Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport

  • Forçat en eau libre

    Pin it!

    La natation en eau vive a connu un coup de projecteur malheureux durant les Jeux Olympiques de Rio. Lors de la finale du 10 kilomètres, la Française Aurélie Muller, arrivée deuxième, fut déclassée pour une manœuvre jugée anti-sportive. Contrainte de boire la tasse sur la ligne de l’arrivée, l’Italienne Rachele Bruni déposa une plainte auprès du jury qui estima que la Française avait gêné sa concurrente pour lui passer devant.

    La médaille promise lui passait sous le nez et le grand public français découvrait du même coup une sportive de haut-niveau. Canal+ propose en ce moment un documentaire sur cette "marathonienne  des eaux" que la désillusion de Rio a touché mais pas coulé. À l’occasion des championnats du monde de Budapest, le documentaire de Vincent Alix, La Chica del Rio, propose le portrait d’une sportive exceptionnelle.

    Le palmarès d’Aurélie Muller ferait pâlir d’envie pléthores d’athlètes. La nageuse de Sarreguemines a commencé sa carrière dans les bassins avec deux titres de championne du monde junior du 1500 et du 400 mètres mètres nage libre en 2006. En 2008, elle se lance dans les exigeantes mais relativement confidentielles courses en eaux libres, qui sont devenues olympiques à Pékin en 2008. La Française collectionne des performances plus qu'honorables, jusqu’à son premier podium en 2011 aux championnats du monde de Shanghai. Les années 2015 et 2016 marquent la consécration d’une athlète exceptionnelle, avec deux titres de championne du monde et championne d’Europe. De ce point de vue, la disqualification aux JO de Rio lors des 10 kilomètres pourraient faire figure de simple faux-pas dans une carrière marquée par le travail, l’opiniâtreté et le succès.

    Il faut regarder le documentaire de Vincent Alix pour mesurer le talent de ces forçats en eaux libres. En 2017, quelques mois après la déception des jeux olympiques au Brésil, Aurélie Muller se lance dans une course inimaginable, en forme de défi et de rédemption : le marathon de Santa Fe. Cette course en eau libre se déroule sur une distance de 57 kilomètres, pour 9 heures de nage, dans un fleuve sale et secoué, ce jour-là, par le vent et les vagues. Ces conditions infernales rendent d’autant plus ahurissantes ce marathon d’un autre genre. Pour Aurélie Muller, c’est aussi un moyen de se remettre à l’eau et de marquer les esprits. "C’est l’année zéro, donc il me fallait un gros truc pour recommencer. Et là, je suis servie," disait la Française dans les colonnes de l’Équipe.

    La performance d’Aurélie Muller, arrivée à une magnifique 3e place, est exemplaire. Le marathon aquatique Santa Fe-Coronda a certainement marqué la résurrection d’une nageuse qui se voit bien rester encore dix ans dans ce sport surhumain qu’elle vénère.

    Lors des championnats du monde de Budapest qui viennent de se tenir sur le lac Balaton, Aurélie Muller vient de conserver son titre de numéro un mondial au 10 kilomètres en eaux libres. La déconvenue de Rio est d’ores et déjà derrière elle. La Française a déjà en ligne de mire les JO de Tokyo en 2020. La forçat en eau libre est bien décidée à devenir une nouvelle impératrice de la natation française.

    Vincent Alix, La Chica del Rio, 2017, Canal+


  • Manger cool pour courir vite

    Pin it!

    Le titre de cette chronique est une traduction approximative du best-seller surprise américain, Run Fast. Eat Slow (éd. Amphora), vendu aux Etats-Unis à plus de 80 000 exemplaires en six mois. Sorti en France il y a quelques semaines, il devrait faire le bonheur de nombreux sportifs sur notre sol, qu’ils soient amateurs ou professionnels.

    Run Fast. Eat Slow (sous titré : Des recettes savoureuses pour les athlètes) a été écrit à quatre mains par la marathonienne olympique Shalane Flanagan et la chef cuisinier Elyse Kopecky.

    Les deux auteures ont allié leur talent et leur expérience pour concevoir et concocter une centaine de recettes à la fois bonnes, délicates et nutritives pour que la nutrition sportive ne se limite plus aux barres énergisantes ou aux sempiternelles plats de pâtes : "Pourquoi ne pas se faire plaisir avec des mets sympathiques sans trop se soucier des calories, des glucides ou des lipides ? (…) D’autant que nous constatons que les régimes conduisent au déséquilibre alimentaire, à des envies de sucre ou de grignotages et, en définitive, à une surcharge pondérale", écrivent les auteures dans la préface. CQFD.

    Dans Run Fast. Eat Slow, ce sont plus de 100 recettes qui sont proposées par l’ancienne médaillée olympique et l’ancienne directrice de marketing devenue cuisinière professionnelle pour le Natural Gourmet Institute for Health and Culinary Arts.

    Il y en a pour tous les goûts dans ces plats présentés par Shalane Flanagan et Elyse Kopecky : sans gluten, végétariens, végétaliens, bios et conçus si possible par des produits locaux – une précision qui prouve qu’acheter dans des circuits courts est aussi une préoccupation aux États-Unis.

    Le lecteur ne sera pas déboussolé par un ouvrage à la fois intelligent, cool et qui est tout sauf un manuel de coaching pour athlète averti. Les deux auteures précisent d’ailleurs que les recettes proposés ne mentionnent ni mesures de calories, ni décomptes de glucides, protéines et lipides. Shalane Flanagan et Elyse Kopecky se content de faire un focus sur les apports en vitamines, antioxydants ou omégas 3 contenus dans tel ou tel aliment.

    Pour le reste, pas de bavardages inutiles mais des recettes qui donnent envie de se mettre aux fourneaux, que l’on soit athlète ou non : les boulettes de bison marinée, le pesto de roquette aux noix de cajou, le crostini au chèvre, figues et thym, la salade aux nouilles soba et sauce aux cacahuètes du coureur, le poisson en papillotes au citron et aux olives ou les muffins de super-héros.

    Avec ça, peu de risque que l’après-repas se transforme en un long tunnel digestif. Il se pourrait même que vous vous sentiez l’âme d’un sportif et que vous décidiez de prendre en main votre santé et votre corps.

    Shalane Flanagan et Elyse Kopecky, Run Fast. Eat Slow, éd. Amphora, 2017, 242 p.

  • Le philosophe aux plateaux

    Pin it!

    À quelques jours du Tour de France, Libération publie le portrait d’un coureur atypique de la Grande Boucle. Guillaume Martin, grimpeur normand de 24 ans de l’équipe belge Wanty-Groupe Gobert, peut en effet au mieux incarner l’image du "sportif intello", lui qui a signé il y a trois ans un mémoire de Master 2 en philosophie au sujet détonnant : Le sport moderne : une mise en application de la philosophie nietzschéenne ? Le journaliste Pierre Carrey consacre deux pages à ce sportif de haut niveau peu connu du grand public et qui semble incarner l’idéal du mens sana in corpore sano.

    L’ancien étudiant en philosophie à Nanterre, aujourd’hui coureur professionnel aux résultats encourageants (18e du dernier Dauphiné Libéré), fait bien mieux qu’endosser le rôle d’"intello du peloton" – un cliché utilisé il y a quelques décennies au sujet de Laurent Fignon, sous prétexte que le double vainqueur du Tour était titulaire d’un bac, aimait lire et… portait des lunettes. Guillaume Martin assume et revendique sa passion pour la philosophie : il cite Nietzsche, son auteur fétiche, pour parler du sport moderne, et en premier lieu du cyclisme professionnel. Comme le rapporte Pierre Carrey, au début du XXe siècle le sport est venu remplacer la religion après cette "mort de Dieu" proclamée par le "philosophe au marteau". Guillaume Martin considère que "La pensée de Nietzsche offre une nouvelle relation au corps et au sport, différente de l’héritage judéo-chrétien."

    Voilà donc l'auteur d'Ainsi parlait Zarathoustra convoqué pour permettre au sport de retrouver des "fondamentaux" sportifs, bien loin des travers connus des compétitions modernes (professionnalisation, dopage, financiarisation, nationalisme et comportements haineux du supporter). Le sport doit retrouver son essence profonde – et nietzschéenne : plaisir de la confrontation pacifique, désir d’affirmation de soi, dépassement de soi pour devenir un Surhomme (et non pas une "mutant" dopé aux produits de synthèse) : "Il nous a semblé que la philosophie de Nietzsche pouvait permettre de penser le sport de manière plus authentique que ne le permet la morale qui le gouverne de nos jours".

    Féru de philosophie, de savoirs et de culture autant que passionné par son sport, Guillaume Martin n’oublie pas de prévoir pour les trois semaines de la Grande Boucle de s’alimenter en livres, que le journaliste énumère : Informatique céleste de Mark Alizart, 2000 ans d’Histoire gourmande Patrice Gélinet, un récit de voyage dans les Rocheuses au début du XIXe siècle et Les Affinités électives de Goethe.

    Singulièrement, aucun ouvrage philosophique n’accompagnera les soirées du cycliste philosophe durant le Tour de France. Philosophe et écrivain car, pour brouiller encore plus les pistes, le sportif se fait aussi homme de lettres et dramaturge. Il vient d’écrire une pièce de théâtre, Platon VS Platoche, bien entendu sur son sujet de prédilection, avec en guest-star Socrate et Diogène.

    Pas de quoi cependant désarçonner ce sportif talentueux, à quelques jours du début du Tour. Guillaume Martin entend bien mettre entre parenthèses pendant quelques jours la chose philosophique contre guidons, plateaux ou dérailleurs. Cycliste perché ? Le grimpeur de la Wanty-Groupe Gobert a ce mot plein d’esprit : "Moi, nietzschéen ? N’est-ce pas contre-nietzschéen que de se dire nietzschéen ?"

    Pierre Carrey, "Guillaume Martin, le Nietzsche dans le Guidon", Libération, 27 juin 2017

  • L'entraîneur et le philosophe

    Pin it!

    Fascinant et déstabilisant Leonardo Jardim : c’est lui que le journal Le Monde choisit de portraitiser ce week-end dans ses pages Sports.

    Arrivé comme entraîneur de l’AS Monaco en juin 2014, Jardim doit, à l'époque gérer une période compliquée pour une équipe de football que certains voyaient jusqu'alors comme un concurrent sérieux du PSG. Las, le club de la Principauté de Monaco est contraint de se serrer la ceinture sous peine d’être taclé par l’UEFA dans son programme de "fair play financier". Voilà donc Leonardo Jardim, successeur de l’emblématique Claudio Ranieri, obligé de gérer la nouvelle politique sportive de son club. Et on ne donne pas cher à l’époque de ce coach, ancien entraîneur à l’Olympiakos Le Pirée et au Sporting Lisbonne pour ses principaux faits d’arme.

    L’ambitieux projet de son Président, le milliardaire russe Dimitri Rybolovlev reposaient sur des joueurs clés, James Rodriguez Radamel Falcao en premier lieu, dont le club est obligé de se séparer. Jardim gère cette période de vaches maigres avec un aplomb et un savoir-faire étonnants. Grâce à une pépinière de jeunes joueurs talentueux (Anthony Martial, Djibril Sidibé ou Kylian Mbappé), l’obsession de la stabilité et surtout le travail sur le terrain, celui qui était surtout connu pour son accent français à couper au couteau - souvent, du reste, égratigné par Le Petit Journal - finit par ne plus faire rire personne.

    Son succès inespéré contre Arsenal en Ligue des Champions en février 2015 fait grincer quelques dents. Au début de la saison 2016-2017, le club du Rocher prend de l’assurance, parvient à battre le grandissime favori, le PSG, et se hisse à une troisième marche méritée du podium. En Ligue des Champions, le club de Jardim joue crânement sa chance au point d’être premier de son groupe devant Tottenham que le club retrouvera cette semaine.

    Rémi Dupré est l’auteur dans Le Monde de ce portrait attachant d’un entraîneur atypique. Modeste, déterminé, empathique avec ses joueurs et concepteur d’une "méthode écologique" : "Tu peux tuer tout le système de ton équipe avec trop de travail physique. C’est la même chose si tu veux changer le biotype d’un joueur de qualité… C’est comme si tu voulais changer le PH d’une rivière." Et le journaliste de s’arrêter sur celui qui demeure l’influence de l’entraîneur de football : le philosophe Edgar Morin. Dans l’intelligence du jeu et du coaching, nul doute que Leonardo Jardim a placé la barre très haut. Mardi, Tottenham pourrait bien faire les frais d’un entraîneur portugais longtemps moqué et d’un philosophe de 95 ans.

    Rémi Dupré, "Le football selon Jardim", Le Monde, 19 novembre 2016

  • Cours, nage, chevauche et tire deux fois

    Pin it!

    Perrine Andrieux sévissait déjà sur Internet avec une série d’émissions radios consacrées à l’orthographe et à l’expression au travail, Les Pressés de l’Expression. La saison 2 devrait d’ailleurs revenir à la rentrée.

    Elle propose en ce moment, toujours sur le web, l’épisode pilote L’Intello de la Bande, une série de chroniques mensuelles sur des thèmes a priori peu sexy mais qui s’avèrent en réalité d’un très grand intérêt. Le pentathlon moderne est le sujet choisi pour cette première émission radio, intitulée "Cours, nage, chevauche et tire deux fois."

    Cette émission, mise en ligne le 18 août 2016, tombe à point nommé. La nuit dernière, la délégation française aux jeux olympiques a récolté une médaille inespérée en pentathlon moderne, mal connu et mal aimé. Élodie Clouvel a décroché l’argent et offre à ce sport le premier podium français de son histoire. Après une brillante deuxième place en natation, la Française n’a été battue que par l’Australienne Chloe Esposito, au terme de la dernière épreuve, le combiné tirs-course.

    Perrine Andrieux fait un focus passionnant sur une épreuve des JO particulièrement exigeante mais injustement boudée par le public. Impopulaire hors de l’Europe de l’Est, le pentathlon moderne est régulièrement mis sur la sellette avant chaque olympiade. Cette compétition est si peu connue que le CIO a mis à disposition de tous, sur son site Internet, un Guide du spectateur du Pentathlon moderne, sorte de vade-mecum de sept pages pour expliquer ce sport mal aimé.

    L’Intello de la Bande rappelle ses origines et fait un focus sur son histoire. Comme son nom l’indique – penta (πέντε), en grec, signifie "cinq" –, le pentathlon moderne consiste en cinq disciplines : l’escrime, la natation, l’équitation, avec des scores intermédiaires au terme de ces trois premières épreuves qui déterminent l’ordre de qualification pour les deux dernières disciplines, un combiné course-tir au pistolet.

    Le pentathlon moderne a été mis en place par Pierre de Coubertin en 1910. Dans son esprit, le pentathlon moderne "était sensé trouver et reconnaître le meilleur soldat possible", capable de tirer, courir, nager et monter à cheval. Le pentathlon existait aussi sous l’antiquité, mais avec d’autres épreuves (lancer du disque, lancer du javelot, saut en longueur, course de stade et lutte) car, ajoute L’Intello de la Bande, le soldat au Ve siècle n’avait pas les mêmes compétences que celui du XXe ou du XXIe siècle.

    Le pentathlon moderne apparaît comme épreuve inscrite aux Jeux Olympiques en 1912 lors de l’édition de Stockholm. Le vainqueur cette année-là est un Suédois, laissant à la cinquième place un certain George Patton, simple soldat avant d’être le général que l’on connaît, et qui rate cette année-là son épreuve… de tir au pistolet.

    Pierre de Coubertin attachait une grande valeur à ce sport olympique qu’il considérait – à tort – comme une épreuve suscitant un engouement croissant. Comme Perrine Andrieux, on est en droit d'en douter : "Il a un petit peu trop rêvé sa vie", commente, amusée, l'animatrice.

    x860_img_3555.jpg.pagespeed.ic.8B9F4DvzDU.jpgLe pentathlon moderne a évolué au cours des années. En 1996, aux Jeux d’Atlanta, on est passé de plusieurs jours de compétition à un seul jour. 2000 marque une révolution avec l’ouverture de ce sport olympique aux femmes. En 2012, à Londres, la course et le tir au pistolet ont été regroupés en une seule épreuve, le combiné. De plus, les pistolets à plomb ont été remplacés par des visées laser. À Rio, l’escrime a vu apparaître un tour de bonus pour gagner des points supplémentaires. 

    Aujourd'hui, chez les femmes, le pentathlon moderne est dominé par la Lituanienne - au nom imprononçable - Laura Asadauskaitė-Zadneprovskienė et l’Allemande Lena Schöneborn. Côté français, la meilleure athlète est Élodie Clouvel, fraîchement médaillée d’argent à Rio. Née en 1989 à Saint-Priest-en-Jarez, non loin de Saint-Étienne, elle est issue d’une famille sportive de haut niveau. Elle commence sa carrière sportive dans la natation, aux côtés de Laure Manaudou et sous le coaching exigeant de Philippe Lucas. Son échec pour la qualification aux Jeux de Pékin (2008) la pousse à se diriger vers le pentathlon moderne, avec le succès que l’on connaît.

    La natation, première épreuve du pentathlon moderne, un 200 mètres nage libre, fait naturellement partie des épreuves de prédilection de notre sportive française. La pentathlonienne, au physique de mannequin, a un autre point fort : l’escrime. Dans le pentathlon moderne, chaque tireur rencontre à l’épée les autres compétiteurs en une seule touche gagnante (la mort subite). Pour l’équitation, les participants disposent au préalable de vingt minutes d’entraînement sur un cheval qu’ils ne connaissent pas (une spécificité par rapport aux autres sports équestres) et qui a été tiré au sort avant la course. Il s’agit d’un concours avec 12 obstacles dont un double et un triple. Un parcours sans faute donne 1200 points et chaque faute entraîne un décompte correspondant. Le combiné, enfin, consiste en une course de 3,2 kilomètres, avec des arrêts tous les 800 mètres pour tirer. Cette épreuve demande une maîtrise du corps exceptionnelle pour passer de l’essoufflement due à la course au calme et à la concentration du tir. Le compétiteur doit atteindre cinq cibles à dix mètres d’écart et ne peut repartir que s’il touche toutes les cibles. C'est dans cette épreuve que la Française avoue avoir flanché, mais sans regret tant elle a "performé", y compris en équitation, son point faible. 

    Pourquoi le pentathlon moderne n’est-il pas populaire, s’interroge L'Intello de la Bande ? Il y a certes les règles compliquées des points, mais cela n’explique pas tout. Peut-être la raison de ce faible engouement, explique Perrine, réside dans la diversité et la richesse des épreuves. L’exigence demandée pour la pratique de ce sport – natation, tirs, équitation, course – fait que peu de personnes – et surtout peu d’enfants et adolescents – sont appelés à le pratiquer. De plus, d'un point de vue pratique, il faut avoir accès à des structures – de tirs, d’équitation, de natation – pour s’entraîner, ce qui s’avère bien plus compliqué que la pratique d’un sport comme le football qui ne nécessite finalement qu'un simple ballon.

    Perrine Andrieux signe avec L’Intello de la Bande un premier pilote convainquant, a fortiori sur un sujet aussi peu parlant que le pentathlon moderne. Cette demie-heure d’émission, passionnante, téléchargeable en podcast, s’écoute avec plaisir. Nul doute que le pentathlon moderne a trouvé en Perrine Andrieux, une de ses meilleurs ambassadrices.

    "Cours, nage, chevauche et tire deux fois", L'Intello de la Bande, épisode pilote
    Épreuves du Pentathlon moderne (F/H), JO de Rio, 18 et 19 août 2016
    https://www.rio2016.com/fr/pentathlon-moderne

    http://ffpentathlon.fr

  • Les jeux olympolitiques

    Pin it!

    jo-mexico1.jpgAlors que le compte à rebours vient de commencer avant le début des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, l’essai de Pascal Boniface, JO politiques (éd. Eyrolles), vient nous rappeler la tarte à la crème que constitue le discours sur l’apolitisme de la vénérable institution olympique. L’auteur, directeur de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) affirme en introduction le rôle géostratégique majeur (et inavoué) du CIO qui a démontré, à plusieurs reprises, son influence positive ou négative sur les nations, ne serait-ce que par l’attribution de l’organisation des jeux à tel ou tel pays.

    A ses débuts, la désignation d’une organisation tournante des JO tous les quatre ans n’est pas allée de soi. Lorsque le baron Pierre de Coubertin relance les jeux olympiques après quinze siècles de sommeil (ce n’est du reste pas la première tentative), c’est tout naturellement vers la Grèce que les regards se portent. Le pays de Périclès, très en vogue en raison de fouilles archéologiques qui passionnent le public, organise la première Olympiade en 1896. Le pays de naissance de l’olympisme souhaite, malgré le succès relatif de cette première édition, continuer à organiser les olympiades suivantes, ce que le CIO refuse. Et c’est la ville Paris qui prend la suite en 1900. En 1908, Saint-Louis organise les fameux "jeux de la honte", en raison du refus de la participation de compétiteurs noirs. La question raciale va d’ailleurs être la grande affaire du CIO pendant tout un siècle : quelques décennies après Saint-Louis, viendront les jeux décriés de 1936 à Berlin durant la période nazie, la gestion de l’Apartheid sud-africaine après 1948 ou la revendication du black power lors des JO de Mexico en 1968.

    Pascal Boniface relate les tensions géopolitiques de plus d’un siècle d’Olympisme. Il rappelle aussi que le discours du CIO au sujet de son apolitisme est, dès le départ, erroné voire "hypocrite" : lorsque Pierre de Coubertin créé les JO, "il le fait dans un but d’éducation populaire (…) afin d’aider son pays "à concurrencer l’Angleterre sur le plan sportif" mais également "insuffler aux jeunes Français un esprit de compétition, notamment afin de rattraper l’Allemagne." L’Olympisme est à demi-mot au service d’un certain patriotisme… français.

    sport,olympisme,jeux olympiques,de coubertinDevenus très tôt internationaux (à Stockholm en 1912, selon l’auteur), les jeux deviennent aussi une vitrine des nations. Tous les quatre ans, les jeux constituent moins une période d’apaisement mondial qu’un lieu où peuvent s’exacerber les revendications nationalistes voire politiques : en 1928 aux JO d’Amsterdam, c’est le retour de l’Allemagne sur le devant de la scène après la parenthèse de la première guerre mondiale ; en 1936 à Berlin, Hitler fait de ces jeux populaires un outil de propagande pour le régime nazi (en dépit des performances de l'athlète noir américain Jesse Owens) ; à partir de 1952 à Helsinki, les JO sont organisés en pleine guerre froide et deviennent un terrain d’affrontement idéologique entre l’ouest et l’est ce qui sera le cas pendant quarante ans ; Munich en 1972 est marqué par l’attaque terroriste palestinienne contre des athlètes israéliens et, plus près de nous, en 2008, les JO de Pékin voient la Chine se montrer en superpuissance mondiale sportive mais aussi politique.

    Pascal Boniface s’arrête sur quelques événements majeurs pour étayer sa thèse concluante d’un CIO acteur des rivalités géopolitiques. De passionnantes pages relatent les boycotts successifs que de nombreux pays ont pu utiliser dans le cadre de l’olympisme : le boycott de Moscou en 1980 par les pays alliés des États-Unis seront suivis par ceux des pays sous sphère soviétique lors des JO de Los Angeles en 1984. Pascal Boniface rappelle également que les jeux de Pékin en 2008 voient ressurgir la question du boycott, mais sans succès car au final improductif : "L’attractivité du sport et des JO est telle qu’on est sûr de faire parler de soi en appelant au boycott."

    Véritable soft power, décrié pour son aveuglement voire sa complicité à l’égard de régimes criminels, le CIO véhicule aussi une force d’influence qui peut être positive : après 1945 en mettant la pression sur l’Afrique du Sud et son régime d’Apartheid, durant la décolonisation "comme instrument d’émancipation des colonisés", en 2008 en offrant à la Chine un moyen d’ouvrir la société civile un peu plus au monde ou en 2012 en permettant à des femmes musulmanes (certes voilées, ce qui a suscité une vive polémique) de participer à des jeux.

    Incroyable machine sportive universelle (avec son corollaire : argent, scandales, manipulations politiques, et cetera), le CIO s’affirme comme un véritable État sans frontière, renaissant tous les quatre ans pendant un mois, à chaque fois dans une ville différente.

    Malgré l’absence d’analyse des jeux d’hiver, Pascal Boniface dresse un tableau concluant de l’olympisme politique, alors que les JO de Rio s’annoncent d’ores et déjà menacés par le djihadisme international.

    Pascal Boniface, JO politiques, éd. Eyrolles, 2016, 202 p.

  • 51-49

    Pin it!

    images.pngTerrorisme, Loi travail, crise économique, discrédit général du monde politique, pessimisme ambiant : la France avait bien besoin d'une partie de football pour retrouver une bonne dose de ferveur populaire, de sourire et d'optimisme.

    À l'heure de l'écriture de ce billets, quelques heures avant la finale de l'Euro 2016 entre la France et le Portugal, le pays de Grizemann, Pogba ou Giroud se prend à rêver d'une coupe continentale. Après le succès contre l'Allemagne en demie-finale, tous les espoirs semblent permis au point que, dans les commentaires, un résultat autre qu'une victoire paraît inimaginable. Pensez donc ! Un Portugal poussif incapable, jusqu'à ses demies-finales contre un modeste - mais surprenant - Pays de Galles, de terminer par une victoire dans le temps réglementaire s'avère bien plus à la portée des Bleus qu'une Allemagne championne du monde en titre !

    Et pourtant, c'est oublier que le Portugal est loin d'être l'invité surprise d'une compétition, à l'image d'un Pays de Galles pugnace ou d'une Islande tortionnaire d'une pathétique équipe anglaise. Le Portugal est toujours présent dans les compétitions internationales. La Seleção avait rencontré la France lors de la coupe du monde 2006 et avait été défaite par l'équipe à Zidane lors d'une demie-finale à couteaux tirés. Deux ans plus tôt, c'était sur ses terres que le Portugal avait mangé sa plus belle soupe à la grimace en perdant - sur ses terres ! - en finale d'un Euro contre la Grèce, une équipe modeste sur le papier mais qui avait réussi à déjouer Christiano Ronaldo. C'est encore Ronaldo, triple Ballon d'Or, qui sera présent ce soir pour un match qui peut s'avérer plus compliqué que prévu.

    Les Français vont croire à une victoire inespérée, mais nul doute que les joueurs portugais vont jouer leur chance jusqu'au bout. Dans une telle compétition, le 50-50 est de mise. Allez, mettons un 51-49 car il y aura bien un douzième joueur sur le terrain : nous.

    Finale de l'Euro 2016, France-Portugal, 21 heures, M6