Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Simonnet au parfum

    Pin it!

    Bla Bla Blog fait un coup de projecteur sur les Simonnet, un couple d’artistes qui est invité par le prestigieux Château de Chamerolles du 23 mai au 16 septembre 2018. L’art contemporain vient rencontrer un lieu multiséculaire consacré à l’histoire du parfum.

    Les œuvres libres, joyeuses et exubérantes du couple Simonnet sont sublimées dans le cadre exceptionnel du château. Les formes fondamentales et modulaires se combinent pour créer des constructions étonnantes et aux possibilités infinies.

    Des rencontres privilégiées avec les artistes sont prévues les dimanches 15 juillet et 12 août de 15 h 00 à 16 h 30.

    Exposition "Les Simonnet", Château de Chamerolles, Chilleurs-aux-Bois
    En mai, juin et septembre, de 10H à 18H (fermé le mardi)
    et en juillet-août de 10H à 19H (tous les jours)
    https://lessimonnet.fr
    "Les Simonnet en pleine(s) forme(s)"

  • Une création de Céline Bonacina à La Défense Jazz Festival

    Pin it!

    Dans le cadre de la 41e édition de La Défense Jazz Festival, la saxophoniste française Céline Bonacina, accompagnée de musicien  professionnels (Olivier Carole à la basse électrique et Harilalaina Ratsimbazafy à la batterie), présentera Un voyage du côté de l’Océan Indien, sa création imaginée au printemps 2016, réunissant une cinquantaine de musiciens élèves et amateurs.

    Un voyage du côté de l’Océan Indien ce sont quatre compositions de Céline Bonacina, arrangées par Didier Momo, chef d’orchestre et codirecteur artistique, et animées par quatre familles d’instruments : cordes, bois, percussions et voix. Pour monter le Mégapulse Orchestra, Céline Bonacina s’est adressée à des instrumentalistes amateurs mais animés par la même fièvre mélomane et la même passion pour le jazz.

    Il s’agit d’un projet scolaire à caractère professionnel : seront mis à l’honneur sur scène une cinquantaine d’artistes amateurs, issus des conservatoires de Boulogne-Billancourt, Bourg-la-Reine, Clichy, Levallois, Suresnes, Chatou, Cergy-Pontoise, Pantin et Montreuil, que ce soit au saxophone, au violoncelle, à la contrebasse, mais également à des instruments bien plus exotiques comme le marimba ou encore le xylophone. L’orchestre est également accompagné par trois chanteuses. Entourés de leurs professeurs et encadrés par Céline Bonacina, les jeunes amateurs peuvent donc pratiquer leur instrument au sein d’un projet de grande envergure.

    Un répertoire varié

    Le ton donné à la création est bien sûr celui du jazz mais il explore également d’autres styles musicaux. En effet, Céline Bonacina et le Mégapulse Orchestra font voyager le public en lui proposant de redécouvrir des musiques du monde, en écho au parcours réunionnais de la saxophoniste.

    C’est à la suite d’un travail de résidence mené sur plusieurs mois au Conservatoire Léo Delibes de Clichy-la-Garenne que le Céline Bonacina Trio et le Mégapulse Orchestra se produiront sur la scène du Parvis de la Défense le 25 juin à 18 heures.

    Cette création à visée pédagogique aussi bien qu’artistique a su séduire son public. Elle a rencontré un grand succès en 2016 lorsqu’elle s’est produite sur plusieurs festivals de jazz et scènes de musiques actuelles en France: Jazz sous les Pommiers à Coutances, Europajazz du Mans et la Luciole. La création, qui sera présentée à La Défense Jazz Festival, promet elle aussi de transporter son public par son approche contemporaine du jazz. D’Addario, spécialiste de la fabrication d’accessoires pour instruments de musique et sponsor de Céline Bonacina, sera également représenté.

    Céline Bonacina, Un voyage du côté de l’Océan Indien,
    La Défense Jazz Festival, 25 juin à 18 heures

    http://ladefensejazzfestival.hauts-de-seine.fr
    http://www.celine-bonacina.com

  • Jazzez à La Défense

    Pin it!

    Le Département des Hauts-de-Seine organise la 41e édition de La Défense Jazz Festival. C’est gratuit, c’est en plein air, il fait beau et ça se passe sur l'esplanade de La Défense. La Défense Jazz Festival lance ainsi la saison d'été des festivals de jazz.

    Après une 40e édition historique, La Défense Jazz Festival est décidé à surfer sur ces styles qui font la richesse d’une musique toujours vivante : blues, électro-jazz, soul, hip hop, jazz rock, afro-beat, musiques du monde ou folk.

    Tous les midis, du lundi 25 au vendredi 29 juin, à partir de 12h, se succéderont des artistes d'exception, d'horizons musicaux variés : après le trio d'Omri Mor et André Manoukian Quartet, le mardi 26 juin, ce sont Thomas de Pourquery et son quintet Supersonic qui nous préparent une ode à l'amour et Monolithes, le lauréat du Concours national de Jazz La Défense 2017.

    Le mercredi 27 juin, Tank & The Bangas et Sarah McCoy sont décidés à faire découvrir au public l'actuelle scène la plus originale de la Nouvelle Orléans.

    Le jeudi 28 juin, Ill Considered et Ruby Rushton amèneront les tours de La Défense du côté de l'underground londonien.
     
    Le vendredi 29 juin, Otis Stacks chanteur à la voix soul épurée et sublimée par des sons analogiques et Osaka Monaurail proposeront pour une expérience groovy au cœur du funk le plus chaud de l'archipel Nippon. Bla Bla Blog avait parlé d’Otis Stacks dans une précédente chronique.

    Al McKay's Earth Wind & Fire Experience

    En afterworks, à partir de 18 heures, le public pourra assister à la création exceptionnelle au grand format de Céline BonacinaTrio et le Megapulse Orchestra avec cinquante musiciens amateurs (le lundi 25 juin), découvrir la poésie minimaliste de la batteuse Anne Paceo (mardi 26 juin), et le concert de la bassiste de renommée internationale Meshell Ndegeocello (vendredi 29 juin) ainsi qu'aux prestations sur scène des 6 groupes du 41ème Concours National de Jazz de la Défense (mercredi 27 et jeudi 28 juin).

    Pour le week-end de clôture (samedi 30 juin et dimanche 1er juillet), le festival accueillera en soirée quelques noms majeurs de l’univers du jazz : Lee Fields & The Expressions, Al McKay's Earth Wind & Fire Experience (le samedi 30 juin), Youn Sun Nah & Ulf Wakenius  et le collectif indéfinissable R+R = Now (Robert Glasper, Terrace Martin, Christian Scott, Taylor McFerrin, Derick Hodge, Justin Tyson), un groupe explorant de nouveaux codes de  jazz, à grands coups de beats hip-hop, de textures électro et groove R&B (dimanche 1er juillet).

    La Défense Jazz Festival c’est aussi la découverte de nouveaux noms : le 41e Concours National de Jazz de La Défense qui permet de soutenir le développement de carrière d'un groupe et d'un instrumentiste par l'octroi de prix financiers : 5 000€ pour le Prix de groupe et 1 500€ pour le Prix d'instrumentiste. Les six groupes sélectionnés se produiront les 27 et 28 juin à partir de 18 heures.

    Des actions d'éducation artistique et culturelle à destination de tous sont proposés par les organisateurs : Monolithes sera en immersion dans le département des Hauts-de-Seine avec des master classes. Des concerts seront proposés en EHPAD et à l'hôpital et le parcours "Éteignez vos portables" mènera une classe de collégiens vers le Mégapulse Orchestra. La Défense Jazz Festival a toujours à cœur de rapprocher tous les publics, même les plus éloignés de la culture, vers le spectacle, la musique et un genre passionnant.

    La Défense Jazz Festival, du 25 juin au 1er juillet 2018
    Parvis de La Défense, gratuit
    http://ladefensejazzfestival.hauts-de-seine.fr

    "Trip en trip hop avec Otis Stacks"

  • Anti de Pretto

    Pin it!

    Non, ce n’est pas la fête de trop chez Fabian Tharin. Lorsqu’Eddy de Pretto déplore de l’avoir "faite et défaite et ça jusqu’au fiasco", Fabian Tharin invite au contraire à ne rien lâcher et à vivre sans se prendre la tête : "Ce soir on fait comme on peut / Tant qu’il y a encore des chips / On décédera la semaine prochaine / On est jeune et il fait beau" (N’y pense plus).

    Fabian Tharin, musicien suisse singulier propose une électro pop bidouillée mais follement efficace et enjouée, servie par des textes lumineux : "Elle m’a juste dit / On construit tous un peu des châteaux / Que le soleil pourra encore éclairer quand on sera mort / Je lui ai demandé / Ouais pour se prolonger quoi" (L’éternité).

    Des sonorités d'harmonium

    Son premier EP, Fosbury, est un hymne à la vie, à la jeunesse et à la fête. Mais c’est aussi le grand saut d’un artiste hors-norme, comme le suggèrent ses quatre premiers clips à la gloire de Dick Fosbury, le célèbre athlète qui a révolutionné la technique du saut en hauteur.

    Véritable "anti de Pretto" du rap et de la chanson, Fabian Tharin accroche avec ses titres minimalistes et attachants : "Laisse le fond de ta bière couler dans mes cheveux / Ne va pas te faire foutre / On est collés tu vois / Ça viendra bien / T’inquiète / Ça finit toujours comme ça" (Ne va pas te faire foutre).

    Il parvient à complètement désarçonner et subjuguer avec le dernier titre de son EP, le magnétique Y avait de la lumière. Son parti pris musical ? Des sonorités électros, s’approchant de l’harmonium, servent un texte dense et une construction mélodique sophistiquée. Il faut bien s’arrêter sur ce titre au lyrisme indéniable, nostalgique et tendre : "Il faisait beau à Noël / Moi j’empile des souvenirs au fond du lave-vaisselle..."

    Il y a de la lumière et du talent chez Fabian Tharin. On y est entré et on ne veut plus en sortir.

    Fabian Tharin, Fosbury, EP, Musique Sauvage / [PIAS], 2018
    En tournée, le 13 juillet, Fribourg, Les Georges Festival,
    avec General Elektriks & Le Roi Angus, Fribourg
    Le 19 juillet, Chavannes-près-Renens, Zelig, Lausanne

    http://www.fabiantharin.ch

  • Seul en scène, entre amis

    Pin it!

    Le comédien Paul Morel est à l’honneur dans Ça aurait pu commencer comme ça !, une pièce écrite pour lui et mise en scène par son ami Julien Delpech. Ce spectacle marque les débuts de deux artistes à suivre. Il ne reste qu’une dernière représentation pour la découvrir, au Lycée Victor Duruy, Paris VIIe.

    Ce seul en scène, une vraie performance en soi, promet une plongée séduisante dans le milieu du spectacle, comme dans la tête de ces artistes que Bla Bla Blog a plaisir à faire découvrir.

    Paul Morel raconte l’histoire de Paul, cet autre que lui-même pour reprendre une citation de Proust, un jeune homme certain de son talent de comédien, mais qui finit par se saborder lui-même par manque de travail, de compassion et d’humilité.

    Des changements de décors constants

    Au sortir d’un one man show, Paul est remarqué par un producteur particulièrement élogieux. Fier, prétentieux, et surtout certain que le plus dur est fait, notre artiste en herbe perd toute crédibilité lors d’un rendez-vous organisé par le professionnel du spectacle. Dépité, le jeune homme part au vert à la campagne. Il y croise Pascal, modeste VRP qui, contre toute attente, vient faire de l’ombre à Paul.

    Quatre chaises, une table et quelques éléments de costumes : la simplicité est l’arme pour cette comédie énergique où les changements de décors sont constants. On passe tour à tour d’une scène de stand-up à une loge, un salon ou une voiture. Le comédien seul sur scène change de costume rapidement, ne ralentissant pas le rythme d’une pièce que l’on devine très personnelle.

    Deux amis qui montent seuls un spectacle sur le spectacle : voilà une intention séduisante et qui promet. Julien Delpech raconte ainsi l’écriture de cette pièce faite en étroite collaboration avec Paul Morel : "Le spectacle s’est créé de la manière suivante : j’ai d’abord proposé un schéma narratif à Paul, qui l’a approuvé… Le comédien pouvait alors à chaque fois suivre l’avancée de la pièce."

    Ça aurait pu commencer comme ça ! développe avec une bonne dose d’humour des thèmes familiers dans le milieu du spectacle : l’art, la passion, le succès, l’ambition, les échecs et l’amour. Mais aussi l’amitié : l’œuvre de deux artistes que l’on imagine inséparables et qu’il va falloir suivre.

    Ça aurait pu commencer comme ça !, de Julien Delpech, pour et avec Paul Morel,
    Julien & Paul Productions

    Dernière représentation de la saison le lundi 25 juin à 19h30, Lycée Victor Duruy, 19H30
    33 Boulevard des Invalides, 75007 Paris

  • Monsieur tout le monde aime ça

    Pin it!

    Pour être transparent, c’est à partir d’extraits du roman Emprise de Monsieur Tout le Monde que le bloggeur a écrit cette chronique. De Monsieur Tout le Monde, auteur de ce roman érotique tout ce que l’on sait c’est que c’est un homme vivant dans un pays réputé pour sa chaleur, sa culture et ses plages – Barcelone en l’occurrence –, que notre homme aime les voyages, le jazz, la musique classique... et le sexe, qu’il considère volontiers comme un des beaux-arts.

    D’ailleurs, c’est bien l’art qui sert de base à Emprise, une histoire de pulsions et de fantasmes que l’auteur a écrit vingt ans plus tôt et qu’il nous fait découvrir.

    Un écrivain voyage dans le sud marocain pour y trouver la tranquillité dont il a besoin pour écrire son prochain roman, d’un nouveau genre pour lui : la littérature érotique. Après plusieurs jours de recherche, il trouve à l’Hôtel de la Palmeraie un endroit idéal selon lui pour écrire, mais qui ne l’empêche pas d’échapper à la page blanche.

    Le salut de notre auteur incapable d’avancée dans son roman viendra d’une rencontre inattendue : une jeune femme croisée dans l’hôtel l’entraîne vers une expérience sensuelle et raffinée, un "contrat érotique" – et même une "religion" comme il le dit. Et voilà notre romancier entraîné à abandonner un roman qui ne l’inspirait pas au profit d’un journal intime, une mise en abîme déroutant aussi bien pour l’auteur que pour le lecteur.

    Monsieur Tour le Monde propose à la fin de son roman L’Emprise une nouvelle érotique, La dernière Nuit.

    Monsieur Tout Le Monde, Emprise, Amazon, 2018, 177 p.
    https://monsieurtoutlemond5.wixsite.com/emprise

  • Homa, sweet home

    Pin it!

    Homa signe avec son premier album éponyme une vague électro onctueuse, spatiale et sophistiquée. Le terme de "vague" n'est du reste pas galvaudé tant l'auditeur est enveloppé de flots lyriques (Almost All or Nothing), délicats (One Day), plus sombres (The taste of old times) ou franchement pop (The silence marching).

    Album ne dédaignant pas l'expérimentation électronique, dans la veine de la trilogie berlinoise de Bowie et Eno (Maybe et Solar Cycle), Homa ne se veux pourtant pas expérimental. L’opus se nourrit des transgressions électroniques (One day), voire d’une ponctuation acoustique de bon aloi avec Follow Me.

    Mais au fait, qui se cache derrière Homa ? Le responsable de cet album, dont les références à Robert Wyatt, MGMT, Jean-Michel Jarre et Phoenix sont revendiquées, se nomme Alexandre Barberon. Sa biographie nous apprend qu’il est né en 1985 et que son premier choc esthétique fait suite à un accident domestique en pleine leçon de piano de sa sœur.

    En 2002 Alexandre Barberon fonde le groupe pop-rock In furs, alias Ellen pears. Suit, en 2005, Ranelagh, avant une plongée dans l'étude de la musique classique, d’abord avec Sylvie Carbonel, puis avec Jeanine Boutin, pianiste-concertiste et élève de Messiaen. C’est dire les références du jeune homme… À l’écoute de Homa, l’auditeur ne sera pas surpris qu’Alexandre Barberon se trouve des affinités électives avec Scriabine. 

    En 2013, Alexandre Barberon rencontre Étienne de Nanteuil (Octopus Production / Les Éditions du Poulpe) et signe le début du projet Homa. En 2015 sort Google Only Knows, son premier EP, quasi intégralement instrumental. Les prémices du son Homa sont déjà là.

    C'est finalement bien de chez nous, home sweet home, que vient cet album electro écrit entièrement en anglais. French touch not dead.

    Homa, Homa, Octopus / Simple / Sony Music, mars 2018
    https://www.facebook.com/alexandre.barberon
    http://octopusprod.com/artiste/homa

  • Poubelle la vie

    Pin it!

    La vie de deux poubelles dans un quartier de Tours : voilà le pitch de la mini-série Poubelles, La Vie, réalisée par Yohan Vioux et Hubert Jégat et l’équipe des Tontons Filmeurs, avec le soutien de la Ville de Tours. Lancée sur Youtube le 1er octobre 2017, la série satirique en est aujourd’hui à sa deuxième saison.

    Poubelles, La Vie ce sont des tranches de vie de deux containers à déchets, Adrienne et Bénédicte (rejointes récemment par Claudia, "la végétarienne"), témoins bavardes de nos us et coutumes. Dans un format court (2 minutes 30 à 3 minutes par épisode), nos deux voisines de trottoir nous parlent de nos petites vies à partir des déchets – recyclés ou non – qu’elles réceptionnent et ingurgitent pour le meilleur et souvent pour le pire.

    Claudia, "la végétarienne"

    Il y est question de (zéro) déchets, de recyclage (bien sûr), mais aussi de notre société de consommation, du voisinage des humains, de la solitude, des dictatures, de même d’amour.

    Au début de chaque épisode, les auteurs ont choisi de mettre en exergue une citation de Rabelais La Bruyère Montesquieu... ou Philippe Geluck.

    Les spectateurs pourront être décontenancés par cette série conceptuelle dont les personnages sont des objets quasi inanimés. Mais si l’on passe cette barrière, on saluera l’impertinence des auteurs dont le sens de la dérision et de l’absurde renvoie au mythique Téléchat, avec Adrienne la bleue et Bénédicte la rouge en dignes héritières de Groucha et Lola.

    Cette série est – pour l’instant – à découvrir sur Youtube. Une vraie curiosité.

    Poubelles, la Vie, websérie de Yohan Vioux et Hubert Jégat,
    avec Hélène Risterucci, Mélodie Le Bihan et Aurélie Messié,
    sur Youtube, saison 2 en cours de diffusion, depuis 2017

    http://poubelleslavie-webserie.fr

  • Les Géorgiques à la Galerie Detais / Sabine Bayasli

    Pin it!

  • Papa, mon amour

    Pin it!

    Déjà six album, mais connaît-on vraiment Brisa Roché ? Bla Bla Blog avoue honnêtement que non, du moins jusqu’à la sortie de son dernier album, Father.

    Brisa Roché, avec ce prénom et ce patronyme qui fleure bon la France, nous vient de Californie. En fait, l’Américaine connaît bien notre pays. Elle a même écrit une partie de Father à Paris. Un album du reste produit par John Parish, producteur notamment de l’emblématique To Bring You my Love de PJ Harvey.

    Brisa Roché est un oiseau rare à mi-chemin entre Alanis Morissette... et PJ Harvey justement. Sa voix est un mélange d’hypersensibilité et d’âpreté, servie par une orchestration essentiellement acoustique.

    Comme le nom de l’album l’indique, dans Father il est beaucoup question de paternité. Brisa Roché nous parle, dans le titre Folk 48, de l’amour quasi incestueux pour son père, dealer et mort lorsqu’elle avait seize ans. Il est encore question de lui et de ses relations avec la cocaïne dans Holy Badness, ainsi que dans le dernier morceau atypique de l’album, Trout Fishing Again, sur lequel résonne la voix de son père, écrivain et professeur de littérature. La figure de la mère n’est pas pour autant absente : Brisa Roché consacre un titre tout en délicatesse à la sienne dans Patience.

    Alanis Morissette et PJ Harvey

    Il y a un feu ardent à la Bukowski qui brûle dans cet album dominé par des guitares et la voix au cordeau de la chanteuse américaine. Cypress a cette simplicité rugueuse et naturelle, comme si la chanteuse nous proposait un bœuf au milieu des séquoias.

    Brisa Roché c’est du son pop-folk comme venu des grands espaces, dans l’Amérique hippie des années 70, non sans une touche de clavier et d’électro (Engine Off). Le choix pop de la plus parisienne des Californiennes sait se faire délicat et sombre avec Blue Night, poignant et lo-fi avec Can’t Control ou plus rude et sophistiqué avec Carnation.

    Délicate, poignante, sombre, à fleur de peau, sophistiquée et rude : autant de qualificatifs pour la plus française des californiennes.

    Brisa Roché, Father, Wagram / BlackAsh, sortie le 25 mai 2018
    Brisa Roché, en concert à la Boule Noire (Paris),
    le mercredi 20 juin 2019 à 19 heures 30

    www.brisaroche.com

    © Jean-Baptiste Mondino

  • Les pétasses magnifiques

    Pin it!

    Dans sa préface des Précieuses Ridicules, qui lui avait sans doute coûté, Molière considérait que "le succès [d’une] représentation était assez beau pour en rester là." Il est vrai que même si elle fut un succès de librairie lors de sa sortie en 1659, c’est sur scène que les Précieuses Ridicules sont à voir et à vivre.

    La compagnie des Gavroches Chapeautés s’est attelée à cette comédie en un acte d’abord à la Comédie Saint-Michel en juin puis au festival Off d’Avignon du 6 au 29 juillet, la transposant à notre époque, sans pour autant lui ôter son caractère de farce. Mais comment parler de la préciosité en 2018 ? Il est vrai que le télescopage entre ces stéréotypes féminins de la commedia dell'arte et le mouvement du féminisme était de nature à piéger la mise en scène de Malu Monroe. Elle s’en sort cependant très bien, sans trahir l’essence de la pièce, une farce autour de deux jeunes femmes prétentieuses et méchamment remises à leur place.

    Parlons justement des deux personnages principaux, Cathos (Manon Nobili) et Marotte (Lara Pichet), venues tout droit de Province pour suivre à Paris leur père et oncle Gorgibus (Bruno Noury). Le respectable bourgeois est bien décidé à les marier et à se débarrasser d’elles par la même occasion. Mais les jeunes femmes trouvent dans la capitale de quoi nourrir leur soif de galanterie, d’élégance et de "pommade pour les lèvres." Deux amants parisiens, La Grange (Adrien Wadih) et Du Croizy (Charles Vasner), éconduits lors d’une visite, décident de se venger d’elles en utilisant un de leur valet Mascarille (Jean-Baptise Sintès), "un extravagant qui s'est mis dans la tête de vouloir faire l'homme de condition."

    Les Gavroches Chapeautés proposent des Précieuses Ridicules à l’époque de Tinder, de la carte bleue et du smartphone. La pièce de Molière ne perd rien de sa férocité et la jeune troupe ose dépoussiérer une comédie inscrite dans son époque, tout en parvenant à bluffer le public contemporain : expressions modernes ("What’s the fuck!"), musiques allant d’un prélude de Bach à Ma Benz en passant par Aïcha, mise en abîme ("Molière n’aurait jamais écrit ça"), sans oublier quelques entorses volontaires au texte original que l’auteur pardonnera certainement.

    Interprètes des personnages phares de ce premier énorme succès de Molière, Manon Nobili et Lara Pichet sont comme sous ecstasy. Elles jouent à merveille les pétasses exubérantes et magnifiques, plongées dans le grand bain de la Capitale, au grand désespoir d’un Gorgibus complètement dépassé. Le bourgeois provincial est interprété par un solide et convaincant Bruno Noury.

    Des Précieuses Ridicules à l’époque de Tinder, de la carte bleue et du smartphone

    Ce qui était en jeu au XVIIe siècle, et qui l’est toujours au XXIe siècle, est la peinture burlesque du "m’as-tu vu" – qu’il soit homme ou femme. La vanité essaime aussi bien dans le soirées mondaines de l’Ancien Régime, dans les salons feutrés des bobos parisiens... ou sur les réseaux sociaux, avec ou sans filtres Instagram. Nos deux précieuses ridicules deviennent grâce à la mise en scène burlesque de Malu Monroe deux adolescentes éprises de liberté, aveuglées par l’illusion comique de l’esbroufe et tombant dans le piège de la flagornerie.

    Cette flagornerie est endossée avec talent par Jean-Baptise Sintès. Le jeune acteur est parfait en Mascarille, devenu marquis de l’esbroufe, bonimenteur autant que donneur de leçons, puis lui-même bluffé par ses maîtres La Grange et Du Croisy. La scène de l’impromptu est un moment précieux (sic) du spectacle qui n’a rien perdu de sa force comique. Force comique mais aussi dimension sombre d’une pièce toujours aussi mordante : " Ô fortune ! quelle est ton inconstance !" s’exclame Mascarille avant d’être dépouillé de tout par ses maîtres. C’est Gorgibus qui a le dernier mot, envoyant au diable autant ces précieuses qui l’ont humilié que ce qui est "cause de leur folie."

    Il ne reste que quelques représentations à Paris pour découvrir cette pièce mordante et drôle, avant des séances de rattrapage au festival d’Avignon cet été.

    Molière, Les Précieuses Ridicules, mise en scène de Malu Monroe, Compagnie des Gavroches Chapeautés, avec Manon Nobili, Bruno Noury, Lara Pichet, Jean-Baptiste Sintès, Alexis Vandendaelen, Charles Vasner et Adrien Wadih
    Comédie Saint-Michel, en juin, tous les samedis à 21h30, 95 Boulevard Saint-Michel, Paris
    Au Festival Off 2018, Avignon, 6 au 29 juillet 2018 (relâche les 10, 17 et 24), 14 heures au Théâtre La Tache d'Encre, 1 rue de la Tarasque, Avignon
    http://lesgavrocheschapeautes.fr

  • Breizh’n roll

    Pin it!

    Promettez-moi une chose : si cet été, ou plus tard, vous allez en Bretagne, pensez à mettre dans vos bagages l’album éponyme des Odylane. Pour une plongée dans la culture breizh, c’est l’idéal, avec en plus ce je ne sais quoi de punch et d’énergie.

    Odyssée et Gauloise c’est la tradition celtique "très rock’n roll" comme le dirait notre inénarrable Philippe Manœuvre. En parlant de tradition, on en est en plein dedans, avec l’envoûtant titre Le Diable. Cette chanson nous plonge dans le folklore breton, plus précisément dans un bar interlope de la Rue de la Soif : "Ce soir j’ai vu le diable / Aux ruses impeccables / Je suis tombé dans le panneau / On a pris l’apéro."

    Dans un bar interlope de la Rue de la Soif

    Du bon breizh’n roll donc, avec des sonorités celtes, rock mais aussi méditerranéennes (Un Italien en Irlande), pour un album autoproduit par un groupe... de la région de Strasbourg. Guillaume Levy et Quentin Bangert, accompagnés de leurs deux autres comparses Valentin Descourvières et Piel Benoit utilisent pour leur album une guitare classique, un bouzouki irlandais, un violon et d’un cajón, une sorte de caisse venue tout droit du Pérou.

    Dépaysement assuré donc pour ce groupe qui assume à 100 % ses influences traditionnelles (Polka du Cerf), pop rock (Soleil Levant) world et ethnique (La Prisonnière du Désert), même si c’est bien la musique celte qui domine dans leur album Odrylane, à l’exemple de Faune Sauvage et surtout de Galv an Dans, offrant une reprise mixée de Tri martelod et de La Jument de Michao.

    L’autre chanson à texte de cet album, Sous les Étoiles, est un titre hip hop qui n’est pas sans rappeler Manau et sa Tribu de Dana, avec le sens de l’engagement en plus : "Je vis à une époque / Où tout semble en toc / Il n’y a que des images / Où sont passés les sages."

    Du Breizh’n roll, d’accord. Mais aussi de l’exigence et de la chaleur (Un Italien en Irlande) dans un très bel album à mettre dans vos bagages pour cet été.

    Odrylane, Odrylane, 2018
    http://odrylane.fr

  • La liberté a-t-elle un prix ?

    Pin it!

    Le café philosophique de Montargis fixera son prochain rendez-vous le vendredi 22 juin 2018 à 19 heures, au café Le Belman. Le sujet du débat portera sur cette question : "La liberté a-t-elle un prix ?"

    La liberté a été un sujet souvent traité par le café philo. Il a régulièrement été question de choix personnels, de contraintes à la liberté, de libre-arbitre ou de détermination. Il sera cette fois question du prix que l’on pourrait donner à cette liberté. Mais de quel prix parlons-nous au juste ? Est-ce à dire que la liberté peut se monnayer voire se négocier ? La liberté serait-elle alors un don ? Puis-je renoncer volontairement à ma liberté ? Peut-on dire comme Jean-Jacques Rousseau que "renoncer à sa liberté c’est renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs" ? Quel prix suis-je prêt à mettre pour me libérer ?

    Ce sont autant de points qui pourront être débattues lors de la séance du vendredi 22 juin 2018, à partir de 19 heures au café Le Belman, boulevard des Belles Manières, à Montargis. La participation sera libre et gratuite.

    Il s’agira de l’avant-dernier rendez-vous de la saison, puisque le lendemain, samedi 23 juin à 14H30, l’équipe du café philo organisera un dernier-rendez-vous aux Tanneries d’Amilly, "La philo sous les arbres", autour de l’exposition "Formes d’Histoires."

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

  • La philo sous les arbres

    Pin it!

    Le café philosophique de Montargis fixe un rendez-vous exceptionnel, le dernier de cette saison, aux Tanneries d’Amilly, le samedi 23 juin 2018 à partir de 14 heures 30.

    Cette "Philo sous les Arbres" sera une rencontre conviviale autour de l’exposition "Formes d’Histoires" et dans le cadre des (f)estivales prévues le samedi 23 et dimanche 24 juin par les Tanneries d’Amilly.

    Après une visite libre de l’exposition "Formes d’Histoires", les participants du café philo échangeront autour des thématiques de cette exposition : l’univers des contes, l’imaginaire ou le visible et l’invisible. Ils se poseront notamment cette question : "Qu’est-ce que les contes ont à nous raconter ?"

    Ce dernier rendez-vous de l’année sera une occasion atypique et conviviale de faire de la philosophie autrement et dans un cadre exceptionnel.

    La participation sera libre et gratuite.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

    "Formes d’histoires", de gauche à droite : Amandine Guruceaga, Julien Salaud, Ghyslain Bertholon