Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bla Bla Blog - Page 2

  • Une nuit étoilée avec Sarah Brightman

    Il n’y avait qu’en cette fin d’année que nous pouvions parler de l’album de Sarah Brightman, France. Un opus qui brille de mille feux, même s’il n’a pas été conçu pour susciter l’unanimité. Avec cette nouveauté, la chanteuse anglaise lorgne bien évidemment de ce côté de la Manche, en faisant appel à des artistes populaires (Florent Pagny, Roch Voisine, Andrea Boccelli, I Muvrini et même Jean-Jacques Goldman).

    Entendons-nous bien : derrière sa facture de pop internationale, l’opus de la diva a pour unique ambition d’offrir une heure de voyage romanesque et romantique – en France, serions-nous tentés d’ajouter – où ne manquent ni la luxuriance, ni les nappes de violons amoureux, ni les envolées lyriques, ni ce je ne sais quoi de clinquant qui pourra en agacer certaines et certains.

    Mais laissons de côté les critiques tièdes et intéressons-nous à cette diva britannique, désignée comme "la soprano la plus vendue au monde" (30 millions d'albums, 180 Platinum & Gold Award dans 40 pays sur 5 continents, sans compter son apparition aux ouvertures des JO de Barcelone et de Pékin). L'artiste a choisi de concilier le lyrique et le classique à la pop, voire au rock à l’instar de la reprise d'un extrait du Fantôme de l'opéra, qui l'a rendue célèbre et qu’elle interprète en duo avec Vincent Niclo. Cette initiative de faire un pont entre des genres qui ont pour fâcheuse habitude de se regarder en chiens de faïence, mérite d’être relevée, même si elle n’est pas inédite.  

    À cet égard, la découverte du titre "A Question Of Honour" mérite d’être relevée : après l’ouverture sur l’air célèbre de La Wally ("Ebben? Ne andrò lontana"), la soprano fait le choix d’une rythmique électro-pop et de vagues mêlant synthétiseurs et guitares, avant de clôturer sur les célèbres mesures d’Alfredo Catalani.

    Andrea Boccelli ("Time To Say Goodbye"), Florent Pagny ("Just Show Me How To Love You"), Vincent Niclo ("There For Me"), Roch Voisine ("Ne viens pas"), Alessandro Safina ("Sarai Qui") ou I Muvrini ("Tu quieres volver") accompagnent Sarah Brightman pour des duos étincelants et produits avec soin. 

    "Just Show Me How To Love You", qu’elle interprète avec Florent Pagny, l’une des plus belles voix masculines de la chanson française, a tout pour devenir un futur tube pour les guimauves que nous sommes : de l’amour, du vrai, du lyrique, des serments éternels, avec une sérieuse dose d'exubérance et de classe, comme si nous étions invités à une bal des débutants au Château de Versailles, avec grand orchestre s’il vous plaît.

    Un pont entre des genres qui ont pour fâcheuse habitude de se regarder en chiens de faïence

    Amour de nouveau avec la belle déclaration "Sogni", écrite par Frank Peterson et Chiara Ferrau : "Amore mio, dove sei stato? / Nei miei sogni io ti ho cercato / Giorno o notte mi sei mancato" ("Mon amour, où étais-tu? / Dans mes rêves je te cherchais / Tu m'as manqué jour ou nuit"). On pourrait tout aussi citer "Sarai Qui" avec Alessandro Safina : "Quando penso ai giorni che / Ho passato insieme a te / Io vorrei che tu tornassi qui / Per non lasciarmi mai" ("Quand je pense aux jours que / J'ai passés avec toi / j'aimerais que tu reviennes ici / Pour ne jamais me quitter").

    La diva anglaise se frotte avec le même plaisir à la pop : "Tout ce que je sais", "Ne viens pas" de et avec Roch Voisine ou "He Doesn’t See Me", écrit en partie par Jean-Jacques Goldman.

    "Nella Fantasia" mérite que l’on s’y arrête : l’artiste lyrique a choisi de proposer une version du désormais classique "Gabriel's Oboe", écrit par Ennio Morricone pour le film Mission.

    "Tu quieres volver", que Sarah Brightlman chante avec I Muvrini constitue l’un des très bons morceaux de cet album. Fusion du lyrique et de la chanson, alliance de l’espagnol et du corse : la soprano, le groupe de Jean-François Bernardini et le London Symphony Orchestra font merveille, avec ce souffle romanesque et puissant.

    Le classique est bien entendu présent dans cet album, avec des succès multiséculaires remis au goût du jour : l'étude n° 3 "Tristesse" de Chopin ("Dans la nuit"), l’Adagio d’Albinioni dans une version singulièrement sombre et rythmée ("Anything Anywhere"), la marche funèbre de la 7e Symphonie de Beethoven ou l’"Ave Maria" de Schubert, dans une facture plus traditionnelle.

    On peut reconnaître à la soprano anglaise qu'elle est aussi à l'aise dans l'interprétation de grands airs d’opéra, à l’instar du "O Mio Babbino Caro" ou du  "Nessum Dorma" de Giacomo Puccini (respectivement tirés des opéras Gianni Schicchi et Turandot). Toujours classique, ou plutôt néo-classique, la chanteuse propose une nouvelle version du Pie Jesu du compositeur anglais contemporain Andrew Lloyd Webber, qu’elle met également à l’honneur avec son interprétation, nous l'avons dit, d’un extrait de The Phantom of the Opera. Un clin d’œil pour celle qui est devenue une star planétaire grâce à son rôle de Christine dans la célèbre comédie musicale.

    Il était inévitable que la soprano ne pouvait pas nous quitter sans sa version du tube "Time To Say Goodbye", avec le non moins célèbre Andrea Boccelli. De quoi garder en tête pour un bon bout de temps ce morceau intemporel : "Time to say goodbye / Paesi che non ho mai / Veduto e vissuto con te…"

    Vous connaissez la suite.

    Sarah Brightman, France, SaFran / Pias, 2020
    https://sarahbrightman.com
    https://www.facebook.com/SarahBrightmanMusic

    Voir aussi : "Le trio Sōra vous souhaite un joyeux anniversaire, M. Beethoven"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Le masque, le gel et la plume

    Il faut rendre à César ce qui appartient à Jérôme Garcin : le titre de cette chronique vient de l’animateur du Masque et la plume lui-même. Dès les premières semaines du Grand Confinement, il s'était amusé à renommer ainsi son émission, lorsqu’il avait choisi d'inviter ses journalistes et chroniqueurs par téléphone. Crise sanitaire oblige, on pensait les Jérôme Garcin et ses camarades critiques au chômage technique, en attendant la réouverture des salles de cinéma et de spectacles. Ou du moins obligés de se rabattre uniquement sur les sorties littéraires.

    C’était mal connaître la vénérable émission de Radio France - née en 1955, s’il vous plaît ! A défaut de sorties de films, l’équipe du Masque et la Plume s’est penchée sur les ressorties en DVD d’œuvres cultes et classiques, proposant du même coup de parfaire notre culture générale.

    Les journalistes Charlotte Lipinska (Vogue), Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Eric Neuhoff (Le Figaro), Pierre Murat (Télérama), Camille Nevers (Libération), Nicolas Schaller (L’Obs), Michel Ciment (Positif) et Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles) continuent donc, en attendant des jours meilleurs, de décortiquer avec passion, sincérité et en toute subjectivité, quelques grandes œuvres du patrimoine cinéma.

    En toute subjectivité

    Comment, en 2020, peut-on regarder des classiques comme  Parfum de femme de Dino Risi, Peau d’âne de Jacques Demy, Le Goût du Saké de Yasujiro Ozu, Le Trou de Jacques Becker ou Bons baisers de Russie de Terence Young (émission du 6 décembre) ?

    Le 22 novembre, les complices de Jérôme Garcin se penchaient sur Le Ciel peut attendre d'Ernst Lubitsch, Thérèse d'Alain Cavalier, Full Metal Jacket de Stanley Kubrick, L’homme qui aimait les femmes de François Truffaut et La Cérémonie de Claude Chabrol.

    Le 8 novembre, les critiques portaient sur Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville, L’Avventura de Michelangelo Antonioni, L’Evangile selon Saint-Mathieu de Pasolini et Les trois jours du Condor de Sydney Pollack.

    Dans ce nouveau concept d'émissions "confinés", Le Masque et la Plume propose aussi de découvrir des curiosités :  Lorenzo de George Miller, La Maison des Bories de Jacques Doniol-Valcroze (dont les critiques sont pour le moins très contrastées) ou Assaut de John Carpenter.

    Que du classique et du passé, si on excepte la critique du dernier Borat, sorti, lui, sur Amazon, qui tranche avec les éloges et les critiques très positives des autres films : "Un  accident industriel" et "le seul film contemporain face à 5 ou 6 très grands films … Le match est inégal", commentait justement Michel Ciment.

    L'émission culte de France Inter est à réécouter en replay.

    Le Masque et la Plume, animé par Jérôme Garcin et réalisé par Xavier Pestuggia
    France Inter, le dimanche de 20H à 21H et en replay
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-masque-et-la-plume

    Voir aussi : "Histoire sensible"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Respect pour Naud

    Naud, c’est la fusion quasi parfaite entre la pop et l’électro. Dans son premier EP, Cames, le musicien français se sent comme un  poisson dans l’eau dans un univers à la fois fun, coloré et bourré de trouvailles sonores et textuelles.

    Les 5 titres forment un ensemble à la fois homogène et déclinant plusieurs visages de la pop, tout en se servant intelligemment de l’électronique. À côté de l’aérien "Déjà vu", Naud propose le joyeux et sautillant "Déjà vu". La voix aérienne de Naud se joue des nappes synthétiques, sans jamais perdre l’auditeur. "Dads" atterrit doucement, avec sa facture de titre pop-folk, et avec un message de tolérance : "2 Dads are not the best thing a child can get / It can have two mothers as well / Harassing has become a full-time job / Maybe happiness should decide what’s good for all".

    Le compositeur insuffle du funk et du reggae dans "Sad Gurus", un morceau tout aussi engagé et aussi diablement bien écrit : "And they don't know, that's the way I will teach. Please respect my disrespect / If I can't grasp, maybe I should learn before getting these big cameras all around me". Bien dit. "Respecte, s’il te plaît, mon irrespect" : respect pour cette trouvaille en forme d’appel à la paix autant qu’à la liberté d’expression.

    "Chemin noir" est le dernier titre de l’EP, est aussi le seul en français. Une composition solide dans laquelle la chanson française se marie à merveille avec l’électro : "Y’ a plus de râle, notre jeu se fige, Narcisse se fane enfin / T’as plus mal depuis que je suis ton meilleur pote et plus un despote / victimaire amer / Les autres ont pris un nouveau sens / Mon feu ne t’allume plus à l’essence."

    Un vrai beau tour de force que cet opus étonnant et séduisant, que Naud commente de façon définitive : "Produire et mixer un EP de A à Z en moins d'un mois était intense, stupide mais gratifiant… Je ne referai plus jamais ça de cette façon !"

    Naud, Cames, 2020
    https://naud-music.fr

    Voir aussi : "Consolation"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Sortis de l'oubli

    Parler d’une galerie d’art des oubliés fait tout de suite penser au Salon des Refusés de 1863 qui allait marquer l’acte de naissance des impressionnistes. La future Galerie des Oubliés, qui ouvrira ses portes à Nantes le 28 janvier 2021, ne revendique certes pas cette affiliation ; cependant, elle a le même objectif de se consacrer à des artistes qui n’ont pas eu la reconnaissance de leur époque malgré la valeur artistique de leur travail.

    Pierre Jourda (1931-2007), Menachem Gueffen (1930 – 2016), Hervé Delatouche (1943-2016), Yann Detrez (1927 – 2005) ou Alexandre Moulis (1889-1973) : ces artistes contemporains, morts il y a seulement quelques années, font partie des artistes que mettra en valeur la Galerie des Oubliés, fondée par Léopold Cottineau et Izabeau Jousse.

    Talents méconnus ou à la visibilité trop passagère, ces artistes en décalage avec leur temps n'ont fait aucune concession à leur art. Créateurs secrets, brillants introvertis ou esprits tumultueux, ils n'ont jamais ou très peu exposé. Ils sont restés dans l'ombre parfois toute leur vie, dans un acharnement productif et silencieux. Les créateurs de la Galerie des Oubliés entendent "découvrir ces artistes de l’ombre, les réhabiliter dans le milieu de l'art, leur offrir la reconnaissance qu’ils méritent. Ce sont des hommes en décalage avec leur temps, des femmes occultées par les inégalités d’une époque…", comme le dit le couple de fondateurs. 

    Dissimulées dans l’ombre depuis des décennies, les œuvres sortent à présent de leur cachette

    Pour sa première exposition, la Galerie des Oubliés a choisi de mettre en lumière le peintre Menachem Gueffen grâce à une série de 21 tableaux réalisée à Londres, son port d’attache, dans les années 1960-1970. Grand coloriste, il interprète les leçons du cubisme grâce aux femmes, les grandes inspiratrices de sa vie. La série de tableaux présentés a été exposée pour la dernière fois à Londres en 1974. Dissimulées dans l’ombre depuis des décennies, les œuvres sortent à présent de leur cachette. Menachem Gueffen (qui a été marié, pour la petite histoire, à l'actrice Diana Rigg) aura exposé à Londres, Tel Aviv, Venise, Hambourg ou New York, avant de revenir définitivement en France en 1988. Sa production est encore importante mais il se sent peu soutenu par ce pays qui ne soupçonne pas son talent. Il y vivra pourtant durant 30 ans, en Mayenne, et n'aura de cesse de peindre la femme, toujours la femme. Mais cette fois elle sera peu exposée. Il la gardera pour lui.

    Rendez-vous donc à Nantes à partir de janvier pour mettre ou remettre à l’honneur des artistes qui n’auraient jamais dû quitter les cimaises des musées ou des galeries.

    La Galerie des Oubliés
    Exposition inaugurale de Menachem Gueffen, inauguration, 28 Janvier - 30 mars 2021
    2 rue de Bréa – 44000 Nantes
    Tél. 07 56 99 65 12
    www.galeriedesoublies.com
    https://www.facebook.com/galeriedesoublies

    https://www.instagram.com/galeriedesoublies

    Voir aussi : "Femmes extraordinaires des Andelys"

    Menachem Gueffen, Tableau sans titre, 128cm x 103cm, Huile sur toile, 1968

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Water music

    Mais qu’est ce qui lui a pris, au jazzman Gaël Rouilhac d’avoir composé un morceau intitulé "La valse des parachutistes belges ", dans son premier album d’une pureté magnifique ? Mais qu’on ne se fie pas à ce titre loufoque car cette vraie valse respire la joie de vivre. Fermer les yeux c’est voir virevolter des corps sous les lampions et les jupes parachutes.

    Il souffle dans Waterworks un souffle chaleureux, servi par les deux autres membres de son trio, Caroline Bugala au violon (de formation classique, elle a été l’élève Didier Lockwood et a aussi partagé la scène avec lui) et Roberto Gervasi à l'accordéon, véritable révélation de la scène italienne. 

    Gaël Rouilhac dit ceci au sujet de son premier opus : "Encore beaucoup de projets menés de front encore cette année, mais si il y en a un qui me tient à cœur et m'occupe beaucoup en ce moment, c'est mon premier groupe en tant que leader et compositeur."

    Entre tradition et modernité

    Waterworks, naviguant entre tradition et modernité, propose une série de rencontres entre le jazz et le tango, avec un violon à la la Lockwood ("Cap Cod") et un accordéon à la Piazzola ("Home"), sans oublier la merveilleuse guitare manouche de Gaël Rouilhac ("Un point c’est tout"). Mais sans percussions, ce qui est singulier pour un album de jazz.

    Pour le morceau "Diamant rouge", le trio nous invite à de savoureuses balades que l’on croirait méditerranéennes, après le titre "Cap Cod", mélancolique et bouleversant.

    Tour à tour lyrique, frais ou léger, le groupe de Gaël Rouilhac invite au farniente au cœur d’une nature vivifiante ("La montagne verte").

    Le guitariste signe avec "Time flies" une complainte sur la fuite du temps, avec ces trémolos déchirants, avant cette danse endiablée à la Django Reinhardt nous sauvant d’une fin inexorable.

    "Solo" est une très belle ballade à la guitare  interprétée par Gaël Rouilhac. "Mood", une étude plus qu’une envolée jazz, et qui propose un voyage au long cours dans un Combi brinquebalant sur la côte irlandaise : il suffit juste de fermer les yeux.

    L’opus se termine avec dernier titre à la facture cette fois contemporaine, "Ça c’est l’enfer mon frère".

    Gaël Rouilhac, Waterworks, Laborie Jazz, 2020
    https://www.laboriejazz.fr
    https://www.gaelrouilhac.com

    Voir aussi : "Fiona Monbet a plus d’une corde à son archet"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Joyeuses fêtes de Noël !

    Bla Bla Blog vous souhaite de joyeuses fêtes de Noël.

    Profitez-bien de vos proches et prenez soin de vous.

    Photo : Olenka Sergienko - Pexels

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Électros nuits de Noël

    À quelques heures de Noël, c’est un projet musical intéressant que je vous présente : Re-Xmas, sous-titré Social Distancing Remixes '20. Cet album de Noël a été imaginé par le collectif Antidote

    En pleine crise sanitaire, 7 producteurs et compositeurs de la scène électronique lituanienne ont signé des adaptations de chants de Noël, des standards mondialement connus que sont Jingle Bells", "Silent Night" ou "Oh Christmas Tree".

    Re-Xmas est aussi un opus engagé. Les musiciens ont en effet choisi de communiquer un message de prudence en cette période anormale, grâce à une subtilité musicale inattendue : deux intervalles égales de pause ont été ajoutées entre chaque note des partitions originales, symbolisant la distance sociale requise de deux mètres.

    Citons d’abord FUME pour un "Stille Nacht" ("Silent Night") atmosphérique, éthérée et spatial et l’étonnant Artfcl (Andrius Laucevičius et Matas Samulionis). Ce duo a adapté avec culot un chant de Noël traditionnel lituanien, "Kalėdinė Eglutė" ("Kardiofonas").

    Monikaze s’est attaquée de son côté au célébrissime "Jingle Bells". Crise Covid oblige, la musicienne pop et avant-gardiste  a utilisé des sons provenant d'un environnement hospitalier pour le remix : bips de cardiographe pour recréer la mélodie, purificateurs d'air et autres sons médicaux. 

    "O Tannenbaum" dans une facture techno et boostée aux amphétamines

    Autre classique du chant de Noël, "Deck the Halls" devient grâce à Roe Deers un titre pop et disco, revisitant à sa manière le concept de boîte à musiques.

    Le groupe Lakeside Culture (Linas Ftee et Rob Meyer.) reprend de son côté le "O Holy Night" dans une version sombre, mais avec des fulgurances lumineuses. Symbole supplémentaire de cette fameuse distanciation sociale requise un peu partout, le remix de ce morceau a été produit dans deux pays différents, et à une distance de de 2 000 km, Rob Meyer travaillant à Londres et Linas Ftee à Vilnius.

    De son côté, Alex Krell s’attaque au classique "O Tannenbaum" dans une facture techno et boostée aux amphétamines, rendant le "Douce nuit" méconnaissable, mais aussi digne de figurer lors d’une soirée dance et festive d’Ibiza… ou de Vilnius.

    Pour terminer ce projet assez incroyable, grad_u – revisite le "We Wish You A Merry Christmas". Le DJ et producteur de techno dub relève le défi avec un enthousiasme communicatif. Son "We Wish You A Merry Christmas" a une densité et une profondeur incroyables. Il respecte à 200 % le projet musical, en y ajoutant un esprit joyeux. L’esprit de Noël, quoi.

    Lithuanian electronic music producers and composers have responded to the extraordinary situation during this holiday season and created a unique take on it by reviving the world-famous Christmas songs such as "Jingle Bells," "Silent Night," "Oh Christmas Tree," and others, and making them sound like social distancing.

    The unexpected concept was achieved by making two equal intervals of pause, which symbolize the required two-meter social distance, follow each note from the songs' main melodies. As a result, all-time Christmas favourites sound unusually new in a slower pace.

    You can listen to the album here.

    The minds behind the initiative are seven producers and composers, such as Alex Krell (producer of uniquely dark techno), Lakeside Culture (international duo focusing genre-bending music), FUME (electronic music producer with fascination for ambient beats), and others, all of who have collaborated with the electronic music project Antidote and released a new album  "Re-Xmas" of the so-called "social distancing remixes."

    The album is incorporated in an audio-visual installation near the electronic music mecca "Kablys" in Vilnius, the capital of Lithuania, and will also be played as the "Album of the Week" in the local radio station "LRT Opus".

    The said musicians are based in Vilnius which has been known for its progressive music scenery for the past few years. When the lockdown put an end to live performances for the first time in spring, Vilnius' rooftops and the most beautiful parts of the city were showcased by Antidote which united electronic music DJs to disperse the quarantine monotony with audio-visual performances. 

    Antidote Community, Re-Xmas, Social Distancing Remixes '20, Go Vilnius, 2020
    https://www.govilnius.lt/visit-vilnius/latest-tips/rexmas
    https://soundcloud.com/antidotecommunity/sets/re-xmas

    Voir aussi : "Les 10 festivals qu’il faut avoir faits dans sa vie"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Intermarché fête Noël, rend hommage aux soignants et offre une superbe vitrine pour Terrenoire

    Cela fait depuis quelques années déjà que les grandes enseignes de distribution mettent le paquet à l’occasion des fêtes de Noël. Une démarche bien entendu commerciale, mais qui a le mérite de nous mettre des étoiles dans les yeux, des sourires au coin des lèvres et de l’émotion en plein cœur.

    Ne gâchons donc pas notre plaisir avec cette nouvelle pub d’Intermarché, dont le bijou de scénario met en scène un drame quotidien que la solidarité, l’humanité et la reconnaissance subliment. Un superbe hommage aux personnes soignantes et un vrai conte de Noël contemporain, alors que la crise du Covid-19 continue, hélas, de rythmer nos vies. 

    Ces 3 minutes de film peuvent être qualifier d’authentique court-métrage. Comme pour sa publicité réalisée pour ses 50 ans, la grande enseigne a fait de nouveau appel à l’agence Romance et la réalisatrice Katia Lewkowicz. Chapeau !

    La musique, "Jusqu'à mon dernier souffle", est du duo Terrenoire, qui prouve qu’il est un des grands groupes français à suivre. 

    Publicité Intermarché - Jusqu'à mon dernier souffle, 3 mn
    https://www.facebook.com/IntermarcheF
    https://www.romance-agency.com

    Voir aussi : "Des publicités de Noël XXL"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • David Linx, trouble-fait 

    Virtuose et incandescent : voilà les premiers mots qui viennent à l’écoute du dernier album de David Linx, Skin In The Game. 40 ans de carrière et toujours la flamme chez le jazzman, l’inventeur du "chanteur de jazz européen", qui a brûlé les planches à 14 ans seulement.

    L’artiste bruxellois, et parisien d’adoption, a le sens du lyrique ("Azadi"), aidé en cela par la formation qui l’accompagne, et en premier lieu Grégory Privat au piano.

    Avec "Here I Can See", nous sommes dans un jazz à la Michel Legrand, coloré et vivifiant – mais en anglais. Une vraie composition digne d’une comédie musicale de Jacques Demy. Classique et imparable. Les vagues pianistiques virtuoses et rythmées de Grégory Privat font là encore merveille.

    Pour "Changed In Every Day", Languissant et sensuel à force d’être mélancolique, David Linx propose un chant et un voyage astral et amoureux, bien loin de la photo âpre et sombre du jazzman sur la pochette de son album. De même, "Prophet Birds" peut s’écouter comme une incantation mystique, une prosopopée chantée avec justesse et une grande douceur, grâce à sa voix riche et étendue.

    Une des plus belles voix de la scène jazz

    Dans un tout autre univers, pour "Skin In The Game", qui donne le titre à l’opus, le jazz se pare de couleurs urbaines. David Linx chante en featuring avec Marlon Moore pour ce, morceau plus sombre et comme déconstruit. "Night Wind" a cette même facture urbaine, comme si le jazz américain entrait de plein pied dans un futur mystérieux et fantasmagorique. Fantasmagorique, pour ne pas dire métaphysique, à l’exemple des titres lents et planants "On The Other Side Of Time" ou "To The End Of An Idea".

    Tout aussi américain, avec "Walkaway Dreams", nous sommes dans un jazz mêlant esprit new-yorkais et influences contemporaines européennes, avec un David Linx semblant énormément s’amuser.

    Dans un album à l’univers étendu, le chanteur belge sait jouer le "trouble-fait", à l’instar du bien-nommé "Troublemakers" : il s’agit d’un morceau inventif, caractéristique d’un chanteur ayant pour boussole sa voix, et que l’auditeur, même non-expert, identifiera vite. Et avec toujours ce piano virevoltant de Grégory Privat. 

    L’album se termine avec "A Fool’s Paradise", une ballade jazzy sucrée et lancinante, comme une jolie promenade avec un musicien à la fois lumineux et attachant, et qui est aussi une des plus belles voix de la scène jazz.

    David Linx, Skin in The Game, Cristal Records, 2020
    http://www.davidlinx-official.com
    https://www.facebook.com/DavidLinxOfficiel

    Voir aussi : "Un tour du jazz à la voile"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Un problème avec le frigo

    Le Mr Wolf dont il est question dans cette chronique de L’‎Œil du frigo est un étrange personnage : autiste, comptable, génie en mathématiques et criminel. un expert-comptable dans le civil qui est en réalité à la solde de la mafia. Mr Wolf est tombé dans l'oubli. Notre chroniqueur frigoristique propose de le découvrir à  travers un certain frigo.

    Alors voilà un film compliqué, avec l'excellent Ben Affleck. L'intérêt du frigo est forcément d'y voir plus clair. Et c'est d'ailleurs ce qui se produit. Un homme ouvre la porte et la lumière éclaire la pièce. Nous avons vu à quel point le frigo est bien achalandé.   Il est correctement rangé et le protagoniste y range tranquillement sa bouteille de lait. 

    Le lait blanc, pure, est le fil rouge de sa vie. Il range la bouteille et la lumière éclaire son destin : un homme et son verre de lait qui adore la tarte au citron meringuée ( je dois vous avouer aujourd'hui que je dois tout à la tarte au citron meringuée : grâce à elle, j'ai pu réviser mon bac en regardant les bateaux passer... Bon, on s'égare, mais chacun sa madeleine) va passer un deal avec lui. Un truc horrible, vous vous imaginez bien. Le frigo tient ce rôle de révélateur. Finalement, peu importe que votre vie soit bien remplie, bien achalandée, bien rangée : ce qui compte c'est où vous rangez votre lait... Bref, quel choix allez vous faire pour rester en vie ? Comment allez vous résoudre votre équation ? Et je pose cette question : la vie ne se résout-elle que par choix mathématique ? Ou finalement n'y a t il pas qu'une seule façon de résoudre une équation ? 

    J'aime beaucoup cette trouvaille qui apporte un léger éclaircissement, dans un film où les mathématiques sont toujours présentes dans le scénario. Car le héros est un mathématicien de génie et qui a le syndrome d'Asperger de surcroît.  Je mettrais bien une petite phrase sur les mathématiques et le côté autistique de leur mécanisme, mais le film s'en charge pour moi, présentant tous les grands mathématiciens autistes dont le héros se sert comme prête-nom. Une façon de rester entre collègues. Le scénario est fait comme une équation avec x inconnues et donc x rebondissements, car quand on est bon mathématicien ce ne sont pas quelques paramètres inconnus qui nous arrêtent. En matière de film, cela donne des rebondissements, et en matière de spectateur cela donne : "Ouvrez le frigo, que j'y vois plus clair !"

    Mais j'ai compris une chose en voyant ce film : si on a des problèmes insolubles  si si ça existe) rien ne sert de prendre des cours de maths. Levez-vous la nuit, n'allumez pas, ouvrez votre frigo, laissez la porte ouverte, servez-vous un verre de lait avec une tarte au citron meringuée. Vous sentirez la liberté vous transpercer, les équations se résoudre... "L'essence des mathématiques, c'est la liberté" disait Edouard Herriot.

    A voir évidemment.

    ODF

    Mr Wolf, thriller de Gavin O'Connor
    avec Ben Affleck, Anna Kendrick et J. K. Simmons,
    2016, 128 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Mr Wolf Frigo"
     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Complètement baba de bulles

    On entre dans l’anthologie de Thomas Mourier consacrée à la bande dessinée (Anthologie du 9ème art, éd. Bubble) avec un mélange d’excitation et de curiosité.

    Pensez : 150 auteur.e.s et œuvres (50 Européennes, 50 américaines et 50 japonaises) présentés de manière synthétique, avec des planches, des couvertures – du moins lorsque les ayant-droits l’ont autorisé – et un lexique en fin d’ouvrage. Pour faire très vite, quatre pays trustent la quasi totalité des œuvres et sagas présentées : la France, la Belgique, les États-Unis et le Japon.

    Pour les 3 grosses parties – BD européenne, comics américains et mangas nippons – l’auteur adopte grosso modo le même découpage non chronologique : les classiques, les grands maîtres, "les pépites méconnues" et enfin les auteurs à suivre. Dans la section consacrée aux comics, une place prépondérante est donnée aux figures de super-héros.

    Disons-le tout de suite : la BD semble un terrain connu et archi rabattu et on se dit dès les premières pages que nous sommes en terres connues : Tintin, Astérix, Gaston Lagaffe, Lucky Lucke et leurs auteurs Hergé, Franquin ou Morris. Que du grand classique et un art de synthétiser des sagas exceptionnelles en deux pages dont une consacrée aux planches ou aux couvertures.

    Mais la surprise vient à partir de la 30e page, lorsque Thomas Mourier prend des chemins moins banalisés, mais passionnants. Grâce à un gros travail de documentation, l’anthologie se fait moins encyclopédique que défricheuse de livres et d’auteurs français ou étrangers, depuis la naissance de la BD (Little Nemo, Krazy Kat ou Tintin) jusqu’à des publications récentes (Pucelle de Florence Dupré la Tour, sortie cette année).

    Véritable "compagnon de route" pour tout lecteur passionné de bande dessinées ou désireux de parfaire sa culture générale, Thomas Mourier fait plus que synthétiser les personnages et sagas présentées : il propose des œuvres incontournables, en suggérant, par exemple, pour les aventures du journaliste à la houppette, de lire ces deux ouvrages majeurs que sont Le Lotus bleu et Tintin au Tibet.

    À côté d’Astérix, la saga française la plus vendue, Spirou, Lucky Lucke ("Morris sera l’un des auteurs les plus innovants dans un contexte encore très standardisé"), le chroniqueur consacre des chapitres à l’absurde Achille Talon ("une œuvre qui ne ressemble à aucune autre"), Thorgal ou Corto Maltese ("le dessinateur joue sur ce subtil mélange d’invention et de documentation dans un cadre très réaliste"). Avec toujours les conseils de l'auteur pour entrer dans telle ou telle oeuvre. 

