Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bla Bla Blog - Page 2

  • Travail de mémoire

    Pin it!

    claude-jean poignant,traditions,bretagne,côtes d’armor,sfCet essai sous forme d'encyclopédie est le livre posthume de Claude-Jean Poignant que j'ai eu la chance de rencontrer et dont j’ai plaisir à me souvenir.

    Saint-Aaron est une petite ville des côtes d'Armor ou l'auteur a posé ses valises et est parti à la rencontre de ses habitants et de leurs souvenirs qui démarre singulièrement comme un roman de SF.

    Des histoires de traditions, de travaux, de fêtes locales. Des histoires de chevaux aussi. Un recueil touchant.

    Claude-Jean Poignant, Travailleries de Mémoire
    Dictionnaire encyclopédique de Saint-Aaron et des environs
    Éd. A la ville d'y d'en bas, 2008, 141 p.

    Data BNF

    Vour aussi : "Il n'y a pas de Requins dans la Loire"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Breizh watching avec KuB

    Pin it!

    En cette période de grand confinement, évidemment l’Internet devient plus que jamais l’outil pour se divertir et se cultiver. Et parmi ces webmédias, il y a KuB, édité par l’association Breizh Créative. KuB, comme son nom l’indique, est né en Bretagne et entend encourager la création bretonne en proposant plus de 1600 vidéos en accès libre : documentaires, créations théâtrales ou graphiques, films de fiction, animation, clips, lectures ou concerts.

    La plateforme bretonne peut se vanter de proposer un joli catalogue particulièrement varié : 372 documentaires d’auteur, 243 portraits d’artistes, 200 clips musicaux, 184 captations de spectacle, 162 enquêtes et reportages, 113 fictions, 94 web séries, 92 magazines culturels ou encore 86 films dessins animés.

    Parmi ces vidéos, l’internaute trouvera par exemple des clips comme la trilogie californienne (The Californian Trilogy) de James Eleganz, des documentaire comme Du pôule Nord au pôule Sud d'E. Gilles et G., le docu-fiction sonore Demain s’ouvre au pied de biche d’Alexandre Plank au sujet d’une indépendance… de Douarnenez, la création Art vidéo d'Isabel Perez del Pulgar, des fictions inédites à l’exemple du court T'es con Simon ! de Claire Barrault ou le magazine culturel Le grand BaZH.art.

    Mémorable mis à disposition jusqu’au 23 mars

    KuB a également mis en ligne une intégrale des courts métrages de Bruno Collet, nommé aux Oscars pour Mémorable, un film que la plateforme met gratuitement à disposition jusqu’au lundi 23 mars 2020.
    Chaque semaine, cinq nouveaux programmes sont proposés, qui reviennent sur la genèse de ces œuvres, le parcours de l’artiste et le contexte de ces vidéos.

    En 2020, l’objectif de KuB est d’augmenter sa notoriété et de diversifier ses financements, avec le développement de co-éditions vidéo et la recherche de mécénats privés. KuB entend également augmenter la visibilité de la création en Bretagne par sa présence dans le Projet audiovisuel breton associant France 3 Bretagne, TVR, TébéO, TébéSud et Brezhoweb. Avec KuB, ces médias coproduisent une centaine d’œuvres par an via un Contrat d’Objectifs et de Moyens (1,6 M€ attribués aux porteurs de projets).

    Le webmédia breton de la culture entend non seulement jouer à plein son rôle de catalyseur, mais aussi de montrer que la production audiovisuelle ne vit pas seulement à Paris.

    KuB a reçu le Prix Audiens de l’initiative numérique 2019 et le Prix Breizhacking 2019. à Breiz watcher donc, dès maintenant : c’est la période idéale.

    KuB, édité par Breizh Créative
    www.kubweb.media
    https://vimeo.com/371093580

    Voir aussi : "Binge-watching de spectacles avec Opsis TV"
    Voir aussi : "Eleganz en diable"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • House music

    Pin it!

    Elle&Lui c’est surtout elle, et elle, c’est Lana. Après deux premiers singles, Nuit Chaude et Mon Bain, elle revient avec Fleur de sel. Un titre acidulé à souhait qui fait du bien en cette période morose.

    Épicurienne, Elle&Lui propose avec un plaisir communicatif de chanter les joies simples, l’amour et la sensualité, dans une pop nineties : "Comme un désir / Soufflé des nuages/ dans le dos."

    L’internaute pourra trouver Lana dans un clip fait maison, tourné et monté sur portable. À l’écoute et au visionnage de son dernier titre, il reste un petit goût à la fois savoureux et revivifiant. Celui d’une fleur de sel bien sûr.

    Elle&Lui, Fleur de sel, autoproduit, 2020
    https://www.facebook.com/elleluimusic
    https://elleetlui.lnk.to/FleurdeselID

    Voir aussi : "Laurie Darmon à nu"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les monstres sont parmi nous

    Pin it!

    La série Hunters, débarquée il y a quelques semaines sur Amazon, avec Al Pacino dans le rôle titre, pourrait bien faire grincer des dents. D’abord parce que le showrunner David Weil a fait un choix étonnant pour cette histoire de chasse aux nazis à la fin des années 70 : aborder le sujet frontalement, sous l’angle du thriller déjanté que Quentin Tarantino n’aurait pas renié. Certains critiques ont parlé d’un croisement entre Inglorious Basterds et La Liste de Schindler : un raccourci, bien sûr, mais qui dit bien à quel point Hunters a choisi l’angle du thriller sanglant, de l’humour noir et de l’uchronie grinçante pour parler de la Shoah.

    En 1977, Jonah Heidelbaum, jeune new-yorkais vivant avec sa grand-mère, survivante de l’un camp de la mort, assiste à son assassinat. L’orphelin est bientôt accosté par un Meyer Offerman, un autre rescapé du génocide juif, qui lui propose son soutien. Jonah intègre, dans les jours qui suivent, une équipe de chasseurs de criminels de guerre installés en Amérique. Ces nazis cachés et intégrés ont un plan en tête pour déstabilisé le pays qui les a accueillis à bras ouverts.

    Un croisement entre Inglorious Basterds et La Liste de Schindler

    Le tout premier épisode commence par une scène choc mettant en scène le terrifiant – et aussi très drôle – Biff Simpson (Dylan Baker). Ce n’est que le début d’une longue série de meurtres, de chasses et d’enquête. Malgré un pilote aux longueurs certaines, Hunters se développe en assumant complètement son côté subversif s’inspirant tour à tour de la blackpoitation, des films de genre (action, ado, uchronie, thriller, drame familial) et du cinéma de Quentin Tarantino. Les créateurs incluent dans la série ancrée dans l’Amérique de Jimmy Carter (qui est d’ailleurs représenté) des scènes historiques au cœur du ghetto de Varsovie et d’un camp de la mort.

    Al Pacino est brillant, comme toujours, dans cette série sombre, sanglante, et filmée comme un divertissement morbide : que l’on pense au personnage Travis Leich, joué par Greg Austin. Une des morales de l’histoire est que le nazi n’est sans doute pas là où on le croirait, et qu’il peut avoir un visage d’ange.

    Hunters, série de David Weil, avec Al Pacino, Logan Lerman,
    Kate Mulvany, Tiffany Boone, Carol Kane, Saul Rubinek et Josh Radnor
    Saison 1, 10 épisodes, États-Unis, 2020, sur Amazon

    https://www.amazon.com/Hunters

    Voir aussi : "Mes parents étaient des espions communistes"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Chanter dans les forêts de Sibérie avec Jean-Baptiste Soulard

    Pin it!

    Jean-Baptiste Soulard propose avec Le silence et l'eau un de ces bijoux qui capte l'intérêt dès les premières notes. Sois le dernier, qui ouvre cet opus tout en acoustique et voix, est un hymne au voyage et à la solitude apaisante mais aussi aux récits lointains : "Sois le premier à me raconter ces histoires /Sois la première à m'en parler / Soi-disant qu'il nous console/ Terre d'asile mystérieuse/ Soir-disant ivre d'alcool/ Loin de l'enfer loin de nos doutes." L'ailleurs de Jean-Baptiste Soulard est au cœur de ce magnifique premier album, véritable consolation pour nous, sédentaires : un authentique voyage du départ vers le Grand Baïkal dans sa "station Baïkonour."

    Qu'on se le dise : Sylvain Tesson a son pendant musical : Jean-Baptiste Soulard s’est inspiré de Dans les Forêts de Sibérie pour imaginer un opus folk nomade et aventurier. À l'instar de l'auteur de La Panthère des neiges (éd. Gallimard), il parle de la nature brute, des voyages à la rencontre de soi-même et de la fuite de l'hypermoderne solitude. Mais aussi chantre de la Russie des terres, "refuges de cœur." Pour l'accompagner, Jean-Baptiste Soulard a invité des artistes comme J.-P. Nataf, Luciole, Blick Bassy, Raphaël Personnaz qui a joué dans le film Dans Les Forêts de Sibérie... et Bessa que l'on retrouve sur le premier extrait Grand Baïkal.

    En écho aux mots de Sylvain Tesson

    L’ex fondateur du groupe Palatine fait de son opus le carnet de voyage d’un aventurier et artiste à la recherche d’un silence salvateur et d’une nature fondamentale : "Isba, isba / Cabane d'asile / Isba m'en tombent les bras / Calme-moi d'avril" (Isba).

    Derrière l'âpreté de cet album un magnifique album, faisant écho aux mots de Sylvain Tesson : "Si on me demande pourquoi je me suis enfermé ici je répondrais que j'avais de la lecture en retard..." (Dans Les Forêts de Sibérie). Le Silence et l'Eau de Jean-Baptiste Soulard est à la fois un opus à la facture pop-folk drakienne et un authentique champ expérimental pour "une vie ralentie" (Asile). Autrement dit, une forme d’utopie pour l’abandon de la vie moderne au profit d'une nature brute.

    Comble chevalier est un titre pop plus sophistiqué sur le thème d'un serment à l'exil : la fuite vers le silence et la nature, comme un "emblème" (Cerbère), devient un acte noble et un combat. Le voyage dans les grandes plaines sibériennes ne sont pas pour autant des parties de plaisir : "Brûler brûler au fer rouge / brûler brûler au fer bleu / Il nous faut un seau d'eau pour éteindre l'incendie…" les piqûres d'insectes, la souffrance, les aléa climatiques : la beauté de la nature sait se faire payer chère, mais lorsqu'elle s'offre, elle sait être généreuse et lumineuse (Débâcle) et peut aussi proposer des rencontres humaines incroyables (Leur peau).

    Au fur et à mesure que l'album se déroule, l'album devient souriant et moins grave, comme si l'auditeur se trouvait en terrain familier (Les vents contraires, Respirer) : "Parvenir à respirer sans forcer le combat / Partir / Parvenir à décoller sans écarter les bras / Réussir."

    Fondamental, unique et majestueux.

    Jean-Baptiste Soulard, Le Silence et l'Eau, Horizon / Un Plan Simple / Sony, 2020
    https://www.facebook.com/soulard.jeanbaptiste

    Voir aussi : "Le Grand Paon est un animal de nuit"
    Voir aussi : "Et au milieu coule le Rhin"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Stayin' alive ♪♫♪

    Pin it!

    Ce n'est pas parce que l'on se confine pour se protéger et pour protéger que la vie s'arrête.

    En cette période de crise sanitaire Covid-19, Bla Bla Blog va continuer à vous parler musiques, livres et séries. On respire, on ne panique pas et surtout on continue de s'intéresser à ces artistes qui nous rendent plus belle la vie ! Et comme le disait le poète : "Ah, ha, ha, ha, stayin' alive, stayin' alive..." ♪♫♪ 

    Photo : Madison Inouye - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Trembler (de peur) devant un frigo

    Pin it!

    Concédons-le tout de suite : Gone Girl de David Fincher, sorti en 2014, est l'un des meilleurs thrillers de ces dix dernières années. Une femme disparaît mystérieusement et un mari se retrouve sous le feu des projecteurs. Il apparaît que dans cette société américaine traditionnelle, le couple parfait cachait des secrets peu avouable. L'Œil du frigo se penche sur une scène d'intérieur - avec un frigo plutôt bavard. La demeure familiale, et en particulier la cuisine du couple formé par Ben Affleck et Rosamund Pike, devient un lieu bien plus inquiétant et éloquent que prévu. Attention : spoiler !

    Nous voilà dans un film complexe, avec une femme machiavélique qui veut faire payer à son mari son indifférence et ses escapades extraconjugales. Elle a trouvé un principe simple, elle disparaît et laisse suffisamment d'indices pour faire accuser son mari de l'avoir tuée.

    Dans cette séquence, le mari ouvre enfin les yeux , sur le frigo, on voit tout de suite ce qui cloche.Sa femme un brin fêlée met toutes ses victuailles dans des Tupperwares avec des étiquettes dessus, lui l'homme infidèle mange dans un pot rond sans étiquette. C'est la nourriture de base de l'homme basique, ultra basique, qui ne range pas sa nourriture dans plus de neuf tupperware. Évidemment rien ne dépasse dans le frigo, seul un pot rond dénote au milieu des rectangles.

    Alors je me pose la question suivante : un homme qui voit sa femme emprisonner la nourriture dans des boites carrées a-t-il la présence d'esprit de s'inquiéter, voire de se questionner? J'en connais qui vont se lever et aller compter le nombre de Tupperwares dans leur frigo histoire de voir s'ils sont bien dans la normalité. Ça va faire froid dans le dos ! Il Aurait il dû se méfier? Il n'a jamais lu L’œil du frigo, sinon il y aurait eu un déclic dans son cerveau, une inquiétude, du sixième sens et il aurait détalé avec son infidélité sous le bras.

    David Fincher aime les frigos : il y en a presque dans tous ses films, ils indiquent souvent ce petit décalage discret entre la normalité et la folie... même furieuse. Le frigo, comme reflets froids de nos travers les plus pathologiques : il fallait l'inventer. Cela montre à quel point ce blog est utile, justifié et tellement indispensable. Dans histoire du cinéma , L’œil du frigo se battra pour faire admettre l'importance incontournable du frigo dans les films d'auteurs, peut être même créer un statut de droit d'auteur des frigos associés. J'y travaille.

    En attendant inspectez sérieusement les frigos de vos compagnes ou de vos futurs compagnes et si un frisson vous parcourt le dos , ne pensez pas immédiatement que c'est le fréon qui fait son effet. Faites confiance à votre sixième sens frigoristique.

    ODF

    Gone Girl, thriller de David Fincher
    avec Ben Affleck et Rosamund Pike
    États-Unis, 2014, 149 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Gone Girl dans L’œil du frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Manuel Anoyvega Mora, premier album

    Pin it!

    Comme son nom l’indique, il souffle sur Cubacuba, l'album de Manuel Anoyvega Mora un parfum de Caraïbes. 40 ans de carrière mais un premier album : pour l’occasion, le pianiste cubain est accompagné de Pierre Guillemant à la contrebasse, Abraham Mansfarroll Rodriguez à la batterie, Guillaume Naturel au saxophone et à la flûte et Inor Solotongo aux percussions.

    On entre dans la danse dès le premier morceau, Veneracion : un jazz latino, frais et rythmé dans lequel le musicien ne trahit ni ses origines ni ses appétences pour le jazz… et la salsa. Un jazz frais et mené tambour battant donc (Alizé), comme si le musicien proposait dans son opus un bœuf avec ses amis.

    Manuel Anoyvega Mora est un pianiste à la technique sans faille. Sa touche magique le place dans le sillage de très grands interprètes jazz et classiques (Preludiosa Mantanzas, Marinna). L’opus alterne plages de détachement debussyennes (Soplos de Musas) et moments dansant au tempo irrésistible (Ilduara Carrandy).

    Cuba ! Cuba ! Perla Preciosa est un authentique morceau de bravoure proposant, en un titre, un concentré du talent de Manuel Anoyvega Mora : du rythme, de la virtuosité, de la densité, des couleurs (Ah, cette flûte poétique !) et des voix heureuses d’être là.

    On navigue entre ses mouvements, comme un bateau affrontant tous les temps (Frescoson) : résolument voyageur, Manuel Anoyvega Mora fait de son jazz un brillant exemple de mariage franco-cubain.

    Manuel Anoyvega Mora, Cuba Cuba, Fofo Production / Caroline International, 2019

    Voir aussi : "Mais qui sont ces Cubains ?"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Borges magyar

    Pin it!

    S’il est fait référence à Jorge Luis Borges dans cette chronique sur Le chef-d’œuvre Károly Agócs (éd. Vérone) c’est que, comme l’auteur argentin de Fictions, l’écrivain magyar a opté pour des nouvelles fantastiques, souvent très courtes même, pour des histoires où le fantastique côtoie le réalisme, dans des contes moraux et philosophiques.

    Károly Agócs a traduit lui-même ce livre paru en Hongrie en 2016 (A fekete kristálygömb – La boule de cristal noire, éd. Duna Könyvklub). L’éditeur français présente Le chef-d’œuvre comme un recueil de seize paraboles et quarante-quatre miniatures. Pour être plus exact, il faudrait parler de soixante nouvelles et micro-nouvelles de quelques lignes (Épreuves sélectives, En Route, Pénitence, Un Crime parfait, Consolation, Enfant prématuré) à huit pages (Le Labyrinthe fantôme, Le chef-d’œuvre).

    Károly Agócs propose des récits résolument anti-modernes en ce qu’ils semblent avoir été écrits pour un lecteur du XIXe siècle ou du XXe siècle, voire des siècles précédents. Pas de technologies, de personnages incarnés au sein de notre époque ou de réflexions sur le monde contemporain : l’auteur magyar fait intervenir des diable (Le Chantre du Diable), des mages venus de nulle part (Vanité), des artefacts (Le Charbonnier) ou des destins hors-normes (Le chef d’œuvre).

    Károly Agócs se fait auteur moral dans ses paraboles et ses miniatures, des dénominations qui renvoient respectivement à la tradition du Nouveau testament et à l’iconographie religieuse. La vanité, le destin illisible (Le Voyageur), la culpabilité (Captivité, La Pénitence), la puissance des rêves (Ève), l’amour introuvable (Bal masqué) ou la mort sublimée (Un crime parfait) : l’auteur hongrois fait de ses récits des constructions symboliques transmettant autant de messages universels.

    La nature, la religion et la magie sont omniprésents dans ce recueil à l’écriture précise, et dont la traduction est d’autant plus fidèle aux textes originaux qu’elle a été faite par l’auteur lui-même. Le lecteur s’arrêtera particulièrement sur la nouvelle qui donne son titre au livre et qui raconte l’histoire croisée de deux écrivains que tout oppose. Károly Agócs adresse également des coups d’œil appuyés à l’écrivain argentin dans plusieurs nouvelles, dont Le Labyrinthe fantôme et les deux hommages à Luis Borges. Logique.

    Károly Agócs, Le chef-d’œuvre, éd. Vérone, 2019, 132 p.
    https://www.editions-verone.com/auteur/karoly-agocs/le-chef-d-oeuvre

    Voir aussi : "Courts mais bons"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Annulation du café philosophique de Montargis prévu le 20 mars 2020

    Pin it!

    Logo simple.jpgLe café philosophique de Montargis informe que suite aux mesures de précautions prises au niveau national en raison de la crise du Covid-19, le café philo prévu le vendredi 20 mars est annulé.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

     

  • Ozma, hyperjazz

    Pin it!

    C'est un jazz étonnant qui nous est proposé par le quintette Ozma - French Explosive Jazz. Un jazz XXIe siècle et, dirions nous, très urbain. C'est en effet la ville qui sert de fil conducteur à un album dans lequel cuivres, batterie et machines sont au service d'un projet musical ambitieux.

    Il souffle sur Hyperlapse, le septième album d’Ozma, un vent à la fois magnétique (le trombonne de Dust City, nous entraînant à Pékin) et déroutant dans son approche electro-pop (le son industriel du titre qui donne son nom à l'album et placé sous le signe de Hambourg).

    Ozma conduit son véhicule jazz aux quatre coins du monde. A côté de villes bien connues (Beijing, Marrakech, Hambourg ou Djakarta), il est question de coins plus confidentiels : Ahmedabad en Inde, Purwokerto en Indonésie ou Bulwayo au Zimbabwe.

    Il s'agit bien d'un voyage musical sans répit, dépaysant et d'une grande densité, à l'instar du morceau Clay Army (Xi'An). L'exotisme est très présent, notamment lorsque le jazz se teinte de couleurs méditerranéennes et orientales, avec par exemple le titre À Leila (Marrakech). Hyperlapse ne se refuse rien : ni l'hypermodernisme de Hambourg, ni le zen et l'ivresse du bien nommé Spleen Party (Ahmedabad), ni non plus la mélancolie du voyageur perdu en Indonésie, loin de ses terres (Infinite Sadness, Entre chien et loup).

    Puissant et même naturaliste – Tuk-Tuk Madness (Mumbai) – le jazz de Ozma – French Explosive Jazz revendique un son world mais qui ne renie jamais son souffle occidental (One Night In Bulawayo), cette cool attitude ou ce goût de l'improvisation présent dans Die Gielde (Lübeck).

    Du vrai jazz globe-trotteur.

    BC

    Ozma, Hyperlapse, Cristal Records, 2020
    https://www.facebook.com/ozmajazz
    https://www.instagram.com/ozmajazz

    Voir aussi : "Glass Museum, une certaine vision du jazz"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Elles causent des femmes

    Pin it!

    C’est de deux livres dont il sera question ici : deux livres bien différents, écrits à trois ans d’intervalle mais qui parlent chacun à leur manière de la cause des femmes. Le premier, le témoignage de Vanessa Springora, Le Consentement (éd. Grasset), a fait la une de l’actualité en mettant sous le feu des projecteurs un récit de détournement de mineure et de pédophilie, habillé au départ sous les beaux atours d’une romance improbable entre un écrivain reconnu et une adolescente de plus de trente ans sa cadette. Le second ouvrage, un témoignage lui aussi, est celui d’Adeline Fleury. Femme absolument (éd. JC Lattès). Écrit en 2017, quelques mois avant le raz de marée de l’Affaire Weinstein – une autre sordide affaire de mœurs – il est certes moins spectaculaire que le best-seller de Vanessa Springora, mais il parvient cependant à apporter sa contribution à un féminisme assumé mais apaisé.

    Ce dont Vanessa Springora parle est une plongée sordide au cœur d’un secret de polichinelle. Le Consentement met en accusation les mœurs d’un autre auteur, Gabriel Mazzneff, dont les goûts pour les jeunes adolescents ont toujours été revendiquées par lui-même. D’ailleurs, au moment de son récit, Vanessa Springora est jeune. Très jeune même. Tout juste adolescente, elle ne connaît de l’amour que quelques flirts. G. (c’est cette initiale qui sera utilisée tout au long de son livre) a, à l’époque 50 ans, et jette son dévolu sur celle qui n’est au départ que la fille d’une connaissance. Il convient de préciser que si l’auteure est impitoyable pour cet ancien amant de trente-cinq ans son aîné, elle se montre aussi implacable pour sa mère. Celle-ci, non content de lui donner sa bénédiction à cette relation improbable (elle-même semble regretter de ne pas avoir été "choisie" par cet écrivain réputé dans le petit milieu littéraire),va en plus marquer son étonnement au moment où la jeune fille rompt finalement avec celui qu’elle considère comme un "vampire" : "Le pauvre, tu es sûre ? Il t’adore !"

    Sur les quelques mois d’une relation sulfureuse, Vanessa Springora ne cache rien : ni ses émois amoureux, ni sa fascination pour cet homme brillant, ni le choc de la première fois, ni la manière dont ce couple a vécu, ni les conséquences sur la santé qu’a eu cette relation, ni la découverte des secrets d’un homme qui ne dédaignait pas se rendre en Thaïlande pour avoir des relations sexuelles avec de jeunes garçons. Leur rupture ne sera pas simple non plus : en faisant le choix professionnel de travailler dans une maison d’édition, d’abord comme stagiaire, V. se place en position de croiser G.

    Le lecteur sort secoué de ce témoignage qui est aussi une violente diatribe contre l’impunité d’un écrivain qui n’a jamais caché son attirance pour les mineurs, filles ou garçons :"En dehors des artistes, il n’y a guère que chez les prêtres qu’on ait assisté à une telle impunité. La littérature excuse-t-elle tout ?" Mais plus largement, le récit de celle qui utilise des abréviations (Vanessa S., G.) ou de simples prénoms (Emil pour Emil Cioran), s’en prend aussi à la société toute entière et à une époque pas si lointaine : "Pourquoi tous ces intellectuels de gauche ont-ils défendu avec tant d'ardeur des positions qui semblent aujourd'hui si choquantes ? Notamment l'assouplissement du code pénal concernant les relations sexuelles entre adultes et mineures, ainsi que l'abolition de la majorité sexuelle ? C'est que dans les années soixante-dix, au nom de la libération des mœurs et de la révolution sexuelle, on se doit de défendre la libre jouissance de tous les corps."

    "Nous ne sommes pas là pour vous émasculer"

    Dans Femme absolument, Adeline Fleury, de la même génération que Vanessa Springora, délivre, de son côté, autant un récit personnel qu’un essai féministe, dans lequel sa propre existence sert de matériau vivant. Qu’est-ce qu’être femme ? Sommes-nous prédisposés à un rôle social ? Simone de Beauvoir est-elle ringarde ? Sur ces questions, et bien d’autres, Adeline Fleury apporte moins des réponses que des réflexions. "J’aime être femme avec tout ce que cela comporte de force et de fragilité, d’audace et de prise de risque, j’aime être femme avec tout ce que cela comporte de remises en question, d’échecs, de doutes, d’avancées," dit-elle dans son très beau livre qui est une ode à la féminité au coeur d'une société encore très patriarcale et où, justement, la place de la femme est insuffisamment reconnue. Alternant souvenirs personnels (notamment sur le viol dont elle a été victime), focus sur l’actualité et réflexions sur les genres masculin et féminin, l’auteure esquisse ce qui pourrait être le féminisme au XXIe siècle, sans oublier des références à des intellectuelles, et en premier lieu Simone de Beauvoir.

    Ajoutons tout de suite que Femme absolument est sorti quelques mois avant l’éclatement de l’affaire Weinstein. Réécrit aujourd’hui, il est probable que cet essai serait être différent, bien que pas fondamentalement bouleversé. Adeline Fleury, qui se décit comme "célibatante", s’inscrit dans un féminisme de combat pour les libertés, en assumant sa propre liberté, professionnelle, privée ou sexuelle. Elle parle des hommes, souvent avec bienveillance, et aborde des faits sociaux sous l’angle féminin (le monde du travail, le prono mainstream, les scums, la maternité, le harcèlement de rue, la culture du viol ou les injonctions religieuses au sujet du voile par exemple). La coexistence et la compréhension entre hommes et femmes sont-elles possibles ? Oui, répond-elle : ce qui se joue, dit-elle en substance, est une manière de vivre avec les hommes et, non pas les affronter, mais les convaincre que le féminisme est une chance pour la société : "Amis, amoureux, amants masculins, nous ne sommes pas là pour vous émasculer, au contraire pour vous aider à sublimer plus que votre virilité, votre masculinité. C’est peut-être cela le féminisme de la quatrième génération, une sublimation de la féminité et de la masculinité conjuguée."

    BC

    Vanessa Springora, Le Consentement , éd. Grasset, 2020, 216 p.
    https://www.grasset.fr
    Adeline Fleury, Femme absolument, éd. Jean-Claude Lattès, 2017, 221 p.
    @AdelineFleury https://twitter.com/adelinefleury?lang=fr
    https://www.hachette.fr

    Voir aussi : "Deborah de Robertis l’ouvre"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Hila, entre France et Arménie

    Pin it!

    21 d’Hila renvoie immédiatement à un autre album : celui d’Adele. Mais alors que ce chiffre renvoyait à l’âge de la chanteuse britannique au moment de sa sortie, celui du duo franco-arménien formé par Artyom Manukyan et le producteur Dawatile fait référence aux 21 jours d’enregistrement de l’opus.

    C'est un voyage musical dont il est question avec ce premier album. Perfect Fith, nous entraîne dans un trip hop diablement passionnant, avec en featuring Areni Agbabian et surtout john Goode, aux accents de Tricky. Hila puise aussi bien dans ce revival nineties que dans une écriture plus récente, celle d’une french touch à la Petit Biscuit  (Mirope).

    Mais 21 c'est aussi l'apport singulier de musiques que l'on ne penserait pas voir dans un album aussi underground: une world music héritière de l’Arménie soviétique des années 80 (Khouanlepins, Something on the ground), de très belles envolées lyriques avec flûte, chœurs et cordes (Something On The Ground), et une rythmique ethnique aux accents chamans.

    Un vrai voyage musical coloré et hétéroclite puisant largement dans le jazz (Glendale Soul Train), mais aussi le classique (22, Take A Sip) voire le hip hop (Xash Song). En concluant l'album avec Take A Sip, Hila fait le pari, à l'instar du groupe Rachel's, du minimalisme et d'une forme d'introspection.

    Un vrai syncrétisme musical pousse 21 dans des directions différentes pouvant décontenancer ou séduire - comme on voudra. Avec l'album de Hila, on est dans plusieurs univers et plusieurs époques, entre des âges ancestraux et un futur incertain (22).

    BC

    Hila, 21, Underdog Records, 2020
    https://www.facebook.com/officialartyommanukyan
    https://www.facebook.com/david.kiledjian

    Voir aussi : "Le temps d’une chanson"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Sacré Messie

    Pin it!

    De nombreuses critiques ont réagi à la sortie sur Netflix, en début d’année, de la série Messiah : cette histoire d’un homme venu de nulle part, incarnation pour certain d’un prophète extraordinaire, un Jésus du XXIe siècle, ne pouvait que susciter fascination, intérêt ou encore sarcasme.

    En imaginant une intrigue eschatologique à notre époque, le showrunner Michael Petroni entend assumer jusqu’au bout son parti-pris de proposer une série mêlant le sacré, les conflits géopolitiques, des réflexions sur les crises actuelles, sans oublier des histoires particulières : le sombre agent israélien Aviram Dahan (Tomer Sisley), l’officier de la CIA Eva Geller (Michelle Monaghan), le jeune Arabe Jibril Medina (Sayyid El Alami) et bien entendu ce mystérieux Al-Massih (Mehdi Dehbi).

    Messiah s’avère bien plus passionnant que ne le laisserait deviner sur le papier ce récit très new age qui ne lésine ni sur les symboles parfois très appuyés (l’arrivé du prophète à Washington notamment), ni sur les discours religieux s’inspirant largement des textes sacrés, ni sur des destins bouleversés par une apparition qui dépasse tout le monde (l’adolescente Rebecca et son pasteur de père ou encore le jeune Samir).

    Un récit très new age

    La série proposée par Netflix a nécessité de très importants moyens, comme le prouvent les scènes à Jérusalem ou dans la capitale américaine. Le spectateur est entraîné aux quatre coins du monde et suit des personnages fascinés, aimantés ou révulsés par ce nouveau messie apportant en réalité plus la guerre que la concorde.

    Personnage insaisissable et incompréhensible, Al-Massih est tour à tour qualifié de héros arabe, de magicien, de personnage divin ou d’escroc. Qui est ce messie ? La question est au centre de la série, et plus la saison avance, plus l’incertitude s’épaissit, semant chaos mais aussi conflits.

    La saison 1 s’achève par un accident qui rend le personnage de cette réincarnation christique encore plus fascinante, qui promet une sacrée saison 2 !

    BC

    Messiah, série dramatique de Michael Petroni
    Avec Mehdi Dehbi, Tomer Sisley, Michelle Monaghan,
    John Ortiz et Melinda Page Hamilton,
    Saison 1, 10 épisodes, États-Unis, Netflix, 2020

    https://www.netflix.com

    Voir ausi : "Un deo gratias pour deux papes"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Mon corps est à moi

    Pin it!

    katia even,nicolas guenet,inguinis,érotisme,sexe,cirque romain,tibèreIl faut croire que l’Antiquité et la mythologie gréco-romaine soient des sources d’inspiration pour les auteurs de bande dessinées érotiques : après le cycle Achille de Cosimo Ferri, Katia Even et Nicolas Guenet choisissent le monde du cirque romain pour y dérouler une intrigue mêlant complot familial, manigances pour la possession d’un cirque et fantasmes sur fond de religion. C’est le sujet du premier tome du cycle Inguinis Oracle (éd. Tabou).

    Au Ier siècle de notre ère, sous l’empereur Tibère, Gaïus, jeune héritier d’un cirque que sa mère possède et gère depuis la mort de son mari, vit une vie insouciante, essentiellement dans les lupanars de la cité romaine. Un attentat contre la vieille femme bouleverse tout : Gaïus est obligé de fuir et trouve refuge au Temple des vestales, des prêtresses vierges veillant au feu sacré chargé de protéger Rome. Ces femmes, jouissaient d’important privilèges publics, en échange de 30 ans de chasteté. La présence du jeune fuyard pourrait bien mettre à mal chez Licinia, l’une de ces prêtresses, sa promesse de virginité.

    On imagine qu’il a fallu de la documentation aux auteurs pour faire revivre cette Rome du Ier siècle et en particulier le mystère des vestales. Inguinis Oracle s’inspire d’un récit de Plutarque sur une Licinia, une vestale ayant rompu son vœu de chasteté avec un patricien. Dans cette BD sulfureuse, Katia Even et Nicolas Guenet imaginent le personnage de Gaïus, jeune homme pourchassé, insouciant et plus habitué aux bordels romains qu’aux complots de pouvoir.

    Au Nom du Cirque, le premier tome de cette histoire, ne lésine pas sur les scènes d’orgies et d’ébats, tout en faisant de la virginité de Licinia l’un des sujets principaux du premier tome : la prêtresse saura-t-elle résister à l’attirance pour Gaïus ? La toute fin du livre s’ouvre astucieusement sur une interrogation, qui promet de futurs passionnants développements.

    BC

    Katia Even et Nicolas Guenet, Inguinis Oracle, tome 1, Au Nom du Cirque
    éd. Tabou, 2020, 48 p.

    http://www.tabou-editions.com

    Voir aussi : "Plans à Troie"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !