Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musical

  • Quand j’étais chanteuse

    C’est un petit film britannique très sympa que je vous invite à découvrir. The Singing Club de Peter Cattaneo, avec Kristin Scott Thomas et Sharon Horgan dans les rôles-titres ne révolutionnera certainement pas le cinéma, mais il a le double avantage d’être une comédie feel-good et de faire un coup de projecteur sur un phénomène culturel en Grande-Bretagne, peu connu de ce côté de La Manche : celui des chorales de femmes militaires. Le générique de fin nous apprend qu’il y en a aujourd’hui 75 au Royaume-Uni, à Chypre et aux Malouines, soit 2300 femmes chanteuses.

    The Singing Club conte l’histoire de compagnes de  la garnison de Flitcroft envoyée en opération extérieure en Afghanistan. Nous sommes en 2011. L’attente, l’ennui et surtout l’angoisse sont le lot quotidien de ces épouses (quelques hommes complètent cette petite société fonctionnant en quasi huis-clos). Pour souder la petite communauté constituée de femmes très différentes, Kate Barclay (Kristin Scott Thomas), l’épouse collet-monté d’un colonel, décide de créer un projet commun. Bientôt, l’idée d’une chorale d’amateurs se met en place, avec en perspective un concert au Royal Albert Hall de Londres.

    Un coup de projecteur sur un phénomène culturel en Grande-Bretagne

    Inutile de spoiler la fin -  prévisible - de ce film qui sait être grave lorsque c’est nécessaire. Car, évidemment, il est aussi question dans ce film des dangers guettant des militaires engagés dans des guerres lointaines. Peter Cattaneo, à qui l’on doit le désormais classique The Full Monty, toujours sur des inconnus lancés dans un projet un peu fou, est aux manœuvres dans ce long-métrage qui se regarde avec plaisir.  

    Outre que The Singing Club fait le portrait de femmes attachantes, il traite aussi d’approches différentes de la musique, avec d’un côté la rigide et précise Kate, et de l’autre Lisa (Sharon Horgan) à l’approche plus légère, mais devant aussi gérer une adolescente un peu paumée.

    Peter Cattaneo a également pris le plus grand soin avec la bande originale : musique eighites (dont Depeche Mode, Cindy Lauper ou Yazoo) et une chanson originale (Sing), clou du spectacle, dans les dernières minutes.

    Un joli moment de cinéma donc.

    The Singing Club, comédie dramatique britannique de Peter Cattaneo,
    avec Kristin Scott Thomas, Sharon Horgan et Jason Flemyng, 2019, 112 mn, Canal+

    http://distrib.pyramidefilms.com
    https://www.canalplus.com

    Voir aussi : "Colette, Lucie et Jean-Pierre"

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • Deo gratias pour Bernadette

    Ça va se passer dans pile un an et ce sera (pour l’instant) exclusivement à Lourdes, à l’Espace Robert Hossein. Le sujet ? Bernadette Soubirous – bien entendu. Le projet ? Un musical de Grégoire pour la musique et de Lionel Florence et Patrice Guirao pour les paroles. La mise en scène sera assurée par Serge Denoncourt.

    Bernadette de Lourdes est est le récit des célèbres apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, adolescente de 14 ans à l’époque des faits. C’est à l’aide des comptes rendus officiels qu’il est possible de reconstituer l’aventure de cette jeune fille et d’en faire un spectacle touchant et fédérateur.

    À l’aide de documents authentiques, les auteurs de ce musical ont reconstitué les rencontres entre Marie-Bernarde, pour l'état-civil, et les personnes qui ont été des témoins privilégiés de ce fait religieux autant que sociétal : le commissaire Jacomet, l’abbé Peyramale, le procureur impérial de Lourdes, Vital Dutour, Louis Veilleux, Mgr Laurence ou les sœurs Tardhivail. Suivant son récit, le spectateur sera transporté du commissariat à la grotte au cachot familial, en passant par le presbytère. C’est avec les mots de Bernadette que se déroule le fil de cette histoire singulière : les relations avec sa famille, sa rencontre avec Marie, sa lutte calme et humble pour défendre son récit auprès des adultes sceptiques.

    L’histoire d’une adolescente comme les autres qui devra tenter d’expliquer une expérience unique et troublante.

    Bernadette de Lourdes, musical de Grégoire,
    sur des paroles de Lionel Florence et Patrice Guirao,
    mise en scène de Serge Denoncourt,
    avec Eyma, Sarah Caillibot, David Ban, Christophe Héraut et Gregory Deck,
    à l’Espace Robert Hossein, Lourdes, à partir du 1er juillet 2019
    https://www.bernadettedelourdes.fr