Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le mur du silence

    santiago h. amigorena,"roman,récit,shoah,juif,argentine,pologne,silenceSi vous voulez vous faire une idée du Ghetto Intérieur de Santiago H. Amigorena (éd. POL), ce roman très remarqué lors de la dernière rentrée littéraire, évitez de vous référer au 4e de couverture, pour le moins aride. Il est vrai que la prestigieuse maison littéraire – comme beaucoup de ses consœurs – n’a jamais été très inspirée pour ses textes de présentation – du moins, lorsqu’elle en proposait.

    Le Ghetto intérieur est le récit poignant du silence de Vicente Rosenberg, le grand-père de l’auteur, immigré en Argentine dans les années 20. Alors que cet homme originaire de Pologne a trouvé en Amérique du Sud une nouvelle vie – une femme, Rosita, avec qui il aura deux enfants, un emploi à responsabilités, des amis immigrés comme lui et une nouvelle patrie – sa conscience est resté dans son pays d’origine et sa famille juive.

    L'indicible

    Le roman de Santiago H. Amigorena démarre en septembre 1940, lorsque la seconde guerre mondiale fait déjà rage, le point de départ du cauchemar juif. Vicente Rosenberg se renseigne sur les nouvelles dans son pays, de plus en plus rempli d’angoisse pour ce qui s’y passe, et en particulier pour sa mère qu’il n’a pas su convaincre de l’accompagner en Argentine. De mois en mois, la réalité de ce qui se passe dans la Pologne en guerre rattrape cet homme exilé à des milliers de kilomètres : "Comme tous les Juifs, Vicente avait pensé qu'il était beaucoup de choses jusqu'à ce que les nazis lui démontrent que ce qui le définissait était une seule chose : être juif."

    La grande force de ce court récit familial est de parler de la manière dont cet homme va vivre son isolement loin de sa mère et de son pays natal. Santiago H. Amigorena ponctue son livre de passages sur la Solution Finale, auxquels répond l’incapacité de Vicente de se confier ne serait-ce qu’à sa femme : "Il voulait parler, mais, prisonnier du ghetto de son silence, il ne pouvait pas parler. Il ne savait plus."

    Face à l’indicible, désespéré et démuni ("Brutalement, à ce moment-là, Vicente était devenu étranger à lui-même. Il était devenu un autre, un autre vide de sens, vide d’espoir, vide d’avenir"), cet immigré juif va peu à peu s’enfermer dans un insupportable silence ("Il voulait parler, mais prisonnier du ghetto de son silence, il ne pouvait pas parler. Il ne savait plus"), que l’auteur a choisi de mettre fin : "J’aime à penser que Vicente et Rosita vivent en moi, et qu’ils vivront toujours lorsque moi-même je ne vivrai plus."

    Santiago H. Amigorena, Le Ghetto intérieur, éd. POL, 2019, 191 p.
    http://www.pol-editeur.com

    Voir aussi : "Pendant que j’écrivais, j’étais avec elle

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Chant de confinement

    Le Grand confinement a trouvé son hymne : La tendresse, une superbe reprise du classique qui avait été immortalisé par Bourvil, Marie Laforêt et, plus récemment, par le duo Philippe Katerine et Clara Luciani.

    Valentin Vander est à l’initiative de ce véritable tour de force : enregistrer et réaliser un clip avec 45 musicien.nes et chanteur.ses pour offrir un moment musical qui devrait marquer les esprits. Quoi de mieux que cette Tendresse pour rendre redonner du baume au cœur en cette période de confinement : "Mais vivre sans tendresse. Le temps vous paraît long. Long, long, long, long. Le temps vous parait long…" ?

    Les enregistrements ont été effectués avec les moyens du bord, et le montage, réalise par Julia Vander, a duré une semaine entière. L’intégralité de ce travail a été réalisé bénévolement.

    Il convient bien entendu de nommer les artistes qui, des quatre coins de la France, depuis chez eux, ont créer avec Valentin Vander cette Symphonie confinée et généreuse : Gauvain Sers, Leïla Huissoud, Aurélien Merle, Clémence Monnier, Marjolaine Piémont, Louis Huissoud, Deny Lefrançois, Paul Vanderhaegen, Garance, Julii Sharp, Chouf, Lise Martin, Julia Vander, Sylvain Rabourdin, Nicolas Thevenin, Jonathan Mathis, Brice Perda, Louise O’sman, Renan Richard-Kobel, Pierre Pichard, Laura Wild, Leonor Bolcatto, Anaïs Bertrand, Viviane Hélary, Robin Pharo, Fanch, Timothée Chabot, Riccardo Peruffo, Philippe Géhanne, Nour, Jeanne Chevalier, Lily Luca, Sophie Le Cam, Bastien Lucas, Vanessa Pichard, Lucie Malet, Eric Gombart, Daniel Mizrahi, Gildas Thomas, Margot, Camille Feist, Mathieu Gabard, Côme Huveline et Isabelle Balcells.

    Cette chanson a déjà fait plus de 70 000 vues en moins de 24 heures sur Facebook.

    Symphonie confinée - La tendresse
    45 artistes de la chanson française enregistrent une vidéo de confinement
    Page Facebook

    Voir aussi : "Valentin Vander en goguette"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Catégories : Hors-série Grand Confinement, Musiques, Web, réseaux sociaux et presse, • • Articles et blablas 0 commentaire Imprimer Lien permanent
  • Le frigo comme consolation

    Et si l'on parlait de Dirty Dancing ? Mais bien entendu sous l’œil d'un frigo. Il ne sera pas question du porté devenu culte, pas plus des tubes qui ont bercé les eighties. Non : ce que propose L'Œil du frigo est une scène qui aura sans doute échappé à beaucoup de spectateurs et que notre chroniqueur spécialisé se charge de nous rappeler. Avec un éclairage spécifique sur un réfrigérateur.  

    En voilà une drôle de scène dans ce film dont le succès interplanétaire est sans appel ! Une scène originale que je partage avec vous. Non, je vous vois venir : ce n'est pas un frigo qui danse, et encore moins quelqu'un qui danse dans un frigo ! Ne soyez pas si sarcastique : l'univers frigoristique au cinéma possède bien des talents mais pas celui là. Ici, nous avons une scène de non-frigo (on serait presque dans une démonstration mathématique par l’absurde). L'acteur ouvre le frigo et, au lieu de voir ce qu'il y a dedans, il nous le décrit... Pendant qu'il nous met l'eau à la bouche, éclairé juste par une petite loupiote, nous voyons, au travers des yeux de l’héroïne, une femme assise en détresse, et qui tremble, de froid peut être... Notre héroïne au grand cœur décide de ne pas manger. Pourrait-elle avaler quelque chose alors qu'une femme en détresse tremble de froid à coté des frigos de cuisine d'un restaurant gastronomique ?

    Quelle belle idée scénaristique ! Une femme en perdition trouve refuge près des frigos, et le réalisateur en rajoute, pour ne pas casser son désarroi. Il nous laisse pantelant sans nous montrer l'intérieur du frigo avec toutes ces bonnes victuailles qui nous remonteraient le moral gustatif en moins de deux. A noter qu'il a peut être choisi cette idée car l'assistant réalisateur qui devait remplir le frigo s'était tiré avec la bouffe ou alors - autre hypothèse, encore moins fondée - qu'il était en train de danser le calypso avec toute la troupe pendant que les autres tournaient la scène clé du film... Le réalisateur a choisi donc l'imaginaire du frigo : une autre forme de sensation, une frustration autour de cet espace, tout en le décrivant.

    Quant à la pauvre jeune femme en détresse, j'avoue ne pas saisir pourquoi elle se cache pour trembler en détresse dans l'arrière cuisine d'un restaurant gastronomique alors que le lieu de vacances est sublime à l'extérieur... Si elle voulait s'isoler , ce n'est pas en se mettant à coté d'un frigo qu'elle allait être tranquille ! Installez-vous chez vous prés d'un frigo pour broyer du noir en vous disant : "je vais pleurer mes tripes sans qu'on me voie..." : vous verrez. Un défilé familial : ouvrir et fermer le frigo... Pas moyen d'être en détresse tranquille. Bon, si vous êtes seul chez vous, évidemment ça peut marcher, quoique vous pourriez être surpris d'ouvrir et de fermer le frigo vous dérangeant vous-même dans vos propres méditations répulsives de la vie. Bref, en cas de détresse mettez-vous près d'un frigo et vous serez sauvé : amen.

    un film à voir ou à revoir sur la jeunesse d'autrefois, presque un documentaire !

    ODF

    Dirty Dancing, drame musical d'Emile Ardolino
    avec Patrick Swayze et Jennifer Grey
    États-Unis, 1987, 105 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Dirty Dancing Frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Confinement live stream de Lise de la Salle

    Les artistes de classique aussi se mettent au live sur leur compte Facebook ou Instagram. Lise de la Salle, dont le premier album sur Ravel et Rachmaninov avait marqué les esprits, avant un brillant enregistrement des concerts pour piano de Chostakovitch et Prokofiev, propose sur sa page Facebook une série de récitals au piano depuis son appartement.

    Le 24 mars dernier, pour son 2e live de confinement à Paris, la pianiste française a rappelé l’importance du confinement et s’est confiée sur sa manière de vivre cette période : "Ici, à Paris, les journées sont longues et n’ont pas vraiment de structure. On est un petit peu dans une faille spatio-temporelle. Et j’en profite pour jouer beaucoup, pour me faire plaisir, des œuvres qui me plaisent, qui me font du bien, sans la pression de les préparer pour le concert."

    Faille spatio-temporelle

    Pour ce concert sur Internet, Lise de la Salle propose le Prélude et fugue en la mineur pour orgue de Jean-Sébastien Bach, transcrite fidèlement au piano par Franz Liszt. Frisons garantis lors du passage à la fugue dont la noirceur est percée d’éclairs fulgurants.

    Après la lecture d’un extrait des Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke, Lise de la Salle propose un lied de Robert Schumann, Liebeslied, dans une transcription pour piano seul de Liszt, tout en contraste, en relief et en romantisme.

    Le Confinement live de ce 24 mars se termine avec Regret, une des Romances sans parole de Félix Mendelssohn.

    Un récital magnifique, en attendant "que la vie reprenne son cours", pour reprendre les mots de Lise de la Salle. C’est à suivre en ce moment sur sa page Faceebook chaque mardi et samedi à 19 heures.

    Lise de la Salle, Confinement live stream
    Sur Facebook, le mardi et le semaedi à 19 heures

    https://www.facebook.com/lisedelasalleofficiel
    http://lisedelasalle.com

    Voir aussi : "Keren Ann en live, voix et guitare, chez elle" 

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Davy Kilembe, en colère mais surtout amoureux

    L’amour et la colère : voici les propositions tonitruantes de Davy Kilembe dans un nouvel album finalement bien plus intimiste et délicat qu’il n’y paraît au premier abord.

    Alors, oui : cet artiste à,la carrière déjà bien remplie (en trio il y a vingt ans, avant d’entamer une carrière dans le jazz puis dans des premières parties pour Francis Cabrel, Tété, Arthur H, Cali, Sanseverino ou Tryo, sans oublier des récompenses – Prix du Centre de la chanson, Talent France Bleu, Prix Charles Trenet, Prix du Public de Trois Baudets"Vive la reprise") aborde des sujets contemporains et engagés : la migration et les doubles racines (Souleumane), ou le terrorisme religieux nourri par la confusion et la perte d'identité (L'homme qui portait la bombe). Pour autant, ce qui marquera très certainement l’auditeur ce sont la tendresse, la bienveillance et l'amour présents aux quatre coins de ces Chansons d'amour et de colère. La vie, l’humanité et la passion affleurent sans cesse, quand elles ne dévalent pas à gros bouillon de cet opus attachant : "Les sourires que je vois de vous / la confiance que je vous voue / Entre nous surtout pas de sexe / Pour les bisous ce sera la joue" dans cette très originaire histoire de rupture (Voudriez vous devenir mon ex).

    Ces chansons d'amour sont celles d'un artiste dont on devine aisément le cœur de guimauve (Je suis son prisonnier, Voudriez vous devenir mon ex), et dans lesquelles il se livre avec pudeur, quand ce n’est pas avec autodérision (Timide, Les bonnes résolutions, Mes ennuis).

    Car l’humour est bien présent dans un album qui s'annonçait comme un opus oscillant entre coups de sang et coups de cœur, ceux d’un grand ado un peu perdu (Mes ennuis) et volontiers nostalgique (La 4L à Momo).

    Musicalement, Davy Kilembe fait le choix d'une chanson française puisant dans la world (Je suis son prisonnier), le reggae (Timide), la folk (Unique dans l'univers, Voudriez vous devenir mon ex), le rock (Les bonnes résolutions), ou le jazz et le brass band (le grinçant Yapadam).

    On s’arrêtera particulièrement sur le duo réussi avec Cécile Hercule, racontant l’histoire d’un couple qui s'accroche en dépit de tout (Ça tiendra) , mais aussi sur Unique dans l'univers, qui est un hommage singulier à Ferdinand Cheval le créateur du célèbre Palais de Hauterive.

    Davy Kilembe, Chansons d'amour et de colère, La Pagaie, 2019
    http://kilembe.net
    https://www.facebook.com/davy.kilembe.7

    Voir aussi : "Cécile Hercule pour avoir Bonne Conscience"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Tintin et le Lotus Bleu à la radio

    On connaissait le Tintin en BD, le Tintin en dessin animé ou encore Tintin au cinéma en motion capture (Le Secret de la Licorne de Steven Spielberg). Il y a aussi Tintin à la radio.

    France Culture propose en podcast, pour les jeunes de 7 à 77 ans, une adaptation radio des aventures de Tintin. en particulier Tintin et le Lotus Bleu, l’un des chefs d’œuvre d’Hergé.

    Fidèle au texte du créateur belge, la Comédie française fait revivre cette plongée dans la Chine des années 30 mêlant des intrigues rocambolesques, un poison fou, plusieurs génies du mal, des rebondissements, des amitiés (Tintin rencontre pour la première fois Tchang),des  considérations géopolitiques mais aussi des dénonciations du racisme et du colonialisme.

    Une belle manière de revenir du jeune reporter bruxellois et son fidèle compagnon à quatre pattes, Milou.

    C'est à suivre en ce moment en podcast, en cette période de confinement.

    D'après Hergé, Tintin et Le Lotus bleu, 5 podcasts, Radio France
    Coproduction France Culture, Moulinsart et la Comédie-Française
    https://www.franceculture.fr/evenement/les-aventures-de-tintin-le-lotus-bleu
    Hergé, Tintin et Le Lotus bleu, éd. Casterman, 1946, 61 p.

    Voir aussi : "Tintin, back in the USSR"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Imaginarium at home

    En ces temps de confinement, les étudiants organisateurs de l’Imaginarium Festival invitent ceux qui le souhaitent à se déhancher, dans leur salon, dans leur chambre, en écoutant la playlist de la programmation 2020.

    Le line-up de cette septième édition de l’IF est en effet désormais au complet avec Oboy, Bon Entendeur, The Pirouette et ROBPM.Ils feront rugir le Tigre aux côtés de Vladimir Cauchemar, Diønæ, La Cour de Récré, Josman, Dirtyphonics, You Man Dj Set, Rakoon, The Faim, 13 Block, Claire Laffut, Taiwan MC et Bellaire. Comme dhabiture, l’Imaginarium propose une programmation mêlant le pop-rock, électro mais également le rap et le reggae,

    Nom de code d’une opération militaire

    Petit rappel. L’Imaginarium Festival, c’est un pari fou lancé par quatre étudiants de l’Université de Technologie de Compiègne en 2013, avec le projet qui fleure bon le nom de code d’une opération militaire : "Tempête du désert." Cet événement s’inscrit aujourd’hui de façon durable dans le paysage musical des Hauts-de- France et bien au-delà.

    Sur les deux deux jours du festival, en 2019, l’Imaginarium a réuni 13000 festivaliers,la plupart très jeunes (18-25 ans), pour 45 heures de musique live sur 5 scènes, avec 40 artistes et groupes, 5 scènes, 10 spectacles, 6 conférences, le tour organisé par 85 étudiants, 76 bénévoles, avec le concours de 24 écoles partenaires et 19 entreprises partenaires, 30 associations et 400 professionnels. Ce rendez-vous festif a reçu en 2019 la labellisation officielle "Éco-festival" pour son engagement dans le développement durable, un aspect hélas très souvent oublié dans la plupart des festivals de ce genre.

    L’Imaginarium Festival est aussi un révélateur de talents. En effet, de nombreux artistes de la scène musicale se sont fait remarqués sur la scène compiègnoise, comme par exemple Bigflo & Oli, Thérapie Taxi, Rilès, Vald, The Avener ou encore FKJ. Cette 7e édition compte bien ne pas déroger à cette tendance.

    Festival Imaginarium
    Le Tigre, Margny-lès-Compiègne (Oise)
    www.imaginariumfestival.com

    Voir aussi : "Musicale Tchéquie"

    Crédit photo : Pierrick Lorang

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Lézard bizarre

    john renmann,roman,policier,guadeloupe,geckoGecko de John Renmann inaugure le cycle de polars Gwada Cops, dont le lieu géographique, la Guadeloupe, n’est pas la moindre des caractéristiques.

    Un homme est retrouvé mort au cœur de Pointe-à-Pitre, atrocement mutilé suite à une attaque vraisemblable d’un chien qu’un témoin dit avoir vu. Mais il y a aussi l’empreinte d’un lézard qui semble avoir été dessiné avec le sang de la victime. Ce détail laisse perplexe l’inspectrice Marie Kancel et son homologue, le bourru Nicolas Rousseau.

    Quelques heures plus tard, a lieu en Basse-Terre une autre mort atroce, cette fois chez un journaliste, puis une attaque incroyable au cœur d’un amphithéâtre du campus de Fouillole. Et là encore, il est question d’un animal, mais aussi d’un gecko. Lorsque les deux policiers découvrent le nom d’une future victime, une course contre la mort s’engage, qui sera jalonnée de cadavres.

    Crimes, superstitions, humour et enquête policière

    A priori, voilà un polar régional qui ravira à la fois les amateurs d’enquêtes rythmées et les amoureux de la Guadeloupe. John Renmann, qui voyage entre la métropole et les Antilles, fait de la Guadeloupe l’autre personnage de Gecko : Grande-Terre, Basse-Terre, Marie-Galante, Désirade et Les Saintes ont une importance capitale dans l’intrigue. Mais ce qui intéresse surtout l’auteur ce sont les traditions de cette région, ce qui lui permet d’insuffler du fantastique dans son polar.

    Crimes, superstitions, humour et enquête policière se mêlent avec harmonie pour faire de ce premier volume des Gwada Cops ("flics de la Guadeloupe") un roman vif et qui permet de sortir des traditionnels policiers venus des États-Unis ou des pays scandinaves. Gecko se conclue par un autre crime, au cœur de Zaïgo (2019), la deuxième enquête des inspecteurs Nicolas Rousseau et Marie Kancel.

    John Renmann, Gecko, Gwada Cops, Amazon, 2015, 277 p.
    https://johnrenmann.wordpress.com
    https://fr-fr.facebook.com/john.renmann
    https://www.instagram.com/john_renmann

    Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La BnF rend hommage à Albert Uderzo

    Au lendemain de la mort d'Albert Uderzo, l'un des pères d'Astérix, la Bibliothèque Nationale de France a décidé de lui rendre hommage.

    Laurence Engel, sa présidente, s'exprime ainsi : "La BnF ressent une vive émotion au moment de la disparition d’Albert Uderzo. Le don qu’il avait fait à la Bibliothèque a marqué une étape importante - renouant avec la tradition d’une présence dans les collections de l’art de la bande dessinée, d’abord dans ses formes les plus anciennes, puis, et notamment grâce à lui, dans ses expressions contemporaines. Et c’est aussi une relation d’amitié qui s’est interrompue. Mais l’oeuvre d’Uderzo, ce patrimoine commun, demeure, elle, intacte et comme il l’avait souhaité, au sein des collections de la BnF, pour que reste vive, active, cette mémoire collective. Des planches magnifiques, de très grand format, qui donnent à voir le talent extraordinaire du dessinateur qu’il était. Uderzo aimait à se définir lui-même comme « un besogneux de la futilité » : sa besogne fut colossale et sa futilité nous demeure essentielle."

    Uderzo avait fait don en mars 2011 à la BnF de planches originales issues de trois albums des aventures du célèbre Gaulois : Astérix le Gaulois, le tout premier de la série, La Serpe d’or et Astérix chez les Belges.

    Un besogneux de la futilité

    Ces planches de grand format, encrées au pinceau par-dessus des crayonnés vierges de tout remords, donnent à voir l’immense talent d’un dessinateur de génie, dont la modestie naturelle aimait à rappeler qu’il était avant tout "un artisan."

    Ce don a été au cœur des deux événements de la BnF : la grande exposition Astérix à la BnF ! qui s’était tenue d’octobre 2013 à janvier 2014 et l'anniversaire des 60 ans d’Astérix en 2019, une autre exposition qui présentait dans la galerie des donateurs l’ensemble des 44 planches originales du tout premier album.

    Par la virtuosité du trait comme par le sens de la lettre, par la force du mouvement et celle des jeux
    d’ombres et de lumières, par la verve du caricaturiste, par l’efficacité des onomatopées, le dessin d’Uderzo est un art total, et totalement un art.

    Grâce à ce don qui témoigne de l’importance que les aventures d’Astérix et Obélix ont acquise dans la mémoire collective du XXe siècle, en France comme hors de ses frontières, Albert Uderzo a fait aussi pleinement entrer dans les collections nationales l’art de la bande dessinée. L’exposition Astérix à la BnF ! que la Bibliothèque a organisée en 2013, à la suite de cette donation, a rendu à l’œuvre qu’il a créée avec René Goscinny l’hommage qui lui était dû, en retraçant la genèse et les développements d’une réalisation majeure du neuvième art.

    https://www.bnf.fr/fr/agenda/asterix-le-gaulois-aux-origines
    Astérix de A à Z, exposition Astérix à la BnF !, octobre 2013-13-janvier 2014

    Voir aussi : "Astérix et la fille de Vercingétorix"

    Photo : Astérix le Gaulois. Aux origines. Bibliothèque nationale de France, 20-22 septembre 2019
    ASTÉRIX ® OBÉLIX ® IDÉFIX ®
    © 2019 LES ÉDITIONS ALBERT RENÉ / GOSCINNY-UDERZO

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Keren Ann en live, voix et guitare, chez elle et chez vous

    Parce que les réseaux sociaux sont devenus en quelques jours la plus grande scène de France, Keren Ann propose elle aussi une série de concerts live gratuits pendant cette période de confinement.

    Cela se passe sur sa page Instagram. Celle qui a sorti l’an dernier le très remarqué album Bleue propose des versions voix et guitare.

    Elle propose ici sa version acoustique de Sans Toi, écrit par Agnes Varda et Michel Legrand. Sublime, évidemment

    Keren Ann, en live sur son Instagram
    Keren Ann, Bleue, 2019, Polydor, 2019
    http://www.kerenann.com

    Voir aussi : "La grande Bleue"

     
     
     
     
     
    Voir cette publication sur Instagram
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Keren Ann (@kerenannmusic) le

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Hommage à Manu Dibango

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Confiné, cultivé

    Nouvelle initiative dans cette période de confinement : la plateforme pour applications mobiles smArtapps a décidé de mettre en avant les musées et les institutions culturelles en lançant le hashtag #CultureChallenge pour rester #ConfinéCultivé.

    Les musées fermés, les concerts et spectacles annulés et les festivals reportés : ces activités sont toutes réduites au strict nécessaire et l’ennui accompagne le confinement imposé. Or, une connexion internet et un smartphone permettent de profiter pleinement des échappées culturelles gratuites à distance.

    SmArtapps lance le défi du #CultureChallenge qui fait découvrir un musée par jour à la communauté grâce aux applis mobiles des musées, consultables en libre accès. SmArtapps propose les plus grands musées français à découvrir depuis notre salon grâce à ce qu’elle nomme la "médiation numérique."

    Le musée Grévin, par exemple, s’empare d’une appli qui a pour but de mettre en valeur les collections du musée iconique parisien. Un Grévin revisité, modernisé et, grâce à un dispositif de médiation, plus immersif que jamais. Puis, le Musée d’Art Moderne de Paris offre aux usagers une appli de visite à plusieurs parcours dédiés à tous les publics : des jeunes visiteurs jusqu’aux familles, ainsi qu’un parcours en LSF pour le public malentendant. La durée des parcours varie selon notre choix : un parcours de 30 minutes pour lever le voile sur l’art moderne et l’art contemporain, et un deuxième parcours de 1h30 permettant les publics d’investiguer 48 œuvres en détail. Et finalement, la nouvelle Villa Majorelle à Nancy permet aux usagers d’accéder à l’Art nouveau nancéen tout en proposant des parcours variés pour les jeunes et un parcours dédié aux sourds et aux malentendants.

    Ces institutions culturelles figurent parmi les découvertes quotidiennes du #CultureChallenge que smArtapps propose à toute personne ayant accès à un smartphone et souhaitant renforcer ses connaissances en culture, art et histoire. De plus, cette action est menée afin d’épauler et promouvoir les institutions culturelles et patrimoniales, les premières touchées par cette situation.

    www.smartapps.fr

    Voir aussi : "Breizh watching avec KuB"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Pardon, live acoustic

    C’est sur Youtube que Sulie propose son live, Pardon.

    Un titre engagé et qui nous parlera à tous, en cette période de crise sanitaire et de confinement.

    https://www.facebook.com/SulieMusique

    Voir aussi : "Fleur Offwood en live"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un frigo chaud bouillant

    L'Œil du frigo nous propose de découvrir le film Revenge réalisé par Coralie Fargeat. Une  bien bonne idée que de  s'arrêter sur cette scène de frigo, car L'Œil du frigo nous permet de découvrir ou redécouvrir ce petit film d'horreur français. Forcément piquant et glaçant... 

    Voici une belle séquence, simple, légère directe. Une petite pin-up, sûre de sa démarche sexy, se fraye un chemin dans la luxueuse villa de son amant. Certes, le gros plan sur ses fesses en dit long sur ses intentions charnelles, mais quand on comprend qu'elle a fait tout ce chemin pour ouvrir un frigo.

    Là, là on se pose une drôle de question : faut avoir un corps de rêve pour ouvrir un frigo de façon sexy ? Oui, cette idée me hante, surtout la nuit. J'ai donc fait un casting avec mon frigo au bout du couloir. J'avais mis du bon champagne comme dans le film et j'ai laissé la porte de mon appartement ouverte. J'étais prêt pour un traveling avant en suivant le plus sensuel des dandinements avant de prendre le pouvoir de la porte du Frigo. Hélas je n'ai eu que des courants d'air et un rhume carabiné.

    Mais j'ai retenu la leçon : si vous voulez avoir une pin-up à peine habillée dans votre maison, nul ne sert de bien achalander le frigo. Il suffit de le remplir de champagne, comme on peut le voir sur la porte. Certains hommes et femmes ne se nourrissent que de bulles, même si la maison est perdue dans le désert, et que de redoutables chasseurs dont l'intelligence dépasse largement le compresseur d'un frigo font irruption avec ... zéro gibier. Et c'est là que toute la séquence du frigo prend son sens : le gibier est encore à l'extérieur ! Il attend d'être refroidi après avoir été sexuellement réchauffé (c'est comme ça, le gibier...). A ce stade , rien ne dit qui est le gibier, la pin-up ? L'amant ? Les chasseurs ? Ou bien ce maudit frigo qui fait froid dans le dos ?

    Je vous laisse découvrir ce film que vous pouvez voir très facilement en VO, sans même les sous-titres tant l'histoire est linéaire. Ce qui compte, c'est que ça saigne et que ça dégouline... Certains soirs, c'est reposant un film dont le frigo semble être le seul acteur pacifiste.

    ODF

    Revenge, horreur de Coralie Fargeat
    avec Matilda Lutz, Kevin Janssens et Vincent Colombe
    France, 2017, 108 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Revenge dans L’œil du frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Valentin Vander en goguette

    Ne cherchez pas chez Valentin Vander une audace proche de l'effronterie. Bousculer la chanson française ? Très peu pour cet ancien des Goguettes (en trio mais à quatre).

    Dans son deuxième album, Mon Étrangère, à l'instar d'un Marc Fichel, Valentin Vander propose des titres à la facture classique (La femme de ma vie), à l'écriture délicate (L'hirondelle) et croquant des saynètes douces amères (Sur la pointe du cœur, La femme de ma vie) ou de récits personnels, à l’instar d’Il se peut : "Il se peut que je meure de bonne humeur... / Il se peut que j'expire dans un fou rire / La fin du monde est là / Alors viens dans mes bras faut fêter ça."

    Avec charme, élégance et d’une fausse légèreté, Valentin Vander raconte les amours qui se dérobent (La femme de ma vie : "La femme de ma vie vient de passer devant moi / je ne lui ai pas dit / on ne dérange pas les gens pour ça"), ses fantasmes (Elle passe), la vitesse et les chaos de notre époque (Poussez-vous j'arrive) mais aussi la vieillesse (Les vieux qui passent).

    Fausse légèreté

    Dans le plus pur style de la chanson française, Valentin Vander ne s'empêche pas de faire des écarts du côté d'une pop eighties (Elle passe). Le titre Mon étrangère est le plus ambitieux de l’album, grâce à un singulier lyrisme pour une chanson d'amour improbable, qui est aussi un hommage à une femme si étrangère à l'auteur : "Moi je fuyais l'habitude / Les désirs comblés / Toi tu redoutais l'incertitude / De mon cœur troublé." Une love story sans lendemain ? Voire : "Voila mon amour / Mon étranger / Ce qui nous a pris / Nos cœurs malgré tout se mélangèrent / Sans s'être compris."

    Un souffle léger porte cet album souriant, au classicisme certain (la reprise de reprise de Verlaine Il pleure sur mon cœur), parfois suranné (le duo L'hirondelle) et non sans noirceur, à l’exemple de Poussez-vous, j’arrive : "Poussez vous j’arrive / Malgré les barrières les mines agressives / Tout ce que votre ennui me fera faire ou dire / Il faudra que je vienne si je ne veux pas mourir / Il faudra que je vienne puisqu’il faut que je vive."

    Valentin Vander, Mon Étrangère, Hé Ouais Mec Productions, 2020
    https://www.valentinvander.com
    https://www.facebook.com/vandervalentin

    Voir aussi : "Marc Fichel connaît ses classiques"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !