Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pop

  • Thomas Kahn, volcanique !

    Il souffle un peu de l’esprit de Marvin Gaye sur This Is Real, le deuxième album de Thomas Kahn. À l’écoute de "More Than Sunshine", le titre qui ouvre l’opus (et le conclue, avec une seconde version "radio edit" à la fin), voilà l’auditeur transporté du côté des États-Unis, période seventies, avec instruments acoustiques, cuivre, chœur et surtout la voix envoûtante du chanteur clermontois. This Is Real est le fruit de deux années de travail. Et ça se voit. 

    La filiation culturelle de Thomas Kahn est à la fois évidente et bluffante, tant le chanteur semble avoir fait ses gammes entre New-York et Detroit, en passant par Memphis. Si l’on parle de la Mecque du rock c’est que le musicien sait aussi se faire avec "Doomed The Start" plus brut, plus tranchant et plus incendiaire. En un mot plus rock.

    Il n’est pas insultant de dire que c’est du vintage pur jus que nous propose Thomas Kahn, si l’on pense au très réussi "Don’t Look At Me", à "Alone" ou à  "Stay Away",  un funk pop enlevé à la jolie construction et au rythme franchement dansant, porté par la voix chaude et puissant de l’interprète.

    Sans nul doute, This Is Real aurait réellement sa place dans une BO de Quantin Tarantino

    Cet autre morceau qu’est "Try To See Further" semble pareillement réveiller les cendres de James Brown grâce au travail mélodique, une interprétation sans faux-pli et une orchestration acoustique à l’avenant. Sans nul doute, This Is Real aurait réellement sa place dans une BO de Quantin Tarantino.

    Régressif et nostalgique, Thomas Kahn sait aussi se faire tendre et sensuel avec ses ballades "Hope" et le slow "It Won’t Be so Long", sans oublier le morceau pop-rock "Out Of The Blue".

    C’est la voix déchirée que Thomas Kahn propose un titre très personnel sous forme de ballade, "Brother I Miss You", avant de se lancer, comme une forme de résilience, dans une chanson d’amour, sucrée comme un baiser. C’est "I’m In Love", plus fort que tout.

    Finalement, c’est un pont entre les volcans d’Auvergne et le New York de Marvin Gaye que Thomas Kahn a su bannir. Et rien que pour cela, il mérite toute notre admiration.

    Thomas Kahn, This Is Real, Musique Sauvage, 2022
    http://thomas-kahn.com
    https://www.instagram.com/thomas_kahn

    Voir aussi : "Grand vent pour Julien Rieu de Pey"
    "À l’ancienne"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Tess humaine

    Dans une pop sucrée et sensuelle, Tess propose son nouveau single, "Not Human"

    Tess, Bla Bla Blog en avait parlé l’an dernier pour "Origin".

    Pour "Not Human", Tess chante en anglais la difficulté à vivre en société, à être comprise et à se sentir différente ("I know I’m different and they don’t understand me"). Tess affirme ainsi sa singularité dans ce morceau qu’elle a écrit, composé et qu’elle interprète : "I’m not from your world / I’m not human".

    Le mystère enveloppe ce titre d’une grande délicatesse et qui s’écoute comme la confession d’une artiste attachante. 

    Ce troisième single précède de quelques jours la sortie de son nouvel album, 11 :11, sorti le 11 novembre.

    Tess, Not Human, single, 2022
    https://www.facebook.com/TessOfficial
    @tessofficial https://www.instagram.com/tessofficial
    https://linktr.ee/tessofficial

    Voir aussi : "Que le rituel commence"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Un peu de consolation avec CATT 

    Étrange, douce et envoûtante CATT. Plonger dans le clip de son dernier single, "Spell Me Free" c’est se faire croquer tout cru grâce à sa voix, à une mélodie imparable et un son pop-rock à la fois tendre et planant tout à la fois. C’est sans compter les images d’un somptueux et surréaliste clip réalisé par  Michèl M. Almeida.

    Voilà qui augure un album passionnant, Change, à paraître le 24 mars 2023 sur ListenRecords. La mélancolie est évidente dans ce magnifique single qu’est "Spell Me Free", un titre pop et européen orchestré et produit avec soin.

    "L'hiver dernier, j'ai vécu en dehors de Berlin pendant un certain temps. Une retraite après beaucoup de tournées et tout le bruit des mois précédents. Moi seul avec mes instruments", explique CATT, avant d’ajouter : "Il y a un jour où je me suis sentie très triste, presque comme si je portais la tristesse de toute l'humanité. Je suis allée au bord de l'eau et j'ai pleuré. Ensuite, Spell Me Free a jailli de moi comme si toute cette tristesse se transformait en espoir, en paix, en euphorie. C'était comme si je sortais de l'autre côté avec un cadeau dans les mains".

    CATT est à découvrir et à suivre absolument. 

    CATT, Spell Me Free, single, ListenRecords, 2022
    http://www.catt-music.com
    https://www.facebook.com/musicbycatt
    https://www.instagram.com/cat

    Voir aussi : "Nombres d’Oré"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Marl’n, en fait oui

    Partons à la découverte de Marl’n, une chanteuse à l’univers singulier qui a sorti l’an dernier son deuxième album, Renaissance, illustré par une pochette que Magritte n'aurait pas renié.

    L’univers musical de cette artiste, originaire de la Drôme et installée aujourd’hui à Paris après un  passage par Londres, c’est une pop-rock sucrée et sophistiquée, chantée avec une fausse légèreté, y compris lorsqu’il s’agit de parler d’un départ ou d’un "amour mort" ("Bien sûr").

    Derrière son premier album Renaissance, on sent le travail et l’inspiration d’une musicienne se livrant avec sincérité : "Je sais beaucoup de choses / Je dis beaucoup de rien", dit Marl’n, confessant  ses failles et ses doutes, mais aussi les liens si fragiles avec l’autre : "Qui sait que quelqu’un d’autre / Nous emmènera demain / Que tôt ou tard plus rien ne compte / Qu’on se lassera du quotidien" ("Comment").

    Marl’n est capable d’entraîner l’auditeur en lévitation, à l’instar de cette ballade soyeuse qu’est "Délire", et qui fait le constat mélancolique d’un amour disparu : "Où sont passés tes mots et tes vers / Que tu envoyais cent fois chaque jour ?"

    L’audace de l’artiste va jusqu’à proposer cet objet digne de Camille : "Partager le jour". Cette proposition de voyage à deux est un bijou vocal, à la rythmique incroyable.

    L’un des plus beaux morceaux de l’opus, "La personne", déploie une parfaite ligne électro-pop, avec toujours ce joli brin de voix et cette facture nineties. La musique acidulée de Marl’n parvient à enrober des textes riches et denses sur l’abandon, la séparation, la déception, mais aussi la séduction et la sensualité : "J’ai senti un peu de tendresse / de la complaisance / Un brin d’obligeance / qui ont su tromper la meilleure vigilance".

    La musique acidulée de Marl’n parvient à enrober des textes riches et denses

    Plus léger, "Folie darling", le portrait enthousiaste d’une noctambule, a toutes les qualités d’un tube à la Alizée, à écouter les jours – ou plutôt les soirs – de spleen. On aime ou pas : en tout cas, ce morceau frappe par sa mélodie entêtante.

    "De ta lune", aussi sombre qu’énigmatique, fait le choix de la poésie et de l’onirisme dans ce chant sur l’attente, le manque de l’autre et la séparation : "Je suis là sur l’étoile / Me vois tu de ta lune ?" Impossible de ne pas penser au désormais classique de Mecano, "Hijo de la Luna".

    Retour à l’électro-pop avec "Ta place". Il est question du temps qui passe et de la difficulté de vivre à deux :  "Qu’importe la distance quand on y pense / Pas à pas on avance / Tant que l’on aime / Tant que l’on s’aime". Comment faire durer un amour au quotidien ? "Qu’importe l’intendance", chante Marl’n avec sagesse.

    C’est un slow infernal, précieux morceau que propose la chanteuse avec l’irrésistible "En fait non" :  "Tu imposes / Dans une autre danse / La lenteur du flow / Et tu avances une autre chance pour qu’elle donne qu’elle ne voit ce que cache les choses / Tu noies dans la romance". La séduction, la drague, l’amour, le tout sur une piste de danse : "Non ce n’est pas ça dans les mots / Dans un autre langage / I miss you", chante Marl’n, non sans flamme, avec une maîtrise certaine et un univers attachant.

    L’album Renaissance se termine avec "La septième". Ce morceau mêlant chanson française, électro-pop et rythme urbain prouve l’attachement de Marl’n au texte. Les lettres et les chiffres se mêlent aux notes de musique. Voilà qui est parfait pour terminer en légèreté un album que je vous invite à découvrir.

    À noter qu’un troisième opus de Marl’n devrait sortir prochainement. 

    Marl’n, Renaissance, EKP, 2021
    https://www.marln.fr
    https://m.facebook.com/marlnoff
    https://www.instagram.com/marln_off

    Voir aussi : "Une certaine PR2B"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Lina Stalyte, délicieusement Vintage

    Sur des images tournées en Super 8, Lina Stalyte propose son nouveau clip et single,  "Summer Nights", dans une facture tout autant seventies.

    Avant son futur album éponyme prévu en octobre, la Parisienne d’adoption ("Je ne parle pas français", chantait-elle et confiait-elle avec humour dans un précédent morceau) choisit des sons acidulées mêlant pop, R&B, soul et jazz, dans un titre qui sent bon l’été indien.  

    Un titre qui sent bon l’été indien

    "Summer Nights", à la douce mélancolie, est inspirée par une première expérience amoureuse au bord de la Mer Baltique lituanienne. Voilà qui explique pourquoi ce morceau, servi par une voix veloutée, chaloupe les cœurs.

    En attendant la sortie de son album à l'automne, Lina Stalyte annonce déjà la couleur : "[Mon] nouvel album Summer Nights [exprimera] mon rapport au corps, à l’amour et aux maux de l’âme. Construit comme une pièce de théâtre en trois actes, ces nouveaux titres sont une ode à l’amour de soi et à l’audace, à la sensualité et à la féminité, des thèmes qui me sont chers".

    À suivre, donc.

    Lina Stalyte, Summer Nights, single, 2022
    https://www.facebook.com/linastalyte
    https://www.instagram.com/linastalyte
    https://bfan.link/summer-nights-2

    Voir aussi : "Tout le monde aime l’amour"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Entre 007 et Le Jeu de la Dame

    Parmi les figures montantes de la pop internationale, figure incontestablement Juli Chan qui sort cet été son dernier single, Not A Crime.

    Juli Chan nous vient de Pologne où elle s’était fait remarquer il y a trois ans dans la version polonaise de The Voice Kids.

    La voilà maintenant en femme fatale dans un clip à mi-chemin entre un film d’espionnage et une revisite d’un épisode de la série Le Jeu de la Dame.

    Not A Crime est imparable dans son efficacité et la voix veloutée de Juli Chan a tout pour rester en tête.  

    C’est à découvrir en ce moment. 

    Juli Chan, Not A Crime, 2022
    https://www.facebook.com/julichanposh
    https://www.instagram.com/julichanposh

    Voir aussi : "Juli le taxi"
    "D’échecs en échecs"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Beau gosse

    Coffees & Cigarettes est de retour avec son troisième album Roller Coaster, un opus autant urbain, pop-rock qu’électro, à l’image du premier morceau en forme d’introduction, "Intropode".  Pour ce titre, MC Jesse - Renaud Druel, dans le civil – lorgne du côté de Kraftwerk pour un court voyage dans les années 70. La suite de l’album – pas moins de 16 titres – est à l’avenant, aventureux tout en se voulant  plus urbain.

    Le rap domine en effet Roller Coaster, à commencer par le morceau "Coffees alchimie, un flow qui est en forme d’autoréférence : "Pour créer la potion magique et vénère que tu vénérerais / Si je composais mes chansons en tubes à essais".

    Dans une facture plus courante au rap contemporain, "J’flippe", avec ce son hip-hop se mêlant à l’électro, a des accents sombres, sinon désespérés sur le thème de la perdition sociale : "Je flippe / Je prends chaque choix comme un deuil / Je flippe / Que la musique ne soit qu'un tombeau qu'un linceul /  J'flippe / Que je finisse un jour par dépit, ras-le-bol / Par lâcher prise et par fermer ma gueule".

    Moins neurasthénique, "Colline de jeux" surprend par sa composition mêlant la world music et électro, dans un instrumental presque onirique. Ce titre annonce le suivant, "Le syndrome de Peter Pan", résolument urbain, avec cette touche poétique et lumineuse placée sous les auspices de la fin de l’enfance et du temps qui passe. À partir de souvenirs de gosses, il y est question de cette envie de de pas devenir adulte et de garder son âme innocente : "Je veux pas vieillir, je veux garder mon âme d'enfant / Je me suis perdu dans le Labyrinthe de Pan / Nostalgie qui fait mal et du bien en même temps". Et si la solution venait du dernier morceau de l’album, "Coffees Resistance" ?

    Hop'n'roll

    Après l’extrait "Y’a quelqu’un", un court morceau électro et "hop'n'roll", il est de nouveau question d’enfance dans l’étonnant "Croquemitaine" dans lequel Coffee & Cigarettes parle des peurs de l’enfance et des cauchemars : "C'est moi le Père Fouettard sorti tout droit de tes cauchemars / Moi c'est MC Jesse et je rappe comme le croquemitaine / L'ambiance est cauchemardesque".

    Roller Coaster devient à partir de là un concept album mêlant peurs, tourments de l’artiste, monstres et affres de la création – ou "affreux de la création", aurait dit Serge Gainsbourg. Le titre "C’Koa", mêle charleston et rap dans une fantaisie assez incroyable sur le mystère de la création : "Comment qu'il compose ? / Comment qu'il écrit ? / C'est quoi ces vidéos ? / C'est qui MC Jesse ? Mais Coffees, c'est quoi ? / Coffees c'est quoi ? / C'est qui Douce, c'est qui Jesse Juice ?"

    Suit "Coselofo", ce monstre invisible porteur de nos cauchemars des obsessions mais aussi des inspirations de l’artiste – qui pourrait être les drogues sous toutes leurs formes : "Le monstre suprême, le boss, l'ultime cauchemar / Viens gangrener mes mots et toutes les notes de ma guitare". Cette présence aliénante et dangereuse peut mener l’artiste à sa perte : "[Il] Dévore l'imagination envoie l'art à l'échafaud". Le vaincre devient vital.

    "Arthropode" continue cette plongée cauchemardesque et aliénante : "L'Arthropode est là, il scanne ton esprit, entre en toi / Il te prive de tes cinq sens". Mais qui est cette bête digne de l’ennemi de Sigourney Weaver ? La dépression ? Les drogues ? Et "comment venir à bout de cette putain de bestiole / Le diagnostic est sévère, l'espoir de vaincre est minime / Et je sens bien que rien ne s'arrange, que tout s'envenime / Dans la lutte, on garde toujours la hargne et le sourire aux lèvres / On se souvient de nous et nos souvenirs sont des trêves".

    "Journal de bord" vient conclure ce titre qui semble, sinon autobiographique, du moins personnel : "Tôt ou tard la Coffees tribu le savait sans l’accepter / L’arthroprode finirait par gagner / Ce n’était qu’une question de temps / il fallait en profiter de ce temps qui nous était confié / Et un matin il gagna il nous l’enleva il l’emporta / Alors Jesse Juice disparut à jamais avec elle aussi / Laissant désormais place sombre à MC Jesse".

    Roller Coaster s’avère bien plus intime qu’il n’y paraît, comme le montre encore "Emmène-moi", un morceau de slam à la première personne en forme de confidence, osant l’optimisme dans ces dernières paroles. Il y a encore de l’autobiographie avec "Full HD", une histoire d’amour qui transportera aisément l’auditeur.

    Plus joyeux, le titre "Roller Coaster", qui donne son titre à l’album, se pique d’inspirations balkaniques pour un morceau coloré se déroulant dans un parc d’attraction, celui de la vie à en croire MC Jesse, et avec toujours l’enfance en filigrane : "Embarqués tous les deux dans le train fantôme / Face à ton sourire je redeviens un môme".

    Voilà un opus aventureux à coup sûr, à l’instar du "Journal de bord", puisant son inspiration dans la SF et les souvenirs de space-operas, ou encore l’étonnant "02/01/19", mixant musique de chambre et hip-hop, audace une audace rarement entendue. Audace : le mot est lâché, définitivement.  

    Coffees & Cigarettes, Roller Coaster, Baco Music, 2022
    https://www.coffeesandcigarettes.org
    https://www.facebook.com/coffeesandcigarettesband
    https://www.instagram.com/coffeescigarettes

    Voir aussi : "Le noir est une couleur"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le noir est une couleur

    On avait déjà parlé du groupe Edgär à l’occasion de leur tout premier EP, Persona. C’était il y a cinq ans, déjà. Revoilà le duo amiénois dans leur album long, Secret. Nous avions parlé de Persona comme un EP proposant de "l’électro à visage humain". Son nouvel opus a un  parfum eighties, comme le montre le premier titre "Nuit" qui fleure bon la new-wave : boîte à rythme, nappes de synthés et univers noctambule ("Nuit", "Réveille-moi"), sans pour autant renier l’électro qui leur va tout aussi bien.

    Sortez les Perfectos et les maquillages gothiques : voilà un gros coup de voyage dans le temps avec un album, mêlant le français et l’anglais, qui ne goûte pas son plaisir !

    Pour "Réveille-moi", le groupe se fait onirique et romantique – mais d’un romantisme noir. Plutôt que mentionner le groupe Cure, avançons-nous en considérant que le "paradis" mentionné dans ce morceau peut être vu comme un clin d’œil à Michel Berger. 

    Sortez les Perfectos et les maquillages gothiques

    "Me voudras-tu ?", tout autant inspiré par le regretté chanteur de "Seras-tu là ?" a et esprit très pop à la Partenaire Particulier. Les courbes enflammés, la nuit à deux, les draps, la fièvre : il est question d’une histoire d’amour ("Moi aussi je te veux"), avec son lot de questions  ("Me voudras-tu encore de moi ?") mais aussi de certitudes ("Les erreurs de la nuit n’existent pas"). Tout aussi mélancolique, "Secret" propose une pop plus traditionnelle, ballade mélancolique, "Laisse ton chagrin voguer / Vers les rivages brûlés / Avant de devenir fou" Une séparation. 

    Outre la délicate ballade folk "Dead end", il faut s’arrêter sur "Incendies", un extrait qui se veut romantique dans le joli portrait d’une femme aimée : "Elle se nourrit de mes peines / Quand je la serre contre moi / Elle délie toutes mes haines / Me délivre même de toi". L’amour est un incendie autant qu’une "harmonie", qui reste malgré tout fragile : "J’ai rompu le lien à jamais". On peut tout autant être séduit par "The lights", lumineux comme l’indique le titre qui est un formidable appel à la fête et à la vie.

    Retour à la new-wave avec "Sable blanc". Ce morceau est digne de devenir un vrai hit pour cet été : "Viens explorer ce t autre monde  et animons nos ondes de songes cachés", interprète le duo, dans une chanson qui est une invite à l’insouciance et à la joie de vivre.

    Outre une reprise du classique de Simon & Garfunkel, "The Sound Of Silence", l’auditeur s’arrêtera sur le titre "Dictators", derrière lequel on pourra voir en écho les pitreries dégueulasses de Poutine en Ukraine. Aussi noir que de la new-wave et aux propos engagés et bienvenus : "I’m on another side of the moon / While dictators die".

    Edgär, Secret, Grabuge Records, 2022
    https://www.facebook.com/Edgarofficiel
    https://www.instagram.com/edgarofficiel

    Voir aussi : "Persona grata"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !