Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plus fort que les mots

Pin it!

Le titre de cette chronique illustre à merveille à la fois le titre de Louder Than Words, comme son esprit : du son, du son et que du son pour un opus pur et sauvage. Made in Gü est seul aux manettes de ce tout premier album qui sait jouer du contraste comme de la recherche musicale.

L’entrée en matière de Louder Than Words (sur Bandcamp) est pour le moins rugueuse : Throw The Pomegranate est un retour au métal des années 70-80, mais ce serait un métal rafraîchi à la sauce électro XXIe siècle et troué de jolis impacts lumineux. Hacked Substance, véritable Mad Max musical, propose les mêmes guitares et basses saturées, avec plus de minimalisme sans doute : le leitmotiv accroche aux oreilles, telle une machine apocalyptique lancée en pleine vitesse.

Made in Gü va chercher de l’autre côté de l’Amérique son inspiration pour Sun Gate d’une incroyable fraîcheur : rythme rock sixties, guitare électrique caressante, basse entraînante et claviers subtilement agencés, alors que 
Tree nous entraîne de son côté dans un monde paradisiaque, entre Amérique latine et Océanie. Une vraie world music sachant jouer des sonorités péruviennes ou polynésiennes. Fermez les yeux et laissez-vous guider dans ce voyage à la fois improbable et séduisant.

Un vrai album dans l’album

L’album devient conceptuel avec les mouvements At Night. Comme aux plus grandes heures du rock psychédélique des années 70, Made in Gü propose cinq titres s’affranchissant du format traditionnel. Avec ses plus de huit minutes At Night Pt 1 : Forever Alone s’offre une déambulation cool, méditative et mélancolique, avant de prendre des accents sombres, relayés par le second mouvement, At Night Pt 2 : Catastrophic Shutdown. Cette fois, Made in Gü revient à un rock metalleux échevelé : percussions endiablées, riffs de guitares puissantess et titre bref et cinglant comme une gifle. Le morceau qui lui succède, At Night Pt 3 : Death of Roses, part dans une direction étonnante : la mort de ces roses pourrait être autant un hommage à Where The Wild Roses Grow de Nick Cave & The Bad Seeds et Kylie Minogue qu’une bande son gothique que Tim Burton n’aurait pas renié. Les guitares et les claviers jouent les ectoplasmes dans une atmosphère inquiétante et ténébreuses. Pour At Night Pt 4 : Dream Big propose, sur presque dix minutes, une longue balade seventies plus lumineuse. Cette fois, priorité à l’acoustique et à une mélodie facilement imprimable. Toujours aussi aventurier, le facétieux Made in Gü fait intervenir guitares sèches, sons venus des Andes et riffs sombres et très rock. At Night Pt 5 : Smiling Sunrise clôt en douceur, avec guitares et basse, ces cinq mouvements – un vrai album dans l’album.

Le dernier titre de Louder Than Words n’est pas le moins intéressant. Avec une belle économie de moyen, Space Travel offre un voyage spatio-temporel apaisé et rêveur, avant de s’envoler au milieu d’un pluie de météorites très rock, puis d’atterrir, doucement, sain et sauf.

Made in Gü est également l’auteur de la BO de La Lutte des Classes, dont nous avons longuement parlé sur Bla Bla Blog. Elle est également en écoute sur Bandcamp, sur la page d’un musicien qui ne fait sans doute que commencer une carrière prometteuse. Et l’on se prend à rêver du chemin que pourrait prendre Made in Gü dans un prochain opus plus seulement instrumental.

Made in Gü, Louder Than Words, autoproduit, Bandcamp, 2019
Made in Gü, La Lutte des Classes, Original Soundtracks, Bandcamp, 2019
https://www.facebook.com/madeingu
https://madeingu.bandcamp.com/album/louder-than-words

Voir aussi : "Lucy, Racquel et moi"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel