Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mafia

  • Les maîtres du ghetto

    Émotions fortes pour The King, cette série polonaise mêlant allègrement histoire de mafia, tableaux de la Pologne d’avant-guerre et immersion dans la société juive de l’époque, quelques années avant qu’elle ne soit annihilée par la barbarie nazie. 

    Le "roi" de cette série est Kaplica, un militant communiste à la tête d’une pègre prospérant à Varsovie. Nous sommes en 1937. La Pologne est en effervescence et en crise. Les mouvements d’extrême-droite sont de plus en plus remuants et n’hésitent pas à troubler l’ordre public. Communistes et fascistes s’affrontent au cours de batailles de rue, et la mafia tenue par Kaplica n’est pas en reste.

    Mais ce fameux Kaplica pense aussi à sa succession, à qui sera roi à la place du roi. Jakub Szapiro, boxeur juif, marié et père de deux enfants, fait figure d’héritier naturel, lui qui a été pour ainsi dire adopté par le chef de la pègre. Mais un autre homme est bien décidé à succéder à Kaplica : Janusz Radziwilek, homme de main sans foi ni loi et trafiquant notoire. Une lutte de pouvoir commence, troublée par la pression de groupuscules fascistes comme par les remords de Jakub suite à l’assassinat d’un débiteur juif ruiné. 

    Lutte de pouvoir

    Le spectateur de The King est invité à bien s’accrocher dans cette plongée infernale. Crimes, tortures et exécutions sauvages côtoient trafics en tout genre, prostitution et règlements de comptes. Ce récit en huit épisodes réserve son lot de surprises, de tensions et de renversements de point de vue. Dès l’épisode 2, la série dessine une autre manière de comprendre l’histoire, car s’il est bien question de mafia, l’enjeu principal est le destin de ces hommes et de ces femmes, à l’aube de la tragédie qui s’apprête à fondre sur la Pologne et en particulier sur les Juifs.

    Michal Zurawski, dans le rôle de Jakub Szapiro, tient la série à bout de bras, à telle enseigne qu’il apparaît comme le vrai souverain. Tour à tour impitoyable, généreux, capable d’humanité mais aussi de traîtrise, il évolue tout au long de l’histoire jusqu’à une fin elliptique. Soulignons aussi le soin donné aux reconstitutions historiques.

    The King prouve aussi que la télé européenne cache de bonnes pépites, puisant largement leur inspiration dans l’histoire tourmentée du XXe siècle, comme l’a prouvé la grande série Babylon Berlin.  

    The King, série polonaise de Lukasz M. Maciejewski,
    avec Michal Zurawski, Arkadiusz Jakubik, Aleksandra Pisula,
    Lena Gora, Mikolaj Kubacki, Piotr Pacek, Borys Szyc et Pawel Wolak,
    saison 1, 2020, Canal+

    https://www.canalplus.com/series/the-king/h/16671751_50001

    Voir aussi : "Crimes et chaos à Berlin"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Je ne suis pas un repenti

    Voilà un long-métrage qui vous a sans doute échappé, alors qu’il est sans doute l’un des meilleurs de l’année 2019 et qui peut se targuer d’être l’un des très grands films sur la mafia. Le traître de Marco Bellocchio, avec Pierfrancesco Favino  dans le rôle de Tommaso Buscetta, le repenti le plus célèbre de l’histoire, a été injustement oublié lors du Festival de Cannes, même s’il a été primé à de multiples reprises.

    Nous sommes en 1980 en Sicile, au cours d’une fête somptueuse qui entend marquer la réconciliation de plusieurs clans de Cosa Nostra. Une nuit des dupes en réalité, car c’est une guerre mafieuse qui se prépare. Sentant le danger, le criminel et malfrat Tommaso Buscetta choisit de partir au Brésil pour continuer ses affaires plus ou moins louches. Il emmène avec lui sa famille, hormis ses deux fils aînés, et réussit, contre toute attente, à devenir une personnalité publique reconnue. Alors qu’il apprend qu’une guerre entre clans s’est déclenchée en Sicile et que ses deux fils restés au pays ont été assassinés, c’est un autre coup dur qui s’abat sur lui : la police brésilienne s’intéresse à ses affaires, le torture puis l’extrade vers l'Italie.

    Le juge Falcone l’attend. Le "Monsieur Mains Propres" a décidé de s’attaquer à Cosa Nostra et Tommaso Buscetta, par sa connaissance du Milieu, peut lui donner de précieuses informations. Le mafioso refuse d’abord, arguant qu’il n’est pas un repenti, mais il change d'avis sur les conseils de sa femme et finit par tout avouer et tout déballer : des noms, des crimes, le fonctionnement de la mafia sicilienne toute puissante. C’est le point de départ du Maxi-Procès de Palerme ("le procès du siècle", une expression qui a rarement porté aussi bien son nom) qui envoie en cellule près de 350 criminels. 

    Ce suspect se cousant la bouche pour protester contre son procès

    Le traître suit le parcours d’un homme hors-norme, singulièrement mort de sa belle mort en 2000. Tout en suivant le parcours tumultueux de Tommaso Buscetta (avec notamment les scènes spectaculaires et féroces au Brésil), Marco Bellocchio tourne avec une précision géniale les réunions des clans mafieux comme les arcanes du Maxi-Procès de 1986-1987. On devient spectateur privilégié de scènes spectaculaires et surréalistes, à l’exemple de ce suspect se cousant la bouche pour protester contre son inculpation. Le réalisateur italien passe très rapidement la période américaine de Buscetta. Il fait l'impasse par exemple de l’affaire de la Pizza Connection qui condamne là encore plusieurs centaines de mafiosi au cours des années 80. C’est en réalité l'Italie qui intéresse le cinéaste, qui se fait aussi procureur lorsqu’est traité un autre procès, celui de Giulio Andreotti, dont les liens avec la mafia  n’ont jamais été prouvés.

    Le film regorge d’autres moments clés : l’attentat du juge Falcone filmé au plus près comme jamais sans doute, la réaction des clans à la nouvelle de sa mort, les relations entre Buscetta et sa femme Cristina (formidable Maria Fernanda Cândido) et bien entendu les face-à-face entre le repenti et Falcone.

    Pour le rôle de Tommaso Buscetta, Pierfrancesco Favino réalise un tour de force grâce à une interprétation tendue et tout en subtilité. Tour à tour cruel, rongé par le doute, simple, arrogant ou tout simplement anti-héros magnifique, l’acteur italien porte cet extraordinaire film sur ses seules épaules. Pour son interprétation d’un traître aux yeux de Cosa Nostra, l’acteur a été récompensé à plusieurs reprises, tout comme d’ailleurs le réalisateur.

    Ce qui était largement mérité.

    Le traître, drame historique italien, français, allemand et brésilien de Marco Bellocchio,
    avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Luigi Lo Cascio et Fabrizio Ferracane,
    2019, 145 mn, sur Canal+ en ce moment
    https://www.canalplus.com/cinema/le-traitre/h/12641991_40099
    https://www.advitamdistribution.com/films/le-traitre

    Voir aussi : "Irréversible, en inversion intégrale"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

  • Triple zéro

    Il paraît que les milieux de la mafia ont adoré le traitement qui leur était réservé par Francis Ford Coppola dans son triptyque génial du Parrain : des scènes devenus mythologiques, la violence stylisée, la place laissée à la famille et des anti-héros flamboyants… Un tableau de la mafia italo-américaine adoré, semble-t-il, par ces hors-la-loi .

    Ils seront sans doute beaucoup moins flattés par ZeroZeroZero, la série italienne adaptée du roman éponyme de Roberto Saviano, dont la tête a été mise à prix par le milieu de la Camorra depuis la publication de Gomorra. Place ici à une nouvelle incursion dans le milieu de la mafia, cette fois sous forme d'une fiction dont l'horizon est élargie aux quatre coins du dmonde.

    La 'Ndrangheta, organisation mafieuse calabraise en proie à une guerre interne et violente, organise, via son chef Don Minu La Piana (Adriano Chiaramida), l’achat de cocaïne mexicaine pure (la "zerozerozero" dans le jargon criminel). De l’autre côté de l’Atlantique, les producteurs et vendeurs, les frères Enrique et Jacinto Leyra, s’organisent dans un climat de guerre civile, entre lutte de clans et interventions d’une troupe des forces spéciales menées par un chef corrompu, Manuel Contreras (Harold Torres). Un troisième intervenant prend contact : il s’agit d’intermédiaires américains, le père et la sœur Emma et Edward Lynwood (respectivement Andrea Riseborough et Gabriel Byrne), bientôt rejoints par le jeune fils Chris (Dane DeHaan), gravement malade. Ceux-ci sont chargés de transporter la cargaison de drogue par bateau. Un  transport qui ne va pas se dérouler sans heurts.

    Tragédie antique

    ZeroZeroZero se démarque des nombreuses fictions de la mafia d’abord par sa forme : une série se développant avec patience mais aussi précision sur plusieurs lieux éclatés. Le fait que Roberto Saviano soit aux origines de cette création télé garantit le sérieux du travail. Non seulement les arcanes de des organisations mafieuses sont décrites avec réalisme (y compris dans la violence) mais le journaliste et auteur italien choisit de faire le récit d’une criminalité mondialisée, entre l’Italie, le Mexique et les Etats-Unis, et jusqu’en Afrique. L’intrigue avance pas-à-pas, à l’image de cette cargaison, au centre de toutes les convoitises. Les guerres pour la possession de territoires – que ce soit dans la vieille Europe ou en Amérique centrale – ne connaît aucune règle et se transforme vite en tragédie que l’on pourrait qualifier d'antique – avec cette place capitale des liens familiaux, qu’ils soient italiens ou américains.

    On sort complètement esquinté par cette plongée en enfer. Pas sûr que les criminels de la pieuvre apprécieront pareil tableau.

    ZeroZeroZero, série policière italienne de Stefano Sollima, Leonardo Fasoli et Mauricio Katz, avec Andrea Riseborough, Dane DeHaan, Giuseppe De Domenico, Adriano Chiaramida, Harold Torres et Gabriel Byrne, saison 1, 8 épisodes, 2020, Canal+, OCS
    https://www.canalplus.com/series/zerozerozero

    Voir aussi : "Le pizzaiolo, l’intello, le bricoleur et la prostituée"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

    Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook