Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Adieu à Belle du Berry

Étrange plaisir de retrouver les Paris Combo, dans un album qui est aussi le dernier de sa chanteuse, compositrice et co-leadeuse, Belle du Berry, disparue en 2020 d’un cancer à l’âge de 54 ans, alors que le groupe venait de terminer son septième album studio.

Quesaco?, derrière ses rythmes sud-américains et sa facture jazzy, est un opus posthume que son interprète ne connaîtra pas dans sa version finale. L’auditeur l’écoutera donc avec un mélange de bonheur et d’émotion.

Album ensoleillé et invite aux voyages, Quesaco? a ce je ne sais quoi de mélancolie et d’envie contrariée, à l’exemple du morceau éponyme : " Vois, le soleil, feu de paille / Vois, oh vois, le soleil qui se taille / Nous laissant là, entre chiens et loups / À l'heure où nous avons rendez-vous / Rendez-vous avec le destin mais qui s'en fout".

Les Paris Combo alternent ainsi entre joie de vivre et désabusement. Le morceau "La barre espace" traduit cette hypermoderne solitude que le Grand Confinement du Covid a exacerbé : "Je manque d’espace / J’ai la mémoire qui s’efface / Je manque d’espace / Ce confinement me dépasse". Pour autant, il y a quelque chose à sauver que ces vies numériques, chante Belle du Berry, de sa voix fraîche et légère : "Sur le clavier de nos vies, l’histoire s’écrit sans qu’on y pense".

Opus posthume

L’optimisme et l’amour semblent avoir le dernier mot dans cet album qui est un hymne à la vie, à l’altruisme et à l’amour ("Seine de la vie parisienne", "Cap ou pas cap", "Tendre émoi"). Non, il ne faut pas craindre de désirer, d’aimer et d’assumer un coup de foudre : "Éviter c’est pas vivable / Désirer c’est désirable" ("Panic à bord").

Paris Combo déclinent les sujets les moins sexy et les plus sombres avec un enthousiasme et une sincérité sans faille ("Maudit money", "Première guerre"). Jazz manouche, madison, tango, pop-rock, ballade et bien sûr chanson française : le groupe aux 25 ans de carrière propose dans cet opus quelques joyaux à l’écriture particulièrement fine. Que l’on pense au délicieux "Axe imaginaire" et à ces paroles : "J'ai pas la tête de Wonder Woman / Pas le pouvoir de Spiderman / J'ai pas l'étoffe d'un super héros /  Et pas l'instinct du bonobo / Mais si je cherche une seconde âme / Sur un axe d'amalgame / Je vais dissoudre mon ego / Et me noyer dans un verre d'eau".

Belle du Berry domine à la fois musicalement et sentimentalement cet album important qu’elle interprète avec une gravité chantée mezza voce : "Do you think my love is leaving / Do you think with a broken heart / Do you think I'm overacting / The saddest part?"

Cela n’empêche pas le groupe Paris Combo, sans sa chanteuse fétiche, de choisir la musique, le swing et le smooth, dans un dernier morceau sucré et d’une douce indolence : " Lazy ladie / Ce que j'apprécie c'est procrastiner / Et dire non aux cadences infernales / Implorer la trêve hivernale / Paresser par ici / Paresser par ici / Et laisser passer la / Passer la diligence".

Belle du Berry aurait adorer. 

Paris Combo, Quesaco?, Six Degrees, 2022
https://www.pariscombo.com
https://www.facebook.com/ParisCombo
https://www.instagram.com/paris_combo

Voir aussi : "La fête, les amis et la musique, Sans Prétention"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel