Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Varenne, cyberpunk

Pin it!

Varenne, cyberpunk ? Avant d’être l’auteur légendaire de bandes dessinées érotiques, Alex Varenne s’est fait connaître par un cycle magistral, Ardeur. "Ardeur" avant "hardeurs", si le bloggeur peut se permettre ce calembour facile. Plus sérieusement, Ardeur est cette série de science-fiction, dans la mouvance cyberpunk, rassemblée en un majestueux volume de près de 500 pages, aux Humanoïdes Associés.

Varenne cyberpunk ? Voilà qui pourrait désarçonner les lecteurs et lectrices d’Irma Jaguar, La Molécule du Désir ou Gully Traver. Mais, au fait, de quel Varenne parlons-nous ? Du dessinateur Alex ou bien de son frère Daniel, le scénariste d’Ardeur ?

Il est vrai que dans le duo d’auteurs, c’est bien Daniel Varenne qui forge l’identité de ce cycle de science-fiction se déroulant dans nos contrées, après un conflit planétaire. Il faut dire qu’à l’époque de l’écriture de cette première bande dessinée publiée par Alex Varenne, nous sommes en pleine guerre froide et la menace d’une troisième guerre mondiale entre l’ouest et l’est est toujours dans les esprits.

Ardeur est cet anti-héros que le premier volume, road-movie crépusculaire, nous montre défiguré suite à un accident d’avion de chasse. L’homme, contraint de porter un masque, est un officier militaire en fuite, sans identité réelle et aux noms multiples – Ardeur, Mat, Frenchie ou Willy Karten.

Vaste œuvre post-apocalyptique, les six tomes d’Ardeur ne sauraient se limiter à une dystopie. Les auteurs s’intéressent moins aux enjeux géostratégiques qu’aux personnages paumés et ballottés. Ardeur est un voyageur blasé, un ancien soldat devenu déserteur et espion à la mission vaine (protéger les plans d’un avion) qu’il finira du reste par abandonner. L’arpenteur traverse un no man's land à l’échelle européenne. Les survivants d’une guerre, dont on ne ne sait finalement pas grand-chose, se terrent en zombis dans des habitations sordides. Dans une guerre absurde qui ne dit pas son nom, les armées ressemblent à des bandes mafieuses et criminelles. Quant aux villes – lorsqu’elles sont encore debout – elles sont constituées de lieux interlopes et de repères louches d’escrocs, de criminels et d’espions où se négocient des trafics en tout genre. Ardeur, antihéros solitaire et tragique, arpente en voyageur perdu campagnes désertes et cités dangereuses. Il est accompagné dans les deux premiers tomes (Ardeur et Warschau) de son "Sancho Panza", Sobag – que Jack Ventress viendra remplacer au point de devenir le personnage principal du dernier opus, Jack Le Vengeur.

alex varenne,ardeurLes femmes croisées par Ardeur sont tout à la fois omniprésentes et insaisissables. Alex Varenne se montre dessinateur hors-pair dans la représentation de ces déesses fragiles et indomptables : Werfel, Hilda, Anna, la prostituée Wyka, Eva Minska, figure victimaire à la recherche d’une vaine protection (La grande Fugue) et surtout Ida Mauz. Après une brève apparition dans le premier tome, cette élégante aristocrate, maîtresse d’un criminel notoire dont Ardeur prendra l’identité, devient au fur et au mesure du cycle l’épicentre de sa quête. La fin du passionnant volume Warshaw voit un improbable couple se former : la femme fatale tombe dans les bras de celui qui a pris les traits de son amant après l’avoir tué. Berlin Strasse marque l’évidence que l’histoire avec Ida est celle d’une rencontre manquée que l’avant-dernier tome, opportunément intitulé Ida Mauz, vient confirmer.

Cette avant-dernière partie du cycle Ardeur semble être celle d’Alex Varenne. Loin du climat post-apocalyptique des volumes présents (marqués par la patte de Daniel Varenne), le talent du dessinateur est omniprésent dans sa manière de décrire la cage dorée de l’ancienne maîtresse de Willy Karten – ou plutôt des "deux" Willy Karten. Ida Mauz, tour à tout hautaine, majestueuse, sensuelle, dominatrice, manipulatrice ou bouleversante, est un contrepoint passionnant à ce cycle.

Ardeur s’achève par une dernière parenthèse déstabilisante, Jack Le Vengeur. Ardeur a laissé la main à son ultime compagnon de voyage, Jack Ventress, un ancien second rôle apparu dans La grande Fugue, et devenu le personnage central de l’ultime tome. La tragédie absurde devient une tragi-comédie picaresque venant clore un chef-d’œuvre de la bande dessinée.

Dans la préface de l’anthologie publiée par Les Humanoïdes Associés, Claude Ecken souligne à juste titre qu’Ardeur s’inscrit dans une période très créative de la bande dessinée francophone. En 1980, Alex Varenne fait partie de ces talents prometteurs, à l’exemple de brillants confrères nommés Philippe Druillet, Tardi ou Moebius. Ardeur n’est pas la première création des frères Dardenne mais c’est ce cycle qui les fait connaître. Daniel et Alex Varenne commettent là leur première – et seule – incursion dans un univers cyberpunk d’autant plus hallucinant qu’il n’a guère d’influences dans ce genre : "Les frères Varenne ne se sont pas trop embarrassés de références bédéesques" commente Claude Ecken. Si références il y a, il faut les chercher dans la littérature pour Daniel le scénariste (Ian Flemming, Stig Dagerman) ou la peinture pour Alex le dessinateur (Le Caravage, Rembrandt ou le tachisme). En 1980, Ardeur reçoit le prix du festival de Hyères, consacrant une œuvre post-apocalyptique décrite "à l’échelle humaine". Des hommes meurent, d’autres tentent de survivre dans un monde absurde et violent, "cependant, la guerre emporte tout sur son passage. Comme le conclut Dagerman dans l’essai que lit Ardeur [Notre Besoin de Consolation est impossible à rassasier] : ‘le monde est plus fort que moi’. À moins que ce ne soit l’amour." L’amour, Ardeur et Ida Mauz.

Alex et Daniel Varenne, Ardeur, Intégrale, éd. Humanoïdes Associés, 2014, préface de Claude Ecken, Ardeur (1980), Ardeur, tome 2, Warschau (1981), Ardeur, tome 3, La grande Fugue (1981), Ardeur, tome 4, Berlin Strasse (1983), Ardeur, tome 5, Ida Mauz (1983), Ardeur, tome 6, Jack Le Vengeur (1987)
"Alex Varenne, libre et libertin"
"Le Viagra, en plus efficace et plus drôle"
"Alex Varenne - Strip Art", du 8 novembre au 4 décembre 2016
Art en Transe Gallery, 4 rue Roger Verlomme, Paris 3ème

Remerciements particuliers à Alex Varenne et Mai-Loan Roque

© Alex Varenne

Les commentaires sont fermés.