Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

allemagne

  • Cours, Etsy, cours

    Pin it!

    Unorthodox a été la série à succès inattendue de cette période de confinement. Une mini-série en réalité : avec quatre épisodes cette création Netflix n’impose pas un temps interminable de binge-watching. Là est sans doute l’une des raisons du succès d’Unorthodox. Mais pas que.

    À vrai dire, la série allemande avait tout pour faire fuir de nombreux spectateurs : le récit a priori aride d’un déracinement et d’une séparation, une plongée dans l’univers peu connu des hassidiques, des acteurs inconnus et le refus du spectaculaire.

    Esther Schwarz est Etsy, une jeune New-yorkaise élevée dans un milieu orthodoxe extrêmement pieux, si pieux que le respect des rituels juifs vire à l’obsession jusque dans la vie quotidienne. Etsy a été élevée par sa grand-mère et sa tante après la séparation de sa mère, Alex, partie vivre en Allemagne. Le père, lui, est incapable de l’élever. Alcoolique et aussi croyant que les autres membres de sa famille, il a laissé sa mère et sœur le soin de s’occuper de sa fille. Et s’occuper d’elle signifie surtout la marier.

    Sa famille lui trouve un homme, Yanky Shapiro, aussi respectueux des traditions qu’il peut être doux et très réservé. Mais les relations entre Esther et Yanky s’aggravent en raison de la pression sociale pour qu’elle devienne mère. Un an après les noces célébrées en grande pompe, Etsy décide de fuir pour rejoindre Berlin. Sa mère y vit toujours, mais entre les deux femmes les liens ont été coupés depuis longtemps, car Alex elle-même a dû se séparer de son mari peu de temps après la naissance d’Essther. Pendant ce temps, le rabbin de la communauté hassidique demande à Yanky de partir en Europe récupérer son épouse. Pour l’accompagner, on lui impose la présence de son cousin Moishe. Les deux hommes s'envolent pour Allemagne pour retrouver celle qui a fui leur communauté.

    Il faut la voir débarquer à Berlin, à la fois éblouie, fascinée et apeurée

    Unorthodox est l’adaptation du récit autobiographique de Deborah Feldman, The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots (2012). Pour raconter cette histoire d’une fuite et d’une libération, les showrunneuses ont insisté sur la construction intérieure d’Esty, se trouvant du jour au lendemain livrée à elle-même dans un monde qu’elle ne connaît pas. Il faut la voir débarquer à Berlin, à la fois éblouie, fascinée et apeurée. Une baignade, un concert de musique classique ou une soirée en boîte de nuit prennent des allures de découvertes ahurissantes et déstabilisantes. Esty y découvre à cette occasion l’amitié, l’amour, une vocation mais aussi la grisante incertitude de la liberté.

    Esther est interprétée par Shira Haas, impressionnante de bout en bout et littéralement métamorphosée lors de son arrivée en Europe. Elle endosse avec un naturel désarmant cette femme déracinée d'un milieu toxique et bien décidée à se battre pour exister. Mais cette quête pour son identité en cache une autre : celle d’une jeune femme juive se reconstruisant sur les lieux mêmes où la Shoah a pris corps. La série multiplie les références et les symboles de ce traumatisme : la fameuse baignade dans le lac en face de Wannsee (le lieu de la tragique conférence du 20 janvier 1942), la tête rasée d’Etsy, des conversations sur le nazisme et même une chemise rayée que porte un moment la jeune femme.

    On ne racontera pas la fin de cette série, qui fait d’un concours de musique la conclusion d’un récit intelligent et émouvant sur la liberté, les racines, le féminisme mais aussi la réconciliation.

    Unorthodox, mini-série dramatique allemande d’Anna Winger et Alexa Karolinski
    avec Shira Haas, Amit Rahlav et Jeff Willbursch
    une saison, 4 épisodes, 2020, Netflix

    https://www.netflix.com/fr/title/81019069

    Voir aussi : "Mando, l'autre Boba Fett"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Schopenhauer révélé

    Pin it!

    schopenhauer,philosophe,allemagne,goethePour qui n’est pas familier de Schopenhauer, l’essai synthétique d’Ugo Batini est parfait pour découvrir le philosophe le plus lu au XIXe siècle. L’auteur du Monde comme Volonté et comme Représentation (1819), ouvrage majeur s’il en est, s’est pourtant fait connaître sur le tard. Il a 60 ans lorsqu’une revue anglaise s’intéresse à cet "iconoclaste dans la philosophie allemande." C’est le point de départ d’une notoriété qui ne s’arrêtera plus, jusqu’à son décès sept ans plus tard en 1860. Arthur Schopenhauer, "philosophe autant qu’artiste", a laissé l’image tenace et largement galvaudée d’un intellectuel aigri, pessimiste et vouant un mépris pour les hommes (il leur préfère largement ses chiens, dit-on).

    Cette légende, Ugo Batini entend la démystifier grâce à son essai, mêlant la biographie et et l’essai de philosophie. Et l’on découvre un homme prenant chair, dans une époque troublée. Né à Dantzig l’année précédant la Révolution française, Arthur Schopenhauer vit dans une Europe abîmée par les guerres napoléoniennes. Issu d’une famille de la petite bourgeoisie allemande, le jeune homme sera toute sa vie hantée par un père qu’il a toujours vénéré et une mère intellectuelle, tenant un salon réputé. Elle sera aussi la célébrité de la famille grâce à des succès éditoriaux.

    En suivant ses parents en voyage à Toulon puis à travers l’Allemagne, et en touchant au commerce et à la médecine, Arthur Schopenhauer bâtit peu à peu un système philosophique, inédit par ses influences comme par ses concepts : "[Il] développe une véritable Natur-philosophie, qui cherche à expliciter la totalité des phénomènes de la nature sans les réduire à la simple opposition de la matière et de l’esprit."

    Ugo Batini parle des influences de philosophes et de courants de pensée : Platon, le scepticisme (Gottlob Ernst Schulze) et Kant, qu’il étudie avec passion, avant d’en critiquer les idées. Schopenhauer met en jeu la question de l’intuition et de l’expérience, contre l’idéalisme sous toutes ses formes (critique, subjectif ou absolu).

    Une influence inattendue : celle du bouddhisme

    En pleine guerre napoléonienne, Arthur Schopenhauer rencontre Goethe, qui salue en lui "un homme remarque et plein d’intérêt." Ensemble, ils travaillent sur un Traité des Couleurs, en 1810, qui marque à la fois une rupture entre ces deux génies et qui constitue aussi le ferment du Monde comme Volonté et comme Représentation : "Schopenhauer a besoin pour établir son système de rapatrier les couleurs dans l’œil alors que le tempérament réaliste de Goethe ne pouvait l’empêcher de les laisser aux mains de la nature."

    Le lecteur trouvera dans cet essai biographique un chapitre passionnant sur une influence inattendue : celle du bouddhisme. Au début du XIXe siècle, les sciences orientales sont en pleine renaissance, et le philosophe allemand y trouve une puissante inspiration : "[Il] n’en retient spécifiquement que trois éléments : sa conception non-individuelle des âmes ou métempsychose (…), l’appréhension purement négative de la délivrance… [et] l’idée un peu réductrice d’une religion athée." La référence au brahmanisme est au cœur du Monde comme Volonté et comme Représentation.

    Son essai majeur est publié en 1819, ne suscitant que peu de réactions, jusqu’à la parution de cet article anglais élogieux, trente ans plus tard. Ugo Batini consacre les cent dernières pages de son essai à expliquer la portée de son système de pensée. Le lecteur est pris par la main pour découvrir les concepts développés par le philosophe : la conscience meilleure ("un négatif de la conscience empirique"), la contemplation esthétique (car Schopenhauer peut être vu autant comme un philosophe que comme un artiste), l’irréalité du monde (cette "fragilité de la représentation"), l’"intrication intime du sujet et de l’objet" et la place centrale de la volonté. Ugo Batini avance pas à pas pour nous faire saisir les concepts novateurs - et parfois complexes - de Schopenhauer. "Ainsi, le monde entier nous apparaît bien comme une représentation, mais il se trouve qu’au sein de toutes nos représentations il en existe une singulière dont nous saisissons la face cachée : le corps."

    "Quelle est la clef de l’énigme de l’essence du monde" ? Quel est le lien entre corps et volonté ? Peut-il y avoir une métaphysique de la nature ? Quid de l’art et de l’expérience esthétique ? Ce sont autant de questions qu’aborde ce Schopenhauer.

    Hugo Batini réussit à faire du philosophe non plus ce vieillard acariâtre mais un homme sachant parler de la nature, de la compassion, de l’amour et des arts. Un Schopenhauer enfin révélé.

    BC

    Ugo Batini, Schopenhauer, éd. Cerf, coll. Qui es-tu ?, 2020, 200 p.
    https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18941/schopenhauer
    https://www.schopenhauer.fr

    Voir aussi : "Dante, voyage au bout de l'enfer"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • En route vers les plus belles bibliothèques du monde

    Pin it!

    Les bibliothèques sont des lieux incontournables du savoir, mais pourquoi ne pas les voir également comme des lieux de tourisme à visiter et à découvrir ?

    Holidu, le moteur de recherche de locations de vacances, a dressé une liste des plus belles bibliothèques d'Europe, en sélectionnant 5 bâtiments modernes et 5 plus traditionnelles.

    Parmi ces bibliothèques, une seule vient de France, et il ne s’agit pas forcément celle que l’on attendait.

    À visiter, et en silence si possible, bien entendu.

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Wirtschaftsuniversität Wien, Vienne (Autriche)

    A Vienne on s’attend toujours à une architecture classique, à des bâtiments colorés, à croiser Sissi au coin de la prochaine rue… Mais ici, rien de tout ça. Cette bibliothèque à l’architecture hors du commun ressemble à un sous-marin. À moins que ce ne soit un robot, ou à… un mouvement. Une architecture si moderne et si futuriste, et qui date pourtant de 1898. Du modernisme avant l’heure.
    Catalogue : 745 797 livres, 59 006 livres électroniques, 1 014 journaux, 18 116 revues électroniques, 119 bases de données.
    Heures d'ouverture : tous les jours de 8H à 20H
    https://www.wu.ac.at

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque royale de Copenhague (Danemark)

    Aussi connue sous le nom de "diamant noir", la bibliothèque royale de Copenhague est un véritable joyau d’architecture néo-moderne. Située dans le centre historique et dominant le détroit de l'Øresund elle fut construite en 1999. Un style assez surprenant aux multiples facettes.
    Catalogue : 745 797 livres, 59 006 livres électroniques, 1 014 journaux, 18 116 revues électroniques, 119 bases de données.
    Heures d'ouverture : tous les jours de 8H à 20H
    http://www.kb.dk/en

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque de l'Université de Varsovie (Pologne)

    Une bibliothèque étudiante ou une oasis au beau milieu de la ville ? La bibliothèque universitaire de Varsovie a été fondée en 1816, et son nouveau bâtiment inauguré en 1999. Résolument moderne et colorée, elle comprend également une terrasse avec quatre jardins différents. Sa beauté lui a valu de nombreuses récompenses.
    Catalogue : 350 000 volumes
    Heures d'ouverture : tous les jours de 9H à 21H
    https://www.buw.uw.edu.pl

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque centrale Oodi, Helsinki (Finlande)

    Sans conteste une œuvre architecturale comme on en trouve peu. La bibliothèque centrale d’Oodi et ses courbes mystérieuses, nous emportent à bord de son navire et sur les flots. Depuis son inauguration en 2018, beaucoup événements et de workshop y sont organisés, notamment sur le sujet du développement durable.
    Catalogue : 100 000 livres (en 17 langues), journaux, films et jeux vidéo
    Heures d'ouverture : milieu de semaine de 8H à 22H et le week-end de 10H à 20H
    https://www.oodihelsinki.fi

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Stadtbibliothek am Mailänder Platz à Stuttgart (Allemagne)

    Dessinée par l'architecte coréenne Eun Young Yi, la bibliothèque municipale de Stuttgart, est un véritable bijou d’architecture. Un style contemporain et minimaliste, que l’on croirait presque imaginé pour Instagram. Ses neuf étages se rejoignent en empruntant un escalier en colimaçon très différent puisqu’il est carré…
    Catalogue : 500 000 volumes
    Heures d'ouverture : du lundi au samedi de 9H à 18H
    http://www1.stuttgart.de/stadtbibliothek

    Le classement s’intéresse aux bibliothèques traditionnelles et plus anciennes :

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque John Rylands, Manchester (Royaume-Uni)

    La bibliothèque John Rylands à Manchester a été ordonnée en 1889 par Enriqueta Rylands en mémoire de son mari. Dessiné par l'architecte Basil Champneys, ce somptueux un bâtiment néo-gothique a pris 10 ans à la construction. La bibliothèque aujourd’hui abrite une grande collection de livres rares et de manuscrits.
    Catalogue : 250 000 livres, un million de manuscrits
    Heures d'ouverture : du mardi au samedi de 10H à 17H et les lundi et dimanche de 12H à 17H
    https://www.library.manchester.ac.uk/rylands

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Stiftsbibliothek Admont, Admont (Autriche)

    La plus grande bibliothèque monastique du monde se trouve à Admont en Autriche. Son style baroque nous transporte tout droit dans un conte de fée... Les murs sont couverts de fresques et de dorures et les pièces très lumineuses à fin "d’éclairer les esprits". L'entrée coûte 11,50 €.
    Catalogue : 200 000 volumes
    Heures d'ouverture : tous les jours de 10H à 17H
    https://www.stiftadmont.at/seitenfehler

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Kloster Wiblingen, Ulm (Allemagne)

    Si le style Rococo n’est pas au goût de tous, il faut bien avouer qu’il est tout de même impressionnant. Cette incroyable bibliothèque se cache dans un monastère bénédictin du début du XXe siècle. Longue de 72 mètres, richement décorée de fresques, de statues et de colonnes en marbre, c’est un émerveillement assuré. L’entrée est de 5 €.
    Catalogue : 9 000 volumes
    Heures d'ouverture : du mardi au dimanche de 10H à 17H
    https://kloster-wiblingen.de

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque Marciana, Venise (Italie)

    La bibliothèque Marciana est l’une des plus grandes et plus prestigieuses bibliothèques d'Italie. Elle contient l'une des plus importantes collections de manuscrits grecs, latins et orientaux au monde. Située sur la fameuse Piazza San Marco, elle se distingue par un style élégant et résolument inhabituel pour cette période de fin du XVIème.
    Catalogue : 622 804 volumes, 2 887 incunables, 13 113 manuscrits, 24 069 manuscrits du XVIe siècle
    Heures d'ouverture : milieu de semaine 8H20 à 19H et le week-end de 8H20 à 13.30
    https://marciana.venezia.sbn.it

    bibliothèques,holidu,classement,wirtschaftsuniversität wien,vienne,autriche,bibliothèque royale de copenhague,danemark,bibliothèque de l'université de varsovie,pologne,oodi,helsinki,finlande,stadtbibliothek am mailänder platz,stuttgart,allemagne,john rylands,manchester,royaume-uni,stiftsbibliothek admont,kloster wiblingen,ulm,bibliothèque marciana,venise,italie,bibliothèque sainte-geneviève

    Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris

    Cette belle bibliothèque parisienne a été achevée en 1850 et a la particularité de ne s'inscrire dans aucun courant artistique. Il est donc sujet à la "libre interprétation". Sur les murs de la nef principale sont gravés les noms des auteurs les plus importants.
    Catalogue : 1,5 million de volumes, 85 000 manuscrits, 15 000 périodiques, 87 bases de données.
    Heures d'ouverture : du lundi au samedi de 14H à 18H
    http://bsg.univ-paris3.fr/iguana/www.main.cls

    https://www.holidu.fr
    https://www.wu.ac.at
    http://www.kb.dk/en
    https://www.buw.uw.edu.pl
    https://www.oodihelsinki.fi
    http://www1.stuttgart.de/stadtbibliothek
    https://www.library.manchester.ac.uk/rylands
    https://www.stiftadmont.at/seitenfehler
    https://kloster-wiblingen.de
    https://marciana.venezia.sbn.it
    http://bsg.univ-paris3.fr/iguana/www.main.cls

    Voir aussi : "Sur les pas d’Harry Potter, de Game of Thrones ou d’Outlander"

    © Landeshauptstadt Stuttgart - © WU Wien - © Royal Library Copenhagen - © Andrew Seles - © Maarit Hohteri - © Tecmark - Ltd via Flickr - © Admont Abbey - © LMZ Steffen Hauswirth - © Biblioteca Marciana - © Bibliothèque Sainte-Geneviève

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • L’abîme est bordé de hautes demeures

    Pin it!

    éric vuillard,allemagne,nazisme,hitler,munich,anschluss,autriche,goncourt,romanLe titre de cette chronique reprend l’une des phrases qui clôt le roman L’Ordre du Jour (éd. Actes Sud, prix Goncourt 2017). Sur une période historique bien connue et enseignée dans tous les lycées – l’escalade irrésistible vers la seconde guerre mondiale – le court, dense et passionnant ouvrage d’Éric Vuillard relate les faits d’armes diplomatiques, les lâchetés politiques comme les combines économiques qui ont donné quitus à Hitler et ses sbires pour avancer leurs pièces jusqu’au déclenchement du conflit planétaire en 1939.

    Le roman s’ouvre et se clôture sur les liens entre les pontes de l’industrie allemande (et ces fleurons bien connus : Krupp, BMW, Siemens, IG Farben ou Schell) et les responsables nazis pour une alliance qui se voulait gagnante-gagnante : aux uns des marchés assurés (pendant la future guerre, les entreprises alliées aux nazis bénéficieront également d’une main d’œuvre servile), aux autres un soutien financier capital, à quelques mois des élections de mars 1933 qui verront arriver Hitler à la Chancellerie.

    Un accord faustien

    Cet accord faustien est le premier acte d’une sorte de partie d’échecs à l’échec européenne. La suite a lieu dans les couloirs feutrés de la diplomatie. Elle a pour enjeu l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne. Éric Vuillard suit heure par heure les discussions, les manœuvres, les parties de poker-menteur, les mensonges, les dissimulations et surtout la lâcheté des pays occidentaux – France et Grande-Bretagne en tête – lorsque l’Anschluss de 1938 devient une réalité. Une réalité qui prend toute son apparence à la fois pathétique et cruelle lorsque l’auteur nous parle de l’invasion chaotique et picaresque de l’invasion, comme des drames humains qui se jouent en Autriche parmi la population juive. Il faut notamment lire cet ahurissant passage sur l’histoire des factures de gaz impayées à Vienne.

    Sous la plume d’Éric Vuillard, la diplomatie n’est plus qu’un jeu de dupe, une pièce de théâtre tragi-comique et surtout un instrument terrible au service d’une catastrophe humaine annoncée, et qui sera finalement validée par les accords de Munich le 29 septembre 1938. Hitler vient de gagner sa partie d’échecs. Plus rien ne pourra l’arrêter. On connaît les propos lucides d’Édouard Daladier à son retour d’Allemagne, lorsqu’à Paris une foule immense acclame le traité signé sensé sauver la paix : "Ah, les cons ! S’ils savaient !"

    Éric Vuillard, L’Ordre du Jour, éd. Actes Sud, 150 p. 2017

  • Il faut capturer Mengele

    Pin it!

    nazisme,aushwitz,eichmann,brésil,argentine,paraguay,amérique du sud,allemagne,roman,josef mengeleJosef Mengele représente une figure hors du commun dans l’histoire de la Shoah. D’abord pour ses responsabilités pendant la seconde guerre mondiale : fonctionnaire nazi fanatique et zélé, il fut nommé médecin en chef à Auschwitz de 1943 à 1945, une fonction qu’il occupa en véritable docteur Mabuse, envoyant à la mort des centaines de milliers de déportés. Ensuite par la manière dont il est parvenu à disparaître de la circulation après 1945. De ce point de vue, son itinéraire de fuyard est symptomatique des lacunes de la dénazification après la seconde guerre mondiale.

    Olivier Guez raconte dans son roman historique, La disparition de Josef Mengele (éd. Grasset, Prix Renaudot 2017), le parcours clandestin de cette sinistre figure de la Shoah, des quartiers sinistres de Buenos Aires jusqu’à une ferme isolée de Nova Europa, en passant par le Paraguay de Stroessner ou l’Uruguay. C’est notamment là que Mengele épousa en 1958 en seconde noce Martha, sa propre belle-sœur.

    En véritable détective, Olivier Guez nous prend par la main pour nous entraîner sur les pas du criminel de guerre, certes condamné par contumace, mais qui réussit grâce à ses nombreux soutiens en Amérique latine comme en Europe, à échapper à ses juges. En 1956, l’ancien médecin en chef et bourreau d’Auschwitz va même pouvoir revenir en Europe quelques mois pour voir ses proches, dont son fils.

    Il épouse en 1958 sa propre belle-sœur

    Le lecteur découvre, effaré, une idéologie nazie bien vivace, que ce soit dans l’Argentine péroniste ou dans une RFA traumatisée mais peu encline à véritablement aider à la chasse aux criminels de guerre. En Amérique latine, les anciens fonctionnaires ou militaires du IIIe Reich peuvent trouver des soutiens ou, à tout le moins, de l’indifférence, sinon de l’indulgence.

    À partir de 1960 et l’arrestation d’Eichmann, les choses se corsent cependant pour Mengele qui s’angoisse à l’idée de tomber entre les mains du Mossad. Le nazi en fuite vit dans la peur et la paranoïa permanente, qui ne le quitteront qu’avec sa mort en 1979, au cours d’une noyade au Brésil, sur les côtes atlantiques.

    Olivier Grez signe dans avec ce roman historique un récit plus vrai que nature des trente années d’une vie clandestine, au cours de laquelle jamais Mengele ne manifestera le début d’un remord.

    Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele, éd. Grasset, 2017, 237 p.

  • Il est de retour

    Pin it!

    99552091_o.jpgIl est de retour. Qui ? Adolf Hitler. Quand ? De nos jours.

    Voici le pitch étonnant et provocateur de ce best-seller allemand. Timur Vermes choisit d'aller droit au but dans cette satire au vitriol : soixante-dix ans après sa mort, sans que le lecteur ne sache pourquoi, l'ancien chancelier nazi se réveille au milieu d'un terrain vague, pour découvrir une Allemagne en paix et bien différente de ce qu'il connaissait : une femme est au pouvoir, la démocratie est bien installée, l'Europe est en paix, les Turcs ont pignon sur rue et les citoyens allemands ont perdu tout sens de combativité. L'ancien Führer décide de se remettre sur le devant de la scène, aidé en cela par une société de production. Après s'être familiarisé très facilement avec les moyens de communication modernes (smartphone, Internet, etc), il s'offre une tribune à la télévision et sur Internet et s'avère efficace en diable. Et, contre toute attente, son discours reçoit une large écoute.

    Un roman engagé qui ne prend aucune pincette pour dénoncer la montée des extrémismes, le populisme, la démagogie et la crédulité ambiante. 

    Timur Vermes, Il est de Retour, éd. Belfond, 406 p.