Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Hedy Lamarr, star hollywoodienne et inventeuse de la technologie sans fil

    Pin it!

    C’est l'histoire d'une injustice propre à se faire étrangler toutes les féministes du monde – et on peut les comprendre : ou comment l'une des plus belles tête de l'histoire des sciences a été largement oubliée des manuels, en dépit de ses travaux révolutionnaires. Encore que, lorsque je dis "belle tête", je devais préciser que c'est surement cela qui a joué des tours à Hedy Lamarr, actrice hollywoodienne devenue inventeuse de technologies sans fil que l’on retrouve dans les GPS, bluetooth et autres wifi. Le destin de celle qui est devenue une figure emblématique de Google est évoquée par la dessinatrice Pénélope Bagieu dans le tome 2 de Culottées, Des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent.

    Hedy Lamarr, née Hedwig Eva Maria Kiesler, est décédée à l’âge de 85 ans en janvier 2000 en Floride et aurait eu 102 ans en novembre dernier. Née en Autriche en 1914, rétrospectivement ses premières années n’augurent rien de bon : une famille d’origine juive puis un premier mari violent, Friedrich Mandl, marchand d’armes en contact avec Benito Mussolini et hébergeant Adolf Hitler dans leur maison familiale. Hedy Lamarr parvient toutefois à se faire une place au soleil comme actrice. Elle tourne aux côtés de son mentor Georg Jacoby (Tempête dans un Verre d’Eau, 1931) et multiplie les films à succès, dont le sulfureux Extase de Gustav Machaty (1933) qui fera rugir la bonne société de l’époque.

    Son mariage avec un homme d’affaire très controversé n’est pas une réussite mais il lui permet d’être initié, grâce à lui, à la technologie militaire. Hedy Lamarr choisit de fuir son pays lorsque les nazis s’en emparent. Trop heureuse de quitter un mari méprisé, l’actrice trouve facilement les chemins des studios, grâce à Louis Mayer, producteur aux studios Metro-Goldwyn-Mayer. Séduit par la jeune femme ("la plus belle fille du monde" selon le metteur en scène de théâtre Max Reinhardt) , il lui propose son premier contrat aux États-Unis. La carrière d’actrice d’Hedy Lamarr devient celle des plus grandes stars d’Hollywood. Elle est choyée par Louis Mayer et côtoie Billy Wilder, Robert Capa, Charlie Chaplin, Jean-Pierre Aumont, Marlon Brando, Orson Welles, Errol Flynn, James Stewart ou Robert Taylor. Cole Porter lui écrit même une chanson. À partir de 1938, elle enchaîne une quinzaine de rôles : Camarade X de King Vidor (1940), La Danseuse des Folies Ziegfeld de Robert Z. Leonard (1941) où elle tient la dragée haute à Judy Garland et Lana Turner, Tortilla Flat de Victor Fleming (1942), Angoisse de Jacques Tourneur (1944), Samson et Dalila de Cecil B. DeMille (1949), L'Amante di Paride de Marc Allégret et Edgar G. Ulmer (1954) ou L'Histoire de l'Humanité d'Irwin Allen (1957).

    hedy lamarrPour autant, il n’était pas dit que Hedy Lamarr serait simplement une nouvelle Greta Garbo ou une femme dont la pastique pouvait faire de l’ombre à Marlene Dietrich. Devenue actrice, Hedy Lamarr nourrit en effet d’autres ambitions qu’une profession qu’elle ne juge pas sans dédain : "N'importe quelle fille peut avoir l'air glamour, tout ce que vous avez à faire est de rester immobile et de prendre un air idiot", affirme-t-elle non sans auto-dérision.

    Alors que le rôle des femmes est encore à l’époque cantonné au second plan, elle utilise ses connaissances et ses capacités intellectuelles exceptionnelles au service des Alliés – mais aussi contre son pays d’origine tombé sous le joug de la croix gammée. La petite histoire dit que, peu encline à faire la fête, l’actrice hollywoodienne utilise son temps libre dans des laboratoires, au service de l’armée américaine. Son dada ? Les ondes radio et les technologies de communication, des domaines pointus dont elle avait eu connaissance grâce à son premier mari Friedrich Mandl. Avec George Antheil – un autre artiste, pianiste, compositeur reconnu mais aussi, durant cette période, scientifique familier des systèmes de contrôles automatiques – Hedy Lamarr travaille sur une invention précurseur de la communication à distance, sans fil : un système émetteur et récepteur de signaux secrets indétectables, qui sera appliqué en pleine guerre sur les torpilles auto-guidées. En 1962, lors de la crise des missiles à Cuba, c’est encore elle qui améliora cette avancée majeure en travaillant sur un système de "radiodiffusion à large spectre." Depuis les années 80, la "technique Lamarr" est toujours utilisée dans la technologie mobile.

    La reconnaissance tarde et Hedy Lamarr se cantonne à être cette actrice glamour, au point d’en oublier ses apports technologiques, ses inventions ayant été gardées secret défense par l’armée américaine. Ambitieuse, orgueilleuse et intelligente, elle montre aussi le visage d’une scientifique humaniste, prudente sur l’utilisation de ses propres inventions : "Le monde ne devient pas plus facile. Avec toutes ces inventions, je pense que les gens sont davantage pressés et sollicités… La précipitation ne représente pas la bonne manière de procéder. Nous avons besoin de temps pour tout : pour travailler; pour se divertir et pour se reposer."

    Cette manière pertinente et prudente de juger les progrès de la science illustre sans doute le parcours d’une scientifique à la fois pugnace et discrète. Si discrète que le milieu de la science mettra des décennies avant de reconnaître les avancées d’une femme qui avait sans doute le "tort" d’être une "simple" actrice, une femme dans une société machiste, et belle de surcroît – trop belle, donc idiote, le genre de fille "à ne pas avoir inventé l’eau tiède." Les dernières années de l’actrice et scientifique sont plus sombres : la presse people se gargarise de ses frasques amoureuses, de sa fortune dilapidée ou de ses vols à l‘étalage.

    La reconnaissance vient sur le tard. En 1987, plus de quarante ans après leurs premiers travaux appelés à une pérennité exceptionnelle, Hedy Lamarr et son acolyte et ami George Antheuil sortent de l’oubli et sont reconnus par l’Electronic Frontier Foundation. Son biographe Richard Rhodes raconte à ce sujet que lorsque l’artiste et scientifique apprit la nouvelle, elle commenta ainsi : "Et bien, il était temps !"

    Richard Rhodes, Hedy’s Folly: The Life and Breakthrough Inventions of Hedy Lamarr, The Most Beautiful Woman in the World
    "Comment Hedy Lamarr a inventé la première technologie sans fil", in IQ Intel, 6 avril 2016
    Pénélope Bagieu, Culottée, tome 2, Des Femmes qui ne font que ce qu'elles veulent, Gallimard Jeunesse, 2017, 168 p.

  • Ère de l’information ou ère de la crédulité ?

    Pin it!

    Le dossier que la revue Pour la Science consacre à la désinformation sur les réseaux sociaux est de ceux que l’on souhaite promouvoir. L’enquête menée par l’équipe de chercheurs italiens menée par Walter Quattrociocchi au Laboratoire de sciences sociales computationnelles à Lucques (école MIT des hautes études) s’est intéressée à la manière dont sont diffusées les informations fausses et les théories conspirationnistes les plus aberrantes. Les exemples en la matière ne manquent pas : traînées de condensation d’avions destinées à manipuler le climat voire les populations (chemtrails), liens entre vaccins et maladies, attentats du World Trate Center, l’alunissages d’Apollon 11 en 1969, et cetera. Ces théories fumeuses ne pourraient être qu’anecdotiques si l’on oubliait leur influence parfois désastreuse : l’affaire du "Pizzagate" en pleine élection américaine, imaginant un réseau de pédophilie auquel aurait été liée Hillary Clinton, a contribué à perturber l’électorat américain particulièrement volatile.

    L’équipe de Walter Quattrociocchi a passé à la moulinette plusieurs millions de données d’internautes italiens entre septembre 2012 et février 2013, alors que ce pays était en pleine campagne électorale : un contexte idéal pour étudier à la loupe les comportements de citoyens lorsqu’ils sont en présence de sources classiques, alternatives et politiquement influentes.

    L’article du magazine scientifique rappelle qu’Internet a révolutionné la manière dont mes citoyens sont informés – et mésinformés. Trois facteurs fondamentaux expliquent la désinformation. L’analphabétisme fonctionnel, tout d’abord, qui est cette incapacité à comprendre un texte : cela concerne près de la moitié des Italiens ou Français âgés de 16 à 65 ans. Un autre facteur est le "biais de confirmation", autrement dit la propension que nous avons à rechercher des informations qui viennent étayer et confirmer nos goûts et nos préjugés. Le dernier facteur est celui, inédit depuis la naissance des réseaux sociaux type Facebook ou Twitter, d’une information numérique directe, sans contrôle ni vérification préalable avant diffusion. Ce dernier facteur est considéré par nombre de spécialistes comme une menace particulièrement dangereuse, ce qui fait dire ceci à Walter Quattrociocchi : "On fait souvent l’hypothèse que l’être humain est rationnel, mais l’étude quantitative de ces phénomènes indique plutôt le contraire" !

    La première conclusion de l’étude sociologique montre que les trois sources étudiées (classiques, alternatives et politisées) ont, dans leur propagation et leur diffusion (nombre de likes, de partages ou de commentaires) des statistiques similaires. Autre similitude : la polarisation des internautes sur les sources d’actualité qu’ils ont l’habitude de suivre. Autrement dit, une personne suivant des actualités scientifiques réagira peu ou pas du tout à des sources alternatives – et inversement. Une première distinction apparaît lorsqu’il s’agit d’étudier les trolls, ces messages parodiques dont l’objectif est de perturber volontairement une discussion (par exemple, la mise en relation de la fièvre Ebola avec des photos de chatons). Il apparaît que ces trolls suscitent d’abord des réactions de la part des internautes suivant les sources d’informations alternatives : "Parmi les 1279 utilisateurs classés comme une orientation bien définie, 55 % de ceux qui ont cliqué "J’aime" sur les trolls considérés sont des amateurs de sources alternatives, contre 23 % et 22 % respectivement pour les amateurs de sources classiques et de mouvements politiques." Walter Quattrociocchi pointe du doigt un paradoxe frappant : "Les internautes les plus attentifs à la prétendue manipulation perpétrée par les médias orthodoxes sont les plus enclins à interagir avec des sources d’informations intentionnellement fausses." Dit autrement, les pourfendeurs de la manipulation sont aussi ceux les plus enclins à être manipulés !

    Mais qu’est-ce qui différencie les sources d’information scientifiques et celles provenant de médias alternatives ? La première est que l’information scientifique fait référence à des travaux et des auteurs précisément tracés. Par contre, les articles conspirationnistes s’appuient sur des machinations secrètes, ourdies par des individus puissants mais jamais clairement identifiés. D’autre part, alors que les sources scientifiques s’appuient sur des faits empiriques, ceux appartenant à la sphère conspirationniste trouvent des explications simples – pour ne pas dire simplistes – à des phénomènes complexes. Internet, on le sait, est une caisse de résonance formidablement puissante et est un véhicule efficace, pour le meilleur, mais aussi pour le pire (voir à ce sujet le graphique Matteo Pavanati au sujet des complots diffusés sur Facebook).

    Comment désintoxiquer et empêcher la diffusion de fausses informations ? Walter Quattrociocchi considère qu’essayer de convaincre que les chemtrails (les fumées d’avion dangereuses) n’existe pas est vaine. L’interaction des utilisateurs d’une même sphère est si présente que tenter de convaincre un conspirationniste produit l’effet inverse de celui recherché. D’une manière générale, chacun tendra à ignorer tout ce qui ne conforte pas leur propre préjugé ("biais de confirmation"). De plus, précise le chercheur italien, plus une discussion sur un post est longue plus elle aboutira à "une dégénérescence négative."

    Dans ce même dossier de Pour la Science, Gérard Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot salue les travaux de ses confrères italiens comme les analyses, confirmant d’autres études sociologiques. S’agissant des moyens d’empêcher la mésinformation et la désinformation, il compare l’attrait pour le conspirationnisme avec la croyance à des mouvements sectaires, ajoutant que s’affranchir d’une secte est toujours possible, "sous les coups de boutoir de la réalité." Oui, dit-il, il convient d’apporter la contradiction face à des visions du monde simplistes et erronées, même si c’est un travail de longue haleine. L’entreprise est d’autant plus ardue lorsque des hommes de pouvoir comme Donald Trump parviennent à réveiller "des préjugés enfouis" chez des électeurs : le manichéisme, la peur ou la croyance en solutions simplistes. On sait que le Président américain s’est habillement servi de médias alternatifs sur les réseaux sociaux pour diffuser des informations susceptibles de déstabiliser son adversaire démocrate. Walter Quattrociocchi a cette conclusion frappante : "Ne faudrait-il pas cesser de parler de l’ère de l’information et parler plutôt de l’ère de la crédulité ?"

    Walter Quattrociocchi, "Désinformation sur les réseaux sociaux",
    in Pour la Science, février 2017, pp. 20-32

    Page Facebook Complots faciles pour briller en société

    © Matteo Pavanati

  • Sans commentaire

    Pin it!

    Gabriela Manzoni, Comics retournés, éd. Séguier, 2016

    © Gabriela Manzoni

  • Aliénor et ses "cellettes"

    Pin it!

    J'ai envie de vous parler d'Aliénor de Cellès et de ses portraits. L'artiste expose en ce moment à la galerie LaLoge jusqu'au 11 février. Les parcours singuliers sont ceux qui donnent le plus de consistance à une carrière artistique. Celui d'Aliénor de Cellès est passé par le stylisme, la mode et les costumes de scène. Cette influence est visible dans les gouaches qu'elle propose à LaLoge ("Si je t'ai croisé, je t'ai croqué").

    Il est vrai que les personnages naïfs de la peintre, pourraient autant être ces mannequins en représentation lors de défilés que ces anonymes croisées ici ou là. Cette petite femme à la moue dépitée, serrant contre elle un dossier de travail, ne serait-elle pas une attachée de presse débordée, une stagiaire paumée ou une secrétaire priée de se mettre à disposition de tel ou telle.

    Dans leurs atours colorés, les femmes d'Aliénor de Cellès – ou les "cellettes" si le bloggeur peut se permettre ce néologisme – baignent dans un océan de perplexité, pour ne pas dire de solitude. Les regards plongent vers le sol, à l'image de cette femme en déshabillé (une prostituée?). Les modèles interrogent le spectateur ou bien se font fuyants, pour ne pas dire désespérés.

    Aliénor de Cellès est la portraitiste sans fard de femmes cachant leurs blessures dans des attitudes exubérantes ou des tenues chatoyantes. Que l'on ne s'arrête pas sur sa patte faussement naïve : l'âme de ces petites femmes, ces "cellettes", est là, exposée, captant l'attention du spectateur. Il semblerait qu'elles vont prendre vie.

    Aliénor de Cellès, "Si je t'ai croisé, je t'ai croqué"
    du 23 janvier au 11 février 2017 à LaLoge Expo

    24, rue Morère 75014 Paris
    de 14:00 à 19:00
    Tél. 06 09 75 79 64
    https://www.facebook.com/GalerieLaLoge
    http://www.bureaudecreationalienor.com

    © Aliénor de Cellès

  • Deux jeunes filles en fleur à l'orée du siècle

    Pin it!

    On a, en France, un rapport passionné avec l'histoire, et s'il est un domaine littéraire qui suscite de l'engouement, c'est bien celui du roman historique.

    Catherine Armessen, que nous aimons sur Bla Bla Blog, vient de sortir son dernier ouvrage, Les Jumelles de Vernajoul (éd. Les Passagères). Ce roman devrait ravir les amateurs d'un genre ayant ses inconditionnels.

    Pour construire "ses" jumelles, Antoinette et Élise, l'auteure s'est inspirée d'une aïeule, prénommée Élise – mais qui n'avait pas de sœur jumelle – et qui a tenu un journal de 1898 à 1920. Cet écrit a servi de matière première à Catherine Armessen pour bâtir une histoire qui nous fait revivre les premières années du XXe siècle.

    Deux bébés sont séparés à leur naissance après le décès de leur jeune mère et de son amant. Elles sont adoptées et vivent éloignées, sans rien connaître de leurs origines. À l'âge de seize ans, leur chemin se croisent dans l'Ariège, à quelques kilomètres du village de leur mère naturelle. Les adolescentes se découvrent sœurs jumelles et finissent par ne plus se séparer.

    À l'orée du siècle, au temps de la Belle Époque finissante, de la loi de séparation de l’Église et de l’État, de la première guerre mondiale, du développement de la médecine (un domaine que l'auteure connaît bien), du modernisme en art, de Guillaume Apollinaire ou de Marcel Proust, les deux jeunes filles en fleur auront besoin l'une de l'autre pour affronter les tourments de ces années de braise et de sang : les traditions sclérosées, les amours contrariés voire interdits par la société, les rivalités de tout genre et surtout la Grande Guerre.

    Dans ce roman d'apprentissage, les jumelles vont traverser une période charnière de notre pays : les tueries de la guerre 14-18, l'émancipation naissante des femmes, les années folles ou le jazz venu des États-Unis, dans une France encore bercée par des traditions multiséculaires, celle des rosaires, des mariages de convenance, du machisme et du patriotisme.

    Ces deux mondes opposés sont réconciliés par Catherine Armessen, sous les traits de deux jeunes filles en fleur.

    Catherine Armessen, Les Jumelles de Vernajoul, éd. Les Passagères, 2016, 305 p.
    http://www.catherine-armessen.fr

  • "Hiroshima, mon amour", avec Emmanuelle Riva

    Pin it!

  • "Elephant Man" avec John Hurt

    Pin it!

  • La bulle coincée en travers de la gorge

    Pin it!

    Le bloggeur avait mis cet événement sur son agenda pour le dernier week-end, de mai 2017 : après avoir consacré plusieurs chroniques sur le festival de BD "Montargis coince la bulle", le rendez-vous était pris pour arpenter les couloirs d’un salon dont la réputation grossit au fur et à mesure des saisons.

    Las, d’après le quotidien La République du Centre, les organisateurs ont décidé de jeter l’éponge, après plusieurs éditions immanquables. La faute au fric : trop cher, pas assez "populaire" et sans doute pas dans les goûts de la commission culture municipale.

    On se souvient que la dernière édition de Montargis Coince la Bulle s’était déroulée trois jours avant les inondations historiques qui avaient dévasté la ville en 2016. La Venise du Gâtinais avait bien besoin d’un nouveau coup dur ! Il est venu alors que cet événement était le bienvenu pour remettre du baume au cœur à une cité encore traumatisée par les crues de l'an dernier. Même si tout ne semble pas perdu, ce festival de BD aura bel et bien du mal à se remettre à flot : "Pessimiste, Arnaud Floc'h [le dessinateur et créateur du festival] semble voir dans ce coup d'arrêt la signature d'un arrêt de mort : certains auteurs et libraires, qui avaient marqué le rendez-vous d'une croix blanche chaque année, ont très vite pris d'autres engagements. La nature a horreur du vide."

    Quelques édiles ont décidé de faire éclater la bulle qu'un certain nombre d'amateurs de BD attendaient, et cette bulle, plus d'un risquent de l'avoir coincée en travers de la gorge.

    Jean-Baptiste Dos Ramos, "L’édition 2017 de « Montargis coince la bulle" est annulée,
    La République du Centre, 17 janvier 2017

    http://www.montargiscoincelabulle.fr

    © Bla Bla Blog – Maud Begon

  • Énergiquement fluide, intensément paisible

    Pin it!

    Le monde de Jihee Han c'est le paysage, des paysages que la jeune artiste présente à la galerie Vincent Lécuyer dans le 7e arrondissement, jusqu'au 28 janvier.

    N'allez pourtant pas penser que ces paysages sont ceux d'une nature réelle ou que Jihee Han se fait peintre environnementale : "Je ne peux pas dire que mon sujet soit la nature que l’on voit. Nombre d’artistes qui ont pris le parti d’exprimer le monde invisible empruntent également à la nature. Aussi, ce que l’on identifie comme la nature dans l’art, ne concerne souvent pas la nature environnementale, mais un univers insaisissable qui réfléchit le paysage intérieur”, affirme-t-elle.

    Il faut certainement chercher son influence du côté de l'abstraction lyrique, et vers quelques illustres pairs – Pierre Soulages (Fort obscur encore, 2015), Cy Twombly (Light Blue 2016) et surtout Zao Wou-Ki (Untitled, 2015). L'essence de la peinture de Jihee Han ce sont ces paysages fantasmagoriques et comme sortis de monde imaginaires. C'est en cela, sans doute, que l'artiste parle de "paysages intérieurs", capables de venir caresser et apaiser le regard du spectateur.

    L'artiste d'origine coréenne impose indéniablement sa patte dans un genre, la peinture de paysages, qui semblait ne plus rien avoir à nous dire. Elle peut faire surgir des apparitions minérales grâce à ses touches épaisses d'acrylique, d'un gris argenté. Sur des fonds blancs translucides, les rochers surgissent telles de délicates collerettes (Paysage incomplet, 2016) ou bien flotter sur des étendues aqueuses, irréelles et apaisantes. Les montagnes sont des vitraux bleutés aussi fragiles que des cristaux (Mountains, 2016 ou Isolated island, 2013). Dans ces paysages d'un autre monde, l'élément liquide est omniprésent, que ce soit dans les majestueuses cascades de glace aux rideaux évanescents (Dedans et au-delà, 2016), dans ses banquises légères de Light Blue (2016), dans la neige (Énergiquement paisible, 2015), ou dans ces chutes d'eau "cézaniennes" de Cascade (2016).

    Fort obscur encore (2015) renvoie au noir de Soulages. Dans First Rock (2015), un étrange monolithe à la matière grise impose sa présence massive et évidente. L'eau est encore là, coulant en filets sur les parois du roc. Il est encore question d'éléments liquides dans un tableau sans titre de 2015 : l'artiste y délaisse le blanc – sa couleur fétiche – au profit d'un paysage de vagues, à la frontière entre le réalisme et l'abstraction. L'influence de Zao Wou-Ki semble tomber sous le sens.

    Les peintures de Jihee Han évoquent, comme elle le dit elle-même, "la fluidification d’un monde qui flotte." L'artiste ne parle pas d'environnement ou de nature à protéger mais d'univers mystérieux à la fois proches et lointains.

    Jihee Han, à la galerie Vincent Lécuyer
    34, rue de Lille
    75007 Paris
    Du lundi au samedi de 10 heures à 19 heures
    http://www.hanjihee.com
    http://www.parisartistes.com/jihee-han

    © Jihee Han

  • Fishbach, Y crois-tu ?

    Pin it!

    En attendant son prochain concert à La Cigale le 14 mars prochain, Fishbach, l'une des révélations dont nous avions parlé il y a peu sur Bla Bla Blog, s'est produite pour les sessions Son & Lumière de Télérama. Elle y interprète Y crois-tu, le premier titre de son nouvel album A ta merci.

    "Fishbach, jamais rien vu d'aussi mortel"

     

     

  • On a failli assassiner JFK

    Pin it!

    Stephen King, on le sait, est implacable s’agissant des adaptations de ses romans. Peu de films ont reçu la bénédiction du maître du suspense. Pensez ! Même le Shining de Stankey Kubrick, tout auréolé de son statut de chef d’œuvre, n’a pas réussi à convaincre le romancier américain qui a été jusqu’à tourner "sa" version pour petit écran, aussi pompeuse et peu convaincante que l’autre était ambitieuse et audacieuse.

    Il y a trois ans, était produite Under The Dome, une adaptation en série télé d’un autre de ses pavés, Dôme. Une demie-réussite ou un demi-échec, comme on veut. Mais en tout cas, la preuve était faite que ce genre audiovisuelle semble aller comme un gant aux versions filmées de Stephen King.

    La série 22.11.63, tirée du roman du même nom – et actuellement diffusée sur Canal – va dans le même sens. L’auteur de Dolores Claiborne en est d’ailleurs co-producteur avec JJ Abrams et James Franco. James Franco, justement, joue le rôle principal, celui de Jake Epping, un obscur professeur propulsé au début des années 60 afin d’empêcher l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963. Il entreprend une aventure fantastique et dangereuse dans le temps pour contrecarrer le passé. Mais le passé est retors et pourrait bien se venger.

    Il est visible que le romancier américain a suivi avec soin l’adaptation de son roman. Le respect à l’histoire est là, tout comme l’esprit du livre : une plongée dans l’Amérique profonde mais aussi dans une époque filmée avec nostalgie – lorsque le rêve ne se transforme pas en cauchemar. Comme le dit un personnage de 22.11.63, "Si tu veux faire un truc qui emmerde le passé, le passé aussi viendra t’emmerder."

    Stephen King, 22/11/63, éd. Albin Michel, 2014, 1056 p.
    22.11.63, série de Kevin Mc Donald, avec James Franco, Sarah Gadon,
    Chris Cooper et Daniel Webber, saison 1, 8 épisodes, 2016,
    en ce moment sur Canal

  • La vie et les deux morts de Louis Althusser

    Pin it!

    Le 16 novembre 1980, le nom du philosophe Louis Althusser rejoignait la colonne des faits divers. Le brillant intellectuel de la rue d’Ulm, maniaco-dépressif et, ce jour-là, dans un état de démence, étrangla sa compagne Hélène Rytmann. Reconnu irresponsable de ses actes, Louis Althusser passa les dix dernières années de sa vie en traitement, avec interdiction de s’exprimer publiquement. L'affaire judiciaire se conclua par une première mort symbolique du philosophe, avant son décès le 22 octobre 1990.

    Étonnamment, le documentaire de Bruno Oliveira, L’Aventure Althusser, visible en replay sur Arte pour encore quelques jours, s’attarde peu sur cet homicide – ou ce "suicide altruiste" comme il a été dit non sans un certain cynisme. Ce qui intéresse le réalisateur c'est le parcours philosophique et politique d’un des intellectuels français les plus brillants de la deuxième moitié du XXe siècle.

    La carrière de Louis Althusser est intimement liée à celle du communisme qu’il épousa, en adhérant au PCF, jusqu’à en devenir une figure importante. Ne rêvait-il pas d’en devenir son idéologue, comme le rappelle le film de Bruno Oliveira ?

    L’Aventure Althusser retrace le cheminent philosophique de celui qui va relire en profondeur l’œuvre de Marx, et en particulier Le Capital, grâce à un groupe de recherche de l’École Normale Supérieure. Les travaux d’Althusser et de ses élèves vont avoir une influence majeure sur l'histoire de la pensée. Ils contribuent à dépoussiérer le marxisme et le remettre au centre des débats idéologiques. Nous sommes dans les années 60. Après le décès de Staline, Khrouchtchev a procédé à une condamnation virulente de son prédécesseur. En Chine, Mao est le centre d’intérêt d’une partie de la jeunesse européenne, passionnée par une révolution communiste menée tambour battant et avec les escès que l'on connaît : "Pendant la dictature bourgeoise, la bourgeoisie a obligé les travailleurs a ramer dans un certain sens. Maintenant, nous obligerons tout le monde, pas seulement les travailleur, mais aussi leurs adversaires, à ramer dans un autre sens. C’est ça, la dictature du prolétariat" comme l'a affirmé Louis Althusser.

    L'auteur de Pour Marx se fait le chantre d’un nouveau communisme, après les règnes violents de ces "philosophes froids" qu’ont été Lénine ou Staline. Or, mai 68 voit le succès des concepts marxistes "marcher contre lui" ! Les témoignages des élèves d’Althusser comme de ses amis sont un rappel du rendez-vous manqué de cette année révolutionnaire. La voix de Louis Althusser est singulièrement absente. Il est vrai que l’homme est déjà malade, sujet de troubles maniaco-dépressifs à répétition qu’une frise chronologique éloquente vient rappeler dans le documentaire.

    Ce film sur Louis Althusser est certes insuffisant pour embrasser une carrière philosophique majeure. L’homicide d’Hélène Rytmann reste pudiquement en arrière-plan (pas un mot notamment sur son essai autobiographique posthume L'Avenir dure longtemps, 1992). De même, sa relation sentimentale avec sa traductrice italienne Francesca est seulement dévoilée. Sans doute, y aurait-il matière à faire un second film sur la vie personnelle d'Althusser pour comprendre les motivations d'un meurtre épouvantable. Cependant, le film de Bruno Oliveira reste une passionnante découverte ou redécouverte d’un philosophe majeur du XXe siècle, dont les idées semblent reprendre de la vigueur depuis une dizaine d'années.

    Bruno Oliveira, L’Aventure Althusser, 2016, 60 mn, sur Arte, en replay en ce moment


  • Charlène Desfougeres, une fille au pouvoir

    Pin it!

    Charlène Desfougeres est une jeune illustratrice française installée à Paris.

    Les illustrations douces et un peu folles de Charlène Desfougeres mettent en scène des personnages loufoques, dans des mises en scène atypiques. La jeune Parisienne crée des images que l’on a envie de retrouver chez soi pour se transporter chaque jour dans des univers beaux et intrigants.

    En ce week-end d'élection de Donald Trump, quelle meilleure illustration que celle faite pour Les Nanas d'Paname ? Des icônes détournées de l'Amérique et un appel au girl power par une fille qui n'a pas froid aux yeux.

    Charlène Desfougeres, chez galerie WAIT
    Site de Charlène Desfougeres

    © Charlène Desfougeres

  • Résurrection d'un manga

    Pin it!

    C1 BR La Tour au-dela╠Ç des Nuages.jpgLa Tour au-delà des Nuages de Makoto Shinkai sort en ce moment en DVD en France.

    1974. Le Japon est divisé en deux. Si l’île d’Hokkaido est occupée par l’Union, le reste du pays est allié aux États-Unis. Une tour, dont le sommet se perd dans les cieux, est alors construite par l’Union. Deux amis, Hiroki et Takuya, rénovent un avion afin de réaliser leur rêve : atteindre le sommet de la tour au-delà des nuages. Une fille mystérieuse prénommée Sayuri se joint aux deux adolescents qui lui promettent de l’emmener avec eux voir la tour. L’aventure s’arrête brusquement le jour où la jeune fille disparaît sans laisser de traces. La promesse est rompue, Hiroki et Takuya abandonnent leur projet et se séparent pour suivre chacun leur route. Devenus adultes, ils seront à nouveau réunis par le destin, mais leur relation n’est plus la même.

    Récit poétique, fantastique et utopique, réalisé en 2004, La Tour au-delà des Nuages a été récompensée par le Prix Mainichi du meilleur film d'animation cette même année. Il est aujourd’hui enfin disponible en France.

    Makoto Shinkai, La Tour au-delà des Nuages, CoMix Wave Films, Kazé Animé, 2017, 137 minutes

    Copyright : © Makoto Shinkai/CoMix Wave Films

  • Bla-blas sur les Présidentielles

    Pin it!

    Bla Bla Blog commence à partir de ce mois-ci un dossier spécial à l’occasion des élections présidentielles.

    En décalage avec ce qui peut se dire et s’écrire, votre blog sur l'actualité culturelle va vous permettre de poser un autre regard sur ces candidates et ces candidats qui vont briguer l’investiture suprême.

    Il s’agira pour Bla Bla Blog de mieux vous faire connaître ces hommes et ces femmes, à travers des chroniques mais aussi des interviews exclusives, toujours sous l’angle des arts et de la culture. Le challenge est de taille mais le bloggeur est bien décidé à le relever.

    Très bientôt, une première chronique pour découvrir un visage familier et révolutionnaire de la politique française.