Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bandes dessinées et mangas

  • La fleur au fusil

    Pin it!

    En ce jour de centenaire de l’armistice du 11 novembre 2018, comment ne pas parler de Jacques Tardi, dont l’œuvre s’est nourrie de l’histoire de la première guerre mondiale ?

    Le créateur d’Adèle Blanc-Sec offre avec son double volume Putain de Guerre !, co-écrit avec Jean-Pierre Verney, l’une des plus saisissantes fresques de la Grande Guerre et de ses poilus, ces soldats anonymes qui ont servi de chair à canon dans un conflit ahurissant d’horreurs.

    Putain de Guerre c’est l’histoire à la première personne d’un de ces fantassins parisiens partis sur le front. Tardi suit les pérégrinations de ce jeune homme, de son départ Gare de l’Est, la fleur au fusil, jusqu’aux grands champs de Bataille du nord et de l’est de la France.

    Écrit à la première personne, Putain de Guerre frappe d’abord par son texte écrit à la première personne : impitoyable, cynique, cruel, le discours est tout autant anti-militariste et pacifiste.

    La collaboration de Jean-Pierre Verney a été essentiel pour écrire un ouvrage de bandes dessinées où le noir et le rouge sont omniprésents et qui est aussi et surtout bourré de détails historiques. Un vrai chef d’œuvre.

    Jacques Tardi, Putain de Guerre !, deux vol.
    postface de Jean-Pierre Verney, éd. Casterman, 2008, 70 et 69 p. 

    https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Auteurs/tardi

    Voir aussi "La seconde bataille de Verdun"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La naissance de la belle Rafaëla

    Pin it!

    Dans la postface de Tamara de Lempicka, la bande dessinée de Virginie Greinier et Daphné Collignon, Dimitri Joannidès rappelle qu’après une période flamboyante durant les années folles, Tamara de Lempicka a été oubliée du monde de l’art. Trop figurative ? Trop bourgeoise ? Pas suffisamment révolutionnaire ? Suspecte d’avoir été une vraie star dans le milieu parisien de l’entre-deux guerres ?

    C’est du reste cette période qui intéresse Virginie Greinier, au scénario, et Daphné Collignon, au dessin. Sans didactisme, avec une admiration certaine, et sans rien cacher des failles de la peintre, Virginie Greinier raconte l’année 1927 qui a vu la naissance de l’un des plus grands nus du XXe siècle, La Belle Rafaëla.

    La BD suit les pérégrinations de Tamara de Lempicka dans le Paris qui était la capitale mondiale des arts, celle d’André Gide, de Jean Cocteau ou de Picasso. Femme artiste dans une société toujours bridée, Tamara de Lempicka revendique farouchement sa liberté, y compris dans sa situation de femme mariée et mère d'une petite fille. Lorsqu’elle apprend à Gide qu’elle recherche un modèle pour son prochain tableau, ce dernier lui propose de lui présenter des femmes de ses connaissances. La peintre accepte de l’accompagner, mais aucune ne la convainc.

    Au dessin, Daphné Collignon nous propose des planches aux couleurs sépias qui sont chacune d’authentiques créations graphiques, renvoyant le lecteur dans les années folles. Voilà une entrée en matière passionnante et intelligente pour entre dans l’œuvre d’une artiste prodigieuse qui n’a été redécouverte qu’après sa mort, à partir des années 80.

    Il sera de nouveau question de Tamara de Lempicka dans quelques semaines, dans le cadre cette fois de notre hors-série sur Tatiana de Rosnay.

    Virginie Greinier et Daphné Collignon, Tamara de Lempicka
    postface de Dimitri Joannidès, éd. Glénat, 2018, 56 p.
    https://www.daphnecollignon.com

  • Vous ne préférez pas plutôt un stage ?

    Pin it!

    Ah, ces entretiens d’embauche, ces DRH froids, ces startups pratiquant l’art faussement cool du recrutement et surtout ces candidats obligés d’avaler des couleuvres pour décrocher des emplois faméliques malgré leur CV long comme le bras…

    Voilà le sujet de la bande dessinée de Mathilde Ramadier, Vous n’espériez quand même pas un CDD ? (éd. Seuil). Le livre se présente sous la forme de chroniques que l’on imagine vécues par l’auteure. Chaque chapitre correspond à une offres d’emploi avec l’annonce correspondante, parfois aussi drôle – et ce n’était pourtant pas le but ! – que les strips qui suivent : "Design junior," "Pigiste," "Copy writer" ou "Creative manager."

    Managers se comportant en gourous tout-puissants

    Mathilde Ramadier croque avec un mélange de férocité, de naïveté et de poésie ces huis-clos au cours desquels se jouent une carrière, des rêves et un avenir, et qui sont souvent réduits à néant en quelques mots. On rit jaune en découvrant ces tranches de vie en entreprise. Le monde des startups est sévèrement égratigné : managers se comportant en gourous tout-puissants, petits boulots ou stages non-rémunérés transformés en challenges cools, exploitations éhontées des candidats via de pseudos tests de recrutements ou jargon globish présenté comme un véritable sésame pour se faire mousser.

    C’est d’ailleurs ce dernier aspect qui est développé dans l’épilogue ("Bientôt la retraite") au cours duquel notre candidate parvient à enfumer un recruteur : un joli pied de nez qui vengera pas mal de candidats passés, présents et futurs. Rien que pour cela, que Mathilde Ramadier soit remerciée.

    Mathilde Ramadier, Vous n’espériez quand même pas un CDD ?, éd. Seuil, 2018, 111 p.
    https://mathilderamadier.com

    Voir aussi : "Décalée"

  • Une nouvelle nuit à Rome avec toi

    Pin it!

    Il y a quelques mois, nous parlions ici-même des deux premiers tomes d’Une Nuit à Rome : l’histoire d’une promesse un peu folle que deux jeunes gens se sont faite durant leur vingtième anniversaire, à savoir passer une nuit à Rome le jour de leur quarante ans. Le deuxième tome se terminait par un épilogue à la fois amer et ouvert.

    Jim a choisi de poursuivre un nouveau cycle en mettant en scène nos deux personnages principaux, Raphaël et Marie, dans la capitale italienne. Là encore, il est question d’une nuit à Rome le jour de leur anniversaire. Cette fois, c’est un Raphaël, beaucoup plus extraverti et moins tourmenté que lors des deux premiers tomes, qui invite son amie d’enfance à le rejoindre. La belle brune résistera-t-elle à ce rendez-vous ?

    À Bla Bla Blog, on adore Jim, le scénariste autant que le dessinateur, pour ses histoires d’amour modernes et d’une grande élégance. Le lecteur suivra avec passion la nouvelle rencontre entre Raphaël et Marie et attendra avec impatience la suite de ce nouveau rendez-vous à travers le temps et l'espace. Un quatrième tome viendra bientôt clôturer ce deuxième cycle.

    Jim, Une Nuit à Rome, livre 3, éd. Bamboo, 2018, 100 p.
    http://jimtehy.blogspot.com

    Voir aussi : "On s’était dit rendez-vous dans vingt ans"
    "Rendez-vous jeudi prochain, même lieu, même heure
    "La débandade"

  • On s’était dit rendez-vous dans vingt ans

    Pin it!

    Après Héléna, la blonde incendiaire de la bande dessinée éponyme de Jim et Cabane, voici Marie, la brune fatale d’Une Nuit à Rome (éd. Grand Angle), que Jim a scénarisé et dessiné de A à Z.

    Comme pour Héléna, il est question dans cet ample et élégant album d’un amour contrarié, d’une femme insaisissable, de rendez-vous et du temps qui passe, inexorable et cruel.

    Que Jim se soit cette fois attelé au scénario et au dessin n’est pas anodin : comme il le confie dans sa préface, ce personnage de Marie ne vient pas de nulle part, preuve à l’appui... Voilà qui fait d'Une Nuit à Rome - une variation contemporaine sur le thème du badinage, du romantisme et de l’infidélité - une œuvre personnelle.

    Raphaël est le narrateur de cette histoire de retrouvaille à Rome. Quelques jours avant ses quarante ans, il reçoit par la Poste une K7 VHS vieille de vingt ans. Il y découvre – ou redécouvre – une petite amie de cette époque, Marie Galhanter, née le même jour que lui.

    Une connerie de gamin

    La vidéo lui rappelle une ancienne promesse qu’ils s’étaient faits : passer la nuit de leur quarantième anniversaire ensemble, à Rome. Un numéro de téléphone accompagne cet envoi. Or, Raphaël vit en couple avec Sophia, dont il est très amoureux. Il n’aurait donc aucune raison de respecter "une connerie de gamin, comme on en a tous fait…" Sauf que cette VHS balaie toutes les certitudes qu'il avait. En Italie, Marie ne pense elle aussi qu’à ce futur rendez-vous, à Rome. Aura-t-il lieu, vingt-ans après leur promesse ?

    Jim déplie sur 238 pages une histoire amoureuse élégante, poignante et sensuelle. Les années passent, les rêves sont mis sous le boisseau mais les amours ne disparaissent pas totalement. Ils peuvent se fossiliser ou au contraire s’affranchir et exploser des années plus tard… Mais à quel prix…

    La nuit à Rome est celle de toutes les folies. Des folies que Raphaël et Marie peuvent ou pas s’offrir et qui permettront de remettre, quelque part, les pendules à l’heure. Fort intelligemment et avec une pertinence qui élève Une Nuit à Rome au rang des BD géniales.

    Jim termine son album par deux épilogues qui font basculer les destins de Marie et de Raphaël vers un questionnement sur nos promesses à honorer. Jim nous interroge. Raphaël et Marie, c’est un peu lui. C’est un peu nous.

    Jim, Une Nuit à Rome, Intégrale, éd. Grand Angle, 2016, 238 p.

    "Rendez-vous jeudi prochain, même lieu, même heure"

    "La débandade"

  • Rendez-vous jeudi prochain, même lieu, même heure

    Pin it!

    Jim a touché en plein cœur. Une fois de plus, lui et Louis Chabane au dessin, ont réalisé avec Héléna (éd. Grand Angle) une bande dessinée exceptionnelle, se rangeant dans la catégorie des œuvres bouleversantes, et bien différente de leur vaudeville de mœurs, L’Érection.

    Héléna c’est bien entendu le personnage féminin autour duquel tourne l’album au romanesque fou. Pour autant, le héros ce n’est pas elle mais le narrateur Simon, qui a toujours été amoureux de cette blonde incendiaire et irrésistible. Or, le jour de son mariage, Simon la croise par hasard, à Nice, face à l’église où il va dire oui à sa future épouse. Héléna promène un enfant et vit une période que l’on dirait "compliquée." Cette rencontre inopinée est une révélation pour Simon qui décide le jour de ses noces de ne plus se marier : Héléna sera la femme de sa vie.

    Héléna c’est l’histoire d’un amour. Mais pas que.

    Non sans opportunisme, et grâce à un héritage généreux, il approche la jeune femme quelques temps plus tard, il lui propose alors un drôle de marché : contre une rémunération de 1000 euros mensuel, il lui propose trois heures de son temps chaque jeudi après-midi, pour passer un peu de temps avec elle, mais sans faire l’amour. Son but est de renouer avec elle et la convaincre qu’il est l’homme de sa vie. Réticente et méfiante, Héléna finit par accepter.

    Héléna c’est l’histoire d’un amour. Mais pas que. C’est aussi une BD d’une sensualité folle. Mais pas que. C’est également le récit d’une rencontre entre deux êtres qui se cherchent. Mais pas que. Cela pourrait être aussi le récit d’une audace incroyable qui se transforme en une relation dont il est impossible de raconter les dernières pages. Car il faut absolument aller jusqu’au bout de cette histoire bouleversante de rendez-vous, dont le souffle tragique cloue sur place.

    Graphiquement magnifique, intense et indispensable.

    Jim et Louis Chabane, Héléna, 2 volumes, éd. Grand Angle, 2014 et 2015,
    78 p. chacun

    "La débandade"

    jim,louis chabane,héléna

     

  • Un conte de Bilal

    Pin it!

    La sortie d'un nouveau Bilal est toujours un événement. Le dernier en date, Bug (éd. Casterman) est le premier volume d'une série de BD d'anticipation. Ou bien, devrions nous dire "de conte d'anticipation".

    Nous sommes en 2048, dans un monde futuriste gris et angoissant (on reconnaît là l'univers d'Enki Bilal) dominé par les technologies. Un bug informatique majeur survient, vidant les serveurs du monde entier et rendant impossible l'accès aux réseaux. Dans l'espace, un groupe d'astronautes est en proie à toutes les difficultés pour rejoindre la terre. Parmi ces hommes de l'espace, il y a Obb, que sa fille Gemma attend impatiemment à Paris. Obb devient bientôt un enjeu le dépassant lui-même : ses capacités cognitives se sont développées de manière anormale, ce qui le rend d'autant plus intéressant en cette période de panne informatique généralisée. Ne serait il pas l'origine et la réponse au bug mondial ?

    Bilal signe là un brillant conte d'anticipation qui entend nous alerter sur les dangers d'une dépendance aux outils technologiques. Comme toujours chez l'auteur des Phalanges de l'Ordre noir, l'histoire semble écraser des personnages dessinées telles de superbes statues antiques et évoluant dans un décor hyper réaliste. Les trouvailles graphiques sont nombreuses, que ce soit cette case montrant le palais de l’Élysée ou ces unes de journaux écrites sans vérificateur d'orthographe.

    Le rire grinçant de Bilal semble se faire entendre par moment, mais c'est le rire d'un conteur autant qu'un des grands maîtres de la bande dessinée.

    Enki Bilal, Bug, tome 1, éd. Casterman, 2017, 86 p.

  • Qui va tango va sano e lontano

    Pin it!

    Au Café Gran Tortoni, en plein cœur de Buenos Aires, un jeune homme attend d’être reçu par un maestro du tango afin de devenir son élève. En attendant ce rendez-vous qui va changer sa vie, Mina, une serveuse et danseuse, le prend son son aile en lui présentant les personnages gravitant autour d’elle, dans un café tout entier dévolu à la plus sensuelle des danses.

    Le tanguero novice découvre et écoute ces histoires argentines, comme autant de récits d’initiation.

    Des récits d'initiation

    Dans les 110 pages d’une BD entièrement consacrée au tango, Philippe Charlot et Winoc mettent en image des destins incroyables : dans les années 30, un acteur trouve le succès puis le malheur grâce à un texte révolutionnaire de Jorge Luis Borges ; sur la Plaza de Mayo, un payador, troubadour et chanteur de tango, débarque de la pampa pour défier Carlos Gardel ; un autre chanteur raconte dans quelles circonstances il a gagné un concours hors du commun organisé par une certaine mademoiselle Magdalena ; il est également question d’un bandonéon apporté par une jolie factrice d’accordéon, d’un danseur doué mais désargenté empêtré dans une histoire de vol et d’amour, d’un flirt hors du temps entre deux retraités et d’un fantôme errant dans les salles du Gran Café Tortoni.

    Les amoureux du tango adoreront cette bande dessinée au scénario envoûtant. Les autres se laisseront transporter par ces histoires dont le fil conducteur est une danse et une musique, et qui invitent à écouter ou réécouter le Volver de Carlos Gardel : "Volver con la frente marchita / Las nieves del tiempo platearon mi sien / Sentir que es un soplo la vida / Que veinte años no es nada."

    Philippe Charlot et Winoc, Gran Café Tortoni, tome 1, éd. Bamboo, 2018, 110 p.

  • La seconde bataille de Verdun

    Pin it!

    Cette seconde bataille de Verdun fut celle engagée par Fernande Herduin en 1920, dans les ors et les couloirs feutrés des palais de la République.

    Quatre ans plus, tôt, en pleine guerre, son mari le sous-lieutenant Gustave Herduin est fusillé pour désertion Verdun, sans aucun jugement . Contre toute attente, le soldat a cependant eu droit aux honneurs de la France à titre posthume pour ses faits d’armes antérieurs. Insuffisant, réclame la veuve Herduin qui réclame la vérité et la justice pour une exécution au cœur du gigantesque champ de bataille de Verdun.

    Un silence honteux

    Ne trouvant qu’un faible écho à ses revendications, la jeune femme se lance, épaulée par son avocat, dans une nouvelle guerre des tranchées contre une classe politique hypocrite et une administration militaire muette. En portant plainte pour meurtre, la Fernande Herduin parvient à faire du bruit dans Landerneau. Bientôt s’ouvre une nouvelle bataille de Verdun, judiciaire et politique cette fois.

    Cette affaire est mise en textes et en images par Jean-Yves Le Naour et Marko Holgado qui signent avec cette histoire édifiante le troisième tome d’une série sur Verdun, après Avant l’Orage et L’Agonie du Fort de Vaux.

    Les auteurs relatent dans un album à la facture classique l’histoire des fusillés pour l’exemple comme le silence honteux qui s’ensuivit. De ce point de vue, l’histoire de la veuve Herduin est celle d’une lanceuse d’alertes avant l’heure, obsédée par la réhabilitation de l’honneur de son mari. L’histoire est centrée sur ce personnage féminin solide et pugnace, en guerre dans une France encore traumatisée par les massacres de la Grande Guerre.

    Jean-Yves Le Naour et Marko Holgado, Verdun, Les Fusillés de Fleury,
    éd. Grand Angle, 2018, 47 p.

    9782818943861_cg.jpg

  • Titeuf a vingt-cinq ans (et ne les fait pas)

    Pin it!

    Titeuf, le turbulent et attachant enfant, créé sous la plume de Zep, est né en 1993, plus précisément dans les pages du fanzine Sauve qui peut !

    Pour ses vingt-cinq ans - le double de son créateur -, le petit garçon n’est pas prêt à voler de ses propres ailes. En août dernier, le dessinateur suisse sortait À Fond le Slip, le 15e album de sa célèbre série, série que Zep ne se dit pas prêt à lâcher de sitôt.

    Le Monde propose en ce moment un hors-série consacré à Titeuf, "un héros qui colle aux temps modernes", comme l’annonce une de ses rubriques. Journalistes, intellectuels, spécialistes de la BD, psychiatres ou dessinateurs se penchent sur ce petit personnage qui a fait de son univers d’enfant le délice des petits comme des adultes.

    Titeuf ne s’interdit aucun tabou

    Zep a osé, comme personne avant lui, mettre dans la bouche de son personnage des mots et des sujets graves, drôles mais aussi à portée éducative. La série ne s’interdit aucun tabou, comme le rappelle le magazine. L’école et la cour de récréation restent l’univers de Titeuf et de ses camarades – Thérèse, Jean-Claude, Hugo, Ramon et bien entendu Nadia, le grand amour du blondinet à la houppette.

    Pour son hors-série, Le Monde propose un large choix de planches, dont la toute première : "La femme avec pas de boules." Le lecteur s’arrêtera également sur les deux pages engagées de Zep, qui fait paraître le 11 septembre 2015 une aventure tragique de Titeuf plongé dans un pays en guerre.

    Les aventures du jeune héros sont disséquées avec sérieux et sans cacher les polémiques soulevées par une série qui a fait de l'impertinente sa marque de fabrique. Impertinente et saluée par les meilleurs dessinateurs, dont Gottlib qui témoigna à Zep un hommage appuyé – et étonnant.

    Titeuf, du haut de ses vingt-cinq ans, reste plus que jamais le gamin le plus célèbre du monde.

    "Titeuf, 25 ans et toutes ses dents", Le Monde hors-série, janvier 2018
    http://zepworld.blog.lemonde.fr

  • Maillot rose pour Obélix

    Pin it!

    Que vaut le dernier Astérix ? Depuis 2013, Albert Uderzo a confié les aventures du petit Gaulois à Jean-Yves Ferri pour le scénario et Didier Conrad pour le dessin. Après Astérix chez les Pictes et Le Papyrus de César, c’est cette fois en Italie que le héros à la moustache blonde et son compère Obélix se retrouvent pour une compétition mémorable en char, qui a plus à voir avec un Giro antique qu’une course à la Ben Hur.

    Bifidus, un sénateur corrompu qui a eu la fâcheuse idée d’utiliser l’argent destiné à l’entretien des voies romaines pour ses orgies décide, pour se refaire une virginité, d’organiser une course en plusieurs étapes le long de la péninsule italienne. Par défi, Astérix et Obélix décident de faire partie des participants de cette aventure sportive, aux côtés d’autres concurrents bretons, lusitaniens, koushites (les mémorables princesses Toutunafer et Niphéniafer), étrusques, goths ou cimbres.

    Et c’est parti pour cinq étapes en Italie, où nos malicieux et intrépides Gaulois sauront déjouer les embûches de la course comme les coups fourrés du sénateur Bifidus qui a reçu l’aval d’un César bien décidé à voir un Romain gagner ce tour d’Italie antique...

    Les fans d’Astérix ne bouderont pas leur plaisir à la lecture de cet album, complètement à la hauteur des meilleurs albums du héros gaulois : aventures picaresques, jeux de mots, calembours en veux-tu en voilà, clichés assumés ou anachronismes. Le lecteur s’amusera à dénicher les clins d’œil truffant l’album, dans une deuxième lecture tout aussi réjouissante.

    Au final, pour cette 37e aventure d’Astérix, Obélix, le grand héros de cette Tranitaique, aura bien mérité son maillot rose de vainqueur.

    Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, Astérix et la Transitalique, ed. Albert René, 2017, 46 p.
    http://asterix.com

  • Comment ça, difficile à encadrer ?

    Pin it!

    Il y a cinq mois, un drôle de zèbre accédait à la Présidence de la République, jetant du même coup dans les poubelles de l’histoire les Fillon, Hollande, Sarkozy et autres Juppé.

    Le recueil d’Alain Goutal, Panier de Crabes (éd. Y.I.L.), nous plonge en dessins dans une année politique nationale et internationale riche, marquée notamment par les élections de Macron et Trump comme par le terrorisme et la crise migratoire : "Ce recueil de dessins de presse aurait pu s’intituler "Pour mémoire", comme une piqûre de rappel", comme le dit l’auteur.

    L’actualité dense, les paroles volatiles, les personnalités éphémères et les promesses vite oubliées font de cet ouvrage le rappel d’événements passés et contribuent à rafraîchir notre mémoire. C’est déjà ça.

    Alain Goutal, observateur attentif de la planète autant qu’auteur engagé, croque ses personnages avec une férocité telle que l’on doute qu’il en encadre beaucoup. Ces dessins ont été publiés sur Médiapart, sur son blog ainsi qu’au sein du réseau Cartooning For Peace.

    Nos élus sont brocardés avec une dureté qui n’a d’égal que "la cynique perversion", "la tromperie" et le "mensonge" de la "caste oligarchique" qui nous gouverne : François Hollande et Pierre Gattaz en couple sado-maso, Myriam El Khomri et Manuel Valls dans une benne à ordures, Vincent Bolloré en bébé capricieux et insupportable lorsqu’il détruit son "jouet" Canal +, Alain Juppé en Don Quichotte ou Macron et Bayrou en clowns.

    Ces portraits rappellent quelques événements fondamentaux de la vie politique et internationale de ces douze derniers mois : la Loi Travail et le 49.3, l’affaire Bygmalion, les révélations sur Patrick Buisson, la Cop 21, les Primaires de gauche et de droite, le début de la campagne présidentielle 2017 ou les révélations de l’affaire Penelopegate.

    Le choix éditorial fait s’arrêter le recueil avant le premier tour des Présidentielles, ce qui peut laisser le lecteur frustré.

    Il reste que les thèmes abordés par l’auteur continuent d’être d’actualité : réchauffement climatique, agriculture industrielle, profits exorbitants du CAC 40, attitudes indécentes du MEDEF ("Il ne faut pas laisser partir à vau-l’eau les dépenses publiques après les attentats", sic), menaces islamistes ou extrême-droite menaçante.

    L’actualité internationale n’est pas en reste, avec des dessins d’une grande puissance visuelle. Alain Goutal nous prend aux tripes lorsqu’il parle de la Syrie, d’Alep, de la nature en danger ou de la consternante élection de Donald Trump. Il y a par exemple ce fameux dessin, popularisé par les réseaux sociaux, dans lequel Donald Duck exige le changement de son état civil après l’élection de son "presque homonyme".

    Deux ans et demi après l’assassinat de ses confrères de Charlie Hebdo, Alain Goutal nous rappelle que le dessin de presse reste l’un des atouts les plus essentiels de la liberté d’expression.

    Alain Goutal, Panier de Crabes, éd. Y.I.L., 2017, 68 p.
    http://goutal.over-blog.com
    http://www.cartooningforpeace.org

    © alain goutal

  • La débandade

    Pin it!

    C’est un sujet très culotté auquel se sont attelés le scénariste Jim (Une Nuit à Rome, Une petite Tentation, Héléna) et le dessinateur Louis Chabane (Héléna, Si seulement, Mesrine, l’Évasion impossible).

    En deux tomes, L’Érection raconte une soirée de décembre a priori banale mais tournant à l’empoignade conjugale. Arrêtons-nous sur le titre provocateur de cette BD : "C’est un bonheur rare d’avoir dans sa bibliographie un album s’appelant L’Érection", confie Jim dans l’entracte qui clôt le premier tome.

    Le terme d’entracte n’est du reste pas galvaudé pour cet album en deux volumes écrit comme une pièce de boulevard en sept actes et comme une comédie de mœurs se situant dans l’appartement bourgeois d’un couple de quadras, Léa et Florent.

    Nos deux bobos, toujours amoureux après 25 ans de vie commune, invitent un couple d’amis, Alexandra, blonde pimpante quadra elle aussi, et son ami Jean-Fabrice. C’est l’anniversaire de Léa, qui fête ses 48 ans. Les enfants ont été casés chez les grands-parents pour l’occasion. La soirée débute d’une manière classique : "Discussion réglée comme du papier à musique : un tiers enfants, un tiers potes, un tiers séries TV."

    Après un premier couac lors de la remise des cadeaux d’anniversaire, Léa s’aperçoit que Florent a une érection alors qu’Alexandra leur apprend qu’elle et Jean-Fabrice sont sur le point de se séparer. Pour éteindre la scène de ménage qui commence après le départ des amis, Florent apprend à Léa une autre surprise de taille…

    Les auteurs de L’Érection ont réussi le tour de force de créer sur les 128 pages de cette BD passionnante une comédie de mœurs à la fois grave et désopilante. Le sujet est classique : une crise de couple dégénère en cataclysme domestique, avec son lot de rebondissements, de portes qui claquent, de dialogues ciselés et de personnages complètement en déroute.

    Le premier tome et ses trois premiers actes installent les quatre protagonistes et l’enjeu qui va anéantir en quelques instants un couple fusionnel et admiré. Les certitudes s’écroulent, la confiance n’est plus qu’un lointain souvenir et les reproches pleuvent : "Je ne simule jamais, je t’assure, jamais ! Tout au plus… je t’encourage..." lance un moment Léa, avec une belle assurance, auquel Florent répond, sans se démonter :"Tu m’encourages à finir, je t’encourage à commencer..."

    Le deuxième tome voit l’intrigue s’accélérer, avec de nouveaux enjeux, de nouveaux personnages et de nouveaux décors, mais avec toujours la même contrainte de temps et d’espace : une nuit de décembre, dans un immeuble haussmannien. On retiendra notamment, dans ces quatre derniers actes, la désopilante scène du pyjama d’Alexandra et la rencontre avec les petits voisins du dessus.

    Jim et Louis Chabane réalisent un magnifique bijou de bande dessinée, écrite et dessinée avec efficacité, précision, intelligence et un humour féroce. S’inspirant des théâtres de boulevard, ils autopsient avec sagacité et pertinence un sujet intarissable : les conflits entre les hommes et les femmes. Les auteurs citent à ce sujet, en exergue du deuxième tome, une citation de José Artur : "La guerre des sexes n’est pas prête de s’éteindre. Il y a trop de complicité avec l’ennemi."

    Jim et Louis Chabane, L’Érection, livres 1 et 2, éd. Grand Angle, 2016, 68 p. et 70 p.

    Une nuit à Rome from Jim / Thierry Terrasson on Vimeo

  • Troisième bougie pour Bla Bla Blog

    Pin it!

    Bla Bla Blog fête aujourd'hui son troisième anniversaire.

    Près de 550 chroniques plus tard, le blog qui parle de littérature, de musiques, de cinéma ou de télé garde son tempo. Bla Bla Blog c'est une autre manière de parler de ce qui nous touche, parfois par des chemins de traverse, mais toujours avec passion et conviction.

    Pour les prochains balablas, il sera question de philosophie et d'anagramme avec Raphaël Enthoven, d'un focus sur HBO, la chaîne de télévision la plus révolutionnaire de ces vingt dernières années, de mathématiques, d'un retour sur Fishbach, l'une des révélations de la scène rock mais aussi d'une bande dessinée culottée et de haute-volée autour de l'érection (un indice, chez vous, avec le visuel en illustration)...

  • 400 000 hommes à la mer

    Pin it!

    L’un des épisodes les plus fous de la seconde guerre mondiale est également celui est le plus mal connu en France, alors même qu’il s’est déroulé sur nos terres, autour du périmètre de Dunkerque. Christopher Nolan a choisi, dans Dunkerque, de raconter l’après-débâcle de la Bataille de France en mai 1940.

    Le 25 mai 1940, Winston Churchill et la vice-amirauté britannique décident dans le plus grand secret l’évacuation des 400 000 soldats anglais pris en tenaille par l’armée allemande. L’Opération Dynamo a lieu pendant neuf jours, du 26 mai au 4 juin 1940. 700 navires anglais et 300 français sont réquisitionnés pour participer au sauvetage d’une armée en déroute, sous les bombardements de la Luttwaffe. De cet événement, Christopher Nolan en a fait un film de guerre impressionnant et d’une folle inventivité. Sa narration cinématographique suit le destin de plusieurs personnages dans le chaos de la Bataille de France. Sur terre, dans les airs et bien sûr sur mer, les destins de soldats britanniques, cherchant à fuir Dunkerque, d’un vieux marin civil britannique accompagné de son fils et d’un jeune homme et de deux pilotes de la RAF chargés de protéger l’évacuation infernale.

    Le spectateur pourra être autant décontenancé par le découpage narratif que par l’absence de perspective historique. Il reste que Dunkerque est un grand film de guerre, sans doute au niveau de ces pierres angulaires que sont Full Metal Jacket de Stanley Kubrick et Il faut sauver le Soldat Ryan de Steven Spielberg.

    Si votre bouquiniste favori n’est pas trop manche, il devrait vous trouver Dunkerque, Opération Dynamo, la bande dessinée que Pierre Dupuis a réalisé pour une collection de BD consacrées à la seconde guerre mondiale. Une manière sans doute plus pertinente de découvrir la portée de cette opération Dynamo : "Avec le recul du temps, on se rend compte que Dunkerque fut l’un des "suspenses" militaires les plus riches d’enseignements. Cette opération improvisée par les uns fut une surprise totale pour les autres et permit malgré tout aux adversaire de prendre conscience de leurs propres limites…" (Pierre Dupuis, Dunkerque, Opération Dynamo). 

    Le sauvetage gigantesque des plages de Dunkerque a été l’épilogue d’une défaite cuisante mais elle permit surtout au Royaume-Uni de ne pas perdre la guerre. Rétrospectivement, cela a été capital pour la suite des événements.

    Dunkerque, de Christopher Nolan, avec Fionn Whitehead, Tom Hardy, Mark Rylance, Cillian Murphy, Kenneth Branagh et Harry Styles, USA, GB, France, Pays-Bas, 106 mn, 2017
    Pierre Dupuis, Dunkerque, Opération Dynamo, éd. Dupuis, coll. Histoire/BD, 1974, 46 p.