Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bla Bla Blog

  • 1, 2, 3 Leïla !

    On retrouve Leïla Huissoud avec bonheur, telle une copine ou une petite sœur, avec sa sensibilité, ses blessures mais aussi une joie de vivre teintée de mélancolie.

    La maladresse, son dernier opus, écrit et composé après la crise sanitaire, est un voyage intime d’une musicienne attachante et lucide sur les difficultés du métier d'artiste. En parlant de voyage, l’auditeur sera cueilli dès le début de l’album avec le périple en train qu’est "Avant Nantes". On imagine Leïla Huissoud en passagère d’un TER en direction de la Loire-Atlantique. C’est avec tendresse que la musicienne slame sur ses voisins et voisines dont elle imagine la vie et le quotidien : "Les collégiens, les salariés, les lycéens, les habitués quotidiens du train… Les Bouchers, des médecins, des techniciens spécialisés, des gens biens qui vont au travail. C’est un beau début de journée".

    Si un seul terme convient le mieux à Leïla Huissoud c’est bien celui d’humaniste. La chanteuse le prouve avec la tendre et triste "Lettre aux paumés". Elle offre un  hommage aux gens de peu, aussi discrets que pudiques dans leur malheur : "Quand ils s’offrent c’est à la nuit / Ils ont lâché la rancœur / Leur douceur ne vient pas du joli / Mais de béances à l’intérieur".

    Avec "Jolies frangines", un titre de son précédent album Auguste, Leïla Huissoud avait prouvé qu’elle était une chroniqueuse incroyable de l’enfance. Elle le prouve encore avec "L’ascenseur" et, mieux, avec le diptyque que forment "Soleil 1, 2, 3…" et "1, 2, 3 Soleil !" Ce jeu des cours de récréation est un joli fil conducteur pour parler d’amour, de séduction, d’attachement et d’espérance ("Soleil 1, 2, 3…"). Est-ce une bonne idée que de tomber amoureux, se demande-t-elle ? N’est-ce pas risquer de souffrir ? "1, 2, 3 Soleil !" y répond par une déclaration enlevée jazzy : "Si vous saviez comme je vous aime quand je mets mes lunettes de sans-gêne / On dira que je vous surveille / 1, 2, 3 Soleil ! / Messieurs, dans mes bras !" Décidément, les jeux de l’amour et du hasard restent un sujet éternel d’inspiration.  

    Accompagnée de sa seule guitare, Leïla Huissoud fait de "Mon spectacle s’appelle…" se veut une confession sur la difficulté de se livrer au public et d’être l’objet d’une critique : "En haut de la bio, on lit ‘grosse merde’ ou ‘la moisie’, j’hésite encore". Introspective, l’ex-candidate de The Voice (nous sommes en 2014) revendique sa liberté et sa force de caractère : "Mon credo c’est d’en faire le moins / L’errance c’est un beau chemin". 

    La qualité d’écriture de Leïla Huissoud est non seulement évidente mais en plus insolente

    La qualité d’écriture de Leïla Huissoud est non seulement évidente mais en plus insolente. Il faut bien écouter ses paroles, à l’instar de "La ligue des justiciers", avec Théo Bonneville en featuring, le touchant portrait d’un homme heureux, libre, léger ("Ouais j’me sens bien"), mais aussi hymne à l’amitié et au bonheur.  

    L’auditeur sera sans nul doute touché par l’un des meilleurs titres de l’opus, "À tes amours". Ce morceau a été écrit comme une adresse à toutes ces femmes, ces "demoiselles, ces amantes, ces amours et ces chagrins",  qui ont changé à jamais l’homme qu’elles ont aimé - d'un amour certes éphémère. "Derrière un grand homme, il y a ces drames et ils ressemblent à vos prénoms" chante-t-elle. Nostalgie ? Non, plutôt un hommage aux histoires d’amour passées qui forment, construisent et rendent meilleur. "Si vous saviez comme il est beau à se cramponner à demain". Merci qui ? Voilà qui rend les ruptures moins douloureuses.

    À l’instar de PR2B et sa superbe "Lettre à P." (Rayons Gamma), la jeune chanteuse propose une jolie déclaration à son père ("Lettre au père") avec piano et voix. Au milieu de la chanson, elle lui lance une invitation à remonter la pente et reprendre le chemin de la vie ("Mais bordel qu’est-ce que ça fait mal de voir son héros s’effondrer / Putain, papa, tu peux tomber / Putain, papa tu sais être con et même des fois t’as pas raison / Merci de nous avoir tout tombé… / Allez, le daron, c’est pas trop tard".

    Il est encore question d’enfance dans "Chanson éducation" dans lequel la musicienne dit merci à ses professeurs, en dépit de son caractère brouillon et de son talent artistique que des enseignants et enseignantes ont su voir. Mais il est aussi question de ces autres professeurs, ces "éducateurs par l'impudeur", qu'ils s'appellent Ferré, Brassens ou leprest. Et là, la magie opère. En quelques mots, Leïla Huissoud parvient à travers un portrait d’elle-même, elle, l’artiste attachante, la "chianteuse", comme elle s'est surnommée elle-même : "Éducation par l’impudeur / Et pas plus balèze qu’un loser / je reprendrais bien un petit bout de cœur / Inadaptée, inarrêtable, indispensable, incapable / Habilement abîmée / Violemment  emportée par les vents détournés / Par les tourments des gens."

    Leïla Huissoud chante pour ces autres femmes, ses sœurs, celles qui semblent être "une déception déguisée en fille" et dont la maison devient, hélas, un refuge ("Déguisée en fille"). Dans une langue poétique, dense et toujours subtile, l’artiste parle de ces femmes invisibles, mises de côté, alors qu’elles devraient avoir accès à leur place, aux mouvements, à la liberté et sans être la cible de clichés (fragilité, hystérie, folie). Bref, à la violence.

    "La maladresse", qui donne son titre à l’opus, est une confession sous forme de slam. Le désenchantement est là. Leïla Huissoud s’y dévoile sans fard. C’est le morceau d’une jeune femme parlant de son "intérieur de carcasse, une colocation sans terrasse". Qu’est-ce qu’un artiste, s’interroge la chanteuse ? Comment se construire face au public ? Comment recevoir ce qu’il offre ? Comment aimer sans maladresse ? Leïla Huissoud se livre avec une lucidité d’autant plus désarmante lorsque sa voix fragile se brise. "Je me suis pas calmée / Je me suis juste cramée".  

    Et si l’on disait que La maladresse s’écoute comme un album de consolation ? Un opus qui se termine par "Les chansons tristes" qui ne le sont finalement jamais complètement. La chanson : un sujet qui est un grand classique de la chanson française, justement. Voilà qui pose d’emblée Leïla Huissoud comme une des grandes artistes de la scène actuelle. 

    Leïla Huissoud, La maladresse, French Flair, 2024
    https://www.leilahuissoud.com
    https://www.facebook.com/LeilaHuissoudofficiel
    https://www.frenchflairmusic.com/product-page/le%C3%AFla-huissoud-la-maladresse
    https://www.youtube.com/watch?v=fVHwatwxrJw
    https://tinyurl.com/4arx9h7v

    Voir aussi : "Comme un ouragan"
    "Une certaine PR2B"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le Veil homme et l’enfant 

    Les Cramés de la  Bobine présentent à l'Alticiné de Montargis le film Le Veil homme et l’enfant. Il sera visible du 24 au 30 juillet 2024.

    Gunnar, un vieil agriculteur, est exproprié de sa ferme. Il laisse tout derrière lui et part s’installer en ville où il va se lier d’affection avec un livreur de journaux de 10 ans, quelque peu délaissé par ses parents. Cette rencontre bouleversera à jamais leurs vies.

    Le Veil homme et l’enfant, drame islandais de de Ninna Pálmadóttir
    Avec Thröstur Leó Gunnarsson, Hermann Samúelsson, Anna Gunndís Guðmundsdóttir
    Scénario : Ninna Pálmadóttir
    Titre original : Einvera
    https://www.cramesdelabobine.org/spip.php?rubrique1466
    https://jour2fete.com/film/le-vieil-homme-et-lenfant 

    Voir aussi : "Laissez-moi"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Positive attitude

    On aime le titre du premier single de Florence Béa, Une Floraison.

    "Cette chanson est pour tout ceux qui en ont assez de la violence de notre société et qui rêvent de plus de douceur et d'empathie". L’artiste ne pouvait pas être plus explicite. De la chanson positive, donc, servie par une musique puisant largement dans le répertoire Disney.

    On ne peut pas enlever la maîtrise vocale de Florence Béa. Et dire qu’il s’agit de son premier single. Prometteur ! 

    Florence Béa, Une floraison, 2024
    https://www.florencebea.fr
    https://www.facebook.com/profile.php?id=61560014545363&locale=fr_FR
    https://www.instagram.com/florence__bea
    https://www.tiktok.com/@florence__bea

    Voir aussi : "LaureM, invin-sensible"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • 100 ans de planches de Deauville en timbres

    Deauville est mis à l’honneur en timbres. Ce mois de juillet, La Poste émet en effet un timbre sur les célèbres planches de Deauville à l’occasion de leur centenaire.

    Le 6 juillet 1924, les Planches de Deauville et les bains pompéiens furent inaugurés, marquant le début d’une ère d’élégance et de charme balnéaire pour la ville de Deauville. À l’occasion du centenaire de ce lieu emblématique, devenu légendaire, cet évènement historique est commémoré avec fierté. Cet anniversaire, placé sous le signe de l’émotion et du charme intemporel, retrace l’histoire de cette promenade de bord de mer élégante, romantique, populaire et unique au monde.

    Depuis leur création, les Planches de Deauville ont attiré des millions de visiteurs, anonymes, personnalités et artistes internationaux, devenant ainsi une promenade mythique. Inspirées par les ponts-promenades des paquebots, elles ont été conçues par l’architecte Charles Adda (1873-1938) et sont inscrites au titre des monuments historiques. Cette réalisation imprégnée d’orientalisme et d’Art déco, est une promenade en bois bordée de 250 cabines, chacune séparée par des lices ajourées portant les noms d’acteurs et de réalisateurs honorés depuis 1987 lors du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Un voyage à travers le temps

    Cet anniversaire, riche en événements culturels, sportifs et récréatifs, offre à tous les publics un voyage à travers le temps. De mai à août 2024, la ville de Deauville invite tous les amateurs d’histoire, de culture et d’art à se joindre aux festivités et à découvrir les trésors cachés et les moments marquants qui ont façonné l’identité des Planches. Les visiteurs seront également conviés à explorer ce lieu emblématique à travers une expérience immersive de réalité virtuelle.

    Le timbre sera vendu en avant-première les vendredi 19 et samedi 20 juillet à Deauville (14), Place Claude Lelouch, le vendredi 19 juillet de 9H30 à 18H et le samedi 20 juillet de 10H à 17H et à Paris, Le Carré d’Encre, de 10H à 19H, 13bis rue des Mathurins, 75009 Paris (Oblitération jusqu’à 17h), puis dans de nombreux bureaux de poste à partir du 22 juillet.

    Timbre "100 ans des planches de Deauville"
    Photographie : Amélie Lefebvre
    Impression : offset – Format du timbre : 30 x 40,85 mm
    Présentation : 15 timbres à la feuille – Tirage : 540 000 exemplaires  
    Valeur faciale : 1,96 € Lettre Internationale
    Mise en page timbre à date : BDSA L’Agence
    https://www.laposte.fr/boutique
    https://www.lecarredencre.fr

    Voir aussi : "Miniature hommage à Agnès Varda"

    © bdsa l’agence – Tous droits réservés
    Ville de Deauville – Photographie Amélie Lefebvre – mise en page BDSA L’Agence

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Révoltées, exilées, elles ne plieront plus jamais

    Peu de bandes dessinées françaises ont eu une telle longévité, avec en plus des critiques quasi unanimes, suivies en plus par des millions de lecteurs et lectrices.

    C’est en 1984 – autant dire une éternité – que François Bourgeon sortait aux éditions Glénat le primer tome des Passagers du Vent. La série en compte déjà neuf, parfois en deux parties, sans compter les hors-séries, et risque bien de ne pas se terminer de sitôt.

    Intitulé La Fille sous la Dunette, le premier tome est illustrée par une magnifique couverture, sans doute l’une des plus belles et des plus mythiques de la BD moderne. On y voit Isa, l’héroïne de la saga, agrippée en pleine tempête aux cordes d’un trois-mâts. La jeune femme brune aux yeux d’un bleu profond, fixe l’horizon, habillée tel un simple matelot.

    Nous sommes au début des années 1780. Le monde est encore sous d’anciens régimes mais les têtes commencent à évoluer.

    Une magnifique couverture, sans doute l’une des plus belles de la BD moderne

    Isabeau, c’est Isabeau de Marnaye, une identité d’autant vite oubliée qu’elle a été abandonnée par son père à un couvent avec une de ses amies, Agnès. Bientôt, les enfants sont confondues mais restent néanmoins inséparables. C’est, du reste, sur un trois-mâts que le marin Hoel surprend Isa et son amie. Fasciné, le jeune homme tente de s’approcher d’elles, à ses dépends.

    Commence une série d’aventures qui mènera Isa et ses amis de l’Angleterre aux comptoirs africains, en passant par Nantes et les Antilles.

    Le lecteur sera sans doute décontenancé par le lettrage des bulles et par la richesse de l’intrigue, désarçonnante dans le tome 5. Toutefois, la lecture de cette saga vaut le coup : des héroïnes modernes, des planches rythmées, une intrigue engagée (féminisme, humanisme, colonisation), d’audacieuses prises de risque (sexe, violence, tortures, exécutions).

    Et surtout, de l’Aventure, avec un grand A. 

    François Bourgeon, Les Passagers du Vent, 9 tomes, éd. Casterman, 1979-2022  
    https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-les-passagers-du-vent

    Voir aussi : "Un cavalier qui surgit du fond de la nuit"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Dynah, entre acide et acidulé

    Partons à la découverte de Dynah, de son premier album L’eau monte et de sa chanson française teintée d’électro. Le morceau qui donne son nom à l’opus laisse à voir un engagement pour l’environnement autant que les l’évocation des tourments et des questionnements d’une femme et "l’eau trouble des sentiments".

    L’ex du groupe rock Why Elephant propose un album sincère et biographique. "Je ferais le clown dehors / Si je pouvais je lâcherais prise", constate-t-elle dans "La fille à la coquille". Être vraie, ne pas faire semblant. Voilà ce qui motive Dynah, une femme d’aujourd’hui, simple, pas une fille à histoires en somme. Voilà qui rend cette autrice-compositrice-interprète touchante.

    Dans le morceau "Découpée", l’auditeur sera frappé par le son électro-pop mâtiné de sons hip-hop donnant à cette chanson féministe, dénonçant l’utilisation dans les magazines de l’image du corps des femmes artificialisé ("Découpé / Redimensionné / Détouré / Détourné"), une facture hyper moderne. Sans doute le titre le plus pertinent et carrément le meilleur de l’opus.

    Il est encore question de féminisme et des femmes cette fois inspirante, dans "Reste encore". Le deuil, l’absence et le manque marquent une artiste dont la fragilité affleure dans chaque titre de l’album. C’est encore à cœur ouvert que Dynah se livre sans fard et sans illusion dans le sobre et délicat piano-voix "Toute petite" : "Mais je suis toute petite / Toute petite / Rien du tout / Minuscule / Une virgule / Un caillou". De là à s’en plaindre, sûrement pas : "Pas si mal d’être petite / Si je peux me cacher dans ton cou" !

    Pas une fille à histoires

    Dynah revendique une nouvelle fois sa sensibilité, son hypersensibilité et sa douceur dans le délicieux et acidulé titre "La douceur". Dynah, là encore, assume sa douceur ("Il n’y a rien de meilleur"). Paradoxalement, c’est une vraie arme pour se rendre "invincible" et résister à ceux qui voudraient que l’on s’endurcisse. La douceur doit prendre sa "revanche" assène-t-elle. Voilà qui est dit et bien dit.

    Dans "Fous à lier", à la facture eighties, la musicienne propose la folie comme moyen de renouer avec l’être aimé et de lier ou relier ses "pages volantes" avant qu’elles ne se perdent, voire de les écrire. "Ça fait mille et une nuits qu’on ne rêve plus… qu’on ne danse plus", déplore-t-elle. Dynah refuse le repli sur soi. Revenir vers l’autre, oui, mais avec la folie comme remède.

    Il est question d’amour encore avec "Ton nom". Dynah chante l’obsession d’un simple nom, telle une "incantation", une évidence quoi. "Je fais tourner ton nom dans le silence / Je fais tourner ton nom comme un non-sens". Plus qu’une déclaration d’amour, cette chanson sonne comme une prière païenne, vaudou et obsessionnelle.

    L’eau monte s’écoute comme le panorama personnel d’une musicienne confiant mine de rien ses états d’âmes tout comme ses souvenirs personnels, à l’instar de "Nouvelle" sur le débarquement en classe d’une "nouvelle meuf", fascinante et perdue qui "vient d’arriver". Un vrai coup de cœur que ce titre jouant à merveille avec le texte, l’interprétation et des sons électro-rock.  

    Dans "Pas encore l’heure", Dynah parle de ses derniers moments de sommeil et d’un lever impossible. Pas impatiente de retrouver le monde et les autres visages, elle pose la question d’être dans le monde ("Je gagne du temps / Je fais semblant / D’avoir encore des plans / Pas encore l’heure / Pas encore / Je me rendors").  

    L’opus se termine avec le titre "Sel", aliment à la fois simple et complexe. Complexe comme cette femme et artiste : "Je me morcelle souvent comme ça / je me m’ensorcelle souvent comme ça". Ensorcelant en effet, comme cet album à la douceur acidulée.

    Dynah, L’eau monte, Musigamy, 2024
    https://www.dynah.fr
    https://www.facebook.com/Dynah.fr
    https://www.instagram.com/dynah_dy_nah

    Voir aussi : "Nosonic, plus qu’assez bien"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Marie Ythier, sans l’ombre d’un doute

    C’est avec un violoncelle riche, endiablé et passionné que Marie Ythier propose une sélection de créations contemporaines signées de jeunes compositeurs : Matteo Gualandi (né en 1995), Augustin Brand (né en 1994) et Bastien David (né en 1990, le plus "âgé" donc).

    Le violoncelle en partage, paru chez b•records, est un ensemble d’instants de communions et d’échanges passionnants avec l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes, l’ensemble Sillages et Arne Deforce, violoncelliste familier de compositeurs aussi complexes et déroutants que Iannis Xenakis, Richard Barrett ou John Cage. Voilà qui situe d’emblée l’univers proposé dans l’opus.

    La musique contemporaine mérite largement qu’on parle d’elle, elle qui secoue régulièrement le cocotier des musiques académiques et traditionnelles pour amener les sons dans ses derniers retranchements. Cela donne, à plus d’un égard, la couleur et la densité de l’album imaginé et mené par Marie Ythier.

    Grâce à elle, le violoncelle s’impose comme un instrument soliste à part entière, chose relativement rare comme le souligne la musicienne dans la présentation de l’album. Fotografie rarissime di angeli de Matteo Gualandi, une commande la Fondation Royaumont, s’apparente à une suite, un genre musical tombé en désuétude mais revigoré ici grâce à des sons tour à tour primaires ("La fille, le feu"), minimalistes et méditatifs ("La chute d’Icare") ou s’inspirant du baroque ("Chanson de l’oiseau dans la lumière").

    Il est encore question de baroque dans la quatrième partie "Toccata", savant mélange de sons renvoyant à Bach autant qu’aux trouvailles musicales du XXe siècle. La "Passacaille", le plus long mouvement de cette œuvre de Matteo Gualandi, a une facture à la fois archaïque et contemporaine. Marie Ythier prend à bras le corps ce morceau dans lequel les silences et les suspensions prennent autant de valeur que les notes, jusqu’aux dernières mesures déchirantes.

    Comme "des nuées d’oiseaux"

    Le deuxième compositeur qui a les honneurs de ce passionnant album est Augustin Braud. De l’un, l’autre est une œuvre concertante pour violoncelle et ensemble. Nous sommes là dans une création audacieuse, pleinement contemporaine, dans laquelle s’installe un ensemble de dialogues sauvages entre l’instrument soliste de Marie Ythier et l’ensemble Sillages dirigé par Gonzalo Bustos. Ajoutons que c’est l’Ensemble Sillage qui a lui-même commandé cette œuvre au compositeur. La nature semble être au cœur de ce que la musicienne appelle un "concerto grosso". Mais il s’agirait d’un concerto grosso de notre époque, audacieux, moderne, tourmenté mais aussi singulièrement primaire. Comme "des nuées d’oiseaux" ajoute Marie Ythier. Mais des nuées comme folles et perdues dans un ciel menaçant. Bouleversant.

    En 2022, Le Printemps des Arts de Monaco a commandé à Bastien David L’Ombre d’un doute, une œuvre pour deux violoncelles et orchestre. Pour cet enregistrement public à l’abbaye de Royaumont en septembre 2023, Marie Ythier était accompagnée du violoncelliste Arne Deforce et de l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes dirigé par Thomas Zehetmair.

    C’est par une pluie de notes ravageuses que commence cette création contemporaine dans laquelle Marie Ythier a trouvé son alter ego en la personne d’Arne Deforce, jamais plus à l’aise que lorsqu’il met à rude épreuve son violoncelle à la recherche d'inattendus. Et de l’inattendu, il y en a dans ces plus de quinze minutes d’un concerto au service de sonorités puissantes et de rythmes singuliers. Il semble que l’Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes a trouvé ses adversaires avec les violoncelles de Marie Ythier et Arne Deforce.

    Puissance, gravité, sombres dangers et attentes inquiétantes sont exprimés dans des passages qui n’ont rien d’improvisés. Les coups d’archers se succèdent dans une œuvre pleinement inscrite dans le XXIe siècle. L’auditeur pourra y lire l’influence de la musique concrète, celle du courant répétitif américain dans des passages minimalistes mais aussi, dans une certaine mesure, l’apport de l’électro dans des vagues sonores presque spectrales. Marie Ythier et Arne Deforce, armés de leur violoncelle, s’y livrent comme jamais, habités par cette œuvre incroyable s’élevant jusqu’à des sommets, telle une nuée… d’insectes – et non plus d’oiseaux.     

    Marie Ythier, Le Violoncelle en partage, Marie Ythier (violoncelle), Arne Deforce (violoncelle), Orchestre national Auvergne-Rhône-Alpes dirigé par Thomas Zehetmair, Ensemble Sillages dirigé par Gonzalo Bustos, b•records, 2024
    https://www.b-records.fr/marie-ythier-le-violoncelle-en-partage
    https://www.marie-ythier.com
    https://www.facebook.com/marieythiercellist/?locale=fr_FR
    https://www.arnedeforce.com
    https://onauvergne.com
    https://www.ensemblesillages.com
    https://www.bastiendavid.com
    https://augustinbraud.com
    https://www.matteogualandi.com

    Voir aussi : "Schumann et la petite bande des Fouchenneret"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Tolkien tissé

    A Aubusson, cette année marque l’aboutissement d’un veste projet artistique autour de la tapisserie et de l’œuvre de Tolkien. Depuis les premiers échanges avec les ayant-droits du célèbre auteur du  Seigneur des Anneaux en 2012, ce sont quelques 150 m² de tissage qui ont vu le jour à travers quatorze tapisseries et deux tapis interprétant en textile les illustrations originales de J.R.R. Tolkien.

    Au total, il aura fallu sept années de travail, 150m² de tissage, et l’intervention de plus d’une trentaine de professionnels de la filière tapisserie pour donner naissance aux quatorze tapisseries et deux tapis qui composent la tenture "Aubusson tisse Tolkien". Tous les savoir-faire d’Aubusson y sont mobilisés, du carton à la teinture en passant par le tapis dit "au point noué", et seront ainsi donnés à voir dans l’exposition. Ce projet méritait au moins une exposition. Elle a lieu du 28 juin au 30 septembre 2024 à la Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson avec un événement important, "Aubusson tisse Tolkien. L’aventure tissée". 

    Cette manifestation est l’occasion de retracer la genèse de cette aventure textile à travers la présentation de l’important travail préparatoire effectué préalablement aux différents tissages. Du choix des œuvres à la réalisation des cartons, les visiteurs sont invités à découvrir l’ensemble des étapes d’élaboration des tapisseries grâce au travail d’archivage effectué par la Cité tout au long du projet. Laines, gammes colorées et échantillons permettent de prendre la mesure des choix effectués pour interpréter en textile l’univers de J.R.R. Tolkien. Ce travail, effectué en collaboration étroite avec Christopher et Baillie Tolkien, le Tolkien Estate et bénéficiant du soutien du Tolkien Trust, est également visible dans les vidéos qui émaillent le parcours.

    À l’origine de la tenture “Aubusson tisse Tolkien”, se trouve la volonté de renouer avec la tradition des grandes tentures tissées. Particulièrement à la mode aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces ensembles de tapisseries sur une même thématique ou représentant plusieurs épisodes d’une même histoire, ont fait la renommée des ateliers de la région d’Aubusson. Les modèles en sont alors les récits de la mythologie gréco-romaine, la Bible et la vie des saints ou encore les romans à la mode comme La Jérusalem délivrée de Torquato Tasso qui connaîtra une postérité particulièrement importante en tapisserie.

    Il y avait une évidence pour les ateliers d’Aubusson à travailler sur l’œuvre littéraire majeure de Tolkien

    Il y avait une évidence pour les ateliers d’Aubusson à travailler sur l’œuvre littéraire de Tolkien, profondément inscrite dans les imaginaires contemporains. Illustrateur de sa propre œuvre, J.R.R. Tolkien n’a jamais cessé de dessiner pour accompagner son processus créatif mais également sa vie familiale. Il laisse un œuvre graphique particulièrement riche, mêlant différents styles et techniques à travers lesquels il n’hésite jamais à expérimenter. 

    Les œuvres choisies pour la tenture couvrent l’ensemble du travail de J.R.R. Tolkien. Cinq sont issues du Hobbit dont elles accompagnent la première publication en 1937, cinq sont liées aux histoires développées dans le Silmarillion, deux à celle du Seigneur des Anneaux, et quatre ont été réalisées par J.R.R. Tolkien pour sa famille. Parmi elles, trois des Lettres du Père Noël que l’écrivain envoie chaque année à ses quatre enfants et qui racontent les aventures du Père Noël et de son assistant l’Ours Polaire. La dernière illustration provient du Roverandom, un conte imaginé par J.R.R. Tolkien pour l’un de ses fils et qui narre les péripéties du chien Rover, changé en jouet par un magicien.

    En plus des dessins et aquarelles illustrant divers épisodes et lieux décrits dans les histoires imaginées par J.R.R. Tolkien, on trouve également dans la tenture le dessin d’un tapis imaginé par l’auteur lui-même en lien avec d’autres objets liés à la civilisation númenóréenne, mentionnée dans le Silmarillion et les Contes et légendes inachevés. La carte de la Terre du Milieu, image emblématique de cet univers dessinée en 1954 par Christopher Tolkien qui assiste alors régulièrement son père dans son travail, a également été intégrée à la tenture.

    Un long travail de préparation a été nécessaire pour interpréter en tapisserie les illustrations de J.R.R. Tolkien. L’ensemble de la réalisation de la tenture a été coordonné par la dessinatrice cartonnière Delphine Mangeret qui a également supervisé la réalisation de l’ensemble des cartons. Le carton de tapisserie est une image du modèle à tisser, agrandie à la taille de la future tapisserie et inversée en miroir. Au cours du tissage, le carton sera placé sous le métier à tisser et servira de guide aux lissiers. En basse-lisse, le tissage a la particularité de s’effectuer sur l’envers de la tapisserie.

    Débuté en 2017, le travail sur les tapisseries de la tenture a été émaillé par les tombées de métier, cérémonies publiques au cours desquelles les fils reliant la tapisserie au métier sont coupés collectivement. Les tissages étant réalisés sur l’envers, la tombée de métier est le premier moment où il est possible de découvrir la tapisserie complète et sur son endroit. 

    La tenture "Aubusson tisse Tolkien" a reçu le soutien de la Fondation AG2R la Mondiale pour la Vitalité Artistique, de la Fondation du Crédit Agricole – Pays de France, du Tolkien Trust, ainsi que celui du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

    Exposition "Aubusson tisse Tolkien. L’aventure tissée"
    Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson, du 28 juin au 30 septembre 2024
    https://www.cite-tapisserie.fr

    Voir aussi : "Aubusson tisse Miyazaki"
    "Tolkien breton"

    Halls of Manwë – Taniquetil
    D’après une illustration originale de J. R. R Tolkien pour The
    Silmarillion, 1928
    Tissage Ateliers Pinton, Felletin
    Crédits : Cité internationale de la tapisserie, Photo Studio
    Nicolas Roger
    © The Tolkien Trust, 1973

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !