Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Habibi, mon amour

    Pin it!

    habibi.jpgAttention, chef d'œuvre ! Habibi de Craig Thompson est à placer dans le panthéon des très grandes bandes dessinées qui vont marquer durablement le 9ème art. Ce livre d'une richesse incomparable a été salué comme l'un des meilleurs romans graphiques de ces dix dernières années. 

    Il est difficile de résumer cette œuvre monumentale (plus de 670 pages), piochant ses références dans les Contes des Mille et une Nuits, les textes sacrés du Coran et de la Bible, mêlant modernité et traditions, sacré et érotisme, amour et violence, récit prosaïque et réflexions sur le symbolisme, le tout servi par un scénario passionnant et un graphisme élégant, poétique et bourré de trouvailles visuelles.   

    Habibi ("Mon amour") c'est Zam, jeune esclave noir que recueille Dodola, elle aussi esclave, vendue par son père dès son plus jeune âge pour être mariée, avant d'être enlevée. Sur un marché aux esclaves, la jeune fille prend sous sa protection Zam, un bébé abandonné et l'élève comme un petit frère. Les deux enfants parviennent à s'enfuir dans le désert jusqu'à un navire abandonné (sic) qui leur sert de refuge. Au bout de plusieurs années de cette vie libre mais dure, fusionnelle et rythmée par des histoires que lui raconte Dodola, le couple est séparé. Celle dont la beauté est devenue légendaire est enlevée une nouvelle fois et devient la courtisane préférée d'un sultan. Elle n'a cependant pas oublié cet enfant qu'elle a élevé. Habibi, resté seul, part à sa recherche. Ses pas le mènent jusqu'au palais du sultan ...

    Vous aurez compris que l'amour est au centre de cette histoire digne des meilleurs contes orientaux. Cette fresque romanesque offre des résonances multiples et complexes : les personnages mythiques ou historiques sont au service de messages universels et modernes : ainsi, dans Habibi, Noé devient un truculent pêcheur de poissons – morts ! – recueillant dans son habitation sordide les éclopés et les rejetés d'une ville rongée par la pollution et la pauvreté. Le lecteur peut être déstabilisé par le choix d'entremêler passé et présent dans cette œuvre foisonnante : Zam et Dodola sont ballottés au milieu de personnages qui ne dépareilleraient pas dans les Contes des Mille et une Nuits – satrapes cruels et capricieux, marchands d'esclaves sans foi ni loi, bourreaux impitoyables, eunuques ou courtisanes – mais se débattent aussi dans un présent plus familier – cités contaminés, usines gigantesques, véhicules motorisés... 

    Le lecteur a beau être désarçonné, la magie opère : Habibi et Dodola prennent vie, devenant un des couples les plus poignants de l'histoire de la bande dessinée. Un chef d'œuvre ambitieux, éblouissant et inoubliable. 

    Craig Thompson, Habibi, Casterman, 671 p.

  • Les monstres sont-ils parmi nous ?

    Pin it!

    Saturn_children.jpgLe café philosophique de Montargis proposera sa prochaine séance le vendredi 14 novembre, à partir de 19 heures, à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée. Le débat proposé à tous les amoureux de la philosophie portera sur cette question : "Le monstre est-il parmi nous ?"

    Les participants seront invités à s’interroger sur ce terme de "monstre". Que qualifie-t-il ? Un être effrayant ? Un fou ? Une personne anormale ? Dans ce cas, comment qualifier normalité et anormalité ? De plus, lorsque l’on s’interroge sur cette question "Le monstre est-il parmi nous ?", que désigne le "nous" ? L’humanité, notre environnement ou bien moi-même en tant que personne ?

    Voilà autant de points qui seront soulevés le vendredi 14 novembre 2014 à partir de 19 heures, à la Brasserie du centre commercial de La Chaussée.

    Participation libre et gratuite.

    http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com

  • Encore des nouilles

    Pin it!

    couv-desproges-web.jpgPierre Desproges a signé des chroniques dans Cuisines et Vins de France. Étonnant, non ? 

    En 1984, cette célèbre revue culinaire, à la réputation sérieuse, pour ne pas dire bourgeoise et collet monté, eut l’idée de proposer une page par mois au plus trublion des humoristes français, Pierre Desproges. Pendant environ un an, celui qui ne cachait pas sa passion pour la gastronomie et le vin fit étalage de tout son talent dans ce magazine bien-pensant, quitte à défriser certains lecteurs et lectrices (ayons une pensée pour cette madame Vallat de Millau, impitoyable brocardée par l’auteur). 

    Encore des Nouilles est la compilation de ces chroniques, accompagnées de citations d’autres œuvres de M. Cyclopède  et d’illustrations de Cabu, Charb ou Wolinski. C’est avec sa liberté coutumière que Pierre Desproges nous parle de sa passion pour la bonne chair et les grands crus, de ses souvenirs culinaires (d’inoubliables pâtes dégustées au Québec), des pages surréalistes sur les sauces ou la médiocrité de l’eau, des considérations sur la passion œnologique de l’auteur et de belles et truculentes pages sur les relations étroites entre le palais, le vin, l’amour et les femmes.

    Tout Desproges est dans cette citation tirée de l’article "L’aquaphile", chronique d’une passion déçue : "J’ai commandé un Figeac 71, mon saint-émilion préféré. Introuvable, sublime. Rouge et doré comme peu de couchers du soleil. Profond comme un la mineur de contrebasse. Éclatant en orgasme au soleil. Plus long en bouche qu’un final de Verdi. Un vin si grand que Dieu existe à sa seule vue. Cette conne a mis de l’eau dedans. Je ne l’ai plus jamais aimée.

    Pierre Desproges, Encore des Nouilles (chroniques culinaires), éd. Les Échappées, 2014, 128 p.

    Merci à Fred

  • Comics Nietzsche

    Pin it!

    nietzscheNietzsche en bandes dessinées...  Oui, vous avez bien lu : c'est d'un comics sur "le philosophe au marteau" dont je vais vous entretenir, avec Michel Onfray pour le texte et Maximilien Le Roy pour les illustrations.

    En quelques 130 pages, toute la vie et l'œuvre de Friedrich Nietzsche sont passées au crible : son origine dans une famille protestante, ses débuts brillants en philologie à l'université de Bâle, l'influence de Schopenhauer, ses essais largement ignorés lors de leur publication (Humain, trop Humain, Ainsi parlait Zarathoustra, Ecce Homo...), ses relations amicales puis sa brouille avec Richard Wagner, sa relation tumultueuse avec Lou Andreas-Salomé, la construction de ses grandes théories (l'éternel retour, la mort de Dieu, l'influence des philosophes antiques, l'idéal d'un nouvel humanisme, etc.), les dernières années de réclusion et de maladie du philosophe (le fameux cheval de Turin), lorsque son œuvre commence à être lue et reconnue dans le monde.

    Michel Onfray choisit de consacrer une partie de cette bande dessinée à la légende noire d'un Nietzsche antisémite et théoricien d'une race "supérieure" (le fameux Surhomme). Il est rappelé que rien n'est plus éloigné des idéaux de ce philosophe indépendant, solitaire, admirateur des philosophes antiques, traumatisé par la guerre de 1870, antimilitariste, voyageur européen amoureux de l'Italie et ennemi de toute forme de nationalisme et de racisme. Nietzsche s'est d'ailleurs brouillé avec Wagner, comme avec sa propre famille, en raison justement de leur antisémitisme. Les auteurs rappellent du reste que c'est sa propre sœur qui a galvaudé son œuvre, jusqu'à créer des textes apocryphes (La Volonté de Puissance), faisant de Nietzsche l'incarnation d'un philosophe à la réputation noire. Une réputation injuste que les auteurs contribuent à rétablir avec talent et persuasion dans cette bande dessinée.

    Maximilien Le Roy et Michel Onfray, Nietzsche, se créer Liberté,
    éd. Le Lombard, 2010, 129 p.