Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du talent à mort !

Le monde du cinéma est familier à Sylvain Gillet, comme il le montrait dans son précédent roman Ludivine comme Édith. Le comédien, réalisateur, scénariste et maintenant écrivain, le prouve une fois de plus avec son dernier opus Commedia Nostra (éd. Ramsay).

Après l’histoire d’une jeune comédienne pleine d’espoir mais massacrée et détruite en plein vol, voilà celle d’un comédien raté, sûr de son talent mais sur une voie de garage depuis des décennies jusqu'au jour où on lui propose un rôle des plus dangereux.

Il s’appelle Antoine Aria, véritable portrait craché du fameux comédien d’Aznavour aux "succès faciles", aux "filles à soldats" , aux "petits meublés" et aux "maigres repas". Au moment où commence le récit de  Sylvain Gillet, Antoine a même réussi à foirer une publicité pour des légumes en conserve, si bien que son agent Max Malakian décide de mettre fin à leur collaboration infructueuse : "Vingt ans d’une relation que l’honnête intermédiaire ne voit plus que comme une longue galère faite d’engueulades et de déceptions…"

Le calice déborde, et le monsieur "75 %" entend bien se concentrer sur un autre artiste, Clarence Charvel, un prénom qui fleure bon le théâtreux british période fifties. Pas un jeune premier, ça non, mais un concurrent qui fait de l’ombre à Aria depuis trop longtemps : "Antoine et lui se connaissent depuis des lustres [et] depuis le début ces deux Cro-Magnon du théâtre français se détestent".

Or, le soir où Max Malakian se décide à congédier Aria, un homme d’affaires, François de Marziol, propose à l’agent un marché qu’il ne peut pas refuser : demander à l’un de ses comédiens de jouer le rôle de son père, un ancien mafioso décédé quelques années plus tôt.

Max pense aussitôt à Antoine pour se grimer en Pepe di Marzio, mais ce n'est ni pour la gloriole, ni pour un public à conquérir, et encore moins pour un hypothétique Molière. Notre homme devra reprendre l’identité de ce minable malfrat italien obligé de quitter son village de Megalla cinquante ans plus tôt, la queue entre les jambes, à cause d’un braquage foiré dans toutes les largesses, mais aussi des beaux yeux de la fiancée de son propre frère Maurizio. Les Caïn et Abel italiens sont restés fâchés à mort mais l’heure de la réconciliation doit avoir lieu, sous la bénédiction de moines près de la frontière franco-italienne. 

Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente

Le "vrai" Pepe mort, c'est notre Louis Jouvet de pacotille qui doit jouer l'aîné des di Marzio et rencontrer après 50 ans le petit dernier, en faisant illusion. Un acte de contrition sincère et désintéressé ? Pas du tout : un coffret hors de prix - qui a été la cause de la débandade - est en jeu. Antoine Aria se lance dans ce qu’il considère comme son plus grand rôle, mais aussi le plus dangereux. En endossant le rôle d’un vieux maffioso, il lui faudra tous les talents du monde pour déjouer les pièges de cette pièce plus vraie que nature, et qui ne va évidemment pas se passer comme prévu. 

Avec Commedia Nostra, l’enquête policière de  Ludivine comme Édith a laissé place à un polar à la fois sombre, sanglant, cynique et bourré d’humour noir. Sylvain Gillet fonce à toute berzingue sur la trace de comédiens minables mais sûrs de leur talent, de surcroît largement ratiboisés par un agent, pas plus au fait qu'eux des us et coutumes de la corporation mafieuse. En croisant des criminels en col blanc, Max et Antoine sont au cœur d'un vrai choc des cultures, avec gros calibres en option.

Voilà donc la smala reconstituée : le vieux Maurizio parti se mettre au vert aux States, le faux Pepe,  François, propre sur lui et fils du mafioso qui a mangé les pissenlits par la racine, la sémillante cousine Jenny Mc Marthiaw, Max devenu l’obscur conseiller personnel, sans oublier les hommes de main, à commencer par Miguel "Dernière Image" Ibanez, une sorte de Joe Pesci ibère.

Dans cette intrigue ayant plus à voir avec du Tarantino qu’avec Le Parrain, Sylvain Gillet fait de l’écriture et du langage à la Michel Audiard une vraie arme à double-détente où l’humour noir est le seul gagnant.

L’auteur a indéniablement le sens de la formule, y compris lorsqu’il pastiche Flaubert à bon escient ("C’était à Megalla, faux bourg en partage, dans les bassins d’Icare"). Sylvain Gillet donne tout son sel au polar, à l’instar de cette présentation des retrouvailles entre les deux vieux frères :"Avant tout rapprochement, il y a des coutumes à respecter. Certes, l’on pourra objecter que dans l’enfilade aussi, il y a des traditions : lubrification, présentation à la famille et limage des ongles ne sont que quelques exemples d’une bonne pratique sodomite à la fois courtoise et altruiste."  

Voilà qui a le mérite d'être dit et bien dit. Car Sylvain Gillet a du talent, lui.

Sylvain Gillet, Commedia Nostra, éd. Ramsay, 2020, 308 p.
https://sylvain-gillet.fr
https://www.facebook.com/sylvain.gillet.372
https://ramsay.fr/dd-product/commedia-nostra

Voir aussi : "Les actrices rêvent et se couchent tard la nuit"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Suivez aussi Arsène K. sur Twitter et Facebook

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel