Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

canal+

  • Kad Merad, Baron noir et très noir

    Revoilà Kad Merad dans son meilleur rôle : celui de Philippe Rickwaert, alias Baron noir après une saison 2 assez inégale, dans laquelle l’homme politique, à la fois passionné, ambitieux, roublard et machiavélique, s’engageait dans une traversée du désert et tentait de se remettre dans la course. La France est gouvernée par Amélie Dorendeu, bien décidée à faire de sa Présidence une période d’ouverture politique.

    La saison 3 de Baron noir est celle du grand retour de Philippe Rickwaert, dont les déboires judiciaires n’en finissent pas de ternir son image. Ce come-back pourra-t-il passer par le parti socialiste, dont l’avenir semble bouché, ou bien par l’autre mouvement de gauche dirigé par le charismatique Michel Vidal ? Dans une France de plus en plus fragmentée, et où le populisme devient de plus en plus présent, le Baron Noir fait de l’audace sa carte maîtresse, aidé par sa conseillère en communication Naïma Meziani.

    Les auteurs réservent les coups les plus cinglants au populisme

    Baron noir est la grande série politique du moment. Antoine Chevrollier et Olivier Panchot sont aux manettes d’une création audiovisuelle ambitieuse, dont la pertinence n’est pas la moindre des qualités. Évidemment, les petites manigances politiques, le quant-à-soi et les ambitions personnelles sont pointées du doigt sans ménagement. Mais les auteurs réservent les coups les plus cinglants au populisme de gauche ou de droite (incroyable Frédéric Saurel, interprète de l’inquiétant Chistophe Mercier). Le spectateur pourra également trouver derrière chacun des personnages leurs modèles dans la vie réelle : Julien Dray pour le personnage de Philippe Rickwaert, Jean-Luc Mélanchon pour celui de Michel Vidal (formidable François Morel), Marion Maréchal-Le Pen en Léandra Tallier (Sarah Stern) et même Emmanuel Macron dont la posture politique et les attaques ont inspiré la présidente Amélie Dorendeu (Anna Mouglalis).

    Intrigue passionnante, scénarios et dialogues parfaitement écrits, mise en scène soignée (certaines séquences ont même été tournées à l’Élysée !), il faut ajouter à ces qualités de Baron noir les interprétations : Kad Merad, bien sûr, qui tient là son meilleur rôle, mais aussi Anna Mouglalis, François Morel et Rachida Brakni, qui impose au fur et à mesure de cette saison 3 sa présence impressionnante.

    Baron noir, Saison 3, drame politique d’Antoine Chevrollier et Olivier Panchot
    Avec Kad Merad, Anna Mouglalis, Hugo Becker, Astrid Whettnall,
    Rachida Brakni, François Morel, Frédéric Saurel, Patrick Mille,
    Lubna Gourion, Alex Lutz et Sarah Stern

    8 épisodes, 2019, Canal+
    https://www.canalplus.com/series/baron-noir/h/6251363_50001

    Voir aussi : "Ton univers impitoyable"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Fini de rigoler !

    Cette fin de semaine a été marquée par un coup de tonnerre médiatique (ou un coup de bluff ?) qui a mis la fièvre dans le monde des médias et sur les réseaux sociaux. Il ne s'agissait ni plus ni moins que l'annonce de la fin programmée des Guignols de l'Info à partir de septembre 2015.

    Cette émission, symbole de liberté d'expression et d'impertinence, était peu appréciée par le grand patron de la chaîne cryptée, Vincent Bolloré, également dirigeant du groupe Vivendi (voir cet article). Les justifications d'ordre économique - coût de l'émission, masse salariale - n'ont rendu personne dupe que ce choix tenait plus à des choix personnels, à un désir de marquer les esprits comme à une stratégie punitive face à des marionnettes emblématiques et réputées pour leur (trop grande ?) liberté.

    Voir les célèbres Guignols de Canal+ disparaître du petit écran a vu se lever comme un seul homme des milliers d'Internautes. Déjà, des groupes de soutien se formaient sur les réseaux sociaux, alors que d'autres chaînes de télévision (M6 et France Télévision en tête) se déclaraient prêtes à accueillir les transfuges en latex - sans oublier leur équipe d'auteurs, d'animateurs et d'imitateurs. Si Canal+ faisait ce choix, nul doute que la chaîne perdait leur émission la plus célèbre et transformait ce choix économico-stratégique en accident industriel !

    Revirement donc ce vendredi : non, les Guignols ne disparaîtront pas - pour l'instant ? - des grilles de programme de la chaîne cryptée ! Tout le monde peut respirer ? Pas si sûr. Car au milieu des luttes d'influence pour la reprise en main de Canal (démission du directeur général Rodolphe Belmer, remplacé par Maxime Saada), c'est bien l'avenir de la chaîne qui est en jeu.

    Lorsque Vincent Bolloré affirmait il y a quelques mois que l'esprit Canal "c'est parfois un peu trop de dérision" (France Inter, 12 février 2015), il annonçait en filigrane une remise au pas de la chaîne, priée d'un peu plus de bienséance et d'un peu moins d'impertinence. Fini de rigoler, donc. Y compris pour les fidèles de la chaîne comme pour les abonnés (qui paient au prix fort leur adhésion, rappelons-le). Car si les Guignols feront au moins une saison supplémentaire (du moins si tout va bien), tout reste ouvert pour la grille de programme : diffusion hebdomadaire et non plus quotidienne pour les marionnettes satiriques, passage des Guignols en crypté, censure ou autocensure régie en règle...

    Disons pour être optimiste que la survie des célèbres marionnettes (PPDA, le commandant Sylvestre ou Sarkozy - l'ami de Bolloré souvent égratigné par les Guignols) est assurée. Cependant, l'avenir est sombre pour d'autres programmes de la chaîne privée. Ainsi, la suppression du Grand Journal, l'autre émission emblématique de Canal+, semble avoir été actée (voir ici), et ce n'est sans doute que le début d'une révolution de palais.

    La recherche de respectabilité et surtout le souci de faire de Canal+ un outil médiatique puissant au service de Vivendi, risque bien, à terme, de lasser les abonnés de la chaîne cryptée comme les spectateurs amoureux des Guignols ou du Petit Journal de Yann Barthès.   

    Les Guignols de l'Info
    Ozap.com, "Vincent Bolloré : "L'esprit Canal c'est parfois un peu trop de dérision
    "

    Europe1 : "Les Guignols de L'info sont maintenus"
    Le Point : "Clap de fin pour le Grand Journal"