Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival

  • Bon anniversaire, Bla Bla Blog !

    Bla Bla Blog fête aujourd’hui ses 8 ans.

    Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce blog curieux et toujours à la recherche de nouveautés dans les domaines de la musique, du cinéma, des livres ou des expos.

    Après cette coupure estivale, Bla Bla Blog va revenir avec des nouveautés. Côté musiques, je vous parlerai de la jazzwoman Laura Anglade et ses reprises de standards de la chanson française. Il sera aussi question de l’électro de MLD, du groupe Les Marmottes et de Célestin.

    Côté cinéma, je vous parlerai du remake de Mon garçon par Christian Caron (My son). Une série nous intéressera : Anatomie d'un scandale. Les fans de Downton Abbey seront aux anges : vous saurez bientôt pourquoi.

    Il sera aussi question du Vendée Globe 2024 et d’une opération caritative mais aussi du festival parisien Aux Arts !, à la rentrée. 
    Côté livres, je vous parlerai du document de Betty Milan consacré à Jacques Lacan, d’un beau livre des éditions Larousse sur les chefs-d'œuvre de la peinture mais aussi de fantasy.

    Ce ne seront que quelques-unes des surprises prévues.

    A bientôt.

    Photo : Lilartsy - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Lyrisme à Wissant

    Pour la cinquième fois, le lyrisme posera ses valises cet été à Wissant, dans le Pas-de-Calais, du du 1er au 12 août 2022. Mozart, Verdi ou encore Donizetti seront notamment mis à l’honneur pour cet événement que tous les amoureux du classique suivront avec intérêt. Au total, les Estivales Lyriques de Wissant proposeront plus de vingt concerts et représentations, allant du baroque au XXe siècle.

    Après un Faust de Gounod à la distribution internationale, suivra un des chefs d’œuvre de Mozart, Les Noces de Figaro, par la compagnie I Giocosi, dans la version qu’elle fit applaudir fin 2019 dans le cadre du festival de la Mairie du 11e à Paris. Après Così fan tutte précédemment et Don Giovanni l’an dernier, Wissant pourra désormais s’enorgueillir d’avoir proposé – et ce n’est pas si courant ! – l’entière "trilogie Da Ponte" de Mozart à ses estivants.

    Vrai "laboratoire musical"

    Verdi et Donizetti seront ensuite mis à l’honneur à travers plusieurs de leurs pages les plus célèbres interprétées par le baryton Marc Labonette. L’invité régulier de l’Opéra National de Paris parrainera pour l’occasion deux étonnantes jeunes sopranos d’avenir !

    Le festival se clôturera avec le concert des artistes de la masterclass. Preuve que ces Estivales de Wisant sont un vrai "laboratoire musical", des chanteurs et des chanteuses de renom s’y sont produits, que ce soit Julie Bailly, Yann Beuron, Jennifer Courcier, Sarah Defrise, Marc Labonnette, Gabrielle Philiponet ou Artavazd Sargsyan.

    Une raison supplémentaire pour s’intéresser à ce festival lyrique d’une belle fraîcheur.

    Estivales Lyriques de Wissant
    Wissant, du 1er au 12 août 2022 
    https://www.facebook.com/estivalesWissant

    Voir aussi : "La montée au Trégor"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Big in Japan à Lyon

    Amoureux de la culture nippone, le Festival Japan Touch est fait pour vous. Il se déroulera à Lyon les 27 et 28 novembre prochain.

    Au total, le festival propose plus de 30 000 m² dédiés à la culture asiatique, avec cette année un espace géant dédié aux arts martiaux : tatamis géants, musée des arts martiaux, aire de sumos, reconstitution d'un dojo et de deux campements féodaux japonais et coréen avec tir à l’arc, tambours, calligraphie et sabre.

    Le Salon de l'Asie est, lui, dédié à la culture birmane et au continent asiatique, avec des expositions, des rencontres et des animations.  

    Il faut aussi absolument citer, pour la tête comme pour les estomacs, le salon Asian Kitchen, inauguré en 2019, autour des cuisines d'Asie. Avec une vingtaine de restaurants, des ateliers, des démonstrations et plus de 1 600 places assises. Les organisateurs le présentent comme "le plus grand food court asiatique de France".

    Pour cet événement qui ravira les passionnés du Japon et de l’Asie, les animations et activité jouent la carte de la variété, de la découverte des traditions mais aussi de la culture pop. Il y a ce défilé de kimonos aux couleurs de Lilibetz. Plus étonnant, le premier Kpop Dance Battle est organisé : 8 groupes - ou solo - s’affronteront en face à face. Ambiance et musiques k-pop garanties !

    Le public pourra découvrir l’art du spectacle de kamishibaï, le Kamishibaï étant un théâtre dessiné, ancêtre du manga. Cet événement est animé par Philippe Robert, passeur passionné qui souhaite renouveler cet art ancestral.

    Des conférences, tables rondes et ateliers viendront compléter cette découverte du japon, y compris par des chemins détournés, voire osés

    Autre tradition, le yosakoi, la danse traditionnelle japonaise créée dans les années 1950, fait l’objet d’un spectacle, avec notamment la troupe Komainu pour des démonstrations et des initiations durant tout le week-end.

    Le salon sur deux jours proposera bien évidemment deux autres exhibitions : l’une consacrée au cosplay ("Show Cosplay") et l’autre au sumo.

    Outre du catch féminin et un espace de 500 m² consacré aux jeux vidéos, des expositions seront au cœur de ces deux jours : "L’arbre à Tanzaku", une exposition "Samouraïs et Kimonos" de l’artiste peintre Mary Hedonis, une présentation de bonsaïs grâce au spécialiste français Bruno Heller, maître dans l’art du bonsaï. Il faut aussi cité une exposition "Japonais de France", sans oublier les sculptures de Jérôme Gantelet ("Samouraï et méduse").

    Des conférences, tables rondes et ateliers viendront compléter cette découverte du japon, y compris par des chemins détournés, voire osés. Parmi ces ateliers, citons pour commencer celui du shibari, l'art du bondage japonais : du sexe, du raffinement et de l’esthétisme pour un voyage émotionnel – interdit aux moins de 18 ans. Parmi les autres ateliers, il y a le shiatsu, une thérapie manuelle, énergétique et holistique, le kokedama, un art floral créé dans les années 90 au Japon, les créations de maquettes et de papercraft mais aussi l’espace Just Dance, proposé par l’association AA Prod.

    Ces deux jours à Lyon promettent d’être deux jours d’immersion au japon et en Asie. Voilà qui confirme, s’il en était besoin, que la France noue avec le japon une relation forte où se mêlent l’admiration, la passion et la fascination.

    Festival Japan Touch & Salon de l’Asie, Lyon, Eurexpo
    Boulevard de l’Europe, 69680 Lyon Chassieu
    Le samedi 27 novembre de 10H à 19H
    et le dimanche 28 novembre de 10H à 18H
    www.japan-touch.com
    www.salondelasie.com

    Voir aussi : "Des émaux, des choses et des chats"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le cinéma libanais célébré malgré tout

    Pouvait-on imaginer pareil centenaire et pareille naissance ?

    Le centenaire est celui de la création du Liban et la naissance celle du Festival du Film Libanais de France, du 7 au 11 octobre, au cinéma Le Lincoln (Paris 8e).

    Deux mois après les explosions à Beyrouth, fêter le cinéma libanais prend tout son sens, comme le dit Philippe Aractingi, cinéaste franco-libanais (Bosta, Sous les bombes, Listen) et parrain du FFLF 2020 : "Voilà que dans tout ce marasme, un groupe de jeunes libanais enthousiastes décide d’organiser un festival pour honorer le cinéma libanais. Un rayon de soleil dans les pires ténèbres, un brin d’herbe improbable qui brave les décombres comme seuls en sont capables mes compatriotes."

    La première édition du Festival du Film Libanais de France fait figure d’acte de bravoure autant que d’éclairage bienvenu sur ce cinéma venu de ce coin de la Méditerranée : "Un acte pionnier car premier en son genre, une initiative noble qui vient renforcer les efforts du cinéma libanais, qui reste un art artisanal en quête d’identité."

    Reflet d’une société plurielle et multiconfessionnelle, le cinéma libanais ne cesse de surprendre par sa diversité, son ambition et son regard critique. Ouverture, indépendance, liberté, audace, ce sont autant de valeurs qui constituent les fondements mêmes du Festival du Film Libanais de France. Au programme : projections-débats, compétition de courts métrages, table ronde ("Comment le cinéma libanais peut-il survivre à la conjoncture actuelle ?"), master class, rencontres, mais aussi concerts avec Layale Chaker & Quartet, en ouverture du festival.

    La première édition du Festival du Film Libanais de France fait figure d’acte de bravoure

    La projection de longs métrages rythmera le festival : Broken Keys de Jimmy Keyrouz (en sélection officielle à Cannes 2020), Nocturne in Black de Jimmy Keyrouz (2016), All This Victory de Ahmad Ghossein (séance en partenariat avec l’Institut du monde arabe), avec également une série de focus sur Beyrouth : le documentaire Beyrouth, jamais plus de Jocelyne Saab (1976), Beirut Terminus de Élie Kamal en avant-première, Beyrouth Through Time de Philippe Aractingi, Go Home de Jihane Chouaib, Listen ("Ismaii") de Philippe Aractingi, The Beach House ("Beit el-Baher") de Roy Dib ou Allo Chérie, court-métrage hors-compétition de Danielle Arbid, extrait de la série Ma Famille Libanaise. Cette projection sera suivie de Blackjack, court-métrage hors compétition de Danielle Arbid, extrait également de la série Ma Famille Libanaise.

    Un jury constitué du comédien Rodrigue Sleiman, de la comédienne Christine Choueiri, de l’écrivain et chercheur Élie Yazbek, de la productrice Myriam Sassine, de Serge Akl, directeur de l’Office du Tourisme Liban en France et de la comédienne Andrée Nacouzi remettra trois prix (Prix du Jury, le Prix de la Meilleure Fiction et le Prix Jeune espoir) à l’issue de la projection des courts-métrages en compétition : 30/2 de Hadi Ibrahim, Where To? de Robine Nachar, La Folie à deux de Charelle Abdallah, Ila Haythou – To Nowhere de Pamela Nassour, Harmonica de Jad Dona, That Stupid Armenian’s Motion Picture Show or Garen de Hrag Meguerditchian, Until The Rain Wanes de Marianne Bou Mosleh, NightShift, "طعمي السمكات" de Marc Salameh, Chmout de Rami Aidamouni, The War Of Others de Rami Ghorra, And The Party Goes On! de Michael Asmar, I Want To Be Understood And Ignored de Shadi Rabahi, Recipe In Exile de Chantal Kassarjian, What’s Your Name? de Nour Al-Moujabber, Day 6 de Layal M. Rajha et CORONA DAYS, "زمن كورونا" de Layal M. Rajha.

    Cette première édition du Festival du film libanais est un autre moyen de soutenir un pays et une culture singulièrement mis à mal cette année.

    La soirée d'ouverture aura lieu à l'Institut du monde arabe le mercredi 7 octobre.

    Le Festival du Film Libanais de France
    Du 7 au 11 octobre 2020 au cinéma Le Lincoln, Paris 8e
    https://fflfofficial.fr

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Bientôt, 42 heures pour un court

    L'édition 2019 du Festival "42 Heures pour un Court" se prépare.

    Cela se passera à Montargis, du vendredi 8 novembre à 18H au dimanche 11 novembre, avec, à 15H, la projection des courts-métrages réalisés pendant ces 42 heures, et à 20H la remise des prix par le jury.

    Le principe de ce concours ciné est d"une simplicité évangélique : 
    - 4 contraintes à respecter
    - 8 minutes pour raconter une histoire
    - 42 heures pour écrire, tourner et monter un court-métrage

    Les vidéastes confirmés ou amateurs, entre amis ou entre collègues, invités à participer au 13e triathlon vidéo de Montargis qui aura lieu du 8 au 10 novembre 2019.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'Association Art et Culture Montargis

    Je vous en dirai plus dans quelques jours...

    http://www.art-et-culture-montargis.com

    Voir aussi : "Dans le jury de "42 heures pour un court"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Du vin, des arts et de la fête

    Saviez-vous que Suresnes a été une terre de vignerons ? Ce patrimoine viticole est justement l’objet du Festival des vendanges et des arts de la rue. La 36 e édition aura lieu ce week-end, les 4, 5 et 6 octobre 2019.
    Comment fêter le vin dans un territoire qui, historiquement, a été l’un des plus anciens et des plus importants du pays.

    Créé en 1957, la toute première manifestation, à la fois kermesse populaire et salon de dégustation, devient dès 1983 un festival dédié aux arts de la rue. La vigne profite également d’une cure de jouvence avec la mise en place de nouveaux procédés de vinification et l’installation de cuves en inox. En 2018, Le millésime de 2016 de l’association du Clos du Pas Saint -Maurice remporte le premier prix du concours des vins blancs d’Île-de-France, organisé par Le Parisien et la Revue du Vin de France.

    Cette année encore, Suresnes célèbre le vin à travers le théâtre de rue : "Un festival qui fait confiance aux artistes et qui revendique plus que jamais la liberté de création dans l’espace public" dit Peggy Desmeules, la directrice artistique de cet événement. Pour cette nouvelle édition, les productions proposent au public des créations gratuites invitant le public à s’émouvoir, s’interroger et vivre des expériences nouvelles.

    Dès le vendredi 4 octobre à 20H30, le Collectif Plateforme présentera Trafic, spectacle grave et provocateur sur la prostitution : qui sont ces travailleuses du sexe ? La prostituée est-elle une marchandise comme une autre ? Ou bien symbolise-t-elle une nouvelle forme d’esclavage ?

    Le samedi, c’est le collectif BallePerdue qui sera à l’honneur, avec GORA, un selfie au milieu des Sioux. Ce spectacle auto-fictionnel retrace la déambulation poétique d’un gamin en skateboard. Il croisera des bisons, des sioux, dans un monde peuplée de souvenirs, de rêves et de peuples réels ou imaginaires.

    Le Festival des vendanges de Suresnes a su sortir du traditionnel salon de dégustation

    Le dimanche sera une journée particulièrement riche en spectacles. La Compagnie Hydragon mettre en place son "Service Public Facteur" à travers sa Pétillante aventure épistolaire / Les facteurs d’amour. Les facteurs d’amour offriront au public un cadre convivial et chaleureux pour prendre le temps d’écrire "je t’aime" à un parent, un ami ou à un amoureux ou une amoureuse. L’amicale des Misanthropes proposera Le barbier, l’histoire d’un homme obnubilé par cette question : "Rendre l’âme d’accord, mais à qui ?" La Compagnie La Baleine-Cargo racontera, elle, le récit de la Poulette crevette, une histoire décalée, pleine d’humour et de suspense qui parlera de tolérance.

    Acid Kostik jouera, durant l’après-midi, Sandy et le vilain Mc Coy. Les interprètes, Tony, Dylan et Jacky, bonimenteurs patentés, dévoileront leur nouvelle attraction, le BX4000, une projection cinématographique en 3D augmentée d’un chef d’œuvre incontournable, et surtout libre de droit, Sandy et le vilain Mc Coy : un western unique en son genre, avec des méchants, des Colt et des "chevals !" NonDeDieu, du duo Kumulus contera, de son côté, le pari d’un metteur en scène et "ses" comédiens de créer un spectacle.

    Le festival de Suresnes laissera également une large place aux marionnettes (Compagnie Mungo), aux arts du cirque (Compagnie Presque Siamoises, Five Foot Fingers, Compagnie des Plumés) à la danse (Totaal Theater, la Compagnie des grandes personnes, la Compagnie des mangeurs de cercle) ou à la musique (Radix, Compagnie progéniture, Audrey et les faces B).

    Le Festival des vendanges de Suresnes a su sortir du traditionnel salon de dégustation pour faire de ces trois journées un événement atypique au cœur de la cité. Trois jours de surprises et de découvertes pour rappeler l’histoire d’un patrimoine vinicole qui ne cherche qu’à revivre.

    Festival Vendanges Arts de la Rue
    Suresnes, les 4, 5 et 6 octobre 2019
    https://www.suresnes-tourisme.com/festival-vendanges-suresnes.html

    Voir aussi : "Paul Pariente au fourneau et au slam"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ciné mobile

    Le Mobile Film Festival revient cette année encore, 15 ans déjà après sa création, avec les règles qui ont fait son succès : ​1 téléphone mobile, 1 minute, 1 film​, tout en imposant aux réalisateurs ​un thème engagé : "ACT NOW on climate change", en partenariat avec Youtube Creators for Change et UN Climate Change. Une initiative qui fait bien sûr sens en cette période d’urgence climatique. Dans ce cadre, les réalisateurs sont invités à soumettre leurs films jusqu’au 16 octobre.

    Le jury est composé cette année des comédiennes et comédiens Juana Acosta, Hugo Becker, Dali Benssalah, Emma de Caunes, Sara Giraudeau, Arnaud Valois, de la réalisatrice et comédienne Monia Chokri, de Magali Payen, productrice et fondatrice de On est prêt et Imagine 2050 et de Patricia Ricard, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard.

    Le Mobile Film Festival remettra 46.000 € de bourses de création : le Grand Prix International (20.000€ attribués par Youtube Creators for Change), le Grand Prix France (20.000€ attribués par Youtube Creators for Change), le Prix du Scénario (3.000 € attribués par le CNC), le Prix de la Mise en Scène (3.000 € attribués par le CNC) et le Prix L’Extra Court (700€ attribués par l’Agence du court métrage pour l’acquisition d’un court métrage).

    Les deux bourses remises par YouTube Creators for Change, de 20.000 € chacune, permettront aux réalisateurs lauréats de réaliser en un an un court métrage avec des moyens professionnels et l’aide d’un producteur. Le CNC remettra de son côté deux bourses d’aide à l’écriture de 3.000€ chacune qui permettront aux lauréats d’intégrer des résidences d’écriture.

    Lors de la précédente édition, le Mobile Film Festival avait reçu plus de 700 films de 81 pays et avait réalisé une audience de 21 millions de vues.

    À vos téléphones et à vos stylos, donc. Vous avez jusqu’au 16 octobre pour travailler et proposer vos courts pour l’un des festivals de cinéma les plus originaux et les plus populaires.

    Mobile Film Festival
    "ACT NOW on climate change"
    www.mobilefilmfestival.com

    Voir aussi : "Les 10 festivals qu’il faut avoir faits dans sa vie"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Je suis retournée à Manderlay

    Notre hors-série sur Tatiana de Rosnay se termine (presque) comme il a commencé : par un retour sur les terres de Daphné du Maurier, une artiste fondamentale pour qui veut comprendre l’auteure d’Elle s’appelait Sarah ou de Boomerang.

    Nous revoici donc revenu à Manderley, sur les terres de Rebecca, que l’auteure franco-britannique met en scène dans sa courte pièce Rebecca m’a tuée (éd. L'Avant-scène théâtre). Cette œuvre très atypique dans la bibliographie de Tatiana de Rosnay a été écrite à l’occasion de la cinquième édition du festival Le Paris des femmes" qui a eu lieu du 8 au 10 janvier 2016. Neuf auteures (Stéphanie Blanchoud, Alma Brami, Claire Castillon, Léonore Confino, Carole Fréchette, Claudie Gallay, Cécile Ladjali, Valérie Tong Cuong et Tatiana de Rosnay) et un auteur (Christian Siméon) étaient invités à revisiter Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski à travers des pièces courtes.

    Les ombres de papier viennent hanter les vivants jusqu’à la folie

    C’est sans surprise que Tatiana de Rosnay a proposé avec Rebecca m’a tuée une plongée dans l’univers de Daphné du Maurier et de son alter-ego romanesque, Rebecca. Dans sa propriété de Manderley – à moins qu’il ne s’agisse de la propriété de Menabilly qu’elle vénérait – l’écrivain traverse une phase de dépression lorsqu’une voix l’interpelle : il s’agit de Rebecca, son célèbre personnage de papier. Comment la faire taire ? "Même si vous avez écrit d‘autres romans, on ne vous parle que de celui-là, Rebecca, Rebecca." Et si tout cela existait réellement ? Et si Manderley n’était pas une simple fiction, contrairement à ce qu’affirme Daphné du Maurier ("Manderley n’existe pas. Vous le savez bien. Et tout ceci n’est qu’un rêve") ?

    Dans cette histoire à l’atmosphère hitchcokienne, les ombres de papier viennent hanter les vivants jusqu’à la folie. L’écriture devient un labyrinthe où le vrai se mêle au faux, et où les personnages de fiction s’adressent aux êtres de chair et de sang. Tatiana de Rosnay fait de Rebecca une créature écrasant de sa présence une artiste qui ne peut s’en défaire ("Tu es tout le temps là, Rebecca. Le matin, quand je me lève et que je prends ma tasse de café et ma tartine au miel, je sais que tu me vois"). C’est une lutte qui est racontée et dont la genèse démarre avec le roman de 1937. Une lutte mortelle dont les protagonistes sont les personnages fictifs de Rebecca et de madame de Winter. Daphné du Maurier doit s’effacer et les laisser vivre. Les romans ne meurent jamais, dit aussi en substance Tatiana de Rosnay.

    Tatiana de Rosnay, Rebecca m’a tuée, in Crimes et Châtiments
    éd. L'Avant-scène théâtre, coll. Quatre-vents, 2015, Paris, 13 p.
    http://www.tatianaderosnay.com

    http://www.parisdesfemmes.com/2016

    Voir aussi : "Tatiana de Rosnay, son œuvre" 
    "Sur les pas de Daphnée du Maurier"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !