Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Éric Legnini et ses amis

Pin it!

Eric Legnini a choisi le clin d’œil à la série Six Feet Under pour son nouvel album, Six Strings Under, un album qui n’a pour autant rien d’un calembour. Il prône même à sa manière le sérieux et le travail grâce à un projet artistique passionnant mettant en avant le piano mais aussi la guitare – ces fameux six cordes – dans tous ses états.

La dernière production du complice de Joe Lovano, des frères Belmondo (Wonderland), de Claude Nougaro (son dernier album, La note bleue) ou encore d’Ibrahim Maalouf propose un opus attachant a la production soignée, chaleureuse et bigarrée se nourrissant avec délectation de multiples influences : cool (Night Birds), pop (Space Oddity), rock (The Jive), latinos (La Mangueira), afrobeat (Boda Boda) ou manouches (la reprise du classique d’Edgar Sampson, Stompin' At The Savoy). Un vrai voyage aux quatre coins du monde.

Le pianiste belge, lauréat de la Victoire du Jazz 2011 du meilleur album de l’année, déroule en virtuose dans des titres où l'improvisation sait se faire sa place (Boda Boda), et avec à chaque fois une importance capitale laissée aux deux guitaristes qui l’accompagnent ici : Hugo Lippi et Rocky Gresset.

Éric Legnini a su s’accompagner de musiciens – dont le contrebassiste Thomas Bramerie – aussi investis que lui dans cette belle production. Le jazz respire la voie de vivre, même dans ses morceaux les plus mélancoliques (Breakfast At Dawn). La cool attitude est évidente, par exemple dans ces dialogues concertants pour piano et guitare (Doo We Do), telles des étreintes rieuses.

Une reprise lente et sombre de Space Oddity

Le jazz de Six Strings Under est une déambulation musicale, empruntant des sons et des mélodies cinématographiques, nostalgiques et pleines de relief (Eterna Gioventu, Daydreaming).

L'auditeur s'arrêtera sans doute avec intérêt et curiosité sur la reprise lente et sombre de Space Oddity. Le classique de David Bowie dévoile, plus encore que l'original sans doute, son architecture musicale. Le pianiste belge dit ceci : "C’était le challenge : je voulais une version lente et dépouillée. Mais je voulais aussi coller au plus près de la mélodie et de son interprétation originale."

Après cette incursion dans la pop, Éric Legnini nous fait redescendre sur terre dans le titre enlevé, rythmé et coloré qu'est La Mangueira, un morceau dédié à la musicienne Marcia Maria, disparue en 2018. Quant à Stompin' At The Savoy c'est un passage par le jazz parisien de Django Reinhardt dont le son a accompagné l’enfance liégeoise du pianiste belge.

The Drop nous entraîne vers un jazz moins rutilant, caressant nos oreilles et déroulant ses notes avec une belle élégance, tout comme du reste Night Birds, jolie promenade noctambule dans un New York rêvé. Éric Legnini et ses amis terminent cet album avec un Jive à la fraîcheur communicative.

Au final, Six Strings Under vient vient contredire l’adage comme quoi pianistes et guitaristes ne feraient pas bon ménage. CQFD.

Éric Legnini, Six Strings Under, Anteprima Productions, 2019
http://www.ericlegnini.com

Voir aussi : "Ibrahim Maalouf, déjà un classique"

Soutenez Bla Bla Blog et tenez-vous informés des derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel