Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

interview

  • Top 10 de Bla Bla Blog en 2023

    Au moment d’entamer l’année 2024, faisons le bilan, comme de coutume, avec les chroniques de Bla Bla Blog ayant le plus buzzé. Et cette année, vous vous rendrez compte que c’est les livres et la littérature qui ont été les plus plébiscités. Avec également une exposition bretonne sur Tolkien, une BD des plus mutines et surtout le retour d’une chanteuse qui tient la dragée haute à tout le monde !

    Voici donc le classement de cette année, par ordre décroissant.

    10/ "Aujourd'hui, maman est morte"

    Zirem.pngL’écrivain Youcef Zirem est une figure importante de la littérature contemporaine algérienne. Il est aussi un opposant au pouvoir en place qui l’a contraint à l’exil, en l’occurrence en France. Journaliste, chroniqueur, écrivain, il anime aussi depuis 2017 le café littéraire l'Impondérable, à Paris.

    Intellectuel, dissident (Algérie, La Guerre des Ombres, éd. Complexe), engagé et humaniste, Youcef Zirem revient en ce début d’année avec un ouvrage des plus personnels, Lâaldja, notre Mère, aux éditons Fauves. Il y parle de sa mère décédée à l’Hôpital de Sidi-Aich, en septembre 2022. Son exil politique l’a souvent éloigné d’elle, au point qu’il n’a pas pu l’accompagner pour ses derniers jours…

    LA SUITE ICI… 


    9/ "Rien n’est écrit d’avance"

    DElphine bell.jpgDelphine Bell sort en ce moment Roi et toi (éd. Le Lys Bleu). Un récit plus qu’un roman sur un homme, un père, trop tôt parti.

    Voilà ce qu'écrit l'auteure : "Un matin, mon père a décidé de partir, nous laissant… Sans un mot, une trace. Où es-tu, papa ? Qui es-tu vraiment ? Toi, le père magnifique de mon enfance, dévoué, libre aussi. Ce livre est une quête, un roman policier et existentiel sur un père que je cherche encore. Il entrelace les écrits de celui qui fut un passionné de l’écriture et de la littérature. Et il pose une question : les êtres que l’on aime nous échappent-ils ? Possède-t-on vraiment ceux qu’on aime ? Qui est-on vraiment ? Papa est parti mais… Je peux écrire"…

    LA SUITE ICI… 


    8/ "Guerres et paix"

    Pecastaing.jpgRoman ? Récit ? Chronique familiale ? Qui que vous soyez, ouvrez ! De Tatiana Pécastaing (paru chez LC Editions) est un peu tout cela à la fois, au point de désarçonner le lecteur dès les premières pages, lorsque la découverte d’une mystérieuse lettre (avec l’énigmatique phrase "Qui que vous soyez, ouvrez !" inscrite sur l’enveloppe) nous fait passer du Kiev soviétique de 1968 à la Russie tsariste de 1912. Cette fameuse lettre aura son explication bien plus tard dans le roman.

    Tatiana Pécastaing suit deux familles, celles précisément de deux de ses grands-parents. Il y a, d’un côté, Gustave, né en Ukraine. Son père était un opposant au régime tsariste, au point de s’approcher d’une organisation terroriste révolutionnaire menée par Alexandre Oulianov, frère de Lénine, arrêté et exécuté après une tentative d’assassinat contre le tsar Alexandre II. Le père de Gustave, Mikaël, est arrêté puis relâché, obligé de se faire discret. Or, c’est le régime tsariste que soutient son fils Gustave, à telle enseigne que lorsque la Révolution de 1917 éclate, le jeune homme s’engage auprès de l’Armée Blanche antibolchévique. En 1924, Gustave s’exile en France, abandonnant en Ukraine sa famille, et en particulier ses sœurs…

    LA SUITE ICI… 


    7/ "Tolkien breton"

    Tolkien.jpgRendez-vous en Bretagne pour vivre pleinement l’univers de Tolkien. Logique, me direz-vous, tant l’auteur du Hobbit et du Seigneur des Anneaux aura su s’inspirer des mythes celtes – mais pas que ! – pour bâtir une œuvre capitale dans la littérature.

    Le magnifique musée de Landerneau consacré au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture propose, du 25 juin 2023 au 28 janvier 2024, une exposition consacrée à Tolkien et à l’illustrateur emblématique de son œuvre, John Howe. "Cette exposition montre comment à partir de l’œuvre littéraire de Tolkien, un univers pictural est inventé… Puisant dans les mythes médiévaux, [John Howe] crée un imaginaire inédit source de multiples représentations artistiques, jusqu’au cinéma", commente Michel-Édouard Leclerc…

    LA SUITE ICI… 


    6/ "Nature nue"

    Peuple des brumes.jpgC’est une invitation piquante, fantastique, féerique et sensuelle à laquelle je vous invite. Il s’agit de la découverte du dernier volume du Peuple des Brumes, proposé par Katia Even et mis en image par Styloïde. Bla Bla Blog avait déjà parlé de ce cycle il y a quelques mois.

    Dans ce nouvel opus baptisé "Le Bal des saisons", toujours aux éditions Tabou, nous sommes dans un univers de fantasy où la nature a le plus beau des rôle. On y croise des fées, des lutins, des êtres surnaturels, des esprits de la nature – évidemment –, sans oublier des sortilèges, des sorts funestes et un monde de fantasy courant de graves dangers. Mais tout cela est mâtinée de sensualité, d'érotisme et de d'esprit mutin…

    LA SUITE ICI… 


    5/ "Claire Passy : « L’éditeur à part, c’est l’histoire de trois personnages qui se sont rencontrés »"

    Passy.jpgLe monde de l’édition vient de voir naître un nouvel acteur, L’éditeur à part. Christophe Pavlevski, François-Xavier Bellest et Claire Passy sont les heureux parents de ce "bébé". Nous avons voulu interroger Claire Passy au sujet de cet éditeur à part.

    Bla Bla Blog – La naissance d’un éditeur est toujours un événement dans la vie culturelle. Comment présenteriez-vous L’éditeur à part ? Et d’abord, quelle est sa philosophie ?

    Claire Passy – Oui, il est vrai que la création d’une maison d’édition est un évènement particulier dans la vie culturelle. Surtout dans la période actuelle où le monde de l’édition reste très encadré, homogène et prévisible…

    LA SUITE ICI… 

     

    4/ "Le transhumanisme n’est pas un humanisme"

    Transhumanisme.jpgRadical. Nicolas Le Bault arpente avec obstination les champs de l’art et de la pensée underground. Après ces créations graphiques incroyables (les publications de White Rabbit Dream,), il s’attaque aux travers de nos sociétés contemporaines avec un essai choc, Le Transhumanisme, stade terminal du Capitalisme (éd. La Reine Rouge).

    La première qualité de son livre est de remettre sur la table l’étonnant et prophétique livre de Georges Bernanos, La France contre les Robots. L’auteur de Sous le Soleil de Satan annonçait soixante-dix ans à l’avance l’irruption d’une société robotisée où le statut même de travailleur allait être remis en cause…

    LA SUITE ICI… 


    3/ "L'Yonne célèbre les 150 ans de Colette" 

    colette,livre,littérature,nicole rieu,chanteuse,chanson française,sp,chanson,tintin,cote-a-cas,bordeaux,figurines,produits dérivés,yonne,célébration,nicolas le bault,transhumanisme,claire passy,l’éditeur à part,itw,interview,katia even,bd,bande dessinée,tabou,sexe,érotisme,fonds hélène & édouard leclerc,landerneau,tolkien,john howe,ukraine,russie,tatiana pécastaing,tatiana pecastaing,delphine bell,youcef zirem,récit,mère,maman,algérie2023 marque les 150 ans de Colette, l’une des plus grandes femmes de la littérature français. L’Yonne, son département d’origine, est bien décidé à fêter celle qui est née le 28 janvier 1873, à Saint-Sauveur-en-Puisaye dans l'Yonne.

    Tour à tour auteure, mime, comédienne, journaliste, elle laisse à la littérature française sa manière exceptionnelle d'évoquer son émerveillement de la nature et ses émotions de jeunesse. Colette fait partie de ces personnalités ayant inévitablement marqué et inspiré l'Yonne. Pour célébrer son nom et son travail, de nombreux événements auront lieu tout au long de l'année dans le Département…

    LA SUITE ICI… 


    2/ "Tintin et compagnie en figurines"

    colette,livre,littérature,nicole rieu,chanteuse,chanson française,sp,chanson,tintin,cote-a-cas,bordeaux,figurines,produits dérivés,yonne,célébration,nicolas le bault,transhumanisme,claire passy,l’éditeur à part,itw,interview,katia even,bd,bande dessinée,tabou,sexe,érotisme,fonds hélène & édouard leclerc,landerneau,tolkien,john howe,ukraine,russie,tatiana pécastaing,tatiana pecastaing,delphine bell,youcef zirem,récit,mère,maman,algérieVoilà un ouvrage qui ravira les amoureux et amoureuses d'Hergé, et en particulier de Tintin. L'encyclopédie des Figurines de Collection, Hergé & Co, parue chez Cote-a-cas, dont il s'agit de la troisième édition, constitue un recensement amoureux des plus rares produits dérivés de l'univers d'Hergé.

    Précisions d'emblée que Tintin et ses compagnons constituent l'essentiel des personnages figurés, même si on note la présence de ces autres héros que sont Jo, Zette, Jocko, Quick, Flupke ou l'Agent 15. Cette encyclopédie recense, pas moins de 680 objets…

    LA SUITE ICI… 

    1/ "La plus belle histoire d’amour de Nicole Rieu"

    colette,livre,littérature,nicole rieu,chanteuse,chanson française,sp,chanson,tintin,cote-a-cas,bordeaux,figurines,produits dérivés,yonne,célébration,nicolas le bault,transhumanisme,claire passy,l’éditeur à part,itw,interview,katia even,bd,bande dessinée,tabou,sexe,érotisme,fonds hélène & édouard leclerc,landerneau,tolkien,john howe,ukraine,russie,tatiana pécastaing,tatiana pecastaing,delphine bell,youcef zirem,récit,mère,maman,algérieAvec son nouvel album Et la vie coulait, Nicole Rieu est de retour en 2023 après un grand et riche parcours dans les années 70 et 80 (une participation à l’Eurovision en 1974 avec "Et Bonjour à Toi l’Artiste", une série de tubes tels que "Je suis» , "Ma Maison au bord de l’Eau", "Je m’envole" , "En courant" ou "La goutte d'eau", Grand Prix de l’Hexagone d’Or au Midem 1980), sans compter une participation à la Tournée Âge Tendre et Tête de Bois en 2012.

    Observatrice, sage, engagée, mémoire vivante de la chanson, artiste moderne, philosophe : les qualificatifs ne manquent pour qualifier celle qui se pose en observatrice attentive et en contemplatrice de la vie et du temps qui passe. "Et la vie coulait / de jour en jour / De dune en dune", chante-t-elle par exemple dans "Et la vie coulait", repris en chœur sur la toute dernière piste. Nicole Rieu pose un regard introspectif et plein de sagesse sur son existence et sur le temps qui lui reste ("Et me voilà aujourd’hui près de la rive")...

    LA SUITE ICI… 

    Voir aussi : "Top 10 de Bla Bla Blog en 2022"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Roxane Elfasci : "La relation avec un instrument est assez conflictuelle, c’est presque comme une passion amoureuse"

    Roxane Elfasci est un des gros coups de cœur de cette fin d’année, avec un album consacré à la guitare et à des adaptations passionnantes, étonnantes, enivrantes et parfois surprenantes pour cet instrument. C’est l’objet de Poésie française et Hommage à Debussy. Nous avons voulu en savoir plus cet projet musical mêlant tubes classiques, standards français et coups de cœur. Rencontre inédite avec Roxane Elfasci qui a la guitare dans la peau. 

    Bla Bla Blog – Bonjour Roxane. Vous proposez, avec votre Poésie française un album de reprises et d’arrangement à la guitare deux albums en un. Pouvez-vous nous raconter la genèse de cet opus ? Tout est parti, je crois de Youtube et d’une première version du Clair de lune.

    Roxane Elfasci – Bonjour, et merci pour l’intérêt que vous portez à mon album ! J’ai toujours eu un grand amour pour la musique française, et en particulier celle du tournant du 20ème siècle. Debussy est un compositeur sans égal, qui a su amener énormément de délicatesse et de poésie dans ses compositions. J’ai eu très tôt l’envie de m’approprier sa musique à la guitare, par le biais d’arrangements. Le premier enregistrement que j’ai réalisé a été le Clair de Lune en effet, puis j’ai enregistré un premier album, sorti en 2021, entièrement consacré à la musique de Debussy et à des hommages à sa musique écrits par d’autres compositeurs. Après cela, je sentais que tout n’avait pas encore été dit, c’est pourquoi j’ai voulu enregistrer un second album intitulé Poésie Française : on y retrouve un nouvel arrangement de Debussy, pour duo de guitares : La Valse Romantique, mais également des références à d’autres compositeurs iconiques français comme Fauré, Satie ou encore Saint-Saëns. L’album est comme une mosaïque, un patchwork de la poésie musicale de ces années-là, en France.  

    BBB – L’auditeur découvrira sans doute tout l’éventail de nuances que propose la guitare. Quelle relation avez-vous d’ailleurs avec cet instrument, mais aussi avec la musique classique, un genre où la guitare est présente de manière plus discrète que le piano ou le violon ? 

    RE – J’ai commencé la guitare très jeune et je ne l’ai jamais quittée depuis. Parfois, la relation avec un instrument est assez conflictuelle, c’est presque comme une passion amoureuse : il y a des moments de joies intenses, d’autres où on se sent malheureux, mais en fin de compte, je ne peux pas me passer de ma guitare, elle fait partie de ma vie et de mon quotidien. Je suis dépendante de son odeur, de la sensation tactile des doigts sur la touche, du son de ses six cordes, et de tous les effets que le travail d’un instrument procure sur les sens. Je n’écoute pas uniquement de la musique classique, mais il est vrai que mes plus grands émois musicaux proviennent de là. J’ai appris à l’écouter, à l’apprécier, à en connaître les secrets au fur et à mesure de mes études et c’est aussi ça qui me plaît : avoir cette écoute active, comprendre toutes les merveilles d’écriture d’une symphonie, d’un concerto, d’une sonate pour piano. Certes la guitare classique est un peu à part dans ce milieu, mais la volonté que j’ai eue de m’y consacrer entièrement est indissociable de l’amour que j’ai pour la musique classique et de la fascination que ce milieu exerce sur moi. 

    BBB – On est surpris de voir que la guitare sert admirablement bien des œuvres de Debussy, Satie ou Fauré. Pour vous, ces compositeurs allaient-ils de soi pour des adaptions à la guitare ? 

    RE – D’une manière générale, la guitare fonctionne très bien pour les adaptations d’énormément de styles musicaux différents. C’est un instrument polyvalent, polyphonique, et qui offre des ressources quasiment illimitées quant aux variétés de timbres ou de modes de jeu. Réaliser des arrangements a toujours été une tradition chez les guitaristes classiques. C’est aussi une manière pour nous de pallier les manquements de notre répertoire : Debussy, Satie et Fauré n’ont jamais écrit pour guitare par exemple. Toutes les œuvres ne sont pas arrangeables pour autant, et le travail de transcription commence d’abord là : choisir les œuvres qui fonctionneront, et déterminer également pour quelle formation de cordes pincées on va l’arranger : guitare seule, duo, quatuor… Dans l’album Hommage à Debussy, l’un des arrangements fait appel à une formation assez rare : un trio avec deux guitares et une guitare baryton (instrument peu commun): c’était la formation qui me semblait convenir le mieux pour recréer l’atmosphère énigmatique et profonde de La Plainte au loin du Faune de Paul Dukas, à l’origine écrite pour piano. 

    BBB – Pouvez-vous nous parler des adaptations en elles-mêmes, puisque vous êtes l’auteure de quelques-unes d’entre elles, dont les Gymnopédies de Satie, La Rêverie de Debussy ou sa première Arabesque. Quelles sont les difficultés lorsque l’on passe d’une œuvre composée pour le clavier à la guitare ? 

    RE – Le piano offre un très grand ambitus, avec plus de sept octaves de jeu. La guitare elle, a un ambitus beaucoup plus réduit, qui s’étend sur un peu plus de trois octaves, avec un accès déjà plus difficile aux suraigus pour la main gauche. Par ailleurs, le pianiste dispose de ses dix doigts sur le clavier, ce qui lui permet une grande facilité de phrasé. À la guitare, nous sommes limités par les quatre doigts de la main gauche. Mais c’est ce qui est formidable aussi avec la guitare : c’est qu’elle arrive à rendre possible ce qui semble parfois impossible ! Je me souviens que lorsque j’avais travaillé sur l’arrangement de l’Arabesque, j’avançais pas à pas, mais je trouvais à chaque fois des solutions étonnantes qui ravivaient mon amour pour la guitare car je prenais conscience de toutes ses possibilités. On trouve des astuces, des combinaisons d’arpèges, des choix d’octaviation, des scordatura arrangeantes, un usage approprié des harmoniques etc. qui permettent de s’en sortir. Un arrangement réussi, c’est lorsqu’on oublie quel a été l’instrument destinataire et qu’on se laisse entièrement convaincre par le nouvel instrument.  

    "Il y a certaines œuvres classiques qui sont devenus de tels "tubes" qu’ils sont presque passés dans le registre populaire"

    BBB – Parlons aussi d’Édith Piaf. Voilà une présence étonnante dans cet album. Pourquoi ce choix ? 

    RE – Il y a certaines œuvres classiques qui sont devenus de tels "tubes" qu’ils sont presque passés dans le registre populaire : c’est le cas de la Gymnopédie n°1 de Satie ou encore du Cygne de Saint-Saëns, et à l’inverse, des musiques populaires d’une telle richesse mélodique et orchestrale, qu’on les considère comme des "grands classiques". J’ai voulu illustrer cette perméabilité de la frontière entre musique classique et musique populaire en insérant ces deux pièces chantées par Édith Piaf à la fin de l’album. Je trouve qu’elles illustrent tout autant la poésie française que la Gymnopédie de Satie par exemple. Par ailleurs les arrangements de ces deux chansons de Piaf sont incroyables : ils ont été réalisés par Roland Dyens qui est probablement l’un des guitaristes que j’admire le plus, tant pour son exceptionnelle inventivité de compositeur et de transcripteur que pour ses qualités uniques d’interprète et d’improvisateur. 

    BBB – L’auditeur sera frappé par cette Marseillaise de Baden Powell, si mélancolique, si romantique… On sent que vous avez pris plaisir à surprendre et désarçonner.

    RE – J’avais découvert cette version de La Marseillaise il y a quelques années déjà, et j’avais tout de suite été séduite par la douceur de ses harmonies et la sobriété de l’écriture, à contre-pied de l’ambition martiale de l’hymne français. Cet arrangement a été écrit par Baden Powell, un guitariste et compositeur brésilien que j’affectionne beaucoup. On peut trouver sur YouTube une vidéo où on l’entend jouer cette Marseillaise. La partition n’est qu’une retranscription de ce moment live. J’ai depuis le début cette idée d’insérer La Marseillaise dans l’album Poésie Française, car ce disque est aussi une manière pour moi de manifester mon patriotisme. Je suis en effet une grande admiratrice de la culture française : son histoire, sa musique, sa littérature, sa gastronomie, ses paysages… C’est elle qui a nourri ma sensibilité et mon approche artistique, et j’ai souhaité lui rendre hommage ainsi avec ma guitare. 

    BBB – Quels sont vos projets pour 2024 ? Un nouvel album ? Une tournée ?

    RE – J’aimerais consacrer du temps en 2024 à promouvoir ce nouvel album. De nouvelles vidéos doivent encore sortir, notamment celle de la Valse Romantique, et quelques concerts sont prévus pour l’instant. J’ai toujours en tête de nouvelles idées d’albums, et je suis actuellement en train de travailler avec mon duettiste Baptiste Erard sur un projet autour de la musique de Philip Glass. J’ai par ailleurs un nouveau projet musical avec une chanteuse lyrique mezzo-soprano, Marthe Alexandre, que j’avais rencontrée il y a quelques années lors de concerts aux Arènes de Montmartre l’été. Nous commençons à jouer notre programme en public, et nous cherchons à multiplier progressivement les concerts en 2024. Je travaille également régulièrement avec mon quatuor de guitares, la Quatuor Iberia ; nous venons de sortir notre première vidéo sur YouTube, il s’agit d’une valse vénézuélienne composée par Jorge Cardoso. Nous avons également pour projet d’enregistrer un disque très prochainement. 

    BBB – Merci, Roxane.

    Roxane Elfasci, Poésie française et Hommage à Debussy, Amigo, 2023
    https://roxane-elfasci.com
    https://www.instagram.com/roxanelfasci
    http://amigo-musik.se/en

    Voir aussi : "Guitare et classique by Roxane Elfasci"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Sophie Le Cam : "Un goût certain pour le décalé, le kitch, l’auto-dérision et la poésie de la maladresse"

    Il fallait bien que Bla Bla Blog s’intéresse à Sophie Le Cam, puisque la chanteuse avait fait l’objet de plusieurs chroniques. La dernière était consacrée à son single "Mais c'est Roland Garros", avant son premier album Vedette qui sortira le 1er septembre 2023 au label Le Furieux. Rencontre inédite avec une voix et une personnalité singulière, à l’univers très riche.

    Bla Bla Blog – Bonjour, Sophie. Votre dernier single "Mais c'est Roland Garros" vient de sortir. C’est l’occasion de vous demander si vous avez suivi le tournoi de cette année et, si oui, qu’en avez-vous pensé. 
    Sophie Le Cam – Hélas cette année je n’ai pu voir que deux matchs en entier : le dernier tour de Léolia Jeanjean dont le parcours atypique me fascine et la finale hommes dans laquelle j’aurais préféré voir Alcaraz, mon chouchou !

    BBB – Dans ce single, chanter Roland Garros semble dépasser le strict cadre sportif. De quoi notre tournoi du grand chelem est-il évocateur ? Des révisions du bac quand vous étiez lycéenne ? Des après-midi de chaleur l’été ? Des vacances approchant ? De la grosse glande ? Ou d’autre chose ? 
    SLC – Ce tournoi est à la fois une madeleine de Proust et un antidépresseur puissant: voir du grand tennis – sport que j’ai beaucoup pratiqué –, espérer qu’un français passe la première semaine, s’envelopper dans le son des frappes, des glissades sur la terre battue, des spectateurs, des commentaires, toucher du doigt les beaux jours, l’approche des vacances, éprouver le soulagement de ne pas avoir à réviser le bac, retrouver des souvenirs de lycée, retrouver Nelson Monfort… Tout ça forme une parenthèse infiniment réjouissante.

    BBB – "Chanson Hype" était le premier extrait de votre futur album, Vedette, qui sortira le 1er septembre prochain. "Vedette" : voilà d’ailleurs un étrange mot que vous sortez du vocabulaire des années 80, période "Champs-Élysées" et Michel Drucker. Alors Sophie, nostalgique de cette période – si tant est que vous l’ayez connue ? 
    SLC – Je ne suis pas nostalgique de cette période mais je suis férue d’expressions et de mots désuets. Je fais une petite collection.

    "Je suis férue d’expressions et de mots désuets"

    BBB – Quel sera le fil rouge de ce premier album, tant du point de vue musical que textuel ? Et d’ailleurs, y aura-t-il un fil conducteur ?
    SLC – L’album est un kaléidoscope de rêveries juvéniles. Sur la forme, les synthés lo-fi et les boîtes à rythmes des années 90 tissent le fil conducteur, agrémentés par quelques petites touches acoustiques (guitare, piano, bugle).

    BBB – Quels sont vos influences ? On pense à Philippe Katerine, Renaud, mais aussi Giedré – en moins trash. Vrai ou faux ? J’imagine aussi vous allez nous citer d’autres noms.
    SLC – Katerine et Renaud sont des influences majeures et s’il faut en citer d’autres je vous parlerais de Dutronc, Souchon et Vincent Delerm. J’aime beaucoup le travail de Giedré bien que je l’ai découvert alors que mes chansons étaient déjà nées, il y a donc probablement une cousinade plutôt qu’une influence.

    BBB – Il y a un côté artisanal dans vos créations, que ce soit musicalement ou dans les clips. Comment travaillez-vous, et où ? 
    SLC – L’album a été enregistré dans ma chambre d’adolescente, ou tout comme, et il a été réalisé par Antoine Sahler qui souhaitait en effet conférer aux arrangements un côté lo-fi délibérément minimaliste. Un petit défi d’enregistrer un premier album en pyjama pilou, dans une chambre encore tapissée de posters des Spice Girls ou de Léonardo Di Caprio. Pour les clips et de manière générale l’aspect visuel de mon travail, il est vrai que je nourris un goût certain pour le décalé, le kitch, l’auto-dérision et la poésie de la maladresse.

    BBB – J’ai envie de vous demander si vous avez d’autres sources d’inspiration : cinéma, livres, séries, expositions. Peut-être aussi le sport, pour en revenir à Roland Garros ?
    SLC – Le cinéma, que j’ai étudié à l’université, m’inspire beaucoup, ainsi que le théâtre, discipline à laquelle je me suis formée au conservatoire. Le sport a énormément compté dans ma construction personnelle et il y un caractère intrinsèquement très visuel, très codé, très théâtral en somme, que je trouve intéressant à transposer en vidéo ou sur scène.

    BBB – En plus de ce futur album, qui est un événement important, quelle sera vote actualité pour le deuxième semestre 2023 et le début 2024 ?
    SLC – Je n’ai pas encore de visibilité sur cette période. J’espère que la sortie de cet album aura porté ses fruits. 

    BBB – Merci, Sophie.

    Sophie Le Cam, Mais c'est Roland Garros, Le Furieux, 2023
    http://www.sophielecam.fr
    https://www.facebook.com/chansonsdemoi.sophielecam
    https://www.facebook.com/sophie.lecam.52

    Voir aussi : "La glande avec Roland Garros"
    "Sophie le Cam est hype"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Gwendoline Finaz de Villaine : "Je voulais inventer un dragon d’un troisième type"

    Nous parlions hier de l’exposition de Gwendoline Finaz de Villaine sur la place du Panthéon. L’artiste française, dont les singuliers dragons entendent rendre hommage aux 60 ans de relations diplomatiques franco-chinoises, a bien voulu répondre aux questions de Bla Bla Blog.

    Bla Bla Blog – Bonjour, Gwendoline. Votre actualité du moment est une exposition sur la Place du Panthéon : une toile géante accompagnée de sculptures de dragons visible à partir du 1er juin, et visible jusqu’au 7 juin. Quelle est l’histoire de cette œuvre ?
    Gwendoline Finaz de Villaine – J’ai conçu cette scénographie en imaginant le voyage d'un dragon qui se poserait au Panthéon, avant de rallier les lacs de son enfance, où plonge la Grande Muraille de Chine, dans un lieu qui s'appelle Huang Hua Cheng et qui se situe à 60 km de Pékin. J’adore l'origami et je trouvais l'idée d'un jeu d'enfant, déployé en grand format sur l'une des sept merveilles du monde, très poétique, parce qu'elle relie tous les peuples, et parce que l'art, plus que tout autre chose, doit rester un jeu d'enfant. C'est le symbole de ces sculptures origami en polycarbonate rouge. Sur la scène de toile au sol dépliée sur 1 000 m2, se meut cette créature polymorphe qui revêt différentes significations ici et en Orient, sagesse, pouvoir et chance, et qui symbolise toujours la puissance. Il y a eu un premier tableau présenté au Grand Palais à NFT Paris en février 2023, puis cette présentation dans le cadre du Festival Quartier du Livre organisé par la Mairie du Vème arrondissement, et enfin le voyage de cette œuvre sur la Grande Muraille de Chine l’année prochaine, pour célébrer les 60 ans des relations diplomatiques entre la République Populaire de Chine et la France, l’année franco-chinoise du tourisme culturel, mais aussi l’année du Dragon et les Jeux Olympiques !

    BBB – La Chine et sa culture sont au cœur de cette œuvre. Quels liens avez-vous avec ce pays ?
    GFV – En 2014, j’ai résidé pendant un an en Chine, à Shanghai, où je suis même montée sur scène dans le cadre du Festival Croisements, au Pearl Theatre, couverte de perles et de plumes, ce qui restera un souvenir mémorable pour moi. J’ai produit des spectacles là-bas, il y avait une énergie exceptionnelle, des quartiers entiers se montaient en quelques mois, tout allait très vite. J’ai été fortement imprégné par la culture chinoise, notamment picturale, qui a influencé ma technique de « l’encre caviar » par la suite.

    BBB – Traditions ancestrales et modernité se conjuguent de manière assez unique, et même ludique, dans cette œuvre. Était-ce un choix de votre part ou cela faisait-il l’objet d’une demande particulière ?
    GFV – Non, j’ai conçu cette œuvre avec une liberté totale. Je voulais inventer un dragon d’un troisième type, universel, qui ne soit ni celui de Game Of Thrones, ni le dragon traditionnel chinois. Et quoi de plus universel qu’un jeu d’enfant, comme l’origami, né en Chine de surcroît, pour représenter ce trait d’union entre l’Orient et l’Occident ? Je crois beaucoup aux mots de Picasso qui disait qu’il a mis six ans à peindre comme Michel-Ange et toute une vie à peindre comme un enfant. En Chine, le dragon "Long" est un symbole très fort, il est aquatique, crache de l’eau, et emprunte les traits de neuf animaux. J’ai rajouté un côté inédit et architectural à ces sculptures, qui dialoguent avec cette fresque géante au sol, en les concevant en plexiglass, avec en tête la transparence et le graphisme extraordinaires de la Pyramide du Louvre de Pei. Chaque dragon fait cinq mètres de long et pèse 900 kg.
    Symbole de paix et d’amitié entre la France et la Chine, ces dragons iconoclastes faits de pliage et de transparence regardent dans la même direction.

    "Un jeu d'enfant"

    BBB – On a envie d’en savoir plus sur votre parcours et vos influences. Il y a la danse, la musique, la littérature, mais aussi dans les arts le surréalisme et le cubisme. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?
    GFV – Je viens d’une famille d’artistes, j’ai été chanteuse pendant quinze ans, principalement dans des comédies musicales (Attention mesdames et Messieurs avec Michel Fugain en 2005 Aux Folies Bergère), j’ai également écrit des livres tout en peignant beaucoup en parallèle. La pluridisciplinarité a toujours été très encouragée dans ma famille, où il n’y avait pas de limites à la créativité. C’était la qualité la plus valorisée avec le travail.
    Mon langage naturel, originel, c’est le chant, et je crois que cela se ressent dans mes créations picturales. Vingt ans de musique, de la Maîtrise Radio France aux Folies Bergère, en passant par les scènes de Shanghai, du Zénith ou les plateaux de télévision, j’ai compris que l’expression artistique, le souffle qui émane de vous, se fixe de manière diverses mais c’est toujours la même expression, qu’elle soit vocale, écrite ou picturale. Ma peinture est une musique mise en papier, c’est une synthèse de longues études classiques et d’une fantaisie tardive, une crise d’adolescence retardée. Je suis une bonne élève qui a mal tourné : après Sciences Po, j’ai quitté HEC pour devenir chanteuse, et j’y suis revenue vingt ans après pour faire la fresque des 140 ans d’HEC Paris ; je crois beaucoup aux chemins de traverse et j’encourage tout le monde à ne pas obéir aux règles, à suivre son propre jugement. “L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie”, disait Goethe. Seul compte l’instinct et le rapport passionnel que l’on entretient avec la création.

    BBB – Un mot également sur Joséphine Baker : votre fresque monumentale a marqué beaucoup d’esprit. J’imagine aussi que cela a été important pour vous. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette artiste incroyable et sur la manière dont vous avez voulu lui rendre hommage ?
    GFV – J’ai un attachement particulier pour Joséphine Baker, qui était une très grande artiste et une grande humaniste. Elle est passée par les Folies Bergère avant moi, cela me touche, je me sens une communauté d’âmes avec cette femme que je trouve exceptionnelle, visionnaire et d’une liberté absolue. Elle avait un instinct incroyable qui l’a poussé à toujours faire les bons choix. Dans des temps qui étaient compliqués, elle n’a jamais transigé avec son éthique. En cela elle était exemplaire, et le restera pour beaucoup de générations, et un modèle d’émancipation pour les femmes : talent, générosité et héroïsme.

    BBB – Vos "dragons" sont visibles jusqu’au 7 juin et commémorent le 60 ans des relations franco-chinoises. Quels messages aimeriez-vous passer au sujet de la Chine et des relations si particulières entre la France et l’Empire du Milieu ?
    GFV – Je partage avec les artistes chinois la passion des grands mythes et l’envie de continuer à créer un monde dans lequel on puisse rêver. Deuxième puissance mondiale, ce pays continue d’impressionner, les Chinois sont des grands entrepreneurs et des bâtisseurs, et je crois que nous pouvons avoir une relation d’amitié spéciale, car nous partageons beaucoup. C’est en tout cas dans ce sens que nous compter travailler ensemble dans les prochaines années.

    BBB – Merci, Gwendoline.

    Exposition de Gwendoline Finaz de Villaine, Place du Panthéon, Paris 6e
    60 ans des relations franco-chinoises
    https://www.facebook.com/Gwendolinefinazdevillaine
    @gfinazdevillaine
    @mairiedu5

    Voir aussi : "Gwendoline Finaz de Villaine au Panthéon"

    Photo avec l'aimable autorisation de l'artiste

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Claire Passy : "L’éditeur à part, c’est l’histoire de trois personnages qui se sont rencontrés"

    Le monde de l’édition vient de voir naître un nouvel acteur, L’éditeur à part. Christophe Pavlevski, François-Xavier Bellest et Claire Passy sont les heureux parents de ce "bébé". Nous avons voulu interroger Claire Passy au sujet de cet éditeur à part. 

    Bla Bla Blog – La naissance d’un éditeur est toujours un événement dans la vie culturelle. Comment présenteriez-vous L’éditeur à part ? Et d’abord, quelle est sa philosophie ?

    Claire Passy – Oui, il est vrai que la création d’une maison d’édition est un évènement particulier dans la vie culturelle. Surtout dans la période actuelle où le monde de l’édition reste très encadré, homogène et prévisible.
    C’est en partant de ce constat que nous avons fait mûrir ce projet pour ainsi donner naissance à L’éditeur à part. 
    Elle est née de l’initiative de Christophe Pavlevski, qui est tombé dans le monde de l’édition depuis son plus jeune âge. La première chose qu’il voulait faire différemment, c’est de s’entourer d’associés avec qui il monterait un tel projet. François-Xavier Bellest et moi l’ont rejoint sur ce projet. Cela montre déjà un aspect important de la philosophie de Léditeur à part, puisque toutes les autres maisons d’éditions ont à leur tête une seule et même personne… Pas trois.
    Avec des parcours totalement différents, nous avions tous l’envie de casser les codes du monde de l’édition. Nous sommes tous engagés de différentes façons par nos parcours respectifs, tout en étant des amoureux de la littérature. Nous sommes aussi parfaitement conscients de l’impact des mots et du pouvoir qu’ils peuvent avoir sur notre société. C’est donc naturellement que nous nos chemins se croisent et que nous avons décidé de faire un bout de chemin ensemble en créant L’éditeur à partNous souhaitons ainsi publier des personnalités à part, qui ont quelque chose à revendiquer. Déranger sans blesser, telle est notre philosophie. 

    BBB – Un genre a-t-il votre préférence ? 

    CP – Notre ligne éditoriale est très claire et elle se résume en un acronyme : ATERA, qui signe en langue basque, "En dehors", "en marge de…". Nous publions ainsi des autobiographies, des textes engagés et des romans autobiographiques. 

    BBB – Derrière L’éditeur à part, je crois qu’il y a trois personnes ?

    CP – Tout à fait. L’éditeur à part est issu d’un travail d’équipe. Elle n’a pas une, ni deux mais trois têtes pour la diriger. Les décisions sont prises de manière collégiale.
    Evidemment, il a bien fallu une personne pour initier le projet, et il s’agit de Christophe Pavlevski. Français d’origine des Balkans et marié à la culture espagnole, Christophe est un entrepreneur dans l’âme et passionné de littérature. Le monde de l’édition, il le connaît depuis toujours et c’est pour cela qu’il a toujours eu dans un coin de sa tête cette envie de créer l’éditeur à part. Mais il s’est d’abord formé, a développé ses compétences, son réseau et s’est engagé de manière multiples et variées avant de se lancer. C’est lui qui a choisi de s’associer avec François-Xavier Bellest, sémiologue émérite, passionné par la langue française.
    François-Xavier, de culture française et québécoise, manipule avec brio la langue française et sait tirer profit de sa double culture pour affirmer toute la singularité de la langue française. Auteur d’une vingtaine de romans en qualité d’écrivain fantôme pour des maisons d’éditions françaises et canadiennes, il joue avec la sémantique et la psycholinguistique pour partager des émotions complexes à travers les mots. On comprend donc aisément les raisons qui ont poussées Christophe à s’associer avec François-Xavier.
    Et enfin, Christophe m’a lui aussi choisi pour des compétences complémentaires aux siennes et à celles de François-Xavier. D’origine franco-allemande, passionnée de théâtre depuis le plus jeune âge, j’ai très vite orienté mes études vers l’écriture afin de compléter mes compétences en art dramatiques. Ma passion pour les langues m’a poussée à m’ouvrir vers d’autres langues puisque j’ai très vite compris qu’apprendre une langue étrangère était le meilleur moyen d’approfondir la connaissance de sa langue maternelle. Cela permet aussi de mieux comprendre et d’appréhender différemment la multitude de cultures qui nous entoure. C’est sans doute cet aspect de mon parcours qui a développé ma curiosité de l’autre. Quant à ma passion pour la scène, elle m’a aussi amené à m’intéresser à l’écriture scénaristique. J’ai ainsi acquis cette double compétence, me permettant à la fois d’écrire pour l’autre mais aussi d’adapter cette parole pour des formats audiovisuels.  
    L’éditeur à part, c’est donc l’histoire de trois personnages qui se sont rencontrés : un éditeur né et entrepreneur accompli, un sémiologue et sémanticien qui manie les mots avec aisance et une artiste et entrepreneuse.
    Engagés, passionnés et déterminés, tous les trois se retrouvent derrière une ambition commune : publier des personnalités à part afin de faire un pas de travers dans le monde de l’édition. 
    Déranger sans blesser est notre philosophie. 

    Déranger sans blesser, telle est notre philosophie

    BBB – Que souhaitiez-vous publiez dans cette maison d’édition que vous ne voyiez pas en librairie ?

    CP – Nous avons réalisé que nous lisions toujours les mêmes choses… Que les prix littéraires ne faisaient que ressortir la même typologie de textes. Nous avons du mal à être surpris, emballés, passionnés, révoltés ou questionnés par ce que nous lisons… C’est, avant tout, ce manque que nous souhaitons combler. 
    C’est pourquoi nous sommes L’Éditeur à part. Nous souhaitons publier des personnalités à part, qui ont un point de vue à défendre, sans pour autant blesser qui que ce soit. 
    Il existe évidemment toujours des livres dits "polémiques" mais qui sont rédigés contre une personne morale, physique ou les deux. Ce sont souvent des attaques frontales, qui peuvent être même agressives. Comme si l’agressivité, la violence et l’outrance étaient les seuls leviers pour sortir du lot, se faire remarquer. 
    Nous pensons qu’il existe d’autres manières de faire. 
    De plus, trop de personnes ont le désir d’écrire, mais n’osent pas se lancer. Freinés par le syndrome de la page blanche, le manque de confiance en soi ou tout simplement par manque de temps, ces personnes sont malheureusement réduites au silence Et pourtant, elles ont clairement quelque chose à dire, et sans doute plus que certaines « personnalités » qui elles, publient pour satisfaire leur égo. Nous souhaitons donc donner une voix, et surtout une plume, à ces hommes et ces femmes pour qu’elles puissent transmettre leurs expériences et leur point de vue engagé.
    C’est pour cette raison que nous mettons un écrivain fantôme (ou ghostwriter) à la disposition de ces personnes. Bien évidemment, cette pratique est commune chez beaucoup de maisons d’édition mais elle reste un sujet tabou. Nous avons décidé au contraire de le faire de façon ouverte et totalement décomplexée, puisqu’une véritable relation de confiance se créée entre l’auteur et l’écrivain fantôme. 

    BBB – Pouvez-vous présenter les premiers ouvrages publiés ? 

    CP – Nous avons publié deux romans autobiographiques et une autobiographie. Le temps des pourquoi ! de Juliette Klotz est la première autobiographie que nous publions. Nous avons souhaité publier cette autobiographie puisque Juliette apporte un regard inattendu sur une période de l’histoire qui a fait couler beaucoup d’encre. Alors que Juliette Klotz est née au milieu du nazisme et se retrouve enrôlée dans la jeunesse hitlérienne, son parcours fait qu’elle est devenue une femme engagée et ouverte sur l’autre. Le sujet des populations immigrées est pour elle un sujet central de notre société. Elle a une façon particulière de porter un regard humaniste sur ces gens qui doivent fuir leur pays. Idéaliste, humaniste et éternelle optimiste, elle partage les différentes étapes de sa vie à travers ce livre pour ainsi apporter un regard nouveau sur cette période de l’histoire et les liens qui ne cessent de persister.
    L’amour caméléon de François-Xavier Bellest est l’un de nos premiers romans autobiographiques. Cette réédition nous semblait parfaitement adaptée au lancement de la maison d’édition puisque François-Xavier Bellest nous peint l’envers du décor du monde de l’édition. Amené par intrigues successives, l’histoire de la négritude littéraire en France se fond à celle des sentiments où tolérance et acceptation de soi marquent l’actualité du roman. Condamné au silence des œuvres qu’il a écrites pour d’autres, François-Xavier Bellest signe de son nom la nouvelle édition de son roman autobiographique. En effet, cet ouvrage confectionné il y a une vingtaine d’années reste pertinent par les sujets abordés. Ainsi sur l’aspect littéraire, le terme nègre est remplacé aujourd’hui par écrivain-fantôme. Toute discrimination relative à la couleur de peau est ainsi exclue, ce qui devrait être la norme. Tout autant que celle des amours entre personnes du même genre, normalité en devenir.
    Enfin, Les équations amoureuses de Géraldine Beigbeder est aussi l’un de nos premiers romans autobiographiques. 

    BBB – Parmi ces ouvrages, pouvez-vous nous parler justement des Équations amoureuses, dans lequel l’auteure, Géraldine Beigbeder, allie le sentiment amoureux avec les mathématiques. J’imagine que cette audace a dû vous interpeler !

    CP – Géraldine Beigbeder signe ici son premier roman autobiographique et se livre sans tabou sur plusieurs sujets. Elle écrit ici sous le nom de Julie pour aborder les thèmes de l’amour, de la quête identitaire, de la sexualité et de l’écriture littéraire.
    Influencée par notre société soutenant qu’une âme-sœur serait responsable de notre bonheur, Julie s’était mise à sa recherche en se basant sur une théorie mathématique : l’équation de Drake. Mais constatant que cette recherche ne la mène nulle part et l’éloigne de ce qu’elle est vraiment, elle décide d’utiliser la liberté qui l’anime afin de se concentrer sur la véritable quête : l’accès au bonheur. Julie, autrice en manque d’inspiration après une rupture amoureuse, se lance alors dans cette quête identitaire et traite de manière franche les différentes étapes qu’elle franchit au cours de cette recherche. Amour physique, amour spirituel, désir, homosexualité… l’auteure aborde ces sujets sans tabou afin de trouver sa propre équation, et pourquoi pas, sa propre définition du bonheur.
    Géraldine est exactement ce que nous recherchions, c’est-à-dire, une personnalité à part. Alors que d’autres membres de sa famille sont beaucoup plus sous le feu des projecteurs, Géraldine est beaucoup plus discrète et pourtant, pas moins créative et engagée.
    Son angle d’attaque était pour le moins inattendu. Mais l’on avait tout de suite remarqué que l’on ne tombait pas dans un roman à l’eau de rose. Géraldine a cette capacité à faire le lien entre des éléments qui, à première vue, ne semblent en aucun cas liés. Et c’est en démarrant ainsi qu’elle finit par tirer ce fil imaginaire avec son franc parler. Sa capacité d’observation mélangée à sa curiosité et à son imagination nous donne ainsi un roman autobiographique tel que Les équations amoureuses.
    Quand on lit ce livre, on ne lit pas du Beigbeider, on lit du Géraldine, et c’est aussi cela sa force et sa différence.  

    BBB – Quels sont les futurs projets pour L’éditeur à part ? 

    CP – Nous souhaitons publier une douzaine d’ouvrages par an. Nous venons de sortir en mars dernier nos trois premiers ouvrages, nous travaillons actuellement sur la sortie des trois prochains ouvrages, deux autobiographies et un texte engagé. Nous avançons aussi sur l’adaptation audiovisuelle de l’un de ces ouvrages. 

    BBB – Merci pour vos réponses, et bonne aventure littéraire !

    L’éditeur à part
    https://lediteurapart.com
    https://www.facebook.com/APHREA
    https://www.linkedin.com/company/lediteurapart

    Voir aussi : "Zoé Morin : « J’ai enregistré sept EP depuis mes neuf ans »"

    Photo – Avec l’aimable autorisation de L’éditeur à Part

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Zoé Morin : "J’ai enregistré sept EP depuis mes neuf ans"

    Si le terme de surdouée en musique peut s’appliquer à quelqu’un, c’est bien à Zoé Morin. Artiste prolifique, elle compte déjà sept EP, écrits, composés et chantés depuis qu’elle a neuf ans. Elle en a quinze aujourd’hui. C’est une musicienne autant qu’une lycéenne qui a bien voulu répondre à nos questions, à l'occasion de la sortie de son dernier EP, Le premier jour. Elle sort d'ailleurs aujourd'hui son dernier clip, "Tulipe".

    Bla Bla Blog – Bonjour Zoé. Au risque d’aborder un sujet qui pourrait t’agacer, c’est ton jeune âge qui frappe. Tu as 15 ans et déjà trois mini-albums, le premier étant sorti lorsque tu avais neuf ans, je crois. Peux-tu nous parler de ce qui t’a poussé à écrire, composer, chanter et produire tes premières chansons ? Te souviens-tu d’un déclic en particulier ?
    Zoé Morin – Le sujet ne m’agace pas du tout ! Si je pouvais te rectifier, j’ai enregistré sept EP depuis mes neuf ans, à peu près un par an ! Je ne peux pas vraiment dire si il y a quelque chose en particulier qui m’a poussé à écrire depuis toute petite. Mais j’ai toujours eu beaucoup d’énergie et je pense que l’écriture et la musique m’ont servi à concentrer cette énergie dans quelque chose d’artistique. Je pense qu’on a tous besoin d’une passion, d’une chose en plus qui peut nous différencier des autres et qui nous permet de s’exprimer, de se calmer. Mes parents n’ont jamais fait d’instrument mais on eu la bonne idée, quand j’avais six ans, de m’inscrire à l’école de musique à côté de chez moi pour apprendre la guitare. J’ai tout de suite accroché. J’ai commencé à huit ans à écrire et à chanter même si j’ai toujours écrit tout et n’importe quoi. Et les enregistrements, puis l’apprentissage du piano ont suivie. Il n’y a pas eu de déclic en particulier mais plutôt une continuité. 

    BBB – Peux-tu nous parler de ton parcours artistique mais aussi de tes influences ?
    ZM – Je n’écoutais pas beaucoup de musiques seules avant mes treize ans mais j’ai toujours été bercées par les musiques préférés de mon père. J’ai toujours chanté tout et n’importe quoi, donc la musique était aussi dans ma tête en quelque sorte. J’écoute en ce moment sinon beaucoup Orelsan ou Nekfeu. Je les considère comme des génies. Leur écriture est incroyable, ils savent décrire à merveille la société et les fonctionnements humains. J’essaie de m’inspirer le plus possible de cette écriture pour mes futurs chansons. J’écoute aussi beaucoup Billie Eilish et Mélanie Martinez, je trouve qu’elle se sont construit un univers très intéressant. Leurs prods, leurs musiques sont très bien faites et sont incroyables. Tout est extrêmement travaillé. J’aime beaucoup les musiques tristes et poignantes !  

    BBB – Tu attaches une grande importance aux textes. On t’imagine avec un cahier toujours à portée de main. Comment travailles-tu tes morceaux ? La musique vient-elle avant, pendant ou après tes textes ?
    ZM – Effectivement les textes sont pour moi, dans une chanson, aussi importants que la musique. Depuis toujours, ma manière d’écrire n’est pas totalement la manière dont je pense. Souvent, j’ai soit un thème en tête, soit une musique que j’ai trouvé. J’essaie de trouver les deux, et si ça ne vient pas, je marque les accords ou les thèmes sur mon téléphone pour continuer un autre jour. Quand les idées viennent, je prends un petit enregistreur (la qualité est meilleure que sur le téléphone) et j’enregistre la première version de la chanson en improvisation totale. Les enregistrements font entre quatre et dix minutes ! J’aime beaucoup laisser place à toutes mes idées. Beaucoup de choses sont répétés, ne veulent rien dire ou ne servent pas, mais une grande partie est super aussi. Mais il ne faut pas laisser la chanson à ce stade. Je range le dossier sur mon ordinateur portable et je m’attaque à la nouvelle version de la chanson. J’écoute la chanson et je tape toutes les paroles en même temps. J’efface en même temps tout ce qui n’est pas intéressant. Me retrouvant avec les textes que j’aime, la chanson fait entre deux et quatre minutes. Je la joue et la restructure si besoin en rajoutant un refrain ou en ralliant mieux la musique avec le texte par exemple. Plus je la joue plus elle devient concrète. Depuis quelques temps, j’écris mes textes et mes idées sur mon téléphone. L’application "Note" est très utilisée ! Je compose une musique et je pense à la manière de chanter par dessus les textes ensuite. 

    BBB – Le titre de l’album, Le premier jour est aussi celui du morceau, plus engagé, qui clôt l’album. Quel est ce fameux premier jour dont tu parles ?
    ZM – J’aime beaucoup le rap et dans ma chanson "Le premier jour", j’ai pu créer un mélange de chant et de rap. Cette chanson est donc le début d’un nouveau style,plus urbain, pour mes futurs chansons, ce que je voulais faire depuis longtemps. Le fait de donner le nom de cette chanson à mon EP m’a beaucoup plu. J’ai aussi toujours aimé la découverte et le renouveau, surtout à mon âge, où j’ai encore beaucoup de chose à découvrir et à accomplir. Beaucoup de premier jour a vivre ! Aussi, cet EP est sortie le 31 août. La veille de ma rentrée au lycée, j’ai fais il y a un peu plus d’un mois mon "premier jour" de lycée, le premier jour d’un nouveau monde en fait. Ce titre m’a semblé donc logique pour ce nouvel EP.  

    "Cet EP est sortie le 31 août, la veille de ma rentrée au lycée"

    BBB – Tes chansons parlent de ton quotidien mais c’est aussi ton engagement qui saute aux yeux. Il y a bien entendu le féminisme qui était présent dès ton premier EP – tu avais treize ans ! C’est un combat qui te tient visiblement à cœur. 
    ZM – J’essaie tous les jours d’être engagée dans mes convictions et mes pensées. La musique est un très bon moyen de partager des idées.  Depuis que je suis petite, depuis mon premier EP a neuf ans, j’essaie de partager mes états d’esprit, mes pensées. Je parle donc également des causes que je soutiens, car je pense que manifester, même en ne faisant qu’écrire et chanter, fait partager et apprendre ensemble.  La cause du féminisme est une cause qui me semble logique et même obligatoire en 2022. Je peux en parler de manière très directe dans des chansons comme "liberté" ou en racontant des histoires de femmes, pour souligner leur "importance", leur vie. Pour ne pas en oublier certaines, comme dans "Le papier magique" qui parle du mariage qu’on oblige à une jeune fille ou dans "Le premier jour" qui parle du viol et du harcèlement que subissent tant de femmes à leur travail, par exemple.  

    BBB – Peux-tu nous parler des prochains projets ? Un album ? Des concerts ?
    ZM – J’ai beaucoup de chansons sous la main et je veux continuer à en produire pour m’exprimer et pouvoir émouvoir ou ambiancer les gens qui m’écouteront. Je vais donc sûrement continuer à enregistrer des EP. Je n’ai pas une date précise d’enregistrement et de sortie car je n’ai pas encore un EP bien constitué. Mais je pense que dans un an, ça sera bon ! Sinon aucun concert n’est programmé pour l’instant mais j’espère en faire le plus vite possible ! Je pourrais faire peut être des concerts dans la rue à Toulouse, des week-ends ou des vacances. Sinon, je suis en ce moment à San Fransisco et en Californie pour tourner les clips de "Tulipe" et de "On rigolait pendant des heures", deux chansons du dernier EP. Ces clips sortiront dans quelques mois. Le tournage est super grâce au paysages magnifiques ! 

    BBB – Merci, Zoé.
    ZM – Merci à toi ! 

    Interview : Bruno Chiron, novembre 2022 

    Zoé Morin, Le premier jour, EP, 2022
    https://www.instagram.com/zoemorinchanson
    https://spinnup.link/522834-le-premier-jour
    https://deezer.page.link/r1j6kor4ZRMh5Sei8
    https://open.spotify.com/album

    Voir aussi : "Zoé Morin, 15 ans et déjà trois albums"
    "Laura Anglade : "Je trouve ces chansons intemporelles"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Laura Anglade : "Je trouve ces chansons intemporelles"

    La découverte du dernier album de la jazzwoman Laura Anglade, Venez donc chez moi, que nous avions chroniqué sur Bla Bla Blog, nous a donné envie d’interviewer la chanteuse, un pied en France et l’autre de l’autre côté de l’Atlantique. Rencontre avec une artiste qui voue un amour immodéré pour la chanson française, y compris le répertoire moins connu des années 30.

    Bla Bla Blog – Bonjour Laura. Le public français vous découvre cette année avec votre reprise de  standards de la chanson française, l’album Venez donc chez moi. Au Canada, vous êtes une des voix montantes de la scène jazz. Franco-américaine, quels sont vos rapports avec le Canada et la France ?
    Laura Anglade – Merci. J’ai quitté le Connecticut à l’âge de 18 ans, à la fin du lycée. Je suis partie à Montréal, à l’université Concordia, pour suivre des études de Traduction. J’ai toujours été fascinée par les langues, depuis toute petite. Je n’avais pas du tout envisagé de suivre une carrière en musique à ce moment-là. Cette ville me tentait bien, et le programme surtout…et depuis je n’ai pas quitté le Canada !

    BBB – Pour cet album de reprises, vous avez choisi des titres qui ne sont pas forcément les plus connus : "Venez donc chez moi", qui donne le titre à l’opus, mais aussi "Vous qui passez sans me voir" ou "Jamais je ne t’ai dit que je t’aimerai toujours". Pourquoi ces choix ?
    LA – Venez Donc Chez Moi, tout d’abord met en avant mon identité française, mon “chez moi”, mais aussi, à un autre niveau, un album est une œuvre qui représente un moment précis, un peu comme la photographie. Nous avons enregistré cet album en pleine période de pandémie, bloqués chez nous. Avec Sam, le guitariste, on voulait inviter le public à passer un beau moment intime d’écoute, chez eux, en attendant de venir nous voir en concert peut-être un jour.
    En ce qui concerne les autres titres, Charles Trenet est le chanteur préféré de mon grand-père, il me chantait souvent ses chansons quand j’étais petite. Je connais pratiquement toutes ses chansons par cœur. Je voulais rendre hommage à ma famille, en leur faisant ce cadeau, pour qu’ils puissent chanter avec moi en écoutant mon disque. Ils sont loin, donc au moins cela nous permet de nous rapprocher un peu, comme si une partie de moi était là, avec eux.
    D’après moi, “Jamais je ne t’ai dit que je t’aimerai toujours” est une belle leçon. Quand on se lance dans une histoire avec quelqu’un en tout début de relation, il y a toujours un moment d’hésitation. On essaye de se protéger, sûrement pour ne pas s’emballer trop vite. On ne veut pas trop se projeter, par peur d’être rejeté, mais quand ça doit marcher, les choses se mettent en place petit à petit, naturellement. On a pas besoin de se faire des promesses ni des plans, on peut simplement vivre jour après jour, sans attente. Je trouve ce message magnifique.

    BBB – On sent chez vous un attachement au répertoire des années 30 et aussi au compositeur Paul Misraki, peu connu, et qui a écrit deux de vos reprises ("Venez donc chez moi" et "Vous qui passez sans me voir"). Est-ce une invitation à redécouvrir le patrimoine musical français oublié et les chansons de Lucienne Boyer, Ray Ventura, voire Charles Trénet ?
    LA – Effectivement. Je trouve que ces chansons sont intemporelles. On arrive à plonger dans ces histoires et ces mélodies, comme un bon livre. Ce sont des thèmes nostalgiques, mais en même temps encore courants. On s’y retrouve.

    BBB – On est peu surpris de voir apparaître Michel Legrand ; on l’est plus par le choix de vos reprises : au lieu des "Moulins de mon cœur" ou de la "Recette du cake d’amour", vous avez choisi la magnifique "Chanson de Maxence" et de la "Valse des lilas". Pourquoi le choix de ces morceaux ?
    LA – "La Chanson de Maxence", de la comédie musicale Les Demoiselles de Rochefort par Michel Legrand est l’une de ses plus belles chansons. Elle a été adaptée en anglais, et raconte une histoire complètement différente de l’originale. En général, je choisis de chanter une chanson si je trouve les paroles captivantes. Dans ce cas, je me laisse emporter par la mélodie, complexe et à la fois mémorable et nostalgique, des thèmes que l’on reconnaît facilement à travers toutes les œuvres de Michel Legrand. "La Valse des Lilas" a aussi été adaptée en anglais, c’est une chanson pleine d’espoir, comme les premières fleurs au printemps.

    "Mon rêve serait de lui chanter « Chez Laurette » un jour dans son ancien café, et peut-être même d’aller y boire un verre ensemble !"

    BBB – Deux femmes ont les honneurs de votre opus : Jeanne Moreau, l’interprète de "Jamais je ne t’ai dit que je t’aimerai toujours et surtout "Barbara ("Précy Jardin" et "Ce matin-là"). J’imagine que c’est tout sauf un hasard de voir Barbara figurer sur cet album.
    LA – Barbara a toujours été une grande source d’inspiration. "Precy Jardin" est la chanson de Barbara ou je me reconnais le plus. Chaque été depuis mon enfance, ma famille retournait dans notre petit village dans le sud de la France. En 1973, Barbara a quitté Paris pour aller vivre à Précy sur Marne, à la campagne, et c’est là ou elle a passé ses dernières années. Dans ce lieu paisible, loin de tout, près de la nature, Barbara est au paradis. Je reconnais mon petit village, Brousse le Château, à travers les paroles, “juste le clocher qui sonne minuit”.

    BBB – L’auditeur français sera heureux de trouver une reprise de "Chez Laurette". À ma connaissance, c’est l’une des première fois que Michel Delpech côtoie Charles Trénet, Charles Aznavour ou Barbara. "Chez Laurette" se devait de figurer dans votre album ? Et spécialement cette chanson, la plus célèbre sans doute de son répertoire ?
    LA – "Chez Laurette", de Michel Delpech, est une de mes chansons préférées de tout l’album. J’ai appris que le chanteur a écrit la chanson en une traite durant un court trajet en train. Chez Laurette raconte l’amitié entre un jeune garçon et la dame qui tient le café au coin de la rue. Laurette devient vite la confidente de lui et de tous ses amis. Chaque chagrin d’amour, chaque fou rire, elle les voit grandir au fur et à mesure des années qui passent. C’est une belle confiance qui se construit, surtout pendant les années les plus importantes, elle les aident à naviguer l’adolescence.
    Quand j’écoute cette chanson, pour moi c’est la culture française dans toute sa splendeur. Ça me rappelle de beaux souvenirs avec ma mère, quand on allait faire les boutiques en ville chaque été et qu’on retrouvait toujours les mêmes vendeuses, qui me disaient avec leur sourire familier, “alors ça pousse !” ou quand on allait chercher la viande chez le boucher de ma grand-mère, qui a vu ma mère grandir, et maintenant voyait ses enfants grandir aussi. La vie passe tellement vite. Ce sont ces personnes, ces liens qu’on crée de génération en génération qui forment nos valeurs et ce que l’on devient. J’ai aussi choisi la chanson parce que c’est une des chansons préférées de mon grand-père. Même si Michel Delpech n’est plus parmi nous, j’ai appris que cette “Laurette” est inspirée d’une vraie personne, qui existe toujours, et que ce fameux café aussi ! Mon rêve serait de lui chanter cette chanson un jour dans son ancien café, et peut-être même d’aller y boire un verre ensemble !

    BBB – Après cet album, quels sont vos futurs projets ? Une tournée est-elle prévue en France ? Ou un album en préparation ?
    LA – Je viens de faire une mini tournée à Paris dernièrement en juin 2022. J’espère y revenir le plus vite possible, j’adore cette ville, surtout au printemps. Je pars en tournée avec Melody Gardot en septembre, j’ai vraiment hâte. En ce moment, oui, je pense à un futur album aussi. Plein de belles choses ! Merci beaucoup.

    BBB – Merci, Laura.

    Interview : Bruno Chiron, septembre 2022

    Laura Anglade & Sam Kirmayer, Venez donc chez moi, Justin Time Records, 2022
    https://lauraanglade.com
    https://www.facebook.com/langlademusic
    https://www.instagram.com/laura__anglade

    Voir aussi : "Rendez-vous chez Laura Anglade"

    Photo: Maggie Keogh

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Aux arts, citoyens !

    Un festival campagnard à Paris : voilà ce que propose l’événement "Aux Arts !" L'événement sera proposé les 3 et 4 septembre au Parc André Citroën dans le 15e arrondissement. Dans une arène faite en bottes de pailles, "Aux Arts !" proposera une plongée dans la culture afro-américaine, avec actualité olympique à deux ans des JO de Paris et un focus sur les nouveaux sports de l’olympisme : le breakdance et le skate. Projet labellisé "Olympiades culturelles", le festival programmera des concerts, de la danse et du fooding dans le parc André Citroën. Nous avons voulu interroger les organisateurs du festival au sujet de cette manifestation de la rentrée. 

    Bla Bla Blog – Bonjour. Musique, danse, sport, cuisine : ce sont les ingrédients du Festival « Aux Arts ! », qui aura lieu les 3 et 4 septembre prochain au Parc André Citroën, dans le quinzième. Quel est donc cet étrange événement ? 
    Aux Arts  –  “Aux Arts !”, est la déclinaison parisienne du festival Paris New York Heritage qui évolue depuis 6 ans dans le monde ! C’est un événement orienté vers la transition écologique. La musique live étant très polluante, comment en tant que producteur on peut participer à la transition écologique, comment peut- on produire plus propre ? Avec “Aux Arts !” on voulait travailler dans ce sens ! Cette année pour la deuxième édition du festival, le challenge est d’inclure le sport et l’idée de l’olympisme : “l’important c’est de participer !”

    "On s’installe sur la pelouse du Parc André Citroën, un lieu iconique, magique et on ramène 135 ballots de paille"

    On trouvait intéressant d’ouvrir le festival aux sports qui font parti des cultures Africaines et afro-Américaine (comme le breakdance et le skateboard) et de les associer à notre festival qui est autour des thèmes de la diaspora Africaine/ Afro-Américaine et des courants musicaux et culturels issus de ces cultures. C’est une alchimie originale. On aime bien relever des défis et être original, on est un festival à échelle humaine, on propose une expérience dans des bottes de paille avec un skate park, du breakdance, tout cela sur deux après-midi et soirées à la rentrée ! 

    BBB – Pourriez-vous nous parler du cadre où se déroulera le festival « Aux Arts ! » ? Si je vous dis que c’est la campagne qui s’invite à la ville, est-ce que je me trompe ?
    AA  – C’est en partie ça, mais pas tout à fait... On s’installe sur la pelouse du Parc André Citroën, un lieu iconique, magique et on ramène 135 ballots de paille et on crée une arène en bottes de paille !  Mais la programmation est assez urbaine : musique afro-caribéenne, musique hip-hop, dimanche block-party breakdance, skate… C’est un savant mélange de campagne et d’urbain ! On est dans un écrin de campagne dans un vaisseau en botte de paille !

    BBB – Quels artistes y verra-t-on ?
    AA  – Pour l’instant nous n’avons pas toute la programmation, mais nous pouvons vous confirmer la venue de Pat Kalla & le super mojo, Waahli, Raashan Ahmad et enfin Thaïs Lona (TBC) ! 

    Interview faite en juillet 2022

    Festival “Aux Arts !”, les 3 et 4 septembre 2022, Parc André Citroën , Paris 15e
    Évènement de Paris New York Heritage Festival
    https://www.pnyhfestival.com
    https://www.facebook.com/events
    https://www.instagram.com/pnyh_festival

    Voir aussi : "Rock stars en photographies"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !