Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humanitaire

  • La misère serait moins pénible au soleil

    Dee Dee Paradize de Roberto Garcia Saez (éd. Atramenta) est la deuxième partie du roman en deux volets se déroulant dans le milieu des ONG et de l’humanitaire international. Le premier tome, Un Éléphant dans une Chaussette, se déroulait dans les premières années des années 2000 et mettait en scène le fantasque, ambitieux et peu éthique Patrick Roméro.

    Lorsque le roman Dee Dee Paradize commence, nous sommes en 2009 et les choses se sont quelque peu calmées entre ce dernier et Paul Harrisson, le policier anglais qui avait jeté toutes ses forces pour faire tomber l’humanitaire, devenu son meilleur ennemi. Sauf que le scandale autour d’un contrat de traitements médicaux en République Démocratique du Congo n’a pas eu la déflagration qu’espérait le policier, maintenant casé au Foreign Office.

    Près de cinq ans plus tard,  Patrick Roméro s’est refait une virginité en Thaïlande où il œuvre toujours dans l’humanitaire, auprès d’une ONG, dirigée par "une grande dame", Sumalee, spécialisée dans la lutte contre le Sida. Voilà donc notre bouillant humanitaire replongeant dans une autre sombre affaire, ayant à voir avec une étude scientifique et surtout une fondation chrétienne américaine aux objectifs secrets et peu édifiants. 

    Roberto Garcia Saez poursuit son enquête dans le milieu de l’humanitaire international 

    Au même moment, un ancien informateur de Paul Harrisson en République Démocratique du Congo est retrouvé assassiné, après un rendez-vous avec un certain Dee Dee Paradize. Or, cet individu, un travesti haut en couleur, premier suspect dans cette affaire de meurtre que les autorités voudraient bien étouffer, est justement un ami, protégé – et accessoirement amant – de Patrick Roméro. Certain d’avoir une seconde carte en main pour faire tomber ce dernier, Paul Harrisson se lance dans cette affaire.

    Roberto Garcia Saez poursuit son enquête dans le milieu de l’humanitaire international même si ce second tome entre moins dans les arcanes des ONG, des parties diplomatiques et des manigances de l’ONU. La grande et bonne idée de l’auteur est de prendre le prétexte du meurtre d’un journaliste et informateur pour parler des sombres plans d’une église traditionaliste. Le héros de ce roman est là encore Patrick Roméro, toujours aussi complexe, même si l’affaire qui l’a touché des années plus tôt l’a aussi quelque peu humanisé. Voilà qui donne à Dee Dee Paradize un côté crépusculaire.

    Roberto Garcia Saez a construit un récit sur 460 pages – ce qui est finalement assez peu pour une histoire s’étalant sur 20 ans avec de multiples rebondissements et des personnages passionnants. Gageons que les aventures de Patrick Roméro auraient sans problème pu être enrichies de 250 pages supplémentaires sans perdre de leur grand intérêt. En attendant, voici une lecture passionnante pour la fin de cet été, sans oublier bien sûr le premier tome, Un Éléphant dans une Chaussette, toujours aux éditions Atramenta. Je vous en avais parlé ici.

    Roberto Garcia Saez, Dee Dee Paradize, éd. Atramenta, 2021, 230 p.
    https://www.atramenta.net/books/un-elephant-dans-une-chaussette/1054
    https://www.robertogarciasaez.com

    Voir aussi : "Les plus grands sous le plus petit chapiteau du monde"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le prix de la misère

    Un Éléphant dans une Chaussette de Roberto Garcia Saez (éd. Atramenta) est la première partie d’un roman aux multiples enjeux et se déroulant dans plusieurs parties du monde. Le second volume déjà paru se nomme Dee Dee Paradize

    Tout part d’un scandale autour du protagoniste principal, Patrick Roméro, un aventurier de l’humanitaire, à la fois globe-trotteur, homme d’affaire et véritable ponte international naviguant comme un poisson dans l’eau dans les hautes sphères du pouvoir.

    Après un début de carrière dans plusieurs ONG, Patrick Roméro obtient un poste de directeur de programme médical de l’ONU en République Démocratique du Congo, pays exsangue et frappé par une guerre aux millions de morts. Nous sommes en 2000. Le fonctionnaire doit se charger de financer et faire venir pour une population désœuvrée des tonnes de traitements contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

    La mission du fantasque humanitaire est aussi délicate qu’ambitieuse : c’est comme faire entrer un éléphant dans une chaussette, comme il le fait remarquer à son amie Carlota. Dans un souci d’efficacité (plusieurs millions de dollars sont quand même en jeu), le fringant directeur décide de prendre quelques libertés avec les "process" adoptés par l’ONU.

    Roberto Garcia Saez nous fait entrer dans les arcanes de l’humanitaire mondial et ce n’est pas joli, joli

    Paul Harrisson, Un policier anglais chargé de lutter contre la corruption, vient à s’intéresser à ce programme du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) au Congo : le scandale éclate et menace de tout balayer sur son passage. Patrick Roméro est bien entendu le premier protagoniste dans la ligne de mire de l'enquêteur.

    Avec ce roman mené tambour battant, Roberto Garcia Saez nous fait entrer dans les arcanes de l’humanitaire mondial et ce n’est pas joli, joli : omniprésence de l'argent, coups bas, fonctionnaires cyniques et ambitieux, politiciens et diplomates carriéristes. L’auteur sait de quoi il parle : il a alterné des postes de fonctionnaire à l’ONU et d'expert indépendant en Afrique, en Asie, à New York et à Genève avant de diriger aujourd'hui une société de conseils stratégiques. Voilà qui donne à ce livre un parfum de réalisme et de vérité. L'auteur excelle aussi dans le portrait de ses personnages, à commencer par celui, haut en couleur, de Patrick Roméro.

    La suite de ce roman est à découvrir dans le second volume, Dee Dee Paradize, sorti également cette année. Je vous en parlerai bientôt.   

    Roberto Garcia Saez, Un Éléphant dans une Chaussette, éd. Atramenta, 2021, 232 p.
    https://www.atramenta.net/books/un-elephant-dans-une-chaussette/1054
    https://www.robertogarciasaez.com

    Voir aussi : "Les plus grands sous le plus petit chapiteau du monde"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Pendant que certains cherchent à sortir, d'autres voudraient bien rester chez eux

    Ce mercredi 19 mai est synonyme d'un peu plus de libertés retrouvées pour les Français à travers l'assouplissement des mesures sanitaires entre ouvertures des terrasses, lieux culturels, magasins... Et un nouvel horaire de couvre-feu qui passe de 19h à 21h.  A cette occasion, la Fondation Abbé Pierre dévoile aujourd'hui avec Fred & Farid Paris une annonce presse qui prend le contre-pied de cet événement.
     
    La Fondation rappelle au public que depuis 1 an et demi, si lui attend de retourner dans la rue, certains y vivent et y dorment toujours, et ont plus que jamais besoin de leur aide. L'urgence sanitaire a fait place à une urgence sociale pour les sans-abris.
     
    L'annonce est diffusée ce mercredi, dans Libération et Le Parisien.

    Fondation Abbé Pierre
    https://www.fondation-abbe-pierre.fr
    https://fredfarid.com

    Voir aussi : "Intermarché fête Noël, rend hommage aux soignants et offre une superbe vitrine pour Terrenoire"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Le ravissement d’Adèle pour les Enfants du Vietnam

    Le théâtre de l’ASIEM (Paris 7e) et la compagnie des 7 de la Cité proposent la pièce de théâtre Le Ravissement d’Adèle de Rémi De Vos, du 28 mars au 12 avril 2019. Cette enquête policière, qui est aussi une satire sociale où l’humour est présent, est produite en faveur de l’association des Enfants du Vietnam.

    Dans un petit village de France, Adèle Bertolet, 15 ans, a disparu. Nouvelle fugue ? Kidnapping L’inspecteur Corentin Fallière est chargé de l’enquête. À travers cette histoire où l’intrigue passe très vite au second plan, Rémi De Vos dresse un portrait au vitriol des habitants du village : les commerçants, représentés par un couple de bouchers, l’institutrice et sa fille adolescente, deux ménages en crise, un pilier de bar, un jeune dans la précarité, etc… La boucherie, lieu de circulation des cancans du village, côtoie les intérieurs où se révèle l’intimité des protagonistes. Petit à petit, les accusations succèdent aux soupçons et ce petit monde pittoresque bascule dans la folie. L’enquête n’est pas facile, d‘autant plus que l‘inspecteur n’est pas épargné par cette contagion.

    Cette pièce proposée a un but humanitaire autant qu’artistique puisqu’elle est est montée en faveur des Enfants du Vietnam.

    L’association Enfants du Vietnam scolarise et apporte une aide alimentaire et médicale aux « Enfants du Vietnam » issus des familles les plus démunies. Elle leur donne une chance de grandir et d’étudier comme des enfants et d’assurer une fois adultes l’autonomie de leur famille.

    Un but humanitaire autant qu’artistique

    Depuis sa création en 1999 à aujourd’hui l’association a construit soixante écoles et scolarisé plus de deux mille enfants grâce à des programmes de parrainages individuels et collectifs. Actuellement, d’autres projets – écoles sont en cours de réalisation (voir la page Nos Programmes).

    Avec 28 € par mois, les parrains et marraines apportent le complément financier nécessaire à une famille pour assurer son minimum vital et payer les frais de scolarité. Les parents peuvent ainsi laisser leurs enfants aller à l’école au lieu de leur demander de travailler dans les champs, dans les rues ou dans les usines. Les enfants mangent à leur faim, vont à l’école et apprennent un métier.

    Ce sont les dons et les profits réalisés lors des ventes et diverses manifestations caritatives qui permettent de construire les écoles. La bonne marche de l’association est assurée par un C.A. de 15 personnes et des membres actifs, tous bénévoles.

    Assister à une pièce de théâtre et faire une bonne action : une soirée idéale. Alors, réservez votre place !*

    Le Ravissement d’Adèle de Rémi De Vos, au Théâtre de l’ASIEM
    Avec la Compagnie des 7 de la Cité
    Mise en scène d'Alexis Rocamora, assisté de Jean-Nicolas Gaitte
    Avec : Thonin Kaas, Nicolas Besnard, Caroline Bourguignat,
    Sophie le Mouellic, Nicolas Sauvaige,
    Thomas Roquet Montegon,
    Sylviane Faust, Fabien Guigonnet, Antoine Landon, Frank Roiena,
    Alyette Mathelin Moreaux, Orane de Chauveron, Louise Loeb,
    Elisabeth David, Pierre-Olivier Cointe et Hortense Calenge

    Au Théâtre de l’ASIEM, du 28 mars au 12 avril 2019, représentation à 20H30
    6 rue Albert de Lapparent, Paris 7ème
    Métro : Station Ségur (Ligne 10)
    http://asiem.fr
    http://les7delacite.com
    http://www.enfantsduvietnam.org

    * Important : Si vous réservez par le site, bien préciser sur le menu déroulant
    que vous venez de la part de Thomas Roquet Montegon

    Voir aussi : "Brigitte Bellac, toujours debout"

    théâtre,enfants du vienam,le ravissement d’adèle, théâtre de l’asiem,compagnie des 7 de la cité,humanitaire

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !