Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sexe

  • Indécent, non ?

    Bla Bla Blog a suivi le Salon de la littérature érotique dès sa toute première édition en 2016. Sept ans plus tard, l’événement organisé de main de maître par Flore Cherry revient, avec sa floraison de livres licencieux, de conférences sur la sexualité, de défis autour de la littérature érotique et de débats à la fois sérieux et décomplexés sur le couple, le genre et le sexe. La Bellevilloise accueille cette nouvelle édition le dimanche 19 novembre de 15h à 21h.

    Bien entendu, les auteurs et, surtout, autrices, seront les vedettes de ce salon, avec notamment Brigitte Lahaie, Camille Aumont-Carnel, Marilyn Jess, Octavie Delvaux, Les Sapphos, Léa Celle Qui Aimait,  Alexandra de Taddeo (L’Amour), Lucile Bellan (Polyamoureuse), Dr. Kpote (Pubère la vie) ou Eva Delambre. Avec la sortie récente du beau livre Hold-Up 21 (éd. Anne Carrière) auxquelles 20 autrices ont participé, et Immorales (éd. La Musardine), qui a fédéré 10 autrices, la littérature érotique met à l’honneur la sororité et le narratif féminin autour de l’amour et du sexe en cette rentrée littéraire 2023.

    Mais, cette année, que nous réserve plus précisément ce salon ? 

    Le salon littéraire le plus sexy, le plus insolent et le plus pertinent de cette fin d’année

    Dans la lignée du succès de 50 Nuances de Grey, la littérature érotique féminine met en scène des rapports de pouvoir, un sujet qui a toujours la côte. 25% des autrices du salon ont déjà écrit de la littérature BDSM, en tant que soumise ou domina. Seront présentes : Alda Mantisse (La Loi du Talon), Eva Delambre (Plurielles), Sania Saint-Germain (Intimes Connexion), Axelle de Sade, Octavie Delvaux (Immorales), Chloé Saffy (La Règle de Trois), Julie-Anne de Sée (Désir et Désordes).

    Parmi les conférences et débats proposés, il faut citer celle de Brigitte Lahaie, "Trouver les mots justes pour parler aux Français" de Brigitte Lahaie, les interventions de Stephen Carrière et Alice Groult pour un échange sur le thème : "Éditeur/autrice, comment fonctionne ce duo ?" ou encore l’intervention des Sapphos "La visibilité queer dans la littérature érotique".

    À l’instar des précédentes éditions, le salon de la littérature érotique accueille avec beaucoup d’intérêt le discours d’influenceurs "sexo" qui ont de l’impact auprès d’un jeune public (20 - 35 ans). En particulier Camille Aumont-Carnel (678K abonnés sur Instagram, autrice de Les Mots du Q), Les Sapphos (60K abonnés sur Instagram, autrices du Kamasutra Queer) ou encore Léa Celle Qui Aimait (43,8K sur Instagram, Et tes soupirs entre les draps).

    À cela s’ajoutent des défis d’écriture érotique, avec des cadeaux à la clé, des stands originaux et des animations insolites. (L’institut de beauté littéraire par l’atelier d’Éros, des histoires érotiques hot par Le Son du Désir, sans oublier le tarot des fantasmes par Sweet Paradise).

    Rendez-vous donc le dimanche 19 novembre  à La Bellevilloise (Paris 20e) pour le salon littéraire le plus sexy, le plus insolent et le plus pertinent de cette fin d’année.

    Salon de la littérature érotique
    La Bellevilloise, Paris 20e
    Dimanche 19 novembre de 15 heures à 21 heures
    Le programme du Salon de la littérature érotique

    https://www.labellevilloise.com/evenement/salon-de-la-litterature-erotique-2023/

    Voir aussi : "« J’incarne en quelque sorte « la maîtresse d’école »"
    "Au-delà de cette limite, votre bracelet n’est plus valable"
    "Premier salon de la littérature érotique"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Twilight Zone

    Roman graphique, magazine ou concept d’art contemporain ? Il y a un peu de tout cela à la fois dans La Dimension perdue, le deuxième numéro proposé Nicolas Le Bault.

    Bla Bla Blog suit avec passion depuis plusieurs années l’aventure de White Rabbit, à l’origine de plusieurs projets tout aussi passionnants que dingues. On retrouve dans ce deuxième numéro de La Dimension perdue ce qui fait l’univers et la facture de Nicolas Le Bault.

    Rêve ou cauchemar ? Les nuits de Karine sont des plus perturbées. Elle se réveille dans la maison de son enfance. Son père a quitté son lit pour descendre à la cave. Elle l’y trouve, ivre, et, en poursuivant sa quête, découvre une adolescente prisonnière. 

    Psychanalyse et tourments sociaux

    Il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier volume de La Dimension perdue pour découvrir ce numéro à ne pas mettre entre toutes les mains. Le sexe la violence, l’inceste et la souffrance servent de matériaux à Nicolas Le Bault pour parler de l’intimité, des peurs, des cauchemars et des innocences sacrifiées.

    On est dans une zone crépusculaire où la psychanalyse, les tourments sociaux et l’underground se fondent dans une histoire au graphisme de Nicolas Le Bault identifiable entre tous : personnages naïfs, couleur omniprésente, ligne claire et symbolisme fort.  

    Nicolas Le Bault poursuit son roman graphique avec une foi de charbonnier intacte. Et c’est très bien. 

    Nicolas Le Bault, La Dimension perdue, #2, White Rabbit Prod, 2022, 28 p.
    https://whiterabbitprod.bigcartel.com
    http://www.nicolaslebault.com

    Voir aussi : "Conte cruel"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Jour de souffrance

    confrérie,catherine millet,sexeSortie en 2001, La Vie sexuelle de Catherine M, avait connu un succès international. Jour de Souffrance est la continuité de cette "autobiographie sexuelle" (l'expression est de l'auteur) ainsi q'un éclairage nouveau sur cette oeuvre scandaleuse.

    Catherine Millet raconte cette fois avec pudeur et justesse (l'antithèse de son premier récit !) comment, malgré sa vie sexuelle tumultueuse et à la liberté assumée, elle a dû affronter un sentiment qu'elle pensait jusqu'alors impossible : la jalousie.

    Ce récit est une introspection particulièrement sensible et qui vaut aussi par le dernier chapitre qui revient sur le grand succès de Catherine Millet, La Vie sexuelle de Catherine M.   

    Catherine Millet, Jour de Souffrance, éd. Flammarion, 2008, 265 p.
    http://confrerie2010.canalblog.com/archives/2010/03/10/17193439.html
    https://editions.flammarion.com/jour-de-souffrance/9782080689054

    Voir aussi : "Le ravissement de Lol V. Stein"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Flore Cherry, de cinq à sept

    On adore Flore Cherry : son enthousiasme, sa pétulance, son exigence, son regard aiguisé sur la place du sexe dans notre société. Elle est de retour en ce moment avec sa nouvelle pièce de théâtre, Le Cinq à Sept, pièce qui n’aurait pu voir le jour sans le site spécialisé Gleeden qui la propose dans le bar à fantasmes Sweet Paradise.

    Un professeur de littérature vient de se faire larguer par sa maîtresse en plein cours. Dommage ! Il avait tout prévu pour un cinq à sept d'exception. Et s'il trouvait parmi ses étudiantes, dans le public, la prochaine prétendante à son cœur via des défis osés et coquins ?

    Rouge ou bleu

    Pour ce cours – pardon, ce spectacle ! – mémorable, érotique, immersif et interactif, à destination des femmes (les amants et les maris cocus sont acceptés), deux choix de bracelets sont proposés : rouge pour celles qui souhaitent une forte interaction avec les comédiens, bleu pour celles qui souhaitent rester simple spectatrice.

    Journaliste (Vogue, Sud Radio, Union, etc.) et autrice spécialisée dans la sexualité, Flore Cherry propose pour la première fois une pièce de théâtre à visée érotique pour les femmes. Comment réinventer dès lors un spectacle érotique vivant qui manque de représentation pour un public féminin ? "Derrière le fantasme classique du professeur de littérature, j'ai voulu embarquer les spectatrices à travers un florilège de pratiques sensuelles : dirty talk, exhibition, massages, etc. tout en les faisant réfléchir à la notion même de couple. A quoi sert-il de vivre ensemble si la communication sereine et honnête, avec soi-même comme avec l'autre, est impossible ?", confie l’auteure.

    Faire du théâtre un objet de désir, quoi de plus sexy ?

    Le Cinq à Sept est à voir et à déguster au Sweet Paradise, dans le deuxième arrondissement parisien, tous les dimanches à 16 heures.

    Flore Cherry, Le Cinq à Sept, Sweet Paradise
    12 rue Marie Stuart (Paris, 2e)
    Tous les dimanches à 16 heures
    Mise en scène Arthur Vernon, avec Antoine Riaux et Marina
    https://www.sweetparadiseparis.com
    https://www.facebook.com/SweetParadiseParis
    https://fr.gleeden.com

    Voir aussi : "Au-delà de cette limite, votre bracelet n’est plus valable"
    "Union TV : un nouveau média pour une nouvelle révolution sexuelle"
    "La vie (sexuelle) des jeunes"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • L’inquiétant familier d’Anne van der Linden

    La passionnante monographie consacrée à la peintre et dessinatrice Anne van der Linden permet de plonger et de découvrir – ou redécouvrir – le parcours d’une artiste importante de l’underground français.

    Frederika Abbate est aux commandes de cet essai richement illustré et commenté, Anne van der Linden, Cavalière de la tempête (éd. White Rabbit Prod), une artiste pas tout à fait inconnue à vrai dire de Bla Bla Blog, puisqu’elle apparaît régulièrement dans les publications de White Rabbit Dream. Le lecteur trouvera dans cette monographie une étude à la fois complète, sérieuse et documentée sur l’œuvre d’une artiste dont le parcours a été à la fois sinueux et cohérent.

    Née à Paris de parents expatriés et biberonnée par l’art, Anne van der Linden a été marqué dès le début de sa carrière par l’influence des mouvances contestataires de mai 68 et par une série de voyages à l’étranger, dans des régions reculées, en compagnie de son ami Jean-Louis Costes. De là, vient sans doute son influence : des tableaux bigarrées ("Navigation à vue"), un style brut ("Cortège"), des personnages naïfs ("Le spleen de Tarzan"), des couleurs omniprésentes ("Rollerderby"),  l’importance accordée à la nature ("Terreur dans les bois", "Scolopendre"), voire aux cultures primaires ("Les indigènes").

    La violence et le sexe sont des thématiques avec lesquels l’artiste joue et s’amuse, telle une enfant naïve

    L’œuvre d’Anne van der Linden, loin de lorgner du coté du dépaysement exotique ou d’un attrait superficiel pour l’ailleurs, puise dans ces voyages pour mieux revenir vers elle-même, offrant une singulière réflexion sur ce qui fait notre vie quotidienne, notre modernité, nos rites et, finalement notre intimité et notre sexualité.

    Le sexe est sans doute le centre et même le point d’achoppement de ses tableaux. C’est aussi ce qui choquera sans doute le spectateur et le lecteur : des accouplements étranges, pour ne pas dire  surréalistes ("Gang bang à La Courneuve"), des viols ("Grand-Père", le terrifiant viol incestueux dessiné pour , pour l’édition illustré d’un roman de Jean-Louis Costes), des êtres monstrueux ("Le trapéziste"), des hermaphrodites ("Pan ! Dans l’œil", "Androgyne"), des scènes de torture (le troublant "Les aiguilles"), de meurtre, voire de cannibalisme ("Le festin"). On y voit des êtres à deux têtes, masculine et féminine ("Les choses doubles"), des créatures surnaturelles, des diables et aussi des dieux ("Dieu", 1998).  

    Cette immersion du sacré, l’essai de Frederika Abbate en parle longuement dans le chapitre au titre intrigant, "L’entrée au couvent". Ce sont les rites et rituels chrétiens qui sont détournés, pour ne pas dire désacralisés ("Ecce homo", "Un p’tit air de Mona Lisa", "Christ aux os").

    Faut-il y voir une dénonciation de la religion ? Pas vraiment, dit en substance l’auteure. Car, ce qui intéresse Anne van der Linden, c’est bien l’intime et les rapports humains. Il ne faut pas prendre au pied de la lettre les scènes spectaculaires de l’artiste : "Comme tous les personnages de ses tableaux, celle qui mange est impassible et l’action se fait calmement, sans signe d’hystérie ni de sauvagerie". La violence et le sexe sont, quelque part, des thématiques avec lesquels l’artiste joue et s’amuse, telle une enfant naïve.

    Alors oui, il y a de l’inquiétant dans cette artiste underground, mais c'est un "familier inquiétant" freudien. Le quotidien, l’amour, l’attachement, le détachement sont traitées sous l’angle de la mythologie, des références religieuses mais aussi des artefacts de notre monde moderne. Sans oublier ces retours aux cultures primaires, omniprésentes et fascinantes. 

    Frederika Abbate, Anne van der Linden, Cavalière de la tempête
    éd. White Rabbit Prod, 2023, 240 p.
    https://www.whiterabbitprod.com
    https://www.annevanderlinden.net

    Voir aussi : "Bataille contre la mafia"
    "Visages de la peur"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Justine

    roman,livre,confrérie,classique,sade,marquis de sade,sexe,justineIl existe deux versions de Justine ou les Malheurs de la Vertu (1791) : une, condensée et plus ancienne, Les Infortunes de la Vertu (1787) ; et une écrite sur le tard (1799), La Nouvelle Justine, qui développe jusqu’à son paroxysme les thèmes les plus sulfureux des deux ouvrages précédents.

    Ces versions prouvent l’attachement de Sade pour cette histoire de crimes, de sexe et de morale : deux sœurs, Justine et Juliette, séparées à leur naissance, se retrouvent des années plus tard dans une auberge de Montargis alors que des soldats conduisent la première vers son lieu d'exécution pour des crimes qu'elle aurait commis.

    Or, paradoxalement, la plus vertueuse des deux sœurs n'est pas Juliette (qui a trempé dans des meurtres et des affaires peu recommandables) mais Justine qui a choisi toute sa vie les chemins de la vertu et de l'honnêteté, ce qui lui a causé les pires torts. Celle-ci nous raconte ses aventures jusque dans les détails les plus sordides.

    À la lecture de ce livre - si sulfureux que la lecture en devient difficile - il n’est pas évident de se faire une opinion sur les réelles intentions de Sade : fausses confessions d’une vertueuse et vraies revendications d’un libertin au passé peu avouable ?

    Énumérations de crimes et de supplices écrit par un Sade brisé par des années de prison et de frustration (à certains égards, son ouvrage le plus noir, Les 120 Journées de Sodome, n'est pas loin) ? Roman philosophique sur le libertinage ? Œuvre moderne avant l’heure qui entend ne se donner aucune limite à la littérature et au langage ? Ou bien conte moral comme le laissent entendre les dernières pages ? A chacun de se faire sa propre opinion. 

    Marquis de Sade, Justine ou les Malheurs de la Vertu, éd. Livre de Poche, 1973, 384 p.
    http://confrerie2010.canalblog.com/archives/2010/05/17/17929022.html
    https://www.hachette.fr/livre/justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu-9782253007159

    Voir aussi : "Fugues" 
    "Heureux comme Sade en Italie"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Nature nue

    C’est une invitation piquante, fantastique, féerique et sensuelle à laquelle je vous invite. Il s’agit de la découverte du dernier volume du Peuple des Brumes, proposé par Katia Even et mis en image par Styloïde. Bla Bla Blog avait déjà parlé de ce cycle il y a quelques mois. 

    Dans ce nouvel opus baptisé "Le Bal des saisons", toujours aux éditions Tabou, nous sommes dans un univers de fantasy où la nature a le plus beau des rôle. On y croise des fées, des lutins, des êtres surnaturels, des esprits de la nature – évidemment –, sans oublier des sortilèges, des sorts funestes et un monde de fantasy courant de graves dangers. Mais tout cela est mâtinée de sensualité, d'érotisme et de d'esprit mutin.

    Alors que le lutin Rhuyn surprend les ébats de la fée Alina avec son amant Amandil, il tombe nez-à-nez avec le Père Nature – être antipathique portant avec lui le froid et l’hiver. Provoqué, Rhuyn accomplit l’irréparable et tue le vieillard, avant d’endosser ses traits. La forêt magique est en danger. 

    Katia Even fait montre de son espièglerie habituelle, en habillant son esprit libertin et canaille des habits de la fantasy

    Le Peuple des Brumes n’est certainement pas un conte pour enfants. C’est même tout le contraire ! Katia Even fait montre de son espièglerie habituelle, en habillant son esprit libertin et canaille des habits de la fantasy.

    Enfin, "habits"… Façon de parler, car les personnages de son récit sont aussi peu vêtus qu’ils ne font du plaisir un art de vivre et un but en soi. Et c’est du reste ce plaisir qui va leur sauver la mise.

    Les coups de crayon de Styloïde sont impeccables pour allier naïveté et érotisme, dans des ébats torrides où l’humour n’est jamais absent. Il y a aussi une vraie philosophie de vie derrière ce Peuple des Brumes, dans lequel nature, environnement, innocence et sensualité font bon ménage. 

    Katia Even, Styloïde et Marina Duclos, Le peuple des Brumes, tome 3 : Le bal des saisons,
    éd. Tabou, 2023, 48 p. 

    http://www.tabou-editions.com/fr/bandes-dessinees/871-le-peuple-des-brumes-3-le-bal-des-saisons-9782359541823.html
    https://www.katiaeven.fr

    Voir aussi : "Butineuse !"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Péplum en BD

    Péplum, amour et sexe : voici le trio gagnant à coup sûr. Les éditions Tabou proposent en ce moment le premier tome de sa trilogie Thrace, avec Trif au texte et au dessin, Andrea Celestinio, pour la couleur et Claire Nyman à la traduction.

    Au Ier siècle, au pied du Vésuve, Adriana Pollia, la fille d’un patricien renommé, vit à la campagne, insouciante heureuse. L’enfant a pour compagnon de jeu Cleio, un jeune esclave avec qui elle voue une affection fraternelle. Lorsque son oncle Quintus vient rendre visite à son frère, c’est pour discuter avec lui de l’avenir d’Adriana. Peu de temps plus tard, le Vésuve entre en éruption. Les deux jeunes gens se retrouvent seuls et errent dans la campagne romaine.

    L’érotisme est présent mais jamais appuyé, et les corps s’épanouissent dans des pages aux couleurs chaudes

    Ce qui séduit dans cet opus proposé par les éditions Tabou est l’importance laissée au récit autant qu’à la trame historique : l’éruption de Pompéi, le début du christianisme, la vie des patriciens (on pense au sénateur Marco Apronio Bibulo), sans oublier les jeux du cirque et la condition des esclaves.

    Trif a pris visiblement du plaisir à raconter l’histoire d’un couple séparé, mais dont les retrouvailles – inévitables – vont faire l’objet d’une dernière scène épicée comme il le faut. Adriana est irrésistible pour sa beauté comme pour son caractère intrépide. C’est aussi une figure singulièrement moderne dans une société des plus patriarcale.

    Le dessin de Trif est classique mais particulièrement soigné. L’érotisme est présent mais jamais appuyé, et les corps s’épanouissent dans des pages aux couleurs chaudes. Comme le récit de ce couple se battant contre les préjugés de son époque.  

    Trif,  Thrace, tome 1 : Lupi, Fratres, Amantes (Loups, Frères, Amants),
    éd. Tabou, 2023, 64 p.

    http://www.tabou-editions.com

    Voir aussi : "Libres et affranchies"
    "Sexy Hartmann Book"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !