Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Télévision et séries

  • Séries à gogo

    Pin it!

    Voilà un hors-série estival qui devrait intéresser pas mal de passionnés de séries télé. Bien entendu, tout le monde ou presque connaît les séries mythiques Breaking Bad, Soprano, Game of Thrones ou, plus loin de nous, Le Prisonnier, La Quatrième Dimension ou Chapeau Melon et Bottes de Cuir. Mais qui a déjà entendu parler de John from Cincinnati (une saison, 2007), la version britannique de House of Cards (une seule saison, 1990) ou encore la comédie satirique Grosse Pointe, supprimée en pleine gloire en 2001, après seulement 17 épisodes ?

    Première propose cet été, dans un hors-série qui ravira les sériephiles – souvent amnésiques – et qui nous rappelle que ce genre très en vogue n’est pas né avec HBO. D’ailleurs, un chapitre ("Old Cool") est consacré à quelques-uns de ces authentiques monuments historiques qui peuvent avoir le goût d’une madeleine de Proust : Automan créé par Glen A. Larson (1983-1984), la série anglaise d’épouvante Thriller (six saisons entre 1973 et 1976) ou Sapphire & Steel (six saisons entre 1979 et 1982), autre création britannique avec Joanna Lumley (une des "madame bottes de cuir") et David McCallul et véritable précurseur de Stranger Things.

    Un certain Steven Spielberg

    Les rédacteurs de Première parviennent à dénicher d’authentiques joyaux autant que des pièces rares de futurs grands réalisateurs et showrunners. Ainsi, durant les trois saisons de Night Gallery (1969-1973), Rod Sterling, le créateur de Twilight Zone, parvient à faire signer un certain Steven Spielberg , 22 ans en 1969. Ce sera Eyes, un épisode avec Joan Crawford. Au début des années 2000, c’est dans Los Angeles : Division Homicide que Michael Mann s’essayait à la série télé. En 2000, l’ancien journaliste David Simon ne sortait de terre qu’une seule saison de The Corner. Une fin sèche mais qui allait annoncer son chef d’œuvre The Wire (Sur Écoute).

    La France fait figure de parent pauvre – à juste titre. Au contraire de la Grande-Bretagne qui a droit à un chapitre consacré ("Ils sont fous ces Anglais"), peu de séries trouvent grâce aux yeux de nos spécialistes : Noires sont les Galaxies (une seule saison en 1981), Au-delà des Murs (une saison franco-belge en 2015) et l’étonnante série autofictionnelle Inside Jamel Comedy Club, créé par Blanche Gardin et Fabrice Éboué en 2009 (une seule saison là aussi). Première a droit à une interview de ces deux artistes surdoué·es qui reviennent sur la genèse et la fabrication étonnante de ce format d’un autre genre.

    J’oubliais une dernière chose importante : le hors-série Première explique comment voir chacune de ses séries, histoire de ne pas sortir complètement frustrés et de se souvenir que dans la vie d’une série seuls les diffuseurs ont droit de vie et de mort sur les plus géniales de ces créations audiovisuelles.

    "Les 100 meilleures séries que vous n’avez pas vues,"
    in Première, hors-série, juillet-août 2018
    http://www.premiere.fr

    Voir aussi :
    "C’est pas de la télé, c’est HBO
    "Une chose venue d’un autre temps"

  • À Tanger, je me suis perdu avec Camélia Jordana

    Pin it!

    Découvrir, avec le regard d’un artiste, une ville émergente qui pourrait bien devenir incontournable dans quelques années : telle est l’ambition de Capitales inconnues, une série au format court à découvrir sur Internet. Ses créateurs annoncent déjà les futures capitales visitées : Jakarta, Accra, mais aussi Oulan-Bator, Auckland, Téhéran ou La Paz. Les épisodes s’articulent autour de séquences récurrentes : architecture et économie, divertissements, mode, cuisine, arts, sports et personnalités. Capitales Inconnues se déclinera ensuite en capsules courtes, en un site web et en une application, avec l’objectif d’être présent sur les réseaux sociaux.

    Le premier numéro de cette émission hybride, à mi-chemin entre le web documentaire et le magazine culturel, nous fait découvrir Tanger grâce à Camélia Jordana.

    Une des villes les plus hypes d’Afrique du Nord

    La chanteuse et actrice déambule, en compagnie de Laurent Bardainne, dans les ruelles étroites et les lieux les plus incontournables de l’une des villes les plus hypes d’Afrique du Nord. À travers des séquences brèves et rythmées, le spectateur découvre la remarquable Librairie des Colonnes, le café Hafa où Jimi Hendrix, Liz Taylor et les Beatles avaient leurs habitudes, le théâtre Cervantes, le café Baba ou la première maison de Paul Bowles.

    Dans ce premier numéro de Capitale Inconnue, pas de longs discours, de lieux attrape-touristes, de regards appuyés sur des décorums ou des dorures ou de guides rébarbatifs mais une pérégrination cool, guidée par une Camélia Jordana légère et hypnotisante.Ce voyage à Tanger se termine sur les toits de l’hôtel Dar Nour, avec vue imprenable sur la bbaie de Tanger. La chanteuse y interprète Stupid Love, un titre de son nouveau projet musical, le bien nommé Lost. Se perdre dans une ville magnétique avec Camélia Jordana et au milieu de ses habitants : voilà le genre de périple touristique qui ferait rêver n’importe qui.

    Capitales Inconnues de Richard Minier et Leslie Dubest, premier épisode, Tanger,
    avec Camélia Jordana,
    26 minutes version TV / 13 minutes version Web TV / 3 minutes capsules / 1'20 teaser,
    Heavy Surf / Together, 2018
    http://www.capitalesinconnues.com

    © Heavy Surf / Together

  • Poubelle la vie

    Pin it!

    La vie de deux poubelles dans un quartier de Tours : voilà le pitch de la mini-série Poubelles, La Vie, réalisée par Yohan Vioux et Hubert Jégat et l’équipe des Tontons Filmeurs, avec le soutien de la Ville de Tours. Lancée sur Youtube le 1er octobre 2017, la série satirique en est aujourd’hui à sa deuxième saison.

    Poubelles, La Vie ce sont des tranches de vie de deux containers à déchets, Adrienne et Bénédicte (rejointes récemment par Claudia, "la végétarienne"), témoins bavardes de nos us et coutumes. Dans un format court (2 minutes 30 à 3 minutes par épisode), nos deux voisines de trottoir nous parlent de nos petites vies à partir des déchets – recyclés ou non – qu’elles réceptionnent et ingurgitent pour le meilleur et souvent pour le pire.

    Claudia, "la végétarienne"

    Il y est question de (zéro) déchets, de recyclage (bien sûr), mais aussi de notre société de consommation, du voisinage des humains, de la solitude, des dictatures, de même d’amour.

    Au début de chaque épisode, les auteurs ont choisi de mettre en exergue une citation de Rabelais La Bruyère Montesquieu... ou Philippe Geluck.

    Les spectateurs pourront être décontenancés par cette série conceptuelle dont les personnages sont des objets quasi inanimés. Mais si l’on passe cette barrière, on saluera l’impertinence des auteurs dont le sens de la dérision et de l’absurde renvoie au mythique Téléchat, avec Adrienne la bleue et Bénédicte la rouge en dignes héritières de Groucha et Lola.

    Cette série est – pour l’instant – à découvrir sur Youtube. Une vraie curiosité.

    Poubelles, la Vie, websérie de Yohan Vioux et Hubert Jégat,
    avec Hélène Risterucci, Mélodie Le Bihan et Aurélie Messié,
    sur Youtube, saison 2 en cours de diffusion, depuis 2017

    http://poubelleslavie-webserie.fr

  • Les victoires en bleu et les bleus des défaites

    Pin it!

    À quelques jours du début de la coupe du monde de football, voilà un documentaire que Didier Deschamps a vu ou verra. À moins qu’il ne fasse le choix de zapper Sélectionneurs, un documentaire de Renaud Saint-Cricq, tant ce film a de quoi donner des sueurs froides à ces hommes en charge du coaching des hommes en bleu.

    Pour ce film proposé par Canal+, Renaud Saint-Cricq a interrogé quelques sélectionneurs marquants de qui ont mouillé leur maillot sur le banc de touche : Michel Hidalgo, Gérard Houiller, Michel Platini, Henri Michel (décédé il y a quelques mois et à qui est dédié ce film) et l’inimitable Raymond Domenech. Il manque toutefois le témoignage d’Aymé Jacquet, l’un des forgerons de la victoire de 1998. Ces figures marquantes du football français racontent de l’intérieur ce job à haut risque, hors du commun, passionnant, exaltant mais aussi plein d’ingratitudes.

    Ils parlent de la découverte de ce métier si particulier, des relations compliquées avec les médias, des victoires, des défaites puis de la fin souvent brutale de leur mission. Le sélectionneur est souvent le fusible qui saute, puisqu’on ne peut pas virer onze joueurs d’une équipe qui a failli, comme le fait remarquer Raymond Domenech.

    Le chef-d’œuvre de Zidane

    Les grands matchs, gagnés ou perdus, sont évoqués : la demi-finale France-Allemagne lors du mondial de 1982, le quart de finale contre le Brésil eu Mexique en 1986, le match qualificatif contre la Bulgarie en 1993, le "chef-d’œuvre de Zidane" lors du France-Brésil de 2006 et la finale perdue contre l’Italie lors de cette même coupe du monde. Raymond Domenech revient également longuement sur l’affaire de Knysna en 2010.

    Chacun des sélectionneurs revient avec franchise et souvent émotion ces sur ces compétitions, sur leur passion, sur leurs relations avec les joueurs et sur les difficultés qu’ils ont dû affronter. Les bonheurs comme les blessures de ces hommes en bleu ne sont pas cachées. Des blessures qu’ils acceptent, tout en déplorant que dans leur profession si particulière, ce soient les proches et les enfants qui souffrent le plus. Gageons que, pour cette coupe du monde sur le point de commencer, Didier Deschamps ne connaîtra que les très grands bonheurs d’une victoire et pas les bleus des défaites.

    Sélectionneurs, de Renaud Saint-Cricq, France, 2018, 82 mn,
    en ce moment sur Canal+

  • Versailles ferme bientôt ses portes

    Pin it!

    La troisième saison de Versailles vint tout juste de débarquer sur Canal+, une saison qui sera aussi la dernière.
    Après avoir parlé de l’accession au pouvoir de Louis XIV, des amours du Roi Soleil, la domestication de la cour ou l’Affaire des Poisons, les créateurs ont choisi d’aborder l’histoire du Masque de Fer (qui avait été chroniqué sur le lien), le protestantisme et toujours les luttes d’influence feutrées et impitoyables au cœur du somptueux château de Versailles.

    Le spectateur retrouvera quelques personnages marquants de la série française : le Roi Soleil (George Blagden) bien entendu, mais aussi son frère Philippe d'Orléans (Alexander Vlahos) et la coriace Madame de Montespan (Anna Brewster).

    Il reste encore 10 épisodes pour suivre Louis XIV, comme sorti des manuels scolaires, pour prendre vie de la plus belle des manières – mais non sans approximations historiques. Un bien moindre mal.

    Versailles, saison 3, de Simon Mirren et David Wolstencroft, avec George Blagden,
    Alexander Vlahos,Tygh Runyan, Evan Williams, Stuart Bowman
    et Anna Brewster, France et Canada, 2018, en ce moment sur Canal+

    "Galerie glaçante"

  • Sur les pas d’Harry Potter, de Game of Thrones ou d’Outlander

    Pin it!

    La Grande-Bretagne et l’Irlande ont su tirer leur épingle du jeu grâce à la télévision et le cinéma. Le tournage des sagas que sont Harry Potter, Outlander, Game of Thrones ou Star Wars ont eu un effet indéniable collatéral sur le tourisme d’outre-manche. Certains professionnels ont réussi à surfer sur l’engouement des séries et des sagas à grand spectacle en proposant des voyages clé en main pour un public de fans bien destinés à marcher sur les traces d’Harry Potter, de Jon Stark ou des derniers Jedis.

    Prenez Brittany Ferries. La compagnie de ferries propose plusieurs formules pour des vacances originales et hors des sentiers battus : la visite des studios de la Warner près de Londres, là où ont été tournés la majorité des épisodes du petit sorcier de Poudlard ; un circuit en Écosse pour suivre les pas de Claire et Jaimie, les héros d’Outlander ; une excursion plus vraie que nature pour visiter le domaine des Winterfell, les Îles de Fer ou la Forêt Hantée de Game of Thrones ; et enfin un pèlerinage en Irlande pour découvrir le Wild Atlantic Way, cette longue route côtière qui longe la façade Atlantique, le lieu de tournage du dernier Star Wars.

    Et voilà comment les professionnels du tourisme arrivent à tirer profit du petit et du grand écran. 

    http://www.brittany-ferries.fr

  • Binge-watching de spectacles avec Opsis TV

    Pin it!

    Il y a un an, Opsis TV sortait sa plateforme de streaming dédiée à l’univers théâtral. Sa vocation ? Diffuser des captations de pièces de théâtre en illimité, sur simple abonnement mensuel : aujourd’hui le catalogue de ce service comprend plusieurs centaines de spectacles, en replay ou en direct.

    Classique, comédies, théâtre contemporain, musicaux ou spectacles pour enfants sont proposés pour des soirées ou des week-end pouvant aller jusqu’au binge-watching – qui n’est désormais plus réservé aux séries télé.

    La plateforme Opsis TV veut se donner la possibilité pour tout public d’accéder à la culture théâtrale plus facilement et à petit prix, notamment pour les provinciaux souhaitant assister à des représentations parisiennes, les seniors, les personnes handicapées, les scolaires ou les Français de l’étranger. Opsis TV promet également des expériences d’immersion qui promettent des séances plus vraies que nature via la réalité virtuelle.

    Théâtres privés et publics, festivals culturels et institutions publiques sont partenaires de cette plateforme inédite en la matière. L’INA a signé un partenariat pour l'ajout d'archives théâtrales avec une nouvelle pièce chaque mois.

    En avril 2017, Opsis TV a été récompensé du 2ème Prix de l’initiative numérique culture, communication et médias du Groupe Audiens. Dorénavant, si vous ne pouvez aller au Festival d’Avignon, le Festival d’Avignon ira à vous.

    http://www.opsistv.com

  • Trips new-yorkais sur les traces de Robert de Niro, Superman, Harry et Sally

    Pin it!

    40 millions de touristes ont choisi leur destination en 2012 parce qu’un tournage s’y était déroulé. Les lieux de fiction sont devenus des centres d’intérêt pour les voyageurs d’après l’Étude TCI - 2012 (Tourism Competitive Intelligence). 90 % des touristes d’Albuquerque au Nouveau Mexique sont venus suite à la série Breaking Bad, la Nouvelle-Zélande accueille 900 000 visiteurs supplémentaires par an depuis la sortie du Seigneur des anneaux en 2001, 50 photos du café parisien des Deux Moulins sont prises depuis la sortie du Fabuleux destin d’Amélie Poulain en 2001 et Dubrovnik-Neretva a reçu plus de 42 % de hausse de fréquentation touristique grâce à Game of Thrones. C’est dire l’importance du cinéma et de la télévision dans l’afflux touristique.

    Lancé par une start-up poitevine, Le Guide New York Fantrippers propose une expérience de voyage insolite et inédite avec plus de 1 000 lieux cultes de films, séries TV, musiques, BD et romans.

    New York n’est pas que limité à la Statue de la Liberté, à Broadway ou au quartier de Wall Street. Pour les amoureux du cinéma, la Grosse Pomme c’est aussi la caserne de Ghostbusters, le pont de Brooklyn dans Il était une fois en Amérique, le Katz’s Delicatessen de Quand Harry rencontre Sally, l’immeuble de Friends ou celui du Daily Planet de Superman, l'appartement de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, la station de métro du mythique clip Bad de Michaël Jackson, sans oublier les lieux évoqués dans les romans de Francis Scott Fitzgerald, Paul Auster... ou Guillaume Musso.

    Le concept de Fantrippers a germé à New-York au printemps 2015. Nicolas Albert, journaliste, et Anthony Thibault, web et motion designer, passionnés de pop culture et de voyages, constatent qu’il n’existe aucune source compilant l’ensemble des lieux mentionnés dans les films, les séries, la musique, la bande dessinée ou les romans. Quelques mois plus tard, ils poursuivent leur réflexion sur la mythique Route 66 et créent leur start-up Fantrippers. Elle obtient le soutien de Créavienne, qui lui remet le Prix projet d’entreprise (mention internationale) en 2017, de Start’innov, de La French Tech et d'ADI-Nouvelle Aquitaine.

    Sur les pas des super-héros de Marvel

    Après une application Internet et mobile, la plateforme web collaborative Fantrippers.com, une newsletter, Dailytrippers, envoyée à 10.000 membres et une page Facebook likée par 9.500 fans, cette fois c’est sur papier que se décline Fantrippers qui a déjà dans ses bases de données plus de 10.000 lieux référencés dans le monde et plus de de 3.000 films et séries référencés. Nicolas Albert et Anthony Thibault précisent que ce guide sur New-York a nécessité deux ans de travail, plus de 15.000 cliches et 315 km parcourus sur place. Un sacré challenge au service des fans.

    Le Guide New York Fantrippers de Nicolas Albert et Régis Schneider propose de créer son propre circuit dans le New York afin de se déambuler dans quelques-uns des 1.000 lieux cultes du cinéma et de la télévision. Trois modes de consultation sont proposés par les lecteurs de Fantrippers : par quartier en visualisant immédiatement les bonnes adresses autour de soi, par thème (bars, restaurants, shopping, culture ou parcs) ou encore par œuvre (cinéma, séries TV, musiques, bandes, dessinées ou romans).

    Fantrippers proposera également des idées de visites guidées clés en main : une demi-journée exceptionnelle au cœur de grandes séries (Friends, Mad Men, Castle, Person of Interest ou Sex and The City), un trip 100% girly, avec trois heures d’immersion dans l’univers de Gossip Girls au cœur de l’Upper East Side et une visite à pied ou en ferry sur les pas des super-héros de Marvel.

    Qu’on se le dise : le guide le plus cool de New-York existe et il est français.

    Nicolas Albert et Régis Schneider, Le Guide New York Fantrippers,
    éd. Fantrippers, 384 p., 2018,

    édition anglophone disponible en juin 2018
    http://www.fantrippers.com
    Fantrippers sera au Salon du Tourisme du jeudi 15 au dimanche 18 mars 2018,
    Paris Expo Porte de Versailles, Pavillon 4, stand J-067)

  • Gamers, canapés et points d’expérience

    Pin it!

    La République du Centre a fait le focus cette semaine sur XP Canapé, une nouvelle websérie créée par les Orléanais Benjamin Lachaud et Manuel Carroué.

    Le concept de cette série ? Les gamers, les geeks et la vie trépidante (ou pas) des passionnés de jeux vidéos. "Maps", "skills", "boss" ou "one shot" : voilà le vocabulaire et le quotidien de ces personnages filmés, assis dans leur canapé face à un écran vidéo, la manette à la main. Quant au terme Le terme d'"XP", il signifie "point d’expérience" et fait référence aux expériences acquises par un personnage de jeu. 

    La manette à la main

    Les spectateurs peu familiers de Doom, World of Warcraft ou Grand Theft Auto ne se sentiront pas pour autant en terre inconnue dans cet univers mal connu. Car ce dont il est question est aussi la vie en couple, les problèmes du quotidien, les disputes ou l'éducation des enfants.

    Benjamin Lachaud et Manuel Carroué ont mis en scène non pas des caricatures de no-life mais des personnages ordinaires, vite identifiables et attachants : deux colocataires, Adrien et Carow, en état de procrastination avancée, Owen et Alex, deux frères geeks pères de famille et un jeune couple d’amoureux, Julie et Isaac. La console de jeu est à chaque fois le troisième larron de ces programmes courts (quatre minutes environ) bien écrits, joués avec conviction et qui auraient aisément leur place sur une chaîne de la TNT.

    En attendant, XP Canapé est à découvrir sur Youtube. Deux épisodes sont déjà en ligne.

    XP Canapés, de Benjamin Lachaud et Manuel Carroué, avec Adrien Caus, Alexis Defosse, Julie Pagniez, Caroline Clément, Owen Le Marec et Isaac Daribo, Saison 1, niveau 1 et niveau 2, L’Antiprod, 2018
    Luc Barre,"Deux Loirétains aux manettes d'une web-série dédiée aux jeux vidéos", République du Centre, 24 janvier 2018

    https://www.facebook.com/XPCanape

  • Fishbach au casting de "Vernon Subutex"

    Pin it!

    Fishbach a été l'artiste la plus en vue sur Bla Bla Blog en 2017. L'auteure de Mortel poursuit sa carrière, cette fois à l'écran, en frejoignant rejoint Romain Duris et Céline Salette au casting de Vernon Subutex. Dans l'adaptation du Best Seller de Virginie Despentes, eFishbach interprétera le personnage d'Anaïs.

    La série de 9 épisodes sera diffusée courant 2018 sur Canal +

    "À la merci de Fishbach"

  • New York, la nuit

    Pin it!

    Une nouvelle création de HBO, visible en ce moment sur Canal+, propose une relecture intéressante de la série policière. L’intrigue de la série The Night Of se base sur un postulat a priori simple : Nasir Khan, un étudiant a priori sans histoire et issu d’une famille pakistanaise, choisit une nuit d’"emprunter" le taxi de son père pour aller à une soirée. Perdu dans les rues de New York, il voit entrer dans son taxi une inconnue, Andrea, qui lui demande de la ramener chez elle dans une grande et mystérieuse maison. Une brève idylle a lieu, mais qui se transforme en cauchemar lorsqu’à son réveil Nazir découvre le corps poignardé de cette jeune femme rencontrée quelques heures plus tôt. L’étudiant panique mais est vite rattrapé. C’est le seul suspect.

    Sur cette histoire de crime, de coupable idéal et de procès, les créateurs de The Night Of, Richard Price et Steven Zaillian, ont bâti une œuvre télévisuelle subtile dans laquelle un fait divers tristement banal devient matière à ausculter les tenants et les aboutissants cataclysmiques d’un tel drame. Finalement, ce qui est en jeu est autant la recherche du ou des responsables du crime que les conséquences d’une arrestation et d’un procès : la vie d'un commissariat glauque new-yorkais, la découverte de l’enfer d’une prison par un étudiant qui n’y était pas préparé, sans compter les traumatismes dans la famille de Nazir, encore moins susceptible de vivre une telle épreuve. Comment préparer la défense du jeune étudiant, payer l’avocat et vivre en société avec ces accusations ?

    Mais la plus grande réussite de The Night Of reste le personnage de l’avocat John Stone, interprété par le magistral John Turturro. Bien loin du cliché des hommes de loi froids, implacables et impeccables, le personnage principal de la série promène sa démarche incertaine à la Colombo dans les rues grises et glauques de New York, se transformant en un justicier et un détective austère dans des quartiers interlopes.

    Comme il faut s’y attendre, cette série HBO n’entend pas laisser le spectateur sur sa faim et le dernier épisode réserve quelques surprises de taille. Des critiques se sont d’ailleurs étonné qu’un projet de saison 2 soit sur les rails. "Est-ce bien nécessaire ?" se sont demandés certains. La réponse est : oui. Le huitième et dernier épisode augure déjà que le crime d’Andrea a matière à rebondissements. En attendant, la saison 1 est toujours disponible sur la chaîne cryptée. Elle est à ne pas manquer.

    The Night Of, saison 1, de Richard Price et Steven Zaillian, avec John Turturro, Riz Ahmed, Michael K. Williams, Bill Camp, Jeannie Berlin, Glenne Headly, Amara Karan et Sofia Black D'Elia, États-Unis, 8 épisodes de 57 à 96 mn, 2017, Canal+

    https://www.hbo.com/the-night-of

     

  • Les salauds

    Pin it!

    Broadchurch clôt bientôt sa troisième – et ultime – saison. Dans la petite ville anglaise balnéaire et imaginaire qui a été secouée par le meurtre du petit Danny Latimer, les inspecteurs Alec Hardy (David Tennant) et Ellie Miller (Olivia Colman) doivent s’atteler à une nouvelle affaire : l’agression sexuelle d’une quinquagénaire au cours d’une soirée d’anniversaire.

    Sur ce fait divers sordide qui secoue Broadchurch, les policiers vont aller de surprise en surprise : au fur et à mesure que l’enquête avance, le nombre de suspects grossit à vue d’oeil. Le spectateur est pris à la gorge par une intrigue d’autant plus passionnant que chaque personnage secondaire semble cacher de lourds secrets. 

    Il ne reste que quelques épisodes avant de pouvoir connaître le fin mot de l’histoire de cette mini-série britannique qui fait déjà date dans l’histoire de la télé anglaise.

    Broadchurch de Chris Chibnall
    Avec David Tennant, Olivia Colman, Jodie Whittaker et Andrew Buchan,

    Saison 3, huit épisodes de 45 mn, Grande-Bretagne, 2017
    Sur France 2, deux derniers épisodes, ce lundi à 20H55

  • C’est pas de la télé, c’est HBO

    Pin it!

    Oz, Les Soprano, Sex and the City, The Wire, True Blood, True Detective, Game of Thrones : le point commun de ces séries, outre leur succès et leurs qualités plébiscitées, est d’avoir été créées par HBO, une chaîne du câble américain, devenue une référence télévisuelle.

    Pourtant, que de chemins parcourus depuis la naissance, en novembre 1972, de Home Box Office, modeste canal de télé payante dont la programmation se limitait à des petits films indépendants, des matchs de boxe et des documentaires…

    Un livre d'Axel Cadieux, Jean-Vic Chapus et Mathieu Rostac, La Saga HBO (éd. Capricci) retrace l’itinéraire exceptionnel d’une chaîne pas comme les autres qui a lancé une véritable révolution culturelle et artistique : celle des séries, après les premières expérimentations télévisuelles que furent Twin Peaks, X-Files, Buffy contre les Vampires ou Ally McBeal.

    Les auteurs s’omettent pas de mettre un coup de projecteur sur quelques-uns des responsables de HBO : son créateur d’abord, Charles Dolan, mais aussi ces autres responsables que sont Chris Albrecht, Michael Fuchs, Jeff Bewkes, Carolyn Strauss, sans oublier quelques-uns des showrunners qui ont fait le succès de la chaîne.

    La Saga HBO ouvre d’ailleurs largement ses pages à ces scénaristes-producteurs hors du commun que sont David Chase (Les Soprano), David Milch (Deadwood), David Simon (The Wire) ou Tom Fontana (Oz). Certains sont d’ailleurs interviewés pour les besoins du livre.

    Rétrospectivement, la réussite de HBO tient dans une alchimie impeccable mêlant liberté de création, confiance réciproque entre showrunners et responsables de HBO, mais aussi efficacité commerciale acceptée et assumée par tous les maillons de la chaîne.

    Les auteurs de ce passionnant essai retrouveront exposés la genèse et les secrets de fabrication de quelques-unes des plus emblématiques séries estampillées HBO : les chefs-d’œuvres The Wire, Les Soprano ou Six Feet Under, le western métaphysique Deadwood, la série de fantasy True Blood, devenue phénomène de la pop culture et, bien entendu, le raz-de-marée Game of Thrones.

    Axel Cadieux, Jean-Vic Chapus et Mathieu Rostac ne cachent pas les échecs qui ont jalonné l’histoire de la chaîne du câble, souvent en pointe, du reste, pour sentir, voire devancer, les goûts du public. Il y a eu l’arrêt du péplum Rome après deux saisons et 100 millions de dollars engloutis dans une fresque impressionnante, ou encore la déception de Carnivàle (La caravane de l’Étrange). Mais HBO a aussi dû subir la concurrence d’autres chaînes, bien décidées à ne pas lui laisser le monopole de séries ambitieuses, engagées, voire décalées : AMC (Mad Men, The Walking Dead ou Breaking Bad), Showtime (Dexter, Weeds ou The L World) et Fx (Californication, The Shield ou Damages).

    Pour autant, HBO parvient à se redynamiser après 2008, grâce à quelques-uns de ses succès les plus marquants : True Blood, True Detective, Girls, Game of Thrones ou Wesworld pour ne citer qu'eux. Une santé insolente qui lui permet de voir l’avenir en rose : une deuxième saison de Westworld pour 2018, une troisième de True Detective et même une adaptation possible de Fondation d’Isaac Asimov, avec, aux manettes, le showrunner Nic Pizzolatto, le comédien Robert Downy Jr et le réalisateur Roland Emmerich.

    Le terme de chefs-d’œuvres n’est pas galvaudé pour plusieurs séries, pourtant fortement dépendantes des contraintes commerciales de HBO et du couperet de l’arrêt de la saison. Les auteurs, mais aussi journalistes de la revue spécialisée SoFilm, citent des épisodes considérés comme des musts artistiques : l’épisode 11 de la saison 3 des Soprano (Pine Barrens), l’épisode 9 de la deuxième saison de Deadwood (Amalgamation and Capital) ou l’épisode 13 de la saison 4 de The Wire (Final Grades).

    Contre toute attente, HBO a su faire de la série télé une authentique matière artistique. Richard Ellenson, le publicitaire qui a proposé, en 1995, à la petite chaîne du câble son slogan qui lui colle à la peau, "It’s not TV, it’s HBO", a dit ceci : "Surtout ne culpabilisez pas, cher(e)s abonné(e)s. Quand vous passez sur notre canal, vous ne regardez pas la télé. Trop vulgaire. En fait, vous ne le savez pas encore, mais vous regardez des programmes qui pourraient tout à faire faire de l’ombre au cinéma."

    Axel Cadieux, Jean-Vic Chapus et Mathieu Rostac, La Saga HBO, éd. Capricci, 2017, 207 p.
    Myriam Perfetti, "Le double looping des séries", in Marianne, 25-31 août 2017, pp. 62-65
    http://www.hbo.com

  • Troisième bougie pour Bla Bla Blog

    Pin it!

    Bla Bla Blog fête aujourd'hui son troisième anniversaire.

    Près de 550 chroniques plus tard, le blog qui parle de littérature, de musiques, de cinéma ou de télé garde son tempo. Bla Bla Blog c'est une autre manière de parler de ce qui nous touche, parfois par des chemins de traverse, mais toujours avec passion et conviction.

    Pour les prochains balablas, il sera question de philosophie et d'anagramme avec Raphaël Enthoven, d'un focus sur HBO, la chaîne de télévision la plus révolutionnaire de ces vingt dernières années, de mathématiques, d'un retour sur Fishbach, l'une des révélations de la scène rock mais aussi d'une bande dessinée culottée et de haute-volée autour de l'érection (un indice, chez vous, avec le visuel en illustration)...

  • Maîtres et servantes

    Pin it!

    C’est LA série du moment, celle qui cumule les superlatifs : la plus audacieuse, la plus engagée, la plus dérangeante, la plus percutante et sans doute aussi la plus bouleversante. The Handmaid's Tale est un Everest télévisuel, créé par le showrunner Bruce Miller et porté à bout de bras par une Elisabeth Moss (À la Maison blanche, Madmen) capable de métamorphoses saisissantes, de la citadine rayonnante et lumineuse à l’esclave soumise et martyrisée.

    En 1990, une première adaptation avait été faite de La Servante écarlate, le best-seller canadien de Margaret Atwood, sorti en 1985, avec Volker Schlöndorff à la réalisation. Preuve que les temps ont changé, 17 ans plus tard, c’est la plateforme de VOD Hulu qui propose une nouvelle vision de cette œuvre de science-fiction engagée, cette fois dans une série de 10 épisodes. Vue son succès, une deuxième saison est d’ores et déjà en préparation.

    The Handmaid's Tale nous plonge dans une Amérique effrayante et méconnaissable. Une série de crises politiques, environnementales et démographiques ont porté des fondamentalistes au pouvoir. La République de Gilead, dictature mêlant patriarcat, puritanisme religieux et discours écologiques, a bouleversé de fond en comble la société américaine. Les premières victimes de cette révolution sont les femmes, qui ont été rabaissées au rang d’esclaves. La maternité a été élevée au rang d’obligation morale. La seule issue pour ces Américaines est être des mères au foyer soumises aux hommes, des domestiques asservies ou bien des reproductrices destinées à servir de mères porteuses pour les nombreux couples infertiles.

    Offred/ June (Elisabeth Moss) est une de ces servantes, contrainte par la société à se reproduire après des viols institutionnalisés et transformés en cérémonies sacrées. Les nombreux flash-back nous apprennent que June a été des années plus tôt une jeune Américaine heureuse, émancipée et heureuse avec son mari Luke (O. T. Fagbenle) et leur fille Hannah. Elle est logée chez un couple de notables, les Waterford. Le Commandant Fred Waterford (Joseph Fiennes) fait partie du premier cercle au pouvoir. Lui et sa femme Serena Joy (Yvonne Strahovski) ont été parmi les instigateurs de la révolution de Gilead.

    The Handmaid's Tale suit les pas d’Offred dans cette société hyper sécurisée, aseptisée, religieuse, écologique et violente. Les servantes, vêtues de leur traditionnel uniforme écarlate semblant tout droit sorti de l’époque des Pères pèlerins, ploient l’échine, survivent et souffrent. Pour ces femmes abaissées au rang d’esclaves, la sortie ne peut venir que de la fuite vers des pays libres comme le Canada ou la mort. Offred / June voit pourtant une autre issue se dessiner : la résistance.

    The Handmaid's Tale est un uppercut télévisuel qui interroge sur la fragilité des démocraties, le danger des idéologies et la domination masculine. Cette série de science-fiction est un vibrant plaidoyer pour le féminisme, l’engagement humaniste et le courage de la résistance contre les oppressions et les états d’urgence de tout poil.

    Alors que les populismes n’en finissent pas de frapper à la porte de nos démocraties et que la femme continue d’être une "variable d’ajustement", la série The Handmaid's Tale nous propose une piqûre de rappel bénéfique. Le spectateur risque de ne pas oublier de sitôt les regards apeurés, désespérés et effarés de June / Offred.

    The Handmaid's Tale, de Bruce Miller, avec Elisabeth Moss, Samira Wiley, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski et Max Minghella, saison 1, 10 épisodes, Hulu, USA, 2017, sur OCS