Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spectacles

  • Les pétasses magnifiques

    Pin it!

    Dans sa préface des Précieuses Ridicules, qui lui avait sans doute coûté, Molière considérait que "le succès [d’une] représentation était assez beau pour en rester là." Il est vrai que même si elle fut un succès de librairie lors de sa sortie en 1659, c’est sur scène que les Précieuses Ridicules sont à voir et à vivre.

    La compagnie des Gavroches Chapeautés s’est attelée à cette comédie en un acte d’abord à la Comédie Saint-Michel en juin puis au festival Off d’Avignon du 6 au 29 juillet, la transposant à notre époque, sans pour autant lui ôter son caractère de farce. Mais comment parler de la préciosité en 2018 ? Il est vrai que le télescopage entre ces stéréotypes féminins de la commedia dell'arte et le mouvement du féminisme était de nature à piéger la mise en scène de Malu Monroe. Elle s’en sort cependant très bien, sans trahir l’essence de la pièce, une farce autour de deux jeunes femmes prétentieuses et méchamment remises à leur place.

    Parlons justement des deux personnages principaux, Cathos (Manon Nobili) et Marotte (Lara Pichet), venues tout droit de Province pour suivre à Paris leur père et oncle Gorgibus (Bruno Noury). Le respectable bourgeois est bien décidé à les marier et à se débarrasser d’elles par la même occasion. Mais les jeunes femmes trouvent dans la capitale de quoi nourrir leur soif de galanterie, d’élégance et de "pommade pour les lèvres." Deux amants parisiens, La Grange (Adrien Wadih) et Du Croizy (Charles Vasner), éconduits lors d’une visite, décident de se venger d’elles en utilisant un de leur valet Mascarille (Jean-Baptise Sintès), "un extravagant qui s'est mis dans la tête de vouloir faire l'homme de condition."

    Les Gavroches Chapeautés proposent des Précieuses Ridicules à l’époque de Tinder, de la carte bleue et du smartphone. La pièce de Molière ne perd rien de sa férocité et la jeune troupe ose dépoussiérer une comédie inscrite dans son époque, tout en parvenant à bluffer le public contemporain : expressions modernes ("What’s the fuck!"), musiques allant d’un prélude de Bach à Ma Benz en passant par Aïcha, mise en abîme ("Molière n’aurait jamais écrit ça"), sans oublier quelques entorses volontaires au texte original que l’auteur pardonnera certainement.

    Interprètes des personnages phares de ce premier énorme succès de Molière, Manon Nobili et Lara Pichet sont comme sous ecstasy. Elles jouent à merveille les pétasses exubérantes et magnifiques, plongées dans le grand bain de la Capitale, au grand désespoir d’un Gorgibus complètement dépassé. Le bourgeois provincial est interprété par un solide et convaincant Bruno Noury.

    Des Précieuses Ridicules à l’époque de Tinder, de la carte bleue et du smartphone

    Ce qui était en jeu au XVIIe siècle, et qui l’est toujours au XXIe siècle, est la peinture burlesque du "m’as-tu vu" – qu’il soit homme ou femme. La vanité essaime aussi bien dans le soirées mondaines de l’Ancien Régime, dans les salons feutrés des bobos parisiens... ou sur les réseaux sociaux, avec ou sans filtres Instagram. Nos deux précieuses ridicules deviennent grâce à la mise en scène burlesque de Malu Monroe deux adolescentes éprises de liberté, aveuglées par l’illusion comique de l’esbroufe et tombant dans le piège de la flagornerie.

    Cette flagornerie est endossée avec talent par Jean-Baptise Sintès. Le jeune acteur est parfait en Mascarille, devenu marquis de l’esbroufe, bonimenteur autant que donneur de leçons, puis lui-même bluffé par ses maîtres La Grange et Du Croisy. La scène de l’impromptu est un moment précieux (sic) du spectacle qui n’a rien perdu de sa force comique. Force comique mais aussi dimension sombre d’une pièce toujours aussi mordante : " Ô fortune ! quelle est ton inconstance !" s’exclame Mascarille avant d’être dépouillé de tout par ses maîtres. C’est Gorgibus qui a le dernier mot, envoyant au diable autant ces précieuses qui l’ont humilié que ce qui est "cause de leur folie."

    Il ne reste que quelques représentations à Paris pour découvrir cette pièce mordante et drôle, avant des séances de rattrapage au festival d’Avignon cet été.

    Molière, Les Précieuses Ridicules, mise en scène de Malu Monroe, Compagnie des Gavroches Chapeautés, avec Manon Nobili, Bruno Noury, Lara Pichet, Jean-Baptiste Sintès, Alexis Vandendaelen, Charles Vasner et Adrien Wadih
    Comédie Saint-Michel, en juin, tous les samedis à 21h30, 95 Boulevard Saint-Michel, Paris
    Au Festival Off 2018, Avignon, 6 au 29 juillet 2018 (relâche les 10, 17 et 24), 14 heures au Théâtre La Tache d'Encre, 1 rue de la Tarasque, Avignon
    http://lesgavrocheschapeautes.fr

  • Des dominos pour faire chuter la maladie de Charcot

    Pin it!

    Le bloggeur assistait à Verdun non pas à un record mais à un événement qui s’en approchait : une chute géante de 30 000 dominos pour une bonne cause.

    L’association verdunoise 2A2S (Association d’Aide et de Soutien à Sébastien) a été créée autour de Sébastien Brunella, atteint de la maladie de Charcot, ou SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique). Cette affection terrible touche aujourd’hui environ 8 000 malades en France, un chiffre pas assez important pour mobiliser les laboratoires à la recherche de rentabilités, et trop élevé pour intéresser l’AFM, comme le rappelait Sébastien Brunella lors de la manifestation caritative organisée le samedi 28 avril autour de ces dominos.

    Un record de France comme objectif en 2019

    Allier l’utile à l’agréable : voilà quel était l’objectif de 2A2S qui, avec l’aide de l’association des French Dominoes Builders, est partie en guerre contre la SLA pour la faire chuter. Mais s’il y a quelque chose qui a chuté ce week-end ce sont ces 30 000 dominos, montés patiemment (non sans d’impondérables "accidents", ont précisé les organisateurs avec malice) et organisés autour d’impressionnantes fresques imaginées par Thibault Lesne des French Dominos Builders. Le spectacle se déroulait au gymnase du Parc de Londres à Verdun.

    Un public de plusieurs centaines de personnes assistait à cette cascade géante dédiée à Sébastien Brunella et aux malades de la maladie de Charcot. Un joli succès pour une grande cause, avec comme objectif pour 2019 une nouvelle chute de dominos, qui sera cette fois un record de France. Ce sera toujours à Verdun, et toujours sous le signe de la lutte contre la SLA.

    Page Facebook de l’association 2A2S
    Page Facebook des French Dominoes Builders

     

    #verdun #domino #maladiedecharcot

    Une publication partagée par Le Bla bla blog (@leblablablog) le

  • Païenne à Paris

    Pin it!

    Kuy Delair performe ses textes à la Galerie La Poïèsis des Arts (Paris, 4e). Cet événement, commencé en mars, proposera deux dernières représentations les 20 et 27 avril à 20 heures.

    Dieu est fou d’Éros est une lecture-performance, un genre hybride alliant la lecture de l’écrivain et la performance contemporaine. Certains éléments du théâtre sont également convoqués. La lecture-performance de l’artiste propose de s’interroger sur les tabous sociétaux, en alliant ces thèmes a priori antinomiques : l’auto-fiction, l’érotisme, le sacré et la folie.

    Dans la verve de l’auto-fiction, Kuy Delair se met en scène dans ses poèmes. En voulant marier érotisme et religion, Kuy Delair entend s’inscrire dans la tradition ancestrale du paganisme, et à créer, comme le dit elle-même, "une esthétique de l’érotico-mystique."

    Un féminisme dans tous ses états

    Voilà ce qu’elle en dit : "L'esthétique érotico-mystique dynamise ma pratique transdisciplinaire de la poésie. Prenant ses racines dans l’Éros mythologique, je conçois cette esthétique comme le fondement de ma pratique artistique. Dans le paganisme hellénique, Éros est originellement appelé Dieu Amour. Il est l’alliance d’un désir spirituel (fusion) et organique (fertilité). Il assume la dualité unifiée de la matière (érotique) et du spirituel (mystique). Le mythe théogonique, visant à l’explication du monde, place Éros comme le moteur de l’Etre, de l’être en création." Mais ces traditions antiques, ne seraient-elles pas des pratiques mortes et enterrées en 2018 ? Pour Kuy Delair, elles sont au contraire plus modernes qu’on ne le croit : "Le mysticisme contemporain est la possibilité d’un au-delà laïc, il est également l’ascétisme de ma pratique artistique ; la discipline du corps dans la genèse de son expressivité."

    La démarche artistique de Kuy Delair ne vient pas de nulle part. La performeuse, poétesse et intellectuelle navigue entre Montréal, New York et Paris et a pu se faire entendre sur les ondes de France Culture. Femme de lettres, pianiste, musicienne, performeuse mais aussi enseignante à la Sorbonne, son approche des traditions païennes est celle d’une femme d’aujourd’hui, engagée dans une forme de féminisme dans tous ses états, et qui plonge ses racines plusieurs milliers d’années plus tôt.

    Un étonnant retour aux sources par une païenne qui ne laisse pas indifférent.

    Kuy Delair, Dieu est fou, Galerie La Poïèsis des Arts,
    12 rue de Jouy 75004 Paris

    Les vendredi 20 et 27 avril à 20 heures
    http://www.poiesisdesarts.com
    www.kuydelair.com

    Crédit photos© Jean-Pierre Chambard

    kuy delair,galerie la poïèsis des arts,païenne,paganisme,érotisme,dieu,éros,mysticisme

  • Binge-watching de spectacles avec Opsis TV

    Pin it!

    Il y a un an, Opsis TV sortait sa plateforme de streaming dédiée à l’univers théâtral. Sa vocation ? Diffuser des captations de pièces de théâtre en illimité, sur simple abonnement mensuel : aujourd’hui le catalogue de ce service comprend plusieurs centaines de spectacles, en replay ou en direct.

    Classique, comédies, théâtre contemporain, musicaux ou spectacles pour enfants sont proposés pour des soirées ou des week-end pouvant aller jusqu’au binge-watching – qui n’est désormais plus réservé aux séries télé.

    La plateforme Opsis TV veut se donner la possibilité pour tout public d’accéder à la culture théâtrale plus facilement et à petit prix, notamment pour les provinciaux souhaitant assister à des représentations parisiennes, les seniors, les personnes handicapées, les scolaires ou les Français de l’étranger. Opsis TV promet également des expériences d’immersion qui promettent des séances plus vraies que nature via la réalité virtuelle.

    Théâtres privés et publics, festivals culturels et institutions publiques sont partenaires de cette plateforme inédite en la matière. L’INA a signé un partenariat pour l'ajout d'archives théâtrales avec une nouvelle pièce chaque mois.

    En avril 2017, Opsis TV a été récompensé du 2ème Prix de l’initiative numérique culture, communication et médias du Groupe Audiens. Dorénavant, si vous ne pouvez aller au Festival d’Avignon, le Festival d’Avignon ira à vous.

    http://www.opsistv.com

  • Comme un air de Motown

    Pin it!

    Un petit voyage dans le temps et l’espace, ça vous dit ? C’est ce que propose les Buttshakers dans leur nouvel album Sweet Rewards, sorti en France en ce début d’année. La bande à la charismatique et incandescente Ciara Thomson propose un vivifiant retour dans l’Amérique black blues soul que l’on adore.

    Portée par un orchestre solide, énergique et chaleureux (guitares, cordes, clavier et batterie), Ciara Thomson et ses camarades de Buttshakers nous prennent par la main pour un périple spatio-temporel : un trip R&B et engagé dans Saint-Louis avec In the city, une plongée dans un caveau sombre et enfumé de Detroit avec Sweet Rewards ou un concert rock dans la campagne sixties de Louisville avec What you say.

    Cet opus, tout en rendant hommage aux brillants aînés de la Motown et consorts, serait digne de figurer dans une bande-son de Quentin Tarantino : Trying to Fool, Sweet Reward ou Tax man c’est Jackie Brown 20 ans plus tard. 

    Digne héritière de James Brown, une vraie sex machine

    Ciara et les Buttshakers sont capable de toutes les audaces : le blues mélancolique de Roll with roll, le R&B et ses riffs de guitares dans Tax Man, le funk épicé dans I weak ends ou le titre engagé In the city sur l'affaire Michael Brown, les émeutes de Fergusson en 2014 et sur les discriminations raciales aux Etats-Unis ("We’re just trying to survive, in the city / Can’t we live? /We’re just trying to get by"). Quant au titre Movin on, il s’avance sur un terrain plus rock et aux accents franchement eighties, mais avec toujours cette voix chaude et puissante.

    C’est bien entendu le nom d’Aretha Franklin qui vient en tête à l’écoute du timbre de Ciara Thompson, mais une Aretha Flanklin plus survitaminée et bouillante que jamais. La chanteuse des Buttshakers est une tornade soul, une artiste biberonnée à ses racines blues, country, gospel et folk et une vraie sex machine. Digne héritière de James Brown, Ciara Thomson a le feu, le rythme et le chien de Mr Dynamite.

    Dix ans après leur création, les Buttshakers débarquent en France pour notre plus grand plaisir. Après la sortie de leur album Sweet Rewards, ils seront en concert en France.

    The Buttshakers, Sweet Rewards, Underdog Records, sortie en février 2018
    The Buttshakers, en concert en France
    Le 16 mars 2018 à 20 heures au Hasard Ludique (Paris)
    Le 31 mars 2018 à 20 heures 30 au Tamanoir de Gennevilliers, avec les Coco Mamas 
    Le 14 avril 2018 à 21 heures à La Cave à Musique de Mâcon, avec Da Break
    http://thebuttshakers.com

  • Toutes les musiques du 92 que l’on aime

    Pin it!

    Le Département des Hauts-de-Seine lance l’appel à projets de la 4ème édition du PAPA (Parcours d’Accompagnement à la Professionnalisation des Artistes), un dispositif de soutien et d’accompagnement des musiques actuelles pour les artistes issus du territoire des Hauts-de-Seine. Il permet aux groupes des Hauts-de-Seine développant des projets artistiques aboutis d’être repérés par la filière professionnelle grâce à un programme sur mesure.

