Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

comédie

  • Au-delà de cette limite, votre bracelet n’est plus valable

    C’est à un lieu atypique que s’intéresse cette chronique : le Sweet Paradise, joliment nommé "bar à fantasmes". Cet endroit est présenté comme "un espace bienveillant où chacun peut librement exprimer ses désirs, loin de tout jugement" et où l'érotisme et la sensualité règnent en maître. Sweet Paradise a une ligne claire : les fantasmes et leur réalisation. Deux salles existent, dont une est dédiée aux spectacles.

    Le projet artistique "Sweet Experience" propose à partir du 15 septembre la première pièce de théâtre de Flore Cherry, Le plus beau jour (de votre vie), mis en scène par Arthur Vernon. Journaliste, responsable éditoriale à Union et chroniqueuse radio à Sud Radio, Flore Cherry est également auteure. Nous en avions déjà parlé sur Bla Bla Blog. Elle se lance aujourd’hui dans le théâtre avec cette comédie amoureuse et loufoque qui réutilise à sa manière les ficelles du vaudeville, avec une bonne dose d’impertinence et de sensualité. 

    Faire en sorte que son mariage soit bien le plus beau jour de sa vie

    Quelques mots sur l'histoire. Rose-Marie se marie mais n'a jamais connu l'orgasme. Après avoir révélé ce problème gênant à sa sœur et sa mère, toute la famille décide d’ aider Rose-Marie et faire en sorte que son mariage soit bien le plus beau jour de sa vie.

    Le public est mis à contribution pour guider la jeune femme dans cette quête personnelle et sensuelle. L’interactivité est au cœur de la comédie de Flore Cherry : avant de rentrer sur scène, chaque spectateur et spectatrice peut choisir le niveau d’interactivité à l’aide d’un bracelet : bracelet bleu, vous restez un simple spectateur observateur ; bracelet jaune, vous assistez activement Rose-Marie dans sa quête ; bracelet rouge, vous n'avez aucune limite et vous êtes prêt à tout pour aider Rose-Marie. Voilà qui promet d'épicer chacune des représentations !

    Flore Cherry et le Sweet Paradise, dont elle est la cofondatrice, promet un spectacle alliant le théâtre, la sensualité, l’intimité et l’humour. On n'en doute pas une seule seconde. 

    Le plus beau jour (de votre vie) est sur scène au Sweet Paradise (Paris, 2e) à partir du 15 décembre, chaque mercredi et samedi à 20h30. Pour personnes majeures et public averti.

    Flore Cherry, Le plus beau jour (de votre vie), Sweet Paradise
    12 rue Marie Stuart (Paris, 2e)
    À partir du 15 septembre
    Les mercredis et samedis à 20h30
    https://www.sweetparadiseparis.com
    https://www.facebook.com/SweetParadiseParis
    https://www.facebook.com/flore.cerise
    @Flore_Cherry

    Voir aussi : "Union TV : un nouveau média pour une nouvelle révolution sexuelle"
    "L’art d’être polisson"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Chacun cherche son âne

    Le spectateur d’Antoinette dans les Cévennes, la formidable comédie de Caroline Vignal avec Laure Calamy dans le rôle-titre, ne devrait pas passer à côté de l’influence majeure du scénario : un autre voyage dans les Cévennes en 1879 effectué par l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson et qu’il a conté dans son récit Voyage avec un Âne dans les Cévennes.

    Près de 150 ans plus tard, c’est la pétillante Antoinette, institutrice de son état, qui s’embarque dans une drôle d’aventure après qu’elle ait appris que son amant Vladimir – qui est aussi le parent d’une de ses élèves – est parti dans les Cévennes avec sa femme, sa fille et un âne. Ces vacances contrarient la jeune femme, folle amoureuse de cet homme marié et avec qui elle a des projets pour l’été. Sur un coup de tête, elle part elle aussi dans les Cévennes pour rejoindre son bien-aimé. Arrivée sur place, on lui confie pour son voyage Patrick, un âne.

    Sur une histoire des plus simples – une jeune femme part en pleine cambrousse surprendre son amoureux – Caroline Vignal a construit une délicieuse comédie portée avec talent, justesse et humour par Laure Calamy que l’on avait découverte dans la série Dix pour cent

    L’âne Patrick fait écho à l’amant Vladimir, bien plus têtu

    Antoinette est sur tous les plans de cette histoire d’une amoureuse éconduite marchant sur les pas de Robert Louis Stevenson. Astucieusement, très tôt dans le film, la réalisatrice et scénariste fait dévoiler à des touristes ébahis ce projet de voyage, transformant du même coup cette Antoinette en héroïne locale au fur et à mesure de son excursion.

    Le voyage dans cette superbe nature cévenole devient le cœur du récit, à telle enseigne que les retrouvailles des deux amants ont lieu assez tardivement dans le récit – et en mettant cette fois l’épouse trompée en avant. Les kilomètres passés sur le GR® 70 ("le chemin de Stevenson") devient aussi pour Antoinette un périple initiatique – et drôle – entrepris par l’institutrice à la fois sensible, fantaisiste, passionnée et sacrément culottée. La relation qu’elle finit par nouer avec son compagnon, l’âne Patrick, parvient à nous toucher. Sans doute aussi parce que l’animal fait écho à l’amant Vladimir, bien plus têtu.  

    Pour Antoinette dans les Cévennes, Laure Calamy a obtenu cette année un César mérité pour son interprétation inoubliable. 

    Antoinette dans les Cévennes, comédie française de Caroline Vignal,
    avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe et Olivia Côte, 2020, Canal+
    https://www.unifrance.org/film/48231/antoinette-dans-les-cevennes
    https://www.canalplus.com/cinema/antoinette-dans-les-cevennes

    Voir aussi : "Un dernier 10%"
    "S’il vous plaît, rembobinez"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Épouser une sotte pour n'être point un sot

    Il ne reste plus que trois jours pour aller voir et écouter L’École des Femmes au Théâtre Dejazet. "Voir et écouter" car cette création est une comédie et un ballet lyrique imaginée par Nicolas Rigas. Le metteur en scène entend retrouver le Molière du XVIIe siècle, artiste complet capable de mêler dans ses chefs d’œuvres le théâtre, la musique – en l’occurrence celle de Jacques Offenbach –, la danse, le chant, les acrobaties et la farce : "L’École des Femmes me donne, une fois encore, l’opportunité d’associer toutes ces facettes du spectacle vivant qui sont autant « d’outils » que j’utilise avec joie pour mes créations," commente Nicolas Rigas.

    L’École des Femmes est une comédie de mœurs grinçante. Arnolphe, riche bourgeois, n’a qu’une hantise : se marier à une femme qui le fasse cocu. Pour remédier à cela, il a élevé à l’écart du monde et dans l’ignorance la plus totale Agnès, une jeune femme de plus de vingt ans sa cadette : "Épouser une sotte pour n'être point un sot" (acte I, scène 1). Il a l’espoir d’en faire une épouse "modèle". Mais les plans de notre homme ne se déroulent pas comme prévu lorsque Agnès tombe amoureuse d’un autre homme : Arnolphe découvre à ses dépendants "que jamais, par la force, on entra dans un cœur."

    Une comédie dont le fil conducteur est une tragédie

    Comme le précise Nicolas Rigas, L’École des Femmes est une comédie dont le fil conducteur est une tragédie sur l’amour et sur ses atermoiements : "Arnolphe ne sait pas aimer, ne sait pas se faire aimer et n’est pas aimé." Ce mélange des genres est non seulement assumée mais en plus assumée grâce à une sélection d’extraits de l’opéra d’Offenbach, Les Contes d’Hoffmann : "J’ai retrouvé chez l’Arnolphe de Molière les traits des diables d’Offenbach avec leur amour jaloux et destructeur; dans les différents personnages féminins de l’opéra (Olympia, "la poupée" ; Antonia, "la romantique" et Giulietta, "la femme libérée"), le parcours d’Agnès qui passe de l’innocence à la maturité; et dans Alain et Georgette, les personnages niais et loufoques des serviteurs de Spalanzani et Pittichinaccio."

    Cette pièce comique aurait pu faire, à près de chose près, une tragédie, ajoute en conclusion le metteur en scène. Il ne reste que peu de jours pour découvrir ce classique de Molière, notre éternel contemporain, au théâtre Déjazet.

    L’École des Femmes de Molière et Jacques Offenbach, mise en scène par Nicolas Rigas,
    avec Nicolas Rigas, Martin Loizillon, Amélie Tatti, Antonine Bacquet, Romain Canonne,
    Jean Adrien, Salvatore Ingoglia, Philippe Ermelier et Raphaël Schwobb

    Au Théâtre Déjazet, jusqu’au 31 décembre 2018
    Le samedi 29 décembre à 20h45 et le lundi 31 Décembre à 20h45
    http://www.dejazet.com/spectacles/lecole-des-femmes

    Voir aussi : "Les pétasses magnifiques"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !