Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que l’on fait et ce que l’on est

L’explication du titre du manga Chiisakobé de Minetarô Mochizuki (éd. Le Lézard noir) est expliqué au début du second tome. Shigeji, le narrateur et personnage principal, raconte à un de ses employés un récit mythologique autour d’un empereur et d’un de ses serviteurs, surnommé  Chiisakobé-Sugaru. Une note de l’éditeur explique que "Chiisakobé n’est pas un terme répertorié dans les dictionnaires mais sa consonance évoque l’idée de « petit enfant »".

Sans doute la clé de ce formidable manga en quatre volumes est-elle dans cette idée d’enfance et d’élévation. Le récit commence avec la mort accidentelle des parents de Shigeji au cours d’un incendie. Voilà cet étrange personnage, jeune homme décalé mais discret, orgueilleux et droit, contraint de prendre la succession de l’entreprise familiale.

La tâche est compliquée : Daitomé est une société artisanale spécialisée dans la construction. Pour ce jeune homme au look de hipster, avec une barbe qui lui mange le visage, être catapulté entrepreneur est un défi qu’il entend bien relever, sans renier ses obligations ni son éthique. La situation se complique lorsque Shigeji apprend que Ritsu, une jeune femme revenu dans son quartier et qu’il a embauché comme femme de ménage, souhaite continuer à s’occuper des enfants d’un orphelinat qui a brûlé dans l’incendie. Shigeji accepte d’héberger ces cinq gamins cabossés dans la vie, laissant à Ritsu la charge de les élever. Bientôt, l’ancienne hôtesse se voit seconder par la douce Yûko. Entre cette fille de banquier et le jeune entrepreneur et orphelin, une relation de confiance s’installe. Ritsu observe cela à distance, alors que les déconvenues pleuvent autour de l’entreprise bien mal en point.

Chiisakobé c’est ça : une leçon de vie, de courage et de lutte contre la peur

Chiisakobé est l’adaptation en bande dessinée d’un roman de Shūgorō Yamamoto (1903-1967). Le mangaka Minetarô Mochizuki l’a adapté à notre époque, donnant à ce récit sur le deuil, l’enfance, l’amour et la construction de soi l’aspect d’un conte moderne. La barbe drue de Shigeji est une formidable invention en ce qu’elle rend son visage illisible et mystérieux. C’est par ces paroles que le personnage héroïque finit par se dévoiler face à sa femme de ménage, la bouleversante Ritsu : "Je pensais que les choses importantes se trouvaient quelque part dans le monde extérieur… Et je m'enorgueillais de vivre seul. Mais ces derniers temps, j’ai compris toutes sortes de choses. En fait, j’avais peur de devenir quelqu’un… Je veux devenir un homme accompli."  

Chiisakobé c’est ça : une leçon de vie, de courage, d’abnégations, de respects de règles et de lutte contre la peur. Pour Shigeji, ce combat intérieur passe par des actions généreuses qui peuvent être incomprises dans ce Japon encore façonné par des traditions multimillénaires.

La bande dessinée de Minetarô Mochizuki est dominée par des personnages inoubliables :  Shigeji, bien sûr, mais aussi Ritsu et la lumineuse et attachante Yûko, les deux femmes naviguant autour du jeune chef d’entreprise, fascinant par sa manière d’affronter petits et grands malheurs avec un mélange de calme et de pugnacité.

Pour construire ce récit plein de tact, Minetarô Mochizuki a privilégié des cadrages vivants et des gros plans sur des parties du corps (pieds, mains croisés, regards) et les petits objets du quotidien (bentō, plateaux repas, outils de charpentiers) donnant à ce remarquable manga en quatre tome un récit se déroulant lentement, avec précision et poésie. Une petite merveille. 

Minetarô Mochizuki, Chiisakobé, 4 tomes, éd. Le Lézard noir, 2013-2015
http://lezardnoir.com

Voir aussi : "Aimez-vous les livres pour enfants ?"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel