Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

polar

  • Il n’y a pas de requins dans la Loire

    Le bloggeur parle de l’auteur.

    Il y a 9 ans, sortait mon premier roman, Il n'y a pas de Requins dans la Loire (éd. La Plume noire). J’ai choisi de faire aujourd’hui un zoom sur ce polar, situé dans un petit coin du Loiret.

    Venu tout droit de Paris, Daniel Mouret, modeste clerc de notaire, s’installe avec sa femme Sonia à Gien. Il est bien décidé à faire carrière dans cette petite ville du Loiret. Le tragique naufrage d’un chaland donne inopportunément un coup de pouce à son ambition. Le couple caresse un autre rêve : s’installer dans une maison à la campagne. Une occasion en or se présente : un notable charismatique propose aux Mouret l’achat de "Belle Rive", une grande propriété sur les bords de Loire. Seul hic à cette "affaire du siècle" : une vieille dame y vit toujours et n’est pas décidée à partir. Le vendeur promet cependant aux Mouret de remédier à cette difficulté. Quelques mois plus tard, la locataire gênante n’est plus un problème…

    Roman noir autant que portrait d’une petite société avide de réussite sociale, Il n’y a pas de requins dans la Loire tisse autour de personnages aux lourds secrets une intrigue hitchcockienne qui se révèle dans les toutes dernières pages.

    Pour découvrir et commander ce roman, ça se passe ici.

    Bruno Chiron, Il n'y a pas de Requins dans la Loire, éd. La Plume noire, 2012, 164 p.
    https://editionlaplumenoire.123.fr/a_lire_066.html
    https://www.amazon.fr/pas-requins-dans-Loire/dp/1445796791

    Voir aussi : "« Rock'n'Love » d'Arsène K., toujours disponible"
    "Les publications du bloggeur"

    Photos : Bruno Chiron

    roman,polar,gien,loiret,nevoy,mes publications mes créations

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Du talent à mort !

    Le monde du cinéma est familier à Sylvain Gillet, comme il le montrait dans son précédent roman Ludivine comme Édith. Le comédien, réalisateur, scénariste et maintenant écrivain, le prouve une fois de plus avec son dernier opus Commedia Nostra (éd. Ramsay).

    Après l’histoire d’une jeune comédienne pleine d’espoir mais massacrée et détruite en plein vol, voilà celle d’un comédien raté, sûr de son talent mais sur une voie de garage depuis des décennies jusqu'au jour où on lui propose un rôle des plus dangereux.

    Il s’appelle Antoine Aria, véritable portrait craché du fameux comédien d’Aznavour aux "succès faciles", aux "filles à soldats" , aux "petits meublés" et aux "maigres repas". Au moment où commence le récit de  Sylvain Gillet, Antoine a même réussi à foirer une publicité pour des légumes en conserve, si bien que son agent Max Malakian décide de mettre fin à leur collaboration infructueuse : "Vingt ans d’une relation que l’honnête intermédiaire ne voit plus que comme une longue galère faite d’engueulades et de déceptions…"

    Le calice déborde, et le monsieur "75 %" entend bien se concentrer sur un autre artiste, Clarence Charvel, un prénom qui fleure bon le théâtreux british période fifties. Pas un jeune premier, ça non, mais un concurrent qui fait de l’ombre à Aria depuis trop longtemps : "Antoine et lui se connaissent depuis des lustres [et] depuis le début ces deux Cro-Magnon du théâtre français se détestent".

    Or, le soir où Max Malakian se décide à congédier Aria, un homme d’affaires, François de Marziol, propose à l’agent un marché qu’il ne peut pas refuser : demander à l’un de ses comédiens de jouer le rôle de son père, un ancien mafioso décédé quelques années plus tôt.

    Max pense aussitôt à Antoine pour se grimer en Pepe di Marzio, mais ce n'est ni pour la gloriole, ni pour un public à conquérir, et encore moins pour un hypothétique Molière. Notre homme devra reprendre l’identité de ce minable malfrat italien obligé de quitter son village de Megalla cinquante ans plus tôt, la queue entre les jambes, à cause d’un braquage foiré dans toutes les largesses, mais aussi des beaux yeux de la fiancée de son propre frère Maurizio. Les Caïn et Abel italiens sont restés fâchés à mort mais l’heure de la réconciliation doit avoir lieu, sous la bénédiction de moines près de la frontière franco-italienne. 

    Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente

    Le "vrai" Pepe mort, c'est notre Louis Jouvet de pacotille qui doit jouer l'aîné des di Marzio et rencontrer après 50 ans le petit dernier, en faisant illusion. Un acte de contrition sincère et désintéressé ? Pas du tout : un coffret hors de prix - qui a été la cause de la débandade - est en jeu. Antoine Aria se lance dans ce qu’il considère comme son plus grand rôle, mais aussi le plus dangereux. En endossant le rôle d’un vieux maffioso, il lui faudra tous les talents du monde pour déjouer les pièges de cette pièce plus vraie que nature, et qui ne va évidemment pas se passer comme prévu. 

    Avec Commedia Nostra, l’enquête policière de  Ludivine comme Édith a laissé place à un polar à la fois sombre, sanglant, cynique et bourré d’humour noir. Sylvain Gillet fonce à toute berzingue sur la trace de comédiens minables mais sûrs de leur talent, de surcroît largement ratiboisés par un agent, pas plus au fait qu'eux des us et coutumes de la corporation mafieuse. En croisant des criminels en col blanc, Max et Antoine sont au cœur d'un vrai choc des cultures, avec gros calibres en option.

    Voilà donc la smala reconstituée : le vieux Maurizio parti se mettre au vert aux States, le faux Pepe,  François, propre sur lui et fils du mafioso qui a mangé les pissenlits par la racine, la sémillante cousine Jenny Mc Marthiaw, Max devenu l’obscur conseiller personnel, sans oublier les hommes de main, à commencer par Miguel "Dernière Image" Ibanez, une sorte de Joe Pesci ibère.

    Dans cette intrigue ayant plus à voir avec du Tarantino qu’avec Le Parrain, Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente où l’humour noir est le seul gagnant.

    L’auteur a indéniablement le sens de la formule, y compris lorsqu’il pastiche Flaubert à bon escient ("C’était à Megalla, faux bourg en partage, dans les bassins d’Icare"). Sylvain Gillet donne tout son sel au polar, à l’instar de cette présentation des retrouvailles entre les deux vieux frères :"Avant tout rapprochement, il y a des coutumes à respecter. Certes, l’on pourra objecter que dans l’enfilade aussi, il y a des traditions : lubrification, présentation à la famille et limage des ongles ne sont que quelques exemples d’une bonne pratique sodomite à la fois courtoise et altruiste."  

    Voilà qui a le mérite d'être dit et bien dit. Car Sylvain Gillet a du talent, lui.

    Sylvain Gillet, Commedia Nostra, éd. Ramsay, 2020, 308 p.
    https://sylvain-gillet.fr
    https://www.facebook.com/sylvain.gillet.372
    https://ramsay.fr/dd-product/commedia-nostra

    Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Lorsqu’un François en cache un autre

    Avec Le Manuscrit de Quimper, le premier roman de François Lange, ancien policier reconverti en écrivain de polar historique, nous voilà dans une atmosphère sombre et une intrigue rocambolesque qui ne sont pas sans rappeler la série Vidocq. Sauf que, cette fois, l’histoire se déroule non pas durant le premier Empire puis la restauration mais en 1858, durant les premières années du règne de Napoléon III. Quant au protagoniste, l’inspecteur François Le Roy, il exerce non pas à Paris mais en Bretagne. Voilà pour camper ce roman publié par les éditions Palémon.

    Le manuscrit de Quimper est cet objet qui est au cœur d’une histoire sur fond de conspiration mais aussi de vols ourdis par une troupe insaisissable. Lorsqu’un antiquaire est retrouvé sauvagement assassiné chez lui, l’émoi est à son comble chez les notables mais aussi les autorités locales, la préfecture en tête.

    Un exutoire

    L’inspecteur Fañch Le Roy – dont on devine que l’auteur, qui porte le même prénom que son héros, a mis beaucoup de lui-même – est chargé de retrouver le ou les criminels. Bientôt, il apparaît qu’un étrange manuscrit, qui conduit tout droit à une société secrète, pourrait être la solution de ce mystère. Et pendant ce temps, il y a aussi cette affaire de vols à grande échelle : une autre épineuse affaire à régler au cœur de la Bretagne bigoudène.

    Roman historique se déroulant durant le Second Empire, Le Manuscrit de Quimper est un agréable polar régional, dans un pays que François Lange connaît bien. À bien des égards, ce roman – le premier que l’auteur a écrit, et qui a bien failli rester dans un tiroir –, était un exutoire lorsqu’il exerçait comme officier de police : " Je l’ai commencé en 2005. J’ai ressenti le besoin d’écrire en raison d’une mésentente avec la procureure de la République en poste à l’époque," dit-il dans une interview pour Côté Quimper. Redécouvert 13 ans plus tard, Le Manuscrit de Quimper est finalement publié et devient le premier tome d’une série sur ce policier pugnace, courageux et dévoué qu’est François Le Roy, avec "ce même regard transparent et apparemment vide de tout sentiment."

    François Lange, Le Manuscrit de Quimper, éd. du Palémon, Quimper, 2018, 189 p.
    https://www.palemon.fr
    Page Wikipédia de l’auteur

    Voir aussi : "La femme est l'avenir de l'homme planqué"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit

    Dans le polar sombre et au caractère bien trempé de Sylvain Gillet, Ludivine comme Édith (éd. Thot), ne vous fiez pas trop au titre : en réalité, il est avant tout question d’Édith, une jeune actrice pleine de promesses, retrouvée morte près de Nemours après un tragique accident de voiture. En découvrant ce fait divers dans un journal local, Abel Diaz, bourlingueur et musicien de blues de son État, est d’emblée frappé par le portrait de la victime, qui lui rappelle Lola, son ancien amour, disparue tragiquement dans des circonstances que le lecteur apprendra au cours du roman.

    Voilà donc notre guitariste lancé sur les routes du Gâtinais, en héros et justicier – presque – solitaire pour mener sa propre contre-enquête tambour-battant. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Abel se montre bien plus pugnace, malin et surtout féroce que la maréchaussée qui n’a pas cru bon de plus creuser ce banal accident de la route.

    Le détective non-assermenté découvre très vite que la voiture qu’occupait l’actrice appartenait à l’oncle d’une certaine Ludivine Cérandec, une autre comédienne qui l’a remplacée séance tenante dans une pièce de théâtre.

    Voilà qui rend le fait divers bien moins clair que ce banal accident de la route. De fil en aiguille, Abel Diaz s’intéresse au petit monde du cinéma et de la télévision, et en particulier au tournage d’un film dans lequel pourraient bien se trouver le ou les responsables de la mort d’une jeune actrice qui ne cherchait qu’à réaliser ses rêves.

    Comédiens en galère, metteurs en scène plombés de suffisance, célébrités devant plus à leur naissance qu’à leurs talents

    Comédien, réalisateur et scénariste, Sylvain Gillet est à l’aise dans un milieu qu’il n’hésite pas à démystifier : acteurs et actrices en galère, metteurs en scène plombés de suffisance, célébrités devant plus à leur naissance qu’à leurs talents, producteurs ou agents peu regardants. Cela donne un polar vif, rugueux mais aussi engagé, lorsque par exemple l’auteur parle de ces apprenties actrices aussi peu considérées qu’Édith, sorte de victime expiatoire : "Qu’il est dur de gagner sa croûte comme comédienne. Qu’est-ce qu’il faut ramer. Surtout quand on n’a qu’un radeau pourri pour avancer sur la mer de l’espoir, alors que d’autres, comme Léo Seydur, naviguent en hors-bord à doubles moteurs de 500 chevaux… Bien sûr, c’est un peu le cas de tous les demandeurs d’emploi. Mais l’intermittent du spectacle, se dit Abel, doit certainement se coltiner une dose de baratin supérieure à celle du chômeur de base."

    Pour son premier roman, Sylvain Gillet choisit la veine du polar noir et social à la Jean-Claude Izzo, mais où l’humour à la Frédéric Dard est omniprésent. L’auteur se fait boxeur lorsqu’il décrit au lecteur la descente aux enfers d’Édith : "Mais ce n’est pas possible. Tout ne peut pas se terminer ainsi. Elle aussi, elle a droit à sa petite part de bonheur." Il sait tout autant se montrer drôle et roublard lorsqu’il suit l’enquête échevelée du guitariste de blues : "Aussi se décide-t-il à rejoindre le bar de son pote Mickey. Et qu’est-ce qu’on boit chez Mickey ? Une mousse, bien sûr."

    Dans Ludivine comme Édith, Sylvain Gillet fonce toute bribe abattue dans un polar plus que convaincant. Et le lecteur gardera encore en mémoire les images de cette petite actrice violée, démolie et détruite en plein vol après une nuit infernale : "Elle restera à jamais toute seule. Personne n’applaudit sa sortie de scène. Plus d’air, plus de cri."

    Sylvain Gillet, Ludivine comme Édith, éd. Thot, 235 p., 2018
    http://www.sylvain-gillet.fr
    https://www.facebook.com/actuSylvainGillet

    Voir aussi : "Il n'y a pas de Requins dans la Loire"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La femme est l'avenir de l'homme planqué

    frédéric lenormand,féminisme,grande guerre,travestissement,policier,polar,romanDurant la Grande Guerre, un soldat déserte en se travestissant en femme. Le synopsis du film d’André Téchiné, Nos Années folles, est la trame d’une autre œuvre, le roman de Frédéric Lenormand, Seules les Femmes sont éternelles (éd. de la Martinière). L’auteur des Nouvelles Enquêtes du Juge Ti (éd. Fayard) inaugure avec ce polar enlevé et haut-en-couleur une nouvelle série policière : Les Enquêtes de Loulou Chandeleur.

    Loulou Chandeleur est en réalité Raymond Février, brillant inspecteur de police que l’armée appelle pour venir mourir dans les tranchées. Très peu pour ce fin limier, bien décidé à faire le mort pour échapper à la patrie plutôt qu’à l’être vraiment dans la boue. Le fonctionnaire Ray déserte donc en disparaissant et choisit, avec la complicité de Léonie, une prostituée qu’il a tirée d’affaire, de se travestir en femme sous l’identité de Loulou Chandeleur.

    Et parce qu’il est un enquêteur hors-pair, c’est aussi comme enquêteur – ou plutôt enquêtrice – que Ray/Loulou réapparaît dans un Paris en guerre, vidé de ses hommes partis au front et peuplé de femmes devenus conductrices de tramway, ouvrières ou détectives privées. C’est justement une détective privée qui recrute Loulou Chandeleur pour l’agence qu’elle dirige depuis la mobilisation de son père. La sémillante mais inexpérimentée Cecily Barnett va former avec cette employée douée et tombée du ciel un duo détonnant.

    Leur première affaire concerne une étrange histoire de chantage : la baronne Schlésinger charge l’agence de détective de découvrir le maître-chanteur qui menace son fils Paul parti au front. Pour alléger le compte en banque de l’aristocrate bien sous tout rapport, le corbeau laisse sur son passage des macchabées. L’enquête mène Loulou et Miss Barnett dans des endroits interlopes et en compagnie de personnages peu recommandables, avant un dénouement inattendu.

    "Je suis avec vous mes sœurs"

    La vraie originalité de cette première enquête de Loulou Chandeleur réside dans l’histoire de travestissement, inspirée par l’authentique subterfuge du soldat déserteur Paul Grappe. Ici, Frédéric Lenormand en fait le point de départ d’un roman policier à la Arsène Lupin, virevoltant, ponctué de rebondissements, de traits d’humour et de dialogues qui font mouche. En endossant, pour sa survie, les atours que lui conseille Léonie ("Décidément, la femme était l’avenir de l’homme planqué."), Ray devient un semblable de celles qu’il considère très vite comme ses semblables.

    Métamorphosé, l’ancien policier élevé dans une société machiste découvre la réalité de ces Françaises tenant à bout de bras l’arrière d’un pays plongé dans une guerre inhumaine : "Sa mission était de se battre pour la vie. Cela pouvait très bien se faire en jupe, personne n’avait besoin d’un pantalon pour ça. Il regarda les femmes autour de lui, celle qui se lamentait, celles qui retournaient à leur travail, et se dit : « Je suis avec vous mes sœurs ! »"

    L’émancipation féminine est aussi au cœur de Seules les Femmes sont éternelles. Il y a par exemple cette scène de "sédition" au cors de laquelle Loulou et Cecily se muent en suffragettes au cours d’une investigation auprès d’ouvrières : "Miss Barnett (…) se sentait devenir la Cecily Engels de Loulou Marx."

    Devenu femme "dans un océan d’autres", Ray n’en reste pas moins un homme devant soigner sa couverture s’il veut vivre parmi les "survivantes", ce qui ne va pas sans dilemme : "Il avait le choix entre s’exiler dans des tranchées dépourvue de femmes ou rester ici sans pouvoir profiter de sa chance."

    Le lecteur se plongera enfin avec plaisir dans un polar à l’ancienne qui est aussi un roman historique pour sa peinture plus vraie que nature de la vie à l'arrière du front. Et parce que le crime ne s’arrête pas pendant la guerre, on peut faire confiance à Loulou Chandeleur et son amie Cecily Barnett pour mener à bien leurs enquêtes, que ce soit en jupon ou en pantalon.

    Frédéric Lenormand, Seules les Femmes sont éternelles,
    Une Enquête de Loulou Chandeleur
    , éd. de la Martinière, 286 p., 2017

     

  • Frontières

    Un petit mot d’abord sur le titre du roman de Ragnar Jónasson, Mörk (éd. De La Martinière). En islandais, mörk désigne la frontière ou la marche frontalière. Il est vrai que l’intrigue de ce polar venu du nord se situe à Siglufjördur, à l’extrême nord de l’Islande. Dans ce village proche du cercle polaire, un meurtre impensable a lieu. Alors que le pays est à la frontière entre l’automne et l’hiver, l’inspecteur Herjólfur intervient aux abords d’une maison abandonnée. Un coup de feu retentit. Le policier est abattu.

    Son collègue Ari Thór (déjà apparu dans son précédent roman Snjór) est chargé de l’enquête dans ce coin reculé et, jusque-là, paisible. Secondé par l’inspecteur Tómas, le crime de l’inspecteur Herjólfur pourrait bien être le révélateur de lourds secrets : celui de cette maison bien entendu, mais aussi ceux du maire Gunnar Gunnarsson, de sa collaboratrice Elín et de quelques notables de la région.

    Entre chien et loup, Mörk déploie à partir d’une intrigue policière a priori classique un ensemble de tableaux tragiques, ponctués par des extraits d’un journal intime qui viendra éclairer les circonstances du drame. À la frontière du polar et du roman intime, le livre de Ragnar Jónasson, multi-récompensé, nous murmure à l’oreille des histoires de vies brisées, de mensonges destructeurs, de cachotteries cruelles et de soifs de rédemptions.

    Mörk prouve aussi que le polar venu du froid a encore beaucoup à nous raconter.

    Ragnar Jónasson, Mörk, éd. De La Martinière, 326 p., 2017

  • Bourreaux et victimes

    Le bourreau.JPGUne auto-stoppeuse aux abois est recueillie par un automobiliste : voilà le début du Bourreau de Sergueï Belochnikov. La scène se passe près de Saint-Pétersbourg au début des années 90. Le lecteur comprend vite que celle qui se prénomme Olga a été victime d'un viol collectif. Elle trouve d'abord refuge et assistance auprès d'un ami et ancien amant, qui est aussi médecin. Après de premiers soins, il lui conseille de porter plainte et de se rendre à la milice, mais la jeune femme, journaliste-photographe, n'a qu'un seul objectif : se venger, par tous les moyens. Après une première traque de ses quatre agresseurs, Olga parvient à s'acheter le concours d'un parrain de la mafia russe. Puisque la vengeance est un plat qui se mange froid, la victime se transforme en bourreau. La machine à broyer ses tortionnaires est en marche, pour le meilleur et pour le pire.

    Ce polar russe, rugueux et implacable a été un peu oublié. Il est pourtant intéressant à plus d'un titre.

    D'abord par l'histoire proprement dite : celle d'une femme refusant de rester victime et choisissant de se faire justice elle-même, seule et contre l'avis de tous. Ensuite, par le portrait de l'héroïne : Olga est une femme attachante, une Russe émancipée sous la perestoïka, reconnue par ses pairs grâce à ses reportages (signalons au passage une incursion passionnante dans l'Afghanistan en guerre, au début des années 80). Elle se trouve plongée du jour au lendemain dans un cauchemar absolu – un viol au sujet duquel l'auteur prend subtilement le parti d'en dire le minimum. Or, ce cauchemar, la brillante jeune femme choisit de l'entretenir en s'acoquinant avec un mafioso inquiétant.

    Sergueï Belochnikov écrit ceci au sujet de son roman et du personnage principal : "Je ne considère pas Le Bourreau comme un roman policier... Il représente l'âme féminine russe, qui m'a attiré toute ma vie. Olga est une femme forte... Forte et indépendante. L'agression qu'elle subit lui donne un désir de vengeance aussi fort qu'elle."

    Je vois un autre intérêt dans ce roman : son traitement littéraire. L'auteur a astucieusement choisi de changer de narrateur à chaque chapitre, faisant de ce polar une oeuvre polyphonique et subjective.

    Sergueï Belochnikov, Le Bourreau, éd. France Loisirs, 1995, 320 p.

  • Coup de projecteur de Fattorius sur mon éditeur et sur le bloggeur

    Le bloggueur Fattorius fait un coup de projecteur sur notre éditeur ainsi que sur mon premier polar publié, Il n'y a pas de Requins dans la Loire. Voici le lien de cet article : http://fattorius.over-blog.com/2013/11/une-publicit%C3%A9-pour-mon-%C3%A9diteur.html.

    Merci à Fattorius !

  • Présentation vidéo des éditions de la Plume Noire

    Retrouvez dans la vidéo ci-dessous une présentation des éditions suisses de la Plume Noire (http://www.editionlaplumenoire.123.fr) où est paru mon polar Il n'y a pas de Requins dans la Loire.

    Dans cette maison d'édition sera publiée mon prochain roman (sortie prévue, sous réserve, courant 2014).

  • "Il n'y a pas de Requins dans la Loire" (critique)

    Retrouvez sur ce lien une nouvelle critique de mon premier roman Il n’y a pas de Requins dans la Loire.

  • "Il n'y a pas de Requins dans la Loire"

    Il n'y a pas de requins dans la Loire Couv.2.pngAujourd'hui sort mon premier roman Il n'y a pas de Requins dans la Loire, aux éditions de la Plume noire, une petite maison d'édition suisse spécialisée dans le polar.

    Il s'agit de l'aboutissement de plusieurs années de travail sur un texte qui a fait l'objet de pas moins de cinq versions différentes.

    L'histoire :

    Venu tout droit de Paris, Daniel Mouret, modeste clerc de notaire, s’installe avec sa femme Sonia à Gien. Il est bien décidé à faire carrière dans cette petite ville du Loiret. Le tragique naufrage d’un chaland donne inopportunément un coup de pouce à son ambition. Le couple caresse un autre rêve : s’installer dans une maison à la campagne. Une occasion en or se présente : un notable charismatique propose aux Mouret l’achat de « Belle Rive », une grande propriété sur les bords de Loire. Seul hic à cette « affaire du siècle » : une vieille dame y vit toujours et n’est pas décidée à partir. Le vendeur promet cependant aux Mouret de remédier à cette difficulté. Quelques mois plus tard, la locataire gênante n’est plus un problème…

    Roman noir autant que portrait d’une petite société avide de réussite sociale, Il n’y a pas de requins dans la Loire tisse autour de personnages aux lourds secrets une intrigue hitchcockienne qui se révèle dans les toutes dernières pages.

    Consultez les premières pages de ce roman ici

    Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Pour commander ce livre, c'est ici.

  • Bibliographie

    livre,littérature,publication,éditeur,éditions,manuscrit

    MILLE MILLIARDS DE BISOUS POUR MON CHÉRI

    roman

    Éd. Edilivre, Paris, 14,50 €

    Les confidences de Lucrèce. Qui est Lucrèce ? Une adolescente d'aujourd'hui :  17 ans, pas froid aux yeux, le sens de la vanne, passionnée de mode et de cinéma et un regard acéré sur le monde des adultes. Un monde qui est en  fait restreint à celui de ses parents, jusqu'au jour où...

    Commandez en cliquant ici

      

    Il n'y a pas de requins dans la Loire Couv.2.png

    Il N'Y A PAS DE REQUINS DANS LA LOIRE

    roman

    Éd. La Plume noire, Broc, Suisse, 19 €

    Un premier roman hitchcockien. Polar autour de la Loire, avec une vieille dame bien gênante dont la disparition arrange beaucoup trop de monde. Machiavélique.  

    Commandez en cliquant ici

     

    Iphigénie couverture.JPGIPHIGÉNIE D'EUROPE (POSSÉDANTS ET POSSÉDÉS)

    théâtre

    Éd. Le Manuscrit, n°10246, Paris, 2007, 14,90 €

    Une pièce de théâtre baroque sur l'économie, la mondialisation et les délocalisations. Une oeuvre d'actualité en ces temps de crises économique et financière.

    Commandez en cliquant ici

     

     

    Fabuleuses couverture.JPGLES FABULEUSES

    fables

    Éd. Le Manuscrit, n°1662, Paris, 2001, 11,90 €

    25 fables animalières à mi-chemin entre Jean de La Fontaine et George Orwell.

    Commandez en cliquant ici

     

  • "Il n'y a pas de Requins dans la Loire" critiqué par Fattorius

    Le fameux blogueur suisse Fattorius critique mon premier roman Il n’y pas de requins dans la Loire sur son site. Rendez-vous sur ce lien ici :http://fattorius.over-blog.com/article-les-requins-du-bord-de-loire-78589940.html.

    Une critique plus synthétique est également présente sur le site du club de lecture La Confrérie des 10001 Pages, par le même Fattorius: http://confrerie2010.canalblog.com/archives/2011/07/04/21543295.html.

    Merci à lui pour sa critique particulièrement pointue de ce roman ainsi que pour ses encouragements. 

  • Quelques critiques des "Requins" glanées ici et là

    Voici quelques critiques de lecteurs au sujet du roman Il n’y a pas de requins dans la Loire (éditions de la Plume noire) :

    « … Maintenant, au niveau du roman proprement dit, j’ai eu l’impression que l’histoire avait du mal à démarrer durant les 20 premières pages. Puis, on glisse subtilement dans la peau des personnages dont la psychologie est formidablement bien décrite ! Et on est entraîné dans une sorte de courant, impossible de regagner la rive avant d’avoir terminé le bouquin, qui réserve, je dois le reconnaître, une intrigue digne des plus grands polars!  Je ne sais pas si tous les livres de cet éditeur sont aussi bien sélectionnés que celui-ci, mais en tout cas, je peux le recommander vivement ! » (Robin928, forum de France 2)

    « J’invite tout le monde à lire ce roman ! Je recopie un passage de la 4ème de couverture : "Roman noir autant que portrait d’une petite société avide de réussite sociale, Il n’y a pas de requins dans la Loire tisse autour de personnages aux lourds secrets une intrigue hitchcockienne qui se révèle dans les toutes dernières pages." Pour ma part, j’y vois l’empreinte de Simenon. » (Catherine, Confrérie des 10001 Pages)

    « Un livre où le suspense monte doucement et terriblement. Chaque mot pesé, compté vous rapproche avec langueur d’une fin que vous piaffez de ne pas voir venir. Le jeu du puzzle avec des pièces éparses sont minutieusement placées mais quelle vérité implacable va-t-on apprendre ? » (Laure, sur Facebook)

    « … Tous les Giennois seront heureux de retrouver des lieux, des ambiances bien connues que l’auteur a su retracer avec talent, il faut dire qu’il a longtemps habité Gien… mais toutes ressemblances avec des personnages existants ne seraient que fortuites ! » (Journal de Gien)

    Merci à tous pour ces encouragements…

  • "Il n'y a pas de Requins dans la Loire" : notes d'intentions de l'auteur

    Commencé en 2004, ce roman noir (qui devait au départ être publié par une petite maison d'édition spécialisée dans le polar régional) a pour but, à travers une intrigue un rien perverse, de dénoncer la folie de l'argent, de l'ambition et de la cupidité. L'immobilier ayant fait les choux gras de l'actualité ces dernières années (boom immobiliercrise des subprimes puis crise financière), il me paraissait être un sujet intéressant pour une intrigue de roman noir. N'oublions pas que les crimes sont très souvent commis pour les motifs les plus futiles. Ce livre traite aussi de la part d'ombre que chacun porte en lui.  Les personnages  principaux de ce roman portent en eux des secrets qui finissent par être dévoilés au lecteur dans les dernières pages.

    Mes influences pour l'écriture de ce roman : Georges SimenonClaude ChabrolAlfred Hitchcock mais aussi Émile Zola (le nom des deux personnages principaux est inspiré du roman La Faute de l'Abbé Mouret) !

    Documentation

    product_thumbnail.jpgCe roman a nécessité une assez longue documentation. Pour parler du milieu notarial, je me suis basé sur l’enquête faite par les journalistes Arnaud de Blauwe, Michel Fleury et Carole Matricon-Delbé pour la revue Que Choisir de mai 2005 (« Succession d’embrouilles »). Pour en savoir plus, je vous invite à vous reporter à ce livre de Laurence de Charette et Denis Boulard, Les Notaires - Enquête sur la Profession la plus puissante de France. J'ajoute que de précieux renseignements sur les notaires et les clercs de notaire m’ont été donnés par Stéphanie Carreau-Flandry.

    Même si le personnage d’Agnès Gibault est imaginaire, l’histoire du corps de SAS français évoqué est authentique. Les informations sur ce sujet sont inspirées d’une étude de Martial Poncet, mise en ligne et disponible sur le site du Journal de Gien : http://www.lejournaldegien.fr.

    Au sujet de la marine de Loire, énormément de documents sont disponibles, notamment sur Internet. Je vous invite à consulter ce lien. Deux musées consacrées à la marine de Loire existent et sont brièvement évoqués dans Il n'y a pas de Requins dans la Loire : le Musée des deux marines et du Pont-canal de Briare et le Musée de la marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire.

    Un artiste est évoqué dans ce roman: Pierre-Jean David d’Angers. Ce sculpteur et statuaire français de l’école romantique (1788-1856) est particulièrement admiré par l'un des personnages centraux, Bernard Starck. Il possède dans une de ses résidences une copie de la statue La jeune Grecque au tombeau de Marco Botzaris (1827). L'original de cette œuvre est exposé à la Galerie David d’Angers à Angers.

    Je termine en parlant des lieux qui ont inspiré (et comment !) ce polar : Gien et Nevoy. Ces deux villes du Loiret sont le théâtre des événements tragiques évoqués dans Il n'y a pas de Requins dans la Loire. Par contre, en aucun cas elles ne doivent, elles ou ses habitants, se considérer comme visées ou critiquées directement par ce roman. Dit autrement : toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite...

    Liens musicaux

    La musique est très présente dans ce livre, non seulement parce qu'elle rythme l'intrigue du livre mais aussi parce qu'elle a inspiré plusieurs passages.

    La citation en exergue du roman est un extrait des paroles de la chanson La Noyée de Serge Gainsbourg. Issu des archives de l'INA, ce document présente la seule interprétation connue de son auteur, La Noyée ayant été interdite par la censure à l'époque de sa création. Elle reste aujourd'hui culte et au fort pouvoir évocateur. Cette chanson a fait l'objet de nombreuses reprises (celles d'Anna Karina et de Carla Bruni parmi les plus célèbres) mais aucune ne vient à la hauteur de l'interprétation sombre et inspirée de Serge Gainsbourg.

    Dans le roman, Daniel Mouret écoute Where The Wild Roses Grow, une chanson de Nick Cave and The Bad Seeds et Kylie Minogue tiré de l'album Murder Ballads (1995) au moment où il apprend la vente de Belle Rive, la propriété tant convoitée. Cette superbe - et morbide - ballade illustre selon moi parfaitement bien le climat général de ce roman noir, pervers à souhait.

    DSC00056.JPGDans la scène où Bernard Starck invite à dîner les Mouret dans sa somptueuse demeure de Saint-Brisson-sur-Loire, j'ai souhaité que la musique soit présente. Il fallait pour cette scène hors du temps une musique à la fois solennelle et sombre : j'ai fait le choix de la première symphonie en ré majeur "Titan" de Gustav Mahler.

     

    -

    -

    -

    -C'est à l'intérieur de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Gien que le même Daniel Mouret entend lors d'une célébration religieuse un extrait du Magnificat de Jean-Sébastien Bach (1702-1766). Il s'agit du Et Misericordia, extrait particulièrement poignant d'une des plus célèbres œuvres du Kantor de Leipzig.--

    Autre chanson présente dans ce roman : Mistakes du groupe anglais Tindersticks, hélas injustement méconnu en France. Ce titre, du deuxième album des Tindersticks, date de 1995. L'écoute de cette chanson par Daniel Mouret intervient à un moment charnière du roman. Nul doute que ces paroles résonnent en lui comme un singulier avertissement : "Erreurs / Je sais que je les porterai toute ma vie / Mes erreurs / Comme de celle / Tu sais laquelle / Quand on a coupé mes cordes / Je me suis envolée ailleurs / On a coupé mes cordes / Et je ne redescendais pas."

    Une dernière chanson a rythmé l'écriture de ce roman : il s'agit du Sable Mouvant (End of May) de Keren Ann, tiré de l'album La Disparition (2004). Comme pour La Noyée de Serge Gainsbourg, on est porté par ce morceau sombre et d'une très grande élégance: "On ne dit rien quand le temps assassin / Enterre nos amours périssables sous le sable mouvant.Le Sable Mouvant reste à mon sens l'extrait musical qui illustre le mieux l'atmosphère d'Il n'y a pas de Requins dans la Loire.

    Livre en vente uniquement sur Internet, disponible sur le site de l'Éditeur ou auprès de l'auteur.

    -

    Communiqué de presse du roman Il n'y a pas de requins dans la Loire

    Flyer Il n'y a pas de requins dans la Loire

    Couverture il n'y a pas de requins dans la Loire