Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musicien

  • La jolie partition de Jellynote

    Aujourd’hui, c’est d’une plateforme dont il sera question. Une plateforme qui devrait interpeller pas mal de musiciens et musiciennes professionnels ou amateurs.

    Jellynotes, créé il y a un peu moins de deux ans, peut déjà se vanter d’attirer un demi-million d’utilisateurs dans le monde et 500 créateurs actifs. Le site est accessible pour l’instant en 5 langues : français, anglais, espagnol, russe et portugais. Le créneau de cette jeune entreprise ? La partition de musique.

    Les créateurs et associés de Jellynotes, Flore Wang et Sylvain Streiff, se félicitent d'avoir fondé une coopérative de musiciens créateurs de partitions leur permettant de les diffuser à un public mondial - et, au passage, de générer des revenus.

    Flore Wang explique que dans les conservatoires ou dans leurs cours privés, les professeurs distribuent souvent leurs partitions gratuitement à leurs élèves, mais qu’ils ne les diffusent pas pour des raisons pratiques et juridiques. Il est aussi plus compliqué que l’on croit pour un instrumentiste amateur ou professionnel de trouver une partition jouable au piano ou à la guitare. Par ailleurs, il arrive très souvent que ce type de partition n’existe même pas, y compris pour les plus grands tubes. Se pose en plus la question ardue des droits d’auteur.

    Hotel California des Eagles, version accordéon !

    Jellynotes se charge d’héberger et de proposer près de 400 000 partitions, des partitions de tout genre, d’une BO de James Bond au Canon de Pachelbel, en passant par Hotel California des Eagles, - version accordéon ! - ou le dernier tube de Billie Eilish.

    C’est une communauté de près de 500 créateurs, qu’ils soient musiciens de scène, professeurs de musique, copistes, arrangeurs ou tout simplement compositeurs connus ou non, qui se regroupent dans une communauté partageant une ou plusieurs partitions. Flore Wang précise que Jellynotes s’assure de la qualité et de la pertinence de telle et telle partition, avant de s’occuper du reste : la licence, la technique, la mise en ligne et le visibilité.

    Au final, l’utilisateur a en main un choix pléthorique de partitions qui sont d’autant plus utiles que Jellynotes propose en plus des outils d’apprentissage intégrés. En effet, les partitions s’adaptent à la taille d’écran de l’ordinateur, du téléphone ou de la tablette. Les notes peuvent être jouées avec du son MIDI. On peut transposer dans une autre tonalité et on peut même jouer accompagné d’autres instruments avec le "Mode Ensemble".

    La plateforme se charge aussi de rémunérer les créateurs de ces partitions et repaie la plus grande partie du prix de vente aux compositeurs, paroliers des chansons originales ainsi qu’aux créateurs des partitions.

    Flore Wang et Sylvain Streiff présentent leur startup comme "une coopérative équitable de musiciens pour les musiciens". Ils ajourent ceci :  "En plus de représenter une nouvelle source de revenus, la plateforme Jellynote sera un lieu de rencontre et de visibilité pour ces musiciens professionnels, une source de mentoring envers les apprentis musiciens, une source de collaboration entre musiciens pros, et une source de promotion pour leur marque personnelle".

    Nous avions dit en début de chronique que Jellynotes pouvait intéresser les musiciens et musiciennes amateurs ou professionnels. Gageons aussi que la découverte de partitions de Lady Gaga, Francis Cabrel ou Vivaldi pourrait bien donner quelques idées à bien d’autres : et si moi aussi je me mettais à la musique ?

    https://www.jellynote.com
    https://www.facebook.com/JellyNote

    Voir aussi : "Les masterclass online de The Artist Academy"

    Photo : Flore Wang & Sylvain Streiff - Jellynotes

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Mariscal sur les pas de son brillant Ané

    Je vais vous raconter, si vous le voulez bien, l’histoire de cette chronique.

    La semaine dernière, j’étais en train d’écrire au sujet de la passionnante exposition Rock ! Une histoire nantaise (Château des Ducs de Bretagne, à Nantes, du 24 février 2018 au 19 novembre 2019), dont une partie est consacrée à Dominique A, lorsque je suis tombé sur le premier album de Grégory Mariscal, Plus le Temps. Et là, le choc : les similitudes avec ce nouvel arrivant de la scène française et l’auteur de La Fossette (1992) ou de La Mémoire neuve (1995) me sont apparues évidentes.

    Le Coton a le grain du Vivement Dimanche de La Fossette. Quant à Je Marche Je Respire, ne renvoie-t-il pas au Je ne respire plus, Milos dans La Mémoire neuve ?

    Certes, la voix tendue et si particulière de Dominique Ané fait place à un timbre moins aérien (à l’exception toutefois de l’onirique All the world flees), mais il n’en reste pas moins vrai que Mariscal marche bien sur les traces de son brillant... aîné. Ajoutons d’ailleurs que Jeff Hallam, collaborateur notamment de Dominique A, a collaboré à ce premier album : bon sang ne saurait mentir.

    Comme lui, Grégory Mariscal empreinte le rock par des chemins de traverse, offrant par là-même un opus passionnant et personnel. Le dernier titre, qui donne son nom à l’album, est à ne pas manquer. Sur une ballade acoustique, Grégory Mariscal parle du temps qui passe et de son propre parcours : "Plus le temps nous laisse /Plus on le conteste / On est tous quelque-part / Le temps défile / En fuyant le hasard / Le temps défile / Être de quelque-part" (Plus le Temps passe).

    Un univers à la fois brut, intime et poétique

    L’écoute de Plus le Temps de Mariscal réserve des surprises étonnantes et un parti-pris artistique à saluer : pop minimaliste (All the world flees), travail artisanal soigneux (Cimetière de l’Amour), sujets rarement traités (La Rouille) ou textes charpentés (La Rue Des Corps Saints).

    Le musicien tourangeau impose son univers à la fois brut, intime et poétique : "Poser tes mains avant un rêve / Regarder l’animal qui dort / Penser aux gens à qui tu rêves / Poser tes lèvres et puis ton sort / Écoute les mots et les regards / Par la fenêtre la nuit très tard / Respire le corps juste à côté / Qui dort doucement sans se soulever / Fier de sa solitude" (Fier de sa Solitude).

    Rock, pop, chanson et électro se mêlent dans une jolie symbiose, à l’exemple du séduisant Buvons, un hymne à l’amitié, à l’insouciance et au lâcher-prise : "Allez buvons / Parce qu’il faut boire : Un dernier soir / Avant l’hiver / Buvons / Assis au bord / Du Guadalquivir / Qui dort."

    L’amateur de mots pourra goûter les texte simples, lumineux et efficaces d’un vrai auteur : "Ils marchent dans la rue des Corps Saints / Marchent sur un chemin / Portent tous un rêve. / Ils marchent, agitant leur destin / dans la rue des Corps Saints / entendent des Sirène / Et ils chantent My Way" (La Rue Des Corps Saints).

    Huit clips accompagnent la sortie de ce premier album et déroulent une narration à tiroir, comme un puzzle qui s’assemble, avec des personnages croisés dans les chansons de Plus le Temps.

    Marsical a mis huit ans pour sortir son premier album. Le résultat final est là, dans cet opus âpre, soigné et inventif.

    Mariscal, Plus le Temps, La Familia, sortie le 2 mars 2018
    Page Facebook de Grégory Mariscal