    La BD européenne frappe par son éclectisme

    La BD européenne frappe par son éclectisme, avec des livres s’ouvrant à des genres bien différents : l’humour bien entendu (Spirou, Gaston Lagaffe ou  Les Dingodossiers), mais aussi la fantasy (Thorgal), l’aventure (Hugo Pratt), le western (Blueberry), la SF (L’Incal d’Alejandro Jodorowsky et Moebius ou Barbarella), le conte (Les Cités Obscures de François Schuiten et Benoît Peeters ou Peter Pan de Régis Loisel), le polar (XIII ou l’étonnant Blacksad de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido), sans oublier le manga "à la française" (Lastman créé par Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville). Plus qu’une encyclopédie historique, l’anthologie de  Thomas Mourier puise aussi du côté des nouvelles pépites de la BD, à l’exemple de L'Ascension du Haut Mal de David B. (1996) : "On ne peut que vous conseiller la plupart de ses albums, qui ne ressemblent à aucun autre en bande dessinée, mais qui fraternisent avec les livres de Marcel Schwob, J.L. Borges et Antoine Galland".

    La section américaine, consacrée aux comics, propose une large place aux super-héros : Superman, Batman, Captain America ("Le premier héros de l’écurie Marvel"), The Flash, Wonder Woman, Les Quatre Fantastiques, Spider-Man ("aussi paumé que n’importe quel ado"), Hulk ou Thor. L’histoire des comics est bien entendu marquée par la lutte des géants du divertissement DC Comics et Marvel. L’auteur se veut un guide lisible pour faire découvrir les super-héros américains, et leurs auteurs, véritables stakhanovistes du genre : Stan Lee, Jack Kirby, Steve Ditko, Don Heck ou Bill Everett.

    Hormis les figures plus contemporaines de superhéros que sont Daredevil, Captain Marvel, Thanos ("Ce méchant cosmique est l’un des plus crédibles et réussis de l’univers Marvel") ou Watchmen ("C’est l’œuvre qui a le plus marqué l’univers et l’industrie des super-héros"), ressortent quelques personnages emblématiques : Sandman ("la série la plus littéraire de la bande dessinée"), Alias ("En seulement 28 épisodes Brian Michael Bendis et Michael Gaydos ont créé une super-héroïne tellement badass qu’elle se retrouve au premier rang des héroïnes les plus iconiques du moment") ou Walking Dead.

    Un chapitre est fort heureusement consacré aux romans graphiques indépendants, à commencer par la saga balzacienne sur 40 ans de Love and Rockets de Jaime, Gilbert et Mario Hernandez (une "série-monde" où "tous les genres sont convoqués par les auteurs, du soap à la science-fiction, du polar à l’horreur en passant par la comédie à l’eau de rose…"). A noter aussi, plus surprenant dans une telle section, La Jeunesse de Picsou de Don Rosa. Il faut également citer le brillantissime Tamara Drew de Posy Simmonds ou encore Mon Ami Dahmer de Derf Backderf, "l’album le plus dérangeant de ce guide, l’autobiographie romancée d’un ami d’enfance du « cannibale de Milwaukee », le tueur en série qui a terrorisé l’Amérique".

    Le comic-strip n’est pas oublié, avec le légendaire cycle Little Nemo de Winsor McCay, Peanuts de Charles M. Schulz ou encore, moins connu mais considéré comme "assurément l’un des auteurs les plus inventifs et drôles du moment", Tom Gauld et sa compilation Vous êtes tous jaloux de mon jetpack".

    Seinens et joseis

    La dernière section consacrée aux mangas japonais réussit la difficile mission de synthétiser un art à la fois pluriel et abondant (Sabu & Ichi de Shōtarō Ishinomori : "Shōtarō Ishinomori figure dans le Guinness Book avec ses 128 000 pages de manga"). Il y a bien sûr les emblématiques super-héros nippons, les Super Sentai (Dragon Ball, One Piece d’Eiichirō Oda, "la série de tous les records" avec ses 90 tomes). Seulement, à la différence du comics américain, les mangakas renouvellent sans cesse leurs sagas au long cours (30 volumes par exemple pour Yona : Princesse de l'Aube de Mizuho Kusanagi). 

    L’anthologie distingue seinens ("le manga pour jeune homme") et joseis ("le manga pour jeune femme"), des genres bien catégorisés qui cachent des influences et des thématiques très larges. Les auteurs puisent largement du côté de la mythologie (NonNonBâ de Shigeru Mizuki, "Figure incontournable du fantastique, de l’horreur et de la mythologie nippone"), de la critique sociale (GTO de Tōru Fujisawa), du polar (City Hunter de Tsukasa Hōjō),  de l’espionnage (Golgo 13), de la fantasy (L’attaque des Titans de Hajime Isayama), ou du conte (The Ancient Magus Bride de Koré Yamazaki, "une version moderne de La Belle et la Bête, selon les termes de l’autrice"). 

    Outre des récits intimistes, des réflexions sur le féminisme et sur le genre (Bonne Nuit Punpun d’Inio Asano), voire de l’érotisme (Le Monstre au Teint de Rose de Suehiro Maruo, "un petit voyage fascinant dans ces imaginaires macabres, portés par la beauté intemporelle des images."), le manga parvient à aller sur des chemins encore plus étonnants : l’uchronie (Le Pavillon des Hommes de Fumi Yoshinaga), la fiction historique et documentaires (le bouleversant Gen d’Hiroshima de Keiji Nakazawa) ou la dark fantasy (Berserk de Kentaro Miura, "le titre le plus noir & le plus violent de ce guide. Depuis presque 30 ans, Berserk traumatise et fascine des générations de lecteurs").

    Des auteurs ressortent du lot, à commencer par  Osamu Tezuka, le "dieu du manga", dont, selon l'auteur, "il faut TOUT lire, lui qui a installé le manga moderne et en a exploré tous les genres." Le lecteur français sera plus sensible à Riyoko Ikeda et à La Rose de Versailles, connu dans nos contrées pour son adaptation Lady Oscar. Il faut aussi citer Sailor Moon de Naoko Takeuchi, un grand classique, même s’il a un peu vieilli, Nana d’Ai Yazawa, l’une des séries les plus vendues de l’histoire, ou à Jirō Taniguchi (Quartier Lointain), le plus européen des mangakas.

    Une preuve supplémentaire que le manga n’est pas ce divertissement populaire aux personnages et aux situations stéréotypées ? Il n’y a qu’à citer Une Vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, "un des fondateurs du manga d’auteur et un instigateur du « gekiga », une forme nouvelle de fiction ancrée dans le quotidien" ou encore L’Homme sans Talent de Yoshiharu Tsuge, le maître du  "watakushi manga" ("le manga du moi"). Évoquons aussi le classique L’École emportée de Kazuo Umezu, "matrice du manga d’horreur moderne et du récit survivaliste".

    Comme pour la BD européenne, Thomas Mourier propose des auteurs et des œuvres à suivre, et parmi ceux-ci Blue de Kiriko Nananan (Une frontière floue entre fiction et non-fiction"), le splendide Bride Stories de Kaoru Mori ("À travers les yeux d’Amir, on découvre la vie des peuples nomades des grandes steppes, encore coupés du monde à l’heure de la révolution industrielle") ou encore Chiisakobe de Minetarō Mochizuki : "Désormais plus proche de la ligne claire européenne que du manga de ses débuts, le trait de Mochizuki vibre sous cette apparente froideur. Très stylisé et aérien, le dessin s’attache à montrer les émotions par des moyens détournés."

    Fans de BD et curieux désireux de parfaire votre culture générale, cette anthologie mérite largement de figurer parmi vos futurs cadeaux de Noël, si jamais vous êtes encore en panne d’idées.   

    Thomas Mourier, Anthologie du 9ème art, Bubble éditions, 2020 
    https://www.appbubble.com
    https://www.facebook.com/AppBubbleBD
    https://www.facebook.com/thomasm.bd

    Voir aussi : "Aimez-vous Tamara Drewe ?"
    "Gen d'Hiroshima, gens d'Hiroshima"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Consolation

    De sa voix à la Enzo Enzo, Carole Masseport propose, avec son dernier single On se remet de tout, la plus belle des consolations. Le clip a été réalisé par Michaël Terraz.

    La musicienne chante les petites et les grandes blessures de la vie : "On dit qu’on se remet de tout / Jusqu’à ce que l’on ne s’en remet plus / On dit qu’il faut se mettre  à genoux pour aimer tout ce qu’on a perdu".

    Passer à côté de tout, échouer, essayer de comprendre, n’attendre rien de personne, pardonner au risque de ne pas se respecter : de ces faux-pas et échecs, Carole Masseport en fait des incidents de parcours que chacun peut dépasser, avec optimisme : "On dit que la vie n’est qu’un jeu / Que nul part ce sera mieux / Qu’on verra quand on sera vieux / A quoi bon être malheureux."

    On se remet de tout est le premier extrait de son nouvel album qui sort en mars, et sur lequel on croise JP Nataf, Albin de la Simone ou Jean-Jacques Nyssen.

    Carole Masseport, On se remet de tout, 2020
    https://www.carolemasseport.fr
    https://www.facebook.com/carolemasseportmusic

    Voir aussi : "Je ne suis pas un héros"

    Photo : Carole Masseport

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Un tour du jazz à la voile

    A Love Secret, que Mazeto Square ressort en DVD, peut se se regarder comme le film testament du jazzman Siegfried Kessler. Lorsqu’en 2002 Christine Baudillon a choisi de le suivre et de le filmer sur son bateau, elle ne s’attendait certainement pas à ce que le musicien décède 5 ans plus tard en mer, au large de La Grande-Motte.

    Grâce à des moyens réduits – la réalisatrice a filmé « Siggy » grâce à une petite caméra DV – on entre dans l’univers d’un artiste hors-norme, finalement autant marin que musicien. De son accent inimitable, avec un bagout et un humour confondants, Siegfried Kessler se confie sur son art, sur le jazz, sur son mode de vie, sur sa santé inébranlable malgré le tabac et sur sa consommation immodérée d’alcool, mais aussi sur la passion pour la mer et son Maïca.

    "La musique est un  langage", dit-il lors d’un de ses échanges, et cette musique ne se limite pas au jazz dont il a été une figure importante. Le film commence d’ailleurs par la Chacone de Bach, avant que ne résonnent tour à tour un morceau contemporain, des rythmes africains et, bien entendu, des titres jazz de lui-même ("Phenobarbital", "A Love Secret") ou de ses confrères, Ned Washington, Victor Young ou Thelonious Monk. Respecté par ses pairs, le pianiste né à Sarrebruck parle aussi de ses pianistes fétiches :  Thelonious Monk, Cedar Walton ou Walter Bishop.

    "La musique, il faut que ça voyage"

    C’est Archie Shepp qui est le plus longuement évoqué, précisément à la fin du film, avec des souvenirs et l’extrait d’un concert en duo au JAM de Montpellier ("Le matin des noirs"). Le marin Siegfried Kessler devient pianiste, au style alternant âpreté, délicatesse et poésie.

    "La musique, il faut que ça voyage", dit encore le jazzman, de son phrasé qui n’est pas sans rappeler celui de Karl Lagerfeld. Tout en évoquant Beethoven, Poulenc, Wilhelm Kempff ou le groupe Art Blakey and The Jazz Messengers, c’est bien d’une métaphore sur la mer dont il est question.

    Car, grand voyageur autant que musicien, Siegfried « Siggy » Kessler confie qu’il se sent d’abord comme un "loup de mer" faisant "parfois" de "bons concerts". La réalisatrice l’a suivi pendant un an, de La Grande-Motte au Frioul, en passant par l’Île de Planier.

    Le titre du documentaire de Christine Baudillon parle d’un secret amoureux. Il ne s’agit pas de jazz ni de musique mais de bateau et de voyages, précisément du port d’attache de Kessler dans le Frioul. "Je suis très heureux d’être en contact avec mon amour secret" confie-t-il à la réalisatrice. Et l’on voit l’homme à la proue de son Maïca, jouant au clavier, onirique et mystérieux, devant une crique rocheuse et désertique qui est son seule public. Le titre de ce morceau ? "A Love Secret", bien entendu.

    Siegfried Kessler, A Love Secret, documentaire de Christine Baudillon,
    Mazeto Square, DVD, 2004, 2020, 56 mn

    https://www.mazeto-square.com/product-page/siegried-kessler-a-love-secret-dvd
    https://www.facebook.com/MazetoSquare

    Voir aussi : "Éric Legnini et ses amis"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Du talent à mort !

    Le monde du cinéma est familier à Sylvain Gillet, comme il le montrait dans son précédent roman Ludivine comme Édith. Le comédien, réalisateur, scénariste et maintenant écrivain, le prouve une fois de plus avec son dernier opus Commedia Nostra (éd. Ramsay).

    Après l’histoire d’une jeune comédienne pleine d’espoir mais massacrée et détruite en plein vol, voilà celle d’un comédien raté, sûr de son talent mais sur une voie de garage depuis des décennies jusqu'au jour où on lui propose un rôle des plus dangereux.

    Il s’appelle Antoine Aria, véritable portrait craché du fameux comédien d’Aznavour aux "succès faciles", aux "filles à soldats" , aux "petits meublés" et aux "maigres repas". Au moment où commence le récit de  Sylvain Gillet, Antoine a même réussi à foirer une publicité pour des légumes en conserve, si bien que son agent Max Malakian décide de mettre fin à leur collaboration infructueuse : "Vingt ans d’une relation que l’honnête intermédiaire ne voit plus que comme une longue galère faite d’engueulades et de déceptions…"

    Le calice déborde, et le monsieur "75 %" entend bien se concentrer sur un autre artiste, Clarence Charvel, un prénom qui fleure bon le théâtreux british période fifties. Pas un jeune premier, ça non, mais un concurrent qui fait de l’ombre à Aria depuis trop longtemps : "Antoine et lui se connaissent depuis des lustres [et] depuis le début ces deux Cro-Magnon du théâtre français se détestent".

    Or, le soir où Max Malakian se décide à congédier Aria, un homme d’affaires, François de Marziol, propose à l’agent un marché qu’il ne peut pas refuser : demander à l’un de ses comédiens de jouer le rôle de son père, un ancien mafioso décédé quelques années plus tôt.

    Max pense aussitôt à Antoine pour se grimer en Pepe di Marzio, mais ce n'est ni pour la gloriole, ni pour un public à conquérir, et encore moins pour un hypothétique Molière. Notre homme devra reprendre l’identité de ce minable malfrat italien obligé de quitter son village de Megalla cinquante ans plus tôt, la queue entre les jambes, à cause d’un braquage foiré dans toutes les largesses, mais aussi des beaux yeux de la fiancée de son propre frère Maurizio. Les Caïn et Abel italiens sont restés fâchés à mort mais l’heure de la réconciliation doit avoir lieu, sous la bénédiction de moines près de la frontière franco-italienne. 

    Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente

    Le "vrai" Pepe mort, c'est notre Louis Jouvet de pacotille qui doit jouer l'aîné des di Marzio et rencontrer après 50 ans le petit dernier, en faisant illusion. Un acte de contrition sincère et désintéressé ? Pas du tout : un coffret hors de prix - qui a été la cause de la débandade - est en jeu. Antoine Aria se lance dans ce qu’il considère comme son plus grand rôle, mais aussi le plus dangereux. En endossant le rôle d’un vieux maffioso, il lui faudra tous les talents du monde pour déjouer les pièges de cette pièce plus vraie que nature, et qui ne va évidemment pas se passer comme prévu. 

    Avec Commedia Nostra, l’enquête policière de  Ludivine comme Édith a laissé place à un polar à la fois sombre, sanglant, cynique et bourré d’humour noir. Sylvain Gillet fonce à toute berzingue sur la trace de comédiens minables mais sûrs de leur talent, de surcroît largement ratiboisés par un agent, pas plus au fait qu'eux des us et coutumes de la corporation mafieuse. En croisant des criminels en col blanc, Max et Antoine sont au cœur d'un vrai choc des cultures, avec gros calibres en option.

    Voilà donc la smala reconstituée : le vieux Maurizio parti se mettre au vert aux States, le faux Pepe,  François, propre sur lui et fils du mafioso qui a mangé les pissenlits par la racine, la sémillante cousine Jenny Mc Marthiaw, Max devenu l’obscur conseiller personnel, sans oublier les hommes de main, à commencer par Miguel "Dernière Image" Ibanez, une sorte de Joe Pesci ibère.

    Dans cette intrigue ayant plus à voir avec du Tarantino qu’avec Le Parrain, Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente où l’humour noir est le seul gagnant.

    L’auteur a indéniablement le sens de la formule, y compris lorsqu’il pastiche Flaubert à bon escient ("C’était à Megalla, faux bourg en partage, dans les bassins d’Icare"). Sylvain Gillet donne tout son sel au polar, à l’instar de cette présentation des retrouvailles entre les deux vieux frères :"Avant tout rapprochement, il y a des coutumes à respecter. Certes, l’on pourra objecter que dans l’enfilade aussi, il y a des traditions : lubrification, présentation à la famille et limage des ongles ne sont que quelques exemples d’une bonne pratique sodomite à la fois courtoise et altruiste."  

    Voilà qui a le mérite d'être dit et bien dit. Car Sylvain Gillet a du talent, lui.

    Sylvain Gillet, Commedia Nostra, éd. Ramsay, 2020, 308 p.
    https://sylvain-gillet.fr
    https://www.facebook.com/sylvain.gillet.372
    https://ramsay.fr/dd-product/commedia-nostra

    Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Je ne suis pas un héros 

    Fanelly débarque avec son dernier morceau,  It's Gonna Make A Little Difference. La musicienne, née en Italie dans les Pouilles et parisienne d’adoption, propose un titre sombre dans le propos et lumineux dans la forme.

    It's Gonna Make A Little Difference a été écrit peu de temps après les attentats de Paris de novembre 2015. Fanelly parle de cet événement comme un de ces moments qui nous transforme ("It’s gonna make a little difference / Happiness has another taste / I understand that life has to go on").

    Avec une voix délicate et intense, et servie par une orchestration acoustique ramassée (guitares, contrebasse et batterie), Fanelli chante la douleur, la désillusion ("It happens that we’ve not the same heroes") et la fadeur des pensées ordinaires et quotidiennes face à ces grands drames ("Daily thoughts then seem so far").

    La musique pop-folk et jazzy s’appuie sur un texte fait de ruptures et de suspensions, à la conclusion définitive : "You’re not my hero… you’re not my hero…"

    À noter que la chanteuse a enregistré également une très convaincante adaptation de Smooth Operator de Sade.

    La contrebassiste Sélène Saint Aimé, le guitariste Matthieu Barjolin et Davide Chiarelli à la batterie et aux percussions collaborent à la réalisation de son premier album Metro Stories prévu pour début 2021. 

    Fanelly, It's Gonna Make A Little Difference, 2020
    www.fanellymusic.com

    Voir aussi : "Vortexvortex, du côté de chez Harley Quinn"

    Photo : Fanelly

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook