Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

• • Articles et blablas

  • Marie Ythier, sans l’ombre d’un doute

    C’est avec un violoncelle riche, endiablé et passionné que Marie Ythier propose une sélection de créations contemporaines signées de jeunes compositeurs : Matteo Gualandi (né en 1995), Augustin Brand (né en 1994) et Bastien David (né en 1990, le plus "âgé" donc).

    Le violoncelle en partage, paru chez b•records, est un ensemble d’instants de communions et d’échanges passionnants avec l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes, l’ensemble Sillages et Arne Deforce, violoncelliste familier de compositeurs aussi complexes et déroutants que Iannis Xenakis, Richard Barrett ou John Cage. Voilà qui situe d’emblée l’univers proposé dans l’opus.

    La musique contemporaine mérite largement qu’on parle d’elle, elle qui secoue régulièrement le cocotier des musiques académiques et traditionnelles pour amener les sons dans ses derniers retranchements. Cela donne, à plus d’un égard, la couleur et la densité de l’album imaginé et mené par Marie Ythier.

    Grâce à elle, le violoncelle s’impose comme un instrument soliste à part entière, chose relativement rare comme le souligne la musicienne dans la présentation de l’album. Fotografie rarissime di angeli de Matteo Gualandi, une commande la Fondation Royaumont, s’apparente à une suite, un genre musical tombé en désuétude mais revigoré ici grâce à des sons tour à tour primaires ("La fille, le feu"), minimalistes et méditatifs ("La chute d’Icare") ou s’inspirant du baroque ("Chanson de l’oiseau dans la lumière").

    Il est encore question de baroque dans la quatrième partie "Toccata", savant mélange de sons renvoyant à Bach autant qu’aux trouvailles musicales du XXe siècle. La "Passacaille", le plus long mouvement de cette œuvre de Matteo Gualandi a cette facture à la fois archaïque et contemporaine. Marie Ythier prend à bras le corps ce morceau dans lequel les silences et les suspensions prennent autant de valeur que les notes, jusqu’à ces dernières mesures déchirantes.

    Comme "des nuées d’oiseaux"

    Le deuxième compositeur qui a les honneurs de ce passionnant album est Augustin Braud. De l’un, l’autre est une œuvre concertante pour violoncelle et ensemble. Nous sommes là dans une création audacieuse, pleinement contemporaine, dans laquelle s’installe un ensemble de dialogues sauvages entre l’instrument soliste de Marie Ythier et l’ensemble Sillages dirigé par Gonzalo Bustos. Ajoutons que c’est l’Ensemble Sillage qui a lui-même commandé cette œuvre au compositeur. La nature semble être au cœur de ce que la musicienne appelle un "concerto grosso". Mais il s’agirait d’un concerto grosso de notre époque, audacieux, moderne, tourmenté mais aussi singulièrement primaire. Comme "des nuées d’oiseaux" ajoute Marie Ythier. Mais des nuées comme folles et perdues dans un ciel menaçant. Bouleversant.

    En 2022, Le Printemps des Arts de Monaco a commandé à Bastien David L’Ombre d’un doute, une œuvre pour deux violoncelles et orchestre. Pour cet enregistrement public à l’abbaye de Royaumont en septembre 2023, Marie Ythier était accompagnée du violoncelliste Arne Deforce et de l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes dirigé par Thomas Zehetmair.

    C’est par une pluie de notes ravageuses que commence cette création contemporaine dans laquelle Marie Ythier a trouvé son alter ego en la personne d’Arne Deforce, jamais plus à l’aise que lorsqu’il met à rude épreuve son violoncelle à la recherche d’inattendus. Et de l’inattendu, il y en a dans ces plus de quinze minutes d’un concerto au service de sonorités puissantes et de rythmes singuliers. Il semble que l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes a trouvé ses adversaires avec les violoncelles de Marie Ythier et Arne Deforce.

    Puissance, gravité, sombres dangers et attentes inquiétantes sont exprimés dans des passages qui n’ont rien d’improvisé. Les coups d’archers se succèdent dans une œuvre pleinement inscrite dans le XXIe siècle. L’auditeur pourra y lire l’influence de la musique concrète, celle du courant répétitif américain dans des passages minimalistes mais aussi, dans une certaine mesure, l’apport de l’électro dans ces vagues sonores presque spectrales. Marie Ythier et Arne Deforce, armés de leur violoncelle, s’y livrent comme jamais, habités par cette œuvre incroyable s’élevant jusqu’à des sommets, telle une nuée… d’insectes – et non plus d’oiseaux.     

    Marie Ythier, Le Violoncelle en partage, Marie Ythier (violoncelle), Arne Deforce (violoncelle), Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes dirigé par Thomas Zehetmair, Ensemble Sillages dirigé par Gonzalo Bustos, b•records, 2024
    https://www.b-records.fr/marie-ythier-le-violoncelle-en-partage
    https://www.marie-ythier.com
    https://www.facebook.com/marieythiercellist/?locale=fr_FR
    https://www.arnedeforce.com
    https://onauvergne.com
    https://www.ensemblesillages.com
    https://www.bastiendavid.com
    https://augustinbraud.com
    https://www.matteogualandi.com

    Voir aussi : "Schumann et la petite bande des Fouchenneret"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Tolkien tissé

    A Aubusson, cette année marque l’aboutissement d’un veste projet artistique autour de la tapisserie et de l’œuvre de Tolkien. Depuis les premiers échanges avec les ayant-droits du célèbre auteur du  Seigneur des Anneaux en 2012, ce sont quelques 150 m² de tissage qui ont vu le jour à travers quatorze tapisseries et deux tapis interprétant en textile les illustrations originales de J.R.R. Tolkien.

    Au total, il aura fallu sept années de travail, 150m² de tissage, et l’intervention de plus d’une trentaine de professionnels de la filière tapisserie pour donner naissance aux quatorze tapisseries et deux tapis qui composent la tenture "Aubusson tisse Tolkien". Tous les savoir-faire d’Aubusson y sont mobilisés, du carton à la teinture en passant par le tapis dit "au point noué", et seront ainsi donnés à voir dans l’exposition. Ce projet méritait au moins une exposition. Elle a lieu du 28 juin au 30 septembre 2024 à la Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson avec un événement important, "Aubusson tisse Tolkien. L’aventure tissée". 

    Cette manifestation est l’occasion de retracer la genèse de cette aventure textile à travers la présentation de l’important travail préparatoire effectué préalablement aux différents tissages. Du choix des œuvres à la réalisation des cartons, les visiteurs sont invités à découvrir l’ensemble des étapes d’élaboration des tapisseries grâce au travail d’archivage effectué par la Cité tout au long du projet. Laines, gammes colorées et échantillons permettent de prendre la mesure des choix effectués pour interpréter en textile l’univers de J.R.R. Tolkien. Ce travail, effectué en collaboration étroite avec Christopher et Baillie Tolkien, le Tolkien Estate et bénéficiant du soutien du Tolkien Trust, est également visible dans les vidéos qui émaillent le parcours.

    À l’origine de la tenture “Aubusson tisse Tolkien”, se trouve la volonté de renouer avec la tradition des grandes tentures tissées. Particulièrement à la mode aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces ensembles de tapisseries sur une même thématique ou représentant plusieurs épisodes d’une même histoire, ont fait la renommée des ateliers de la région d’Aubusson. Les modèles en sont alors les récits de la mythologie gréco-romaine, la Bible et la vie des saints ou encore les romans à la mode comme La Jérusalem délivrée de Torquato Tasso qui connaîtra une postérité particulièrement importante en tapisserie.

    Il y avait une évidence pour les ateliers d’Aubusson à travailler sur l’œuvre littéraire majeure de Tolkien

    Il y avait une évidence pour les ateliers d’Aubusson à travailler sur l’œuvre littéraire de Tolkien, profondément inscrite dans les imaginaires contemporains. Illustrateur de sa propre œuvre, J.R.R. Tolkien n’a jamais cessé de dessiner pour accompagner son processus créatif mais également sa vie familiale. Il laisse un œuvre graphique particulièrement riche, mêlant différents styles et techniques à travers lesquels il n’hésite jamais à expérimenter. 

    Les œuvres choisies pour la tenture couvrent l’ensemble du travail de J.R.R. Tolkien. Cinq sont issues du Hobbit dont elles accompagnent la première publication en 1937, cinq sont liées aux histoires développées dans le Silmarillion, deux à celle du Seigneur des Anneaux, et quatre ont été réalisées par J.R.R. Tolkien pour sa famille. Parmi elles, trois des Lettres du Père Noël que l’écrivain envoie chaque année à ses quatre enfants et qui racontent les aventures du Père Noël et de son assistant l’Ours Polaire. La dernière illustration provient du Roverandom, un conte imaginé par J.R.R. Tolkien pour l’un de ses fils et qui narre les péripéties du chien Rover, changé en jouet par un magicien.

    En plus des dessins et aquarelles illustrant divers épisodes et lieux décrits dans les histoires imaginées par J.R.R. Tolkien, on trouve également dans la tenture le dessin d’un tapis imaginé par l’auteur lui-même en lien avec d’autres objets liés à la civilisation númenóréenne, mentionnée dans le Silmarillion et les Contes et légendes inachevés. La carte de la Terre du Milieu, image emblématique de cet univers dessinée en 1954 par Christopher Tolkien qui assiste alors régulièrement son père dans son travail, a également été intégrée à la tenture.

    Un long travail de préparation a été nécessaire pour interpréter en tapisserie les illustrations de J.R.R. Tolkien. L’ensemble de la réalisation de la tenture a été coordonné par la dessinatrice cartonnière Delphine Mangeret qui a également supervisé la réalisation de l’ensemble des cartons. Le carton de tapisserie est une image du modèle à tisser, agrandie à la taille de la future tapisserie et inversée en miroir. Au cours du tissage, le carton sera placé sous le métier à tisser et servira de guide aux lissiers. En basse-lisse, le tissage a la particularité de s’effectuer sur l’envers de la tapisserie.

    Débuté en 2017, le travail sur les tapisseries de la tenture a été émaillé par les tombées de métier, cérémonies publiques au cours desquelles les fils reliant la tapisserie au métier sont coupés collectivement. Les tissages étant réalisés sur l’envers, la tombée de métier est le premier moment où il est possible de découvrir la tapisserie complète et sur son endroit. 

    La tenture "Aubusson tisse Tolkien" a reçu le soutien de la Fondation AG2R la Mondiale pour la Vitalité Artistique, de la Fondation du Crédit Agricole – Pays de France, du Tolkien Trust, ainsi que celui du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

    Exposition "Aubusson tisse Tolkien. L’aventure tissée"
    Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson, du 28 juin au 30 septembre 2024
    https://www.cite-tapisserie.fr

    Voir aussi : "Aubusson tisse Miyazaki"
    "Tolkien breton"

    Halls of Manwë – Taniquetil
    D’après une illustration originale de J. R. R Tolkien pour The
    Silmarillion, 1928
    Tissage Ateliers Pinton, Felletin
    Crédits : Cité internationale de la tapisserie, Photo Studio
    Nicolas Roger
    © The Tolkien Trust, 1973

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Laissez-moi

    Les Cramés de la  Bobine présentent à l'Alticiné de Montargis le film Laissez-moi. Il sera visible du 17 au 23 juillet 2024.

    Claudine consacre toute sa vie à son fils. Toutefois, chaque mardi, elle s’offre une plage de liberté et se rend dans un hôtel de montagne pour y fréquenter des hommes de passage. Lorsque l’un d’eux décide de prolonger son séjour pour elle, Claudine en voit son quotidien bouleversé et se surprend à rêver à une autre vie.

    Laissez-moi, drame français de Maxime Rappaz avec Jeanne Balibar, Thomas Sarbacher et Pierre-Antoine Dubey, 2024, 93 mn
    Scénario : Maxime Rappaz avec la collaboration de Marion Vernoux
    https://www.cramesdelabobine.org/spip.php?rubrique1463
    https://www.unifrance.org/film/56148/laissez-moi
    https://www.frenetic.ch/fr/catalogue/detail//++/id/1230

    Voir aussi : "Revivre"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Nouvelle vague

    Véritable révélation pop du moment, Osinaël a un pedigree impressionnant. Actrice, juriste, avocate, influenceuse (son média engagé The Sages) et maintenant musicienne, elle présente cet été son premier single, J'adore, avant un premier album bien nommé, La Grande Vague, annoncé pour la fin de l’année.

    Qu’on ne s’y trompe pas. Derrière sa facture pop à l’efficacité diablement redoutable et son chant d’amour irrésistible ("J’adore ton Moi / Qui comme une croix / Me fait tenir droit"), J’adore porte aussi quelques messages qu’il faut bien écouter : "Je connais une île blanche / On peut y aller par une porte battante du siècle dernier / Que l’on emprunte sur le tapis ancien d’un destin commun".

    Osinaël est une artiste d’aujourd’hui, femme engagée mais aussi bien décidée à mettre la beauté au service de ses engagements sociétaux, féministes et environnementaux. Fort, bon et beau. Envoûtant, même.    

    J’oubliais. L’artiste multi-talentueuse prépare son premier livre, La Maison Des Secrets et une série télévisée, La Traversée Des Mondes qui sera distribuée par Cannes TV à l’automne 2024. 

    Osinaël, J'adore, 2024
    https://www.instagram.com/osinael_official
    https://www.youtube.com/channel/UCIfKmjGWGf9ikWrZ3nOJruQ
    https://www.the-sages.com

    Voir aussi : "La promesse Jade"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Revivre

    Les Cramés de la  Bobine présentent à l'Alticiné de Montargis le film Revivre. Il sera visible du 17 au 23 juillet 2024.

    Jour et nuit, deux couples de parents entourent leurs enfants de soin et d’attention, dans l’attente d’un don d’organe. Leur soutien, allié à l’extraordinaire dévouement des soignants, est vital sur le chemin de la guérison. Une célébration de l’espoir, de la résilience et de l’engagement – une véritable histoire d’amour !

    Revivre, documentaire français de Karim Dridi, 2024, 98 mn
    https://www.cramesdelabobine.org/spip.php?rubrique1464
    https://www.unifrance.org/film/57029/revivre

    Voir aussi : "Sweet East"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • LaureM, invin-sensible

    Conjure les sorts : voilà un titre énigmatique. Il nous vient de LaureM, aixoise de naissance et marseillaise d’adoption.

    La sensibilité affleure dans son dernier single dans laquelle la jeune chanteuse parle d’elle et de sa manière de conjurer les sorts et les sales coups du destin.

    Plus forte qu’il n’y paraît, LaureM fait de la musique et du piano son refuge et son arme ("Il paraîtrait que la musique / Apaise les cœurs mélancoliques / Le mien est dur comme un rocher / Toutes les vagues s'y briseraient").

    Artiste invincible, rêveuse et obstinée, voilà une voix de la scène française qui entend bien s’imposer, avec force, douceur et caractère, envers et contre tous : "Et je rêve un peu plus fort / Et je m'égare un peu moins loin / Et je conjure les sorts / Tu m'aimes plus ça ne fait rien".

    LaureM, Conjure les sorts, 2024
    https://www.facebook.com/musiqueslaure
    https://www.instagram.com/artlaurem
    https://www.youtube.com/@LaureMusiques

    Voir aussi : "Méli-mélo de Loulia"
    "Julia Jean-Baptise pour l’éternité"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Casta Diva

    De toute la galerie de personnages secondaires des aventures de Tintin, la diva Bianca Castafiore est sans aucun doute l’un des plus insaisissable. Pour tout, rire, à la lecture de l’essai de Pierre Bénard, Bianca Castafiore, Celle qui rit de se voir si belle (éd. 1000 Sabords), il est probable que l’on sortira perturbé et avec une tout autre image de la mal surnommée "Le Rossignol milanais".

    D’une écriture alerte et avec la passion du tintinophile de la première heure qu’il est, Pierre Bénard retrace le parcours de la seule femme d’importance entourant le reporter à la houppette. Un singulier chapitre se nomme d’ailleurs "L’éternel féminin".

    De sa rencontre avec Tintin et Milou dans une forêt syldave à sa détention arbitraire dans Tintin et les Picaros, en passant pas son rôle prépondérant dans la résolution dans L'Affaire Tournesol, sans oublier le chef d’œuvre que sont Les Bijoux de la Castafiore, la chanteuse d’opéra, dont le répertoire semble se limiter à l’Air des Bijoux dans le Faust de Gounod traverse la saga d’Hergé d’une manière singulière. Présente bien avant même l’arrivée du Capitaine Haddock et du professeur Tournesol, elle ressemble une "revenante", telle une diablesse en boîte, ou plutôt une "sorcière". Ces réapparitions sont des ressorts humoristiques à chaque fois. Elle est absente de plusieurs albums sans jamais tout à fait disparaître (un poste de radio diffusant un concert, un spectacle dans Les Sept Boules de Cristal ou en invitée surprise sur le yacht de Rastapopoulos dans Coke en Stock). 

    Aveuglement coupable à côtoyer les pires crapules de la série

    Mais évoquons la singulière rencontre avec Tintin que l’auteur détaille avec justesse. Une rencontre qui "nous est dit, non montré" dans Le Sceptre d'Ottokar. Le lecteur ne peut que s’imaginer comment les deux étrangers ont sympathisé dans une auberge de Syldavie. Le reporter laisse une misérable charrette pour une puissante voiture qui doit le conduire à la capitale Klow. Bianca Castafiore en est l’autre passagère, en route vers un concert royal. Ravie de ne pas voyager seule (hormis son chauffeur), elle ne peut s’empêcher de montrer la puissance de son organe… poussant Tintin à préférer lui fausser compagnie. Voilà une bien étrange entrée en matière, aux antipodes de ces autres figures que sont Haddock et Tournesol dont les rencontres nous ont été montrées.

    Pour faire le portrait de Bianca Castafiore, l’auteur renvoie à des sources aussi disparates que la mythologie celte (Mélusine), Jules Verne (Le Château des Carpates), Edgar Allan Poe (La Chute de la Maison Usher) mais aussi, bien sûr, la musique. Beaucoup de musique. Weber, Gounod, nous l’avons dit mais aussi les chanteuses qui ont influencé Hergé.

    Un chapitre est consacré à ces divas du siècle dernier. Pierre Bénard voit en la Castafiore une parenté avec la soprano américaine Florence Foster Jenkins, "célèbre pour son outrecuidance et ses défaillances artistiques".

    Au final, le portrait de la Castafiore, à la tessiture aussi puissante qu’insupportable pour ses auditeurs – Hergé était un amateur d’art et d’opéra – ne laisse pas sous silence ses caprices de diva ("Ciel mes bijoux"), sa présomptuosité ("Ah, je ris de me voir si belle en ce miroir", chante-t-elle sans cesse) mais aussi son aveuglement coupable à côtoyer les pires crapules de la série, génies du mal, ennemis de Tintin et de ses amis et mêmes dictateurs. Cela lui coûtera d’ailleurs un séjour en prison, plus burlesque que réellement tragique. Immortelle et fascinante Castafiore.  

    Pierre Bénard, Bianca Castafiore, Celle qui rit de se voir si belle, éd. 1000 Sabords, 2024, 144 p.
    https://www.editions-1000-sabords.fr

    Voir aussi : "Dictionnaire amoureux de Tournesol"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Peter Jablonski, très classique, très jazz

    Bla Bla Blog avait parlé il y a quelques semaines de l’album Air de Christian Schittenhelm. Cette grande bouffée d’air frais dans la musique d’aujourd’hui prend un nouveau relief avec son autre opus du moment, Back Home with the Moon.

    Pas d’orchestre symphonique cette fois mais un piano et un interprète d’exception, le Suédois Peter Jablonski. Ce grand interprète de Chopin, courant les scènes du monde entier, se penche cette fois sur un répertoire contemporain, à la facture néo-classique mais aussi des influences jazz.

    La simplicité, la nudité et la fluidité de Peter Jablonski se mettent au service de pièces intimes immédiatement attachantes. C’est la caressante "Berceuse mauve", tout en pastel, c’est la délicate "Valse naïve" dont on lira l’influence d’Erik Satie mais c’est aussi cet autre morceau, "Simply Yes", dont la retenue laisse place à un élan passionné. 
    La "Valse de rien" semble nous ramener quelques dizaines d’années plus tôt dans une salle de bal parisien après le départ des derniers invités, lorsqu’un couple se retrouve seul pour une dernière danse. Décidément, la valse est un style qu’affectionne Christian Schittenhelm ("The Algot Walz").

    Le titre qui donne son nom à l’opus semble faire le pont entre classicisme, contemporain et jazz. Il y a aussi un esprit pop dans ce "Back Home With The Moon" dont Peter Jablonski prend possession avec un plaisir évident.

    Simplicité, nudité, fluidité

    L’album de  Christian Schittenhelm et de son instrumentiste prestigieux est enrichi de pièces courtes à la belle densité et que le piano vient colorer. C’est le mélodique "Duo", le spectral "Stellar", l’étrange "Poème de l’inutile" ou la composition très contemporaine "Impression de lièvre" jouant sur le rythme et sur des notes semblant s’envoler en toute liberté.

    L’auditeur prendra plaisir à se faire prendre au piège dans cette choix de pièces se jouant de toutes les étiquettes. Comment en effet caractériser en effet "Roof Ans Sky", lente et mélancolique déambulation au piano, la ballade "Alone" à la tristesse éloquente ou encore ces titres à la facture jazz cool que sont "After Me The Storm" ou encore "A Bad E Could Be The Best", avec ses sonorités graves ?

    Le pianiste classique Peter Jablonski vient servir à merveille de sublimes morceaux, à telle enseigne que "Zebra Piano" paraît lui être destiné directement ? Le contemporain est aussi bien présent, particulièrement à la deuxième moitié du disque. C’est "Quadratures" mais aussi "Lévitation" dans lesquelles le piano se fait grave et par moment suspendu. 

    Christian Schittenhelm, Back Home With The Moon,
    Peter Jablonski (piano), Sfumato Records, 2024

    https://christianschittenhelm.fr
    https://sfumatorecords.com/records
    https://www.peterjablonski.com

    Voir aussi : "De l’air"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !