Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stephen king

  • Jessie, la femme frigo

    Pin it!

    Jessie, le personnage du roman éponyme de Stephen King s'apprête à passer un week-end en amoureux avec son mari. Sauf qu'une partie de jambe en l'air finit en tragédie. Notre chroniqueur de L'Œil du frigo ne va pas nous parler de l'intrigue de ce thriller mais d'un frigo au début du film. De quoi se pourlécher les babines.  

    Voici Jessie, femme frigo par excellence, qui se penche sur de la viande et s'en découpe un morceau. Magnifique film tiré d'une nouvelle de Stephen King qui, de façon très abrupte, parle des traumatismes de l'enfance avec toujours cette petite partie de fantastique qui donne une épaisseur au récit.

    Carla Gugino vit une liberté dans sa démarche quand elle est au bord de la mer : on la sent libre, elle vogue au dessus du sable. Dès qu'elle rentre en contact avec le frigo, puis la chair, la viande, rien ne va plus. L'étrange se met en place. Comme si, tant qu'elle est emballée, cette magnifique tranche de bœuf reste inoffensive, mais dès qu'elle la sort du frigo et dès qu'elle la tranche, on sent son rapport au corps se dégrader, se trancher. L'opposition de son alliance et de la viande n'est pas là pour rien. La protection du frigo est essentielle, furtive mais bien présente. Elle ne prend pas la peine de découper la salade, l'ananas ou de se prendre une bière. Non : avec son visage qui se fige juste un instant avant de se saisir de la viande, elle choisit le paquet qui dans l'ensemble de l'histoire résume le film. Une fois de plus, dès son ouverture, le frigo lie les aliments et les protagonistes dans l'histoire que l'on va vivre. Jessie va, elle aussi, se déballer et trancher dans le vif !

    Evidemment je ne vais pas vous raconter tout le film, parce que je sais que vous allez le voir, mais ce frigo du début est un vrai bonheur. Personnellement, je ferai bien rissoler quelques échalotes puis une gousse d'ail écrasée. Ensuite, y ajouter un bon verre de vin et faire réduire le tout. Faire griller les tranches de viande pour qu’elles restent saignantes puis les servir avec cette sauce et un peu de thym par dessus. Ne pas rajouter d'accompagnement : la salade dans le frigo suffira pour que ce goût reste impérial sur le palais. Enfin, finir par un carpaccio d’ananas flambé au cognac. On choisira de manger ce magnifique framboisier pour le goûter. Le seul mauvais goût de ce frigo est la bière. Mais bon c'est l'Amérique : alors forcément...

    Il n'y pas de fioriture dans ce frigo, c'est un frigo de week-end. Juste de la nourriture posée et qui doit être dévorée dans les plus brefs délais. C'est bien pour cela que nous n'avons pas de plan sur la porte du frigo. Rien à faire des condiments : il n'y en a pas. Pas de vieux pot de cornichons entamé, pas de ketchup, pas de moutarde aux quatre saveurs et encore moins de sauce soja périmée.

    Le récit saignant tant pour l'âme que pour le corps est en route. Bon, je vous laisse : j'ai faim.

    ODF

    Jessie, thriller de Mike Flanagan
    avec Carla Gugino et Bruce Greenwood
    États-Unis, 2017, 103 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Jessie Frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Ça, le frigo de toutes nos peurs

    Pin it!

    Alors que le deuxième chapitre de Ça s'apprête à sortir en salles, L’‎Œil du frigo propose une chronique au sujet du chapitre 1, datant de 2017. Préparez-vous à trembler à cause d'un trivial appareil d'électroménager

    Alors là, je vous le dis : on atteint des sommets avec ce frigo. J'en reviens pas. Non, vraiment pas.

    On m'a signalé dans mon radar à frigo qu'il y en avait un dans Ça, le chapitre 1 du remake de Stephen King (le chapitre 2 sort bientôt en salle le 18 septembre). Et là – oh, stupeur ! – je découvre que c'est vrai. J'avais une tout autre idée pour cette fois-ci et puis, là, je me suis dit : un clown dans un frigo, il ne faut pas laisser passer Ça ! Mais je dis ça, je dis rien.

    Bref, l'horreur, le film, est dans un frigo. Un petit garçon panse ses plaies lorsque la porte du frigo l'interpelle. Déjà, rien que ça et je fuis à toutes jambes. Il faut dire que je ne suis pas fan des films d'horreur, encore moins des films d'horreur qui font peur – si vous voyez ce que je veux dire. La faute à un vieux film SF des années soixante dix où, sur ma vieille télé noir et blanc, j'avais eu très peur. À l'époque, chez moi, le frigo faisait un bazar… Mais revenons au XXIe siècle.

    Cette scène reste fabuleuse. Le reflet de toutes vos peurs se trouve dans le frigo. La sortie du clown en est spectaculaire de contorsion. Il fallait y penser. Pour faire sortir les peurs du frigo il faut enlever les nœuds, passer de l'envers à l'endroit, se mettre droit et pousser un cri… d'horreur. Et hop, voilà toutes nos peurs en face de nous ! Peurs très voraces puisqu'elles ont nettoyé de fond en comble le frigo, jusqu'à la porte où, d'habitude, quelques condiments restent là pour faire joli. À noter qu'on ne voit pas s'il a sifflé toutes les peurs dans le freezer, puisque que ce dernier reste fermé.

    Même dans les films d'horreur le frigo a une tête d'horreur. Vous avez vu cette porte horrible, immonde ? Qui aurait envie de mettre de la nourriture dans ce frigo ? Il vaut mieux y mettre nos peurs, les laisser refroidir et voir s'il en sort un clown. Testez ce soir, allez ! Une fois n'est pas coutume, videz le frigo, installez vos peurs et revenez vers minuit. Pourquoi minuit ? Parce que c'est toujours là qu'on a le plus peur. S'il ne s'est rien passé, c'est que vos peurs se sont congelées et vous avez perdu le contenu d'un frigo pour une semaine, mais il faut bien quelques sacrifices. Par contre, s'il en sort un clown, posez vous des questions. Des vraies questions. Et fuyez...

    ODF

    Ça 1, film d'horreur de Andrés Muschietti
    avec Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard,
    Sophia Lillis et Jack Dylan Grazer
    Etats-Unis, 2017, 135 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Ça frigo"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Retenez-moi ou le Valet de pique va faire un malheur

    Pin it!

    joyce carol oates,stephen king,romanDans Le Valet de pique, le dernier roman de Joyce Carol Oates, l’écrivain Andrew J. Rush a deux visages. Pour tous, il est l’écrivain de polars à succès admiré qui ont fait de lui le "Stephen King du gentleman." C’est un homme de lettres qui a choisi de se consacrer à l’écriture dans sa vaste maison de Mill Brook House, loin des tumultes et des champs de sirène de New York. Mari exemplaire et notable considéré à Harbourton, modeste village dans le New Jersey, il ne manque pas de s’investir dans la vie locale comme dans des œuvres caritatives. Voilà pour le côté pile. Côté face, Andrew J. Rush cache un secret. Il a choisi d’écrire sous le pseudonyme du Valet de pique des thrillers sordides et violents. Personne ne connaît cette identité, pas même sa femme dévouée Irina, et encore moins leurs enfants.

    Sorti du néant, ce Valet de pique s’avère être un personnage encombrant mais également très utile ("Le Valet de pique avait une solution toute prête à tous les problèmes."). Lorsqu’une mystérieuse C.W. Haider intente un procès à l’écrivain irréprochable pour plagiat, Andrew J. Rush choisit de garder le secret à ses proches et de se défendre devant un tribunal : "Je suis une personne que les autres respectent, admirent, aiment. Je ne suis pas un vulgaire malfaiteur. Je ne suis pas un plagiaire. Vous ne me traînerez pas dans la boue !" L’accusatrice devient une ennemie mortelle. Le Valet de pique prend le dessus et entreprend de la débusquer et de la mettre hors d'état de nuire.

    Le dernier ouvrage de Joyce Carol Oates est un délicieux roman vénéneux, tranchant mais aussi teinté d'humour noir. L’auteure de Blonde fait de ce thriller une fiction kafkaïenne – kafkaïenne comme le procès surréaliste qui est imposée au narrateur au début du livre.

    L'affaire de plagiat ouvre une boîte de pandore terrible, libérant pulsions, fantômes du passé... et Valet de pique. Les secrets, les mensonges et la part d’ombre : voilà ce qui intéresse Joyce Carole Oates. Elle se montre féroce dans sa peinture d’un milieu américain cultivé, à travers le personnage de l'écrivain doué, modeste et bienveillant ("Tout le monde aime Andy Rush") et aspirant à une vie confortable. Le "monsieur Bien-sous-tous rapports" laisse au fil des pages son alter ego, le Valet de pique, s'imposer et devenir à la fois son adversaire et complice : "Admets-le, Andy Rush : tu es jaloux du Valet de pique. Et excité, et un peu effrayé." Joyce Carol Oates est habile et incisive lorsqu'elle entre dans l'intimité d'une famille bâtie sur les cachotteries, les dissimulations et les mensonges. Le faux-semblant et le trompe-l’œil deviennent la règle. Ainsi, Irina, la "chère femme", épouse dévouée, aimante et se pliant aux quatre volontés de son mari, s'avère être une femme blessée et frustrée par une carrière littéraire qui lui était promise et que son mari, moins doué qu'elle au départ, a comme vampirisée. Par ailleurs, ne trompe-t-elle pas son écrivain de mari, comme il le pense ? "Admets-le, Andy. Tu es fichtrement jaloux. Jaloux du Valet de pique, et de la femme. Et de cet Asiatique, Machin-Chose..." Lorsque la vérité éclate les dégâts sont considérables.

    Thriller impitoyable autant que fable moderne, Le Valet de pique peut également se lire comme un vibrant hommage à quelques grands noms de la littérature américaine, et en premier lieu à Stephen King, le "rival" imaginaire de Rush. Le dernier livre paru sous le pseudonyme du Valet de pique se nomme Fléau, en référence à l'ouvrage du même nom écrit par l'auteur de Shining. Shining est d'ailleurs mentionné par l'auteure géniale et facétieuse : elle imagine que ce classique de la littérature fantastique (1977) a connu une version antérieure (Glowering, 1974), écrite par cette mystérieuse C.W. Haider. Joyce Carol Oates brouille les cartes, se joue du lecteur, autant qu'elle adresse des clins d’œil appuyés à ses homologues : "Votre adversaire a également tenté de poursuivre, au fil des ans, John Updike et John Grisham, Norman Mailer et Dean Koontz, Peter Straub, James Patterson… et Dan Brown !"

    Outre la littérature fantastique (Edgar Allan Poe, Mary Shelley, Bram Stoker et bien entendu Stephe King), Le Valet de pique n'oublie pas de faire référence au polar américain (Michael Connelly, James Ellroy et Mary Higgins Clark), un genre dont Joyce Carol Oates est familière puisqu'elle a écrit elle-même plusieurs romans policiers sous des pseudonymes, comme son personnage noir, Andrew J. Rush.

    Joyce Carol Oates, Le Valet de Pique, éd. Philippe Rey, 2017, 224 p.

  • On a failli assassiner JFK

    Pin it!

    Stephen King, on le sait, est implacable s’agissant des adaptations de ses romans. Peu de films ont reçu la bénédiction du maître du suspense. Pensez ! Même le Shining de Stankey Kubrick, tout auréolé de son statut de chef d’œuvre, n’a pas réussi à convaincre le romancier américain qui a été jusqu’à tourner "sa" version pour petit écran, aussi pompeuse et peu convaincante que l’autre était ambitieuse et audacieuse.

    Il y a trois ans, était produite Under The Dome, une adaptation en série télé d’un autre de ses pavés, Dôme. Une demie-réussite ou un demi-échec, comme on veut. Mais en tout cas, la preuve était faite que ce genre audiovisuelle semble aller comme un gant aux versions filmées de Stephen King.

    La série 22.11.63, tirée du roman du même nom – et actuellement diffusée sur Canal – va dans le même sens. L’auteur de Dolores Claiborne en est d’ailleurs co-producteur avec JJ Abrams et James Franco. James Franco, justement, joue le rôle principal, celui de Jake Epping, un obscur professeur propulsé au début des années 60 afin d’empêcher l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963. Il entreprend une aventure fantastique et dangereuse dans le temps pour contrecarrer le passé. Mais le passé est retors et pourrait bien se venger.

    Il est visible que le romancier américain a suivi avec soin l’adaptation de son roman. Le respect à l’histoire est là, tout comme l’esprit du livre : une plongée dans l’Amérique profonde mais aussi dans une époque filmée avec nostalgie – lorsque le rêve ne se transforme pas en cauchemar. Comme le dit un personnage de 22.11.63, "Si tu veux faire un truc qui emmerde le passé, le passé aussi viendra t’emmerder."

    Stephen King, 22/11/63, éd. Albin Michel, 2014, 1056 p.
    22.11.63, série de Kevin Mc Donald, avec James Franco, Sarah Gadon,
    Chris Cooper et Daniel Webber, saison 1, 8 épisodes, 2016,
    en ce moment sur Canal