Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paul dano

  • Rien de tel qu'un frigo vide...

    Pin it!

    Après Seven la semaine dernière, c'est Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006) qui est au centre de l'attention de L’‎Œil du Frigo. Cette critique nous explique pourquoi un frigo vide n'est pas sans intérêt.   

    Alors oui, c'est une mini-scène de frigo et ça se passe dans Little Miss Sunshine. Une dispute familiale autour du départ pour emmener la petite à un concours de beauté. On est vendredi soir et le frigo est vide ; donc, forcément, on le montre peu. Mais s'il est vide, c'est parce que le départ est proche. Donc l'assistant réalisateur n'a pas cru bon de mettre des vivres dans le frigo puisque toute la famille allait partir dans un road-movie décapant. La mère ouvre et place la bouteille d'eau dans le frigo avec une aisance hors pair. D'ailleurs, on peut noter qu'elle ne met pas cette bouteille dans la porte du frigo, mais dans le corps du frigo avec d'autre bouteilles apparemment. À noter que le frigo est le lieu d'exposition de dessins en tous genres et de papiers ultra importants. Je verrais parfaitement bien une galerie parisienne exposer ces portes de frigo avec ces dessins d'art contemporain... Mais que fait la Fiac ?

    Lorsqu’elle ouvre le congélateur c'est pire, il ne reste rien comme dessert. Une malheureuse boite de glace posée avec violence devant les deux personnages silencieux qui ne mouftent pas pendant la dispute familiale (souvent pendant les disputes familiales mieux vaut ne pas moufter...)

    Alors je vous le dis , si vous voyez que votre frigo et votre congélateur sont vides vous risquez une dispute, voire pire : un road movie avec plein de belles choses humaines dedans. Car le film est absolument merveilleux malgré ce carcan familial ou à cause de ce carcan familial parti visiter le monde alors que le frigo est vide. Je vois déjà des petits malins qui se disent : "Tiens une bonne idée de ne pas remplir le frigo, histoire de créer une dispute, faire bouger les lignes et finalement partir à l'aventure !"

    Tentez l'expérience : la liberté au bout du frigo, ça vaut le coup. Regardez le film jusqu'au bout pour savourer cette liberté d'être en dehors des sentiers battus, comme cette famille aussi perchée que leur frigo est vide. Ils auraient pu juste se disputer, finir leur repas et ne rien faire ; mais non : ils se sont extraits de leur réalité pour la gamine et n'ont pas fait les courses comme la logique l'aurait voulu. Un frigo vide et, hop, sur la route ! Jack Kerouac aurait apprécié.

    ODF

    Little Miss Sunshine, comédie dramatique de Jonathan Dayton et Valerie Faris
    avec Greg Kinnear, Toni Collette, Steve Carell, Paul Dano, Abigail Breslin et Alan Arkin
    USA, 2006, 101 mn

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    http://www.loeildufrigo.fr/2018/01/little-miss-sunshine-frigo.html

     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Amour et compassion

    Pin it!

    maxresdefault.jpgBiopic réussi et audacieux, Love & Mercy est l'une des jolies surprises cinématographiques de l'année 2015. Le film vient de sortir en DVD : c'est l'occasion de découvrir ce film en même temps que de se plonger dans l'univers de Brian Wilson, l'un des génies musicaux de ces 50 dernières années.

    Love & Mercy fait le choix non de retracer la carrière du leader des Beach Boys mais de s'intéresser à deux moments cruciaux de sa vie et de sa carrière, traités par alternance.

    La première de ces étapes suit la phase de succès du groupe californien lorsque "Beach Boys" rimait avec succès interplanétaires (Surfin' USA, I Get Around, California Girls, Barbara Ann), rêve américain, plages et jolies filles en bikinis. Prodige du groupe et personnalité fragile et fantasque, tyrannisé par son père qui lui ôtera tout droit sur ses compositions, le jeune Brian Wilson, interprété avec talent par Paul Dano, a l'idée de sortir du chemin balisé du groupe et rêve de recherches musicales et de nouveaux sons à travers un concept album, Smile. Nous sommes en 1967 et ce projet ne suscite guère d'enthousiasme autour de lui.

    La deuxième époque s'ouvre vingt ans plus tard et Brian Wilson est une légende dont la carrière semble derrière lui. Le leader des Beach Boys (interprété pour cette période par John Cusack) n'est plus que l'ombre de lui-même : malade, schizophrène, atteint d'une dépression, il est en plus sous l'emprise d'un médecin, gourou et manipulateur, Eugene Landy (Paul Giamatti, étonnant et terrifiant). Melinda Ledbetter (Elizabeth Banks), une commerciale spécialisée en vente de voitures, croise par hasard Brian Wilson. Entre les deux, le courant passe. À l'admiration pour le chanteur en fin de carrière, succède une évidence : la jeune femme entend bien sortir Brian Wilson du piège chimique et mental où il est englué.

    Film à double facettes, Love & Mercy (littéralement "Amour et Compassion", un titre interprété par le "vrai" Brian Wilson dans le générique de fin) est le récit d'une touchante histoire d'amour autant que d'une d'une rédemption, avec en filigrane l'album emblématique Smile. Le bloggeur fera juste la fine bouche à ce sujet : autant la genèse de ce concept-album est abordé à travers les affres de la création de Wilson et des scènes d'enregistrements passionnantes, autant est mis sous silence la sortie de ce disque légendaire, Smile. Il est vrai qu'elle n'eut lieu que bien plus tard, en 2004 et a confirmé le retour sur le devant de la scène d'un authentique génie, ce que montre par ailleurs Love & Mercy.

    Love & Mercy, de Bill Pohlad, avec Paul Dano, John Cusack, Elizabeth Banks
    et Paul Giamatti, USA, 2015, 120 mn