    Les groupes sélectionnés par un comité de professionnels bénéficient d’une aide financière de 3 000€ à 8 000€ pour développer leur projet, d’un accompagnement d’un an par un "tuteur", professionnel qui va aider aux choix stratégiques et faciliter la visibilité du projet au sein de la filière et d’une visibilité au sein du festival Chorus, dont il avait déjà été question sur Bla Bla Blog) et du Labo Chorus.

    Accompagnement sur mesure

    Les artistes soutenus participent également aux projets d’éducation artistique et culturelle déployé par le département en direction des collégiens (le dispositif Éteignez Vos Portables) et des séniors (Culture 3.4).
    Après Stamp, Gunwood, Dusk Totem et Tiwayo en 2016 ; ainsi que Jahneration, Livingstone, Einleit et Soulya en 2017, ce sont Jinx Fishh Pool et Monterosso qui sont accompagnés en 2018. Ces artistes sont maintenant pour la plupart sur de bons rails, avec des albums sortis ou en préparation ainsi que des tournées dans de grandes salles.

    Depuis le 15 janvier 2018, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine lance un appel à projets pour la 4ème édition du dispositif de soutien et d'accompagnement des musiques actuelles. Les artistes intéressés ont jusqu'au 8 avril 2018 pour candidater.

    Chorus - PAPA

  • Nora a quelques trucs à nous dire

    Pin it!

    Nora Hamzawi est bien connue des familiers de Quotidien sur TMC. La chroniqueuse de Yann Barthès tient la rubrique "Nora a la réponse" dans laquelle elle répond chaque semaine aux questions candides d’enfants avec un air faussement excédé. Hier soir, la même chaîne avait eu la bonne idée de mettre à l’honneur l’humoriste et comédienne en diffusant en direct une de ses deux représentations au Casino de Paris.

    Au bord de la crise de nerfs

    Voilà un bon moyen de découvrir Nora Hamzawi dans son dernier one-man-show. L’artiste y apparaît dans une tenue cool, tee-shirt clair, jean et basket : une tenue simple et idéale pour un spectacle mené tambour battant et sans temps mort. Nora Hamzawi reste fidèle à son personnage speed, désabusé et frôlant à de multiples reprises la crise de nerfs.

    Dans son stand-up rafraîchissant et hilarant, la chroniqueuse nous parle d’un quotidien dans lequel beaucoup de nous se retrouverons : la vie en société, les soirées ratées, l’alcool, le chômage, les réseaux sociaux et surtout les relations entre hommes et femmes. Nora Hamzawi est l’humoriste sur laquelle on peut parier pour les dix ou quinze prochaines années.

    Nora Hamzawi au Casino de Paris, les 10 et 11 janvier 2018
    http://www.cheznora.fr

  • Suprême NTM à l’affiche du 30e Festival Chorus

    Pin it!

    Le Festival Chorus s’apprête à fêter ses 30 ans lors de sa prochaine édition, du 2 au 8 avril 2018. Les festivaliers vont être gâtés avec la venue, le dimanche 8 avril 2018, de Suprême NTM qui viendra clôturer la 30e édition du Festival Chorus à La Seine Musicale.

    Groupe emblématique de la scène hip hop française, le Suprême NTM a marqué les années 90 et est loin d’être oublié. Après leurs 3 concerts déjà complets en mars dernier à l’Accor Hôtel Arena, ce sera la dernière occasion de voir NTM sur scène avant l’été, et ce dans une salle de 6 000 places.

    Organisée par le Département des Hauts-de-Seine du 20 au 26 novembre 2017, la 29e édition du festival Chorus a été un franc succès avec plus de 14 000 festivaliers et plus de 70 concerts proposés du lundi au dimanche à La Défense et pour la première fois à La Seine Musicale. Bla Bla Blog en avait parlé récemment.

    14 000 festivaliers et plus de 70 concerts

    Son nouvel écrin à La Seine Musicale a été le théâtre d’un foisonnement de propositions artistiques fidèles à la ligne défendue par Chorus : des plateaux singuliers et audacieux ont mis en avant la diversité et le croisement des courants musicaux.

    Le public intergénérationnel, cher au festival, était au rendez-vous, et il a bénéficié d’un cadre spectaculaire. De la Grande Seine à l’Auditorium, en passant par la Grande Rue et les Studios, c’est l’ensemble de La Seine Musicale qui s’est métamorphosé par des ambiances sonores et visuelles innovantes.

    Le festival Chorus s’inscrit dans la vallée de la culture des Hauts-de-Seine : une politique culturelle en direction du plus grand nombre à travers une politique tarifaire attractive, la mise en place d’évènements, d’actions et de dispositifs pour tous les âges et tous les goûts, dont certains dédiés à la formation des spectateurs d’aujourd’hui et de demain et à l’accompagnement des talents émergents.

    www.laseinemusicale.com/fr
    "Chorus à La Défense et à La Seine Musicale"

  • Toutes les mêmes, tous les mêmes

    Pin it!

    Così fan tutte : "Toutes les mêmes", dit le titre de l'opéra de Mozart. "Tous les mêmes !" dit en substance Despina, servante cynique et clown blanc dans cette adaptation de Michael Haneke : "Aujourd’hui vous aimez un homme, vous en aimerez un autre. Ils se valent l’un l’autre, puisqu’aucun ne vaut rien."

    Le livret de Lorenzo da Ponte tient en peu de lignes : au terme d'un pari avec leur hôte Don Alfonso, Ferrando et Guglielmo acceptent de mettre à l'épreuve la fidélité de leur fiancée respective, Fiordigili et Dorabella. Ils feignent un départ impromptu à la guerre et reviennent auprès des jeunes femmes sous les traits de soldats albanais.

    Chacun séduit la femme de l'autre, sous le regard goguenard et complice de Don Alfonso et de son alter ego Despina. Comment ce désordre amoureux va-t-il se résoudre ? Et la morale – si encore morale il y a – finira-t-elle pas être sauve ? Mozart a fait de cette histoire tragi-comique bourrée d’invraisemblances une œuvre lyrique d'une justesse et d'une fluidité musicale exceptionnelle.

    Cosi fan tutte, opéra a priori misogyne de Mozart pourrait bien être aussi celui qui serait le plus moderne. Libre et libertin, il fait la part belle aux deux chanteuses éconduites puis amoureuses, au centre d’un imbroglio amoureux, là où Don Giovanni manipulait ses conquêtes sans vergogne. Fiordigili et Dorabella figurent parmi les deux beaux rôles féminins du répertoire lyrique. Évidemment, c'est la fidélité des femmes qui est pointée du doigt : "La fidélité des femmes est comme le Phénix arabe. Tout le monde vous dit qu’il existe mais personne ne l'a jamais rencontré" chante Don Alfonso. Mais là comme partout, rien n'est simple : abandonnées, par la grâce d'un jeu et d'un pari aussi cruel que cynique, Fiordigili et Despina se trouvent prises dans un piège sentimental qui se retourne bientôt contre leurs auteurs, Ferrando et Guglielmo, aussi naïfs et présomptueux qu'humiliés.

    Fiordigili et Despina sont interprétées par Anett Fritsch et Paola Gardina qui donnent aux deux héroïnes un visage moderne et diablement séduisant. Elles écrasent l’opéra de leur présence, se mettant littéralement à nu. Andreas Wolf et Juan Francisco Gatell leur donnent la réplique d'une belle manière, quoiqu’avec sans doute moins d’épaisseur pour cet opéra qui entend faire la part belle aux femmes. Tous, et en particulier Alfonso et Despina, s’adaptent à la richesse des registres d’un opéra exigeant : le romanesque, la séduction, la comédie, la farce, voire la tragédie.

    Les apports de Haneke dans cette adaptation de Mozart sont considérables. D'abord, en jouant sur le travestissement (Despina en médecin puis en notaire), le metteur en scène autrichien, qui avait adapté un Don Giovanni mémorable à l’Opéra de Paris il y a une dizaine d’années, fait bien mieux que de respecter l'esprit de cet opéra bouffe de Mozart : il jette un pont ahurissant entre le XVIIIe siècle et notre époque. Le Siècle des Lumières et le XXIe siècle se télescopent comme jamais : Don Alfonso reçoit ses hôtes lors d'une soirée costumée, prétexte à figurer sur une même scène des personnages en perruques, jabots et des rôles archi-contemporains avec les deux couples Fiordigili–Despina et Ferrando–Guglielmo. Le décor somptueux et froid est celui d’un château qui pourrait être de toutes les époques, si l’on omet le mobilier ou un bar richement achalandé – car on boit beaucoup dans cet opéra.

    Coproduit avec la Monnaie de Bruxelles, monté et joué au Teatro Real de Madrid il y a cinq ans, le Così fan tutte de Haneke marquera les esprits par sa relecture des rôles de Don Alfonso interprété par un William Shimell impressionnant de force et de présence et Despina, alias Kerstin Avemo dans un personnage où se mêlent des blessures cachées, la cruauté et la rouerie.

    Metteur en scène génial, Haneke se nourrit de l’œuvre de Mozart sans la trahir. Dans son adaptation, Despina et Don Alfonso forment un couple – le troisième de cet opéra – à la fois pervers, troublant et riche d'une histoire que le spectateur pourra imaginer. Le réalisateur autrichien résume ainsi le pitch de son opéra déjà historique : "Pourquoi le riche Alfonso a-t-il épousé Despina alors que c'est une étrangère et qu'elle a vingt ans de moins que lui ? Pourquoi croit-il qu'elle le trompe ? Pourquoi doit-il l'humilier ? Pourquoi doit-elle l'humilier ? Pourquoi a-t-il fait "moderniser" sa superbe villa ancienne ? Pourquoi organise-t-il pour ses amis une crémaillère costumée ? Que veut-il prouver et à qui ? Pourquoi Despina est-elle si triste ? Pourquoi les garçons sont-ils tellement convaincus que leurs amies sont fidèles ? Pourquoi leurs amies en sont-elles fâchées ? Pourquoi sont-ils donc tous si désespérés, si crispés et si fiers ?" Au spectateur de s'en faire une idée, d'accepter de se laisser conduire par Haneke dans cette mise en scène et de partir dans une aventure amoureuse et lyrique, et dont le dernier mot pourrait être laissée à cette phrase en forme de morale : "Heureux qui prend tout du bon côté et qui, dans l’adversité, se laisse guider par la raison."

    Wolfgang Amadeus Mozart, Così fan tutte, dirigé par Sylvain Cambreling, mis en scène par Michael Haneke, avec Anett Fritsch, Paola Gardina, Andreas Wolf, Juan Francisco Gatell, William Shimell, Kerstin Avemo, C Major, 2013, 202 mn

  • Chorus à La Défense et à La Seine Musicale

    Pin it!

    Le Festival Chorus revient du 20 au 26 novembre à La Défense et à La Seine Musicale. Il s’agit de l’événement musical parisien de cet automne. Les organisateurs insistent sur la dimension populaire de ce festival comme à la promotion de talents émergents.

    Organisée par le Département des Hauts-de-Seine, la 29e édition du Festival Chorus se déroulera du 20 au 24 novembre à La Défense et du 24 au 26 novembre à La Seine Musicale. Fidèle à son esprit d'exigence, le Festival Chorus proposera des plateaux singuliers et audacieux, mettant en avant la diversité et le croisement des courants musicaux. Il s'adressera à des festivaliers de tous âges et de tous horizons désirant vivre une expérience musicale inédite.

    Chorus reprend ses quartiers à La Défense pour accueillir les découvertes françaises et européennes, soutenus par le Département des Hauts-de-Seine et présents sur la scène du Magic Mirror : Mat Bastard, Talisco, Demi Portion, Berywam, Dbfc, Adam Naas, Millionaire, Heymoonshaker, Maïcee, La Chica, Black Flower, Jesca Hoop, Part Company, FùGù Mango, Livingstone Et Soulya.

    En off, des concerts gratuits seront proposés à l'heure du déjeuner (12 heures) et en afterworks (18 heures), les lundi 20, mardi 21, jeudi 23 et vendredi 24 novembre. Le mercredi après-midi sera dédié au jeune public avec deux concerts : Little Rock Story à 14 heures et Smile City à 17 heures.

    Direction : la Seine Musicale

    Après plus de 1 000 concerts organisés à La Défense pendant 10 ans, le Festival Chorus met le cap cette année sur la Seine Musicale. Des concerts à prix spécial seront proposés les 25 et 26 novembre, avec une programmation particulièrement alléchante.

    Le samedi 25 novembre, à partir de 14 heures : Gregory Porter : Nat King Cole And Me, avec le Paris Symphonic Orchestra dirigé par Vince Mendoza, Amadou & Mariam, French Fuse, Catherine Ringer, Therapie Taxi, Møme, Palatine, Rover Out Of The Blue, Jahneration, Wuman, Eddy De Pretto, Nsdos, Thomas Azier, La Dame Blanche, Kokoko!, Einleit, Shannon Wright, Tim Dup, Pale Grey, Joris Delacroix, Inuït, I Am Stramgram, Aloha Orchestra, Pouvoir Magique, French 79.

    Le dimanche 26 novembre, à partir de 10 heures, trois spectacles pour le jeune public seront proposés : Lumieres! / Cartoons / Quand Je Serai Petit. À partir de 14 heures : Charles X, Action Bronson, Stuff, Tiggs Da Author, Shakka, Jesse James Solomon, De La Soul, Gracy Hopkins, Coely, Panama Bende, Romeo Elvis X Le Motel, Nadia Rose, Fixpen Sill, Caballero & Jeanjass, Soul J, Sch, Yung Resval, Cory Henry & The Funk Apostles, Tiezo, Cosmic, Mawimbi, Kery James A.C.E.S Tour, A.F.R.O.

    Chorus 2018

    Le vendredi 24 novembre, à partir de 14 heures, les 10 groupes présélectionnés dans le cadre du Prix Chorus 2018 se produiront à La Seine Musicale : Aloïse Sauvage, Amor Blitz, Equipe de Foot, FAIRE, FREEZ, Hyacinthe, Lago 2 Feu, The Psychotic Monks, Poumon, Thé Vanille. Ce sera l'occasion de découvrir en live les valeurs montantes de la scène hexagonale avant l'ultime sélection et les concerts dans le cadre de Chorus 2018. Entrée libre sur réservation : prixchorus@hauts-de-seine.fr
    Bla Bla Blog avait parlé de ce prix il y a quelques mois de cela. Ces groupes seront sur scène en chair et en os, tout comme leurs brillants aînés.  

    Festival Chorus, du 20 au 26 novembre à La Défense et à La Seine Musicale
    http://chorus.hauts-de-seine.fr
    Billetterie : https://billetterie.laseinemusicale.com/fr/recherche/CHORUS
    " Qui veut être le prochain Christine And The Queens?"

  • Bla Bla Blog vous invite au théâtre

    Pin it!

    10 places vous sont offertes pour allez voir You-You au studio Hébertot (Paris, 17e).

    Pour cela, rien de plus simples : écrivez à Bla Bla Blog, sur les commentaires de cet article ou bien à cette adresse mail et tapez "You-You".

    Les 5 premières réponses gagneront deux places pour venir voir cette pièce.

    "Voir et écouter You-You"

  • Voir et écouter You-You

    Pin it!

    You-You, écrit en 1983 par Jovan Atchine, a été adapté au théâtre pour la première fois en 1993 par Philippe Adrien au Petit Théâtre de l’Odéon. Déjà, à cette époque, Mina Poe interprétait le rôle de You-You. C’est aujourd’hui au Studio Hébertot que le public aura la chance de découvrir cette œuvre tendre, humaine et actuelle.

    Yougoslova, surnommée "You-You", s’adresse à ses collègues de travail lors de son pot de départ à la retraite, dans l’entreprise de confection qui l’a employée toute sa vie et qui représente à ses yeux, en raccourci, une société vivante, humaine et cosmopolite : "Chaque succès de l’entreprise était un succès pour moi, et je ressentais ses difficultés comme des ennuis personnels." Abandonnant le texte qu’elle avait préparé, de digression en digression, avec une chaleur naïve et communicative, elle parle enfin et raconte ce qu’a été sa vie.

    You-You, c’est pour l’auteur de double culture franco-serbe, Jovan Atchine, le point d’appui pour dresser le portrait d’une immigrée Yougoslave, née le jour de la création de son pays et arrivée en France au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Elle porte sur son pays d’adoption un regard à la fois tendre, doux-amer, plein d’espoir et faussement naïf. "You-You cette femme au nom d’enfant, arrive devant nous, son discours de départ en retraite écrit et roulé avec soin dans sa main ; mais c’est sa vie qu’elle nous déroule, telle une invitation à un voyage intérieur empreint de son optimisme et de sa force de vie", commente Elodie Chanut, qui a pris au bras le corps la mise en scène de cette pièce, à découvrir au studio Hébertot jusqu’au 11 novembre.

    Bla Bla Blog vous propose de gagner 10 places en écrivant par mail "You-you" à Bla Bla Blog. Les 5 premières réponses gagneront deux places pour venir voir cette pièce.

    You-You de Jovan Atchine, avec Mina Poe, mise en scène d’Elodie Chanut, Compagnie L’Oeil des Cariatides, MayMoon Productions,
    au Studio Hébertot, Paris 17e, du 7 septembre au 11 novembre 2017

    www.studiohebertot.com

  • Guillaume de Baskerville en chair et en os

    Pin it!

    C’ est le site InfoGenova qui nous informe de cette séduisante adaptation italienne : Le Nom de la Rose d’Umberto Eco se retrouve sur scène au Teatro della Corte à Gênes. Le dramaturge Stefano Massini a réussi le pari presque impossible de transposer en chair et en os l’enquête policière, philosophique et religieuse de Guillaume de Baskerville et de son assistant Adso. Dans ce qui est devenu un classique de la littérature, l’ex-inquisiteur et son novice sont chargés de faire la lumière sur une série de crimes commis dans un monastère bénédictin du XIVe siècle. Rapidement, il s’avère que le mystère de ces meurtres est à chercher du côté de la bibliothèque et d’un mystérieux manuscrit.

    En 1986, Sean Connery incarnait le Sherlock Holmes franciscain dans une adaptation de Jean-Jacques Annaud qui fit date. Dans la mise en scène de Leo Muscato, c’est Luca Lazzareschi qui prête ses traits à Guillaume de Baskerville. Les créateurs présentent cette adaptation comme une fresque ambitieuse et engagée, ponctuée de "tableaux brechtiens." Leo Muscato décrit ainsi l’intention de ce projet artistique : " S'il est vrai que le cœur de cette œuvre d’Eco est la lutte acharnée entre, d’une part, ceux qui croient posséder la vérité et agissent par tous les moyens pour la défendre, et, d’autre part, ceux qui conçoivent la vérité comme la libre conquête de l'intelligence humaine, il est tout aussi vrai que ce n'est pas la foi qui est à remettre en question mais deux façons différentes de la vivre. L'une est tournée vers l’extérieure, l'autre vers l'intérieur. L’une est sérieuse, l'autre très ironique."

    Cette histoire de crimes, de foi et de rire sera à découvrir, en italien, à Gênes, du 17 octobre au 29 octobre 2017. En espérant qu’une adaptation française pourra être proposée elle aussi dans le futur.

    Il nome della rosa, adaptation du roman d’Umberto Eco par Stefano Massini
    Avec Luca Lazzareschi, Luigi Diberti, Eugenio Allegri, Bob Marchese et Giovanni Anzaldo
    Teatro della Corte - Teatro Stabile di Genova, Gênes, du 17 octobre au 29 octobre 2017

    https://www.teatrostabilegenova.it
    "Umberto Eco, un mélange"

    Photo © Alfredo Tabocchini

  • Sônge d’une nuit d’électro

    Pin it!

    Ça se passera à Penmarc’h dans le Finistère ce vendredi 20 octobre. Dans cette région du pays bigouden, plus habituée aux binious, bombardes et autres bagads, le Cap Caval accueillera la chanteuse d’électro Sônge.

    On avait découvert l’an dernier la jeune artiste aux Vieilles Charrues. La Quimperoise avait auparavant bourlingué plusieurs années en Europe du Nord – Belgique, Pays-Bas et Allemagne – avant de sortir son premier EP éponyme, fruit de rencontres et de découvertes musicales comme de son passage par le Conservatoire de Paris.

    Sônge c’est une électro mêlant pop, rap et Rn'B, à l’architecture impeccable et complexe (What Happened). La musicienne sait allier mélodies séduisantes et constructions rythmiques sophistiquées (Now). Sônge c’est aussi une voix venue d’ailleurs, dont les influences seraient à chercher du côté de Mia (Colorblind) ou de Björk (I Come From Pain).

    L’artiste devrait signer pour un futur album en 2018. Avant que Sônge ne crève définitivement l’écran, il ne reste plus aux chanceux traînant du côté de Penmarc’h cette semaine qu’à venir l’écouter en première partie du concert d’Isaac Delusion. Dans quelques années, vous pourrez dire : j’y étais.

    Sônge, en première partie du concert d’Isaac Delusion,
    salle Cap Caval, Penmarc'h, vendredi 20 octobre 2017 à 20h30

    Sônge, Sônge, EP, Parlophone, 2017
    http://www.songemusic.com

  • Tous Ochapito

    Pin it!

    Le festival Ochapito va remuer Lisieux du 4 au 7 octobre prochain. Au menu : des spectacles, du théâtre de rue, des performances, des expositions, des ateliers, des animations pour les enfants et surtout de la musique. Beaucoup de musique. Énormément de musique.

    Bla Bla Blog vous fait un point sur les artistes qui viendront souffler un grand vent de sons, de swing, de cool, de swing, de rêve et de cool.

    Mercredi , le festival démarre avec Fake, un groupe jouant à domicile un mélange de rock progressif, alternatif et indie, aux influences à chercher du côté d’Archive, Radiohead et Pink Floyd.

    Jaja, une formation caennaise très swing, avec un esprit big bang très actuel, dans lequel la guinguette vient se fondre amoureusement dans le hip-hop, le rock ou le jazz.

    Shifumi Orchestar : musiciens et jongleurs composent cette formation à sept têtes puisant dans le répertoire traditionnel russe, tzisane et yiddish pour des airs dingues et endiablés.

    La Caravane Passe c’est le groupe qui monte, qui monte, qui monte. Ils seront à Lisieux, eux aussi, ce mercredi soir à 22H30. Avec eux aussi ce sera le mélange des couleurs et des sons : rap, jazz, manouche et fanfare. 

    Jeudi 5 octobre, Jahen Oarsman, que certains comparent à Sting ou Ben Harper va certainement faire chavirer la ville, à l’occasion de la sortie de son cinquième EP, Water Lily.


    Natalia Doco, la plus argentine des Parisiennes, sait comme personne ensorceler avec un style onirique qui lui fait dire : "Je pense et je rêve moitié moitié."

    The Show : avec un tel nom, ce groupe peut nous promettre de la soul et du funk, de quoi réveiller quelques morts.

    Flavia Coehlo, une surdouée brésilienne, combine dans des mélodies solaires, les musiques traditionnelles du Nordeste, le reggae et le raggamuffin.

    Vendredi, Monkey To The Moon proposera un rock psychédélique et de space pop, avec des inspirations à chercher du côté de David Bowie, d’Oasis ou des Smiths.


    Mado & Les Frères Pinard ont battu le pavé et, plus de 300 concerts plus tard, viennent s’amarrer quelques heures à Lisieux pour un spectacle tzigane plein de nostalgie.


    Stanko Marinkovic, accordéoniste serbe, est une figure musicale de cette partie de l’Europe. Il va être une des grandes découvertes de cette édition d’Ochapito.



    Babylon Circus viendra éclabousser Lisieux de son talent vendredi soir, avec un répertoire puisant ses influences dans la chanson, le rock, le ska et le reggae.



    Le festival se clôturera avec une tête d’affiche d’anthologie. Manu Dibango, saxophoniste légendaire et figure hors-norme de la world music et du jazz. 

    The Goaties suivront, avec un punk rock normand décomplexé. 

    Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra viendra clôturer cette saison d’Ochapito. Ce sera l’occasion pour le public de découvrir un groupe rock mythique et internationalement connu, mené par un artiste d’exception. 

    http://www.festivalochapito.com
    "Festival Ochapito, des spectacles plein Lisieux"

    "Des pass à gagner pour le festival Ochapito"