Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alex Varenne, peintre

Pin it!

Alex Varenne expose en ce moment et jusqu’au 4 décembre à la galerie Art en Transe Gallery (Paris 3e) non pas un choix de planches de bandes dessinées mais une série de peintures, dévoilant une autre facette de cet artiste.

Bla Bla Blog s’est intéressé ces derniers mois à la carrière d’Alex Varenne et à ses albums de BD les plus emblématiques. Mais le dessinateur est également peintre, un peintre influencé par les Américains Jackson Pollock, Franz Kline ou encore Robert Motherwell. Il présente en ce moment une partie de sa production dans l'exposition "Strip Art". Le strip art c’est ce mouvement issu du pop-art dont le représentant le plus célèbre est Roy Liechtenstein, une référence et une influence majeure pour Alex Varenne.

Le strip art détourne et recycle la technique de la case utilisé en bandes dessinées. Alex Varenne s’en sert pour faire de plusieurs tableaux des saynètes sur grand format : L’Appel, La Professionnelle, Shanghai années folles, Sur le bund de Shanghai, Suite ou Yin et Yang. Le spectateur se trouve d’emblée dans un univers de la peinture contemporaine familier. Le style populaire de la bande dessinée est utilisé à des fins artistiques dans la droite mouvance du pop-art. En accrochant le 9e art sur cimaises, Alex Varenne interpelle le spectateur grâce à des scènes semblant sorties d’un album de bande dessinées (bien que les tableaux soient d’authentiques œuvres originales) et appelant une suite que chacun peut imaginer à sa convenance. La bulle de BD est également utilisée dans plusieurs de ses peintures (Couple endormi, La Femme double, Shanghai années folles ou Suite).

Parmi les influences visibles, il y a le manga. Alex Varenne est un amoureux de la culture asiatique, ce que plusieurs toiles montrent, tour à tour avec tact, audace, humour ou nostalgie (Shanghai années folles, Sur le bund de Shanghai, Yin et Yang et Ri-Shu-Shi).

alex varenneHéritier du pop-art, Alex Varenne prouve également son attachement au classicisme. L’artiste est un fin connaisseur de l’histoire de la peinture et parle avec goût et passion de la peinture renaissance, de l’expressionnisme américain ou du pop-art. Le spectateur trouvera dans l’exposition "Strip Art" des détournements d’oeuvres familières : Le Verrou de Jean-Honoré Fragonard est revisité à la mode BD dans Le Verrou de Fragonard et L’homme de Vitruve de Léonard de Vinci devient un vibrant plaidoyer féministe dans l’impressionnant Womanpower. Quant au Cri, dont le titre renvoie au chef d'oeuvre d'Edvard Munch, le spectateur pourra y voir l’influence évidente de la peinture religieuse et des Pietà, à ceci près que cette fois c’est sur les genoux d’un homme que repose "la mort de sa fille ou de la femme qu’il aime". Avec une économie de moyen, l’auteur de La Molécule du Désir se révèle un lointain héritier du classicisme. La défunte, portée à bout de bras, a la pose théâtrale des modèles baroques. Le visage de profil semble être en pâmoison et la main posée sur l’épaule de l’homme sans tête est dessinée avec une infinie délicatesse et semble être encore vivante. 

Alex Varenne utilise ce qu’il sait le mieux faire : la bande dessinée érotique. À la galerie Art en Transe Gallery, Alex Varenne expose avec élégance "ses audacieuses", ces femmes blondes, brunes, rousses ou asiatiques, portraitisées en déesses (Vénus ouverte, Voyage de peintre), surprises dans leur intimité, déshabillées ou vivant sans fard leurs fantasmes : Irina, communiant "en cachette des boissons pas très catholiques" (Irina au Collier rouge), Manuella la danseuse et ses "partenaires" (Jambes de Tango), Olga la dominatrice et soumise (La femme double) et Gina, la prostituée encore illusionnée par l’amour (La Professionnelle). D’amour, il en est question dans ces scènes d’amour, qu’elles soient pudiques (Couple endormi), ludiques et équivoques (L’Appel) ou très osées (Jouissance). Les hommes sont peu présents dans la production exposée en ce moment. Ou, du moins, ils sont toujours placés au second plan (L’Appel), en voyeurs (Typologie de la femme), spectateurs et demandeurs (Suite) ou tout simplement désœuvrés si ce n'est désespérés (Erectum ergro sum et Le Cri).

L’exposition Strip-Art d’Alex Varenne est à découvrir à la galerie Art en Transe Gallery jusqu’au 4 décembre.

"Alex Varenne - Strip Art", du 8 novembre au 4 décembre 2016
Art en Transe Gallery, 4 rue Roger Verlomme, Paris 3ème

Remerciements particuliers à Alex Varenne et Mai-Loan Roque

© Alex Varenne

Bla Bla Blog est partenaire de cette exposition

 

Commentaires

  • Exposition qui a l'air un peu coquine ! Ça donne envie... d'y aller

Les commentaires sont fermés.