Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bon anniversaire, Bla Bla Blog !

    Bla Bla Blog fête aujourd’hui ses 8 ans.

    Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce blog curieux et toujours à la recherche de nouveautés dans les domaines de la musique, du cinéma, des livres ou des expos.

    Après cette coupure estivale, Bla Bla Blog va revenir avec des nouveautés. Côté musiques, je vous parlerai de la jazzwoman Laura Anglade et ses reprises de standards de la chanson française. Il sera aussi question de l’électro de MLD, du groupe Les Marmottes et de Célestin.

    Côté cinéma, je vous parlerai du remake de Mon garçon par Christian Caron (My son). Une série nous intéressera : Anatomie d'un scandale. Les fans de Downton Abbey seront aux anges. ; vous saurez bientôt pourquoi.

    Il sera aussi question du Vendée Globe 2024 et d’une opération caritative mais aussi du festival parisien Aux Arts !, à la rentrée. 
    Côté livres, je vous parlerai du document de Betty Milan consacré à Jacques Lacan, d’un beau livre des éditions Larousse sur les chefs-d'œuvre de la peinture mais aussi de fantasy.

    Ce ne sont que quelques surprises.

    A bientôt.

    Photo : Lilartsy - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Bla Bla Blog revient très vite

    Bla Bla Blog prend quelques jours de vacances, avant de revenir avec des chroniques plein de sac de plages !
    En vidéo, un avant-goût d’une prochaine découverte. C’est frais, sucré et franchement estival.

    À bientôt !

    Photo : Veerasantinithi

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Rock stars en photographies

    Alors que les Rolling Stones sont en tournée anniversaire, la ville de Dinard accueille une exposition estivale originale et inattendue sur le rock'n roll, avec des photos de scène de ces icônes britanniques… entre autres. L'exposition Rock Star #PhotosEvelyneCoutas se poursuit jusqu'au 30 septembre à La Villa Les Roches Brunes. 

    Plus de 100 photographies, des tirages argentiques en noir et blanc pour la plupart, des impressions numériques dont quelques-unes grandeur nature, font découvrir l’histoire de ce phénomène musical, des années 1976 à nos jours, à travers la démarche artistique d’une photographe, Evelyne Coutas.

    Passionnée de musique et de danse rock, assistante de Michel Journiac, initiateur du Body art, Évelyne Coutas participe aux concerts de rock des groupes les plus fameux. En compagnie de Dominique Benoiste, elle arpente les scènes rock françaises. Elle est publiée dans le fanzine français Sneakers et dans des magazines de rock français et internationaux.

    Elle a ainsi photographié les artistes qui appartiennent désormais à la grande Histoire du Rock : les Who, les Rolling Stones, Paul McCartney, Eric Burdon, Pink Floyd, Peter Gabriel ainsi que ceux qui ont créé à partir des années 75, la mouvance de la scène Punk : Iggy Pop, Ramones, Sex Pistols, Clash, Jam, Damned, Police… Elle les a suivis dans toutes les grandes salles parisiennes et les festivals en France. Elle a saisi leurs postures, leurs gestes, leur force et leur radicalité. Et ces dernières années, son regard a ciblé les groupes émergents tels que les Blood Red Shoes, Temperance Movement, Bloc Party, les pépites du Festival Les Femmes s’en mêlent ainsi que les artistes auxquels elle est toujours restée fidèle comme Paul McCartney, Eric Burdon ou Patti Smith.

    Une figure atypique de la photographie

    Figure atypique de la photographie, Évelyne Coutas a toujours bousculé les codes en multipliant les expérimentations, le questionnement du réel et les mécanismes de représentation à une époque où la photographie en France n’était pas (encore) considérée comme un art.

    Après des années d’interruption et suite à des propositions de la Galerie des Filles du Calvaire à Bruxelles et Paris pour les expositions Radical Postures et Les Femmes s’en mêlent revisited : facts and fantaisies, Évelyne Coutas revisite ses archives, reprend ses boîtiers et renoue avec ses origines photographiques. Elle retrouve ses idoles d’antan, Patti Smith, Paul McCartney, et nous fait découvrir des groupes émergents tels les Blood Red Shoes, Temperance Movement et bien d’autres.

    À La Villa Les Roches Brunes, dans ce monument historique de style néo-Louis XIII surplombant la mer, le contraste entre le château de mer insolent et l’énergie du Rock n’en est que plus éclatant. Cette singularité est renforcée par la scénographie mise en œuvre par Françoise Wasserman, commissaire de l'exposition. Les photographies s'accompagnent d'une mise en musique, d'instruments de collection et de souvenirs de concerts.

    L’exposition Rock Star #PhotosEvelyneCoutas est à voir à Dinard tout l’été, et à entendre aussi.

    Exposition Rock Star #PhotosEvelyneCoutas
    Du 9 juillet au 30 septembre 2022
    Villa Les Roches Brunes, 1 allée des Douaniers, 35800 Dinard
    Du mardi au dimanche, de 11H à 19H en juillet et août et de 14H à 19H en septembre
    https://www.ville-dinard.fr/actualites/rock-star-photosevelynecoutas-laffiche-de-lexposition-de-cet-ete

    Voir aussi : "Chanteuses, je vous aime"

    photographe,photo,photographie,exposition,rock,dinard,ille-et-vilaine,bretagne,Rock Star #PhotosEvelyneCoutas

    Photos : © Evelyne Coutas/Dalle – AC/DC, Angus Young, Nuit punk, Pavillon de Paris, 1979
    © Evelyne Coutas/Dalle – MC5, Wayne Kramer et Marcus Durant, Élysée Montmartre, Paris 2018

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Adieu à Belle du Berry

    Étrange plaisir de retrouver les Paris Combo, dans un album qui est aussi le dernier de sa chanteuse, compositrice et co-leadeuse, Belle du Berry, disparue en 2020 d’un cancer à l’âge de 54 ans, alors que le groupe venait de terminer son septième album studio.

    Quesaco?, derrière ses rythmes sud-américains et sa facture jazzy, est un opus posthume que son interprète ne connaîtra pas dans sa version finale. L’auditeur l’écoutera donc avec un mélange de bonheur et d’émotion.

    Album ensoleillé et invite aux voyages, Quesaco? a ce je ne sais quoi de mélancolie et d’envie contrariée, à l’exemple du morceau éponyme : " Vois, le soleil, feu de paille / Vois, oh vois, le soleil qui se taille / Nous laissant là, entre chiens et loups / À l'heure où nous avons rendez-vous / Rendez-vous avec le destin mais qui s'en fout".

    Les Paris Combo alternent ainsi entre joie de vivre et désabusement. Le morceau "La barre espace" traduit cette hypermoderne solitude que le Grand Confinement du Covid a exacerbé : "Je manque d’espace / J’ai la mémoire qui s’efface / Je manque d’espace / Ce confinement me dépasse". Pour autant, il y a quelque chose à sauver que ces vies numériques, chante Belle du Berry, de sa voix fraîche et légère : "Sur le clavier de nos vies, l’histoire s’écrit sans qu’on y pense".

    Opus posthume

    L’optimisme et l’amour semblent avoir le dernier mot dans cet album qui est un hymne à la vie, à l’altruisme et à l’amour ("Seine de la vie parisienne", "Cap ou pas cap", "Tendre émoi"). Non, il ne faut pas craindre de désirer, d’aimer et d’assumer un coup de foudre : "Éviter c’est pas vivable / Désirer c’est désirable" ("Panic à bord").

    Paris Combo déclinent les sujets les moins sexy et les plus sombres avec un enthousiasme et une sincérité sans faille ("Maudit money", "Première guerre"). Jazz manouche, madison, tango, pop-rock, ballade et bien sûr chanson française : le groupe aux 25 ans de carrière propose dans cet opus quelques joyaux à l’écriture particulièrement fine. Que l’on pense au délicieux "Axe imaginaire" et à ces paroles : "J'ai pas la tête de Wonder Woman / Pas le pouvoir de Spiderman / J'ai pas l'étoffe d'un super héros /  Et pas l'instinct du bonobo / Mais si je cherche une seconde âme / Sur un axe d'amalgame / Je vais dissoudre mon ego / Et me noyer dans un verre d'eau".

    Belle du Berry domine à la fois musicalement et sentimentalement cet album important qu’elle interprète avec une gravité chantée mezza voce : "Do you think my love is leaving / Do you think with a broken heart / Do you think I'm overacting / The saddest part?"

    Cela n’empêche pas le groupe Paris Combo, sans sa chanteuse fétiche, de choisir la musique, le swing et le smooth, dans un dernier morceau sucré et d’une douce indolence : " Lazy ladie / Ce que j'apprécie c'est procrastiner / Et dire non aux cadences infernales / Implorer la trêve hivernale / Paresser par ici / Paresser par ici / Et laisser passer la / Passer la diligence".

    Belle du Berry aurait adorer. 

    Paris Combo, Quesaco?, Six Degrees, 2022
    https://www.pariscombo.com
    https://www.facebook.com/ParisCombo
    https://www.instagram.com/paris_combo

    Voir aussi : "La fête, les amis et la musique, Sans Prétention"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Blaubird, en noir et blanc

    Tour d’abord, c’est sa voix qui frappe. Rien d’étonnant : BlauBird – Laure Slabiak – est une chanteuse, auteure, compositrice et interprète issue du classique et du lyrique.

    Cela donne une voix lumineuse servant un très beau titre, "L’ombre de mon amant".En attendant son album, voici donc ce premier single et un clip au noir et blanc envoûtant réalisé par Patrick Swirc.

    "L’ombre de mon amant" est un chant d’amour et d’adieu onirique et symboliste, servi par le violon d’Oliver Slabiak OS69, fondateur du groupe Les Yeux Noirs) et l’Orchestre Fame’s Project (Skopje, Macédoine). 

    BlauBird, L'ombre de mon amant, 2022
    https://www.facebook.com/blaubirdmusic

    Voir aussi : "Adé, l’ex de Therapie TAXI, bien partie pour rester"

    Photo : © Patrick Swirc

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Être ou ne pas être

    Une ombre plane sur All is true, ce film historique de Kenneth Branagh consacré à William Shakespeare : celle d’Hamnet. Hamnet Shakespeare. Les similitudes avec Hamlet sont plus que frappantes : elles éclairent le plus célèbre drame du poète anglais si l’on pense à son jeune fils, mort de la peste en 1596 à l’âge de 11 ans.

    Le plus shakespeariens des cinéastes actuels fait débuter son biopic en 1613. Shakespeare retourne dans sa ville de Stratford-upon-Avon après l’incendie de son théâtre du Globe Theatre où se jouait son drame Henri VIII. L’auteur anglais décide d’arrêter l’écriture de pièces. Il rejoint sa femme Anne et ses deux filles, Susanna et Judith. Il ne lui reste plus que trois années à vivre. L’ombre de la mort, de son jeune fils mais aussi de la vanité de son génie, pèsent sur lui. Il doit aussi vivre, entouré des siens.

    "Tout est vrai", proclame le titre de ce biopic sur les dernières années d’un homme cherchant l’apaisement et la réconciliation au milieu des siens plutôt que la postérité. C’est un homme face à la mort qui se donne à voir, comme Shakespeare l’a écrit lui-même dans une de ses pièces : "Ne crains plus la chaleur du soleil, / Ni les rages du vent furieux. / Tu as fini ta tâche en ce monde, / Et tu es rentré chez toi, ayant touché tes gages. / Garçons et filles chamarrés doivent tous / Devenir poussière, comme les ramoneurs."

    Shakespeare parlant avec son fils mort, ce fameux Hamnet

    Il existe très peu de peintures et de dessins du "barde d’Avon" et sa biographie, à commencer par sa date de naissance exacte, est parsemée de lacunes. Voir Shakespeare prendre chair est donc tout sauf anodin, et qui mieux que Kenneth Branagh pouvait s’en charger ? On y découvre le génie anglais dans une simplicité déconcertante : au jardin, en famille avec son épouse plus âgée et ses deux filles, en ville devant se battre contre les ragots, en bisbille avec son gendre puritain, négociant avec son avocat son testament ou parlant avec son fils mort, ce fameux Hamnet.

    Shakespeare est-il revenu "victorieux au sein de sa famille" après son triomphe comme auteur et poète, comme l’affirment ses amis ? En réalité, c’est le crépuscule d’un immense artiste qui donne à se voir dans un film construit comme une suite de tableaux à la Rembrandt. Le spectateur pourra se délecter des compositions, des scènes éclairées à la bougie mais aussi des références à l’œuvre du "barde immortel" (celle par exemple avec Ian McKellen, alias le comte de Southampton).

    C’est une bonne idée que Netflix propose ce film sorti en 2018, avec un Kenneth Branagh jouant mezza-voce, entouré de "ses" femmes et en premier lieu la toujours exceptionnelle Judi Dench. 

    All is true, drame historique anglais de Kenneth Branagh,
    avec Kenneth Branagh, Judi Dench et Ian McKellen, 2018, 101 mn, Netflix

    https://www.sonyclassics.com/allistrue
    https://www.netflix.com/fr/title/81034560

    Voir aussi : "S’il vous plaît, rembobinez"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ça biche

    Dans une pop bricolée avec bonheur, La Biche fait de son dernier single "Mister" une vraie jolie curiosité. Artiste complète, danseuse, chorégraphe, mannequin et ici musicienne, compositrice et chanteuse, Laetitia Dremeau (c’est son vrai nom) s’est entourée pour ce premier opus électro-pop de Julien Chirol pour l’arrangement et Pierre Luzy pour le mixage-mastering.

    "Mister" est une vraie et belle déclaration. Sur les lèvres de La Biche, l’attraction amoureuse se fait jeu sensuel, plaisir et lâcher prise, mais où l’aliénation n’est pas loin. La chanteuse choisit une langue travaillée, avec une large place aux allitérations : "Il est l’homme comme un tic qui tacle mon cœur / L’enfant homme, le chic, le choc, aïe, mon cœur / Il est comme la rythmique qui racle mon cœur / Comme une pomme, il le brique, il le croque, il pleure". L’influence de Serge Gainsbourg n’est pas loin. En parlant de "l’homme à la tête de chou", impossible de ne pas parler du timbre voilé de La Biche, souvent dans le murmure sensuel et susurrant les mots comme le ferait Charlotte Gainsbourg. 

    L’influence des vidéo-clips des années 80 est évidente

    Sur un clip de Gianluca Bugel, Mister se veut hypnotique, onirique, sensuel et dont l’influence des vidéo-clips des années 80 est évidente, y compris dans l’optimisme de ce message amoureux : "Mon sieur je panique ma pratique avoir peur / C’est le bonheur qui me pique et c’est pratique la peur / La mécanique à toute heure, le gimmick, la bonne sœur / Identique en pudeur, tu répliques, tu t’appliques en sueur / En couleurs".

    La Biche déploie dans le clip tous ses talents de chorégraphe et de danseuse, comme elle l’assume : "La physicalité c’est comme ça que je perçois le monde, tout ce que je ressens est physique et texturé, comme une musique. Plus mon corps est libre, plus ma tête l’est, et inversement !"

    Du bel ouvrage visuel et sonore par une artiste qui a déjà installé tout son univers.

    La Biche, Mister, 2022
    https://www.facebook.com/thisislabiche
    https://www.instagram.com/labicheofficiel

    Voir aussi : "Entre 007 et Le Jeu de la Dame"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Album univers

    Avec l’album Metamorphosis, Célia Oneto Bensaid se surpasse au clavier grâce à ses touches délicates dans un premier mouvement aux leitmotiv mystérieux. C'est l'image d'un album introspectif, confirmant une figure montante du piano classique et contemporain.

    Pour cet album, la musicienne a choisi un répertoire rare et passionnant, avec deux compositeurs et une compositrice des XIXe, XXe et XXIe siècle : Maurice Ravel, Philip Glass et Camille Pépin.  Le titre Metamorphosis font référence au roman de Kafka, La Métamorphose. Philip Glass a composé une œuvre importante et est une figure majeure de la musique contemporaine, en particulier du courant répétitif américain.

    Célia Oneto Bensaid a fait le choix d’agencer les pièces de Glass, Rabel et Pépin dans un ordre peu orthodoxe mais faisant sens. La pianiste fait alterner les cinq mouvements de "Metamorphosis" de Glass et les cinq mouvements de "Miroirs" de Maurice Ravel. Évidemment, mettre en correspondance le thème de la métamorphose monstrueuse et celui du reflet a tout son sens. Le morceau "Number 1" de Camille Pépin vient compléter le programme de la pianiste.

    La pianiste explique ainsi son choix : "En cherchant à provoquer une sensation de lâcher-prise chez l’auditeur, j’ai fait le choix de rompre les cycles et d’alterner les pièces, afin de mener à une écoute différente de ces répertoires : un fondu enchaîné au disque en somme !"

    Il y a une évidence dans les proximités musicales, les sensibilités et les correspondances de ces trois compositeurs dont les carrières se sont étalées sur trois siècles – entre le XIXe et le XXIe siècle –, trois styles – le classicisme, le courant répétitif et le contemporain – et deux pays – la France et les États-Unis.

    Évidemment, mettre en correspondance le thème de la métamorphose monstrueuse et celui du reflet a tout son sens

    Le programme hétéroclite de Célia Oneto Bensaid fait de cet opus un "album-univers" à la fois cohérent et se jouant des époques et des styles. Le classicisme de l'auteur du Boléro se marie à merveille avec les œuvres oniriques et éthérée de Glass, comme à la modernité de Camille Pépin.

    Même le très Méditerranéen "Miroirs – IV. Alborade del gracioso" de Ravel ne dénote pas avec l’œuvre de Glass. De même, les morceaux "Miroirs – V. La vallée des cloches" et "Miroirs - III. Une barque sur l’océan" ont le même parfum de mystère que le "Metamorphosis One".

    L’auditeur sera électrisé par les tensions, les circonvolutions et l’architecture musicale audacieuse de "Metamorphosis IV". "Metamorphosis V" reprend de son côté le leitmotiv du premier mouvement, auquel vient répondre le mélancolique "Metamorphosis III".

    Maurice Ravel a toute sa place dans le programme de Célia Oneto Bensaid. Sa musique délicate, onirique et teintée d’impressionnisme répond à ces métamorphoses, comme un miroir tendu, ce que l’interprète commente ainsi, grâce à une citation du compositeur :  "La vue ne se connaît pas elle-même avant d'avoir voyagé et rencontré un miroir où elle peut se reconnaître".

    La présence de Camille Pépin n’est pas une surprise si l’on pense à la participation de Célia Oneto Bensaid à l’album Chamber Music qui avait été chroniqué sur Bla Bla Blog. Dans "Number 1 l'œuvre la plus récente de l’album, le néoclassicisme se réconcilie avec le contemporain dans un morceau alliant vagues sombres, éclats de lumière et moments introspectif. Un mot pourrait qualifier ce morceau : "souffle". Un souffle qu’accompagne une cavalcade joyeuse. Célia Oneto Bensaid réussit à abattre beaucoup de frontières dans cet opus d’une rare intelligence.

    Célia Oneto Bensaid, Metamorphosis, NoMadMusic, 2021
    https://www.celiaonetobensaid.com
    https://www.facebook.com/profile.php?id=100039928732584

    https://nomadmusic.fr/fr/label/metamorphosis-glass-ravel-pepin

    Voir aussi : "Camille Pépin, sans coup férir"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !