Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pop

  • Le noir est une couleur

    On avait déjà parlé du groupe Edgär à l’occasion de leur tout premier EP, Persona. C’était il y a cinq ans, déjà. Revoilà le duo amiénois dans leur album long, Secret. Nous avions parlé de Persona comme un EP proposant de "l’électro à visage humain". Son nouvel opus a un  parfum eighties, comme le montre le premier titre "Nuit" qui fleure bon la new-wave : boîte à rythme, nappes de synthés et univers noctambule ("Nuit", "Réveille-moi"), sans pour autant renier l’électro qui leur va tout aussi bien.

    Sortez les Perfectos et les maquillages gothiques : voilà un gros coup de voyage dans le temps avec un album, mêlant le français et l’anglais, qui ne goûte pas son plaisir !

    Pour "Réveille-moi", le groupe se fait onirique et romantique – mais d’un romantisme noir. Plutôt que mentionner le groupe Cure, avançons-nous en considérant que le "paradis" mentionné dans ce morceau peut être vu comme un clin d’œil à Michel Berger. 

    Sortez les Perfectos et les maquillages gothiques

    "Me voudras-tu ?", tout autant inspiré par le regretté chanteur de "Seras-tu là ?" a et esprit très pop à la Partenaire Particulier. Les courbes enflammés, la nuit à deux, les draps, la fièvre : il est question d’une histoire d’amour ("Moi aussi je te veux"), avec son lot de questions  ("Me voudras-tu encore de moi ?") mais aussi de certitudes ("Les erreurs de la nuit n’existent pas"). Tout aussi mélancolique, "Secret" propose une pop plus traditionnelle, ballade mélancolique, "Laisse ton chagrin voguer / Vers les rivages brûlés / Avant de devenir fou" Une séparation. 

    Outre la délicate ballade folk "Dead end", il faut s’arrêter sur "Incendies", un extrait qui se veut romantique dans le joli portrait d’une femme aimée : "Elle se nourrit de mes peines / Quand je la serre contre moi / Elle délie toutes mes haines / Me délivre même de toi". L’amour est un incendie autant qu’une "harmonie", qui reste malgré tout fragile : "J’ai rompu le lien à jamais". On peut tout autant être séduit par "The lights", lumineux comme l’indique le titre qui est un formidable appel à la fête et à la vie.

    Retour à la new-wave avec "Sable blanc". Ce morceau est digne de devenir un vrai hit pour cet été : "Viens explorer ce t autre monde  et animons nos ondes de songes cachés", interprète le duo, dans une chanson qui est une invite à l’insouciance et à la joie de vivre.

    Outre une reprise du classique de Simon & Garfunkel, "The Sound Of Silence", l’auditeur s’arrêtera sur le titre "Dictators", derrière lequel on pourra voir en écho les pitreries dégueulasses de Poutine en Ukraine. Aussi noir que de la new-wave et aux propos engagés et bienvenus : "I’m on another side of the moon / While dictators die".

    Edgär, Secret, Grabuge Records, 2022
    https://www.facebook.com/Edgarofficiel
    https://www.instagram.com/edgarofficiel

    Voir aussi : "Persona grata"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Duo pour un SLOGAN

    Après leur souriante reprise du titre de Vincent Delerm, "Les filles de 1992 ont trente ans", revoilà SLOGAN dans un nouveau single, "Les portes".

    Le duo lyonnais, formé de Clémence Cremer et Nicolas Steib, proposent un morceau intimiste autour du besoin d’avancer, de vivre et, finalement, d’aimer : "Peu m'importe le nombre de portes / Mes jambes me portent".

    S’appuyant sur une orchestration sobre, les voix délicates de SLOGAN se font mélancoliques, douces-amères et ne parvenant pas tout à fait à taire une douleur invisible : "Je porte encore c'est invisible / Dans mon ventre le souvenir d'un enfant". Il n'est pas anodin que le groupe parle de leur musique comme de la "pop impudique".

    Le groupe est aussi aux manettes du clip qui accompagne la chanson, un clip co-réalisé par Rémi Dumas.

    SLOGAN, Les portes, Le Divan / Hélice, 2022
    https://alterk.lnk.to/LesPortes
    https://www.facebook.com/slogan.musique

    Voir aussi : "Oula, oula ! Ça va trop vite"

    Photo : © Camille Stella

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Aimons-nous vivants

    Le nom de l’auteure de Time Space Love est marqué en tout petit sur la couverture de l’album : Émilie Pello, écrite de la main de l’auteure lorsqu’elle était enfant. Dans ce qui est un opus introspectif, son quatrième, l’artiste a choisi d’utiliser des photos souvenirs pour ce qui ressemblerait à un montage de scrapbooking. Voilà pour l’aspect marketing d’une production soignée de bout en bout.

    11 titres dont 3 en français : c’est l’anglais qui a été choisi, pour un opus pop puisant son inspiration dans les 70's, les 90's et les musiques de film. Dans des morceaux patiemment écrits : "Du temps, de l'espace, de l'amour, Ce mantra a guidé toute l’écriture de l’album. Cette chanson s’adresse à mon fils, à qui j’enseigne cette philosophie, et le soin du lien qui nous lie" explique Emily Pello. Ce disque signe le retour d'une artiste aux multiples talents ayant déjà fait ses preuves en premières partie de Liza Minelli à l’Olympia ou d’Amy Winehouse à Londres.

    De sa voix veloutée, Emilie Pello propose une pop sans esbroufe à écouter à deux, dans un opus plein de mélancolie ("Is There Anything", "Windy Day"), consacré principalement à la recherche de l’amour  ("Time Space Love"). Le bonheur affleure dans un opus parfaitement abouti. Que l’on pense à "You Will Find Me" au son nineties, à la fois enlevé, plus rock et plein d’espoir ("But I know that someday you will find me"). "Another Millenium" peut être présenté comme une ballade mélancolique et nostalgique" ("The suns will burn your wings too hard / So help me plant a brand new forest").

    L’artiste se portraitise elle-même dans "Fourty" : ce morceau se veut autobiographique. Émily Pello se présente comme une artiste qui a déjà bourlingué, mais aussi comme une mère et une femme de quarante ans qui révèle ses failles et ses doutes : "Give me just a little chance / To rise above that fear / Of me older, weaker, uglier, but me!" Ce titre soul et attachant vibre de sincérité.  Et si derrière cette musicienne discrète se cachait une "herbe folle" qui chante ainsi en anglais et en français : "Comme elle est dure, dure à entretenir, cette herbe folle" ?

    Et si derrière cette musicienne discrète se cachait une "herbe folle" ?

    Parlons aussi de ces morceaux tout aussi intimes : le joli portrait de deux artistes, "Jean et Jo", le pop-folk "Ghosts In My Songs" sur un être aimé, arrivé, comme le dit Emily Pello, tel un guerrier et parti comme un fantôme, non sans laisser des blessures que la chanteuse exprime ainsi : "Without you, I see ghosts in my songs".

    On pourra tout aussi être sensible à "Windy Day", un morceau comme susurré au texte mélancolique : "I feel like Dcarlett O’Hara in love / waiting alone in Tara". L’auditeur ou l’auditrice aura sans doute plaisir à l’écouter un plaid sur les genoux et une tasse de thé à la main, par un jour venteux, en pensant à celui qui est parti et ne reviendra pas : "Should I stay here without your love, without your heat".

    Mais l’amour serait-il tout de même possible, comme l’évoque "Steel Feel Love" ? Emily Pello a écrit là une très belle ballade sur l’attente et l’espoir : "I wish you could tell me how angry you are / I wish you could tell me how sad you feel / I wish I could hear it".

    "Ramène-nous vivants" vient clore en français ce séduisant quatrième album d’Emily Pello, une vraie déclaration d'amour pour la musique : "Regarde les noires et les croches / Des vagues qui s’en fichent".

    Emily Pello, Time Space Love, 2022
    https://emilypello.fr
    https://www.facebook.com/EmilyPelloOfficiel
    https://www.instagram.com/emilypelloofficiel

    Voir aussi : "Encore un mot d’Alba"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Penser juste à l’amour

    Juli Chan s’était fait connaître avec son étonnante reprise l’an dernier de "Jo le Taxi". Voilà la jeune chanteuse de retour pour son nouveau single "Nie Lubię Zmyślać".

    "Je n'aime pas penser" interprète l’artiste polonaise (Julia Chmielarska dans l’état-civil) pour ce titre à la facture pop internationale. Il y a du rythme, de l’enthousiasme et une belle audace pour ce morceau qu’elle présente comme une déclaration d’amour.

    Juli Chan, Nie Lubię Zmyślać, 2022
    https://www.facebook.com/julichanposh
    https://www.instagram.com/julichanposh
    Chaîne Youtube de Juli Chan

    Voir aussi : "Juli le Taxi"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les jeux de l’amour et de la glande

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Weekend Affair est non seulement un groupe bien de chez nous (ils sont originaires de Lille), mais en plus ils chantent en français, ce qui donne à leur pop une couleur étonnante de fraîcheur.

    Louis Aguilar et Cyril Debarge forment ce séduisant duo au son pop, déclinant les états d’âme de deux garçons bien dans leur époque.    

    Quand vient la nuit, leur nouvel album, fait la part belle à l’amour et au couple, que ce soit la recherche de la personne qui va partager notre vie ("Fini de jouer"), la séduction et le fantasme ("Te regarder danser") ou le constat de la fin d’une relation ("Juste un rêve", "Et après").

    C’est avec malice que Weekend Affair propose les deux chansons légères que sont la très pop "Déshabillée" et surtout la délicieuse "Tes jambes à mon cou" : "Ça ne regarde que nous / Tu sais tout le monde le fait", chantent-ils, malicieux.

    Séduisant duo au son pop

    Weekend Affair imposent un répertoire français dans un langage musical très moderne, alliant le funk ("Fini de jouer"), l’électro-pop ("Te regarder danser") ou le rock minimaliste ("Juste un rêve").

    Le duo veut refléter notre époque, à travers cet hymne que pourrait être "Enfants de la fatigue" ("Marchons, marchons / Liberté chérie / Osons osons / Le fond de notre lit").

    Dans "Dépêche-toi", le groupe parle de la notion d’urgence : "Vite, l’amour !", semblent nous dire les deux garçons. Weekend Affair constate que nous avons bien souvent "les deux pieds joints dans le ciment de la vie". Un constat cruel que beaucoup d’entre nous connaissent : "Je m’essouffle pourtant / Pour tenir la cadence… / Je me dépêche le soir / Surtout n’oublie rien /  Et ne sois pas en retard".  

    Plus léger, "J’ai mis mon survêt" est un morceau qui invite au contraire au farniente et à la glandouille pour arrêter le fil du temps : "Je me suis fait beau, bien sapé / Pour être chic au moment de ne rien faire".

    "Quand vient la nuit' vient clore un album plus lumineux que ne laisse deviner le titre et cet ultime morceau, avec la découverte de cet album élégant composé et produit avec soin.

    Weekend Affair, Quand vient la nuit, chez Pil Records / Les Airs à Vif, 2021
    https://www.facebook.com/weekendaffair
    https://www.instagram.com/weekendaffair

    Voir aussi : "Soudain, Vanessa Philippe"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le temps des cerises avec Cecilya

    Cherry Blossom, c’est pour Cécilya l ’album des grands départs, les départs vers ailleurs pour laisser le passé derrière, comme elle le chante dans "Road To Nowhere" : "I’m on the road to nowhere / Just left my past behind". C’est l’album d’une grande voyageuse mais aussi, mine de rien, une introspection sur l’identité de soi ("It’s Not Me") et sur le désir de changements ("Angel"). Logique pour une artiste qui a bourlingué de pays en projets, alternant concerts et festivals en Espagne d’où elle est originaire, participation à The Voice et collaborations diverses (Nacho Ladisa et la Vienna Blues Association).

    Aujourd’hui, c’est à Paris que Cecilya s’est installée pour y écrire son premier album. "Cherry Blossom", le formidable titre qui a donné son nom à l’opus, renvoie au Grand Confinement et à cette période si particulière où le temps était suspendu ("The spring has just started / Life’s a burst of coulours… Birds sing sweet melodies / And bees plan their alibis"), et la liberté mise sous cloche ("I forgot how to fly").

    Les influences américaines sont évidentes dans les 11 titres que propose Cecilya dans son album : pop ("Take Me To The End Of The World"), folk ("Paris Night Has No Stars"), r’n’b ("Tell Me") mais aussi country ("Don’t Buy Me Flowers", en featuring avec Marco Cinelli). 

    Les voyages sont au cœur de Cherry Blossom, mais aussi la recherche de soi

    "Angel", avec ce mélange de pop-folk à l’orchestration acoustique rassurante, a cependant des racines très européennes. L’artiste raconte l’avoir composée en 2013… sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. L’ange en question fait référence à une rencontre de la musicienne avec un Français, ce fameux "ange" dont elle parle.

    Les voyages sont au cœur de Cherry Blossom ("Road To Nowhere"), mais aussi la recherche de soi, dans une quête existentielle, à l’instar de "Find Yourself" ou de "It’s No Me". Dans ce morceau, la chanteuse se demande qui elle est réellement : "I just don’t recognize  / Who I am really".

    Tout aussi mélancolique, le morceau "My Own July" à ce parfum de nostalgie qui est aussi un appel aux voyages, aux paysages sauvages et à la liberté : "Take me to the sea / I need to be free / Take me back to my July".

    Avec "Streets Of Tears", une ballade folk mélancolique folk sur une rupture amoureuse ("You left me crying /Thought I was dying"), Cecilya prouve son talent de compositrice, grâce à des lignes mélodiques imparables.

    Voyageuse dans l’âme, Cecilya a bien fait de poser ses bagages en France pour proposer Cherry Blossom, le premier jalon d’une carrière que l’on espère longue et fructueuse.

    Cecilya sera en concert au Triton (Les Lilas) le 12 Février 2022 de 20h00 à 22h00

    Cecilya, Cherry Blossom, Cecilya Mastres, 2021 
    En concert au Triton le 12 février à 20 heures
    Le Triton, 11 bis rue du Coq Français, 93260 Les Lilas 
    https://www.facebook.com/cecilyamestres
    https://www.instagram.com/cecilyamestres
    @cecilyamestres
    https://www.youtube.com/cecilyamestres

    Voir aussi : "Le b.a.-ba de Pamina Beroff"

    Photo : Philippe Poitevin

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Pop et pop !

    Aujourd’hui, mercredi 19 janvier, c’est la Journée mondiale… du pop-corn. Non  ne riez pas !

    Que ce soit chez soi, chez les ami·e· s, en famille ou au cinéma – bon, certes, pas en ce moment, crise sanitaire oblige ! - le pop-corn est devenu une friandise adorée des Français et des Françaises, ce que le Grand Confinement n’a fait que confirmer cette tendance.

    Un peu d’histoire pour y voir plus clair : originaire des vallées montagneuses du Mexique et découvert en 1492 par Christophe Colomb, le maïs est la céréale la plus cultivée au monde, devant le riz ou le blé. Ce sont les Français qui ont découvert ce produit au XVIIe siècle en côtoyant la tribu indienne des Iroquois qui faisaient griller du maïs dans des plats en poterie. La recette a été par la suite développée puis popularisée par les Américains, pour en faire un produit justement pop, indissociable aujourd'hui du cinéma.

    Riche en vitamines B, potassium, magnésium, phosphore, fibres et en antioxydants, le pop-corn constitue un en-cas bien plus sain qu’on ne pourrait le croire. À condition de le consommer "poppé" à l’air chaud, sans adjonction d’huile, et nature de préférence, expliquent les spécialistes.

    Fraise des bois, citron meringué, vanille, pistache-coco, truffe ou curry-mangue

    Une entreprise vient de s’engouffrer dans ce marché : La Fabrique à PopCorn, qui devient le premier fabricant de pop-corn français à proposer une gamme tant sucrée que salée et 100% personnalisable, tant au niveau des couleurs que des saveurs.

    Son fondateur, Naguibe Tarouensaid, a installé son entreprise au Cannet-des-Maures dans le Var, avec une ambition : écrire une nouvelle histoire entrepreneuriale et familiale. La Fabrique à Popcorn prend ses racines au milieu du siècle dernier, lorsque le grand-père de Daisy, l'épouse de l’entrepreneur, importe des échantillons de maïs en provenance d’Amérique du Nord.

    Aujourd’hui, c’est au cœur de la Provence que la famille perpétue la tradition du pop-corn artisanal pour composer des recettes sucrées et salées originales (fraise des bois, citron meringué, vanille, pistache-coco, truffe ou curry-mangue). La Fabrique à PopCorn propose un produit au maïs 100% produit et cultivé en France, sans OGM.

    La Fabrique à Popcorn entend bien être l’acteur de référence du pop-corn en France. Cette journée mondiale du pop-corn est l’occasion de faire un focus sur cette entreprise agro-alimentaire plus pop que jamais.

    La Fabrique à Popcorn
    https://lafabriqueapopcorn.com
    https://www.facebook.com/profile.php?id=100059052752537
    https://www.instagram.com/lafabriqueapopcorn
    @FabriquePopcorn

    Voir aussi : "En amour, qui, aujourd’hui, doit faire le premier pas ?"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Rouquine, Artists vainqueurs

    Le duo Rouquine, dont nous avions parlé sur Bla Bla Blog il y a quelques mois, vent de remporter l’émission The Artist sur France 2. Leur premier Ep était sorti en septembre. 

    Voilà, un coup de projecteur bienvenu sur de nouveaux noms pour la scène pop française.

    Rouquine c'est un scalp à deux têtes. L'une est celle de l'homme clavier/machines et chanteur Nino Vella, compositeur nourri aussi bien au jazz, au classique ou à la chanson française qu’au rock, au rap et à la pop. L’autre est Sébastien Rousselet, le chanteur et auteur, passionné de Kerouac, Bukowski, Radiohead ou Gainsbourg. Les deux artistes, originaires l’un de Cholet et l’autre d’Angers, ne pouvaient que se rencontrer dans leur Maine-et-Loire natal et bâtir patiemment une œuvre généreuse, intelligente et engagée. "Du sentiment mais pas de sentimentalisme", assènent-ils.

    L’amour, les mômes, la mort, le sexe : ça remue et ça fait marrer. Rouquine aime bien James Blake et Boris Vian, Alt-J et Orelsan. Jouant avec les codes urbains sur des thèmes actuels, non sans spleen ni un humour mordant, Rouquine dépoussière la chanson et prend son public à contre-pied.

    Il n’y a pas d'âge pour être de sales gosses, disent-ils encore. Leurs titres "Tombé", "Mortel" et "Première fois" sont déjà disponibles et mis à l'honneur par The Artist. Bravo à eux !

    Rouquine, Mortel, 2021
    https://casting.theartist.fr
    https://www.instagram.com/rouquineofficiel

    Voir aussi : "Rouquine n’a pas que ça à faire"

    Photo : Rouquine © Juliette Rozzonelli

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !