Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

violence

  • Des balles aux prisonniers 

    Au moment de chroniquer la série à succès coréenne Squid Game, devenue un véritable phénomène de société, débarrassons-nous tout de suite de ce qui a créé la polémique, spécialement en France. Les autorités, et pour commencer le ministre de l’Éducation nationale, ont pointé du doigt la violence de la série, qui s’est immiscée sur les cours de récréation. Squid Game est devenu un jeu malsain parfois pratiqué par des enfants – à qui la série est d’ailleurs vivement déconseillée, à commencer par Netflix qui la propose sur sa plateforme. Les mises en garde ne sont bien entendu pas pour rien dans le succès planétaire de cette création venue de Corée du Sud qui met au cœur d’un jeu sanglant d’anodins jeux pour enfants. Disons-le enfin : Squid Game est à interdire formellement aux moins de 16 ans et est, une fois cette mise en garde faire, une excellente série. 

    Fermons la parenthèse et parlons maintenant de la série. Seong Gi-hun vit désœuvré chez sa vieille mère après un divorce compliqué. Son seul bonheur est sa fille, dont il s’occupe avec plus ou moins d’attention, mais qui devrait bientôt s’envoler avec sa mère et son nouveau compagnon à des milliers de kilomètres de chez lui. Professionnellement, cela ne va pas mieux pour le quadra désœuvré. Petits boulots, jeux d’argent, dettes, menaces de petits malfrats : Seong Gi-hun voit son avenir bouché. Le salut finit pourtant par venir au détour d’une station de métro : un inconnu lui propose de gagner beaucoup d’argent grâce à un jeu. Seong Gi-hun appelle un mystérieux numéro de téléphone et se voit embarquer avec 500 autres personnes dans une compétition de survie. Il dévient un simple numéro – 456 – et croise d’autres compagnons de jeu, dont un ami d’enfance, un vieil homme, une mystérieuse femme nord-coréenne et un immigré. Bientôt le petit groupe fait équipe pour survivre. 

    Les mêmes ficelles que Dix petits Nègres, puissance 10

    Malins, les créateurs de Squid Game ont imaginé un jeu de massacre impitoyable et sadique laissant le spectateur pantois et à cran, car la série nous propose qu’au bout du compte, tel Koh Lanta, "il n’en restera qu’un" (ou qu’une) !

    La critique anticapitaliste a ressurgi dans les critiques sur cette création télé pas comme les autres. Bien qu’elle peut être discutée, il n’en reste pas moins vrai que ce qui ressort de Squid Game est  l’esthétique pop : couleurs acidulées, cadrages méticuleux qui ont leur importance scénaristique, omniprésence de formes géométriques – symboles, portes, agencements des salles – ou costumes des prisonniers et de leurs gardiens. À ce sujet, une intrigue secondaire s’enclenche, à la faveur de l’irruption d’un policier à la recherche de son frère.

    L’esthétique pop est d’autant plus troublante qu’elle s’appuie sur un univers concentrationnaire et dictatorial, maquillé par des règles de jeu simples (le "un, deux, trois, soleil", un jeu de billes ou un tir à la corde cruel), des directives énoncées par une voix suave et des accessoires sadiques (des cercueils enveloppés de cadeaux d’emballage).  

    Il reste le scénario utilisant les mêmes ficelles que Dix petits Nègres (Ils étaient Dix), puissance 10 : qui survivra dans ce jeu de massacre ? Il faut aller jusqu’au bout de la série pour découvrir toute l’essence du récit. Un récit, encore une fois à interdire formellement aux enfants !

    Squid Game, série coréenne de Hwang Dong-hyeok,
    avec Lee Jung-jae, Park Hae-soo, Wi Ha-joon et Jung Ho-yeon, 2021, saison 1, 2021, Netflix

    https://www.netflix.com/fr/title/81040344

    Voir aussi : "Serments oubliés pour les héros d’Hippocrate"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Les maltraitances, nous aussi on en parle

    A l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, Bla Bla Blog a choisi de faire de nouveau un focus sur Nathalie Cougny et sur le combat qu’elle mène contre les maltraitances, via l’association Les maltraitances, moi j'en parle !

    En ce mois de novembre, trois vidéos animées ont été réalisées afin de sensibiliser les enfants et le grand public aux différentes formes de maltraitance infantile.

    "La Violence éducative ordinaire est une violence physique et/ou verbale qualifiée d’ "éducative" parce qu’elle fait partie intégrante de l’éducation. Elle est dite "ordinaire" parce qu’elle est souvent quotidienne, considérée comme "normale", rappelle l'asociation.

    28 972 agressions sexuelles ont été constatées en 2019 par les forces de l’ordre (80 % de filles et 20 % de garçons), dont 11 156 viols, soit 30 par jour. Toujours selon les chiffres de l’ONPE (Observatoire National de la Protection de l’Enfance), un enfant sur deux meurt chaque jour en France.

    Les maltraitances, moi j’en parle !, association loi 1901, nationale et reconnue d'intérêt général, a pour principale action d’intervenir dans les établissements scolaires afin de sensibiliser les enfants aux différentes formes de maltraitances, leur fournir les moyens de se protéger et de pouvoir en parler plus librement.

    Les vidéos animées s'adressent aux enfants afin de savoir ce que sont les violences pour pouvoir en parler et s'en protéger

    Trois vidéos ont été mises en ligne.

    La première est sur les violences sexuelles. D'après le dernier rapport de l'Observatoire National de la Protection de l'Enfance de septembre 2020, les violences sexuelles ont encore augmenté de plus de 14%.

    La deuxième est sur les violences physiques. Il faut savoir que le nombre d’enregistrements de violences physiques a progressé plus rapidement dans le cadre intrafamilial en 2019 (chiffres de l’ONPE).

    La troisième est sur les violences éducatives ordinaires. Un enfant sur deux est frappé avant l’âge de 2 ans et les trois quarts avant l’âge de 5 ans et 85 % des enfants subissent quotidiennement cette violence éducative ordinaire.

    Ces films ont été réalisés par Sébastien Llorach-Anton grâce à une campagne de dons. Les vidéos animées s'adressent aux enfants afin de savoir ce que sont les violences pour pouvoir en parler et s'en protéger, ainsi qu'aux adultes, parents, afin de changer les comportements.

    Sur cette cause, c’est sans doute Nathalie Cougny elle-même qui en parle le mieux. Engagée depuis plus de 12 ans pour la lutte contre les violences, Nathalie Cougny, écrivain et artiste peintre, crée l'association le 7 septembre 2020 : "Sensibiliser les enfants aux maltraitances, les informer, leur donner les moyens de réagir et d’en parler, leur dire leurs droits, est fondamental dans cette société où la maltraitance infantile ne cesse d’augmenter. Plus nous serons avec eux, pour eux, plus nous lèverons le voile des maltraitances, que chacun ne pourra plus ignorer. Notre force, c’est notre engagement commun à faire en sorte que cette violence envers des êtres fragiles et en pleine construction diminue de façon conséquente".

    Les maltraitances, moi j'en parle !, Association nationale loi 1901
    www.les-maltraitances-moijenparle.fr
    https://www.nathalie-cougny-ecrivain.fr
    https://www.onpe.gouv.fr

    Voir aussi : "La maltraitance, on en parle"
    "Mal aimés"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Rêves violents

    Après la peur, c’est d’une autre thématique sombre dont s’empare le magazine d’art contemporain White Rabbit Dream, dirigé par Nicolas Le Bault.

    Pour ce 4e numéro, l’artiste a été rejoint par des personnes – artistes et intellectuels – que nous avions déjà croisés : Dany-Robert Dufour, Frederika Abbate, Sarah Barthe, Céline Guichard, Mike Diana, Aleksandra Waliszewska, Stéphane Rengeval, Mike Diana, Helge Reumann, Daisuke Ichiba mais aussi Kazuhiro Hori.  D’autres noms apparaissent dans ce nouveau numéro : Éric Pougeau, Andrew Roberts, Shintaro Kago et Kana Miyamoto.

    Nous sommes en terrain familier donc dans ce nouvel opus de White Rabbit Dream : opus car le projet éditorial autant qu’artistique de Nicolas Le Bault se veut d’être une authentique création contemporaine, qui ne s’interdit pas pour autant d’être engagée. Il ne pouvait pas en être autrement avec une thématique forte, subversive et provocatrice : la violence. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’équipe du "Lapin blanc" n’a peur de rien, et encore moins de présenter le concept de violence "sous ses aspects ontologique, politique, métaphysique, esthétique et intime."

    On argumentera que pour un tel sujet c’est un essai sur plusieurs volumes épais qui aurait été nécessaire. Mais la démarche de Nicolas Le Bault et de ses acolytes n’est pas de faire un état complet de la violence humaine mais d'en balayer l’horizon, non sans parti-pris.

    Le parti-pris, justement, est particulièrement assumé dans les articles écrits pour le numéro. Après celui en forme d’éditorial de Stéphane Rengeval ("Zombie Fest... ou Fight Club ?"), Nicolas Le Bault choisit celui de la critique politique : "Capitalisme, violence & déréalisation." Le texte est illustré principalement par les créations trash d’Andrew Roberts dans lequel des membres dépecés sont tatoués, quand ils ne deviennent pas des supports de marques. Sous la plume de Nicolas Le Bault, également l’auteur de planches de BD tout aussi gores et qui ouvrent le numéro, la violence devient un indice pour ne pas dire un instrument au service de l’idéologie libérale. Haro donc pour lui sur les classes dirigeantes ("l’hyperclasse mondiale", "la bourgeoisie libérale"), la société de consommation, le grand capital et l’Union européenne ! Le message a le mérite d’être clair et en tout cas très actuel, alors que les braises des Gilets Jaunes et des violences policières sont encore chaudes.

    Nous sommes souvent plongés en plein rêve ou cauchemar

    Le numéro est riche de créations contemporaines fortes et capables de vous détourner le regard, à l’instar, nous l’avons dit, des détournements d’Andrew Roberts ou des peintures expressionnistes d’Aleksandra Waliszewska. Nous sommes du reste souvent plongés en plein rêve ou cauchemar. Outre les dessins en noir et blanc à la fois violents et graphiquement soignés d’Helge Reumann ou de Stéphane Rengeval, on retrouvera la patte de Nicolas Le Bault et ses représentations faussement naïves montrant corps écorchés, visages grimaçant et enfants martyrisés.

    Fausse naïveté encore avec les planches de BD de Mike Diana à l’humour noir évident ou les personnages de Sarah Barthe qui ne sont pas sans renvoyer aux œuvres d’Aurélie Dubois. Kana Miyamoto est mise à l’honneur avec plusieurs créations soignées aux couleurs pastel montrant des fillettes victimes ou auteures d’actes violents dans la sphère domestique. C’est également la famille qui est mise au rang des accusés avec les détournements d’Eric Pougeau : d’ordinaires copies scolaire, des objets du quotidien (une corde à sauter, une chemise) ou des scènes banales deviennent des cris et des accusations. On retrouvera encore avec plaisir les œuvres fortes et bouleversantes de Kazuhiro Hori, aussi noir dans ses thèmes que délicat et coloré dans ses représentations d’enfants – des écolières japonaises – victimes de violences.

    Parlons aussi des deux autres textes dans ce nouveau numéro de White Rabbit Dream. Dany-Robert Dufour choisit la philosophie et la mythologie grecque ("Le loup et l’agneau") pour trouver les sources de la violence en consacrant de larges passages aux cités grecques et aux récits de L’Orestie d’Eschyle, ce qui ne l’empêche pas de jouer les Cassandre : "Aujourd’hui… nous sommes en 1929… Encore un peu de patience avant le Jeudi Noir."

    Tout aussi sombres sont les propos de Frederika Abbate ("Viol du temps"), plus intéressée dans les luttes sociétales contre les violences, ce qui ne l’empêche pas de terminer ses propos engagés par une conclusion plus lumineuse : "La violence cathartique de l’art, de la littérature, de la musique, qui révèle, apaise et exorcise." Il fallait commencer par là.

    White Rabbit Dream, vol. 4, La violence, 2021
    https://whiterabbitprod.bigcartel.com
    http://www.nicolaslebault.com

    Voir aussi : "Visages de la peur"

    Illustrations : Nicolas Le Bault

    white rabbit dream,magazine,contemporain,violence,nicolas le bault,dany-robert dufour,frederika abbate,sarah barthe,céline guichard,mike diana,aleksandra waliszewska,stéphane rengeval,mike diana,helge reuman,daisuke ichiba,kazuhiro hori,eric pougeau,andrew roberts,shintaro kago,kana miyamoto

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !