Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma

  • Le Capitole de Suresnes revient faire son cinéma en musique

    Pin it!

    Le Festival du Film Musical revient faire son cinéma au Capitole de Suresnes, du 28 janvier au 2 février 2020. L’objectif ? Faire redécouvrir grands classiques et films cultes, et partager toute la diversité d’un genre à travers une programmation éclectique : animations, conférences, karaoké et même avant-première ponctueront une programmation qui a choisi de mettre en avant le film musical dans tous ses états.

    Après le succès de la première édition qui avait rassemblé plus de 1000 spectateurs, le Festival du Film Musical de Suresnes propose de découvrir ou redécouvrir toute la diversité d’un genre qui va de la comédie musicale américaine (Un Américain à Paris, projeté le 30 janvier) au Bollywood (Bajirao Mastani, le 31 janvier), en passant par le dessin animé (Les Aristochats, le 29 janvier) ou le biopic.

    La soirée d’ouverture du festival sera dédiée justement à la projection en avant-première d’un biopic : celui consacré à Judy Garland. Judy de Rupert Goold est porté par Renée Zellweger, récompensée d’un Golden Globe pour son interprétation d’une femme fatiguée par une vie consacrée aux projecteurs et au tourbillon hollywoodien. Elle est reconnue notamment pour son interprétation de Dorothy dans l’un des grands classiques américains : Le Magicien d’Oz. Le festival dde Suresnes rendra hommage à cette grande actrice en diffusant ce chef d’œuvre du cinéma musical le dimanche 2 février, en clôture du festival.

    Des contrées merveilleuses

    Si le film musical nous mène vers des contrées merveilleuses, il peut puiser son inspiration dans la réalité : en se réappropriant des morceaux populaires comme ceux de Mamma Mia !, ou en mettant en scène l’histoire de musiciens, à l’image de A Hard Day’s Night, interprété par les Beatles eux-mêmes. Dans cette comédie déjantée, les membres du groupe jouent leur propre rôle. Une course folle est engagée, sous le regard de la caméra de Richard Lester, pour retrouver Paul McCartney et son grand-père avant une représentation télévisée. Diffusé samedi 1er février, le film sera introduit par Pierre Espourteille, spécialiste des Fab Four. Pour l’occasion, le conférencier révélera une multitude d’anecdotes et  de secrets sur l’un des quatuors les plus célèbres de l’histoire de le musique.

    De nombreux rendez-vous sont prévus pour les spectateurs afin de célébrer le cinéma musical : soirée karaoké lors de la projection de Mamma Mia ! de Phyllida Lloyd, atelier d’éveil musical pour les enfants de deux à quatre ans, suivi du film Le Criquet de Zdenek Miler ou buffet indien durant l’entracte de Bajirao Mastani de Sanjay Leela Bhansali...

    Des pavés parisiens des années 1910 dans Les Aristochats, au parquet de danse de Dirty Dancing, en passant par la petite église de Los Angeles où fut tourné Amazing Grace, documentaire sur l’enregistrement de l’album du même nom d’Aretha Franklin, c’est un voyage unique à travers l’espace-temps du cinéma musical qui est proposé.
    Rendez-vous à Suresnes à partir du 28 janvier pour aller se faire quelques bonnes toiles, en musique bien sûr.

    Festival du Film Musical de Suresnes
    Le Capitole, 3 rue Ledru-Rollin, Suresnes
    Du mardi 28 janvier au dimanche 2 février 2020
    http://cinema-lecapitole.com

    Voir aussi : "Du vin, des arts et de la fête"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un frigo à vous glacer le sang

    Pin it!

    Vous connaissez le thriller J'ai rencontré le Diable ? Jusqu'ici, pas nous. Mais L'Œil du frigo nous fait découvrir ce film sud-coréen grâce à une scène de frigo, à vous glacer le sang. 

    Voici un film froid et noir comme son titre l'indique. C'est un film coréen qui descend au fond de la plus pure bestialité, pour ne pas parler d'immondicité. Un sérial-killer tue la fiancée d'un espion qui va se venger en faisant souffrir le serial-killer par petits morceaux et grosses tortures. Lorsque ce dernier est hébergé par un ami serial-killer cannibale comme lui (eh oui même les serial-killers ont leur réseaux sociaux et leur Airbnb...), l'hôte lui cherche le meilleur morceau pour un dîner de chef.

    Tout naturellement il se dirige vers son frigo, sa chambre froide, mais il s'aperçoit qu'il n'y a plus d'intestins. Il est vrai que l'intestin grillé est un met extraordinaire. Mais voilà : un frigo mal achalandé nous fait souvent changer de recette, à moins d'aller faire des courses si on tient vraiment à notre dîner... Je ne vous dirai pas ce qui se passe par la suite : changera-t-il d'avis, et d'envie ? Va-t-il faire des courses? A vous de voir, en ces lendemains de fêtes si vous avez envie de découvrir la suite.

    Le frigo, toujours là dans les grands moments de l'humanité, voire de l'humanité déshumanisée, nous livre quelques morceaux de corps humain parfaitement sectionnés, découpés et rangés au frais pour servir un chef cuistot très organisé. Bien évidement le lieu est glauque, il n'y a pas d'apologie de la découpe humaine. Nos amis syndicalistes, représentants des frigos, n'auraient pas voulu associer cette séquence à des frigos tout fringants et ultra-connectés qui auraient indiqué sur le smartphone dudit cuistot : "Il n'y a plus d'intestin. Veuillez en trouver." Non : les frigos sont les amis des hommes. Ils ont leur dignité : ils participent avec de vieilles chambres froides, glauques et grises, à l'éclairage au néon... A noter que dans ce genre de frigo, il n'y a rien d'autre. Pas de ketchup, pas de moutarde : rien que des morceaux de corps entassés, à destination de quelques assiettes.

    Bon, j'ai poussé le vice à compter ce qu'il y avait dans le frigo : pour une fois qu'on a une belle vue... Huit avant-bras, deux jambes, un tronc sans tête... peut être d'autres choses mais elles sont dissimulées. De quoi tenir un moment sans faire les courses, sauf si on a déjà mangé tous les intestins... Les gourmands ! ;). Si vous allez chez des amis qui possèdent ce genre de chambre froide - parce que c'est très à la mode ce côté industriel dans une cuisine -, assurez vous que le frigo est correctement humanisé et non déshumanisé. Sinon, je ne donne pas cher de votre repas Vous pouvez vous même vous retrouver dans un frigo !

    Âmes sensibles s’abstenir évidemment, mais cette vengeance aux petits oignons reste un régal.

    J'ai rencontré le Diable, thriller de Kim Jee-woon
    avec Lee Byung-hun, Choi Min-sik, Chun Ho-jin et Chun Kook-haun
    Corée du Sud, 2010, 141 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "J'ai rencontré le diable frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Héroïque frigo !

    Pin it!

    Alors que Jumanji Next Level vient de sortir, L’‎Œil du frigo propose de revenir sur le tout premier Jumanji, dont les effets spéciaux comme l'histoire avaient époustouflé les spectateurs de 1995. Focus sur une scène qui a pour protagonistes des singes et, bien entendu, un réfrigérateur proprement héroïque

    Nous voici dans l'excellent Jumanji dont la folie n'a d'égal que son frigo. Une dinguerie de gamins qui finit en cauchemar. Un film absolument formidable avec des singes qui sont montés sur piles nucléaires. Ici, nous sommes au début du jeu et les singes viennent d’apparaître. Ils prennent possession de la cuisine ce qui n'est pas sans nous rappeler une certaine scène chez les Gremlins. Évidemment, ils s'en prennent au frigo, ouvert, pillé, vidé et qui résiste à cette déferlante de folie. Il faut dire qu'on a affaire à un frigo extraordinaire, rien à voir avec les frigos du XXIeme siècle dont l'obsolescence programmée est visible à l'oeil nu. Ici on a affaire à un meuble frigo, peut être même une pièce de musée. Regardez cette porte, comme elle est découpée, tout est moulé et creusé dans le meuble. Cela rassemble à une sculpture art-déco qui se pose comme le seul rempart face à la horde des singes.

    Même si nous sommes un brin au pays des songes, ces singes nous réveillent de façon la plus tendre qui soit. Pour le frigo, on peut remarquer qu'aucun des singes ne se goinfre dans cet antre de la nourriture. Non : là, ils sont en mode destruction totale, comme si vous aviez laissé un bande d'ados hystériques dans la cuisine et que vous aviez fermé la porte. Bien qu'offert à ses agresseurs, le frigo symbolise toute la puissance de la famille, celle qui va dans tout le film se mettre en travers de ce jeu cauchemardesque.

    La porte, comme le frigo, sont bien achalandés et les rangements d'un grande précision. On est loin de nos quelques étagères modulables qui nous posent toujours des problèmes pour ranger nos bouteilles. On pourrait presque dire que nous avons affaire à un frigo de luxe avec son pied devant l'ouverture de la porte pour ceux qui "trop petits" ne pourraient pas atteindre le dessus du frigo , un endroit qui comme on le sait reste souvent inaccessible aux petits. Ici c'est simple, ouvrez le frigo, montez sur la petite marche, gagnez dix centimètres et vous accéderez avec facilité sur cette plateforme au dessus du frigo tellement utile dans une cuisine. J'encourage tous ceux qui n'ont encore rien mis au dessus de leur frigo à aller se mesurer : vous aurez peut être une réponse claire à vos questions de rangement aérien.

    Jumanji, comédie fantastique de Joe Johnston
    avec Robin Williams, Bradley Pierce, Kirsten Dunst, Jonathan Hyde et Bonnie Hunt
    Etats-Unis, 1995, 104 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Jumanji frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Revivre l’affaire Dreyfus

    Pin it!

    Le lundi 6 janvier 2020 l’Alticiné de Montargis et l’association des Cramés de la bobine proposeront une soirée exceptionnelle autour du film de Roman Polanski, J’accuse, sorti le 13 novembre 2019, multi primé (Lion d’argent - Grand Prix du jury à la Mostra de Venise).

    Charles Dreyfus, petit-fils du capitaine juif victime fin 1894 d’un mensonge et d’une machination militaristes, nationalistes et antisémites, viendra parler de son aïeul. Il sera question de la souffrance d’Alfred Dreyfus, des souvenirs familiaux, mais aussi de la raison d’État, de l’autorité de la chose jugée et du combat remporté le 12 juillet 1906, 12 ans après le déclenchement de l’affaire.

    Pendant les 12 années qu’elle dura, l’Affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier. Dans cet immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. Le film de Polanski est raconté du point de vue du Colonel Picquart qui, une fois nommé à la tête du contre-espionnage, va découvrir que les preuves contre le Capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées. À partir de cet instant, et au péril de sa carrière puis de sa vie, il n’aura de cesse d’identifier les vrais coupables et de réhabiliter Alfred Dreyfus.

    Alain Pagès, professeur émérite à la Sorbonne et codirecteur du centre d’étude sur Zola et le naturalisme, présentera à Alticiné à 18 heures, une conférence sur le traitement de l’Affaire Dreyfus au cinéma depuis Méliès et le roman de Robert Harris, centré sur le rôle révélateur du lieutenant-colonel Picquart, que le cinéaste Polanski et l’auteur britannique ont adapté pour le scénario de J’accuse. À 19 heures 30, l’Alticiné offrira un cocktail avant la soirée-débat prévue à 20 heures 15.

    Soirée spéciale J’accuse, film et conférence, Cinéma Alticiné, Montargis
    Lundi 6 janvier 2020 à partir de 18 heures, suivie de la projection du film de Polanski
    Présenté par Claude Sabatier en présence de Charles Dreyfus
    Les Cramés de la Bobine

    Voir aussi : "Un héros ordinaire"
    "Zola, le journaliste politique"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un Joker au Frigo

    Pin it!

    En cette semaine festive, L’‎Œil du frigo s'intéresse à l'un des films majeurs de l'année 2019. Joker a su transcender le film de super-héros pour devenir un thriller psychologique impressionnant. Focus sur un frigo qui nous parle, à sa façon, d'un film sur lequel on n'a pas fini de gloser

    On est en pleine folie de frigo. Je sais, il faut que je me calme, mais lorsque j'ai vu ce fêlé de Joaquim Phoenix rentrer dans le frigo, mon sang n'a fait qu'un tour!

    Un joker dans un frigo c'est comme un signe divin, non? (c'est presque aussi bien qu'un "Ça" dans un frigo). Allez, je prends ça (je ne parle pas du film) comme un bon signe, vu que le film a eu un Lion d'or à Venise.

    Nous avons ici un Joker qui va détruire un frigo. Bon, OK , il n'y avait pas grand chose dedans. Il n'hésite pas à sortir les bacs à légumes vides et à les foutre par terre. Ici, on ne parle plus de bien achalander le frigo. Ce n'est pas la peine, car c'est la bouffe qui vide le frigo pour s'y mettre. C'est un nouveau concept, bien plus fort que le frigo connecté ! Les victuailles arrivent, dégagent l'architecture intérieure du frigo et s'installent dans le frigo. Je me demande si cela à avoir avec le courant culinaire du "manger vivant"? C'est peut être un message subliminal...

    Non, soyons sérieux un film époustouflant nous tombe dessus et, comme d'habitude , comme dans tous les grands films, tout se passe dans le frigo. La scène est claire : il faut bien plus d'une heure pour y arriver. Mais quand on y est, on sait que rien ne sera plus pareil après la fermeture difficile de cette porte (bien mal achalandée en condiments). Un homme s'enferme dans un frigo prêt à mourir et, tel le Phœnix, il va renaître. Je suppute quand même Joaquim d'y avoir un brin pensé, à moins qu'il ne lise l'excellent blog www.loeildufrigo.fr. Bref, pour s’annihiler, rien de tel que de s'enfermer dans un frigo. What else?

    ODF

    Joker, thriller de Todd Phillips
    avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz et Frances Conroy
    Etats-Unis, 2019, 122 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Joker frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Clatpton, toujours debout

    Pin it!

    Il y a très certainement un mystère Eric Clapton, mystère que le documentaire exemplaire de Lili Fini Zanuck, Eric Clapton : Life in 12 Bars, entend dévoiler. Grâce à des archives riches, inédites et étonnantes (que l’on pense à ces images volées de défonces et de plongées dans l’enfer de la dépression pendant les seventies), ce film propose la découverte passionnante d’un des plus grands musiciens de ces 60 dernières années. Eric Clapton, bluesman et rockeur de légende, et sans doute le plus grand guitariste que la terre ait porté, apporte largement la pierre à cet édifice en revenant sur sa carrière mais aussi sur une enfance et une vie privée qui ont contribué à la légende de l’artiste anglais.

    Les jeunes années de Clapton commencent par un secret de famille qu’il n’a cessé de porter comme un fardeau, et qui peut expliquer sa relation compliquée avec les femmes : fils d’une adolescente trop jeune pour s’occuper de lui, ce sont ses grands-parents qui l’élèvent. Il n’apprendra qu’à l’âge de neuf ans que celle qu’il pensait être sa mère était en réalité sa grand-mère et que celle qu’il prenait pour sa sœur n'était rien d'autre que sa génitrice…

    Sans appuyer sur cette période importante, Lili Fini Zanuck en fait le point de départ d’une carrière à la fois incroyable et chaotique, qui passera par le groupe Cream – le premier et sans doute le plus grand supergroupe de l’histoire du rock. Remarqué par ses dons de guitariste, Clapton est adulé par des artistes majeurs comme BB King, Jimi Hendrix (dont le décès l’affectera durement) et George Harrison.

    "Je ne me suis pas suicidé pour la seule raison qu’un mort ne boit pas"

    L’ex-Beatles va suivre Clapton, l’encourager à travailler sur l’Album Blanc et connaître une vraie amitié, amitié qui va être cependant entachée par une autre relation : celle que Clapton va entretenir avec la propre femme de Harrison, Pattie Boyd. Cette histoire d’un amour interdit va se finir, comme souvent, en chanson : ce sera Layla, une des plus beaux titres sans doute de l’histoire de la pop ("What will you do when you get lonely? / No one waiting by your side / You've been running, hiding much too long / You know it's just your foolish pride"). Lili Fini Zanuck en fait le point de bascule d’une période cruciale et tourmentée, à grands coups de rushs, de vidéos en Super 8 inédites et de sessions d’enregistrements. Eric Clapton traverse des années noires : dépression, liaison difficile avec Pattie Boyd, drogues et alcool. "Je ne me suis pas suicidé pour la seule raison qu’un mort ne boit pas" avoue le musicien.

    Au début des années 90 l'artiste connaît une tragédie personnelle qui va impacter durablement son existence et sa carrière : la mort de Connor, son jeune fils de quatre ans, qu’il a eu avec l’Italienne Lory Del Santo. Son enfant se défenestre accidentellement en mars 1991 du 53e étage d’un immeuble à New York. Eric Clapton, plus robuste qu’on ne le croyait, se raccroche à la musique (le spectateur ne peut être que bouleverser par l’ultime lettre que lui a laissé son fils). La suite ? Le mythique album Unplegged et ce bijou pop-folk qu’est Tears in Heaven, dédié à la mémoire de son fils.

    Eric Clapton, survivant parmi les survivants de cette période passionnante que sont les années 70, poursuit un chemin artistique d’une richesse prodigieuse, alliant à cela un sens aigu de l’altruisme, comme le remarque fustement BB King. Un grand bonhomme que fait revivre le documentaire de Lili Fini Zanuck, Eric Clapton : Life in 12 Bars. À découvrir en ce moment sur Canal+.

    Eric Clapton : Life in 12 Bars, documentaire de Lili Fini Zanuck
    Royaume-Uni, 2017, 135 mn

    En ce moment sur Canal+

    Voir aussi : "Bowie is Outside"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Et César créa le singe

    Pin it!

    Bla Bla Blog ouvre de nouveau ses pages à L’‎Œil du frigo, après un long silence. Nous pensions réouvrir cette séquence cinématograpique et frigoristique à Joker. Mais finalement non : nous parlerons de ce film mémorable lundi prochain. cette semaine, c'est de La Planète des Singes que nous allons parler. Pourquoi ? Comme ça

    Nous voilà plongé dans le fantastique. Bien loin de La Planète des Singes originale, nous avons ici un singe qui va évoluer grâce à un savant produit génétiquement modifiant. César, le singe qui maintenant a un cerveau de polytechnicien, élabore des plans et des stratégies pour être plus humain que les hommes. Nous sommes à la genèse, et à la genèse il y a toujours un frigo.

    César sait où se cache le produit qui rend plus homme que singe. Il s'échappe de son camp de concentration pour singe et se dirige tout droit vers le frigo de son ancien maître "grand sage généticien" qui a mis au frais sa potion magique. César ouvre le frigo comme une caverne d'Ali Baba, l'air grave, même pour un singe... C'est important de ne pas faire le singe dans un moment aussi tragique que le basculement de l'humanité vers l'animalité.

    Il faut quand même rendre hommage au caméraman qui se tient au fond du frigo en attendant qu'un singe ouvre la porte à la recherche de la potion magique qui s'applique comme un déodorant. Il aurait pu intervenir, mais non : il laisse faire le destin, l'enfant naturel du couple couché dans le lit, innocent comme Adam et Eve enfantant un nouveau monde. Un hominidé de l'ordre des primates connait l'utilisation du frigo pour y cacher les grandes inventions de ce monde. D'ailleurs, il n'y a rien d'autre dans ce frigo à part deux trois bouteilles qui ressemblent à des sauces, des condiments : un air de fin de règne de l'humanité où les hommes ont abandonné les frigos... Erreur stratégique : la civilisation humaine ne peut survivre que si son frigo est bien achalandé : ça lui évitera de mettre des sprays d'évolution de primate dedans pour qu'on se fasse anéantir.

    César et son déodorant (pour au moins 48 heures de fraîcheur) s'éclipsent en détruisant quelques voitures au passage, déjà le début fracassant de la fin de l'humanité qui a sacralisé la voiture. Tout est dit dans cette séquence. César va rafraichir ses amis primates pour qu'ils trouvent eux aussi l'intelligence et la parole. Des généraux hominidés qui ne conduiront aucun véhicule et se déplaceront à cheval. Rien ne va plus : le monde est en perdition, et tout ça à cause (grâce à) un frigo.

    ODF

    La Planète des singes : Suprématie, film de SF de Matt Reeves
    avec Andy Serkis, Steve Zahn, Woody Harrelson et Amiah Miller
    Etats-Unis, 2017, 140 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Planète des Singes frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un héros ordinaire

    Pin it!

    A priori, il y avait un choix évident pour une adaptation ciné de l’affaire Dreyfus : celle de se mettre à la place de cet officier français injustement condamné en 1894 pour intelligence avec l’ennemi, envoyé au bagne sur la bien-nommée Île du Diable, au large de Cayenne, avant d’être réintégré dans l’armée en 1906. Parce que la confession juive du militaire jeté aux gémonies est vite apparue comme une circonstance aggravante, le cas Dreyfus est devenu, à juste titre, autant une affaire d’État qu’un fait de société, dans une France gangrenée par l’antisémitisme.

    Or, pour mettre en scène cette affaire autour d’une machination judiciaire et militaire ayant broyé un homme, Roman Polanski centre J’accuse, son tout dernier film, Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise cette année, autour du lieutenant-colonel Picquart. Ce militaire irréprochable se retrouve à la tête du service de renseignements de l’armée française. A priori peu enclin à pleurer le sort d’Alfred Dreyfus, qu’il a pourtant eu comme élève, il en vient pourtant à s’interroger sur sa culpabilité lorsqu’il tombe sur un document révélant les liens entre un certain commandant Esterhazy et les autorités allemandes. Picquart en vient aussi à suspecter son propre adjoint, le commandant Henry, avant de se rendre compte que les responsabilités visent des gradés et des politiques hautement placés, peu désireux que l’on revienne sur la culpabilité d’un militaire qui a le tort d’être juif.

    Une tragédie cornélienne

    En axant son film, non sur Dreyfus, mais sur l’homme qui a fait éclater la vérité, Roman Polanski construit plus qu’un drame historique : il signe un véritable thriller, authentique de bout en bout. Un thriller mais aussi une tragédie cornélienne sur la recherche de la vérité de la part d’un gradé, le moins enclin à salir les institutions militaires et républicaines, mais choisissant de dévoiler les mensonges de ses responsables.

    L’Affaire Dreyfus renvoie d’abord et surtout à l’antisémitisme avec une force implacable : les procès de Dreyfus, les dialogues éloquents, sans oublier la scène d’autodafé après la publication de la lettre ouverte J’accuse de Zola dans le journal L’Aurore du 13 janvier 1898, une séquence qui renvoie aux heures sombres de la seconde guerre mondiale quelques décennies plus tard.

    Aux côtés de Jean Dujardin, irréprochable dans le rôle de ce héros ordinaire qu’est Picquart, et de Louis Garrel, un Alfred Dreyfus déconcertant, il n’y a que du beau monde : Grégory Gadebois, Emmanuelle Seigner, Didier Sandre, Melvil Poupaud, Mathieu Amalric, Vincent Perez, Michel Vuillermoz ou Denis Podalydès !

    Le J’accuse de Polanski est un brillant plaidoyer autant qu’une grande leçon de cinéma : les prises de vues (l’impressionnante séquence d’ouverture avec la dégradation du capitaine Dreyfus), les plans larges (avec cette scène de duel magnifique entre Picquart et Henry), la direction d’acteurs (un époustouflant Jean Dujardin, qui trouve, à l’instar de The Artist, un de ses plus grands rôles), les décors du Paris du début du siècle, la photographie ou la prise de son. Le jury de la Mostra de Venise a récompensé Polanski pour un récit historique passionnant de bout en bout.

    J’accuse, drame historique de Roman Polanski, avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner, Grégory Gadebois, France et Italie, 132 mn, 2019

    Voir aussi : "Les jeunes parlent aux jeunes (et aux autres)"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les jeunes parlent aux jeunes (et aux autres)

    Pin it!

    Coup de projecteur sur un projet inédit. Jeunesse rêve-toi, de Julie Combaluzier, est un film documentaire de plus d’une heure sur la jeunesse française tourné à travers toute la France pendant plus de quatre ans. Il a été écrit et réalisé par une jeune, produit par deux jeunes, destiné à des jeunes – mais pas seulement – et qui donne la parole à des personnes de 16 à 102 ans.

    Dans ce portrait d'une jeunesse française riche et diverse que l'on se plaît à voir désabusée, apparaît une génération soucieuse de son devenir. À travers de nombreux témoignages, Jeunesse rêve-toi part à la rencontre de jeunes plein d’envies, de vie et de ceux qui les côtoient comme vous ne l’avez jamais vue.

    La première projection a eu lieu le 9 septembre 2019, 400 projections sont à venir sur tout le territoire.

    Jeunesse, réveille-toi, documentaire de Julie Combaluzier
    Sonho Productions, France, 63 mn

    https://www.jeunesserevetoi.fr

    Voir aussi : "Clap de fin pour le 42 heures pour un Court"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Clap de fin pour le 42 heures pour un Court

    Pin it!

    La 13e édition du 42 heures pour un Court avait lieu ce week-end à Montargis du 8 au 10 novembre.

    Après 42 heures d’un triathlon vidéo, au cours de laquelle 8 équipes devaient imaginer, écrire, jouer, tourner et monter un film, ce dimanche avait lieu la projection des œuvres créées en un temps record et la remise des prix, après une longue délibération du jury, sous la houlette de Rémy Julienne.

    Sur huit équipes, sept ont finalement pu terminer dans les temps et proposer leur création qui devaient obéir à des contraintes de situation (mettre en scène la phobie, le hasard, la prédiction de l’avenir ou l’optimisme à toute épreuve), de 9thème (le chiffre 13), de lieu (huit lieux à Montargis étaient tiré au sort) et une dernière contrainte sur une citation de film tirée au sort.

    Le palmarès a particulièrement mis en lumière trois courts-métrages qui ont fait l’objet de discussions parfois passionnées, avec des trouvailles et des choix qui ont pu déconcerter voire enthousiasmer le jury.

    Le Chien d'Or a été remis au film Futur imparfait de l'équipe W Movie Machine, qui a également reçu le prix du public, à quelques voix près. Le jury a été séduit par la qualité du film comme par l’humour impertinent et les trouvailles au service d’un court-métrage engagé, mené tambour-battant.

    Le Chien d'Argent a été remis à Ready or not de l'équipe Novely Studio pour l’audace de son sujet très actuel et par le culot de ses créateurs.

    Le Chien de Bronze a été remis à Un message de l'équipe Rapace Prod pour avoir su traiter avec beaucoup d’intelligence, sans pathos et non sans humour le sujet difficile du deuil.

    Deux prix d'interprétation féminine ex-æquo ont été remis à Laurine Porcher pour son interprétation dans Ready or not dans lequel elle tient à bout de bras le court-métrage Mélanie Poiget pour son rôle de voyante hallucinée dans Un message.

    Le prix d'interprétation masculine a été remis à l’unanimité à Chris Surgiao, parfait dans son interprétation de looser magnifique à la Big Lebowski pour Futur imparfait.

    Le jury a tenu à ajouter trois prix spéciaux.

    Un prix du meilleur second rôle a été remis à la "jeune" et formidable Marcelle Bréchet pour Futur imparfait et son rôle incroyable de Sandrine Connor.  

    Un prix du meilleur scénario, qui a bluffé le jury, a été donné à Un message.

    Le jury a tenu également à décerner le prix de la meilleure musique à Ça roule, Jason de l'équipe La Compagnie Man Raie.

    C’est donc fini pour cette 13e édition de 42 heures pour un Court. À l’année prochaine pour le 14e rendez-vous de ce festival de cinéma.

    42 heures pour un Court avait lieu, du 8 au 10 novembre 2019
    http://www.art-et-culture-montargis.com/-42h-pour-un-court-.html
    https://www.facebook.com/Association-Art-et-Culture-Montargis-Officiel-375977162480565/

    Voir aussi : "Dans le jury de 42 heures pour un Court"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Dans le jury de 42 heures pour un court

    Pin it!

    Le compte à rebours a commencé : plus que deux jours avant le début du marathon ciné qui attend les équipes en lice pour le festival 42 heures pour un court.

    Je serai dans le jury aux côtés de la chanteuse Stone, de l’auteur, compositeur et interprète Mario D'Alba, de l’auteure-illustratrice de nationalité franco-canadienne Natalie Fortier, du journaliste Jean-Louis Macé et des scénaristes Armelle Patron et Emmanuel Patron.

    Nous aurons la responsabilité de récompenser les meilleurs court-métrage de cette nouvelle édition de triathlon vidéo. La projection des films imaginés, écrits, réalisés, joués et montés ce week-end aura lieu le dimanche 10 novembre à 15H au Tivoli de Montargis.

    Autant vous dire que l’excitation est déjà là. Vivement dimanche ! 

    Festival 42 heures pour un court
    Du 8 au 10 novembre 2019
    http://www.art-et-culture-montargis.com

    Voir aussi : "L'édition 2019 du Festival "42 Heures pour un Court" se prépare"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Bientôt, 42 heures pour un court

    Pin it!

    L'édition 2019 du Festival "42 Heures pour un Court" se prépare.

    Cela se passera à Montargis, du vendredi 8 novembre à 18H au dimanche 11 novembre, avec, à 15H, la projection des courts-métrages réalisés pendant ces 42 heures, et à 20H la remise des prix par le jury.

    Le principe de ce concours ciné est d"une simplicité évangélique : 
    - 4 contraintes à respecter
    - 8 minutes pour raconter une histoire
    - 42 heures pour écrire, tourner et monter un court-métrage

    Les vidéastes confirmés ou amateurs, entre amis ou entre collègues, invités à participer au 13e triathlon vidéo de Montargis qui aura lieu du 8 au 10 novembre 2019.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'Association Art et Culture Montargis

    Je vous en dirai plus dans quelques jours...

    http://www.art-et-culture-montargis.com

    Voir aussi : "Dans le jury de "42 heures pour un court"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ciné mobile

    Pin it!

    Le Mobile Film Festival revient cette année encore, 15 ans déjà après sa création, avec les règles qui ont fait son succès : ​1 téléphone mobile, 1 minute, 1 film​, tout en imposant aux réalisateurs ​un thème engagé : "ACT NOW on climate change", en partenariat avec Youtube Creators for Change et UN Climate Change. Une initiative qui fait bien sûr sens en cette période d’urgence climatique. Dans ce cadre, les réalisateurs sont invités à soumettre leurs films jusqu’au 16 octobre.

    Le jury est composé cette année des comédiennes et comédiens Juana Acosta, Hugo Becker, Dali Benssalah, Emma de Caunes, Sara Giraudeau, Arnaud Valois, de la réalisatrice et comédienne Monia Chokri, de Magali Payen, productrice et fondatrice de On est prêt et Imagine 2050 et de Patricia Ricard, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard.

    Le Mobile Film Festival remettra 46.000 € de bourses de création : le Grand Prix International (20.000€ attribués par Youtube Creators for Change), le Grand Prix France (20.000€ attribués par Youtube Creators for Change), le Prix du Scénario (3.000 € attribués par le CNC), le Prix de la Mise en Scène (3.000 € attribués par le CNC) et le Prix L’Extra Court (700€ attribués par l’Agence du court métrage pour l’acquisition d’un court métrage).

    Les deux bourses remises par YouTube Creators for Change, de 20.000 € chacune, permettront aux réalisateurs lauréats de réaliser en un an un court métrage avec des moyens professionnels et l’aide d’un producteur. Le CNC remettra de son côté deux bourses d’aide à l’écriture de 3.000€ chacune qui permettront aux lauréats d’intégrer des résidences d’écriture.

    Lors de la précédente édition, le Mobile Film Festival avait reçu plus de 700 films de 81 pays et avait réalisé une audience de 21 millions de vues.

    À vos téléphones et à vos stylos, donc. Vous avez jusqu’au 16 octobre pour travailler et proposer vos courts pour l’un des festivals de cinéma les plus originaux et les plus populaires.

    Mobile Film Festival
    "ACT NOW on climate change"
    www.mobilefilmfestival.com

    Voir aussi : "Les 10 festivals qu’il faut avoir faits dans sa vie"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ça, le frigo de toutes nos peurs

    Pin it!

    Alors que le deuxième chapitre de Ça s'apprête à sortir en salles, L’‎Œil du frigo propose une chronique au sujet du chapitre 1, datant de 2017. Préparez-vous à trembler à cause d'un trivial appareil d'électroménager

    Alors là, je vous le dis : on atteint des sommets avec ce frigo. J'en reviens pas. Non, vraiment pas.

    On m'a signalé dans mon radar à frigo qu'il y en avait un dans Ça, le chapitre 1 du remake de Stephen King (le chapitre 2 sort bientôt en salle le 18 septembre). Et là – oh, stupeur ! – je découvre que c'est vrai. J'avais une tout autre idée pour cette fois-ci et puis, là, je me suis dit : un clown dans un frigo, il ne faut pas laisser passer Ça ! Mais je dis ça, je dis rien.

    Bref, l'horreur, le film, est dans un frigo. Un petit garçon panse ses plaies lorsque la porte du frigo l'interpelle. Déjà, rien que ça et je fuis à toutes jambes. Il faut dire que je ne suis pas fan des films d'horreur, encore moins des films d'horreur qui font peur – si vous voyez ce que je veux dire. La faute à un vieux film SF des années soixante dix où, sur ma vieille télé noir et blanc, j'avais eu très peur. À l'époque, chez moi, le frigo faisait un bazar… Mais revenons au XXIe siècle.

    Cette scène reste fabuleuse. Le reflet de toutes vos peurs se trouve dans le frigo. La sortie du clown en est spectaculaire de contorsion. Il fallait y penser. Pour faire sortir les peurs du frigo il faut enlever les nœuds, passer de l'envers à l'endroit, se mettre droit et pousser un cri… d'horreur. Et hop, voilà toutes nos peurs en face de nous ! Peurs très voraces puisqu'elles ont nettoyé de fond en comble le frigo, jusqu'à la porte où, d'habitude, quelques condiments restent là pour faire joli. À noter qu'on ne voit pas s'il a sifflé toutes les peurs dans le freezer, puisque que ce dernier reste fermé.

    Même dans les films d'horreur le frigo a une tête d'horreur. Vous avez vu cette porte horrible, immonde ? Qui aurait envie de mettre de la nourriture dans ce frigo ? Il vaut mieux y mettre nos peurs, les laisser refroidir et voir s'il en sort un clown. Testez ce soir, allez ! Une fois n'est pas coutume, videz le frigo, installez vos peurs et revenez vers minuit. Pourquoi minuit ? Parce que c'est toujours là qu'on a le plus peur. S'il ne s'est rien passé, c'est que vos peurs se sont congelées et vous avez perdu le contenu d'un frigo pour une semaine, mais il faut bien quelques sacrifices. Par contre, s'il en sort un clown, posez vous des questions. Des vraies questions. Et fuyez...

    ODF

    Ça 1, film d'horreur de Andrés Muschietti
    avec Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard,
    Sophia Lillis et Jack Dylan Grazer
    Etats-Unis, 2017, 135 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Ça frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Sauvée par un frigo

    Pin it!

    L’‎Œil du frigo nous parlait la semaine dernière de Shining. C'est un autre film à suspense dont il sera question ici : Panic Room de David Fincher. Ce film tout aussi claustrophobe met en scène une mère (excellente Jodie Foster) et sa fille diabétique (la toute jeune Kristen Stewart) dans une histoire d'agression. Problème : les deux victimes se réfugient dans une chambre forte (cette fameuse panic room) mais les médicaments indispensables à l'enfant sont dans un frigo, à l'extérieur où se trouvent les malfrats. 

    Y a-t-il un frigo dans une chambre de panique? Et bien non : le frigo est beaucoup plus loin et il faut donc sortir de cette chambre blindée pour s'y rendre. Même si Jodie Foster court comme un poids plume elle regagne le frigo en se faisant repérer. Grand moment d'intensité et de jeu de dupes de toutes les parties.

    Nous voilà dans notre élément. Meg Altman (Jodie Foster) en Mère Courage, est partie chercher l'insuline pour sa fille qui est au bord de l'insuffisance en sucre dans la panic room. Elle suffoque comme nous dans ce film. L'ouverture du frigo déclenche une bouffée d'air, de lumière et d'espoir. Elle est tellement au bord de la panique qu'elle se jette sur les bouteilles d'eau au lieu de prendre le médicament. C'est une petite astuce pour nous faire sursauter aussi. Elle fait du bruit et se fait repérer encore plus. On sent qu'elle va perdre la partie. Mais le frigo n'est pas là pour rien, même s'il est à l'autre bout de la maison. A noter que que s'il avait été dans la panic room, cela aurait généré moins de suspense. Si je me fais construire une panic room un jour, je ferai intégrer un frigo dans cet espace, surtout maintenant que j'ai vu le film.

    Lorsqu'elle prend le médicament, le plan change : vue de l'intérieur du frigo et en contre-plongée. Il faut dire que c'est un petit frigo, alors c'est beaucoup plus facile en contre-plongée. Au passage, merci au cadreur pour sa souplesse... Jodie n'en est que plus magnifiée, éclairée par la loupiote et les yeux bleus en panique. Elle ouvre la trousse de secours. Et là, grand miracle devant l’œil du frigo complice. Il y a bien une seringue dans l'étui à seringue : merci l'accessoiriste !

    C'est le climax : on sait que tout va basculer. La victime a son arme fatale : une seringue et le tour est joué... Simple, efficace et tellement frigoristique... D'ailleurs le réalisateur oppose tout de suite dans le plan suivant l'arme dotée d'un silencieux. Du grand art : seringue contre pistolet ! Quant au frigo, c'est un petit frigo d'hôtel, qui ne comporte que des bouteilles d'eau, quelques bouteilles de jus d'orange aperçues furtivement et les précieuses fioles de médicaments. Un léger détail - mais quand même : la bouteille d'eau au-dessus du frigo n'est pas tout a fait à la même place. Bon, ça c'est pour chipoter : visiblement, l'assistant réalisateur avait les yeux ailleurs.

    Un très bon film de suspens un peu étouffant, mais à voir.

    ODF

    Panic Room, film à suspense de David Fincher
    avec Jodie Foster, Kristen Stewart, Forest Whitaker, Dwight Yoakam et Jared Leto
    Etats-Unis, 2002, 112 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Panic Room frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !