Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voilà Marie

Pin it!

Puisque l'on est entre nous, je dois vous avouer que Marie Cherrier fait partie depuis longtemps des auteurs dont je voulais parler sur ce blog. Elle est ce genre d'artiste qui vous accompagne des années durant, offrant une présence rassurante et revivifiante. Voilà donc cet article, voilà Marie, alors que sort en ce moment son quatrième album studio, L'Aventure

Comment pourrait-on ne pas l'aimer, elle, son opiniâtreté à creuser son sillon artistique, son sens de l'écriture, ses saynètes (Le Curé, 7ème Ciel ou Café noir), ses mélodies et ses interprétations sensibles ?  La chanteuse poursuit son petit bonhomme de chemin, suivie par un public de fidèles, sans nier la difficulté à imposer son choix artistique  : "La poésie est à la rue, tant mieux. Que la télé d’aujourd’hui la boude est un certificat de noblesse. Dans ce camp je n’y suis ni par dépit, ni par calcul c’est sûr…, mais pour l’honneur" écrit-elle dans "Ils sont drôles eux",  un billet paru sur son site. 

C'est loin des majors de disques, des télé-crochets, des impératifs commerciaux et de la facilité que Marie Cherrier travaille avec justesse ses textes et ses musiques, avec un style bohème (la parenté avec Zaz n'est pas absurde) et une voix assez proche de celle de Vanessa Paradis. Dans son premier disque, Ni Vue Ni Connue (2004), l'univers de Marie Cherrier était déjà là, tout entier : liberté revendiquée, orchestration acoustique, chansons denses, voix délicate.   

S'il n'y avait qu'un album pour découvrir cette chanteuse originaire du Loir-et-Cher, je conseillerais son concert capté à La Cigale en 2008 (Live à La Cigale). On y retrouve les titres les plus représentatifs de Marie Cherrier : 7ème Ciel, La Funambule, Les Baleines, Le Curé, Marchand d'froufrous, Tourterelle, Les Pattes du Loup et surtout Le Temps des Noyaux. Ce titre sur les horreurs de la première guerre mondiale n'a pas été pour rien dans la notoriété de Marie Cherrier : "Alors là-d'ssus j'rejoint Prévert / L'temps des cerises ce que ça vaut / Quand la chair est tombée par terre / Démerde-toi avec les moineaux / Ces dames ont un chemin qui mène / A la mort pour les clafoutis / Imagine le tronche des gamelles / Gare aux quenottes, plantez les p'tits."

Texte d'une incroyable puissance poétique, mélodie entêtante et voix posée avec justesse ont concouru à la reconnaissance d'une toute jeune artiste par le public, comme par ses pairs (que ce soit Francis Cabrel, Juliette Gréco ou Hubert-Félix Thiéphaine). Dans l'album Alors Quoi ?, son deuxième disque, un autre titre se distingue : Ben Alors Quoi ? Cette fois, la chanteuse fait un hommage autant qu'un portrait à charge de Renaud : " Je t'regrette le chanteur énervant / Bon, t'as le droit d'plus être énervé..." Un autre titre se dégage de cet opus, Pas d'ma Faute, une confession autobiographique sur une jeune femme revendiquant sa simplicité et sa vie ordinaire : "Je n'serai jamais le sujet d'une / Biographie et j'le regrette, / Je n'ai pas eu mauvaise fortune / dans le passé, faut qu'j'vive avec / Sûr que je manque d'intérêt / puisque je n'suis pas orpheline, / Puisque j'n'ai pas été trouvée / étant petite dans les épines..."

En 2013, c'est épaulé par Michael Désir, un batteur expérimenté (il a travaillé avec Ayo ou Kéziah Jones) que Marie Cherrier propose un nouvel album, Billie, Billie n'étant autre que son double : "Voilà Billie avec ses grenades / Ses barricades / Ses injures au Monde entier / Mais Billie la haine en rade / V'là la paillarde / Amoureuse à ce qu'il paraît..."). Je dois avouer que j'ai été moins enthousiaste pour ce nouveau  enregistrement : plus enlevé et puisant dans des styles variés (rock, folk, coupé-décalé, pop, country, etc.) il me semble ne pas refléter exactement l'originalité de l'auteure, sauf lorsque cette dernière revient à des titres plus acoustiques. Ainsi, T'es Où ? n'est pas sans rappeler son apostrophe à Renaud, même si cette fois la chanteuse en appelle plus généralement au retour de la révolte et de l'engagement ("T'es où ? Parce que là, ça va pas. / Des Fantômes me hantent la Tête / Des Gandhi, Colucci, / Des poètes/ Des bandits honnêtes / Qui sauvaient la vie...")  

En 2015, voilà Marie avec un nouvel album, L'Aventure, distribué loin des grands réseaux, avec passion mais non sans cet esprit de révolte : "Ils sont drôles eux… Mais enfin plus personne ne sait ce qu’est la lutte dans ce foutu métier ? Ils me disent de faire des reprises, qu’y a plus de subventions pour la chanson… Que le marché a changé…

Sinon, nous rassure-t-elle, tout va bien pour elle, merci ; et pour nous aussi, du coup. 

Marie Cherrier, L'Aventure, 2015
http://mariecherrier.com


Tout sur un plateau 03/04/15 Troisième Partie par tvtours

Commentaires

  • En tant que grand admirateur de Marie (elle le sait)... je ne peux qu'apprécier à sa juste valeur cet article...
    "Comment pourrait-on ne pas aimer..." c'est la question que je me pose chaque fois que j'écoute un album, regarde une vidéo... qualité et sincérité absolue... Marie ne triche pas et cela se ressent inévitablement mais ça vous joue des tours parfois...
    Elle a un noyau de fidèles qui ont compris sa démarche et quoi la suivront qui qu'il en soit parce qu'ils ont confiance en Elle et j'ai entièrement confiance en Elle... et le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre est d'essayer de faire partager au plus grand nombre... ne jamais laisser tomber, ne jamais abandonner, elle nous montre le chemin, alors faisons le pour Elle...
    Son texte d'humeur "Ils sont drôles eux" me fait penser à "Préface" de Léo Ferré, la même puissance des mots et la même lucidité...
    " La poésie contemporaine ne chante plus... Elle rampe
    Elle a cependant le privilège de la distinction...
    Elle ne fréquente pas les mots mal famés... elle les ignore
    ...
    A l’école de la poésie on apprend pas on se bat !"

    Cela me parait une bonne conclusion...

    Juste un petit rectificatif, dans "le temps des noyaux" ce n'est pas :
    "Démerde-toi avec les moineaux"
    mais...
    "Démerde-toi avec les noyaux"
    A voir le superbe clip en noir et blanc sur son site...
    Bonne journée à vous tous fans de Marie et bien sûr à Marie elle-même...

    Jean-Marie

  • Superbe clip en effet qui devrait être montré dans toutes les écoles pour discussion avec les jeunes.
    Par contre Jean-Marie je me permets de faire un rectificatif de ton rectificatif :
    Dans le passage que Bruno cite, Marie vient de parler des oiseaux en colère et elle dit bien :
    "Démerde toi avec les moineaux" alors que dans les autres "refrains" elle dit "démerde toi avec les noyaux".
    Bruno a donc raison.
    Enfin moi ce que j'en dis... je n'ai aucun mérite, ça fait 8 ans que j'écoute ce titre avec toujours autant d'émotion.

    Ben

  • Oh, la Honte... piégé sur une chanson de Marie que je ne connais pas par cœur mais presque... j'ai quand même dû la réécouter au casque après vérif. sur le livret... vous avez raison... mais piège quand même (faut bien que je me trouve une excuse pour pâs avoir l'air trop ..) elle ne le dit qu'une fois, au 3ème couplet et moineaux/noyaux cela se ressemble un peu niveau son... et puis bon quelle idée de changer un refrain comme ça sans prévenir, non mais...
    merci pour votre rectificatif de mon rectificatif... cela prouve qu'il y a des personnes qui écoutent vraiment les chansons de Marie... tiens, j'aurais pu dire que je l'avais fait exprès pour voir si vous suivez... trop tard...
    Merci et bonne journée... A l'Aventure...

  • Vous n'avez pas le sentiment d'en faire un peu trop avec toutes ces éloges tout l'temps , tous ces commentaires tout l'temps , c'est trop . En tout cas grande chanteuse oui je suis bien d'accord .

  • Anette,
    je n'ai qu'une réponse claire, nette et précise... non...
    je me pense libre de dire ce que je veux de qui je veux..
    que vous ne la connaissez pas personnellement, et en toute amitié, comme je la connais...
    vous aviez déjà un élément de réponse "c'est toujours..."
    sans rancune...
    Jean-Marie

  • Merci pour vos commentaires !

  • C'est toujours un réel plaisir de parler ou d'écrire sur Marie, son talent, son courage, sa gentillesse, sa sincérité... une artiste à part dans le monde du show-biz... mais une grande artiste... qui n'a sûrement pas fini de nous étonner...

  • Un petit point de détail : "Café noir" c'est je crois le seul titre de la discographie de Marie dont elle n'est pas auteur ou co-auteur ( à l'exclusion de "Regrets atomiques" de Stéphane Mondino chanté en duo avec ce dernier sur l'album "Les vents tourneront" ).En effet c'est une chanson d'un autre Bruno, mais Bruno Cherrier cette fois, le père de Marie et toujours recordman de France du 200 mètres junior depuis les JO de Munich en ... ( ah oui ! ) 1972 ...Ceci dit l'article est "fouillé" et très bien écrit.Bravo à l'auteur.

  • Merci pour ce commentaire et cette précision sur la discographie de Marie Cherrier.

  • hère Anette,
    vous devriez aller sur ce lien, lire l'article de Nicolas Houguet :
    http://www.nicolashouguet.com/2015/06/laventure-de-marie-cherrier-aux-trois.html
    avez-vous aussi le sentiment qu'il en fait trop ?
    Cordialement.
    Jean-Marie

  • Je suis ah non lui il n'en fait pas trop , c'est juste c'est beau et il reste à sa place .

  • Vous vous permettez de me dire que je ne la connais pas , qu'en savez vous ? Et je doute du fait que vous la connaissiez mieux qu'un autre de ses admirateurs . cette amitié dont vous parlez elle l'entretient avec tous ses admirateurs a moins que vous ne la connaissiez vraiment personnellement sinon allons redescendez !

  • Je n'ai pas besoin de redescendre de nulle part parce qu'en effet je la connais personnellement... ne vous en déplaise !
    Je ne vois pas en quoi je reste moins à ma place que Nicolas...
    Je ne vois pas pourquoi je n'aurai pas le droit de dire ce que je pense sincèrement d'une personne que j'apprécie.

  • Je n'ai pas la prétention de dire que je la connais et pourtant je l'ai vu en concert une dizaine de fois j'ai beaucoup échangé avec elle mais je reste une admiratrice d'un certain âge déjà ,ça ne fait pas de moi son amie . Je doute du fait que vous alliez chez elle ou qu'elle se confie à vous c'est ça l'amitié vous vous bercez d'illusions . Pour le reste vous avez le droit de dire ce que vous pensez je trouve juste que ça frôle le fanatisme .

  • Que je me berce d'illusions ou non, finalement ça ne regarde que moi...............
    et finalement si c'était vous qui en faisiez trop ...???

  • Alors bercez vous d'illusions et restez dont dans votre monde imaginaire tout seul . C'est vous qui m'avez envoyé un message pour me demander si " Nicolas " n'en faisait pas trop . Déjà se comparer à lui ... Bref . Bonne continuation et on se croisera peut être un jour lors de l'un des concerts de votre amie à Paris !

Les commentaires sont fermés.