Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

laureline

  • Valérian et Laureline, agents très spatiaux

    Pin it!

    Un peu plus d’un mois après sa sortie à grands frais, pourquoi ne pas revenir sur Valérian et la Cité des Mille Planètes ? Le dernier opus de Luc Besson, rêve d’enfant du réalisateur du Cinquième Élément autant que défi artistique et pari commercial, propose une adaptation du couple de SF le plus connu et le plus glamour de la bande dessinée.

    En collaboration avec ses deux créateurs, le dessinateur Jean-Claude Mézières et le scénariste Pierre Christin, Luc Besson propose de rendre justice à Valérian et à Laureline, dont les aventures ont été largement pompées par les créateurs de Star Wars. Le résultat : la plus grande superproduction française (197 millions d’euros), si grande que l’avenir de la société de production EuropaCorp dépend de la réussite ou de l’échec du film.

    Valérian et la Cité des Mille Planètes adapte l’histoire de L'Ambassadeur des Ombres (1975) et non pas la BD de 1971, L'Empire des Mille Planètes, dont le film de Luc Besson reprend une partie du titre.

    Nous sommes en 2740. Les agents gouvernementaux Valérian et Laureline sont chargés de récupérer un réplicateur – en réalité une charmante bestiole dotée d’un pouvoir de reproduction d’objets physiques, dont une étrange perle. Après le succès par nos agents de cette mission, le précieux réplicateur est amené sur Alpha, une base spatiale héritée de l’ISS et peuplée de 17 millions d’êtres vivants humains et surtout d'extra-terrestres. Mais des créatures jusque-là inconnues, venues de la mystérieuse planète Mül, viennent dérober le réplicateur et enlever, par la même occasion le Commandeur Filitt. Les agents Valérian et Laureline se lancent dans une course à la recherche de ces êtres fascinants et comme venus de nulle part.

    De mauvaises langues ont fait la fine bouche devant ce grand et beau divertissement populaire. Luc Besson sait faire ce qu’il sait le mieux faire : raconter une histoire, faire vivre ses personnages sans temps mort et aussi montrer que le cinéma français peut rivaliser avec les blockbusters américains. À n’en pas douter, voilà qui a fait grincer pas mal de dents outre-atlantique.

    Dane DeHaan et Cara Delevingne, dans les rôles respectifs de Valérian et Laureline, jouent le rôle d’agents spécieux et spatiaux en pleine forme. Ils cavalcadent, se battent, croisent des créatures extra-terrestres et extraordinaires et ne manquent pas de se chercher dans un jeu digne de "je t’aime moi non plus", avec une fin entendue dès le début. Une mention spéciale est décernée à Cara Delevingne – certes pas suffisamment rousse pour le rôle – pour son interprétation d’une Laureline courageuse, bravache et qui ne s’en laisse pas conter.

    À l’heure de l’écriture de cette chronique, après le flop de Valérian aux États-Unis et le succès au box-office français (4 millions d’entrées), les producteurs ont les yeux rivés sur la fréquentation en Chine, pour l’heure rassurante mais sans garantie d’une suite, pourtant déjà écrite par Luc Besson. Ce qui serait d'ailleurs fort dommage.

    Valérian et la Cité des Mille Planètes, de Luc Besson, avec Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen, Rihanna et Ethan Hawke, EuropaCorp, France, 2017, 138 mn, toujours en salle
    "Star Wars pris la main dans le pot de confiture"
    "Laureline et Valérian, bons pour le service"

  • Futurophilie

    Pin it!

    Le magazine Beaux-Arts continue son aventure dans le neuvième art, en proposant un hors-série passionnant sur la bande dessinée de science-fiction. Après la BD érotique, paru l’an dernier, c’est un autre genre qui est mis à l’honneur par le prestigieux magazine d’art, un genre populaire, souvent considéré de haut, mais à l'influence considérable. "La bande dessinée de S.F. a contaminé les blockbusters du cinéma contemporain, de Star Wars à Blade Runner en passant par le futur Valérian de Luc Besson. Les petits Français n’y sont pas étrangers. Dans les années 1970 et 1980, les bibliothèques des studios hollywoodiens étaient remplies de numéros de Métal Hurlant" dit à ce sujet Vincent Bernière dans son éditorial.

    Il est vrai que ce hors-série de Beaux-Arts fait la part belle à la science-fiction dessinée tricolore : Les Pionniers de l’Espérance de Roger Lécureux et Raymond Poïvet, Les Naufragés du Temps de Jean-Claude Forrest et Paul Gilon, Valérian et Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, Lone Sloane de Jacques Lob, Beanjamin Legrand et Philippe Druillet, L’Incal d’Alejandro Jodorowsky et Moebius, La Trilogie Nikopol d’Enki Bilal et Le Transperceneige de Jacques Lob, Benjamin Legrand et Jean-Marc Rochette.

    Bien entendu, BD et SF font aussi bon ménage qu’il n’est possible, pour une raison évidente : avant le développement des effets spéciaux au cinéma – et leur corollaire, les effets numériques –, la bande dessinée était un médium sans nul autre pareil pour donner la vie à des mondes imaginaires et des univers extraordinaires.

    Les auteurs du magazine datent la naissance de la BD de SF française à l’immédiate après-guerre, avec la parution des Pionniers de l’Espérance de 1945 à 1973. L’élégante et futuriste saga de Roger Lécureux et Raymond Poïvet, de par sa longévité exceptionnelle, va marquer un nombre considérable d’auteurs. Parmi ses héritiers figure Les Naufragés du Temps de Jean-Claude Forrest et Paul Gilon. Un large public va se laisser conquérir par ce space opera somptueux, palpitant et sexy. Ce chef d’œuvre, aussi magistral soit-il, n’aura pas autant d’influence que l’épopée de Valérian, l’agent spatio-temporel et de la "jeune et jolie sauvageonne Laureline", "une anti Barbarella." Les aventures de ce couple, berçant entre réalisme et fantaisie, sont si marquantes que l’oeuvre de Christin et Mézières est présente jusque dans la mythique saga Star Wars.

    Les lecteurs français de Beaux-Arts découvriront une figure légendaire de la BD de SF : L’Éternaute des Argentins Héctor Oesterheld et Victor Solano López. Cette histoire d’un pays tombé dans l’apocalypse suite à la chute d’une neige mortelle donne des sueurs froides, mais pas pour les raisons que l’on pense. L’Éternaute devient un personnage emblématique et politisé lorsqu’en 1976 ce héros, créé en 1957, reprend du service. Nous sommes en pleine dictature argentine et les militaires prennent très au sérieux cette bande dessinée de science-fiction allégorique et engagée. Considéré comme un opposant, le scénariste Oesterheld est poursuivi avant d’être arrêté et de disparaître en 1977. Auparavant, il a dû vivre les enlèvements et les morts atroces de ses quatre filles, non sans avoir choisi de terminer malgré tout l’épisode de la série mythique entré dans la culture argentine.

    En parlant de ce scénariste ayant donné sa vie pour son œuvre et ses idées, il faut souligner la place que Beaux-Arts donne aux scénaristes de BD, insuffisamment mis en avant : Roger Lécureux, Jean-Claude Forrest, Pierre Christin, Brian K. Vaughan ou Alejandro Jodorowsky. Il est rappelé que Jacques Lob est à ce jour le seul scénariste à avoir reçu le Grand Prix du Festival d’Angoulême, en 1986.

    Déconsidérée, méprisée ou ignorée, la science-fiction dessinée a trouvé dans le prestigieux magazine d’art un précieux soutien.

    Les Secrets des chefs d’oeuvre de la BD de science-fiction, Beaux-Arts,
    hors-série, février 2017, 154 p.

  • Star Wars pris la main dans le pot de confiture

    Pin it!

    J'avais évoqué il y a quelques mois les emprunts de Star Wars à la série de bande-dessinées Laureline et Valérian ("Laureline et Valérian, bons pour le service"). Le magazine Marianne s'intéresse dans son hors-série consacrée à la saga de George Lucas (décembre 2015), à cette affaire de similitudes plus que troublantes.

    Dans une interview donnée au journaliste Vincent Bernière, le dessinateur Jean-Claude Mézières revient, avec un mélange d'amusement et de dépit, sur la manière dont les auteurs de Star Wars ont, semble-t-il, allègrement pompé sur les aventures des agents spatio-temporels Laureline et Valérian : "On dirait du Valérian !" se serait-il exclamé en découvrant le premier épisode tournée, Un nouvel Espoir (1977). Un pillage en bonne et due forme que les opus suivants ont confirmé : extraterrestres aux similitudes troublantes, décors de mégalopoles ressemblant comme deux gouttes d'eau, Dark Vador inspiré par les Connaisseurs de L'Empire des Mille Planètes (1971) ou le Faucon Millenium copié sur le vaisseau du couple d'agents spatiaux...

    De simples coïncidences ? Voire. Car Star Wars est bien pris la main dans le pot de confiture lorsqu'il reprend des épisodes de la bande-dessinée : Léia en bikini, otage de Jabba dans Le Retour du Jedi (1983), est une reprise d'une scène similaire avec Laureline (Le Pays sans Étoiles, 1972) et la cryogénisation de Han Solo (L'Empire contre-attaque, 1980) n'est pas sans rappeler la capture de Valérian dans une matière translucide dans L'Empire des Mille Planètes. Vincent Bernière précise que selon Jean-Pierre Dionnet, le rédacteur en chef de Métal Hurlant, tous les réalisateurs américains de science-fiction – Ridley Scott, Steven Spielberg ou George Lucas – ont largement pompé dans ce magazine culte auquel a collaboré Mézières.

    Ce dernier raconte comment il a cherché à contacter George Lucas en 1994, moins pour faire valoir ses droits – qui auraient été légitimes – que pour proposer ses services. Mais le réalisateur, qui commençait à travailler sur la remastérisation des épisodes IV, V et VI, resta muet et jamais l'inspiration des créateurs de Laureline et Valérian ne fut officiellement admise. Au sujet de ces pillages à répétition jamais reconnus, le dessinateur dit, non sans amertume : "Au début, on trouve cela inadmissible et puis on s'habitue... Cela fait des lustres que mes albums se promènent. Il n'est pas difficile d'envoyer quelqu'un en France pour se procurer des albums de science-fiction... Cela dit, quand on emprunte si lourdement quelque chose à quelqu'un, on peut, peut-être, le mentionner."

    Le créateur des agents spatio-temporels a bien tenté de lancer une équipe d'avocats pour défendre ses œuvres, mais c'était contre la série Babylon 5. Et devant la bataille judiciaire qui s'annonçait, l'éditeur Dargaud préféra jeter l'éponge.

    Un autre réalisateur, Luc Besson, s'est indigné de ce qui peut être considéré comme du vol caractérisé de propriété intellectuelle : "Les Américains t'ont assez pillé. Moi, je t'engage", lance-t-il à Mézières. Ce dernier fait partie de l'aventure du Cinquième Élément (1997). Et c'est toujours Luc Besson qui devrait permettre à Laureline et Valérian d'arriver sur grand écran (date de sortie prévue : été 2017). L'affront cinématographique devrait être lavé. Ou presque.

    "On dirait du Valérian !", interview de Jean-Claude Mézières par Vincent Bernière, in Marianne, hors-série Star Wars, décembre 2015
    Laureline et Valérian, bons pour le service"
    "Le réveil d'une épopée"

     

  • Le réveil d'une épopée

    Pin it!

    star-wars-que-valent-les-nouveaux-personnages-du-reveil-de-la-force,M285584.jpgIls sont venus, ils sont tous là – ou presque. Dix ans après La Revanche des Sith, Star Wars fait son grand retour – qui est aussi celui des grands anciens, Luke Skywalker, Léia et Han Solo en tête.

    Lorsqu'en 2012 Walt Disney avait fait un pont d'or pour racheter les droits de cette saga à George Lucas (plus de 4 milliards de dollars), le retour sur grand écran de La Guerre des Étoiles n'était plus qu'une question de temps. Les fans ont suivi avec fébrilité l'accouchement d'un nouveau cycle. Il s'est concrétisé la semaine dernière avec la sortie du Réveil de la Force, réalisé par J.J. Abrams.

    Le metteur en scène américain est devenu mythique grâce à la série Lost et à deux longs-métrages de Star Trek (les 12e et 13e de la saga de science-fiction). Il a, pour l'occasion, révisé ses classiques et refusé tout dépaysement aux fans de Star Wars qui lui en auraient voulu. J.J. Abrams (assisté dans l'écriture par Michael Arndt et Lawrence Kasdana) a choisi de faire revivre quelques figures mythiques de la saga.

    Après la chute de Dark Vador et Palpatine, la Résistance et le Premier Ordre, né sur les ruines de l'Empire galactique des Sith, s'affrontent sans merci. Luke Slywalker, Jedi légendaire disparu depuis des années, est recherché par les deux camps. Envoyé sur la planète Jakku, Poe Dameron, le meilleur pilote de la Résistance, reçoit un plan sensé localiser le héros. Mais les stormtroopers du Premier Ordre, dirigé par le funeste Kylo Ren contrecarrent l'opération. Poe confie le plan à son droïde, BB-8, recueilli peu de temps plus tard par Rey, une pilleuse d'épave. Elle reçoit le soutien d'un ancien stormtrooper, FN-2187 (Finn). Tous deux fuient à bord d'un vaisseau en mauvais état, le Faucon Millenium. Au cours de leur périple, celui-ci est accosté par son ancien propriétaire, Han Solo et son acolyte Chewbacca. Tous décident de rejoindre la Résistance.

    Dire que Le Réveil de la Force respecte à la lettre l'esprit de Star Wars est un euphémisme. J.J. Abrams ne devrait pas décevoir les millions de fans de la saga, en dépit de l'attente formidable qu'a suscitée cette troisième trilogie. Ce nouvel épisode fait le lien avec les précédents en faisant appel à quelques personnages emblématiques des épisodes IV, V et VI : Han Solo, Leia Organa et Luke Skywalker, plus âgés mais plus que jamais essentiels. Le spectateur retrouvera également des personnages devenus familiers : Chewbacca, R2D2 et C-3PO, même si ces deux derniers ont des rôles plus secondaires.

    Le Réveil de la Force assume son rôle de grand divertissement populaire dans lequel l'épopée galactique allie batailles spatiales, combats au sabre laser, créatures fantastiques, technologies ahurissantes, luttes du bien et du mal, héroïsmes exemplaires et grandes trahisons, sans oublier la musique de John Williams.

    Ce nouveau cycle de Star Wars s'ouvre de la plus brillante des manières, comme un rêve éveillé.

    Star Wars - Le Réveil de la Force, film américain de J.J. Abrams avec Daisy Ridley, John Boyega, Harrison Ford, Carrie Fisher, Adam Driver, Mark Hamill, Andy Serkis et Max von Sidow, Etats-Unis, 2015, 2H16

  • Laureline et Valérian, bons pour le service

    Pin it!

    Les agents spatio-temporels Laureline et Valérian sont les madeleines de Proust de nombre d'amateurs de bandes dessinées. Je cite volontairement "Laureline et Valérian", bien que l'œuvre graphique de Christin et Mézière s'intitule en réalité "Valérian agent spatio-temporel".

    Il me paraît injuste de transformer l'héroïne de ce cycle en simple faire-valoir féminin de son compagnon. Car Laureline, l'alter-ego de Valérian, agent spatial comme lui, n'a pas à rougir de la comparaison avec ce dernier. Loin de là. La sémillante rousse, le vrai personnage principal de cette saga dessinée (du moins, c'est mon avis), dénote par ses qualités : courage, perspicacité, humanité, humour, intelligence et beauté. Elle le prouve dans un album que je viens de découvrir. 

    L'album publié en 1996, Otages de l'Ultralum, met en scène les deux agents spatio-temporels en lune de miel dans une croisière paradisiaque de l'astéroïde Ikotiklos. Les deux agents, devenus riches et n'aspirant qu'à une retraite bien méritée, sont rappelés au service, à la faveur de l'enlèvement du fils "tête-à-claque" du grand calife d'Iksaladam. Laureline est par accident, elle aussi, emmené par les instigateurs, le Quatuor Mortis, destiné à faire chanter Point Central , une sorte d'ONU galactique – qui n'est pas sans rappeler la République de Star Wars. Valérian part en chasse pour récupérer la belle qui, de son côté, va en faire voir de toutes les couleurs à ses ravisseurs.

    Les mauvaises langues trouveront l'œuvre de Christin et Mézières daté – vocabulaire désuet et renvoyant par moment à la série Star Trek, humour potache parfois retombant comme un soufflet – mais le bloggeur ne gardera que les qualités de cette série qui a marqué son époque : scénario bien construit, inventions graphiques, dialogues soignés, personnages principaux inoubliables, créatures extra-terrestres étonnantes. 

    Laureline et Valérian paraissent de si bons archétypes de fiction (et qui ont inspiré à leur manière la série Star Wars) que Luc Besson a décidé d'en faire les héros d'un prochain film qui promet de faire du bruit (voir à ce sujet cet article de MadmoiZelle).

    Le couple le plus glamour de la science-fiction sera de nouveau, bientôt, bon pour le service. On a hâte de voir ça.

    J.C. Mézières et P. Christin, Otages de l'Ultralum, Valérian agent spatio-temporel, éd. Dargaud, 1996