Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fantastique

  • La mariée et l’orphelin

    Pin it!

    Faire le rapprochement entre ces deux films d’horreur que sont Wedding Nightmare et Brightburn : L'Enfant du mal, sortis à la même époque dans les salles obscures, n’a rien d’aberrant.

    Ces deux petits films américains, misant sur la peur, ont au moins un point commun : s’attaquer à leur manière aux valeurs traditionnelles que sont la famille et le mariage. Autre point commun : le budget modeste et un casting sans grande star - si l’on excepte Andy McDowell pour Wedding Nightmare.

    Brightburn : L'Enfant du mal conte l’histoire d’un enfant démoniaque, Brandon, adopté par Tori et Kyle Breyer, un couple en mal d’enfant. Leur bénédiction viendra des étoiles, puisqu’à la faveur de l’écrasement d’un vaisseau extraterrestre, nos deux amoureux recueillent un bébé – en réalité un alien anthropomorphe – qui va devenir leur seul et unique rejeton. Quelques années plus tard, devenu pré-adolescent, le garçon s’aperçoit qu’il a des dons de super-héros, mais qu’il va mettre au service de causes malfaisantes. Et c’est bientôt ces vrais-faux géniteurs qui vont en faire les frais . Le pitch de ce film diablement méchant, et dépourvu de toute espèce de rédemption, est une relecture un brin angoissante d’une naissance divine : enfant né des étoiles, père et mère inconnus, pouvoirs extraordinaires, visions d'ascension, place centrale donnée à une grange… On aura vite deviné que le scénario reprend à son compte des symboles christiques, pour renverser totalement le message et faire du petit bonhomme un être inquiétant, bien décidé à semer le chaos dans le monde.

    Intrigues subversives

    Diabolique, Wedding Nightmare l’est tout autant. Dans la famille des Le Domas, une tradition oblige chaque jeune marié.e à se prêter à un jeu. Lorsque Grace, follement amoureuse du fils Alex, tire la carte qui va décider de l’épreuve, c’est une partie de cache-cache qui lui est proposée. Le hasard fait mal les choses, car la mariée a l’obligation de ne pas être retrouvée, et ce jusqu’à l'aube - sinon, c’est la mort assurée. Une course folle commence dans les couloirs de l’inquiétant château. La jeune mariée espère cependant compter sur le secours de son jeune époux.

    Amateurs de jeux de massacres à l’arme blanche, Weddingt Nightmare est pour vous. On trouve un plaisir presque sadique à suivre la chasse à l’homme - à la femme en l’occurrence - et à voir les protagonistes tomber les uns après les autres, de la manière la plus gore possible, et ce jusqu’à la grande boucherie finale.

    Mais ne nous y trompons pas : comme pour Brightburn : L'Enfant du mal, la cible visée n’est pas cette innocente mariée ou ces parents trop aimants mais bien le mariage et la famille. Ce qui n’empêche pas les scénaristes de transformer les proies en chasseurs, lorsque par exemple Grace se transforme littéralement en Carrie vengeresse ou lorsque le père de Brandon choisit de prendre l’arme contre son propre fils. À ce moment, les intrigues devient carrément subversives. Subversion trouvant d’ailleurs son illustration sonore dans Brightburn : L'Enfant du malavec la bande-son d’une certaine Billie Eilish, qui propose son titre qui l’a fait connaître et qui convient à merveille pour ce film : "I'm that bad type / Make your mama sad type / Make your girlfriend mad tight / Might seduce your dad type /I'm the bad guy" (Bad Guy).

    Ces deux petits films d’horreur sont à voir en ce moment sur Canal+ .

    Brightburn : L'Enfant du mal, film d’horreur américain de David Yarovesky, avec Elizabeth Banks, David Denman, Jackson A. Dunn, Matt L. Jones et Meredith Hagner, 91 mn, 2019
    sur Canal+

    https://www.canalplus.com/cinema/brightburn-l-enfant-du-mal
    Wedding Nightmare (Ready Or Not), film d’horreur américain de Matt Bettinelli-Olpin
    Tyler Gillett, avec Samara Weaving, Adam Brody, Mark O'Brien, Henry Czerny, Andie MacDowell, Nicky Guadagni, Melanie Scrofano, Elyse Levesque et Kristian Bruun, 95 mn, 2019, sur Canal+
    https://www.canalplus.com/cinema/wedding-nightmare

    Voir aussi : "Quand je pense à la vieille Anglaise"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Stella Tanagra : "J’accorde toute la légitimé aux monstres"

    Pin it!

    Dans le cadre de la sortie de son dernier livre La Peau du Monstre, Stella Tanagra a bien voulu nous accorder une interview. Rencontre avec une artiste qui a bien failli être politiquement correcte. On l’a échappé belle...

    Bla Bla Blog - Bonjour Stella. En cette période de confinement, peux-tu nous dire comment se passent tes journées ?
    Stella Tanagra - Pendant un quart de secondes, je me suis demandée s’il fallait que je sois politiquement correcte et puis… : le naturel est revenu au galop ! Alors, pour être on ne peut plus franche, le confinement est pour moi, un enchantement. Lorsque l’on est écrivain, de surcroît sauvage sur les bords et proche de ses animaux, il tient forcément du ravissement que d’être chez soi.

    BBB - J’imagine qu’en ce moment l’écriture prend une place particulièrement importante, peut-être avec de nouveaux projets ?
    ST - Autant te dire que mes idées vagabondent. Mon esprit musarde d’un projet à l’autre. L’isolement lié au confinement m’est très prolifique tant en lecture, qu’en écriture. Mes pensées foisonnent librement sans être contraintes par le temps. De cet enfermement qui pourrait de prime abord paraître mortifère, se conçoivent de nombreuses réflexions constructives. La création naît du chaos, n’est-ce pas ? Je m’attelle par exemple à peaufiner un manuscrit tout en écrivant des chroniques de livres…

    BBB - Tu viens de sortir un nouveau livre, La Peau du Monstre, qui surprendra certainement tes plus fidèles lectrices et tes lecteurs : Il s’agit d’un recueil de nouvelles, mais pas des nouvelles érotiques. Peux-tu nous le présenter en quelques mots ?
    ST - Ce recueil est une autopsie du monstre caché au fond de nos entrailles, du Monsieur "tout le monde" ordinaire au sociopathe extraordinaire ! En dix nouvelles et deux bonus, il dépeint ses différentes facettes dont cette ambivalence qui me tient tant à cœur, pouvant se décliner en des citations telles que : "Se méfier de l’eau qui dort", "L’habit ne fait pas le moine", "Le diable est dans les détails" ou encore : "Donner le bon Dieu sans confession". Quant à la sensualité, elle est toujours présente mais en filigrane, laissant le devant de la scène à de plus vils desseins !

    BBB - Dans ces nouvelles, les monstres dont il s’agit sont des monstres en quelque sorte "ordinaires." La plupart ont d’ailleurs des circonstances atténuantes. Pour lequel de ces monstres en accordes-tu le plus ?
    ST - Pour répondre de manière empirique sans donner d’indice sur mes histoires afin d’en conserver l’intrigue, je dirais que j’accorde toute la légitimé aux monstres qui sont nommés comme tel uniquement par opposition avec les standards attendus par la société. Toutes les personnes marginales que ce soit en raison de leur physique, handicap, situation sociale, idéaux ou tout simplement avant-gardisme peuvent être considérés comme des monstres à une époque puis, dans le meilleur des cas, comme des précurseurs, plus tard… Tout est donc fort relatif finalement. Se contenter de coller aux normes sociales seraient si réducteur. Entre le mouton et la brebis galeuse, l’on s’est bien, peut-être secrètement certes, qui est le plus attirant et séduisant des deux. Alors sortons des rangs de ces troupeaux de carcans !

    BBB - Parmi ces monstres, il y a des enfants. Beaucoup d’enfants. J’ai calculé que sur les 10 nouvelles du recueil (j’ai volontairement enlevé les deux derniers textes qui sont à part), il y a quatre enfants. L’enfance et l’adolescence est un thème qui t’intéresse visiblement. Pourrais-tu en faire le sujet d’un projet livre ?
    ST - Les personnages torturés qui présentent en eux, de forts antagonismes, me passionnent. L’innocence de l’enfance oscille entre une fragile vulnérabilité et l’expression libre des pulsions. L’adolescence quant à elle, est une métamorphose dans laquelle nous allons questionner notre identité en passant par toutes les possibilités du spectre (in)humain pour y positionner notre propre curseur.
    Ses ambivalences et transformations viennent interroger les instincts, la bestialité, les libertés en balance avec l’intellect, le civisme, les règles. Passionnée par les interactions humaines, je pense que je viendrai toujours les questionner dans mes livres que ce soit sous le prisme de l’enfance, l’érotisme, la monstruosité…

    BBB - Tu écris en présentation de ton recueil que "le monstre personnalise le repère par rapport auquel la normalité [et] se construit en opposition." N’est-ce pas dédouaner un peu trop vite cette monstruosité ? Car si l’anormalité peut cacher la détresse, par exemple dans les nouvelles Ventrue ou Un plat qui se mange froid ?, la monstruosité peut aussi être synonyme de crime. Je pense à Corps à corne. Le monstre serait-il donc mon semblable ou bien ce qui m’est étranger ?
    ST - Je t’avoue avoir une certaine aversion envers la normalité car, lorsque nous ne nous y conformons pas, nous subissons un rejet qui peut nous cantonner au rang de monstre au sens péjoratif du terme. Voilà l’image symbolique que j’entends en ces mots. L’être humain utilise des cases pour ranger les gens dont une partie est tenue à l’écart en raison de ses anormalités/différences. Certains préféreront les gommer, d’autres les assumeront et d’autres encore n’auront pas d’autre choix que de les subir tant leurs spécificités sont visibles. Mais, cette forme de monstruosité, que nous acceptons de la faire nôtre ou bien que nous préférions ignorer, subsiste. Le monstre est partout aussi bien semblable qu’étranger.

    "Je t’avoue avoir une certaine aversion envers la normalité"

    BBB - En conclusion de ton recueil, tu te présentes brièvement et tu écris être "étrangère aux convenances sociales [et] montrée du doigt comme un monstre sauvage loin de se conformer." Stella Tanagra serait-elle donc un monstre ? Voilà qui est une étrange confession !
    ST - Effectivement et ce, en bien des points et au moins un secret que je ne révélerai pas de sitôt… Mais qui sait, peut-être qu’un jour je ferai mon coming-out de monstresse à l’occasion d’une interview pour Le Bla Bla Blog ?!?!

    BBB - Les lectrices et les lecteurs qui te connaissent savent que l’érotisme est central dans ton œuvre. Ce n’est pas le cas ici, mise à part la nouvelle Déboutonnez-moi, et certains passages du livre. Considères-tu ton dernier livre comme à part dans ta production ou bien faut-il s’attendre à d’autres ouvrages où l’érotisme sera moins présent ?
    ST - Adolescente, ce n’est pas tant l’érotisme mais la poésie qui m’a donné le goût des mots et ainsi ai-je commencé à écrire. Ensuite, j’ai rédigé nombre de mes pensées sous forme de courts textes à chutes. Plus tard est venu l’érotisme qui m’a permis de me réaliser en qualité d’auteur. A mon sens, l’on est écrivain avant d’être spécialisé dans un domaine ou un autre. Je pourrai très bien produire un essai tout comme un recueil de poèmes, une autobiographie ou un roman érotique, fantastique et sais-je où encore pourrait me mener la passion des mots...

    BBB - Le recueil se termine par deux "bonus", deux courts textes, deux éloges : un à Battlestar Galactica et l’autre à Dagobah [la planète de Maître Yoda dans Star Wars]. Tu es donc fan de SF, et de Star Wars en particulier ?
    ST - J’aime quand la science-fiction et le fantastique se mêlent à l’étrange en mettant en scène des créatures aussi monstrueuses que fabuleuses. On peut citer bien évidemment des films connus comme Alien, Le 5ème élément ou Split, mais aussi des films complètement hors norme comme Teeth, Okja, Border ou Morse. Quant à Battlestar Galactica et Star Wars, ce sont des œuvres qui ont grandement contribué à inspirer et enrichir l’univers de la Science-Fiction. C’est pourquoi ce fut un délice d’en tirer quelques références en guise d’hommage, dans mon livre.

    BBB - Pour finir, tu as des perspectives d’ici cet été ou la fin 2020 ? D’autres publications ? Ou des projets qui te tiennent à cœur ?
    ST - Je travaille depuis quelques temps sur un projet littéraire sans aucun rapport avec tout ce que j’ai réalisé jusqu’à présent. Mon souhait, dès lors, est de ne pas aller plus vite que la musique en laissant cet écrit cheminer à son rythme et voir ainsi où il me mènera. Je constate en répondant que tous ces mots sonnent assez mystérieusement mais peut-être que cela fera du résultat, une véritable "surprise". Ainsi bouclerai-je à nouveau la boucle en apparaissant à un endroit où sans aucun doute, ô grand jamais l’on ne m’attendra !

    Merci, Stella.

    Stella Tanagra, La Peau du Monstre, IS Édition, 2020, 120 p.
    http://stellatanagra.com
    @StellaTanagra

    Voir aussi : "Tous des monstres"

    stella tanagra,nouvelles,fantastique,monstre,créature,interview,érotisme

    Photos : Omega McKay

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Tous des monstres

    Pin it!

    On n’attendait sans doute pas Stella Tanagra dans ce registre. Celle qui s’est illustrée dans celui de l’érotisme – Sexe cité (IS Édition), Sexe primé (éd. Tabou), Les dessous de l'innocence (éd. Tabou) – publie en ce moment un recueil à la facture plus classique, La Peau du Monstre (IS Édition) sur le thème, justement, des monstres.

    Voilà un sujet que l’auteure, qui assume être "étrangère aux convenances sociales [et] montrée du doigt comme un monstre sauvage", présente avec une belle pertinence : "Si l’on oublie le champ stricto sensu péjoratif, "étymologiquement, « monstre » provient du verbe latin « monstrare » signifiant (...) « montrer ». Si le monstre donne quelque chose à voir, c'est bien parce qu'il diffère des normes de telle sorte qu'il intrigue et surprend, suscitant des sentiments passant allègrement de la hantise au culte." Le monstre est donc notre semblable, pour ne pas dire nous-mêmes. Mais ce "nous-même" caché peut ressurgir à la lumière du jour, s’exhiber et éveiller des pulsions et des transgressions qui nous rendent finalement si humains, trop humains.

    Les dix nouvelles de La Peau du Monstre – auxquels s’ajoutent deux récits en bonus – sont autant de plongées dans des vies à la fois ordinaires et monstrueuses, qui viennent aussi en "écho aux propres enjeux de nos vies." Car ces monstres, qu’ils soient hommes (Corps à corne), femmes (Ventrue, Sacré Fils), enfants (Un plat qui se mange froid ?) ou même bébé (Naïve Orgie), nous paraissent singulièrement proches. 

    Sous forme d’un fait divers, L'Âme de Rasoir conte l’histoire d’une série d’agressions au rasoir dans un village du Morvan. Dans cette bourgade tranquille, les méfaits d’un "serial tatoueur" qui taillade plusieurs de ses habitants va devenir un sujet de terreur autant que de fascination morbide.

    Autre fait divers imaginaire et monstrueux : celui d’un encierro, un lâcher de taureaux lors d’une fête votive. Martial et Abel s’engagent dans un combat de coq mortel pour les beaux yeux d’Hermine, la femme qu’ils convoitent tous les deux (Corps à corne).

    Des enfants, dont l’innocence présupposée est lardée de sérieux coups de canif

    La Peau du Monstre regorge de personnages d’enfants, dont l’innocence présupposée est lardée de sérieux coups de canif. Il y a Valentin, neuf ans, capable d’un acte implacable contre sa mère tortionnaire (Un plat qui se mange froid ?). Le texte intitulé Barathre, terme désignant un gouffre dans l’Athènes antique où étaient jetés les condamnés à mort, est le récit d’une jeune cleptomane de 13 ans. Stella Tanagra sait se montrer particulièrement féroce dans Déboutonnez-moi ! Ce récit d’une fillette, Anna, est celui d’une obsession se cachant dans une autre, récit que l’auteure résume ainsi : "Treize monstres, trois années de supplices et une victime mystérieuse."

    Stella Tanagra sait prendre son lecteur à rebrousse-poil avec des texte d’autant plus désarçonnants qu’ils sont parfaitement maîtrisés, et d’une écriture tout en arabesques : on pense à Ma Muse, qui est le récit d’une obsession que le lecteur découvrira dans les dernières lignes et à La Malvenue, la nouvelle la plus longue du recueil. Pour ce texte, qu’Edgar Allan Poe n’aurait pas renié, une jeune femme, "fustigée telle une sorcière" par les habitants de son village, se trouve happée par une demeure majestueuse mais abandonnée. Elle décide de la visiter, des catacombes au grenier. L’auteure prend son temps pour cette déambulation inquiétante, s’arrêtant sur chaque détail : un vitrail, une statue ou même une hache abandonnée. Le lecteur apprendra peu de chose de cette demeure aux "indicibles secrets." Mais c’est la visiteuse et narratrice qui intéresse Stella Tanagra, particulièrement douée dans cette digression très fin de siècle, avec un style classique et d’airain qui ne laissera pas indifférent : "J'étais oppressée par un sentiment d'incarcération tandis que les boiseries murales bandaient les parois basses du mur comme une sorte de squame brunâtre incrustée sur la peau de ce boyau."

    La Peau du Monstre se clôt avec deux textes à part, deux hommages à la science-fiction. Le premier, Éloge à l’abominable Dagobah, donne vie à une créature secondaire de la saga Star Wars ("Dagobah est aussi lent que son nom est long à prononcer. Gigantesque mammifère mi-amphibie avec ses pattes palmées, mi-terrestre avec son squelette démesuré, sa lourde morphologie se déplace à la vitesse de la tortue"), une sorte de yak vivant sur la planète de Maître Yoda. Le second bonus est un hommage au space opera Battlestar Galactica, à travers un autre de ces monstres (Éloge au bionique Gallactica), bien loin de ces monstres ordinaires qui se nomment Valentin, Anna, Crème ou Martial.

    Stella Tanagra, La Peau du Monstre, IS Édition, 2020, 120 p.
    http://stellatanagra.com

    Voir aussi : "L’ennui avec les princesses"

    stella tanagra,nouvelles,fantastique,star wars,dagobah,maître yoda,battlestar galactica,monstre,créature

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Dans la zone

    Pin it!

    Depuis plusieurs mois, on l’attendait. – Quoi ?– Le retour de Twilight Zone. La Quatrième Dimension a fait les beau jours de la télévision depuis 1959 et a marqué des générations de spectateurs. Rod Steiger, créateur et narrateur concis et froid, présentait des épisodes tour à tour fantastiques, incroyables, facétieux et troublants, parvenant à chaque fois – ou presque – à dérouter des spectateurs scotchés devant ces petits bijoux, ne dépassant souvent pas les 25 minutes. La série américaine s’offrit même le luxe de s’offrir quelques stars : Buster Keaton, Lee Marvin, Mickey Rooney, Robert Redford, Dennis Hopper, Leonard Nimoy, Charles Bronson, Agnes Moorehead, Patrick Macnee, Martin Landau, Roddy McDowall ou Peter Falk.

    Il y a eu dans les années 80 une nouvelle version, cette fois en couleur et avec une voix off venue d’outre-tombe. Avouons-le : la magie n’opérait plus. Une Treizième Dimension, diffusée au début des années 2000, plus discrète encore, ne marqua pas plus les esprits, malgré la présence de Forest Whitaker en narrateur. La version en noir et blanc de Rod Steiger continuait à être la référence considérée comme indépassable. Cette année, nous apprenions que Twilight Zone revenait, avec cette fois Jordan Peele (Get Out, Us, la série Fargo) dans le rôle du narrateur, apparaissant au début et à la fin de chaque épisode. Quelles surprises allaient nous proposer ce nouveau Twilight Zone ? 

    Pour cette saison proposée par CBS, 10 épisodes sont proposés, avec le même ADN : des scénarios alambiqués, une intrigue se terminant par une chute spectaculaire ou étonnante et des personnages perdus dans une réalité qui perd soudain pied, sans oublier la bande originale reprise pour les génériques de début et de fin et le célébrissime thème de Jerry Goldsmith.

    Sans oublier le célébrissime thème de Jerry Goldsmith

    La première saison de la série propose dix histoires mystérieuses et parfois terrifiantes de gens ordinaires perdus dans une autre dimension, faite tour à tour de rêves, de cauchemars ou de folies. Un humoriste sans talent se voit proposer un talent soudain et irrésistible mais à un prix très élevé. Un passager apprend en détail par un podcast que l’avion où il est embarqué va s’écraser. Une femme noire va essayer de déjouer un destin cruel grâce à un caméscope aux étranges pouvoirs. En Alaska, une policière se trouve nez à nez avec un voyageur pendant la nuit de Noël. Un conseiller un communication suit un jeune garçon, persuadé qu’il peut devenir le futur Président. Quatre astronautes sont en toute vers Mars sans doute au plus mauvais moment. Une jeune femme est témoin d’une pluie de météorites aux conséquences incroyables… Voilà quelques épisodes proposés, pouvant séduire ou non, avec des mention spéciales pour Cauchemar à 30 000 pieds pour son ton grinçant, au formidable Replay, interprété de main de maître par Sanaa Lathan et à Pas tous les hommes, efficace, engagé et lorgnant avantageusement du côté de Stephen King.

    Le racisme, le populisme, le féminisme, les menaces qui pèsent sur la planète, la bioéthique ou la soif de célébrité : finalement c’est de notre monde et de nous que parlent ces épisodes fantastiques, tout comme la guerre froide, l’apocalypse nucléaire ou les OVNIS (qui ne sont cependant pas absents de la version de Jordan Pelle) étaient des thèmes abordés dans les épisodes des années 60.

    Ces dix voyages entre rêves et cauchemars, malgré quelques ratés (Six degrés de liberté) sont à découvrir en ce moment. Bienvenue dans la quatrième dimension. Forcément mémorable.

    The Twilight Zone, série de science-fiction et fantastique de Jordan Peele
    saison 1, 2019, sur Canal+

    Voir aussi : "Fallait-il une nouvelle adaptation du Nom de la Rose ?"

    Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Mais que lit donc un geek ?

    Pin it!

    Les geeks souriront au nom "404 Factory" : le célèbre code d'erreur informatique "404" a été choisi pour désigner la "plate-forme d'écriture et de lecture créée par des geeks pour des geeks."

    La publication en ligne, déjà bien installée depuis quelques années, est sans doute en passe de prendre un nouveau visage avec l’émergence d’éditeurs numériques et Internet spécialisés. Malin, 404 Factory a choisi de s’attaquer à une niche a priori réceptive : celui des férus et spécialistes en informatique, "no life", nomades numériques, nerds et autres geeks. Créé il y a tout juste un an, 404 Factory revendique d'emblée son positionnement dans la pop-culture, celle de Minecraft ou de la Youtubeuse Andy et son roman en ligne Princesse 2.0.

    Mais que lit au fait un geek ? Et que pourrait-il écrire ? Pour avoir une réponse, le bloggeur a entrepris un tour sur 404 Factory et vous invite à l’imiter pour découvrir d'étonnantes stories, en sachant que cette plate-forme est gratuite.

    Les textes mis à disposition – et dont beaucoup sont à l'état d'ébauche – sont classés en 10 rubriques (ou "univers") : "Fantasy", "Sci-fi", "Objet Littéraire Non Identifié", "Fan Fiction", "In Real Life", "Gaming", Apocalypse", "Super Héros", "Steampunk" et "LOL".

    C'est la fantasy qui constitue le vivier le plus important du catalogue littéraire. Les geeks – et les autres – pourront y trouver des personnages familiers de l'héroïc-fantasy (citons Blanche Diamand et le Secret des Gardiens de Laura Said ou L'Entre-Monde d'Eydal) comme des incursions dans des univers dans la dark fantasy (Bran : Les Gardiens de Londres de Bastien Puech-Cessens) ou des contes d'ailleurs (Six Histoires pas très sages de Nurming).

    La science-fiction est l'autre domaine richement fourni chez 404 Factory : anticipation, voyages spatiaux-temporels, mondes d'ailleurs et créatures extra-terrestres inspirent le monde des geeks, même si nombre de textes restent à l'état d'ébauches comme Aurores d'Antoine Tyson le Maistre. D'autres projets sont plus évolués comme L42 d'EternalBoredorm, voire terminées comme Planète Ourrah d'Eva Colombe.

    404 Factory est une auberge espagnole dont la diversité n'est pas la moindre de ses qualités : à côté des textes plus ou travaillés, plus ou moins maladroits ou de projets arrivés presque à maturité, surgissent de simples pitchs à la faisabilité douteuse, que ce soit un préquel de Star Wars ou un début de spin-off d'Harry Potter mettant en scène le couple Drago Malefoy et Hermione Granger (Un amour haineux d'Elisa Mamet Roussel). Les histoires inspirées d’œuvres existantes font d'ailleurs l'objet d'une rubrique à part entière (Fan Fiction) où se pressent tour à tour le petit sorcier de JK Rowlings, l'Alice de Lewis Carroll, Sherlock Holmes ou les Pokémons !

    Le Objets Littéraires Non Identifiés renferment de petits trésors d'imagination, dont les couvertures ou simples titres font saliver : Je me suis perdu sur Internet de Joseph Bonte, L'envol d'une Cui-Cuillère de Léonardi di Carpaccio (sic), Favolascuro – Vies indépendantes d'Amanda_as ou Comment j'ai épousé mon commandant d'Unité de Sébastien Carré.

    Real Life présente "des stories ancrées dans le réel" : new romance (Amoureuse d'un Bad Boy d'Anastasija), suicide, prostitution ou addiction sont proposés à la "mode geek", avec ce je ne sais quoi d'impertinence mais aussi d'humour, tel le Journal d'une Patate de TheCutestPotato.

    Les univers du gaming et des super-héros s'offrent des places de choix chez 404 Factory. Le geek adore jouer jusqu'à pas d'heures ; le geek adore les personnages de Marvell ou de DC Comics ; le geek dévore les mangas : il se trouvera en terrain familier sur cet espace s'inspirant des jeux de rôles, des livres-jeux, des jeux vidéos ou des figures classiques du super-héros : Les Cauchemars se Peignent haut en Couleurs de Mélodie Wolfheart ou A Marvelous Carnage de Benjamin Beziat pour les deux ouvrages.

    Les sections Apocalypse et Steampunk sont les plus sombres de 404 Factory, que ce soit Apocalypse Doll de June DPZ, Z – Premiers Morts de Sebastien Carré (avec, pour figure à la mode, le traditionnel zombie) ou Chaos³ de MiKL BD. À noter la présence parmi les textes publiées d'une pièce de théâtre, L'Ombrelle de Mme Arriem de Luma.

    La dernière section, symptomatiquement appelée "Lol", rassemble quelques stories – ou plutôt projets de stories – inclassables : textes poétiques, loufoques, absurdes, dialogues décousus et expérimentations pour geek littérateur. Mais il est vrai que 404 Factory dans son ensemble reste un vaste champ d'expérimentations et de works in progress.

    www.404-factory.fr

  • Une chose venue d’un autre temps

    Pin it!

    Stranger Things est cet objet télévisuel comme venu d’une autre époque, ou plus précisément d’une autre décennie tant cette série à succès produite par Netflix utilise à plein la nostalgie des années 80.

    Les auteurs ont soigné les détails pour une immersion totale et régressive. Rien ne manque : la musique (Toto, The Clash et une bande son dégoulinante de synthétiseurs), les références cinématographiques et littéraires (Spielberg, King), sans oublier ces détails du quotidien, voitures, vêtements, téléphones (à fil), talkies-walkies et autres radio-cassettes...

    Maintenant, l’histoire. Un enfant disparaît. Il se nomme Will, a dix ans, et est recherché conjointement par sa mère, par un shérif blasé mais opiniâtre et par trois amis de Will, des gamins futés biberonnés à la science-fiction, à Star Wars, aux jeux de rôle et aux super-héros.

    Le spectateur croisera au passage quelques figures classiques : un couple d’adolescents stéréotypé accompagné de la bonne copine qui regrettera longtemps d'avoir tenu la chandelle, un savant fou (Matthew Modine) et des policiers dépassés par la situation. Le tout est sur fond de disparitions, de phénomènes surnaturels, de créatures étranges et d’expériences secrètes.

    Les références de Stranger Things sont multiples : Spielberg, bien entendu (ET, Poltergeist, Rencontres du Troisième Type), mais aussi Stephen King, auxquels il faudrait ajouter JJ Abrams qui avait déjà fait une incursion similaire pleine de nostalgie dans Super 8.

    On pourrait pinailler sur le fait que Stranger Things ne révolutionne pas l’histoire de la série. Ce serait cependant dénigrer une création maligne de Netflix qui joue avec l’hommage et les références nostalgiques pour alpaguer les quadras et les autres.

    Stranger Things, de Matt Duffer et Ross Duffer
    avec Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard, Millie Bobby Brown,
    Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin, Natalia Dyer, Charlie Heaton et Matthew Modine

  • Dans les séries HBO, je demande Leftovers

    Pin it!

    HBO se signale une fois de plus, après Rome, Game of Thrones ou Les Soprano ou True Detective, par une série qui séduit par son originalité et sa qualité.

    Leftovers vous happe dès les premières minutes : une femme au bord de la crise de nerf revient d'une laverie avec son bébé qu'elle installe dans la voiture. En quelques secondes, le cauchemar survient : son enfant disparaît. Son enfant, mais pas que : des millions de personnes dans le monde connaissent à cet instant la même tragédie.

    Nous sommes le 14 octobre, et, ce jour-là, la terre voit 2 % de sa population se volatiliser soudainement. Cet événement planétaire, à la fois fantastique et sociologique est le début de la trame de Leftovers.

    Trois années plus tard, les habitants d'une petite ville américaine vivent intensément ce traumatisme qui a bousculé tous ses repères. Il apparaît bien vite que la question "Comment vivre sans ces disparus ?" est plus capitale que cette autre : "Que s'est-il passé ?" Nous suivons avec les personnages principaux de cette série, le shérif Kevin Garvey (très bon Justin Théroux), sa petite amie Nora Durst (Carrie Coon), le révérend Matt Jamison (Christopher Eccleston) ou la convertie Megan Abbott (Liv Tyler), les aléas d'une société bouleversée qui voit s'effondrer toutes ses certitudes.

    Dans le même temps, des groupes sectaires avancent leur pion. En premier lieu, figurent les CS, Coupables Survivants, d'inquiétants illuminés vivant repliés sur eux, silencieux, vêtus de blanc et passant leur journée à manifester en ville... et à fumer ! Ces CS ne sont pas la moindre des inventions de Leftovers, et de ses auteurs Damon Lindelof et Tom Perrotta.

    Il se pourrait bien que cette série devienne une oeuvre emblématique de notre époque. Elle est en tout cas à découvrir absolument.

    The Leftovers, série TV américaine de Damon Lindelof et Tom Perrotta,
    avec Justin Theroux, Amy Brenneman,
    Christopher Eccleston, Carrie Coon et Liv Tyler,
    en ce moment sur Canal +

  • Random : en attendant la saison 2

    Pin it!

    Je parlais il y a peu de Random, la série française, révélation de l'année 2015. 

    En attendant une saison 2 (prévue pour le printemps 2016), déjà très attendue, les auteurs nous proposent une vidéo bonus, Random Origins

  • Random : que personne ne sorte

    Pin it!

    random2.jpgUne fois n'est pas coutume, TF1 se distingue dans sa programmation en proposant Random, l'une des séries françaises les plus originales du moment.

    Ne cherchez cependant pas cette fiction sur la TNT. Cette production originale a eu l'exclusivité de Mytf1.fr. C'est mieux que rien, me direz-vous, la chaîne commerciale n'étant sans doute pas prête à troquer quelques épisodes de Joséphine Ange Gardien contre une production ambitieuse ou innovante.

    Random révèle que dans le monde des séries télévisées françaises les mentalités évoluent doucement et que les chaînes ont tout intérêt à répondre à l'engouement croissant du public pour des créations originales et de qualité. Random, apparue sur le web après quatre années de travail (elle est aussi disponible sur Wat.tv et Xtra), financée via Ulule (76 contributeurs Internet), a rapidement fait le buzz. Preuve de ses qualités indiscutables, elle a été primée à plusieurs reprises : Coupe du Monde des webséries de Montréal, prix et nominations dans les festivals internationaux de WebFest à Berlin, Rome, Bilbao et, dernièrement, Rio (Rio Web Fest, prix du "Meilleur casting", début novembre 2015). Au Sicily Web Fest, Random a été nommé dans trois prestigieuses catégories et est repartie avec le prix de la meilleure websérie dramatique et le prix ''Special Mention Rockzeline''. Plus récemment, le Dub Web Fest de Dublin a récompensé Random avec deux prix : la meilleure web série drame/thriller/mystère et la meilleure actrice pour Lola Coipeau. Pas mal pour une série au format atypique (12 épisodes de 5 à 9 minutes) ayant coûté, selon les réalisateurs, 2 575 euros !

    Parlons maintenant de l'intrigue. Random a pour point de départ une bande d'amis qui, après une fête bien arrosée, se retrouvent le lendemain matin enfermés dans un appartement. Ils se retrouvent dans l'impossibilité de sortir à cause d'un phénomène surnaturel. Sans vouloir dévoiler l'intrigue, durant cette première saison il est question d'espace-temps capricieux, de rencontres surnaturelles, de doubles, de cohabitations compliquées mais aussi d'un crime qui va compliquer la situation.

    Audacieusement, cette série tournée en huis-clos (à l’exception de l'ultime scène du dernier épisode) s'approprie les codes de la science-fiction, sans oublier de faire la part belle aux ressorts dramatiques et à l'épaisseur des personnages : "On voulait que le côté scientifique soit une sorte de contexte/prétexte pour s’intéresser aux personnages et au format dramatique de la série. C’est vrai que la SF n’est pas si présente que ça, hormis le huis-clos paranormal", dit le co-réalisateur Sullivan Le Corvic dans une interview pour Les Plumes Asthmatiques.

    Le spectateur pourra aisément deviner les influences des auteurs, à chercher essentiellement du côté des séries américaines (Lost, Breaking Bad, X-Files ou Sliders). Plus anecdotique, on pourra trouver un clin d’œil à Agnès Varda au cours de cette première saison : rien d'étonnant pour une production tournée à Nantes ! Côté réalisation et interprétation, on saluera le soin et le professionnalisme de cette création qui ringardise pas mal de séries françaises. Qu'une chaîne comme TF1 la propose dans ses programmes en replay est en soi le signe qu'il se passe quelque chose d'important. La jeunesse et la créativité de Random pourrait bien faire bousculer les lignes, ici comme ailleurs.

    Une saison 2 est déjà en préparation (le tournage est prévu à partir de mars 2016) et les auteurs en projettent déjà deux autres.

    Random, la série
    Random, série française, saison 1, 12 épisodes,
    de Rémi Noëll & Sullivan Le Corvic, avec Valentin Naulin, Lola Coipeau,
    Fleur Monharoul, Arnaud Ménard, Pierre Bedouet et Enora Marcelli
    Random - Page Facebook

    "Random une webserie nantaise nominée deux fois à Montréal ce week-end",
    Presse Ocean, 14 mai 2015

    Websérie : long entretien avec l’équipe de Random,
    Les Plume Asthmatique, 31 octobre 2015