Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le complotisme est-il un humanisme ?

Pin it!

Je sais ce que vous allez dire : le complotisme n’a pas excellente presse depuis 2001, lorsque les attentats islamistes contre Al Qaïda ont eu pour dégât collatéral de réveiller des mauvaises consciences tour à tour antisémites, anarchistes ou d’extrême-droite. Aujourd’hui, parler en public de complot c’est déjà se ranger dans un camp aux contours gris, sinon peu recommandable.

Il y a pourtant un complot sur lequel il convient de s’arrêter. Il a récemment été mis au devant de la scène à l’initiative de Donald Trump. Le président populiste américain a pris une des rares décisions à saluer : celle de déclassifier 3100 documents secrets défense autour de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963. Il était temps.

Le moins que l’on puisse dire c’est que plus de cinquante après la mort de JFK, les braises sont encore si chaudes que l’administration américaine – le FBI et la CIA en tête – est peu pressée de livrer au public les dernières documents sous scellés de ce meurtre. Elle se réserve d'ailleurs le droit de garder sous le coude quelques pièces jugées trop sensibles. "Sensibles pourquoi ?" se demandent comme un seul homme celles et ceux qui voient derrière cet assassinat autre chose qu’un coup de folie entrepris par un meurtrier solitaire obnubilé par des idées marxistes ?

Certes, il y a toujours la version officielle : JFK a été assassiné par l’ancien marine Lee Harvey Oswald de trois coups de fusil tirés depuis le Texas School Book, une bibliothèque de Dallas, avant d’être arrêté dans la journée dans une salle de cinéma de la ville. Le coupable idéal est lui-même assassiné quelques jours plus tard par Jack Ruby, un personnage au parcours pour le moins trouble.

Cette thèse, appuyée et soutenue par la commission Warren, est également défendue par Vincent Quivy dans son enquête Qui n’a pas tué John Kennedy ? (éd. Seuil) Le journaliste et écrivain malmène les théories complotistes des plus rocambolesques aux plus réalistes dans un essai aussi précis que tendu. En tordant le coup aux légendes d’un "coup d’État" fomenté par une administration conservatrice irritée par le jeune président américain, d’une opération menée par des barbouzes plus ou moins soutenus par la CIA ou d’une vengeance ourdie par les mafias, Vincent Quivy se fait l’apôtre de la version racontée par les manuels d’histoire : un assassinat ordinaire menée contre un personnage extraordinaire.

D’où vient alors le malaise de la lecture de ce livre ? Sans doute à cette impression que les questions posées et les zones d’ombres sont chassées avec un mélange d’agacement, de froideur et d’ironie.

Bien différente est la posture de Thierry Lentz qui, dans un essai documenté et épais, décortique jusqu’au moindre détail les faits et les circonstances de l’événement du 22 novembre 1963. L’Assassinat de John F. Kennedy (éd. Nouveau Monde) propose une lecture à plusieurs facettes d’un fait historique majeur de ces cinquante dernières années. Thierry Lentz souligne d’abord à quel point la société américaine des sixties, annihilée par une prospérité insolente, a pu accepter avec une certaine naïveté un crime commis par un jeune homme à la carrière bien mystérieuse : marine, passé à l’Est avec la même facilité qu’il est revenu dans son pays natal, ayant fréquenté aussi bien les cercles anti-castristes que pro-castristes, et capable de tirer à bout portant sur un Président à l’aide d’un fusil italien en mauvais état. L’auteur pose énormément de questions et le lecteur ne peut qu’en sortir pour le moins troublé : pourquoi la commission Warren a-t-elle toujours appuyé que JFK avait été tué par deux balles par l’arrière alors que le film amateur d’Abraham Zapruder – qui fut d’ailleurs longtemps caché du grand public – montre le Président touché par l’avant ? Comment expliquer le parcours intrigant de Lee Harvey Oswald  ? La théorie de l’homme au parapluie pourrait-elle cacher quelque chose ? Qui sont ces clochards arrêtés puis relâchés après le meurtre ? Pourquoi tant de zones d’ombres autour de l’autopsie du Président, au point que le rapport original a été brûlé dans la cheminée du médecin légiste ? Et pourquoi tant de morts brutales de suspects et de témoins dans les mois et les années qui ont suivi l’assassinat ?

Ces questions ne sont pas nouvelles. Elles ont été soulevées à partir de 1965 par Jim Garrison, le District Attorney de La Nouvelle Orléans. Outre son témoignage écrit (On the Trail of Assassins), le travail de ce procureur minutieux et opiniâtre ont fait l’objet d’un film à succès d’Oliver Stone à la fin des années 80 (JFK - Affaire non classée). Jim Garrison pointe du doigt la responsabilité de l’administration d’État, et en premier lieu de Lyndon Johnson, vice-président en exercice sous Kennedy, devenu suite à son assassinat son successeur avant d’être élu Président un an plus tard.

Alors, complot ou pas complot ?

Durant les années 50 et 60, la société américaine corsetée et engourdie par des envies de consommation et de richesse, la parole officielle pouvait être rassurante. Marc Dugain revisite cette période dans Ils vont tuer Robert Kennedy (Gallimard). Sorti cet automne, ce roman auto- fictionnelle entend parler d’un autre crime célèbre – et d’un autre Kennedy. Il est encore question de complots, que l’auteur lie à sa propre histoire familiale (les décès de son père et de sa mère à un an d’intervalle). Il lie ces interrogations à une analyse forte et troublante de la contre-culture américaine. Marc Dugain transforme sa soif de vérité et sa recherche de complots – imaginaires ou non – à une véritable quête humaine, sinon humaniste, qui n’est pas exempte de paranoïa et de folie.

Dans son livre dense et passionnant il est amplement question de ces complots qui ont touché une autre famille, les Kennedy et d’autres interrogations portant sur des personnages fondamentaux mais rarement évoqués dans les études sur l’assassinat de Dallas : que faisaient les futurs présidents George Bush, un familier de la CIA, dont il prendra la tête quelques années plus tard, et son fils George W. Bush dans cette ville ? Pourquoi une telle amnésie ?

Autant de questions que l’ouverture des archives publiques américaines pourraient bien aider à éclaircir. À moins que le FBI et la CIA ne se gardent pour encore quelques années les documents les plus fondamentaux. Jusqu’au décès des derniers acteurs, George Bush en tête ?

Vincent Quivy, Qui n’a pas tué John Kennedy ?, éd. Seuil, 2013, 285 p.
Thierry Lentz, L’Assassinat de John F. Kennedy, éd. Nouveau Monde, 2010, 446 p.
Jim Garrison, JFK, éd. J’ai Lu, 1988, 319 p.
Marc Dugain, Ils vont tuer Robert Kennedy, éd. Gallimard, 399 p.

Les commentaires sont fermés.