Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Montre-le mais ne dis rien

CoquinNet-Drones-Visuel-perspective.pngDrônes de filles du Néerlandais Frans Mensink (éd. Tabou) c’est une histoire sans parles, sans dialogues et sans autres textes que quelques messages, prétextes à une histoire salée et très contemporaine.

Celle que l’auteur nomme Selena se voit distraite et surtout espionnée par un drone en pleine séance de yoga, évidemment dans le plus simple appareil. Ce qui était au départ une désagréable aventure propre à finir dans les une main-courante, devient un jeu érotique.

Qui est le – ou la – pilote de cet appareil qui a l’outrecuidance de demander à Selena la possibilité de la regarder ? Une rose et des indices envoyés depuis les airs sont le début d’une relation inhabituelle. La jeune femme décide de se prêter au jeu, qui pourrait bien être le début d’une relation réelle.

Les paroles sont inutiles dans cette bande dessinée soignée de Frans Mensink dont le plaisir à représenter les corps humains éclate à chaque page. Pour palier l’absence de texte, le dessinateur opte pour un découpage cinématographique et dynamique, en particulier lorsqu’il surprend les étreintes et les scènes érotiques.

Drônes de filles est le premier épisode de ces histoires sans paroles et chaudes comme la braise. Cette BD érotique des éditions Tabou a l’immense qualité de traiter l’érotisme avec surprise et sourire.

Frans Mensink, Drônes de filles, CoquinNet, éd. Tabou, 2021, 56 p. 
http://www.tabou-editions.com
https://www.deviantart.com/fransmensinkartist

Voir aussi : "L’art de la débauche"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

Écrire un commentaire

Optionnel