Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour de Sherlock Holmes (et d’Arsène Lupin)

Revisite, hommage ou pastiche ? Le lecteur choisira lui-même le terme le mieux qualifié pour le roman de Martine Ruzé-Moëns, Sherlock Holmes contre Arsène Lupin : La Revanche (éditions du Net). Il faut dire que l’auteure connaît son sujet : elle est membre de la Société Sherlock Holmes de France depuis 1995. Avec Martine Ruzé-Moëns, il y a peu de risque de voir le célèbre détective anglais trahi. Au passage, elle a choisi de mettre en scène un autre personnage de la mythologie littéraire et policière : Arsène Lupin, redevenu à la mode depuis quelques mois grâce à une certaine série Netflix.

Raconter une enquête du flegmatique enquêteur londonien aux prises le gentleman cambrioleur français renvoie évidemment au recueil de Maurice Leblanc, Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, sorti en 1908. A l'époque, des raisons juridiques avaient contraint l’auteur français à transformer le nom du héros de Conan Doyle. Martine Ruzé-Moëns n’a pas eu le même problème et elle a pu, elle, utiliser les deux personnages, tombés dans le domaine public.

L’affaire qu’elle conte se passe un peu plus de 12 ans après leur dernière confrontation. Sherlock Holmes reçoit à Lyon un télégramme venu de Normandie. Une affaire étrange lui est proposée : à Etretat, cité chère à Arsène Lupin, un énième cambriolage a lieu dans la propriété de Maurice Leblanc en personne. L’auteur pourrait bien être Arsène Lupin, la créature de l’écrivain. Intrigué, Sherlock Holmes accepte de sortir de sa retraite, le temps d’une enquête. Un tableau volé, et a priori sans valeur, attire très vite son attention.

Un voyage sur les terres du gentleman cambrioleur

En allant sur les pas de Sherlock Holmes, à l’intuition toujours intacte, Martine Ruzé-Moëns entreprend également un voyage sur les terres du gentleman cambrioleur. En réalité, Arsène Lupin, n’apparaît qu’épisodiquement, tel un fantôme insaisissable mais dont beaucoup d’indices renvoient à lui : Maurice Leblanc, l’Aiguille Creuse, la Normandie ou le souvenir de confrontations passées... avec Herlock Sholmès.  

Roman début XXe siècle et documenté, cette nouvelle aventure de Sherlock Holmes se lit sans déplaisir, comme un vieux policier sorti d’une malle oubliée. Si pastiche il  y a, le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteure respecte l’ADN des romans de Conan Doyle : une intrigue retorse, un héros perspicace, un ennemi à sa hauteur et des personnages secondaires nous plongeant dans la Normandie des années 20. Mais l’auteure y ajoute autre chose : très vite l’enquête policière devient une vraie aventure tintinesque, nous plongeant dans une affaire bien plus compliquée qu’il n’y paraît, dont les origines pourraient se situer en Afrique du Sud.

Tout en revisitant les romans de Doyle et de Leblanc, Martine Ruzé-Moëns apporte un esprit très moderne lorsqu’elle joue à parsemer son récit de références et d’autoréférences volontairement absurdes, à l’instar de ce dialogue : "Mais, professeur, cela est matériellement impossible, Arsène Lupin n’existe pas. C’est un personnage fictif, créé de toutes pièces par Maurice Leblanc."

Alors, revisite, hommage ou pastiche ? C’est au lecteur de se faire une idée. En attendant, ce Sherlock Holmes écrit en 2021 reste un joli moment de lecture. 

Martine Ruzé-Moëns, Sherlock Holmes contre Arsène Lupin : La Revanche,
Les éditions du Net, 2021, 152 p.

https://www.leseditionsdunet.com
https://www.sherlockians.com/sshf

Voir aussi : "Assane Lupin, gentleman cambrioleur"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel