Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma

  • Seigneur, ce ne sont que quelques victuailles

    Pin it!

    L’‎Œil du frigo fait un voyage dans le temps : nous sommes en 1965 et le curé Don Camillo, dans sa lutte légendaire contre le maire communiste Peppone, suit son meilleur ennemi jusqu'en Union soviétique. Et devinez quoi ? Dans ce Don Camillo en Russie, il est aussi question d'un frigo... métaphysique.

    Alors nous voilà bien : un Don Camillo de 1965 ! Et bien oui il y aussi des frigos chez Don Camillo. Ce dernier fait la grève de la faim pour embêter Peppone, sauf que Jésus, dans sa grande mansuétude, lui dit : "Bon appétit !" Une drôle d'idée d'envoyer son serviteur face à la tentation. Et là ? Don Camillo se jette sur le frigo : image rapide d'un frigo rempli à ras bord.

    On y voit bien un poulet entier, un fromage entier sur la porte, une boîte de conserve, en bas, des œufs - je crois - et des bouteilles de bières. Tout est bio, je vous le confirme. Bon, c'est furtif, mais ce qui est génial c'est de voir le frigo vide que Don Camillo a entièrement englouti en moins de trois heures.

    Essayez pour voir : engloutir votre frigo en moins de trois heures et vous m'en direz des nouvelles. Il n'est pas impossible que vous ayez un discours avec Dieu assez rapidement, ou alors avec le service de votre gastro-entérologue des urgences. Un frigo vide qui reste ouvert devant un Gargantua icône de Dieu : il y a de quoi s'interroger sur la foi du bonhomme.

    Car, je vous le dis, le diable est dans le frigo. Ne cherchez plus, ne vous déplacez plus le dimanche à l'église ou sur internet - pour les plus feignants. Ouvrez votre frigo, enlevez les cadenas bénis par le curé et installez-vous devant l'antre de vos tentations. Régalez votre regard, humez le dernier fromage de chèvre que vous avez acheté et qui embaume cet espace réfrigéré. Le diable habitait déjà au fond du frigo dans SOS Fantôme...

    Là, c'est différent : il a pris corps en vous. Vous faites vos courses, vous imaginez des recettes, puis vous vous installez devant votre frigo, l'air coupable, la bave aux lèvres, le ventre gargouillant et vous vous dites : "Je ferais bien comme Don Camillo : tout bouffer, dévorer, et me lever le ventre lourd pour aller digérer..." De l’excès, enfin, et cette image du frigo où le diable plus fort que Dieu a vaincu ledit frigo. Car, vous le savez, la nature a horreur du vide, et le cercle vicieux va recommencer. Non, je vous le dis, mes frères et sœurs, le frigo est parmi nous : il nous hypnotise avec sa loupiote et le diable prend possession de votre bile !

    Mais, heureusement, une petite sonnerie retentit dans la cuisine : "Biiiip biiip biiip...", et là, vous vous rappelez que vous aviez mis une soupe brocolis, épinard, haricot vert de chez Picard à réchauffer. Vous fermez la porte du frigo, ravi d'aller déguster cette soupe, en pensant que Don Camillo n'avait pas de chance : son frigo ne faisait pas congélateur - juste un freezer pour mettre quelques glaçons. Car, si vous n'avez pas encore deviné, Dieu, lui, se cache dans le congélateur.

    Don Camillo : une excellente série, à déguster ou à faire découvrir.

    ODF

    Don Camillo, comédie de Luigi Comencini, avec Fernandel et Gino Cervi
     Italie, 1965, 111 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Don Camillo en Russie Frigo"
     


     Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • On ne badine pas avec un frigo

    Pin it!

    Dans notre série de L’‎Œil du frigo, allons voir du côté d'un pays où le cinéma fait figure de religion : l'Inde. Notre chroniqueur nous parle du film Gang of Wasseypur, sorti en 2012. Et il est bien entendu question d'un frigo.

    Une fois n'est pas coutume, j'ai trouvé une scène de frigo dans le cinéma indien. Vous allez me dire : "Mais où va-t-il chercher tout ça ?" Mes amis cinéphiles et youtube sont mes amis : voilà ma réponse.

    Gang of Wasseypur c'est l'histoire des gangs dans la ville de Wasseypur qui s'étale sur soixante ans. Une film en deux parties qui retrace cette épopée au travers des générations. On ne badine pas avec l'honneur et encore moins avec un frigo.

    On peut se demander pour cette scène de deux minutes cinquante sur la porte d'un frigo la raison d'une telle séquence. Je sais : cela nous est arrivé à tous de batailler pour que cette porte ferme et que cette petite loupiote s'éteigne... Et, parfois, au comble de désespoir, la porte a pris une claque ou un coup de pied retourné, genre salto à la kung-fu. Là, patience : il n'y a rien de tel pour fermer la porte du frigo.

    Ici, c'est long, fastidieux. Pourtant, il ne semble pas y avoir grand chose qui coince, surtout que l'actrice enlève presque tout. Mais on voit tout de suite le découragement des hommes qui, comme par hasard, sont intéressés par autre chose. Le regard du premier homme en dit long. Le deuxième essaie d'aider puis se décourage. La femme, elle, tient bon. Elle essaie encore et encore, pugnace. Pourtant on a remarqué que la porte n'était plus droite. C'est d'ailleurs sans doute cela qui coince : cela fait longtemps que tout est tordu, mais elle y croit encore. Si on met de l'ordre dans notre tête, sans doute pourrons nous fermer cette porte qui reste ouverte.

    J'aime beaucoup cette scène. Elle n'est pas filmée au hasard. Le réalisateur semble la voler, caché dans la cuisine. Définir en une scène ce qui existe dans la famille, la cohésion autour du frigo et de la personne qui le range : posez-vous la question chez vous... Là, je sens que ça va faire des histoires...

    Sinon, si vous avez une caméra chez vous, planquez-la et filmez celui qui range le frigo : vous serez surpris des tocs et autres maniaqueries que l'on rencontre pour un rangement de frigo. De là à dire que votre frigo représente le cocon familial, il n'y a qu'un pas. Ce qui fait froid dans le dos - normal pour un frigo, vous le direz...

    Quant au frigo, franchement, rien à dire : petit, coriace, fatigué, une porte bien remplie et un freezer qui doit faire une tonne de glace à décongeler tous les quinze jours. Le genre de frigo increvable qui a dû se transmettre de génération en génération.

    Ne négligez pas ces petites scènes frigorifiques qui font partie des films ou de votre quotidien. Elles en disent long sur vous ou sur un film.

    ODF

    Gang of Wasseypur, drame policier de Anurag Kashyap, avec Anurag Kashyap, Akhilesh Jaiswal, Sachin K. Ladia et Syed Zeeshan Qadri, Inde, 2012, 319 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Gang of Wasseypur dans L’œil du frigo"
     

      

     Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Frigo mutant

    Pin it!

    Notre ami et partenaire L’‎Œil du frigo commence cette année 2019 avec une chronique particulièrement inspirée sur le film X-Men 2 et un Logan bien décidé à étancher sa soif. Philippe, l'auteur de cet article, s'intéresse aux 50 secondes de cette scène de frigo qui vous avait sans doute échappé.

    Bon, je dois vous parler de quelque chose, mis à part la bonne année et tous mes vœux de galettes : nous avons à faire ici à un cas de frigo exceptionnel.

    En effet, nous sommes dans la saga des X-Men et Logan s'apprête à boire un coup.

    Il ouvre donc le frigo, comme le ferait n'importe quel mutant que nous sommes, face à cette boite réfrigérée complètement hallucinogène. Nous découvrons alors une contre-plongée mutante, une vue rarement utilisée pour un frigo, à tel point qu'il a fallu enlever les étagères du fromage pour la faire. Impossible de voir les aliments de ce frigo : on les voit par en dessous. On peut noter le camaïeu d'orange, des culs de bouteilles ou de plats posés sur la vitre. Rien de très palpitant en revanche sur la porte du frigo. Des sodas peut être. Il faudra que je pense à dire à tous ces réalisateurs que la porte du frigo est très peu utilisée : je n'aime pas qu'on délaisse certaines parties érogènes du frigo, je trouve ça discriminant. D'ailleurs une question me vient : y a-t-il des frigos masculins ou féminins ? Ou alors le sont-ils selon la façon dont on le remplit ? 

    Le point de vue de Logan est prodigieux. Le mutant aux griffes en acier trempé est le plus grand, le plus fort, le plus inaccessible des mutants de sa génération. C'est sur lui que reposent tous les films des X-Men. Evidemment, lui ne le sait pas. Il prend une bière dans le frigo, humble, détaché et défie un chat avec ses griffes. Ce dernier le dédaigne parfaitement. Être le maître du monde avec un frigo coloré et se faire ignorer par un chat, ça remet l’ego à sa juste place. Logan - ou plutôt le professeur Logan - rentre ses griffes et devient plus humain. Tellement humain qu'il en oublie de fermer la porte du frigo. Remarquez que l'on voit bien qu'il y avait une étagère de plus entre la caméra et l'étagère des sodas. On peut facilement voir qu'il y a une grosse brique de jus d'orange et un vieux reste dans un contenant en plastique (je dis contenant pour ne pas faire de pub : ça m'aidera dans ma démarche de sponsors : voilà qui laisse entrevoir ici toute l'intelligence de l'auteur de ce blog, n'est-ce pas ?).

    Vous pouvez alors voir que le frigo, ouvert, assiste à toute cette scène d'humanité. Il aimerait pourtant bien qu'on ferme sa porte, qu'on le laisse se replier sur lui, dans le noir, afin qu'il puisse conserver au frais ses aliments, ses sentiments, sa petite portion de vie, ses rêves de frigo... Mais non ! Un mutant lui a brisé la chaîne du froid. Faudra pas se plaindre après si quelques bactéries viennent mettre le bazar dans ses aliments.

    La morale dans cette histoire, c'est que même les mutants ne font pas attention aux frigos, et même le plus grand des mutants, Logan. Si un mutant vient chez vous, cadenassez votre frigo !

    Sur ce, bonne année.

    ODF

    X-Men 2, Action et film de super-héros de Bryan Singer
    avec Hugh Jackman, Patrick Stewart, Ian McKellen,  Famke Janssen et Anna Paquin

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "X-Men 2 et frigo"
     

     Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les coulisses de La Lutte des Classes

    Pin it!

    En attendant la projection en avant-première du court-métrage La Lutte des Classes les 23 et 24 mars prochain à l'Espace Lionel Boutrouche à Ingré (près d'Orléans), vous pouvez retrouver en bonus des images du film. 

    La Lutte des Classes, un film de Alex Bongibault, sous la direction de Nora Méthivier
    Scénario de Bruno Chiron

    avec Jennifer Dìas, Alicia Gonzalez, Flavie Kazmierczak, Pierre Richekare,
    Mikael Buxton, Aurélie Serrano, Mejgan Bayani,
    Sam Sam, Sylvie Mouillat, Nicolas Lefebvre et Nathalie Frebourg
    https://eclectiquecontact.wixsite.com/eclectique

    Voir aussi : "La Lutte des Classes : clap de fin"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Chaud le frigo

    Pin it!

    Vous l'attendiez sans doute dans cette rubrique : notre ami L’‎Œil du frigo s'est penché sur l'une des scènes les plus torrides du cinéma, scène qui tourne autour de notre célèbre appareil d'électro-ménager. Focus donc sur 9 Semaines 1/2 d'Adrian Lyne avec Mickey Rourke et Kim Basinger.

    Evidemment, il fallait s'y attendre, dès que j'ai ouvert cette rubrique [en novembre 2016], les mails ont fusé : pourriez vous chroniquer la scène du frigo de 9 Semaine 1/2 ? Personnellement , je n'étais pas chaud. Pourtant, tous les ingrédients y sont, vu que ça se passe devant un frigo porte ouverte : Eh oui ! Nous sommes en pleine canicule charnelle... Mais bon, pourquoi pas.

    Kim est très belle et Mickey avait sa gueule d'autrefois... Le jeu est très simple : on ouvre la porte du frigo et on s'assoit devant, histoire de dire qu'on va se rafraîchir. On voit en arrière plan que le frigo est à moitié vide. Oui, Mickey nous a devancé. Il a tout pris, le mufle !

    Assise, sa belle attend au frais. Evidemment il a une idée derrière la tête. Comme il ne sait plus si ses produits ont dépassé la date de péremption, il décide de tout faire goûter à Kim : quel joueur ! Après tout si elle est malade, ça ne sera pas son affaire.

    Et elle se prête au jeu. En langage d'animation périscolaire, ce jeu s'appelle un "Kim au goût", ce n'est pas moi qui l'ai inventé, on peut faire aussi un "Kim à l'ouïe" (si, si essayez, non pas avec des fraises...) ou un "Kim au toucher". Bon vers la fin, avec ce miel qui dégouline partout , on n'en est pas loin. L'idée reste la même , les yeux fermés on doit deviner ce qu'on touche, ce qu'on mange, ou ce qu'on écoute. Mister Grey, n'a qu'à bien se tenir : Adrian Lyne avait déjà tout inventé avant lui. Car le summum du sadisme c'est d'insérer un piment vert de façon érotique dans la bouche de la belle Kim pour qu'elle croque à pleine dents, qu'elle s'enflamme la bouche. Quel délire ! J'imagine les cas de divorce après ce genre d'expérience... Surtout devant un frigo où ne règnent que quelques poivrons. Un comble.

    Non, j'ai l'air comme ça de rater tous les symboles érotiques des années 80. Mais pas du tout : j'y étais. Et j'ai même vu le film dans une salle obscure : c'est dire! Mais à l'époque mes parents ne prêtaient pas leur frigo pour quelques expériences culinaires.

    Bon, un dernier point côté musique, là franchement c'est insupportable. On est en pleine discussion muette érotico-frigo-culinaire et Adrian Lyne nous met une musique qui est auditivement inabsorbable. Rassurez vous, il se rattrape avec l'excellent Joe cocker, You Can Leave Your Hat On, avec un subtil déhanché de Kim qui a fait la joie des ostéos des années 80.

    Un film à voir ou à revoir pour ces séquences mythiques rentrées dans l'inconscient collectif des amateurs de frigos, ou pour l'inquiétante relation d'un couple devant un frigo, on fait comme on veut. L'excellent Willy Pasini écrivait dans son livre "nourriture et amour" : dis moi comment tu manges, je te dirai qui tu es. Ça laisse songeur.

    ODF

    9 Semaines 1/2, drame d'Adrian Lyne
    avec Mickey Rourke et Kim Basinger, USA, 1986, 112 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "9 semaines et demi"
      

     

     Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un frigo de dingues

    Pin it!

    Notre partenaire L’‎Œil du Frigo propose cette semaine de s'intéresser à un chef d'oeuvre du cinéma, Vol au-dessus d'un Nid de Coucou. Pour ce film de Miloš Forman,  il sera bien entendu question d'une scène de frigo. Mais que vient-elle faire dans ce film inoubliable ?    

    Voilà un film culte, un film qui pousse à la liberté, à vivre et à se sentir vivant. On ne peut que remercier Miloš Forman pour ce film extraordinaire. Evidemment, comme bon nombre de réalisateurs il a mis un frigo dans son film. Je ne sais pas si c'est pour l’esthétisme ou par pure folie... En grosn enfermez dans un pièce un tas de fous avec quelques présences féminines et fermez la porte... du frigo tout en éteignant la lumière (vous vous souvenez de la loupiote qui est éteinte quand on ferme la porte ?) : vous obtiendrez un carnage de dingues...

    Ici la pièce est l'extrapolation du frigo qui est d'ailleurs grand ouvert , on ne sait pas trop pourquoi ! Miloš Forman aurait voulu enfermer tout le monde dans son frigo, mais franchement autant de fous dans un frigo cela aurait tenu de l'exploit. Pas sûr que Jack Nicholson ait des talents de contorsionniste. Bref, cette pièce devient le frigo à fous, là où on met les dingues cabossés, les fous pathologiques et les épris de la vie trop dingues pour être dans le moule de la société. Puis, la porte s'ouvre et là le carnage est visible. Il ne faut pas mélanger les aliments sur une même étagère,(comme les fous dans une même pièce) : c'est pour cela que les frigos sont verticaux et non horizontaux. Il fallait y penser. À chaque étagère son type de nourriture, à chaque pièce son fou. Ici, toutes les folies se mélangent, se contaminent , explosent. Pas de bac à fruit : seule la liberté d'être fou compte ou l'inverse, la folie de la liberté... C'est ce qui rend cette séquence si attrayante. Toutes les libertés psychologiques fulminent dans le noir juste éclairée par le frigo. Car, pour ceux qui n'ont pas encore compris pourquoi ce frigo est ouvert, sachez que même un fou sait qu'en ouvrant le frigo dans une pièce engloutie par la nuit il allume une lumière, une loupiote, histoire d'y voir plus clair dans la nuit folle.

    La pièce est saccagée , mais la rigolade, la fendade de poire est au max. Tous sortent, sauf deux qui s'incrustent encore implacablement dans ce vieux frigo ouvert. L’énergie frigoristique tient du mystique. Si vous voulez vraiment laisser sortir les fous qui végètent en chacun de vos invités un soir , enfermez les dans la cuisine et éteignez la lumière. N’oubliez pas d'ouvrir le frigo (rempli tant qu'à faire) . Revenez quelques heures plus tard et faites une photo vous serez surpris à coup sûr. La liberté est au bout de la porte du frigo !

    ODF

    Vol au-dessus d'un Nid de Coucou, comédie dramatique de Miloš Forman
    avec Jack Nicholson et Louise Fletcher, USA, 1975, 133 mn

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Vol au-dessus d'un nid de coucou frigo"
     

     Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Marquez sur vos agendas la date de La Lutte des Classes

    Pin it!

    Bla Bla Blog a suivi de A à Z l'aventure du court-métrage La Lutte des Classes. La phase la plus longue mais aussi la plus essentielle a lieu en ce moment : la postproduction et les montages. 

    Mais ce projet aboutira très bientôt avec deux diffusions prévues les 23 et 24 mars prochain à l'Espace Lionel Boutrouche à Ingré (près d'Orléans). Deux séances sont d'ores et déjà programmées : le samedi 23 mars à 20H30 et le dimanche 24 mars à 15H. 

    L'affiche du film est, elle, déjà prête.

    La Lutte des Classes, un film de Alex Bongibault, sous la direction de Nora Méthivier
    Scénario de Bruno Chiron

    avec Jennifer Dìas, Alicia Gonzalez, Flavie Kazmierczak, Pierre Richekare,
    Mikael Buxton, Aurélie Serrano, Mejgan Bayani,
    Sam Sam, Sylvie Mouillat, Nicolas Lefebvre et Nathalie Frebourg
    https://eclectiquecontact.wixsite.com/eclectique

    Voir aussi : "La Lutte des Classes : clap de fin"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Frigo espagnol

    Pin it!

    Cette semaine, L’‎Œil du Frigo voyage et se rend de l'autre côté de la Méditerranée pour s'intéresser au film de Cédric Klapish, L'Auberge espagnole.   

    Nous sommes enfin dans l'international, dans le "frigo espagnol" dans cette folie qu'ont eut les hommes de se dire " Tiens et si on se mélangeait un peu." Quelle bonne idée, et voilà une brochette d'acteurs partie faire l'auberge espagnole ! On peut disserter longtemps sur ce concept mais il est vrai que le seul moyen de résumer la situation c'est de montrer ce frigo.

    Quelle bonne idée de la part du réalisateur, une image vaut mieux qu'un long discours et tout est dit. On voit alors un frigo à plusieurs étages, achalandé avec les origines de chaque pays et les régimes de chacun. Evidemment on y trouve aussi une paire de lunettes... Je ne vous ai pas déjà dit qu'on trouvait de tout dans un frigo ?

    Alors je me pose quand même des questions. A qui appartiennent les œufs dans la porte du frigo ? Et voilà, j'ai mis le bazar (une seule question et tout s'effondre) ! Et oui parce que, là, il n'y a pas d'étiquette... Ou alors nous avons affaire à un rebelle frigoristique !

    Pour ma part, et en grand spécialiste du frigo, cela ne remet pas du tout en cause cet excellent film. J'aurais opté pour un frigo sans frontière ou tout est à partager dans l'espace frigorifique. Comment peut on faire progresser l'humanité si l'on fixe des frontières dans un frigo ? Aberrant, le concept de l'auberge espagnole n'est-il pas justement ce partage ? Il ne faudrait pas grand chose pour imaginer un espace gestationnel des victuailles de diverses nationalités aboutissant à la naissance d'un mélange des mets dans des recettes nouvelles et gustatives.

    Pas difficile en somme : il faudrait juste un rebelle du frigo qui durant la nuit enlèverait les étiquettes des prénoms et mélangerait le tout. Bref faire une grosse omelette de frigo. C'est peut être l'idée de celui qui a mis les œufs sur la porte, il est sans doute en embuscade d'un état libre du frigo.

    Un bon film à voir avec ses petites histoires de cœurs, et de frigo...

    ODF

    L'Auberge espagnole, comédie dramatique de Cédric Klapisch,
    avec Romain Duris, Cécile de France, Judith Godrèche et Audrey Tautou,
    France, 2002, 122 mn

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Auberge espagnol frigo"

     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Indie King Cool

    Pin it!

    Lorsque la rubrique de L’‎Œil du Frigo a commencé, un des premiers commentaires entendus a été : "Et le frigo dans Indiana Jones 4, alors ?"  Pertinente réflexion : notre chroniqueur de L’‎Œil du Frigo revient sur cette scène devenue culte.   

    Indiana Jones 4, ou plutôt Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, un film de Steven Spielberg, pas si vieux que ça - 2008 - qui nous compte les aventures d'un gentil héros aux cascades rocambolesques.

    Et là, on est servi : au moment d'une explosion nucléaire, notre héros se cherche un refuge. Nous autres, pauvres mortels, nous aurions déjà versé tous les fluides de notre corps à même le sol, et nous aurions péri comme ces pantins de cire que nous voyons fondre à l'image. Mais Indy (pour les intimes), lui, c'est l'espoir de l'humanité, celui qui a toujours une troisième voie, une dernière tentative, un dernier sursaut,une dernière alternative, une belle leçon de vie.

    Lorsqu'il se dirige vers le frigo, on pense tous qu'il a trouvé un passage secret, ou alors qu'il va se faire un dernier foie gras en attendant que le champignon soit grillé. Que nenni ! Indy ne regarde même pas ce qu'il y dans le frigo. D'ailleurs on peut se poser la question de savoir à quoi cela peut servir de remplir un frigo de victuailles en plastiques pour des mannequins en cire...

    Bref, ce qui compte surtout c'est le frigo et les petites indications de Spielberg : quel farceur ! Sur la porte, il est indiqué à la place de la marque : "King cool." J'ai cherché : aucune trace de réfrigérateur de la marque King Cool. Le message est clair : en cas d'explosion nucléaire, sois le "roi du frais" devant ton frigo. En deux mots : "Garde ton sang froid". Et, il y a mieux : une fois à l'intérieur, Spielberg fait un gros plan sur les indications techniques de l'engin :"Lead lined for superior insulation." Alors là, on est scotché : "Doublé de plomb pour une isolation supérieure," comme si les américains fabriquaient en série des frigos en plomb (super léger) en vue d'un explosion nucléaire.

    Alors, amis lecteurs dingues de frigos, je vous le dis : ne cherchez plus à fabriquer un abri antinucléaire dans votre jardin ou votre cave ; achetez un frigo "King cool" , un par habitant dans la maison et enfermez vous dedans jusqu'à l'explosion fatidique. Évidemment, si vous êtes éjecté dans le désert, faites en sorte de ne pas retomber : porte face au sol, vous auriez beaucoup de mal pour sortir, et si vous croisez un rongeur qui va se cacher dans son terrier, dites-vous que vous êtes sur la bonne voie de l'optimisme. Croyez en vos rêves, vos délires et ne vous fiez pas à la nourriture en plastique. Spielberg vous le dit : tout est possible, dépassez-vous. Il suffit d'avoir le bon frigo à portée de main.

    ODF

    Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, film d'aventure de Steven Spielberg, avec Harrison Ford, Shia LaBeouf, Karen Allen, Cate Blanchett et John Hurt
    USA, 2008, 123 mn

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    http://www.loeildufrigo.fr/2016/12/indiana-jones-4.html 

     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Nantes est assez grand pour réunir trois continents

    Pin it!

    Le Festival des 3 Continents de Nantes ouvre ses portes le mardi 20 novembre pour une semaine. Mais quel est au juste ce festival pour celles et ceux qui ne le sauraient pas ?

    Créé il y a 40 ans, le Festival des 3 Continents est dédié aux cinémas d'Asie, d'Afrique et d'Amérique Latine. Pour célébrer sa 40e édition, le festival propose un état des lieux du cinéma contemporain, associant un livre et un programme de 40 films balisant le paysage cinématographique des trois continents depuis le tournant des années 2000.

    Parmi ces quarante films, les organisateurs proposeront de revoir À l'Ouest des Rails de Wang Bing, Inland de Tariq Teguia, La femme qui est partie de Lav Diaz et de redécouvrir entre autres le très attendu La Flor de Mariano Llinas.

    Le programme Taipei Stories rassemble des films de différentes périodes de l'histoire du cinéma taïwanais. Il révèle, à travers les récits et les esthétiques de générations successives de cinéastes taïwanais, les transformations de la ville. Seront entre autres présentés Taipei Story de Edward Yang, La Fille du Nil ou le plus confidentiel Cheerful Wind (1981) de Hou Hsiao Hsien, mais aussi des inédits et raretés. Douze films comme autant de gestes traçant le portrait singulier de la métropole et du cinéma taïwanais lui-même. Le réalisateur taïwanais de Vive l'amour, Goodbye Dragon Inn et Your Face – son dernier film inédit en France – donnera une masterclass le dimanche 25 novembre au Lieu Unique.

    Depuis 2010, le Festival des 3 Continents propose chaque année un programme thématique ouvert à tous les publics mais pensé d'abord pour les collégiens et lycéens. Sous le titre Des frontières et des hommes, ce programme veut aussi réfléchir la capacité du cinéma à traiter d'une question éminemment contemporaine. Huit films seront ainsi proposés. Parmi eux, Le Havre de Aki Kaurismäki, Bashu, Le petit Etranger de BahramBeyzai, le méconnu Soleil Ô de Med Hondo dans sa version restaurée, Kelly de Stéphanie Régnier, ou encore L'héroïque Lande, la Frontière brûle de Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz. Des séances seront également destinées aux enfants (dès quatre ans) et aux familles, avec la projection notamment des Contes Persans, du Garçon et le Monde de Alê Abreu et de Bonjour de Yasujiro Ozu.

    Après Israël, Durban, Agadir, Durban, Bangkok et Taipei au cours de l'année, le Festival des 3 Continents accueille son 19e atelier nantais de formation aux outils de la coproduction internationale. Six projets de longs métrages ont été retenus, venant du Népal, de Colombie, du Mozambique, d'Indonésie, du Bangladesh, et du Mali-Niger.
    Rendez-vous donc cette semaine à Nantes qui poussera ses murs pour réunir pas moins de trois continents.

    Le Festival Des 3 Continents
    20 au 27 novembre 2018 à Nantes
    Ouverture du festival le 20 novembre 2018 au Théâtre Graslin
    Avec Oiseaux de Passage de Ciro Guerra et Cristina Gallego
    Colombie-Danemark-Mexique / 2018 / Diaphana distribution
    Soirée de Palmarès le 27 novembre 2018 au Grand T
    Avec, en clôture, Tel Aviv On Fire de Sameh Zoabi
    Israël-Luxembourg-Belgique-France / 2018 / Haut et Court distribution
    http://www.3continents.com/fr

    Voir aussi: "Rock in Nantes"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Rien de tel qu'un frigo vide...

    Pin it!

    Après Seven la semaine dernière, c'est Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006) qui est au centre de l'attention de L’‎Œil du Frigo. Cette critique nous explique pourquoi un frigo vide n'est pas sans intérêt.   

    Alors oui, c'est une mini-scène de frigo et ça se passe dans Little Miss Sunshine. Une dispute familiale autour du départ pour emmener la petite à un concours de beauté. On est vendredi soir et le frigo est vide ; donc, forcément, on le montre peu. Mais s'il est vide, c'est parce que le départ est proche. Donc l'assistant réalisateur n'a pas cru bon de mettre des vivres dans le frigo puisque toute la famille allait partir dans un road-movie décapant. La mère ouvre et place la bouteille d'eau dans le frigo avec une aisance hors pair. D'ailleurs, on peut noter qu'elle ne met pas cette bouteille dans la porte du frigo, mais dans le corps du frigo avec d'autre bouteilles apparemment. À noter que le frigo est le lieu d'exposition de dessins en tous genres et de papiers ultra importants. Je verrais parfaitement bien une galerie parisienne exposer ces portes de frigo avec ces dessins d'art contemporain... Mais que fait la Fiac ?

    Lorsqu’elle ouvre le congélateur c'est pire, il ne reste rien comme dessert. Une malheureuse boite de glace posée avec violence devant les deux personnages silencieux qui ne mouftent pas pendant la dispute familiale (souvent pendant les disputes familiales mieux vaut ne pas moufter...)

    Alors je vous le dis , si vous voyez que votre frigo et votre congélateur sont vides vous risquez une dispute, voire pire : un road movie avec plein de belles choses humaines dedans. Car le film est absolument merveilleux malgré ce carcan familial ou à cause de ce carcan familial parti visiter le monde alors que le frigo est vide. Je vois déjà des petits malins qui se disent : "Tiens une bonne idée de ne pas remplir le frigo, histoire de créer une dispute, faire bouger les lignes et finalement partir à l'aventure !"

    Tentez l'expérience : la liberté au bout du frigo, ça vaut le coup. Regardez le film jusqu'au bout pour savourer cette liberté d'être en dehors des sentiers battus, comme cette famille aussi perchée que leur frigo est vide. Ils auraient pu juste se disputer, finir leur repas et ne rien faire ; mais non : ils se sont extraits de leur réalité pour la gamine et n'ont pas fait les courses comme la logique l'aurait voulu. Un frigo vide et, hop, sur la route ! Jack Kerouac aurait apprécié.

    ODF

    Little Miss Sunshine, comédie dramatique de Jonathan Dayton et Valerie Faris
    avec Greg Kinnear, Toni Collette, Steve Carell, Paul Dano, Abigail Breslin et Alan Arkin
    USA, 2006, 101 mn

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    http://www.loeildufrigo.fr/2018/01/little-miss-sunshine-frigo.html

     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Dickens ou Poe ?

    Pin it!

    La France est une grande nation de court-métrages, sans aucun doute : ce secteur reste en bonne santé et symbolise la bonne santé de la création française d’après un rapport du CNC en 2017. Illustration avec Le Signal, un court tourné il y a deux ans et que Bla Bla Blog vous invite à découvrir.

    David Samic, à l’écriture et à la réalisation, étonne par son parti-pris comme le soin qu’il a porté à la mise en scène de cette adaptation d’une nouvelle de Charles Dickens. Au fait : Charles Dickens ou Edgar Allan Poe ? Il est vrai que cette histoire d’un aiguilleur obsédé par un fantôme le visitant régulièrement n’est pas sans rappeler l’auteur de Double assassinat dans la rue Morgue. Empoisonné par ce délire, l'homme se confie à un inconnu rencontré par hasard, Charles Dickens lui-même.

    David Samic a réalisé un court-métrage plus ambitieux qu’il n’y paraît. Les images de synthèse, utilisés astucieusement dans Le Signal, permettent de donner une facture onirique à un film tourné en costume d’époque. Il fallait oser. David Samic l’a fait.

    Le signal, court-métrage fantastique de David Samic, avec Cédrick Spinassou, Christian Balthauss, Emmanuel Martin, Suad Vrazalica et Athénais Reignier, France, 15 mn, 2016
    http://ciepfilm.wix.com/davidsamic

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog

  • La face cachée du frigo dans Seven

    Pin it!

    Bla Blog ouvre une nouvelle série en laissant la parole au blog L’‎Œil du Frigo. Chaque semaine, il sera question d'un film vu sous l'angle de notre familier appareil électro-ménager. Premier film à subir cette auscultation : Seven de David Fincher (1995).   

    Je commence cette drôle de chronique par un film bien connu : Seven de David Fincher. Évidemment personne n'a retenu la scène du frigo, et pourtant elle est capitale.

    Elle dure 55 secondes après une vingtaine de minutes et tout y est. La porte s'ouvre sur la gauche et pour une fois nous n'avons pas une vue intérieure du frigo. Juste la porte et rien de ce que l'on devine sur ces étagères est digeste, gris, vert, d'ailleurs, à l'image du frigo.

    En haut à droit de l'image nous avons un compartiment pour le fromage et le beurre (butter and cheese) et c'est juste à cet endroit que Morgan Freeman passe la tète, il rentre dans le crâne du criminel comme dans du beurre. Il descend pour bien vérifier l'étendue des dégâts de ce pauvre frigo. Son appétit est ailleurs et surtout pas tourné vers les "bean and cheese" posé sur la porte. Non, Freeman a soif, soif de compréhension et il va boire la scène à petite gorgée.

    Son regard se pose sur le sol, et son cerveau rentre en ébullition. Il fait quelque chose que pas un n'a fait avant lui (à moins que je ne m'emballe...) il va tirer le frigo et regarder derrière, "bigre !", me direz vous. Là il comprend l'étendu des dégâts, il comprend d'où vient le crime...(non..., pas de derrière les frigos , ne commencez pas vos phobies...) Il voit la face cachée de cet appareil qui sert à faire du froid,ou froid dans le dos, et qui a fait bondir l'humanité vers les supermarchés. Il voit l’œil du criminel, son esprit, son machiavélisme, sa folie. Le film peut alors commencer , tout est gravé à l'arrière du frigo.

    ODF

    Seven, drame policier de David Fincher, avec Brad Pitt, Morgan Freeman,
    Kevin Spacey et Gwyneth Paltrow, USA, 1995, 130 minutes

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog' 
    http://www.loeildufrigo.fr/2016/10/seven.html


    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog

    Pin it!

    À partir de lundi prochain, Bla Bla Blog ouvre son site à L’‎Œil du Frigo, un blog décalé et passionnant qui nous fera entrer dans l’univers de quelques-uns des grands films de l’histoire du cinéma grâce à des scènes… de frigo. De frigo ? Je vous imagine ouvrir de grands yeux - les mêmes, du reste, que j'ai fait en découvrant L’‎Œil du Frigo.

    Outre le fait que l’invention du cinéma soit quasi contemporaine à celle du réfrigérateur (1895 pour le premier et 1913 pour le Domelre, le premier frigo domestique fonctionnel), les cinéastes ont régulièrement utilisé des scènes, souvent aussi courtes qu’essentielles, autour de notre habituel appareil électroménager.

    Dès lundi, chacune de ces chroniques, postée à midi juste avant votre pause déjeuner, permettra de s’arrêter sur un film et sur une de ces séquences autour d’un réfrigérateur.

    Il est possible ensuite que vous ne verrez plus votre frigo de la même manière. Le premier film chroniqué sera Seven. Rendez-vous lundi prochain.

    http://www.loeildufrigo.fr

    © Nevil

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La Lutte des Classes : clap de fin

    Pin it!

    Durant ce week-end de la Toussaint, avait lieu le tournage de la Lutte des Classes, un court-métrage produit par l’association Éclectique, à Ingré (Loiret). Pour l’occasion, une équipe d’une vingtaine de personnes avait investi une école primaire, transformée pendant trois jours en un lycée pour les besoins du film.

    Alex Bongibault était à la mise en scène pour cette histoire de conseil de discipline, chargé de statuer sur le cas d’une lycéenne ayant provoqué une bagarre houleuse avec une autre élève. L’équipe technique était constituée d’Armand Medinger, pour le son, Samuel Beaubras et Marie Faranda pour les prises de vue, avec également Florence Blanchard, Karten Zajac et, bien sûr, Nora Méthivier à la direction générale.

    Les actrices et acteurs (Jennifer Dìas, Alicia Gonzalez, Flavie Kazmierczak, Pierre Richekare, Mikael Buxton, Aurélie Serrano, Mejgan Bayani, Sam Sam, Sylvie Mouillat, Nicolas Lefebvre et Nathalie Frebourg) étaient au diapason pour faire vivre les personnages de Diane, Sixtine, Charlotte ou Nathalie. L’histoire de La Lutte des Classes a été choisie par l’association Éclectique au terme d’un concours de scénario, dont le thème était :  "Les yeux du rêve."

    Les yeux du rêve, dans cette histoire de conseil de discipline, symbolisent la lucidité, la conscience, la connaissance et la compréhension que montre en particulier Diane (Jennifer Dìas). Cette professeure prend le parti de défendre Sixtine Ohana (Alicia Gonzalez) une élève dont elle est très attachée mais qui a commis un acte grave dans l'enceinte de son école, en s'en prenant à une autre lycéenne, Charlotte Balsan (Flavie Kazmierczak).

    Que ce soit dans une salle de réunion, au cours d’une classe de français ou bien dans une cour de récréation en pleine ébullition, l’ambiance du tournage mêlaient sérieux, concentration, bonne humeur et improvisation pour mettre dans la boîte ce qui devrait être un court-métrage diffusé au cours du printemps prochain.

    Bla Bla Blog n’a pas fini donc de parler de ce projet ciné.

    La Lutte des Classes, un film de Alex Bongibault, sous la direction de Nora Méthivier, scénario de Bruno Chiron
    avec Jennifer Dìas, Alicia Gonzalez, Flavie Kazmierczak, Pierre Richekare,
    Mikael Buxton, Aurélie Serrano, Mejgan Bayani,
    Sam Sam, Sylvie Mouillat, Nicolas Lefebvre et Nathalie Frebourg

    https://eclectiquecontact.wixsite.com/eclectique

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !