Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emilie riger

  • Trop vieille pour toi

    Les romans épistolaires sont suffisamment rares pour ne pas mentionner celui-ci : Les Assiettes cassées d’Émilie Riger. 61 lettres composent cette étonnante histoire qui commence à la manière d’une enquête : celle entreprise par Nathan Miller, 35 ans, marié et parti à la recherche des coordonnées de Rose Tassier dont il a acquis une ancienne photo en noir et blanc encadrée. Elle a son âge sur ce portrait ancien mais en a le double au moment où elle lui répond.

    Ce qui n’était au départ qu’une "contemplation purement esthétique et bien inoffensive" devient une obsession pour Nathan qui parvient à retrouve la femme qui a posé : "J’aimerais tant pouvoir vous connaître dans la vie réelle, au lieu de m’écorcher sur mes chimères" lui écrit Nathan qui a fait du cliché encadré un objet sacré qu’il ne cesse de contempler, fasciné par la beauté de la jeune femme immortalisée.

    Sauf que depuis que Rose a posé, les années se sont écoulées. Malgré tout, commence une correspondance entre deux personnes qui n’étaient pas sensées se rencontrer et que la différence d’âge sépare a priori irrémédiablement.

    D’abord distantes, les lettres deviennent de plus en plus personnelles et intimes, au point qu’entre le jeune homme et la femme de trente ans son aînée une histoire d’amour commence, avec son lot de désapprobations, pour ne pas dire son parfum de scandale. 

    Avec tact et délicatesse, comme si l’auteure elle-même hésitait avant de se jeter à l’eau

    Émilie Riger construit une relation atypique, commençant par le vouvoiement – et qui ne passe au "tu" qu’à la page 87 ("Ce « tu » n’est pas une bonne idée. Il va nous embrouiller, fausser les limites et créer une intimité qui n’a pas lieu d’exister", se plaint l'ancienne modèle) – avant que les deux protagonistes ne finissent par se livrer complètement. L’auteure dévoile ces lettres avec tact et délicatesse, comme si l’auteure elle-même hésitait à se jeter à l’eau dans cette entreprise pleine d’interdits.

    Nathan et Rose sont deux êtres solitaires (l’une en raison d’un veuvage et  l’autre d’un couple qui bat de l’aile) qui avancent l’un vers l’autre, dans une relation à la "Harold et Maude". Pourtant, le lecteur parvient à oublier cette différence d’âge lorsqu’il lit ces mots de Nathan : "Moi qui croyais qu’un homme se construit tout seul, que l’amour n’est qu’une partie de sa vie… Tu as fait entrer l’amour dans ma vie comme le premier souffle d’un enfant qui vient au monde".

    On l’aura compris : le roman Les Assiettes cassées entend revisiter le roman épistolaire autant que la love story. N’oublions pas que les récits autour de la différence d’âge sont très rarement traitées lorsque le poids des années est du côté de la femme. Une preuve que le poids des traditions est encore bien présent. 

    Émilie Riger casse les codes tout comme Rose brise ses assiettes – par colère pour cette dernière. Ou plutôt par révolte. Une révolte qui n’empêche pas la vieille femme d’assumer sa condition de mère tout autant que de femme amoureuse : "Le concept d’âme sœur, l’idée d’avoir besoin de l’autre pour être entier, je n’y ai jamais cru. Et pourtant, toute ma vie se résume à ça". 

    Émilie Riger, Les Assiettes cassées, 2019, 202 p.
    https://www.facebook.com/emilie.riger.collins

    Voir aussi : "Cœurs perdus au mitan des nineties"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !