Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Beaux-arts, musées et expositions

  • Pincez-moi : Pincemin est à Sens

    "Quant à mes sculptures, je croix qu’elles ont le plus souvent piqué et griffé, elles sont de la matière des hérissons", écrivait Jean-Pierre Pincemin (1944-1995), génial touche-à-tout, et dont l’œuvre fait l’objet d’une exposition à Sens jusqu'à cet automne.

    Sens : la seule ville qui pouvait faire une rétrospective digne de ce nom d’un touche-à-tout de génie, d’un ogre de curiosité et d’une personnalité hors-normes, qui a vécu et travaillé au Moulin du Roy à Sens dans les années 90. 

    Après les gravures de Jean-Pierre Pincemin en 2016, les Musées de Sens proposent, du 14 mai au 10 octobre 2022, une sélection d’œuvres sculptées et de tableaux d’un artiste rarement présentés.

    Ouvrier "métallo", celui qui a exercé toute sa vie comme tourneur en entreprise devient un artiste reconnu et participe dans les années 70 au mouvement Supports/Surfaces qui remet en cause le sujet et les matériaux de la peinture, avant de s’en éloigner et de se rapprocher de l’expressionnisme abstrait.

    "Quant à mes sculptures, je croix qu’elles (...) sont de la matière des hérissons"

    Jean-Pierre Pincemin ne cesse de se référer aux œuvres du passé, mais c’est pour mieux les dépasser et les réinventer. Parallèlement à la peinture, il développe une sculpture en perpétuelle réinvention et expérimente toutes sortes de matériaux, techniques et équilibres.

    Les Musées de Sens donneront à voir au travers de cette exposition des pièces peu montrées depuis la disparition de l’artiste : sculptures assemblées et remontées à partir de morceaux collectés au hasard, toiles et dessins de toutes tailles et de toutes techniques.

    En 2016, l’exposition Jean-Pierre Pincemin Gravures et sérigraphies, à l’Orangerie des Musées de Sens, a présenté l’œuvre gravé, rassemblant pour la première fois un nombre impressionnant de gravures. Cet été 2022, sculptures et tableaux vont dialoguer dans la belle salle de l’Orangerie, pour une autre approche de l’œuvre foisonnante de Jean-Pierre Pincemin.

    Exposition "Jean-Pierre Pincemin. Sculpture – Peinture"
    Orangerie des Musées de Sens 
    135 rue des Déportés et de la Résistance 89100 Sens
    Tél. 03 86 64 46 22 
    https://www.musees-sens.fr

    Voir aussi : "Vite, les chats"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Belle galerie d’artistes

    Une nouvelle galerie parisienne ouvre ses portes ce 12 mai à Paris :  la galerie Didier DB, à Paris, dans le 14e arrondissement.  

    Le créateur de ce lieu se définit comme un "aventurier sans filet", un galeriste passionné, mais aussi agent artistique, organisateur de salons d’art contemporain.

    L’ouverture d’une nouvelle galerie est non seulement un événement mais aussi une bouffée d’oxygène bienvenue qu’il faut absolument soutenir.

    Le galeriste Didier Bierjon insiste sur la grande ouverture de son lieu, "orienté vers des choix diversifiés", servis par son expertise et son expérience. L’engagement ne sera pas absent, pas plus que la diversité : expressionnisme, naïf, figuration narrative ou abstraction. La galerie se veut aussi fervente défenseuse d’artistes femmes, ce qui mérité d’être souligné.

    Parmi ces artistes présentés, figurent Aliénor de Cellès, dont Bla Bla Blog avait déjà parlé, JC Millepied, Oebr & Pad ou Noël Verin.

    Cela se passera dans le 14e arrondissement parisien, Galerie Bierjon, au 24 rue Morène.    

    Galerie DB, 24 rue Morène, Paris 14e
    Métro Porte d’Orléans
    https://www.facebook.com/DidierBierjonAgentdArtistes
    https://www.didierbierjonagentdartiste.com

    Voir aussi : "Arbres-danseuses à Toulon"
    "2017, année des « Cellettes »”

    Ill. Aliénor de Cellès, Au café par un doux matin, gouache sur toile, 50X60, 2021

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Vite, les chats

    Pendant quelques jours encore, Andreea Gherghinesco, dont nous avions parlé sur Bla Bla Blog il y a plusieurs mois, expose à Gien (Loiret) à la Galerie Éphémère jusqu’au 15 mai prochain.  

    C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir cette artiste à l’univers singulier. Son style figuratif, immédiatement attachant et reconnaissable, frappe par sa fausse naïveté. Outre ces personnages d’enfants ou encore l’artiste elle-même, ce sont les chats qui peuplent principalement son œuvre.

    Dans une incroyable série animalière, des félins anthropomorphes, vêtus de leurs plus beaux atours, pensifs, fumant, interpelant le spectateur, seuls et souvent nimbés d’une mélancolie à la Edward Hopper, prennent possession de la galerie giennoise.

    Le passant ne devra pas hésiter à passer les portes de la Galerie Éphémère pour découvrir les toiles colorées, fauvistes et comme frappées par l’influence d’un certain Vincent Van Gogh.

    Et puis, il y a aussi ces chats, attachants, mystérieux et libres. Ils nous regardent, nous invitant à un instant comme suspendu du temps. Un espace pour eux leur ait même réservé à l'entrée... Mais je ne vous en dis pas plus.

    Vite, c'est à découvrir à Gien jusqu'au 15 mai prochain !

    Andreea Gherghinesco à la Galerie Éphémère
    Du 2 au 15 mai 2022
    21, rue Gambetta, 45500 Gien
    Tél. 06 79 05 07 41
    https://www.facebook.com/andreea.gherghinescu.1

    Voir aussi : "Des émaux, des choses et des chats"

    © Andreea Gherghinesco

    andreea gherghinesco,galerie éphémère,loiret,gien,chats,peinture,galerie,contemporain

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

     

  • Conte cruel

    The White Rabbit Prod se présente comme une vraie aventure éditoriale et artistique, imaginée et conduite par Nicolas Le Bault. C’est seul qu’il a conçu ce nouveau livre, le premier volet d’une bande dessinée, La Dimension perdue.

    On retrouve la patte de Nicolas Le Bault : dessins naïfs, vignettes colorées, visages expressifs, symboles sexuels omniprésents. Une grande importance est laissée au texte et aux mots de la narratrice, Karine, vivant seule avec son père, un inquiétant homme seul depuis le départ de sa femme. Un autre personnage fait son apparition, Aurélia, la sœur de Karine, une adolescente qui a quitté la maison familiale que le père s’apprête d’ailleurs à vendre.

    Nicolas Le Bault construit œuvre après œuvre un univers unique, comme il le faisait dans le superbe et non moins inquiétant La Fille-Miroir. L’innocence perdue, l’enfance salie, l’inceste, la violence et les traumatismes constituent dès ce premier volet le cœur du récit sombre de Nicolas Le Bault. Le cycle qui commence promet de devenir une œuvre marquante.

    Il faut enfin signaler que les éditions White Rabbit Prod proposent une monographie consacrée au plasticien Eric Pougeau (Actes). Ce catalogue de synthèse est constitué de photographies, de travaux d’écriture, de collages et de dessins. Un  vrai "Théâtre de la Cruauté".

    Nicolas Le Bault, La Dimension perdue, #1, White Rabbit Prod, 2022, 32 p.
    https://whiterabbitprod.bigcartel.com
    http://www.nicolaslebault.com

    Voir aussi : "Visages de la peur"
    "Au-delà du miroir"

    © Nicolas Le Bault

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les étrusques débarquent à Nîmes

    Du 15 avril au 23 octobre 2022, le Musée de la Romanité  de Nîmes met à l’honneur une civilisation antique méconnue et pourtant l’une des plus fascinantes et raffinées de la Méditerranée : les Étrusques.

    L’histoire de ce peuple d’habiles navigateurs et d’artisans raffinés se développe à partir du IXe s. av. J.-C., connaît son apogée entre le VIIe et le Ve siècle, et finit par tomber progressivement sous la domination débordante de Rome, entre le IVe et le Ier s. av. J.-C.

    À Nîmes, Le Musée de la Romanité propose un parcours à la fois civilisationnel, culturel, artistique et historique pour découvrir un peuple qui a bouleversé l’histoire de l’Europe avant de s’éteindre sous la domination romaine. 
    Les visiteurs partent sur les traces de ce peuple qui, pendant des siècles, avant que la grande puissance de Rome ne prenne son essor, a occupé le centre de la péninsule italique (Toscane, Ombrie, Latium), en contact étroit avec les autres civilisations qui peuplaient les côtes de la Méditerranée.

    Les Étrusques se caractérisent par un style de vie empreint de raffinement et de savoir-faire, comme en attestent leurs splendides réalisations artisanales, leur surprenante capacité dans le travail des métaux et des pierres précieuses, ou encore leurs connaissances en architecture et en urbanisme. Cette culture évoluée s’est enrichie au contact des mondes grec et phénicien et des grands empires de la Méditerranée orientale, tout en conservant sa propre identité. La civilisation étrusque a laissé un héritage culturel extraordinaire qui marquera profondément la Rome antique.

    Au total, ce sont plus de 140 œuvres qui sont présentées 

    À partir d’un panorama sur le territoire de l’Étrurie et sur son contexte historico-géographique, la première section met l’accent sur l’importance du commerce et des contacts des Étrusques avec les autres peuples de la Méditerranée. Le parcours continue avec l’illustration de ce qu’était la société étrusque, sa structure sociale, politique et urbaine, et les us et coutumes de la vie quotidienne.

    La civilisation étrusque développe un art de vivre qui lui est spécifique, avec un niveau de raffinement et de luxe qui caractérise le style de vie des classes dirigeantes. Elle se détermine aussi par le rôle actif et central de la femme au sein de la société, et par l’importance attribuée au symposium, ce banquet qui est l’un des moments fondamentaux de la vie sociale de l’Antiquité.
    Développement du commerce, structure sociale, politique et urbaine, influence, religion, pratiques rituelles, funéraires, et bien plus encore sont mis en lumière par des prêts d’œuvres exceptionnels provenant du Musée Archéologique National de Florence et du Musée Étrusque "Guarnacci" de Volterra. Le parcours est enrichi de pièces issues de la collection Campana conservées au Musée de la Romanité, ainsi que d’objets provenant de fouilles archéologiques, notamment des fouilles sous-marines menées en France Méridionale.

    Au total, ce sont plus de 140 œuvres qui sont présentées : objets de la vie courante, amphores, urnes cinéraires, attirail de guerre, bijoux, statuettes, etc. L’exposition des pièces originales est accompagnée de vidéos et projections vidéo, de dispositifs technologiques et interactifs, et de reconstitutions captivantes.

    "Étrusques, une civilisation de la méditerranée", exposition du 15 avril au 23 octobre 2022
    Musée de la Romanité, Nîmes
    https://museedelaromanite.fr

    Voir aussi : "Ce qu’elles veulent"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un panier de fraises sans prix

    Parlons fruits et en particulier fraises. S’il est question d’argent, nous sommes loin d’un sujet sur la flambée des matières premières.

    Artcurial et le cabinet Turquin mettront en vente le 23 mars prochain un des chef-d 'œuvres de Chardin, Le panier de fraises des bois, provenant de la collection Eudoxe Marcille.

    Parmi les cent-vingt natures mortes environ que Chardin a conçues, il a souvent représenté les mêmes objets ou fruits, gobelets d’argent, théières, lièvres, prunes, melons, pêches. Cette nature morte est la seule de l’artiste à proposer des fraises comme sujet principal.

    Exposée par l’artiste au Salon de 1761, redécouverte par François-André ou Eudoxe Marcille un siècle plus tard, et disparue de la vue du public jusqu’aux rétrospectives du XXe siècle à Paris, cette petite toile s’est imposée comme une icône de la peinture occidentale, alliant une composition d’une grande simplicité géométrique à une qualité d’exécution exceptionnelle. Passé sous silence au moment de sa création, Le Panier de fraises des bois est devenu avec le temps une des images les plus célèbres et emblématiques du XVIIIe siècle français, régulièrement reproduite sur la couverture des catalogues consacrés à l’artiste.

    Le tableau présenté est directement comparable au Panier de prunes (Paris, musée du Louvre) et au Verre d’eau et cafetière (Pittsburgh, Carnegie Institute of Art), datés de la même période et considérés comme des chefs-d'œuvre absolus. Chardin est alors au sommet de son art. La virtuosité du peintre s’exprime dans l’incroyable transparence de l’eau dans le verre, le rendu des fruits à la fois précis et flou, par une seule masse, le tout mis en relief par les taches blanches des deux œillets dont la tige brise la régularité.

    Cette modernité des natures mortes de Chardin trouvera un écho important au moment de l’Impressionnisme notamment chez Fantin-Latour, Monet, Renoir ... Et la rigueur de ses compositions géométriques se retrouvera au XXe siècle chez Cézanne, Morandi, jusqu’à Wayne Thiebault.

    La vente aura lieu le mardi 23 mars 2022, à 18 heures à Artcurial, Paris 8e. 

    Artcurial
    7, Rond-Point des Champs-Elysées
    75008 Paris
    https://www.artcurial.com

    Voir aussi : "Un record pour Le Lotus Bleu"

    Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699-1779)
    Le Panier de fraises des bois
    Huile sur toile, 38 x 46 cm

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ce qu’elles veulent

    A l’origine, c’est sous le titre "All I want..." qu’a été imaginée l’exposition conçue pour la présidence portugaise de l’Union européenne en 2021. La Fondation Calouste Gulbenkian, au Centre de création contemporain Olivier Debré à Tours propose de découvrir cet événement.

    40 artistes portugaises de 1900 à 2020 servent de fil conducteur à un large panorama de la création lusitanienne : peintures, sculptures, dessins, objets, livres, céramiques, installations, films et vidéos, du début du XXe siècle à nos jours.

    Sous le signe de Lou Andreas-Salomé, une des premières voix féministes, les femmes sont mises au devant de la scène pour rappeler que dans les galeries des musées, la moitié de l’humanité a été "oubliée" depuis des siècles. Ce sont 40 créatrices – toutes venues du Portugal – que l’exposition "Tout ce que je veux" entend faire découvrir ou redécouvrir.

    Sous le regard sombre et bouleversant d’Aurélia de Souza

    Grâce à ces créations, l’exposition explore comment, dans un univers majoritairement masculin, les femmes sont passées du statut de muse à celui de créatrice. Le public pourra y découvrir des artistes de référence comme Aurélia de Sousa, Maria Helena Vieira da Silva, Lourdes Castro, Paula Rego, Ana Vieira, Salette Tavares, Helena Almeida, Joana Vasconcelos, Maria José Oliveira, Fernanda Fragateiro ou encore Grada Kilomba.

    "La motivation [de l’exposition] la plus immédiate est certes de concourir à la réparation de certaines injustices dans le vaste contexte de l’historiographie au Portugal mais cette exposition cherche aussi à comprendre pourquoi et comment, dans la seconde moitié du XXe siècle, les artistes portugaises ont atteint tant de notoriété, au niveau international notamment" a commenté ainsi Isabel Mota, Présidente du Conseil d’administration de la Fondation Calouste Gulbenkian.

    Sous le regard sombre et bouleversant d’Aurélia de Souza, peint en 1900, il semble que l’injustice soit en partie réparée grâce à un projet artistique rondement mené dans toute sa diversité.

    Exposition "Tout ce que je veux, 40 artistes portugaises de 1900 à 2020"
    Fondation Calouste Gulbenkian,
    Centre de création contemporain Olivier Debré, Tours 

    Du 25 mars au 4 septembre 2022.
    https://gulbenkian.pt/paris
    https://www.cccod.fr

    Voir aussi : "Angel Art"

    Aurélia de Souza, Auto-retrato (Autoportrait), 1900, huile sur toile,
    Museu Nacional de Soares dos Reis, Portugal © Photo Pedro Pina

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Trente ans de réflexion

    La Fondation Taylor propose jusqu’au 23 avril des œuvres du peintre et sculpteur Lionel Guibout. Il s’agit d’une vraie découverte, tant l’artiste revendique son goût pour la discrétion, l’introspection et la lenteur.

    L’artiste le dit ainsi : "Après plus de trente ans de réflexion..., ivre de nature, de peinture et de sculpture, j'exposerai à la Fondation Taylor un ensemble d'œuvres retraçant mon voyage dans le temps, l'espace, la matière, les formes et les couleurs".

    La matière : voilà ce qui frappe d’abord dans les peintures de Lionel Guibout. Non sans une facture naïve, le plasticien traduit la nature sauvage, sans compromis. Les éléments déchaînés de la grande toile "Endless Landscape" (2013) frisent l’abstraction : le gris, le brun et le bleu-violet se répondent  dans une œuvre qui n’a pas pour but de reproduire fidèlement un paysage de mer fouetté par la tempête.

    La matière : voilà ce qui frappe d’abord dans les peintures de Lionel Guibout

    Sa série "Trente ans de réflexion" nous ramène aux paysages de nature de Cézanne, dans sa manière de jouer avec les formes et les couleurs. C’est la vie qui domine dans ces huiles au format relativement petit.

    L’artiste s’empare aussi d’une technique peu courante, le lavis, pour sa série "Endless Landcape". Lionel Guibout se fait plus apaisé, nous transportant même du côté de l’Extrême-Orient ; à l’abstraction, préférons le zen, avec ces subtiles variations de noirs et de gris, où l’homme est toujours absent.

    Outre ses peintures, la Fondation Taylor expose aussi quelques sculptures, toujours guidée par la nature. Ce sont écorces d’arbres ("Parole d'écorces", 2019) ou les "Xylométries" de 2009. "Les caresser, les écouter, les peindre, ils nous répondent, les arbres…", commente l’artiste. 
    Cette œuvre rare et passionnante est à découvrir à la  Fondation Taylor, à Paris 9e, du jeudi 31 mars au samedi 23 avril 2022 

    Exposition Lionel Guibout, Fondation Taylor, Paris, 
    Du jeudi 31 mars au samedi 23 avril 2022
    1 rue La Bruyère 75009 Paris
    https://www.taylor.fr
    https://www.facebook.com/lionel.guibout

    Voir aussi : "Énergiquement fluide, intensément paisible"
    "Galerie virtuelle chez Cyril Guernieri"

    Lionel Guibout, Endless Landscape, 80x160 cm, 2013

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !