Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clou en plein cœur 

Elle s’appelle Clou. Comme un clou : un  clou de charpentier, un clou de girofle ou le clou d’une magnifique soirée. Comme on voudra.

Son album Orages, sorti il y a tout juste un an en 2020, frappe par sa fausse indolence. Pour son premier opus, Clou fait le choix de la simplicité tout autant que de l’efficacité : une chanson française mâtinée de pop avec des textes poétiques et percutants. "Et on fait le tour du cadran / Des heures et de jours que la vie nous tend… / Et on tient debout, mais ne nous demandez pas comment", chante-t-elle par exemple dans le titre "Comment", en parlant de ce "rêve", cette bombe à retardement, notre propre existence en somme. Il est encore question de vie et, dirions-nous, d’existentialisme dans le mélodieux "On avance" : "On aura beau nouer / Des alliances et des colliers à nos poignets / Et puis se marier / Et nos corps mélanger / Été après été / Si, si on avance, on avance / Malgré des nuances / On avance, on avance / C'est tout seul, tout seul".

Comment vivre et comment être vrai, se demande la chanteuse de sa voix fragile ("Le faux comme une flèche qu’on décoche / Blesse ceux qui tenteraient une approche", "Jusqu’ici tout va bien") ? C’est avec la même douceur, que Clou fait le constat de la perversité du bien nommé Narcisse : "Tu es très malheureux je sais / Et bien des femmes t’ont brisé c’est vrai / Pourtant il est fier ton reflet / Et tu me donnes ma chance / Oh la jolie potence… / Narcisse, Narcisse tu es / Pervers, pervers tu me tues" ("Narcisse"). Il faut bien écouter les paroles de cette chanson pour comprendre la cruauté de cet amour manipulateur : "Fort tu sers les liens du désir / Et tu m’éloignes des miens, du plaisir / Quand tu tends ta main, une emprise / Et moi je ne voie rien".

Fausse candeur désarmante

Clou vise en plein cœur dans cet opus plus sombre qu’il n’y paraît, dans lequel la méchanceté et le jugement sont cloués au pilori avec une fausse candeur désarmante : "Facile de lâcher les mots / Essaye de regarder l’heure / Et de moquer mes nombreuses erreurs / Essaye de rabaisser mes valeurs / Essaye de casser mon cœur" (l’irrésistible "Si t’étais moi"). Elle rehausse également de rouge la colère qu’elle refuse de taire ("J'ai la rage pour être exact / Les dents comme des crocs de chiens / Je suis à deux doigts du diktat / Je fais le mal pour mon bien", "Rouge") mais sait aussi parler avec pudeur de la jalousie d’une adolescence en pleine construction : "À seize ans j’ai l’air de quoi / Vouloir ce que je n’ai pas… / L’audace et l’insouciance / Hélas ne s’apprennent pas / J’ai l’habitude, question d’habitude / Et non, je ne suis pas jalouse". L’auditeur sera touché par ce délicat portrait d’une jeune fille qui se cherche : "Mille fois remaquillée / Ado, je veux imiter / Des idoles, des poupées / Dont les silhouettes blanches / Noircissent mes idées" ("Jalouse").

Comment assumer ses rêves et vivre pleinement ? C’est ce que Clou interroge à l’aide d’un refrain entêtant : "Et je voudrais que ma tête là / Cesse, cesse de tourner comme un manège de bois" ("Cesse cesse"). Faut-il pour cela "vivre comme au cinéma / D'un scénario de rien" ("Comme au cinéma") ? Cette déclaration d’amour pour le cinéma est aussi une invitation à imaginer son futur et jouer pleinement le rôle qu’on s’est écrit. "Et si c'est un mauvais, mauvais, je couperai la fin", décrète la chanteuse dans ce magnifique titre.

Disons aussi que Clou fait de son album un éloge de la liberté, aussi brute, insaisissable et dangereuse qu’un orage, qu’elle chante dans "La tempête", un titre que l’on pourrait qualifier de naturaliste : " La tempête fait rage, et de l’eau glisse sur mon visage / Il y a mille nuages, que nul ne peut mettre en cage".

L’opus se termine avec "Tomorrow", un étonnant et séduisant titre pop-folk en anglais, preuve que la chanteuse a plus d’une corde à son arc. De beaux lendemains, chante en substance Clou. Nous serions tentés de dire que les siens promettent d’être radieux, comme après un soir d’orage.

Clou, Orages, Tôt ou tard, 2020
https://www.facebook.com/cloumusic
https://www.totoutard.com/artiste/clou
En tournée en France, à partir du 7 octobre à Vaux-Le-Pénil,
le 8 au Festival Deci-Delà à Santes, le 9 au Douze de Cergy
et à La Cigale le 18 novembre

Voir aussi : "Le retour de Zeitoun"
"On ne meurt pas d’amour"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel