Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

seconde guerre mondiale

  • Parisiennes et Parisiens dans l'exode

    Le jeune Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin, propose jusqu'à la fin de l'année sa première exposition temporaire consacrée à l'exode des Parisiens, lors de la Guerre Eclair de juin 1940. Un événement tragique dont nous fêtons cette année le 80e anniversaire. En déclenchant sa conquête européenne, l'armée allemande pousse sur les routes 6 millions d'hommes, de femmes, d'enfants et de vieillards sur les routes. Il y a des Belges, des Luxembourgeois et des Français. Parmi ceux-ci, 2 millions de Parisiennes et Parisiens se déplacent en masse vers le sud ou l'ouest de la France. Un nom biblique est donné à cet événement : l'Exode.

    Sylvie Zaidman, directrice du musée et co-commissaire de l’exposition, nous éclaire au sujet de cette période : "Ces quelques jours de bouleversement, parfois de panique lorsque surviennent des mitraillages par des avions allemands, prennent fin peu à peu après l’annonce par le maréchal Pétain de la demande d’armistice. Il faut alors composer avec une nouvelle réalité, celle de l’Occupation. Le traumatisme de l’exode est donc lié à celui de la défaite française. Nous parlons là d’une histoire d’humiliation nationale, car la fuite militaire et civile devant l’ennemi n’est pas un souvenir glorieux. Si l’exode se révèle peut-être un moment de solidarité pour certains, pour d’autres c’est un temps dramatique de perte de repères, de disparition de proches, de confusion."

    Un vrai traumatisme

    Entre le 3 et le 14 juin 1940, la panique gagne rapidement les Parisiens dont les trois quarts décident de s’éloigner au plus vite de la capitale. Les photographies et les témoignages montrent les routes encombrées de voitures, de vélos, de brouettes où sont entassées quelques affaires rassemblées à la hâte. La panique se répand dans la population, depuis les notables jusqu’aux commerçants, laissant une ville presque désertée.

    Le 14 juin 1940, les Allemands entrent dans Paris. Le 17, le nouveau chef du gouvernement, le maréchal Pétain, annonce qu’il va demander l’armistice. Cette déclaration laisse entrevoir la fin de la guerre et rassure de  nombreux Français. Cependant en quelques semaines, les structures politiques et sociales de la France ont volé en éclat.

    L'objet de cette expo est d'expliquer, mettre en perspective et montrer l'importance considérable de cet événement. L’accent est mis ici sur une expérience collective faite de millions d’histoires individuelles, mêlant les Parisiens aux autres Français, aux Belges ou aux Luxembourgeois. En s’appuyant sur des films d’époque, des témoignages, des dessins - d’enfants notamment - et des archives, les commissaires ont choisi de plonger le visiteur dans cette période singulière de l’histoire. Il découvre peu à peu le sentiment d’urgence qui saisit les Parisiens et leur départ en catastrophe pour se retrouver dans la masse de réfugiés qui déferle sur les routes. L’exposition apporte un éclairage sur le sort des réfugiés et la fragilité des institutions. Un vrai traumatisme.

    "Ce qui subsiste massivement de ce moment, en revanche, c’est une mémoire extraordinaire. À l’histoire collective des Parisiens et des Français, partagée par les Belges et les Hollandais, s’ajoutent en effet de multiples histoires intimes", ajoute encore Sylvie Zaidman.

    Il ne reste plus que quelques semaines avant de découvrir cette exposition temporaire mémorable à plus d'un titre.

    Exposition "1940 : des Parisiens dans l’exode"
    Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin
    Jusqu'au 13 décembre 2020
    4, avenue du Colonel Rol Tanguy
    Place Denfert Rochereau
    75014 Paris
    https://www.museeliberation-leclerc-moulin.paris.fr

    Voir aussi : "Au 21 rue la Boétie"

    Fuite, mai-juin 1940 © LAPI, Roget Viollet

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • La radio explore le temps

    L’histoire, on le sait, ne se limite pas aux récits de batailles de guerres, aux listes de rois ou aux dates apprises à l’école. Ce sont aussi des récits d’anonymes plongés dans des événements exceptionnels. Ces expériences de militaires, de civils, de gens normaux ou de témoins rares sont des matières à la fois intimes et inestimables que les historiens, depuis longtemps, appréhendent et étudient avec le plus grand intérêt.

    MemorEars, proposé par Madame Black Bow Productions, propose une série de podcasts autour de documents historiques, qui sont autant d’expériences sonores inédites.

    Les deux premières saisons sont consacrées à la débâcle de 1940 et à la Résistance, à travers les témoignages de deux Français ordinaires au destin incroyable. "Il est difficile d'imaginer ce que nos parents, nos grands-parents, nos anciens ont pu vivre pendant la guerre. Nous avons voulu faire revivre ces mémoires pour valoriser leur histoire et surtout ce qu’ils avaient décidé de nous transmettre," expliquent Céline Spillemaecker et Chloé Ancelin, les fondatrices de Madame Black Bow Productions, au sujet de MemorEars.

    Des histoires personnelles "sorties de leur tiroir"

    Créé il y a quelques mois par Céline Spillemaecker et Chloé Ancelin, Madame Black Bow Productions est un bureau de création et de production de podcasts, mais aussi de contenus pour les professionnels. Madame Black Bow Productions a sorti La Cocotte Minute, des chroniques courtes, drôles et décalées et MemorEars, donc, qui nous plonge au cœur de la seconde guerre mondiale.

    À l’heure où le podcast a le vent en poupe, ces feuilletons documentaires, dont chaque saison est découpée en deux, trois ou quatre épisodes, explorent le temps à travers des histoires personnelles "sorties de leur tiroir" et enregistrées par des comédiens" pour "leur donner une seconde vie," sous le concept : "Une saison, un personnage, un récit."

    L’authenticité est là, jusque dans le vocabulaire, mais avec aussi le souffle épique que n’ont pas forcément les interview pris sur le vif. Même l’Appel du 18 juin 1940, prononcé par le Général de Gaulle, est retranscrit dans le premier épisode de la deuxième saison consacrée à la Résistance française. Nous avons été très attachées à l’adaptation du contenu, au choix du vocabulaire, des comédiens et à la création de l’univers sonore. Nous souhaitions sortir des interviews ou des témoignages et rendre ces histoires accessibles à tous. Nous voulions un podcast immersif et impactant afin de transporter les auditeurs dans une époque hors du commun," décrivent les responsables de MemoEars qui assument complètement ce choix.

    Les passionnés d’histoire pourront faire de ces podcasts des compagnons de voyage idéal, et faire aussi connaissance, par procuration, avec des témoins presque ordinaires qui reprennent vie et sont enfin mis sur le devant de la scène.

    MemorEars, Madame Black Bow Productions
    Saison 1, Au cœur de la bataille de Stonne, raconté par Patrick Chanfray
    Saison 2, La Résistance à Mareuil-sur-Ay, raconté par Matthieu Burnel
    www.madamebb-prod.com

    Voir aussi : "Histoires sensibles"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !