Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

berlin

  • Crimes et chaos à Berlin

    Absolument tout fait de Babylon Berlin, cette série venue d’outre-Rhin, un vrai chef d’œuvre : le scénario, les intrigues criminelles, la reconstitution du Berlin des années 30, les décors, les costumes, la musique et des personnages à la fois complexes et attachants.

    Parlons en des personnages, justement. Babylon Berlin tourne autour de ses deux protagonistes principaux qui n’ont pas fini de vous rester en tête : Gereon et Charlotte.

    Nous sommes en 1929. L’inspecteur Gereon Rath (Volker Bruch), qui est arrivé dans la capitale allemande en tout début de la saison 1 pour s’occuper d’un étrange film pornographique très compromettant (et oui : ce genre est presque aussi ancien que le cinéma lui-même !), est chargé d’une autre affaire : un étrange train, envoyé depuis la jeune Union Soviétique, est détourné et s’arrête à Berlin. Son chargement d’or et de gaz toxique est âprement convoité par un malfrat arménien au bras long, mais aussi par des groupuscules communistes et d’extrême droite qui vont entre-déchirer pour son précieux chargement. Pour accompagner Gereon, Charlotte Ritter ( Liv Lisa Fries) tente de faire sa place. Et ce n’est pas facile pour cette jeune femme, obligée pour survivre de multiplier des tâches ponctuelles de secrétariat auprès de la police criminelle mais aussi des passes dans le milieu de la nuit berlinois.

    Après une saison 2 creusant un peu plus encore cette histoire de "train d’or" et mettant en scène de multiples enjeux historico-criminels, la dernière saison continue de suivre l’inspecteur "marlowien" au Stetson et sa désormais assistante, "Lotte", dont le talent et la pugnacité ne se démentent pas. Cette fois, toujours dans l’Allemagne bouillante de 1929 et qui va bientôt entrer dans un chaos infernal, l’équipe policière est chargée d’enquêter sur le meurtre d’une actrice en plein tournage. Encore une histoire de cinéma, donc. Et nous retrouvons également Edgar, le malfrat arménien, l’un des producteurs du film. 

    La série la plus chère de l’histoire de la télévision européenne

    Comme pour les saisons précédentes, d’autres intrigues se croisent : un procès aux conséquences politiques, les luttes d'influence entre communistes et le parti nazi en plein ascension, les manigances de l’industriel Nyssen, les relations entre Gereon et Helga, la femme de son frère Anno disparu pendant la première guerre mondiale et les difficultés de Charlotte avec sa famille vivant dans une extrême pauvreté.

    Les fans de Babylon Berlin sont invité à se rendre sur l’excellent blog http://babylon-berlin.blogspot.com, qui propose de faire une série de zoom sur la série la plus chère de l’histoire de la télévision européenne. Rien d’étonnant à cela si l’on pense aux décors, aux costumes, aux accessoires et aux lieux de tournage qui rendent cette création télévisuelle plus vraie que nature, jusque dans la manière dont elle dépeint  la vie quotidienne dans les années 30. Les showrunners font d’ailleurs intervenir des personnages réels de cette époque, même s’ils ne sont pas les plus connus : les hommes politiques Gustav Stresemann et Aristide Briand , le chef de la police de Berlin Karl Friedrich Zörgiebel, le directeur de la police criminel berlinoise Ernst Gennat ou l’avocat Hans Litten (source : http://babylon-berlin.blogspot.com). La série multiplie également les références à l’art et au cinéma expressionniste allemand des années 20 et 30, sans oublier son générique somptueux inspiré du courant Bauhaus et ses nombreux clins d’œil, que ce soit à Louise Brooks, à Fritz Lang et plus généralement au cinéma muet des années 20.

    Vous aurez compris que Babylon Berlin est une série addictive. La saison 4 a connu un gros retard suite à la crise sanitaire, et elle ne devrait arriver en France qu’en 2022. L’attente va être très longue !

    Babylon Berlin, série policière et historique allemande de Tom Tykwer, Achim von Borries et Hendrik Handloegten, avec Volker Bruch et Liv Lisa Fries, saison 3, 2020, Canal+
    https://www.canalplus.com/series/babylon-berlin
    https://www.babylon-berlin.com/de
    http://babylon-berlin.blogspot.com

    Voir aussi : "D’échecs en échecs"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Cours, Etsy, cours

    Unorthodox a été la série à succès inattendue de cette période de confinement. Une mini-série en réalité : avec quatre épisodes cette création Netflix n’impose pas un temps interminable de binge-watching. Là est sans doute l’une des raisons du succès d’Unorthodox. Mais pas que.

    À vrai dire, la série allemande avait tout pour faire fuir de nombreux spectateurs : le récit a priori aride d’un déracinement et d’une séparation, une plongée dans l’univers peu connu des hassidiques, des acteurs inconnus et le refus du spectaculaire.

    Esther Schwarz est Etsy, une jeune New-yorkaise élevée dans un milieu orthodoxe extrêmement pieux, si pieux que le respect des rituels juifs vire à l’obsession jusque dans la vie quotidienne. Etsy a été élevée par sa grand-mère et sa tante après la séparation de sa mère, Alex, partie vivre en Allemagne. Le père, lui, est incapable de l’élever. Alcoolique et aussi croyant que les autres membres de sa famille, il a laissé sa mère et sœur le soin de s’occuper de sa fille. Et s’occuper d’elle signifie surtout la marier.

    Sa famille lui trouve un homme, Yanky Shapiro, aussi respectueux des traditions qu’il peut être doux et très réservé. Mais les relations entre Esther et Yanky s’aggravent en raison de la pression sociale pour qu’elle devienne mère. Un an après les noces célébrées en grande pompe, Etsy décide de fuir pour rejoindre Berlin. Sa mère y vit toujours, mais entre les deux femmes les liens ont été coupés depuis longtemps, car Alex elle-même a dû se séparer de son mari peu de temps après la naissance d’Essther. Pendant ce temps, le rabbin de la communauté hassidique demande à Yanky de partir en Europe récupérer son épouse. Pour l’accompagner, on lui impose la présence de son cousin Moishe. Les deux hommes s'envolent pour Allemagne pour retrouver celle qui a fui leur communauté.

    Il faut la voir débarquer à Berlin, à la fois éblouie, fascinée et apeurée

    Unorthodox est l’adaptation du récit autobiographique de Deborah Feldman, The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots (2012). Pour raconter cette histoire d’une fuite et d’une libération, les showrunneuses ont insisté sur la construction intérieure d’Esty, se trouvant du jour au lendemain livrée à elle-même dans un monde qu’elle ne connaît pas. Il faut la voir débarquer à Berlin, à la fois éblouie, fascinée et apeurée. Une baignade, un concert de musique classique ou une soirée en boîte de nuit prennent des allures de découvertes ahurissantes et déstabilisantes. Esty y découvre à cette occasion l’amitié, l’amour, une vocation mais aussi la grisante incertitude de la liberté.

    Esther est interprétée par Shira Haas, impressionnante de bout en bout et littéralement métamorphosée lors de son arrivée en Europe. Elle endosse avec un naturel désarmant cette femme déracinée d'un milieu toxique et bien décidée à se battre pour exister. Mais cette quête pour son identité en cache une autre : celle d’une jeune femme juive se reconstruisant sur les lieux mêmes où la Shoah a pris corps. La série multiplie les références et les symboles de ce traumatisme : la fameuse baignade dans le lac en face de Wannsee (le lieu de la tragique conférence du 20 janvier 1942), la tête rasée d’Etsy, des conversations sur le nazisme et même une chemise rayée que porte un moment la jeune femme.

    On ne racontera pas la fin de cette série, qui fait d’un concours de musique la conclusion d’un récit intelligent et émouvant sur la liberté, les racines, le féminisme mais aussi la réconciliation.

    Unorthodox, mini-série dramatique allemande d’Anna Winger et Alexa Karolinski
    avec Shira Haas, Amit Rahlav et Jeff Willbursch
    une saison, 4 épisodes, 2020, Netflix

    https://www.netflix.com/fr/title/81019069

    Voir aussi : "Mando, l'autre Boba Fett"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !