https://sylvain-gillet.fr
    https://www.facebook.com/sylvain.gillet.372
    https://ramsay.fr/dd-product/commedia-nostra

    Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Prêt·e·s à creuser des citrouilles ?

    Le Château de la Bussière fait partie de ces nombreux sites en France, peu connus mais qui font la richesse du pays. Il est situé à quelques kilomètres de la Loire mais n’est pas stricto sensu un de ces "Châteaux de la Loire". Ce qui n’enlève rien à son caractère remarquable.

    Pour se distinguer de ses "pairs" et aussi se démarquer, le Château de la Bussière a décidé de miser sur son jardin, classé "Jardin Remarquable", aménagé au XVIIIe siècle à la place de l'ancienne vigne du château. En route donc pour La Bussière, situé entre Montargis et Gien, dans le Loiret.

    Cette période d’Halloween est idéale pour y découvrir une collection rare de cucurbitacées de toutes les formes et de toutes les couleurs : butternut, citrouille, potiron, sucrine, coloquinte. La Bussière adresse un gros clin d’œil aux familles et aux enfants, avec des ateliers de des visites de découverte de ces légumes sentant bon - ou pas - la présence de Jack O'Lantern, Dracula ou Freddy.

    Des légumes sentant bon Jack O'Lantern, Dracula ou Freddy

    L’animation permet aux enfants de découvrir ces fruits originaux automnaux, leurs noms, leurs caractéristiques, leurs couleurs et s’initier à la vie du potager en automne. L’atelier se veut surtout un moment de partage et de mise en pratique. L’enfant de plus de 4 ans se voit confier une cucurbitacée et peut alors la creuser tout en laissant parler son imagination.

    Pour l’aider, les parents, les grands-parents, la famille ou des amis ne sont pas loin. Cet atelier est donc un moment propice pour une sortie familiale. Les prévoyants viendront avec un récipient pour récupérer la chair et préparer de bonnes soupes. Les enfants repartent ensuite à la maison avec leur jolie cucurbitacée.

    L’année dernière près de 300 enfants étaient venus profiter de ces ateliers les mercredis et dimanches des vacances. Face à leur succès, et face aux nouvelles mesures de sécurité sanitaire le Château propose des créneaux supplémentaires : les mercredis 21 et 28 octobre, le dimanche 25 octobre et le samedi 31 octobre à 15 heures et 16 heures.

    Le Château fermera ses portes le 2 novembre pour une réouverture le samedi 5 décembre à l’occasion des fêtes de Noël.

    Château de la Bussière
    À 12 km de Gien et à 30 km au sud de Montargis (Loiret)
    Les mercredis 21 et 28 octobre 2020
    Dimanche 25 octobre et Samedi 31 octobre
    De 15 heures à 16 heures
    Réservation conseillées auprès du château
    http://www.chateau-de-la-bussiere.fr

    Voir aussi : "Jouer à Château perché"

    Photo : Château de La Bussière

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Nathalie Stettler-Lapeyrade marche ses rêves

    Nathalie Stettler-Lapeyrade expose tout le mois d’octobre à la Galerie Ephémart de Montargis ses huiles et ses poteries.

    "Enfant déjà, j'adorais me perdre et créer seule dans mon univers... Je laisse errer mon âme entre couleur et formes jusque d'autres dimensions ou je peux m'exprimer librement, sans retenue", dit-elle au sujet de son parcours.

    Exposition tous les jours sauf le dimanche après-midi, de 14H à 18H30 et le samedi de 9H à 18H30.

    Exposition "Nathalie Stettler-Lapeyrade" à la Galerie Ephémart, Montargis
    Tous les jours sauf le dimanche après-midi, de 14H à 18H30 et le samedi de 9H à 18H30
    35 rue Dorée 45200 Montargis
    Association Marcher ses Rêves
    https://nas-art.net/index.html
    https://www.facebook.com/marchersesreves

    Voir aussi : "Mes sœurs, mes semblables"

    © Nathalie Stettler-Lapeyrade

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Fin de saison pour le café philo de montargis

    café philo,montargisLa crise sanitaire a contraint le café philosophique de Montargis a mettre prématurément fin à ses débats.

    Les conditions n’ont pas été réunies ces dernières semaines pour organiser une nouvelle séance.

    Qu’à cela ne tienne : les organisateurs donnent déjà rendez-vous pour la prochaine séance, qui sera la première de la saison 12, le vendredi 18 septembre 2020 au Belman (à confirmer). Le débat commencera à 19 heures, et le sujet sera celui qui avait été choisi il y a plusieurs mois par les participants du café philo : "Peut-on réussir sans aucun effort ni aucun talent ?"

    La participation sera libre et gratuite.

    Café philosophique de Montargis
    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Peut-on mentir ?

    Logo simple.jpgLe café philosophique de Montargis proposera sa prochaine séance au café Le Belman le vendredi 21 février 2020 à 19 heures. Le débat portera sur cette question : "¨Peut-on mentir ?"

    Le mensonge : voilà une pratique universellement réprouvée, pour ne pas dire condamnée. Mentir serait cacher, tricher, abuser, falsifier, duper et induire en erreur. En un mot, ce serait ne plus tenir la vérité comme une valeur indépassable. Le mensonge serait une faute aux effets potentiellement dévastateurs. Pour autant, puis-je mentir sans pour autant que l’on me condamne ? Mentir signifie-t-il montrer une volonté de nuire ? Tous les mensonges sont-ils blâmables ? Puis-je mentir de bonne foi, voire par devoir ? Le mensonge par humanité est-il concevable ? Ne sommes-nous pas tous des menteurs face à autrui ?

    Ce sont autant de questions qui seront débattues au cours de la séance du 21 février prochain au Belman (entrée par l’Hôtel de France).

    La participation sera libre et gratuite.

    "Peut-on mentir ?", séance Café philosophique de Montargis
    Le Belman, Montargis, vendredi 21 février, 19H
    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    Photo : Leah Kelley - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • L'art doit-il se prendre au sérieux ?

    Logo simple.jpgLe café philosophique de Montargis proposera sa prochaine séance le vendredi 6 décembre 2019 à la Médiathèque de Montargis, à partir de 18 heures. Le débat portera sur cette question : "L'art doit-il se prendre au sérieux ?"

    Cette séance a été organisée pour venir en écho de l’exposition "Girodet face à Géricault ou la bataille romantique du Salon de 1819" qui se déroule au Musée Girodet jusqu’au 12 janvier 2020. Les participants du café philo s’interrogeront sur l’art en général et plus particulièrement sur ses intentions.

    Peut-on qualifier l’art de sérieux, d’utile ou de ludique ? Quelle est sa fin ? L’art peut-il être qualifié comme un jeu ou bien un travail comme un autre ? Parce que l’art serait une activité humaine faisant appel à l’imaginaire, au rêve ou au futile d’un créateur ou groupe de créateurs, en quoi peut-il avoir sa place dans une société humaine ?
    Ce sont autant de questions qui seront débattues pour cette séance spéciale à la Médiathèque de Montargis, le vendredi 6 décembre 2019.

    La participation sera libre et gratuite.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Clap de fin pour le 42 heures pour un Court

    La 13e édition du 42 heures pour un Court avait lieu ce week-end à Montargis du 8 au 10 novembre.

    Après 42 heures d’un triathlon vidéo, au cours de laquelle 8 équipes devaient imaginer, écrire, jouer, tourner et monter un film, ce dimanche avait lieu la projection des œuvres créées en un temps record et la remise des prix, après une longue délibération du jury, sous la houlette de Rémy Julienne.

    Sur huit équipes, sept ont finalement pu terminer dans les temps et proposer leur création qui devaient obéir à des contraintes de situation (mettre en scène la phobie, le hasard, la prédiction de l’avenir ou l’optimisme à toute épreuve), de 9thème (le chiffre 13), de lieu (huit lieux à Montargis étaient tiré au sort) et une dernière contrainte sur une citation de film tirée au sort.

    Le palmarès a particulièrement mis en lumière trois courts-métrages qui ont fait l’objet de discussions parfois passionnées, avec des trouvailles et des choix qui ont pu déconcerter voire enthousiasmer le jury.

    Le Chien d'Or a été remis au film Futur imparfait de l'équipe W Movie Machine, qui a également reçu le prix du public, à quelques voix près. Le jury a été séduit par la qualité du film comme par l’humour impertinent et les trouvailles au service d’un court-métrage engagé, mené tambour-battant.

    Le Chien d'Argent a été remis à Ready or not de l'équipe Novely Studio pour l’audace de son sujet très actuel et par le culot de ses créateurs.

    Le Chien de Bronze a été remis à Un message de l'équipe Rapace Prod pour avoir su traiter avec beaucoup d’intelligence, sans pathos et non sans humour le sujet difficile du deuil.

    Deux prix d'interprétation féminine ex-æquo ont été remis à Laurine Porcher pour son interprétation dans Ready or not dans lequel elle tient à bout de bras le court-métrage Mélanie Poiget pour son rôle de voyante hallucinée dans Un message.

    Le prix d'interprétation masculine a été remis à l’unanimité à Chris Surgiao, parfait dans son interprétation de looser magnifique à la Big Lebowski pour Futur imparfait.

    Le jury a tenu à ajouter trois prix spéciaux.

    Un prix du meilleur second rôle a été remis à la "jeune" et formidable Marcelle Bréchet pour Futur imparfait et son rôle incroyable de Sandrine Connor.  

    Un prix du meilleur scénario, qui a bluffé le jury, a été donné à Un message.

    Le jury a tenu également à décerner le prix de la meilleure musique à Ça roule, Jason de l'équipe La Compagnie Man Raie.

    C’est donc fini pour cette 13e édition de 42 heures pour un Court. À l’année prochaine pour le 14e rendez-vous de ce festival de cinéma.

    42 heures pour un Court avait lieu, du 8 au 10 novembre 2019
    http://www.art-et-culture-montargis.com/-42h-pour-un-court-.html
    https://www.facebook.com/Association-Art-et-Culture-Montargis-Officiel-375977162480565/

    Voir aussi : "Dans le jury de 42 heures pour un Court"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !