Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Textes inédits

  • L'échec : tomber, se relever

    Pin it!

    Le café philosophique de Montargis fixe son nouveau rendez-vous le vendredi 20 janvier 2017 à 19 heures, à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée. Le sujet de ce nouveau débat portera sur l’échec : "Échec : tomber, se relever".

    L’échec : voilà un sujet paradoxalement au centre de nos existences et pourtant relativement peu traité par la philosophie. Les participants du café philosophique de Montargis se réuniront pour discuter de ce que signifie "échouer" et de ce que cela implique. Il semblerait qu’en France, plus qu’ailleurs sans doute, l’échec soit particulièrement stigmatisé. Mais qu’est-ce que l’échec finalement, et doit-il être rejeté en bloc ? Sommes-nous toujours responsables de nos échecs ? Peut-on parler d’échecs justes ou injustes ? Lorsque nous ratons, sommes-nous des ratés ? L’échec peut-il avoir des vertus ? Peut-on "bien" échouer ? Comment l’échec peut-il être dépassé ?

    Ce sont autant de points qui seront évoqués au cours de cette nouvelle séance du café philo, le vendredi 20 janvier 2017 à partir de 19 heures à la brasserie du Centre Commercial de La Chaussée de Montargis.

    La participation sera libre et gratuite.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

  • Celia Green, une dissidente universitaire

    Pin it!

    celia-green.jpgCelia Green est née à Londres en 1935. Elle est une figure à part dans le milieu universitaire en raison de ses travaux avant-gardistes en philosophie et psychologie.

    Pionnière dans ses recherches sur les phénomènes de perception, comme les rêves lucides ou les expériences de mort imminente, on lui doit notamment The Human Evasion (1969), Letters from Exile (2004)  mais aussi ses aphorismes.

    Profondément sceptique, attachée à l’individualisme, à la royauté et à la place de l’hérédité, Celia Green est critique sur la place accordée par la plupart des hommes aux activités triviales (nourriture, sexualité, activités quotidiennes), au détriment des interrogations sur des problèmes à résoudre ou sur les grandes questions philosophiques et scientifiques.

    Elle ne cache pas non plus ses réticences à l’égard du féminisme, notamment dans un de ses aphorismes célèbres : "Si vous pensez aux femmes comme être humain, elles sont exaspérantes en raison de leur faiblesse incroyable ; bien sûr, c’est très bien si vous n’avez pas à les considérer comme des êtres humains du tout" (The Decline and Fall of Science). 

    Ce qu'elle a pu écrire :

    "La plupart des recherches faites ont été déterminées par l'exigence qu'elles doivent, d'une manière assez évidente et prévisible, renforcer les théories approuvées ou à la mode."

    "L'étonnement est la seule émotion réaliste."

    "Justice sociale : expression de la haine universelle."

    "La chose la plus remarquable à propos de l'esprit humain est la gamme de ses limitations."

    La société est un mécanisme d'autorégulation pour empêcher l'accomplissement de chacun de ses membres."

    "Lorsque quelqu'un dit que ses conclusions sont objectives, il signifie qu'elles sont basées sur des préjugés que beaucoup d'autres personnes partagent."

    "Dans une autocratie, une seule personne agit à sa façon; dans une aristocratie quelques personnes agissent à leur manière ; dans une démocratie, personne ne suit son propre chemin."

    "Démocratie : tout le monde doit avoir une chance égale d'entraver tout le monde."

    "Les personnes pratiquant une religion sont une insulte à l’univers."

    "La race humaine en sait assez sur la réflexion pour l’entraver."

    "Une des plus grandes superstitions de notre temps est la croyance qu'il n'y en a pas."

    "La seule chose importante à réaliser sur l'histoire, c'est que tout a eu lieu dans les cinq dernières minutes."

    "Je ne peux pas écrire de longs livres ; je laisse cela à ceux qui n'ont rien à dire."

    http://www.celiagreen.com
    http://celiagreen.blogspot.fr

  • George Eliot, une femme libre sous le règne rigide de Victoria

    Pin it!

    george-eliot.jpgGeorge Eliot (1819-1880), de son vrai nom Mary Anne Evans, est un auteur britannique du mouvement victorien.

    Issue d’un milieu modeste, elle doit vivre avec la rigidité de la société anglaise, aux couches sociales très hiérarchisées. Elle y résiste grâce à l’école, à la découverte des arts et de la philosophie, aux voyages en Europe mais aussi aux relations considérées comme scandaleuses qu’elle entretient avec le philosophe et journaliste George Henry Lewes. Cette union libre et affichée est mal perçue et oblige la jeune femme à se tenir à l’écart de la société londonienne.

    À l’âge de 37 ans, elle écrit son premier ouvrage, Amos Barton, le premier volet des Scènes de la Vie du Clergé. Elle choisit un pseudonyme masculin, George Eliot, afin d’être mieux perçue par les critiques. Elle révèle sa véritable identité après la parution de son roman Adame Bede qui s’avère un succès. S’ensuivent une vingtaine d’ouvrages, dont Le Moulin sur la Floss (1860) et Middlemarch (1872). Ces deux derniers livres, considérés comme ses chefs d’œuvre, impose George Eliot comme une figure majeure de la littérature victorienne. Elle y excelle dans son art du réalisme, de l’érudition, de l’humour et de l’observation psychologique.     

    Ce qu'elle a pu écrire :

    "Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que nous aurions pu être."

    "Examinez bien vos paroles et vous trouverez que, lors même que vous n’avez aucun motif d’être faux, il est très difficile de dire l’exacte vérité."

    "Les femmes heureuses, comme les nations heureuses, n'ont pas d'histoire."

    "Elle est comme les autres femmes. Elle croit que deux et deux feront cinq si elle pleure assez longtemps et fait assez d'histoires."

    "Nos actions agissent sur nous tout autant que nous agissons sur elles."

    "Dieu nous juge tous entiers et d'un regard, et non pas comme les hommes, sur des sentiments et des actes isolés."

    "Lors même que vous n’avez aucun motif d’être faux, il est très difficile de dire l’exacte vérité."

    "Les animaux sont des amis tellement agréables - ils ne posent jamais de questions, ils ne font aucune critique."

    "Nous sommes volontiers meilleurs pour les bêtes qui nous aiment que pour les femmes qui nous aiment. Est-ce parce que les bêtes ne parlent pas ?"

    "On prend parfois comme une mauvaise habitude d'être malheureux."

    "Pour récolter plus de roses, il suffit de planter plus de rosiers." 

    "Béni soit l'homme qui, n'ayant rien à dire, s'abstient d'en administrer la preuve en paroles !"

    "Je ne nie pas que les femmes soient stupides ; Dieu Tout Puissant les fit l’égal des hommes."

    "Nos actions sont comme nos enfants, qui vivent et agissent en dehors de notre propre volonté."

    "Une différence de goût en matière de plaisanteries gâte l’amitié." 

    "Une erreur vigoureuse et vigoureusement cultivée entretient du moins les germes de la vérité."

  • "Gilles de Rais"

    Pin it!

    Gilles red.jpg

    Mon tout premier essai date de 1991. Il s'agissait d'un travail sur Gilles de Rais qui a commencé sa carrière comme compagnon de Jeanne d'Arc.

    Ce personnage fascinant, mystérieux et terrifiant tout à la fois, a fait l'objet d'un nombre incalculable de livres, d'essais et de disgressions littéraires de toutes sortes. On a aussi dit des milliers de bêtises sur celui que certains on qualifié de "premier serial killer" de l'histoire.

    Cet essai permet au moins de délier le vrai du faux, en faisant le point sur la vie et sur l'époque de celui que la légende a surnommé "Barbe-Bleue". C'est un essai daté déjà de presque 20 ans qui n'a pas d'autre ambition qu'encourager à aller plus loin dans la découverte de ce personnage hors du commun de l'histoire de France.

    Téléchargez ce mémoire sur ce lien

  • "Un chef d'œuvre oublié : le De laudibus sanctae crucis"

    Pin it!

    44fe350f5a3dbe3276e5367094515c7e.jpg

    Dans cet essai universitaire daté de 1994, je me suis intéressé à l'une des plus frappantes œuvres du Moyen Âge, le De laudibus sanctae crucis de Raban Maur.

    Une oeuvre énigmatique et complexe comme on peut en juger (pour ceux qui diraient encore que le Moyen Âge est une ère marquée par l'obscurantisme...).

    Téléchargez ce mémoire sur ce lien

  • "Le Mythe, cet obscur Labyrinthe"

    Pin it!

    cb8952f94120a0a6d0d794c18447ee2a.jpg

    Dans le cadre d'un diplôme de troisième cycle en médiation culturelle à l'Université Catholique de l'Ouest d'Angers, j'ai étudié en 2004 une oeuvre de jeunesse de Marguerite YourcenarFeux, sous l'angle mythologique. Ce recueil de nouvelles traite de Phèdre, d'Achille, de Patrocle, d'Antigone et de Clytemnestre. Cette courte étude montre comment la littérature contemporaine peut "apprivoiser" les grands mythes occidentaux.

    L'eouvre intégrale de Marguerite Yourcenar a été publiée chez Gallimard dans la collection de La Pléiade. Si vous n'avez jamais lu Maqrguerite Yourcenar, je vous conseille de commencer par Mémoires d'Hadrien, l'autobiographie imaginaire de l'empereur romain Hadrien (76-138) mais surtout L'Oeuvre au Noir, à mon sens son roman le plus puissant, le plus riche et le plus inspiré.

    Téléchargez ce mémoire sur ce lien

  • "Instruction élémentaire à l'école carolingienne"

    Pin it!

    2003935508.jpg

    Ce mémoire de maîtrise consacré à l'enseignement élémentaire et populaire sous les Carolingiens date de 1994. Il a été dirigé par Olivier Guillot, médiéviste à l'Université Catholique de l'Ouest d'Angers. Curieusement, même si le thème de Charlemagne et l'école est très populaire, il a été relativement peu étudié en profondeur pour la simple et bonne raison que les sources s'y rapportant sont peu nombreuses. J'ai été confronté à ce problème et le moyen de le contourner a été d'élargir mon étude à l'école sous les Carolingiens, de 768 (l'avènement de Charlemagne) à 888 (la fin du règne du dernier empereur carolingien Charles le Gros). J'ai pris le parti de traiter ce sujet sous deux angles : sous l'angle chronologique d'une part et sous l'angle critique d'autre part en traitant deux auteurs du IXème siècle, Notker le Bègue, dit le moine de Saint-Gall, et Raban Maur, abbé de Fulda et archevêque de Mayence (cf. illustration à droite : Raban Maur est le personnage à gauche). En annexes j'ai enfin reproduit l'ensemble des sources utilisées pour cette étude. Un essai d'une autre époque, écrit sans moteur de recherche mais avec de vraies sources écrites et anciennes.

    Téléchargez ce mémoire sur ce lien