Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

• • Les partenariats Bla Bla Blog

  • Peut-on réussir sans aucun effort ni aucun talent ?

    Le café philosophique de Montargis proposera une nouveau séance le vendredi 24 juin 2022 au Belman, à 19 heures. Le débat portera autour de ce sujet, un rien provocateur : "Peut-on réussir sans aucun effort ni aucun talent ?"

    Voilà un sujet qui fait écho à certains travers de notre société : celui de célébrités venus de nulle part, des réseaux sociaux notamment, et dont la réussite semble d’autant plus miraculeuse qu’elle semble être spontanée.

    Mais qu’est-ce que la réussite ? Peut-on parler de « réussir sa vie » ou de « réussir dans la vie » ? Le travail peut-il servir à s’accomplir ? Il sera aussi question du talent, une notion qui peut être débattue. Le talent est-il inné ou bien est-il le fruit d’un travail ?  

    Ce sont autant de questions qui seront débattues au cours de cette soirée philosophique qui promet d’être riche en surprises.  

    Rendez-vous donc au Belman à Montargis (entrée par l’Hôtel de France), le vendredi 24 juin 2022 à 19 heures.

    La participation sera libre et gratuite.  

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    Photo - Andrea Piacquadio - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La guerre est-elle contraire à la nature humaine ?

    Le café philosophique de Montargis fait son grand retour le vendredi 20 mai 2022 au Belman, à 19 heures, Après plus de deux ans de silence en raison de la crise sanitaire, l’animation philosophique de Montargis fixe un rendez-vous pour une soirée-débat autour d’un sujet – hélas ! – d’actualité : "La guerre est-elle contraire à la nature humaine ?"

    Le thème choisi par l’équipe du café philo tombait sous le sens, après le déclenchement d’une guerre en Europe. Il ne s’agira pas pour autant de débattre sur les événements qui se passent en Ukraine, mais plutôt de s’interroger sur un thème qui semblait, pour beaucoup ici, appartenir au passé.

    Qu’est-ce que la philosophie a à nous dire au sujet de la guerre ? Et d’abord, que recouvre la guerre ? Il est vrai que ce terme a dépassé le cadre du champ de bataille meurtrier pour recouvrir d’autres aspects : guerre économique, guerre contre le terrorisme, et même guerre contre le Covid… N’y a-t-il pas là une série de contresens ? Qu’entend-on aujourd’hui lorsque l’on parle des guerres ? Sont-elles inéluctables ? Sont-elles du ressort de la nature ou bien peuvent-elles être canalisées ? Peut-on parler de culture guerrière ? Les organisateurs du Café Philo proposeront aussi aux participants de s’interroger sur la nature humaine. L’homme est-il naturellement bon ? Et, dans ce cas, pourquoi la guerre ?

    Ce sont autant de questions qui seront débattues au cours de cette soirée philosophique qui promet d’être riche en surprises.  

    Rendez-vous donc au Belman à Montargis (entrée par l’Hôtel de France), le vendredi 20 mai à 19 heures.

    Café philosophique de Montargis, "La guerre est-elle contraire à la nature humaine ?"
    Le Belman, Montargis, entrée par L'Hôtel de France, le vendredi 20 mai à 19H
    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    Photo : Pexels - Cottonbro

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Stupeur et tremblements

    Olivier Peyon choisit d’introduire Tokyo Shaking par une scène étonnante, décalée et très révélatrice : un chœur de chanteuses japonaises interprète – en français – "Tout va très bien, madame la Marquise".

    Voilà qui annonce d’emblée un film entendant faire d’une catastrophe réelle – le séisme de mars 2011, suivie d’un tsunami et de l’explosion nucléaire de Fukushima – un drame singulier sur fond de déclaration d’amour et de pont entre le Japon et la France.

    Alexandra Pacquart vit et travaille à Tokyo dans une banque française qui s’apprête à faire un plan social et licencier une partie du personnel japonais. La manageuse est chargée de faire le sale boulot et de se débarrasser, entre autres, d’Amani Sassou, un stagiaire brillant et ambitieux. 

    Un récit qui fait du Japon le personnage principal du film

    Survient le séisme et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Après avoir mis à l’abri sa famille, Alexandra doit gérer l’entreprise, s’occuper du personnel – et parmi eux certains et certaines dont elle devra se séparer d’ici peu –, organiser les évacuations et faire face à des ordres contradictoires. Contre toute attente, elle ne quitte pas le Japon, sous le regard incrédule de ses compatriotes expatriés mais aussi et surtout des autochtones japonais.

    Tokyo Shaking revisite le film catastrophe pour en faire moins un récit survivaliste que le portrait d’une femme bien plus ancrée dans le Japon qu’on ne le soupçonnait, jusqu’à évacuer sa propre famille et privilégier le pays où elle vit et travaille. Olivier Peyron puise dans l’histoire récente (la catastrophe nucléaire de Fukushima) le cœur d’un récit qui fait du Japon le personnage principal du film. Avec une Karin Viard jamais aussi bonne lorsque est prise dans des turbulences incontrôlables, la fragilisant au point de faire de cette business woman impitoyable une femme bouleversée par ses propres employés. 

    Un  joli film qui ravira tous les amoureux et amoureuses du Japon. 

    Tokyo Shaking, drame franco-belge d’Olivier Peyon, avec Karin Viard, Stéphane Bak, Yumi Narita  et Charlie Dupont : Bertrand Pacquart, 2021, 101 mn, Canal+
    https://wildbunchdistribution.com
    https://www.canalplus.com/cinema/tokyo-shaking/h/16381823_50001

    Voir aussi : "Nourrir son monde"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Rangez bien votre frigo

    C'est un film de 1967 que chronique aujourd'hui L’‎Œil du frigo. Seule dans la nuit (Wait Until Dark) est un thriller américain d'Audrey Hepburn. Encore un bon moment de cinéma. Avec, pour cette scène présentée ici, deux personnages clés : une aveugle et un frigo. 

    Quelques jours après Pâques, L’‎Œil du frigo s'émancipe des œufs et des cloches, pour vous présenter Seule dans la nuit de Terence Young, avec Audrey Hepburn dans le rôle de Suzy. Si vous ne connaissez pas ce film, sachez qu'elle est aveugle et qu'elle se défend contre un vrai psychopathe qui veut récupérer un objet qui est caché dans la maison. Un vrai jeu sur les savoirs s'établit devant nous et implique complètement le spectateur.

    Le troisième personnage de ce film est le Frigo, comme quoi j'ai bien choisi cet objet. Sans lui vous n'auriez pas pu voir Suzy se battre contre l'homme qui la torture (et qui a mis un torchon sur les charnières du frigo) , elle qui est dans l'obscurité. Car, ce qui fait exister le film, c'est la petite lumière du frigo. Celle-là même qui lorsqu'on était petit nous intriguait : "Est ce que la lumière s'éteint quand on ferme la porte ?"  Je vous rassure : certains adultes se posent encore la question. Heureusement que je n'ai pas choisi le point de vue du lave vaisselle dans le cinéma , je pense qu'il y aurait eu moins de films à vous présenter et moins de mystère. Depuis que j'ai commencé cette rubrique, j'en reviens pas du nombre de frigo qui se trouve dans les films, à croire que les cinéastes ont quelque chose à nous dire qu'on ne saisit pas !

    Imaginez, 1967, date du film, c'est à dire il y a 50 ans : un frigo tenait le rôle central du film et pouvait résoudre tous les éclairages avec sa petite lampe. Quand je dis "éclairages", je pense évidemment au suspens de la fin, (ne voyez pas tout au premier degré non plus..). Non, je ne vous en dirai pas plus, sauf que ce cri est lumineux !

    Bon en ce qui concerne le frigo, on n'y voit vraiment que du lait et quelques sauces encastrées sur la porte. Pas de quoi se faire un bon cassoulet. Faut dire qu'Audrey à la ligne alors même si on 1967 on ne mangeait pas encore bio (oui le bio ça fait toujours du bien...), elle mettait dans son frigo que des victuailles à faible pouvoir calorique. On peut noter néanmoins qu'il y avait un freezer en plein milieu, toujours utile pour quelques glaçons, mais l'ère Picard n'avait pas encore sonné !

    En deux mots comme en un, si vous avez un objet à cacher, (non pas les œufs de Pâques)  ne les cachez pas dans le frigo : les méchants y vont souvent surtout pour y voir plus clair, alors soyez prudent et rangez bien votre frigo, qui sait qui pourrait l'ouvrir devant une caméra !

    ODF

    Seule dans la nuit, thriller américain de Terence Young
    avec  Audrey Hepburn, Alan Arkin er Richard Crenna
    1967, 108 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Wait Until Dark Frigo"
     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Frigo seventies

    L’‎Œil du frigo nous parle aujourd'hui d'un classique du cinéma français. Que n'a t'on écrit sur César et Rosalie, une love story inoubliable avec Romy Schneider, Yves Montand et Sami Frey. Ah, si ! On n'a jamais parlé de ce frigo présent dans le film de Claude Sautet. C'est fait avec cette chronique de l'Œil du Frigo. Merci, Philippe ! 

    La voix de Montand , la démarche de Romy et l'œil de Sautet. Il ne manquait qu'un frigo pour que je puisse vous parler de ce fabuleux film. La vie était simple, les hommes jouaient aux cartes et buvaient des bières et les femmes vidaient le frigo.

    Etre un frigo en présence de Romy je crois que c'est déjà une fabuleuse histoire. Claude Sautet avait le don de faire de ses personnages des gens attachants. Des grandes gueules qui souffrent, des sentiments qui se perdent à la mer, un amant à l'amour profond qui dérange le fond des frigos. Car comme d'habitude la fonction nourricière du frigo n'est que superficielle. César virevolte et envoie directement Rosalie vers son amant le frigo , oui je sais c'est complexe, essayé de suivre un brin ! Elle s'occupe de vider le frigo et prend du plaisir en s'envoyant un petit bouchon d'alcool , cul sec ! Puis elle rapportera son plateau à César. Un amant qui nourrit un couple légitime de son amour , qui va refroidir leur relation s'immiscer au plus profond de leurs être qu'il sépare.

    Il faut toujours se méfier d'un amant qui sort du frigo pour vous servir un alcool blanc (téquila peut être). Il vous fera certainement un coup de Trafalgar. Moi si j'étais un amant, je ne mettrai pas mon âme dans un frigo ! Evidement vous allez penser que j'ai brulé quelques neurones, mais alors dites moi pourquoi juste au dessus du frigo il y a des pommes dont la symbolique n'est plus à démontrer! 

    La porte du frigo des années 70 aussi vide que ça, ça interroge! Claude Sautet, qui ne laisse rien au hasard, a soigneusement  fait évaporer les précieux condiments que nous collons dans la porte du frigo, pour y mettre une bouteille d'eau, un alcool blanc et quelques œufs soigneusement rangés. Tout est limpide et Rosalie ouvre la boite de Pandore avec tout l'amour qu'elle a en elle. A partir de ce moment là, l'ivresse des sentiments peut commencer à faire le film, et quel film...

    ODF

    César et Rosalie, Comédie dramatique française de Claude Sautet
    avec Yves Montand, Romy Schneider et Sami Frey
    1972, 110 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "César et Rosalie Frigo"
     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Emilie Riger Collins sur le divan

    Bla Bla Blog vous invite à découvrir cette nouvelle interview de Sandrine Manteau pour l'émission radio "Entre Loire et Loing".

    Cette fois, c'est l'auteure Emilie Riger Collins qui se confie sur le divan rouge de Sandrine, avec Pascal Weber à la réalisation. 

    "Entre Loire et Loing"
    Le samedi à 10h sur C2L

    https://www.facebook.com/entreLoireetLoing
    http://www.c2l-radio.fr

    Voir aussi : "Du talent à mort"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • "Assez de bla bla" #1 : Khatia Buniatishvili

    Découvrez la première chronique de « Assez de Bla Bla », diffusée sur la radio C2L. Cette première pastille est consacrée à la pianiste Khatia Buniatishvili.

    Merci à Pascal Weber pour ce super travail !

    Pour aller plus loin dans cette chronique, rendez-vous également sur ce lien vers cette incroyable version de La Javanaise.

    "Assez de bla bla", les capsules de Bla Bla Blog
    http://www.c2l-radio.fr/-Entre-Loire-Loing-le-magazine-du-Gatinais-135-.html

    https://www.facebook.com/entreLoireetLoing

    Voir aussi : "En suivant le fil de Khatia Buniatishvili"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Assez de bla bla

    Vous retrouverez très vite mes chroniques en live, proposées par la radio C2L et l'émission "Entre Loire et Loing".

    Première capsule : une chronique sur la pianiste Khatia Buniatishvili et sa reprise de "La Javanaise" de Serge Gainsbourg.

    C'est à écouter et à voir très bientôt.

    "Assez de bla bla", les capsules de Bla Bla Blog
    http://www.c2l-radio.fr/-Entre-Loire-Loing-le-magazine-du-Gatinais-135-.html

    https://www.facebook.com/entreLoireetLoing

    Voir aussi : "En suivant le fil de Khatia Buniatishvili"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook